Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idée de l’Europe

 | 
Rotraud von Kulessa
, 
Catriona Seth

1. Un hymne pour l’Europe

Texte intégral

1 Associé à la neuvième symphonie de Beethoven, un poème de Friedrich Schiller (1759 – 1805 i), l’« Ode à la joie », est devenu l’hymne européen après avoir été chanté dans des salles de concert et des camps de concentration, en Allemagne et bien au-delà des frontières. Symbole de réconciliation, il témoigne à la fois d’une culture classique commune et de l’aspiration à un avenir de fraternité. Le poème, rédigé en 1785, est marqué par le piétisme des proches de l’auteur, mais aussi par un esprit d’ouverture.

O Freunde, nicht diese Töne!
Sondern laßt uns angenehmere
anstimmen
und freudenvollere.

Ô amis, pas de ces accents !
Laissez-nous en entonner de plus
agréables,
Et de plus joyeux !

Freude, schöner Götterfunken
Tochter aus Elysium,
Wir betreten feuertrunken,
Himmlische, dein Heiligtum!
Deine Zauber binden wieder
Was die Mode streng geteilt;
Alle Menschen werden Brüder
Wo dein sanfter Flügel weilt.

Joie, belle étincelle des Dieux,
Fille de l’Élysée
Ivres de feu, nous pénétrons
Dans ton sanctuaire, ô divinité !
Ta magie unit à nouveau
Ce que la coutume a sévèrement divisé.
Tous les hommes seront frères
Là où ta douce aile se déploie.

Wem der große Wurf gelungen,
Eines Freundes Freund zu sein;
Wer ein holdes Weib errungen,
Mische seinen Jubel ein!
Ja, wer auch nur eine Seele
Sein nennt auf dem Erdenrund!
Und wer’s nie gekonnt, der stehle
Weinend sich aus diesem Bund!

Celui qui a eu la grande chance
D’être l’ami d’un ami,
Celui qui a trouvé une épouse jolie,
Qu’il mêle sa jubilation à la nôtre.
Oui, de même celui qui n’appelle sienne
Qu’une seule âme sur toute la terre,
Et que celui qui jamais ne l’a su se
dérobe
En pleurs à cette union !

Freude trinken alle Wesen
An den Brüsten der Natur;
Alle Guten, alle Bösen
Folgen ihrer Rosenspur.
Küsse gab sie uns und Reben,
Einen Freund, geprüft im Tod;
Wollust ward dem Wurm gegeben,
und der Cherub steht vor Gott.

Toutes les créatures boivent la joie
Au sein de la Nature ;
Tous les bons, tous les méchants,
Suivent son chemin de roses.
Elle nous a donné des baisers et la vigne,
Un ami, jusqu’à la mort.
Même le ver a reçu la volupté
Et le chérubin se tient devant Dieu.

Froh, wie seine Sonnen fliegen
Durch des Himmels prächt’gen Plan,
Laufet, Brüder, eure Bahn,
Freudig, wie ein Held zum Siegen.

Joyeux, comme ses soleils qui volent
Sur les routes splendides des Cieux,
Poursuivez, frères, votre course,
Euphoriques, comme le héros qui vole
à la victoire.

Seid umschlungen, Millionen!
Diesen Kuß der ganzen Welt!
Brüder, über’ m Sternenzelt
Muß ein lieber Vater wohnen
Ihr stürzt nieder, Millionen?
Ahnest du den Schöpfer, Welt?
Such‘ ihn über‘m Sternenzelt!
Über Sternen muß er wohnen.

Soyez embrassés, millions !
Ce baiser du monde entier !
Frères, au-dessus de la voûte étoilée
Un père chéri doit habiter.
Millions, vous vous agenouillez ?
Monde, pressens-tu ton créateur ?
Cherche-le au-dessus du firmament !
Il doit demeurer au-delà des étoiles.

2Friedrich Schiller, « Ode à la joie », 1785

Pour lire le texte original en ligne (édition de 1808) : https://de.wikisource.org/​wiki/​Ode_an_die_Freude

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/obp/docannexe/image/4108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k