Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’urbain et ses imaginaires

 | 
Patrick Baudry
, 
Thierry Paquot

Première Partie. Corps, mouvements, récits

Shanghai : mythes et réalités

Nadine Laporte

Texte intégral

1Shanghai se veut aujourd’hui le symbole d’une Chine économiquement forte et dynamique, rivalisant avec les grandes métropoles mondiales. Son indépendance apparente par rapport au pouvoir central chinois a des racines profondes dans l’histoire de la ville, ainsi que dans la perception que ses habitants ont d’elle. Pour les Occidentaux, l’occupation des concessions shanghaiennes entre 1840 et 1949, donne de la cité une image proche et idéale d’une ville par ailleurs plus profondément chinoise qu’il n’y paraît.

2C’est cette particularité dont je voudrais tracer quelques facettes ici.

3J’essaierai de cerner les différents aspects de la ville d’abord sur un plan historique en examinant comment Shanghai se situe, malgré tout, dans une certaine continuité du rapport de l’homme chinois à la ville.

4J’essaierai ensuite de voir comment la ville s’est constituée lors du dernier siècle en image double, un mythe à deux faces : en me référant à quelques romans occidentaux et chinois publiés sur la ville entre 1930 et aujourd’hui, j’essayerai de montrer comment ces deux mythes, occidental et chinois, coexistent en se faisant concurrence.

5Enfin, je voudrais proposer quelques pistes qui permettraient d’envisager l’évolution actuelle de la ville sous cet angle – la perception de la ville par les hommes –, en faisant de Shanghai un exemple étonnant des rapports que peuvent entretenir l’urbanisme et la mémoire des hommes, qu’elle soit fantasmatique ou historique.

Le rapport de l’homme chinois à la ville : spécificité de Shanghai

6Traditionnellement, la ville chinoise n’est pas très différente d’un village. Dans les deux unités, on cultive des lopins de terre, on améliore le quotidien en produisant de l’artisanat et en vendant au marché les produits ainsi manufacturés. Le premier point qu’il faut sans arrêt garder à l’esprit si on étudie ou si on approche la Chine, c’est cette omniprésence et cette importance quantitative et traditionnelle de la communauté paysanne. Les habitants des villes ont tous, encore aujourd’hui, des racines et de la famille proche à la campagne. L’une des conséquences de la Révolution Culturelle de 1966-1976, et des mots d’ordre parfois agressivement pro-agricoles de la politique maoiste a été de raviver cette forte conscience de la proximité du paysan, et de son importance.

7L’architecture citadine se rapproche donc naturellement de celle des villages. Si la ville est historiquement entourée de portes et de murs plus importants que ceux du village, les maisons reprennent, à Shanghai comme ailleurs, le plan carré et l’absence d’étages des fermes villageoises. L’habitat citadin est conçu comme l’habitat paysan : il est communautaire. Chaque groupe familial a son bâtiment, la cuisine et la cour sont communes. Entre ces maisons carrées s’organise de façon anarchique une structure plus générale, qui construit des ruelles diverses, multiples, sans plan élaboré, et rend compte d’une composition autrefois clanique des quartiers et villages, aujourd’hui réseau serré de voisinage. Ce tissu urbain existe encore dans toutes les villes chinoises, à Shanghai entre autres, dans la vieille ville autour de la Maison de thé : il génère et pérennise un mode de vie surtout communautaire. Les voisins, en ville, ont toujours leur mot à dire dans les affaires familiales ou individuelles, ils participent aux conflits et aux fêtes. Dans les années quatre-vingt il n’était pas rare que celui qui, dans le quartier, avait une télévision se voie envahi à toute heure du jour et de la nuit, selon les programmes, par l’ensemble des voisins moins bien équipés que lui. La même chose se produit à présent pour le téléphone et internet.

8Cette forte structure architecturale dessine un idéal chez les Chinois. Idéal pas tant du mode de vie paysan, ni même du réseau serré de solidarité dont on s’est aperçu pendant la Révolution Culturelle, ou, plus récemment, lors de la répression de la révolte étudiante de 1989 qu’il pouvait être menaçant, et dangereux. Non. Idéal, pour l’habitant de la ville chinoise, d’une utilisation spécifique d’un espace senti comme suffisamment grand pour que chaque couple, chaque famille jouisse d’un lieu de vie distinct, sans que ce lieu remette en cause les structures claniques plus larges, nécessaires à la survie individuelle. De sorte que, à Shanghai comme ailleurs, il n’y a pas de véritable émergence d’une architecture urbaine autonome et autochtone. Les villes obéissent, depuis toujours, à cet idéal issu des campagnes, et Shanghai autant sinon plus que les autres : son éloignement du pouvoir pékinois, sa proximité avec une culture raffinée des marges maritimes (Suzhou, Hanzhou), la proximité de la plus grande partie de ses habitants avec leurs racines campagnardes a dessiné une ville multiforme : si les grandes rues urbaines droites, parallèles ou perpendiculaires, partagent bien la vieille ville en quartiers, chaque quartier reprend en fait la configuration d’un village.

9Ce rêve d’espace répond de plus, à Shanghai, à plusieurs critères fondamentaux, à la fois géographiques, sociologiques, historiques et mythiques :

10Géographiques : La ville est bâtie en terrain marécageux, enserrée entre deux rivières, affluents du Yang Tse Kiang. Cette présence de l’eau, comme partout en Chine, est à la fois porteuse de progrès et de terreurs. La maîtrise de l’eau fait partie des grands projets mythiques de tout pouvoir. De sorte que la configuration urbaine prend des aspects particuliers : des quais qui jouent le rôle de consolidation des éléments et de fondations pour la vie urbaine, en même temps que celui d’une frontière infranchissable pour l’extension de la ville, des quartiers qui ont été gagnés sur les marécages, et qui, de cette victoire, tirent à la fois un renfermement sur leur frontière, une absence d’extension devant les limites constituées par les fleuves, et une organisation autarcique sans rapport avec le reste de la ville. De sorte que Shanghai apparaît comme un ensemble de villages qui étendent la ville vers l’intérieur du pays chinois sans lui donner de centre.

11Sociologiques : La proximité de Shanghai avec le monde paysan, et son ouverture sur la mer ont fait de la ville un important point de rassemblement des exclus du monde rural. Ville d’immigration intérieure donc. Les paysans ou les marginaux, chassés des structures rigides de la campagne, se retrouvent à Shanghai, à fois attirés et bloqués par la mer. Mais ils s’y retrouvent sans pour autant perdre les repères de leurs pays d’origine : de sorte qu’ils installent, quand ils le peuvent, un mode d’habitat similaire à celui qu’ils ont quitté. Mais ce mode d’habitat est forcément, vu l’importance de l’exode rural et le peu d’extension des terres constructibles, rétréci par rapport à la campagne. Exit la réalité d’un espace pour chaque famille. Shanghai devient le lieu où l’on manque d’espace et de logement, dure réalité d’une promiscuité que les habitudes d’habitat communautaire rendent insupportable pour la conscience naissante de l’individu telle que l’Occident a pu l’apporter.

12Historiques : La proximité de la mer fait historiquement de Shanghai une cité de commerçants. Considérés en Chine comme une classe sociale de bas étage, à la fois par la hiérarchie lettrée et par le pouvoir communiste, les commerçants s’organisent en guildes, qui reproduisent le mode clanique et les habitations en quartiers. Mais surtout, à partir de 1840, Shanghai est soumis au régime des concessions étrangères, qui modifient encore aujourd’hui l’aspect et la mentalité de la ville. Les concessions apportent d’abord à la ville des extensions et une architecture nouvelles : les Occidentaux assainissent de nouveaux marécages, et construisent peu à peu une ville qui ressemble aux leurs, avec larges et hautes maisons de commerce (ou individuelles), grandes avenues, rues larges, jardins, parcs, et même un canidrome et un hippodrome. Ainsi les Occidentaux réussissent à maîtriser la terre et l’eau, mais aussi à modifier l’allure et la perception de la ville. Celle-ci devient une ville double, à la fois sur le plan social et économique. Les quartiers des « concessions » existent encore dans la géographie de la ville : un Chinois qui y est né ou y a vécu appartient à un milieu social senti comme aisé et cultivé depuis plusieurs générations. Jusqu’à une date récente, c’était le quartier des consulats occidentaux, c’est aussi le quartier où s’installent aujourd’hui les grands magasinstaux : le Printemps, par exemple, récemment. Étonnamment, mais ils le disent occidensans en sentir le paradoxe, pour la jeune génération chinoise désireuse de libération et d’identité révoltée, la Huahuai lu, par exemple (ancienne avenue Joffre) représente un lieu de promenade choyé parce que c’est « les Champs Elysées de Paris » (Wei Hui, Shanghai Baby).

13Contrairement à Pékin, par exemple, où les quartiers des ambassades construits dans les années soixante sont totalement coupés de l’histoire de la ville, les concessions façonnent le visage et l’histoire de Shanghai. De sorte que depuis 1840, Chinois et Occidentaux ont intégré ces quartiers occidentaux, cette architecture de pierres, de jardins, de villas (villas assez étonnantes en Chine, on voit par exemple dans la concession française de curieux alignements de cossues villas normandes que les Chinois ont assimilées dans leur mémoire de la ville, sans pour autant avoir conscience de tout ce qu’implique comme image mentale le stéréotype « villas normandes »). Cependant, comme dans toutes les villes occupées, cette mémoire ne contient pas que des éléments positifs. Aux lieux quotidiens s’ajoutent des souvenirs symboliques qui font de la ville une ville autrefois colonisée de la manière la plus brutale : tel pont, dont la légende urbaine dit qu’au temps des concessions il était « réservé aux Chinois et aux chiens » ; tel jardin sur le Bund, dont un panneau affirme qu’avant 1949 il était interdit aux Chinois.

14De ces concessions demeure surtout l’image d’une très grande possibilité de richesse économique, que l’aménagement de nouveaux quartiers gagnés sur l’eau doit rendre visible. Ainsi, cette course shanghaïenne à la construction, cette édification incessante de nouveaux quartiers d’affaires (Pudong, récemment, sur la rive faisant face au Bund), répond très nettement à cette ancienne naissance d’une ville fructueuse et commerçante, luxueuse et prospère, visible dans ses bâtiments et ses aménagements forcément spectaculaires.

15Cette situation historique particulière a enfin construit un mythe à double face : Shanghai est la ville de la richesse commerçante, des tractations diverses, des gangs, clans et guildes difficilement maniables par les Occidentaux et pourtant indispensables à la bonne marche des affaires. C’est aussi la ville de la rencontre incessante entre l’Occident et la Chine. D’où cette nécessité, des deux côtéés, de délaisser ouvertement les raideurs politiques, les immobilismes d’une langue de bois venue de Pékin ou des gouvernements occidentaux, cette volonté surtout, de trouver dans l’Histoire de la ville les raisons d’une fuite en avant dans le progrès, l’enrichissement et les aménagements urbains signes de la spécificité de la ville. Celle-ci puise dans la rencontre de ses multiples cultures (paysanne, commerçante, ouvrière – occidentale et chinoise) la raison d’être d’un développement spécifique, plus proche des demandes occidentales et locales que des exigences pékinoises centralisatrices.

16Cette géographie bloquée et aspirée par le commerce maritime, cette présence occidentale et cette forte conscience d’une particularité de la ville ont fait naître enfin une culture shanghaienne particulière : à l’éloignement périphérique des quartiers d’émigrants a correspondu un centre équivalent à nos « centres villes » occidentaux, dans lequel se trouvaient concentrées des industries de loisir : grand théâtre, immenses complexes, déjà dans les années trente, qui regroupaient restaurants, cirque et lieux de représentation. La présence d’une économie toujours forte mais ouverte et fluctuante a permis l’existence de lieux de culture underground, bars, lieux d’échanges et de prostitution, mais aussi points de rassemblements des tenants d’une idéologie déviante par rapport au pouvoir pékinois. À l’autre bout de la chaîne culturelle, mais lui étant très liée, l’université est une tradition shanghaienne particulière : son culte et sa particularité ne viennent pas, comme à Pékin, d’une très forte tradition lettrée chinoise, mais d’une ouverture sur le monde. Pendant toute la période des concessions, la célèbre université française Aurore permettait à l’intelligentsia shanghaienne de proposer à la réflexion humaniste chinoise d’autres modèles que les modèles millénaires orientaux.

17De sorte que se constitue, à partir des années trente, l’image d’une ville profondément atypique, aux aspirations et aux possibilités multiples.

Le mythe des années trente

18Cette force culturelle, ces racines profondes dans une existence singulière permettent à la ville d’acquérir une image mythique. Le mythe de Shanghai, ville des années trente, est soutenu par une existence romanesque qui fait aujourd’hui partie d’une mémoire collective, et que je voudrais étudier maintenant.

19Les grands textes de référence, quand on parle de Shanghai, sont les œuvres de l’écrivain chinois Mao Dun : le roman Minuit, mais aussi une longue série de nouvelles, dont certaines sont rassemblées dans le recueil Shanghai, (publié aux éditions Bleu de Chine) et la Condition Humaine, de Malraux.

20Or, ces deux romans, écrits et publiés à peu près à la même époque, (Mao Dun, 1928), (Malraux, 1933), et par des écrivains de sensibilité proche (Mao Dun sera l’un des écrivains proches du communisme, Malraux fait le portrait héroïque des groupuscules communistes à Shanghai en 1927) proposent de la ville deux images différentes, que l’on peut voir, selon les éclairages, comme complémentaires ou opposées.

21Mao Dun fait le portrait d’une ville en mutation, broyeuse d’hommes et de traditions. Il montre, comme la plupart des romans « sociaux » de l’époque, comment la structure et la hiérarchie traditionnelles chinoises (famille, clan, quartier), sont mises à mal par l’évolution économique de Shanghai et la modernité apportée de l’extérieur. De sorte qu’il met en place l’image d’une ville de profond clivage, où jouent sans cesse, au-dessus des individus, deux systèmes de hiérarchisation concurrents : celui de la tradition chinoise, où se resserrent les pouvoirs des gangs, des clans, et le désir de prestige ; celui de la tradition occidentale, où sont efficaces le pouvoir de compétences, de l’invention et de l’entreprise, la puissance de l’argent et de la conquête économique individuelle. Deux idéologies contradictoires qui régissent et bâtissent la ville en deux parties, sociales, morales, culturelles et architecturales, et qui forcent les hommes à user de ruses, et de détours pour profiter à la fois des forces chinoises claniques, et des exigences occidentales individualistes. L’image de Shanghai proposée par Mao Dun est profondément divisée, du côté chinois, entre les apparences et la réalité. Les personnages qui réussissent dans la ville, les plus grosses fortunes, les plus puissants, sont bien des Chinois (ce qui est d’ailleurs historiquement avéré) mais ces personnages n’accèdent à ce statut que grâce à un refus total de ce qui fait leur identité chinoise, à un basculement des valeurs qui fondaient leur existence au sein de la ville.

22La Condition Humaine, de Malraux, raconte, on le sait, la prise de la ville, en 1927 par les troupes nationalistes de Chang Kai Chek, aidé par les communistes et les Soviétiques, puis, une fois la ville prise, le lâchage des communistes par Chang Kai Chek, et l’élimination physique des communistes qui l’avaient aidé.

23Que montre Malraux de la ville ?

24Il en fait d’abord un creuset de contradictions suffisamment fortes pour que la cité apparaisse comme la clé de voûte d’une disposition révolutionnaire efficace : alliance des soldats-paysans, des intellectuels communistes de toutes races, des Chinois de culture traditionnelle trop raffinée et trop ancienne pour accepter les mutations bourgeoises d’un gouvernement modéré et faible, des exclus d’une société hiérarchisée et des ouvriers. Alliance, également, des Chinois directement concernés par la conquête de la ville et d’une large frange des Occidentaux uniquement préoccupés de leur éthique personnelle : diplomates en mal de négociations prestigieuses, marchands d’armes, directeurs d’usines, banquiers, révolutionnaires professionnels russes ou anglais.

25Le dessin d’une ville se dégage des œuvres de ces deux écrivains :

  • les enclaves des concessions, qui représentent l’ordre, la fermeture, le poste central des négociations financières, politiques et économiques ;
  • le Shanghai ouvrier : les usines des quartiers périphériques proposent une masse de main-d’œuvre excentrée et sans racines que l’on peut utiliser à tout moment (poids économique ou révolution politique) ;
  • la vieille ville chinoise : l’enclave labyrinthique et le lieu secret difficilement compréhensible et maîtrisable, centre de rassemblement mythique et d’organisation physique des actions ;
  • deux lieux de passage et de mutation symboliques : la gare, et le fleuve.

26Dans ces œuvres des années trente se dessine également la vision d’une ville secrète et au bord du déséquilibre : peu de descriptions de lieux ouverts et de grandes avenues. Au contraire, des lieux renfermés (hôtel, banques, intérieurs de chambres ou de cuisines), ou secrets : coins de rues, impasses ou passages resserrés et obscurs. Cette géographie romanesque est symbolique : Shanghai représente le mouvement secret et inéluctable du basculement d’un monde vers un autre, le rêve d’un pouvoir qui permettrait de tirer clandestinement les ficelles d’un monde nouveau.

27Si on regarde des textes moins connus sur cette période, l’image mythique de la ville se durcit et se précise :

28Les textes occidentaux (Vicki Baum, Shanghai Hotel, publié en 1949 ; Lucien Bodard, Les grandes murailles) donnent l’image stéréotypée d’une ville de plaisirs, d’aventuriers tenaces et intelligents, et de richesses faciles. Une sorte de Far East à la civilisation millénaire qu’il faut vaincre et posséder. Au-delà du stéréotype, retenons une idée centrale : Shanghai est pour les Occidentaux une ville de conquête, de régénérescence des individus, de nouveaux départs dans la vie, dont la construction de bâtiments symboliques (le Bund, la Shanghai Bank, le Shanghai Mansions, etc.) renforce la validité. L’architecture de la ville est occidentale, elle justifie tous les rêves et les fantasmes de conquête. Certains aspects du roman de Malraux correspondent à ce fantasme : l’action politique (donc la construction, à Shanghai, d’un pays nouveau) est pour beaucoup des personnages occidentaux du roman la seule justification de leur existence. Un roman populaire publié récemment, Shanghai-la-Juive (Michèle Kahn) reprend cette orientation : Shanghai y apparaît comme le lieu de multiples et éblouissantes possibilités de « nouvelle vie » pour les Juifs chassés d’Europe par le nazisme.

29Dans les textes chinois, la vision de la ville est diamétralement opposée. Chez des écrivains comme Yu Dafu, He Yepin, ou Ding Ling, Shanghai est le lieu de malheur absolu, où l’individu perd ses repères, ses avoirs, son mode de vie, est en butte aux difficultés de logement, à la promiscuité et à une perte d’identité quasi obsessionnelle. La ville vécue n’est que la ville chinoise labyrinthique. Les concessions sont inexistantes, les bâtiments occidentaux ne sont là que comme décors, dans le meilleur des cas ils sont sentis comme grandiloquence inaccessible, voire inutile, ou bien comme éléments de rejet.

30Ainsi se dégage une vision très ambivalente de la ville, dont on peut retenir un élément majeur : les personnages des romans ne sont jamais des shanghaiens de souche. Shanghai est vécue littérairement comme une ville d’immigration, de rêve pour des nouveaux arrivants, qui abandonnent leurs repères habituels. Mais cet abandon est vécu par les Occidentaux sur le mode positif et conquérant, alors qu’il est vécu par les Chinois comme difficile et amène le plus souvent pour eux à un enfermement, à une définition problématique de leur destin, de leur mode de vie et de leur identité.

31Du coup, la ville apparaît comme éclatée entre deux mémoires contradictoires, à partir du même point de départ : celui de l’immigration. Pour les uns, une immigration-colonisation, où jouent pleinement les mécanismes positifs du regroupement, de l’association pour une conquête économique et géographique de la ville. Pour les autres, une immigration-exode, exil, où joue le mécanisme de l’isolement, de la difficulté de se trouver comme individu au sein d’un monde étranger et hostile.

32Ce mythe du Shanghai des années trente est donc celui d’une ville à double mémoire, dont nous, Occidentaux, sommes aujourd’hui encore partie prenante autant que les Chinois. C’est un cas à peu près unique en Chine.

33Mémoire occidentale liée à l’individu triomphant, symbolisé par l’architecture et l’organisation urbaines, un individu qui ne peut exister collectivement que dans la conquête et la construction d’un destin économiquement dynamique.

34Mémoire chinoise qui reproduit au centuple, et bien avant l’ouverture économique actuelle, la difficulté de la Chine de se situer entre sa civilisation millénaire liée à des repères spatiaux, sociaux, politiques, familiaux précis, et le rêve d’une intégration et d’une assimilation réussies des critères économiques et architecturaux imposés par l’Occident.

La ville moderne : paradoxes et difficultés d’une représentation mentale

35Shanghai, dans sa représentation collective, doit donc compter avec deux problèmes, qui finissent par faire partie de sa singularité :

  • la mémoire d’une civilisation et d’une occupation : elle ne peut être effacée parce qu’elle forme l’Histoire particularisante de la ville, mais il faut s’en débarrasser parce que l’Histoire de la ville est toujours une histoire de perte de repères, et seule une nouvelle et incessante fuite en avant permet de continuer cette Histoire valorisante et singulière ;
  • une double identité fantasmatique : Shanghai est à la fois occidentale et chinoise. Elle symbolise le rêve de réussite et d’accomplissement de deux hommes modernes, le Chinois et l’Occidental, chacun essayant par une série de jeux de pouvoirs (économiques, culturels et politiques) d’intégrer en s’en jouant la vision de l’Eldorado de l’autre.

36Cette dualité, cette ambivalence permanentes prennent aujourd’hui une image légèrement différente. L’ouverture de la Chine, et la prise de conscience, à la fois par les Chinois et par les Occidentaux, d’une liberté devant l’avenir, contribue à modifier le mythe. À le modifier seule pseudo-ment : le mythe de Shanghai, n’est pas près, apparemment de disparaître.

37Les Occidentaux, étonnamment, s’accrochent au mythe des années trente (rappelons que le roman de Michèle Kahn, Shanghai-la-Juive, qui raconte la réussite en matière d’intégration et de richesse économique, des Juifs venus d’Europe, est publié en 1997). Mais ils s’y accrochent avec la particularité de la conscience historique de l’Occident aujourd’hui vis-à-vis des anciennes « colonies ». Se mêle au rêve de possession et de puissance la mauvaise conscience un peu perverse de l’ancien colonisateur. La norme est de rêver Shanghai, mais de la rêver comme enjeu de ruse économique, voire politique, avec le pouvoir chinois, ou comme enjeu de reconnaissance – et donc de connivence – avec une vieille civilisation orgueilleuse et difficilement accessible. Rêve de tractations réussies, ou de compréhension culturelle harmonieuse : par rapport à Pékin, lieu du pouvoir central et de la fierté nationaliste, il est sous-entendu que les Shanghaiens sont forcément plus à même de comprendre les apports de la culture occidentale. On assiste en fait à une sorte d’abandon de la mémoire historique douloureuse pour mieux utiliser cette mémoire, et mettre ainsi en place une coopération harmonieuse, projet peut-être tout aussi utopique que l’étaient les concessions. Plus largement, en dehors des acteurs culturels, cet abandon de la mémoire conduit à une vision et à une mise en pratique plus aiguës et plus systématiques du facteur économique. Faisant table rase de tout passé politique et historique, les Occidentaux vont à Shanghai pour réaliser des affaires mirobolantes.

38Cet abandon de l’Histoire est d’autant plus facile que c’est, apparemment, ce que veulent entendre aujourd’hui les Shanghaiens. Je l’ai dit, pour eux, l’abandon des points de repère est la condition sine qua non de leur évolution, voire de leur identité. Mais ils veulent en plus, et c’est compréhensible, effacer tout ce qui peut rappeler une occupation qu’ils ont sentie comme humiliante, tout en bénéficiant de l’héritage de coopération que cette occupation a pu leur procurer. Aussi se préoccupent-ils surtout, et avant tout, de coopération économique, oblitérant et effaçant volontairement et obstinément tout ce qui pourrait ressortir des sciences humaines, Histoire, Littérature, Culture, Philosophie. De plus, leur identité de ville d’immigration, en rupture par rapport à tout cadre idéologique préétabli leur permet aujourd’hui, dans la société post-1989, de se démarquer des durcissements ou des enjeux politiques de Pékin, voire des rébellions démocratiques ou religieuses qu’engendre le poids du pouvoir central dans la capitale ou dans les régions du sud.

39Dans cette ville à la mémoire problématique, on assiste donc à une double volonté de tabula rasa, qui cependant refuse de ne pas profiter des avantages économiques que lui donne sa mémoire. D’où un paradoxe permanent dans l’image que la ville donne d’elle-même, une amnésie partielle qui s’efface dans les négociations, au moment où les acteurs économiques s’y attendent le moins, pour affirmer non pas, comme on l’entend ailleurs en Chine, la pérennité et la spécificité irréductible de la civilisation chinoise, mais la particularité de la ville de Shanghai.

40Sur le plan des représentations urbaines, ce paradoxe est visible de manière ostentatoire. Je prendrai deux exemples rapides, que je proposerai sans les analyser, autant par manque de documentation adéquate, que pour éviter de conclure de manière trop ethnocentrique sur une ville qui peut refuser d’un coup, et obstinément, de correspondre à nos cadres d’analyses.

41En littérature, cet oubli volontaire de l’Histoire s’est d’abord traduit par un silence. Les mouvements littéraires des années quatre-vingt-quatre-vingt-dix ne comptent pas d’auteurs shanghaiens majeurs, et ne parlent pas de Shanghai : refusant l’Histoire, Shanghai refuse aussi et d’autant plus l’histoire chinoise, celle de la Révolution Culturelle en particulier. Elle ne se reconnaît pas dans les idéologies et les cicatrices pékinoises. Elle se démarque même de toute grande ville chinoise : les courants littéraires importants de ces années quatre-vingt – littérature des « cicatrices », littérature des « mauvais garçons » – ont en effet montré l’émergence d’écrivains à l’imagination qu’on pourrait appeler « urbaine » dans de nombreuses grandes villes du pays. Pas à Shanghai.

42Or, depuis l’ouverture économique des années 1993, Shanghai revient dans la littérature chinoise. Je présenterai deux des plus récents et des plus sulfureux de ces romans accessibles, et ce n’est pas un hasard, aux Occidentaux : Les bonbons chinois, de Mian Mian (éditions de l’Olivier, 2001), et Shanghai Baby, de Wei Hui (éditions Picquier, 2001). Ces romans correspondent au paradoxe de la ville tel que j’ai pu l’énoncer, mais ils en durcissent le ton : les héroïnes, issues de famille aisées, ne vivent que dans la négation permanente de tout repère, qu’il soit chinois traditionnel (famille, culture, moralité) ou moderne (politique, rébellion). Elles semblent également refuser les critères économiques et culturels apportés par les Occidentaux, et pourtant apparemment parfaitement assimilés par la bourgeoisie chinoise aujourd’hui : culte de l’argent, du pouvoir, de l’initiative individuelle et de l’entreprise. Ces héroïnes de pseudo ou véritables autobiographies cultivent jusqu’à la nausée et l’avachissement la perte d’identité, de structures, de racines.

43Etonnamment, cependant, le monde dans lequel elles évoluent reproduit le paradoxe shanghaien. Dans leur volontaire dérive, elles ont pour fugaces points d’ancrage des éléments occidentaux : musique, bars, amis métis, émigrés en Occident, voire occidentaux. Mais elles confrontent à, et rapprochent sans cesse, ces points d’ancrage de la revendication de leur identité shanghaienne : descriptions très précises de la ville, de sa géographie physique et sociale, affirmation incessante d’une différence fondamentale, inexplicable mais inéluctable et rassurante, entre « l’ambiance de Shanghai » et « l’ambiance de Pékin » ou de Shenzhen, ou de Hong-Kong. Voire, de façon fugitive mais présente, la mention du passage entre les éléments occidentaux et anciens de la ville (l’ancien jazzmen club de l’hôtel de la Paix), la fameuse Huahuai (ancienne avenue Joffre), et les éléments chinois : labyrinthe des ruelles, petites librairies et restaurants de rues, vie communautaire entre voisins. De sorte que l’on peut se demander si ce provocant refus de repères n’est pas une façon de dire l’ambiguïté et la fragilité de leur ville, et le sentiment que la modernité ne fait qu’accentuer l’insupportable double face de leur identité de sujet citadin. Ainsi, pour les enfants de ces classes aisées qui dirigent économiquement la ville, la fuite en avant dans les marges, ou dans la délinquance, serait, littérairement, l’un des nombreux avatars de cette poursuite shanghaienne du progrès, dans la négation de tout ce qui a précédé.

44Le second exemple que je prendrai est celui de la modification architecturale actuelle de la ville. Le choix qui a été fait a été, comme partout ailleurs en Chine, assez radical : destruction des quartiers anciens et des labyrinthes de ruelles, remplacement des petites maisons carrées par de grandes tours. Creusement du métro, création de nouveaux quartiers d’affaires qui ont demandé un énorme travail d’assèchement du sol, de redéfinition de l’occupation des terres, et choix d’une ville « verticale », autoroutes suspendues entre les immeubles et les tours, sur plusieurs étages. Avec, pour Shanghai, trois particularités :

  • d’une part, la maîtrise ancienne de l’eau et de la terre affirmée par la quasi-naissance d’une ville entière sur la rive de Pudong. Principe ancien, on l’a vu, enjeu de pouvoir dont les Occidentaux ont amplement profité pour leurs concessions ;
  • ensuite, le choix d’un extrême de la modernité, qui caractérise l’ambition de la ville, d’être autre, meilleure, plus proche des rêves d’universalité occidentale et mondiale : le métro, objet d’une modernité absolue en Chine, et la construction d’éléments aussi symboliques que « la plus haute tour du monde » ;
  • enfin, et c’est la piste d’analyse que je proposerai pour terminer, le choix d’une ville « verticale » n’est pas seulement la preuve de la maîtrise du sol et des eaux. C’est aussi le choix exactement inverse de la maison carrée traditionnelle. La destruction des anciens quartiers, labyrinthiques et horizontaux, au profit de ces tours symboles d’un Shanghai fort et universel forme bien ce que Auguste Berque, dans Les raisons du paysage, appelle l’utopie de l’homme moderne, universel et indifférencié par un habitat en quelque sorte mondialisé. Ces destructions et ces reconstructions sont sans doute l’affirmation d’un choix devant l’ambivalence qui régit l’identité de la ville : le choix de l’urbanisme moderne, universel et conquérant contre celui de la paysannerie traditionnelle. Shanghai se détache ostensiblement de son passé, de ses racines, et de ses rêves primitifs.

45Certes, la même chose se passe à Pékin. Mais à Pékin, les seuls bâtiments anciens qui restent sont encore chinois, et imposants : la Cité Interdite au centre de la ville, le temple du Ciel à la périphérie. À Shanghai, une fois détruits les témoins du passé chinois, les bâtiments anciens qui restent, seuls témoins d’une Histoire et d’une identité, sont les bâtiments des concessions étrangères, à la bizarre architecture « normande », ou londonienne. Le paradoxe d’une identité introuvable est donc affirmé avec une nouvelle force. Et, à nouveau, la ville se trouve face à un urbanisme qui empêche ses habitants de se sentir en équilibre dans leur environnement et leur Histoire, et les force à fuir en avant…

Bibliographie

Bibliographie

BAUM Vicky, Shangaï Hôtel, 1949, réédition, Paris, Phébus, 1997.

KAHN Michèle, Shanghaï-la-Juive, Paris, Flammarion, 1997.

LAPORTE Nadine, Cent vues de Shanghaï, Paris, Gallimard, 1998.

MAO Dun, Minuit, Paris, Laffont, 1972.

MALRAUX André, La condition humaine, Paris, Gallimard, 1933.

MIAN MIAN, Les bonbons chinois, Paris, Éditions de l’Olivier, 2001.

Shanghai 1920-1940 : douze récits, par Lu Xun, Bajin, Mao Dun, Ding Ling, Shi Tuo, Zhang Ailing, traduit du chinois par V. Surio, Emanuelle Péchenart et A. Wu, Paris, éditions Bleu de Chine, 1995.

WEI Hui, Shanghai Baby, Le Mas vert/Paris, Philippe Picquier, 2003, (Picquier Poche).

Auteur

Maître de conférence en Littérature, Université de Pau et des Pays de l’Adour

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540