Version classiqueVersion mobile

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

7. L’Union européenne : un projet peu réaliste ?

Texte intégral

1 Jean-Jacques Rousseau exprime dans le Jugement sur la paix perpétuelle ses réserves quant à la réalisation d’une telle entreprise dont le principal obstacle serait alors l’égoïsme des souverains. Il reconnaît l’enjeu de la réflexion de Saint-Pierre qui médita longuement et opiniâtrement sur une question d’une importance irréfutable et digne d’occuper « un homme de bien. »

2Si jamais vérité morale fût démontrée, il me semble que c’est l’utilité générale et particulière de ce projet. Les avantages qui résulteraient de son exécution et pour chaque prince, et pour chaque peuple et pour toute l’Europe, sont immenses, clairs, incontestables ; on ne peut rien de plus solide et de plus exact que les raisonnements par lesquels l’auteur les établit. Réalisez sa république européenne durant un seul jour, c’en est assez pour la faire durer éternellement : tant chacun trouverait par l’expérience son profit particulier dans le bien commun. Cependant ces mêmes princes, qui la défendraient de toutes leurs forces si elle existait, s’opposeraient maintenant de même à son exécution et l’empêcheront infailliblement de s’établir comme ils l’empêcheraient de s’éteindre. Ainsi, l’ouvrage de l’abbé de Saint-Pierre sur la paix perpétuelle paraît d’abord inutile pour la produire et superflu pour la conserver. C’est donc une vaine spéculation, dira quelque lecteur impatient. Non, c’est un livre solide et sensé, et il est très important qu’il existe.

3Commençons par examiner les difficultés de ceux qui ne jugent pas des raisons par la raison, mais seulement par l’événement, et qui n’ont rien à objecter contre ce projet, sinon qu’il n’a pas été exécuté. En effet, diront-ils sans doute, si ces avantages sont si réels, pourquoi donc les souverains de l’Europe ne l’ont-ils pas adopté ? Pourquoi négligent-ils leur propre intérêt, si cet intérêt leur est si bien démontré ? […]

4Sans doute, cela est croyable ; à moins qu’on ne suppose que leur sagesse est égale à leur ambition, et qu’ils voient d’autant mieux leurs avantages qu’ils les désirent plus fortement ; au lieu que c’est la grande punition des excès de l’amour-propre de recourir toujours à des moyens qui l’abusent, et que l’ardeur même des passions est presque toujours ce qui les détourne de leur but. Distinguons donc, en politique ainsi qu’en morale, l’intérêt réel de l’intérêt apparent ; le premier se trouverait dans la paix perpétuelle, cela est démontré dans le projet. Le second se trouve dans l’état d’indépendance absolue qui soustrait les souverains à l’empire de la loi pour les soumettre à celui de la fortune. Semblables à un Pilote insensé, qui pour faire montre d’un vain savoir et commander à ses matelots, aimerait mieux flotter entre des rochers durant la tempête que d’assujettir son vaisseau par des ancres.

5Toute l’occupation des rois, ou de ceux qu’ils chargent de leurs fonctions, se rapporte à deux seuls objets, étendre leur domination au-dehors et la rendre plus absolue au-dedans ; toute autre vue, ou se rapporte à l’une de ces deux, ou ne leur sert que de prétexte ; telles sont celles du bien public, du bonheur des sujets, de la gloire de la nation ; mots à jamais proscrits du cabinet, et si lourdement employés dans les édits publics, qu’ils n’annoncent jamais que des ordres funestes, et que le peuple gémit d’avance quand ses maîtres lui parlent de leurs soins paternels. […]

6Il ne faut pas non plus croire avec l’abbé de Saint-Pierre que même avec la bonne volonté que les princes ni leurs ministres n’auront jamais, il fût aisé de trouver un moment favorable à l’exécution de ce système ; car il faudrait pour cela que la somme des intérêts particuliers ne l’emportât pas sur l’intérêt commun, et que chacun crût voir dans le bien de tous le plus grand bien qu’il peut espérer pour lui-même. Or, ceci demande un concours de sagesse dans tant de têtes, et un concours de rapports dans tant d’intérêts, qu’on ne doit guère espérer du hasard l’accord fortuit de toutes les circonstances nécessaires ; cependant si cet accord n’a pas lieu, il n’y que la force qui puisse y suppléer ; et alors il n’est plus question de persuader, mais de contraindre, et il ne faut plus écrire des livres, mais lever des troupes.

7Jean-Jacques Rousseau, Jugement sur la paix perpétuelle (1756–1758).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1826) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k2051816

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search