Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’urbain et ses imaginaires

 | 
Patrick Baudry
, 
Thierry Paquot

Deuxième Partie. Images, territoires, poétiques

Bordeaux les deux rives : quelle(s) perspective(s)

Lydie Pearl

Texte intégral

  • 1 Georg Simmel, La tragédie de la culture, Paris, Rivages, 1988, p. 231.

On s’est rarement avisé qu’il n’y a pas encore de paysage quand toutes sortes de choses se trouvent juxtaposées sur un morceau de sol terrestre, et naïvement regardées.1
Georg Simmel

  • 2 Michel Corajoud, Présentation du projet, p. 6.
  • 3 M. Corajoud, « Le paysage comme synthèse », in Composer le paysage, construction et crises de l’es (...)
  • 4 Ibid, p. 341.
  • 5 Présentation du projet, p. 7.
  • 6 Présentation du projet, p. 4 et 3.

1Michel Corajoud, lauréat du concours d’aménagement des quais de Bordeaux a choisi de « jardiner les quais ».2 Il accorde un rôle essentiel à cette méthode pour aménager l’espace public, pour redonner une unité à des villes dont le tissu est éclaté. Selon lui, seul le paysagiste peut faire une synthèse, trouver un liant, un lien, là où des éléments ont été construits sans souci du contexte : pour qu’il y ait du paysage, il faut, dit-il, « qu’il y ait du global ».3 Ce global, ce rassemblement, ce souhait qu’il a de faire renaître un « sentiment de l’ordre »,4 gouverne l’ensemble d’un projet composé d’un argumentaire et d’images de l’aménagement futur. Celles-ci sont faites à partir de photos du lieu, numérisées et retravaillées à la manière de peintures. Les images donnent des vues du futur et le texte exprime la « philosophie du programme »5 : il s’agit, entre 1999 et 2007, en aménageant les quais, de transformer ceux-ci en « lieux de vie aux multiples usages et aux multiples ambiances », de réaliser « un très grand espace public ».6 Une volonté s’affirme, celle que les quais deviennent « un lieu où se tisseront des liens sociaux nouveaux où s’élaborera une vie urbaine différente ». Cela veut-il dire que l’embellissement de l’espace, l’ordonnance d’un lieu est la condition sine qua non pour qu’un lien se crée entre les êtres ?

  • 7 In « Le paysage comme synthèse », ibid.
  • 8 M. Corajoud, « Le paysage c’est l’endroit où le ciel et la terre se touchent » in Mort du paysage, (...)
  • 9 Erwin Panofsky, La perspective comme forme symbolique, Paris, Minuit, 1975, p. 41 à 45.

2Corajoud, dans plusieurs ouvrages, énonce des règles et des principes valables pour tous ses projets. Surtout, il insiste sur la nécessité de toujours inscrire ceux-ci dans le contexte géographique et historique, cherchant une interrelation entre les éléments nouveaux et les éléments existant. Pour retrouver l’ordre, dit-il, il faut « une ligne ».7 La ligne d’horizon – « l’endroit où le ciel et la terre se touchent » joue ce rôle.8 Cette ligne fictive, inatteignable, mirage toujours repoussé à l’infini, est le lieu symbolique où se rencontrent des éléments traditionnellement considérés comme opposés. Pour Corajoud, ils s’harmonisent dans une sorte de hiérogamie qui donne naissance au paysage. En fait, chez lui, la prépondérance de cette ligne comme vecteur et structure des projets réhabilite un propos humaniste, celui d’une recherche d’unité que l’on trouve dans tous les dessins d’architecture utopistes. Son insistance sur le rôle de la ligne d’horizon nous invite à examiner le sens du système perspectif établi et théorisé à la Renaissance, système qui, selon Erwin Panofsky, a permis de rationaliser et unifier l’espace.9

3Ce système a été, et reste encore symbolique d’une unification possible de l’espace. C’est en se fondant sur cette tradition, enrichie de la perspective coloriste ou atmosphérique, que s’est constituée la notion de paysage. Avec les vedute du XVIIIe dans lesquelles s’harmonisaient formes organiques naturelles et formes géométriques urbaines, le genre a institué une cohérence et une tradition du paysage en peinture : situation de la ligne d’horizon dans le tableau (rapport ciel et terre), contrepoints verticaux (arbre, clocher, moulin, etc.), dégradés subtils, jeux sur les plans (le net et le flou). Le traité des images : larges traces de coups de pinceaux, dégradés coloristes dans les bleu ou rose violacé, touches d’ocre, frottis blancs pour les nuages sont des « trucs » de peintre qui ont été convoqués ici pour convaincre le spectateur. Mais peut-on vraiment, aujourd’hui, projeter la ville et l’avenir avec cette « manière » ?

  • 10 M. Corajoud, Le paysage comme synthèse, p. 340.
  • 11 Ibid, p. 344.
  • 12 Ibid.

4À la Renaissance, les dessins utopistes niaient la nature, nul arbre ne venait agrémenter les dallages des places qui soulignaient le réseau perspectif ; parfois, cependant, quelques topiaires aux angles ou aux cercles parfaits jouaient en accord avec l’architecture. Corajoud, au contraire, veut nous réconcilier avec la géographie naturelle en offrant à chacun la cohérence d’un « horizon personnel ».10 Pour cela, il refuse le patchwork mal cousu de bâtiments d’équipement qui n’ont d’autre souci que de satisfaire des intérêts privés sans se préoccuper de la qualité d’un espace public. Mais que veut dire « horizon personnel » ? Est-ce celui de tout le monde ? Une société démocratique n’est-elle pas faite de différences, de discontinuités, de disjonctions ? Le jardinage peut-il vraiment projeter une unité symbolique, réparer les bétonnages anarchiques et, en plus, panser le manque laissé par le fantasme d’une unité originaire perdue ? La gageure est ambitieuse, difficile, utopiste. D’ailleurs, parfois, Corajoud doute : « est-ce qu’il ne devrait pas s’habituer à cette disjonction au lieu de la nier »11 tout en avouant qu’il ne saurait « comment la dessiner » car il n’a « rien à faire avec des collages ».12

  • 13 Jean Marieu, « Les agglomérations métropolitaines en quête de projet », in Les débats sur la ville (...)
  • 14 Thierry Paquot, « L’Urbanité de l’après-ville », Conférence à la Maison des Sciences de l’Homme d’ (...)

5Qu’en est-il des desseins et ambitions de la philosophie de Corajoud appliquée au projet de Bordeaux les deux rives ? Pour l’heure, il est difficile d’en juger sur le terrain étant donné l’état des travaux. Mais les images du dossier de presse sont un bon support pour interroger les effets de l’utopie paysagiste sur la future réalité des quais. Corajoud parviendra-t-il à redonner une cohérence à ce territoire, à ces quais malades – à « cette ville en convalescence » –,13 à ce corps en friche ? Comment concilier un passé de labeur qui coupait la ville de son port et les ambitions actuelles de recentrer la ville autour du fleuve, d’en faire un espace de promenade, un espace public où pourraient se recréer spontanément des liens entre les gens, un lieu où l’on « converserait », un lieu « d’urbanité » au sens où l’entend Thierry Paquot.14 Enfin, à une époque où sont acceptées et revendiquées comme projet démocratique pluralité et différence, peut-on vraiment éviter une esthétique du collage ? Avec le jardinage, Corajoud ne fait-il pas des collages sans le savoir ?

  • 15 Francis Ribemont, Le port de Bordeaux vu par les peintres, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1994, p (...)

6Les quais ont été souvent représentés en peinture. Ils furent un bon motif pour l’exercice d’observation du paysage mais aussi pour une idéalisation qui révèlent l’esprit et l’utopie du temps. Selon Francis Ribemont, Pierre Lacour, peintre bordelais du début du XIXe siècle, avec sa Vue d’une partie du port et des quais de Bordeaux dits des Chartrons et de Bacalan, aurait été, comme beaucoup de peintres de son époque, un « des premiers ethnologues urbains du XIXe siècle ».15 En ce sens, nous pouvons comparer la vision qu’il a donnée de cette partie des quais avec celle proposée par Michel Corajoud en analysant respectivement leurs « points de vue » perspectifs et leurs partis pris pour les rapports bâti/nature et terre/ciel.

7Dans son commentaire du tableau de Lacour, Ribemont souligne que le peintre « a choisi de confondre les classes sociales dans un même espace ». Sur le terre-plein de la promenade, des nourrices coiffées de la « cadichonne » bordelaise côtoient une population mélangée : une marchande de légumes, des familles bourgeoises (dont celle du peintre) ou encore des personnalités de la ville, (tel l’ancien maire). Quelques mètres plus loin, un bouvier conduit ses bœufs. Derrière, un carrosse croise une charrette à cheval chargée d’une pile de pièces de bois pour des mâts de bateaux à voile. Sur la berge, séparés des promeneurs par une mince barrière, s’affairent les ouvriers et artisans travaillant pour le port : entretien, calfatage des canots ou déchargement (barriques, matériaux de construction, pierres taillées, madriers, pavés). Des charpentiers rabotent et clouent des planches, des femmes ramassent des copeaux dans leur tablier, des enfants pataugent et jouent dans l’eau. Ce tableau n’est pas saisi sur le motif, il n’est pas un document pris sur le vif ; c’est une construction idéalisée à partir de croquis – une sorte de théâtre social et urbain. Nous avons là, déjà, l’image d’un quai vue comme « un lieu de vie aux multiples usages et aux multiples ambiances ». Cette peinture, en montrant la vision d’une harmonie entre bourgeois et ouvriers, loisir et travail, est une peinture significative de l’utopie sociale de l’époque. Rajoutons à cela que celle-ci est contemporaine d’un esprit bâtisseur comme l’atteste le transport des pierres taillées.

  • 16 Aménagement des quais Rive Gauche de la Garonne, Concours de maîtrise d’œuvre, document édité par l (...)

8Corajoud renoue avec l’élan qui fit la richesse du quartier des Chartrons, si ce n’est que les activités sur les quais seront maintenant ancrées dans le tourisme, les loisirs et le commerce, l’ambition étant de faire des quais « le levier économique pour la ville ».16 Corajoud, comme Lacour, projette une scène d’ordre et d’harmonie. Mais l’unité à laquelle il veut nous faire croire est un collage, une chimère sociale, une juxtaposition de mondes dans lesquels les conflits ne sont pas résolus. Cependant, ni le peintre, ni le paysagiste ne sont dupes de ce qu’ils mettent en scène ; dessinateurs perspectivistes tous les deux, ils connaissent parfaitement les manipulations du genre qui permettent de donner l’illusion de l’unité, tout en révélant leur doute par des lignes de fuite différentes, des points de vue différents.

9Pierre Lacour, comme le veut la tradition védutiste, établit son réseau perspectif à partir d’un bâtiment placé au premier plan, ici l’Hôtel Fenwick. Les lignes de construction de la façade donnant sur le quai fuient sur une ligne d’horizon située au niveau du premier étage de l’immeuble. Quant au point de vue principal, point qui détermine la position du peintre, (puis du spectateur), il se trouve rabattu sur cette ligne aux deux tiers de la composition vers la droite. Dans la réalité, cela voudrait dire que le peintre est perché quelque part à cinq ou six mètres de hauteur au milieu de la berge pour dessiner ou regarder. Ce point de vue un peu périlleux est fictif, mais traditionnel, car le surplomb permet de ne pas écraser la représentation des lointains et des personnages. Par ailleurs, ce point ne peut être utilisé pour construire la ligne des immeubles qui suivent la courbe du fleuve. Ceux-ci sont dessinés à main levée et leur tracé impose une ligne de composition courbe qui fait écho à celle du fleuve. De surcroît, ce rythme est répété au premier plan avec une ombre portée qui sert de contrepoids à la rectilinéarité de l’architecture, afin que l’espace soit équitablement partagé entre géographie naturelle et géographie urbaine. Ainsi l’horizon, sur lequel la courbe du fleuve et la ligne de bâti ne se rencontrent jamais, devient une sorte d’asymptote qui, symboliquement, traduit l’impossibilité d’une fusion globalitaire et montre, au contraire, une coexistence équilibrée des éléments naturels et culturels. Surtout, l’analyse de la construction du dessin avoue la « chimère » – le collage de discontinuités. En effet, la barrière qui partage promenade et aire de travail ne fuit pas du tout sur le même point que celui qui a servi pour le dessin du bâtiment, bien qu’elle semble lui être parallèle. Mais ce point, incompréhensible dans la logique perspectiviste, se comprend mieux sur le plan de l’équilibre de la composition quand on constate que la ligne limitant terre et eau aboutit au premier au même endroit. C’est dire que c’est en un même point sur l’horizon que se rencontrent les lignes qui affirment la séparation, donc la différence, entre loisir et travail, bourgeois et ouvriers, terre et eau.

  • 17 E. Panofsky, op. cit., p. 41.
  • 18 Ibid, p. 43.

10Pour Panofsky, le point sur la ligne d’horizon où se rassemblent les lignes de fuite parallèles au plan du tableau est symbolique d’un mode de pensée né avec le Quattrocento lorsqu’on rationalise l’espace pour le « rendre infini, homogène, continu ».17 C’est, dit-il, une construction abstraite, idéelle, dont le but est de « fondre l’ensemble des parties de l’espace et de ses contenus en un seul et unique quantum continuum ».18 L’analyse de l’œuvre de Lacour montre, au contraire, une vision panoramique qui écartèle les points sur l’horizon. Qu’en est-il dans les dessins de Corajoud où le réseau perspectif laisse très peu de place à la courbe du fleuve ? On constate que les tracés courbes des voies de circulation qui suivent le dessin du fleuve sont construits sur le principe d’un réseau rectilinéaire : ces tracés se rencontrent sur la ligne d’horizon en un point différent de celui qui réunit les lignes de construction des façades du premier plan. Comme chez Lacour, il y a fabrication d’un horizon chimérique. Mais, contrairement à ce dernier, il n’y a pas équilibre entre les éléments. Le garde-fou très rectiligne qui borde le fleuve nie la courbure de l’anse et semble fuir vers le centre de la feuille, au même point que le tracé du tramway. Le fleuve est canalisé, sa courbure est assujettie au réseau idéel en un point de vue principal qui est celui de la voirie. Alors, peut-on dire, comme l’affirme Corajoud qu’il y a respect de la géographie ?

  • 19 Aménagement des quais Rive Gauche de la Garonne, op. cit., chapitre 3 : « Généralités sur les élém (...)
  • 20 Ibid.

11Le désir humaniste de l’architecte est dépassé par une gageure quasi impossible : l’harmonisation entre les voies de communication, la régulation de leur flux et la convivialité citadine. D’ailleurs, dès le troisième chapitre de la présentation du projet, confronté au principe de réalité du tracé des voies et à l’exigence de sécurité, il reconnaît que l’emprise du tramway est « intangible sur l’essentiel de son tracé ».19 Face à cela, il prend un parti, celui de modeler les voies piétonnières et celles de la circulation automobile sur celles du tramway pour « établir un seul et même enchaînement de courbes tendues et parallèles ». Pour lui, et à juste titre pour des raisons de sécurité, « toutes les déformations, toutes les discontinuités doivent être évitées ».20 C’est dire que le tracé du tramway décide du dessin et de la perspective paysagère. Peut-on alors être d’accord avec l’affirmation qu’il fait dans la première page de la présentation de son projet, celle de révéler « la magnificence de son site géographique et la rigueur monumentale des avant-corps de la ville » ? C’est du moins la question que suggère l’analyse des images du projet ; mais ce ne sont que des images !

Pierre Lacour, Vue d’une partie du port et des Quais de Bordeaux dits : des Chartrons et de Bacalan, 1804, Bordeaux Musée des Beaux-Arts, © Cliché du M.B.A. de Bordeaux/photographe Lysiane Gauthier.

Michel Corajoud, Projet d’aménagement des quais Rive Gauche de la Garonne, 1999-2000 (Concours de maitrise d’œuvre de la Communauté urbaine de Bordeaux, Bordeaux, les quais jardinés. Eaux, ombres et lumières)

  • 21 Présentation du projet, p. 13.

12Corajoud sait tout cela, comme les commanditaires qui ont choisi un paysagiste pour redonner vie aux quais. Ce projet, en fait, est modeste : le jardinage annoncé a pour fonction d’arrondir les angles d’une voie de communication obligée. Parfois, en de multiples points, son action redonnera une magnificence à la fameuse façade de la Bourse ou au quartier des Chartrons. Mais est-ce que cela renouera les « noces splendides d’une ville et d’un fleuve » comme il le souhaiterait ?21 Peut-on vraiment croire à un tissage de liens entre les quais et leurs quartiers quand le croisement se fait aux feux rouges ? On aimerait pourtant ; mais le simple embellissement d’un espace public n’est pas une garantie pour la citoyenneté et la civilité. Certes, il y en aura un peu. D’ailleurs on jouera tous à cela : personne ne résistera au plaisir un peu désuet d’une terrasse de café au style guinguette, telle celle proposée dans une image dont le traitement rappelle celui du Moulin de la Galette de Renoir. Personne ne refusera une promenade dans le marché sur le quai des Chartrons d’où l’on pourra admirer la courbe de la Garonne que Corajoud n’a pas manqué de faire valoir dans l’image de cet aménagement. Aussi, pour que nous y croyions un peu, parce que le jardin est la seule solution dans le contexte actuel, quelques touches impressionnistes de couleurs et de lumière agrémentent le faux tableau grâce au talent d’un logiciel et tentent de nous faire croire au bonheur pour tous, façon Belle Époque.

Notes

1 Georg Simmel, La tragédie de la culture, Paris, Rivages, 1988, p. 231.

2 Michel Corajoud, Présentation du projet, p. 6.

3 M. Corajoud, « Le paysage comme synthèse », in Composer le paysage, construction et crises de l’espace, 1789-1992, sous la direction d’Odile Marcel, Champ Vallon, 1989, p. 340.

4 Ibid, p. 341.

5 Présentation du projet, p. 7.

6 Présentation du projet, p. 4 et 3.

7 In « Le paysage comme synthèse », ibid.

8 M. Corajoud, « Le paysage c’est l’endroit où le ciel et la terre se touchent » in Mort du paysage, philosophie et esthétique du paysage sous la direction de François Dagognet, Champ Vallon.

9 Erwin Panofsky, La perspective comme forme symbolique, Paris, Minuit, 1975, p. 41 à 45.

10 M. Corajoud, Le paysage comme synthèse, p. 340.

11 Ibid, p. 344.

12 Ibid.

13 Jean Marieu, « Les agglomérations métropolitaines en quête de projet », in Les débats sur la ville, sous la direction de Francis Cuiller, Bordeaux, Confluences, 1998, p. 114.

14 Thierry Paquot, « L’Urbanité de l’après-ville », Conférence à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, le jeudi 4 mai 2000.

15 Francis Ribemont, Le port de Bordeaux vu par les peintres, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1994, p. 34.

16 Aménagement des quais Rive Gauche de la Garonne, Concours de maîtrise d’œuvre, document édité par la Communauté Urbaine de Bordeaux.

17 E. Panofsky, op. cit., p. 41.

18 Ibid, p. 43.

19 Aménagement des quais Rive Gauche de la Garonne, op. cit., chapitre 3 : « Généralités sur les éléments de cohésion apportés aux tracés des trois fonctions de distribution et d’échanges : le boulevard urbain, le tramway, la voie de desserte du parvis », p. 9.

20 Ibid.

21 Présentation du projet, p. 13.

Table des illustrations

Légende Pierre Lacour, Vue d’une partie du port et des Quais de Bordeaux dits : des Chartrons et de Bacalan, 1804, Bordeaux Musée des Beaux-Arts, © Cliché du M.B.A. de Bordeaux/photographe Lysiane Gauthier.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Michel Corajoud, Projet d’aménagement des quais Rive Gauche de la Garonne, 1999-2000 (Concours de maitrise d’œuvre de la Communauté urbaine de Bordeaux, Bordeaux, les quais jardinés. Eaux, ombres et lumières)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9957/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

Maître de conférences en Arts plastiques, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540