Version classiqueVersion mobile

L’urbain et ses imaginaires

 | 
Patrick Baudry
, 
Thierry Paquot

Première Partie. Corps, mouvements, récits

La ville est cinétique : d’un régime simple d’appropriation à un régime complexe

Jean Rémy

Texte intégral

1La ville vit une période de transition qui affecte non seulement ses zones d’extensions contemporaines, mais aussi sa partie consolidée, si l’on veut utiliser une expression qui a cours dans les milieux d’urbanistes italiens. Dans une telle situation, le concept d’anomie tel que le propose J. Duvignaud vient bien à propos pour caractériser les ambiguïtés et les incertitudes à travers lesquelles se fait la transformation. Face aux problèmes nouveaux, des innovations s’expérimentent qui cherchent leur pertinence au milieu de réactions désordonnées. Il faut chercher à discerner, dans du chaotique, les logiques socio-spatiales qui se cherchent, même si elles sont minoritaires. L’intelligence du processus suppose que l’on prenne distance par rapport à des concepts qui ont rendu intelligibles les situations antérieures et sur lesquels il y a un consensus sémantique. Ainsi en va-t-il de la ville supposant un accord entre une unité physique et une unité symbolique. Il convient de se dégager d’une approche substantielle de la ville pour donner plus de poids à une approche relationnelle. Cela permet d’accepter qu’une certaine physicalité de la ville se transforme sans altérer sa signification dans la structuration du social.

2Dans une approche relationnelle, le mouvement est à la base de la formation de la ville comme lieu d’échanges. Ce mouvement prend sens par rapport à un lieu qui sert de référence pour organiser les territoires quotidiens. Cette dualité est mise en scène à travers la dialectique d’Hermès et d’Hestia où s’opposent l’ouverture sur un monde extérieur chargé d’enjeux et l’existence de l’espace au foyer comme lieu de l’intériorité. Cet espace du foyer est structurant dans la mesure où il est le point de départ et le lieu de retour. La figure de la demeure est emblématisée par la cabane de l’enfant telle qu’elle nous est proposée par Patrick Baudry. Mais elle peut l’être aussi à travers l’image de l’homme escargotique telle que la proposait jadis Abraham Moles. La figure de la demeure prend une place croissante dans l’espace urbain contemporain. Cela est complémentaire au poids croissant de la mobilité dans la vie ordinaire. Un pôle ne se substitue pas à l’autre.

3Soucieux de reprendre cette dialectique, ce texte va procéder en deux temps. Tout d’abord, nous essayerons de comprendre la mise en œuvre contemporaine du mouvement ainsi que ses enjeux. Cela éclairera, dans un second temps, les investissements contemporains qui se font sur « la demeure ». Ce second point sera traité en mineur. Dans ces deux moments de l’analyse, on s’efforcera de dégager ce qui permet une appropriation active par rapport à une simple acceptation de ce qui est disponible. Les champs sociaux ne sont pas préstructurés par des offres, qu’elles soient d’origine privée ou publique. Les individus gardent une autonomie relative en acceptant ou en rejetant. Ces jeux sur les réussites et les échecs induisent un processus itératif.

Mouvement et formation d’un espace relationnel

4La ville est appropriée à travers les déplacements. Comme espace cinétique, elle suppose des cheminements convergents et des lieux accroissant la chance de rencontres non programmées. Ces échanges semi-aléatoires permettent de faire circuler de l’information et de soutenir des formes de sociabilité ouvertes.

5Ce contexte favorisant un jeu d’interactions est relayé au niveau de la perception. Le paysage urbain n’est pas d’abord un cadrage qui se percevrait de façon statique à la manière dont on contemple un paysage naturel en s’arrêtant. La perception d’un paysage urbain suppose une séquence qui est construite à partir du rythme du déplacement. Comme l’a bien montré K. Lynch, le mode de déplacement constitue le lien entre soi et l’environnement, selon la problématique de l’« extension of the self ». Certaines séquences sont perceptibles par l’automobiliste qui ne le seraient pas par le piéton et réciproquement. De toutes manières, un espace devient familier dans la mesure où le sujet dispose d’une carte mentale plus ou moins explicitée présentant une configuration de chemin. La lisibilité collective suppose que les cartes mentales de la plupart des individus se superposent en faisant ressortir des liaisons de base.

6Même si on valorise quelquefois l’existence de lieux qui sont des points de vue permettant une perception plus globale, la ville n’est pas vécue à partir d’une perception statique. La priorité donnée à un espace géométrisé dont on percevrait l’ensemble d’un seul coup d’œil est l’effet d’une représentation trop influencée par la cartographie ou la maquette. Cette vue zénithale implique d’ailleurs que l’extériorité de l’objet prévaudrait sur l’appropriation intérieure. On est en plein dans une illusion prométhéenne.

Le piéton comme mode d’échange prioritaire

7Jusqu’au milieu du XIXe siècle, le déplacement piéton était le mode prédominant, sinon quasi exclusif. La dimension des villes était dictée par la distance qui permettait un temps de marche raisonnable. Les villes plus importantes fonctionnaient souvent à la manière de fragments interreliés entre eux. Ainsi, certains ont-ils évoqué les « villages » constituant divers espaces de Paris. Les déplacements piétons ont des qualités sociales ayant une incidence sur les sociabilités urbaines. Ils permettent en effet un jeu varié de relations face à face. La corporéité des échanges engage les individus plus globalement. Ceci crée un sentiment de l’être ensemble que la vitesse risque d’atténuer. En outre, des détails, y compris ceux qui sont associés à la présence d’autrui, viennent y prendre une signification particulière. Si la rue n’est pas nécessairement un lieu où l’échange verbal est prioritaire, elle permet à des individus de faire décor l’un pour l’autre et à des groupes de négocier leur mode de coexistence. À partir de la rue où domine la communication non verbale, le contact face à face se prolonge dans des espaces complémentaires, tels des brasseries,… où la communication verbale peut se déployer selon un régime variable d’intimité. L’ambiance associée à la variété des lieux crée un fond perceptif commun d’où naît le sentiment d’être en ville. Ceci a d’autant plus de poids que la ville n’est pas seulement un lieu de résidence, elle est aussi un milieu de travail. Pour celui-ci, l’appui urbain lui est d’autant plus utile que les diverses rencontres liées à un espace citadin lui sont nécessaires comme des supports à l’innovation. La conjonction entre résidence et milieu de travail explique la conception que M. Weber a de la ville. Elle est pour lui un mode de structuration du social parce qu’elle est le lieu à partir duquel diverses activités arrivent à se coordonner.

8À partir du milieu du XIXe siècle, d’autres modalités de déplacement se diffusent : tram, métro, qui permettent une extension de la ville. Mais ces déplacements viennent en complément par rapport aux déambulations piétonnes qui restent le mode prédominant. La ville continue à croître dans une morphologie continue. Même si l’on commence à apercevoir une extension radiale, le long des espaces desservis par les transports en commun, les développements se font sur un mode radioconcentrique,… D’ailleurs, les tramways permettent une bonne desserte interquartier et renforcent la centralité en donnant une clientèle potentielle aux grands équipements centraux qui s’installent. Au-delà des équipements publics, on peut penser entre autres aux grands magasins.

9À la fin du XIXe siècle, G. Simmel livre son expérience de Berlin comme métropole moderne. L’extension, combinée à une plus grande liberté de mouvement, fait que l’urbanité de la métropole se développe sur un fond d’anonymat où la connaissance des autres devient de plus en plus partielle et segmentaire. Ce contexte élargit la chance de développer des lieux marqués par des sociabilités ouvertes neutralisant plus ou moins le poids des appartenances antérieures. Ceci n’empêche pas de créer des relations de confiance et de nouer des relations personnelles dont l’intensité peut varier davantage d’après les partenaires. En outre, la multiplicité des modes de déplacement disloque la perception à partir d’une métrique unique et simple. Malgré cela, la perception globale continue à se structurer à partir des modalités piétonnes d’appropriation de l’espace qui gardent l’aptitude à hiérarchiser les territoires d’échanges. Pourtant, ces diverses transformations modifient quelque peu les potentialités que la ville a de s’imposer comme forme esthétique. Ainsi, il oppose Rome, Venise, ou Florence comme expérience esthétique à celle que permet la ville de son époque. Cette dernière se présenterait volontiers à travers des modes artistiques où les tableaux des peintres pourraient devenir une médiation importante, en créant des impressions d’ensemble. G. Simmel écrit son essai sur la grande ville au moment où le futurisme se répand comme mouvement artistique, expression d’une culture d’avant-garde qui exalte un culte de la frénésie urbaine. Aujourd’hui, on doit parler du pouvoir évocateur que revêt la photo d’ambiance ou le cinéma. Cette exaltation prend sens à un moment où l’anonymat élargit les possibilités de sociabilités ouvertes. La pluralisation des lieux significatifs bat en brèche l’importance qui revêtaient antérieurement les formes esthétiques totalisantes, telles qu’on peut encore les évoquer à propose des villes antérieures.

10Néanmoins, on se trouve dans une phase transitoire. Cette grande ville, comme la ville antérieure, continue à être emblématisée comme un quasi-personnage, pour reprendre les analyses de Michel Lussault. La continuité morphologique permet d’imaginer la ville à partir d’un territoire commun et spécifique qui peut être représenté à la manière d’un corps propre. Ce corps collectif générique est inducteur d’une singularité qui discrimine la ville comme une unité symbolique chargée d’histoire. Elle peut donc apparaître comme un acteur autour duquel se noue un récit.

11Un sentiment de dislocation de ce corps propre se crée lorsque l’identité physique se dilue dans les extensions contemporaines où les zones urbaines sont discontinues et de formes variables. L’ensemble se perçoit comme un espace collectif qui devient anonyme même s’il est imaginé comme participant à la construction d’un avenir commun.

12Pour bien saisir la portée d’un tel propos, il convient de comprendre les incidences socio-spatiales liées à un inversion du régime de mobilité où les déplacements piétons deviennent subsidiaires, voire marginaux, par rapport à d’autres formes de mobilité.

Inversion du régime de mobilité : quel statut pour le piéton ?

13Cette inversion s’est insinuée progressivement depuis cinquante ans. Elle a pris une force particulière avec la démocratisation de l’usage de l’automobile dans les années soixante. Celle-ci a permis une plus grande individualisation des déplacements et une occupation plus diffuse du territoire. Cette évolution a pris une pertinence complémentaire dans la mesure où elle se combine avec l’augmentation de la rapidité des transports en commun. Ainsi s’est constitué un espace urbain où le déplacement piéton n’est plus un moyen privilégié de mise en contact pour une grande majorité de la population.

14Cette expansion spatiale est d’autant plus forte que s’élargissent les zones vivant en symbiose avec la grande ville. Il est bon de rappeler que dans les années 1930, on avait espéré qu’avec l’électricité comme énergie non pondéreuse remplaçant le charbon, on allait assister à un investissement des villes moyennes et petites au détriment des grands agglomérats urbains. Déjà en 1961, Jean Gottman publiait son ouvrage Megalopolis pour signifier l’existence d’un mouvement inverse.

15La capacité d’appropriation plus souple de l’espace n’est pas un simple étalement résultant de stratégies résidentielles ; elle permet aussi de développer un jeu d’interdépendances sur des lieux distants les uns des autres. Ceci force à reconsidérer le poids des échanges piétons dans le bilan global des échanges. Vu les distances et les modalités de transport, la marche à pied risque de devenir marginale ou peu significative. Des relations peuvent se constituer et s’entretenir sur d’autres bases, même si en finale, cela aboutit à de multiples contacts face à face. Des réseaux sociaux peuvent ainsi se constituer et multiplier des rencontres dans des lieux occasionnels, dispersés dans l’espace.

16La représentation de la centralité urbaine se transforme dans cette nouvelle configuration des lieux d’échange. Selon une étude réalisée dans des zones d’extension de l’agglomération de Québec, une partie de la population n’a plus une image cognitive de type concentrique où l’agglomération se perçoit à partir du centre historique qui combine une suprématie symbolique et fonctionnelle et autour duquel vient se distribuer une première ceinture d’espaces urbains et ainsi de suite.

17La notion de centralité est fortement retravaillée dans un espace cognitif où le bon fonctionnement de l’agglomération repose sur une structure multipolaire. La centralité se diversifie. L’espace cognitif distingue la centralité fonctionnelle, la centralité symbolique. La centralité géographique vient encore se surimposer comme un lieu commandant une diffusion de l’accessibilité. Ces centres sont valorisés par les potentialités de relations qu’ils ont entre eux, et pas seulement avec le centre ville historique. À ce dernier on continue de reconnaître une prévalence du plan symbolique, mais pas nécessairement au plan fonctionnel ou au plan d’une centralité géographique. L’attrait que revêt l’existence d’une multiplicité de centres crée une image qui se structure autour d’un réseau de communication où les liaisons tangentielles ont autant d’importance que les liaisons radiales. Les autoroutes jouent un rôle clé : l’espace scénique que l’on peut découvrir à partir de celles-ci revêt une grande importance. Sur cette macro-structure vient se distribuer une multitude de quartiers dont les avantages comparatifs sont plus ou moins bien perçus.

18Cette nouvelle image cognitive est congruente avec un type de pratiques organisant l’usage de l’agglomération où la mobilité hors travail prend une importance croissante. Les déplacements ne sont plus d’abord motivés par une mobilité de consommation. Au contraire, on risque de valoriser certains commerces et services de proximité dans la mesure où ils font gagner du temps. Selon cette recherche, la nouvelle génération privilégie une mobilité de sociabilité, non seulement pour entretenir son réseau relationnel, mais pour profiter de ce qui fait événement, fête,… Une telle aspiration est en quête de lieux où elle peut se concrétiser, qui se caractériseraient par une diversité d’ambiances. Les initiatives à caractère collectif, qu’elles soient d’origine privée ou publique, ont une chance de succès dans la mesure où elles sont en connivence avec cette manière de vivre la ville.

Transaction entre pôles urbains et culture de la demeure

19Cette même étude québecoise note la différence entre la représentation de la macro-structure spatiale et l’image qui est valorisée pour du logement. La qualité du voisinage est associée à sa tranquillité. Ce critère vient bien avant l’accessibilité. De façon générale, on est prêt à accepter un temps supplémentaire de déplacement pour assurer la qualité du lieu où vient s’insérer le logement puisqu’on peut facilement la séparer du lieu de travail et des lieux de loisir. Le logement est de plus en plus valorisé comme une demeure, c’est-à-dire comme un lieu favorisant des appropriations personnelles et familiales. Toutes conditions égales par ailleurs, la mobilité actuelle accroît la marge de manœuvre qui permet de renforcer un investissement sur la demeure. L’importance de la demeure est néanmoins une constante. Elle apparaissait déjà dans l’enquête menée dans les années soixante sur l’habitat pavillonnaire. Un des avantages qu’offrent les modalités contemporaines de l’espace urbain réside précisément dans la possibilité de penser le logement en termes de demeure, comme un lieu où l’on a la possibilité d’affirmer un « chez soi » sans intrusion inopinée d’autrui. Ceci n’empêche pas une ouverture sélective sur les autres à travers une manière de faire connaissance. Cette possibilité d’appropriation personnelle suppose un certain espace d’autant qu’on assiste à une insertion domestique de divers réseaux. Cela vaut aussi pour les personnes vivant en appartement dans des immeubles collectifs. À l’inverse, il serait aussi inexact de penser que les personnes habitant en maison sont davantage repliées sur leur logement et ont une propension moindre à la vie associative. La demeure se renforce comme un lieu de repère à partir duquel s’organisent les espaces du quotidien. La dialectique de Hermès et Hestia peut se déployer avec beaucoup plus de force, alors que les contraintes du logement en ville avaient pu contribuer à l’estomper quelque peu.

20Les facilités de mobilité accroissent à bien des égards les degrés de liberté dont disposent les ménages. Ainsi penser demeure, pour ne pas dire penser maison, peut s’affirmer de façon prioritaire. Pour améliorer la qualité de leur demeure, bien des personnes peuvent prendre des risques sur l’accessibilité à des opportunités urbaines.

21Cette inversion des priorités doit être mise en correspondance avec les préoccupations des urbanistes. Ces derniers pensent fréquemment « ville » d’abord, en étant prêt à prendre des risques sur la qualité de la demeure. Si le devenir des espaces urbains dépend de la manière dont seront gérées les conséquences collectives d’une multiplicité de choix individuels, la qualité des espaces urbains va dépendre de la manière dont on arrivera à composer cette double exigence. Des transactions multiples sont à trouver, y compris pour rendre plus attractif l’habitat situé à l’intérieur de la ville consolidée.

Ville en gestation et nouvelle configuration spatiale

22L’image de la ville léguée par la Renaissance présente la ville comme une totalité où un accord s’établit entre forme de sociabilité et forme esthétique, entre espace physique et espace symbolique. Si l’on privilégie une telle lecture, les nouveaux espaces se présentent comme une décomposition, « les zones grises de l’urbain », pour parler comme Françoise Choay.

23Ces espaces sont, dans la ligne de ce qu’avait pressenti G. Simmel, le résultat d’une recherche de sociabilité ouverte, tout en atteignant un nouveau seuil d’autonomie. Cet effet seuil induit des conséquences collectives que des actions régulatrices et coordinatrices devraient pouvoir neutraliser.

24Le travail collectif sur les centralités qui font sens aujourd’hui nous paraît être un phénomène majeur dont il s’agit de discerner toutes les conséquences sur la structuration du social. Déjà G. Simmel constatait que l’émancipation de la dimension personnelle mettait en question les formes totalisantes. « La grande ville d’aujourd’hui est-elle encore capable d’agir à la manière d’un grand personnage pour accumuler les expériences nouvelles tout en les intégrant au passé ? » (J. Rémy, 1995, p. 80). Michel Lussault le découvre dans ses analyses sur les dynamiques narratives : l’agglomération apparaît comme un actant qui fait progresser le récit à la manière d’un collectif anonyme, qui ne trouve pas à se figurer comme acteur. S’agit-il « d’un décalage temporel provisoire entre deux séries dont les rythmes d’évolution sont différents… » (J. Rémy, ibid.). Dans ce cas, le décalage est conjoncturel, mais si l’on se met dans la ligne de pensée de G. Simmel, il y a beaucoup de raisons pour se rallier à une modification à caractère structurel. Ceci serait en connivence avec le renforcement d’un individu pluriel dont la cohérence dépend des capacités de régulation interne de chacun. Le récit collectif se complexifie à travers une représentation du social où le collectif anonyme vient s’entremêler à des acteurs collectifs personnalisés.

Nouvelles logiques socio-spatiales en formation

25La recherche québecoise faisait ressortir l’attrait exercé par certains lieux urbains polarisateurs. Ceux-ci trouvent souvent leur appui dans l’ambiance collective qu’ils permettent. Celle-ci dérive d’une activité spécifique autour de laquelle se développe une mixité fonctionnelle. La ville moderne suppose des lieux où l’on est enveloppé dans une expérience multisensorielle à caractère dynamique, mais où les ambiances sont variables d’un endroit à l’autre.

26Dans la périphérie sud de Bruxelles, trois pôles se développent : Wavre, Ottignies et Louvain-la-Neuve. Situés à sept km l’un de l’autre, ils sont desservis par le train et le réseau routier qui leur permet une bonne accessibilité vers Bruxelles. Chacun développe une spécificité reposant soit sur le culturel, soit sur les commerces de comparaison, soit sur les équipements hospitaliers ou scolaires. Ils desservent une population de 150 000 à 250 000 habitants, dont les deux tiers vivent en habitat dispersé. Leur caractère piéton est un de leurs attraits de base. Celui-ci est renforcé par le fait que ces lieux ont une bonne accessibilité automobile. Cela s’explique par le fait qu’il s’agit d’attirer une population disséminée. Le développement de ces centres, avec les équipements et les ambiances que cela suppose, permet en retour de densifier l’habitat. Avec le temps, les interactions entre ces lieux s’intensifient, ce qui, par contrecoup, renforce les échanges avec leur périphérie. Ainsi naît une conurbation reliant des entités discontinues ayant chacune son caractère propre. La séquence peut apparaître comme le résultat d’un cercle vertueux. Elle est révélatrice d’un processus résultant d’un jeu d’acteurs, aptes à saisir les opportunités.

27Ce cas de figure nous inspire le schéma du réseau aréolaire pour comprendre le mode de restructuration des périphéries. Ce schéma est proposé comme un modèle heuristique. L’aréole suppose un lieu marqué par une activité dominante générant des activités dérivées. Les limites sont floues, mais l’aréole se caractérise par le développement d’espace conçus à l’échelle du piéton. Il ne s’agit pas d’un quartier où il faut résider pour se sentir chez soi. Ces aréoles ont du sens à travers leur ouverture sur l’extérieur. Elles se renforcent à travers leur connexion au réseau, tout en privilégiant des interactions à moyenne et courte distances. Ce tripôle, comme on l’appelle quelquefois, n’a rien à voir avec un centre qui développe ses périphéries. La discontinuité elle-même peut être valorisée comme facteur de diversité. La discontinuité prend d’autant plus de sens qu’elles sont séparées par une zone centrale boisée. Le bois étant classé pour bonne part, il sert de limite à une extension. Ceci ajoute une connotation complémentaire en renforçant l’image d’une cohabitation entre nature et espace urbanisé.

28Discerner les nouvelles logiques socio-spatiales qui se cherchent nous semble décisif pour qui veut donner plus de cohérence à des espaces qui sont à bien des égards désordonnés. Pour y arriver, il est important de comparer ce qui échoue et ce qui réussit. Il faut abandonner une perspective déterministe pour raisonner en termes de probabilités, en utilisant la notion de chance de survenance d’une réaction souhaitée. Cela est important pour évaluer toute initiative collective, qu’elle soit privée ou publique.

29Les lieux où s’organise un ordre de proximité ne se réduisent pas au quartier, c’est-à-dire à un espace où la priorité va au logement et aux relations de voisinage qui y sont donc associées. Les ordres de proximité sont divers. Ainsi peut-on évoquer les sites de gares dans leur histoire depuis le XIXe siècle et dans leur renouveau actuel. Dans un tel cas, l’activité est l’élément de base à partir duquel des fonctions dérivées se développent, y compris celle du logement. L’habiter devient multilocal. Un espace réticulaire se constitue dans la mesure où des échanges multilatéraux se développent entre des pôles discontinus.

30L’autonomisation réelle ou recherchée suppose que divers intervenants puissent mettre en œuvre une stratégie propre. Ceci bat en brèche l’hypothèse que les nouvelles technologies auraient des effets quasi automatiques. Au contraire, elles ouvrent un champ d’opportunités. Parmi la multiplicité des appropriations possibles, certaines se concrétisent à travers de multiples interactions conjuguant divers intervenants. Ce qui se passe n’est pas le simple résultat de champs sociaux et spatiaux préstructurés par des acteurs collectifs imposant un système d’offres matérielles et de représentations légitimes. Les individus et les groupes expriment leurs préférences soit en se désintéressant, soit en plébiscitant. Il ne faudrait pas minimiser le poids de l’arbitrage. Le jeu de réussite et d’échec indique l’existence de degrés de liberté. Plusieurs réponses sont compatibles avec des aspirations en quête de concrétisation. Toute proposition plausible se présentant en premier a des chances d’être agréée. Nos aspirations se solidifient à partir d’expériences qui ont réussi, quel que soit l’acteur qui a eu l’initiative de celles-ci. Ces interférences permettent à des processus sociaux de prendre forme entre le marché et l’État. En général, le marché cherche à s’encastrer dans cette dynamique, en présentant des solutions plausibles. L’État et le politique adoptent quelquefois une attitude inspirée par un volontarisme abstrait prenant le mouvement à rebours. Ceci diminue la plausibilité de certaines interventions et accroît le risque d’échec. Les séquences qui se réalisent sont le résultat de la transaction entre une pluralité d’intervenants où le politique devrait pouvoir s’insérer comme meneur de jeu. Il faut garder à l’esprit que le processus n’a pas été initié par le politique, même si ce dernier l’accompagne par ses politiques d’infrastructure. Il doit donc pouvoir s’y encastrer s’il veut le réguler.

31Dans ces évolutions relatives à la Ville, la dimension politique de la « civitas » semble être remise en question. Le statut de l’espace public est certainement à revoir. Il tend à s’effriter dans la ville consolidée. Il se cherche sous des formes nouvelles ailleurs. Ainsi peuvent être recherchées des zones conçues à l’échelle du piéton où se développent des potentialités de sociabilités ouvertes. Ce type d’espace public contribue à renforcer la société civile dans son autonomie par rapport au politique. Cela ne signifie-t-il pas que l’espace public est valorisé comme lieu symbolique instituant de façon primordiale les relations entre l’individu, la vie collective et l’autorité, qu’elle soit politique, religieuse ou autre… Peut-être certains espaces publics apparaissent-ils aujourd’hui d’autant mieux comme lieux de mise en scène du politique qu’ils sont vides de vie sociale. Les lieux où circulent les informations décisives pour la gestion de la cité ne sont pas nécessairement associés à l’espace public. Il conviendrait de mettre en relation la notion d’espace public avec l’évolution de la centralité : certains espaces publics pourraient ne pas être associés à la centralité, vu que la rencontre s’appuie sur une pluralité de références. Cette pluralisation des références et des appartenances pose d’ailleurs problème aux partis politiques. Il devient de plus en plus difficile d’intégrer les positions des électeurs sur un grand nombre de questions.

32L’accroissement de la mobilité, en multipliant les degrés de liberté, renforce l’ambiguïté de l’espace social urbain. Simmel insiste sur ce point. Ainsi certains auteurs peuvent-ils faire ressortir les aspects positifs de la ville émergente en constatant l’élargissement considérable des horizons de choix, les potentialités affinitaires choisies et flexibles. D’autres, au contraire, soulignent les aspects négatifs où la mobilité élargie permet le développement d’espaces de l’entre soi dans un repli défensif peu ouvert à l’expérience de l’altérité et peu sensible à des solidarités élargies. Certains vont même jusqu’à parler de « sécession urbaine », la mobilité permettant essentiellement de mettre à distance. Si les deux modes d’appropriation coexistent, nous pensons qu’il faut comprendre les aspects positifs pour savoir par quelle stratégie neutraliser les aspects négatifs. Sans cela, les politiques risquent de proposer des mesures peu plausibles. On ne gouverne pas par des décrets multipliant les contraintes qui vont à contre-courant des potentialités offertes par le contexte. Au contraire, si l’on veut promouvoir une expérience de la diversité, il s’agit de comprendre les expériences de mixité sociale qui réussissent pour en saisir la logique.

Conclusion

33La ville ne devrait-elle pas permettre un maximum d’interactions avec un minimum de mobilité ? Ce propos peut paraître rationnel dans la mesure où les interactions sont données comme équivalentes et ont d’autant plus d’intérêt qu’elles s’imposent au hasard. Il en va tout autrement si l’on tient compte des jeux sur la distance et la proximité qui permettent des communications d’intensités variables. Il en va de même si l’on considère les lieux de convergence et de faible visibilité nécessaire pour que la ville soit vécue comme un support d’innovation ou comme un lieu stimulant la diversité… Toute une axiomatique de la territorialité est à mettre en œuvre si l’on veut comprendre divers aspects de cette dynamique socio-spatiale.

34À cet égard, on peut dire que les facilités de mobilité libèrent des contraintes qui pesaient lorsque les moyens de se déplacer étaient rares et coûteux. Ceci ne signifie nullement que plus la dispersion est grande, plus l’expérience urbaine s’enrichit. Tout le propos est de voir comment se combine la mise à distance qui permet d’affirmer une culture de la demeure, tout en favorisant un mode de regroupement en des lieux qui prennent une signification de centralité. En outre, la multiplicité de ceux-ci fait qu’ils prennent sens dans leur ouverture réciproque à travers l’accessibilité que les réseaux permettent. Dans le concept de réseau aréolaire, l’aréole évoque la diversité des lieux marqués par un ordre de proximité. Le réseau indique que celles-ci n’ont de sens qu’à travers les relations multilatérales qu’elles entretiennent. Nous sommes aux premiers balbutiements d’une logique spatiale qui se cherche. Si nous voulons que cela devienne une parole forte, il faut avoir l’intelligence du processus. Cela ne se renforce pas par une sémiologie qui permette de prendre conscience de la nouvelle configuration spatiale aidant à sortir d’une représentation informe. Pour ce faire, il faut prendre distance par rapport aux concepts qui ont rendu intelligibles les situations antérieures et inventer d’autres modalités conceptuelles qui permettent de comprendre les processus en cours et de les dégager par rapport aux scories auxquelles ils sont entremêlés. Cette compréhension est un préalable à toute politique qui cherche à les réguler et à les orienter. La compréhension suppose beaucoup de discernement. Il faut éviter à la fois une nostalgie du passé et une admiration qui accepte sans plus les évolutions actuelles.

Bibliographie

Référence bibliographique

RÉMY Jean (sous la dir. de), Georg Simmel : ville et modernité, Paris, L’Harmattan, 1995.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search