Version classiqueVersion mobile

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

11. Histoire et enjeux politiques

Texte intégral

1Depuis Pierre Bayle, à la fin du XVIIe siècle, les lexicographes glissent des vérités souvent subversives au détour d’entrées encyclopédiques en apparence anodines. Cet article « Académie d’histoire » n’échappe pas à la règle puisqu’il prend à bras le corps la question de l’écriture de l’histoire et en vient à dénoncer la suppression sournoise de la vérité dans différentes nations occidentales.

Système figuratif représentant l’embranchement des connaissances humaines, dans Supplément à l’Encyclopédie, ou dictionnaire des sciences, des arts et des métiers (1776), gravé par Robert Bénardi

  • ii Le terme scientifique, non lexicalisé à l’époque, et qui est calqué sur le latin, désigne le rappro (...)

2Aucun pays, aucun prince n’a encore pensé à fonder une académie d’histoire, dont le but principal fût d’observer avec soin les différents états de la nation, de transmettre à la postérité les événements avec la vérité la plus sincère, et de perfectionner la science de la morale et de la législation, dont l’unique base sont les faits historiques, comme les phénomènes naturels le sont de la physique. Mais la connaissance des premiers est d’autant plus utile, qu’il importe bien d’avantage à un État de savoir quelles sont les meilleures lois, pour bannir la paresse et pour inspirer aux citoyens, l’amour de la patrie et de la vertu, que de savoir quelles lois observent dans leurs mouvements les quatre satellites de Jupiter. Pourquoi donc abandonner d’écrire l’histoire, que l’on a raison d’appeler l’œil de l’avenir, ainsi que du passé, et le flambeau de la vie ? Pourquoi ne pas suivre l’exemple des Chinois qui ont si fort excellé dans la morale et dans la législation ? Ils ont fondé un tribunal d’histoire où l’on tient registre de tout ce qui arrive sous le règne de chaque Empereur, avec la même exactitude qu’on marque dans nos académies les appulsionsii de la lune aux étoiles, les éclipses et tout ce qui arrive dans le Ciel. Après la mort de l’Empereur, cela se divulgue pour servir d’instruction à ses successeurs, et de règle à la félicité publique. Dans plusieurs États de l’Europe, il y a des places d’historiographes, et des chaires publiques d’histoire. C’est un commencement de l’académie d’histoire qu’on propose, il serait aisé d’étendre ces commencements et d’en former un établissement fixe dont on pourrait tirer de grands avantages pour la bonne administration des États et le bonheur du peuple qui doit toujours être la loi suprême. Nous observerons cependant que la connaissance des causes morales ne demande pas tant de sagacité que la connaissance des causes naturelles, l’Europe n’a peut-être pas besoin pour les premières, d’une académie de savants, ou d’un tribunal de mandarins nécessaires à la Chine, où l’esprit humain paraît être moins actif. D’ailleurs, cette dose de liberté qui entre dans plusieurs gouvernements de l’Europe, porte naturellement tout homme à rechercher les vraies causes des faits historiques, et à les publier ; ce qui se peut sans danger, en Angleterre surtout où l’on jouit toujours de ces temps heureux que les Romains eurent sous Trajan ; au lieu qu’à la Chine où le despotisme a érigé son trône, personne n’oserait parler le langage de la vérité, si en vue du bien public le gouvernement n’avait pas accordé ce privilège à un tribunal, devant lequel les Empereurs sont cités après leur mort. Ainsi, ce qui, au premier coup-d’œil, paraît à la Chine le plus haut période où puisse être portée la législation, n’en est peut-être que le correctif. Soit : mais n’avons-nous pas besoin de ce correctif, dans plusieurs de nos gouvernements d’Europe, où la vérité n’est que trop souvent tenue captive, et où le despotisme sourd et caché n’en est que plus arbitraire, au lieu que celui de la Chine est vraiment un despotisme légal.

3Supplément à l’Encyclopédie, ou dictionnaire des sciences, des arts et des métiers (1776).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1776) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k50550x/​f1.image

Notes

i https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Encyclopédie-_Diderot’s_Tree_of_Knowledge.tif

ii Le terme scientifique, non lexicalisé à l’époque, et qui est calqué sur le latin, désigne le rapprochement des corps célestes qui se retrouvent en conjonction les uns avec les autres sans qu’il y ait pour autant occultation ou éclipse.

Table des illustrations

Légende Système figuratif représentant l’embranchement des connaissances humaines, dans Supplément à l’Encyclopédie, ou dictionnaire des sciences, des arts et des métiers (1776), gravé par Robert Bénardi
URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search