Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

2. Le grand dessein de Henri IV

Texte intégral

1 Les mémoires de Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559 – 1641 i ), sont le seul témoignage que nous ayons du grand dessein de Henri IV (1553 – 1610), roi de France dès 1589, à savoir la confédération d’une Europe chrétienne. Cela lui paraissait tellement chimérique, dit-il, qu’il écouta à peine le monarque la première fois que celui-ci envisagea devant lui « un système politique par lequel on pouvait partager et conduire toute l’Europe comme une famille. » Henri IV pense qu’aucune des nations concernées ne pourra rejeter l’idée compte tenu des avantages qui peuvent en être tirés : « Le profit qu’on leur assure, outre le bien inestimable de la paix, surpasse de beaucoup la dépense à laquelle on les engage. » Dans le contexte des conflits en Europe et notamment dans l’objectif d’enrayer le pouvoir de la couronne espagnole et d’apaiser les conflits religieux, le souverain français conçoit ce plan, en consultant la reine d’Angleterre Élisabeth afin de garantir une paix solide en Europe. Son projet inspira celui de l’abbé de Saint-Pierre au XVIIIe siècle.

2Il [Henri IV] voulait rendre la France éternellement heureuse, et comme elle ne peut goûter cette parfaite félicité, qu’en un sens toute l’Europe ne la partage avec elle, c’était le bien de toute la chrétienté qu’il voulait faire, et d’une manière si solide, que rien à l’avenir ne fût capable d’en ébranler les fondements. […]

3Les troubles qui remplirent toutes les années suivantes, la guerre qui leur succéda en 1595, celle qui survint contre la Savoie après la paix de Vervins, jetèrent Henri dans des embarras, qui l’obligèrent à renoncer à toute autre sorte d’affaires. Ce ne fut qu’après son mariage, et la paix étant bien affermie, qu’il put reprendre la pensée de son premier dessein, qui paraissait plus impossible, ou du moins plus éloigné que jamais.

4Il le communiqua néanmoins par lettres à Élisabeth, et ce fut ce qui leur inspira une si forte envie de s’aboucher en 1601, lorsque cette princesse vint à Douvres, et qu’il s’avança jusqu’à Calais. […] Je la trouvai fortement occupée des moyens de faire réussir ce grand projet ; et malgré les difficultés qu’elle imaginait dans ces deux points principaux, la conciliation des religions et l’égalité des puissances, elle me parut ne point douter qu’on ne pût le faire réussir. […]

5La mort du roi d’Espagne nous parut l’événement le plus heureux pour notre dessein ; mais celle d’Élisabeth y porta un coup si sensible, qu’il s’en fallut peu qu’elle ne nous le fît abandonner tout à fait. Henri n’attendait point des rois du Nord, ni du roi Jacques, successeur de cette princesse, lorsqu’il eût connu le caractère de son esprit, qu’aucun d’eux consentît d’aussi bonne grâce que faisait la reine d’Angleterre, à partager ce fardeau avec lui. Cependant les nouveaux alliés qu’il gagnait chaque jour en Allemagne et dans l’Italie même, le consolèrent un peu de cette perte. […]

6Qu’est-ce que ce prince [Henri IV] exigeait de l’Europe en cette occasion ? Rien autre chose, sinon qu’elle se prête aux moyens qu’il a imaginés pour la placer dans la position où elle tend depuis longtemps par tous ses efforts, à se voir établie. […] Il [Henri IV] a trouvé le secret de persuader tous ses voisins, que son unique objet est de s’épargner, ainsi qu’à eux, ces sommes immenses que leur coûtent tant de millions de gens de guerre, tant de places fortifiées et tant d’autres dépenses militaires ; de les délivrer pour jamais de la crainte de ces catastrophes sanglantes, si communes en Europe ; de leur procurer un repos inaltérable ; enfin de les unir tous par un lien indissoluble : en sorte que tous ces princes eussent pu après cela vivre entre eux comme des frères, et se visiter les uns les autres comme de bons voisins, sans l’embarras du cérémonial, sans la dépense d’un train, qu’on n’expose que pour éblouir, souvent pour cacher sa misère.

7Je suis persuadé cependant, que cette idée aurait été si fort du goût de tous ces princes, qu’après qu’ils auraient conquis par ce moyen, tout ce qu’ils ne doivent pas souffrir qu’aucun étranger partage avec eux en Europe, ils auraient cherché à y joindre les parties de l’Asie, le plus à leur commodité, et surtout la côte entière d’Afrique, trop voisine de nos États, pour n’en être pas incommodés. Une précaution unique à prendre, par rapport à tous les pays conquis, eût été d’y fonder de nouveaux royaumes, qu’on déclarerait unis à la république chrétienne, et qu’on distribuerait à différents princes, en excluant soigneusement ceux qui tiendraient déjà rang parmi les souverains de l’Europe.

8Maximilien de Béthunen, Duc de Sully, Mémoires (1778).

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1778) : https://books.google.de/​books?id=t-iAVIeyd8UC&printsec=frontcover

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k