Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’urbain et ses imaginaires

 | 
Patrick Baudry
, 
Thierry Paquot

Ouverture

Patrick Baudry et Thierry Paquot

Texte intégral

1Les relations qu’une ville bien typée – la ville marchande affiliée à la Hanse, la ville épiscopale de la civilisation médiévale, la cité industrielle fumant de toutes ses cheminées d’usines, la cité balnéaire fière de ses villas chics et de son casino, etc. – entretient avec l’imaginaire de ses habitants ou celui de ses visiteurs sont relativement aisées à caractériser, en évitant le déterminisme étroit et mécanique qui obscurcit plus qu’il n’éclaire… Ce n’est pas parce qu’une ville possède une caserne que tous les habitants marchent au pas et se lèvent à la sonnerie du matin ! Ce n’est pas parce qu’une ville abrite des écoles et des universités qu’on y parle latin ou en alexandrins et que seules les choses de l’esprit occupent tout un chacun ! Il n’existe pas de ville monobloc, monochrome, monocorde, monolingue, monomotrice, ce qui serait bien monotone. Toutes les villes sont composites. C’est un dosage – variant d’une époque à une autre – qui confère à une ville sa singularité. Certaines villes sont plus singulières que d’autres et de la même manière que tout lieu n’est pas forcément un paysage, toute ville n’est pas nécessairement belle, agréable, variée, riche d’un passé glorieux et porteuse d’un avenir exceptionnel. Il y a des villes ordinaires à qui on n’en demande pas plus. Pourquoi s’évertuer à vouloir toutes les classer à l’inventaire d’un quelconque patrimoine mondial de l’humanité ? Pourquoi, essayer à tout prix, de les monter en épingle, d’exagérer leurs qualités, d’en rajouter sur leurs potentialités ?

  • 1 Cf. « Town and Town Mythology », par Bogdan Bogdanovic, Introduction présentée lors de l’Internati (...)

2Bogdan Bogdanovic se penchant sur la mythologie qui enveloppe une ville note justement : « Une ville ne possédant pas une preuve matérielle de son existence ni une histoire suffisamment évocatrice doit choisir : ou bien renoncer tout simplement à toute idée de continuité et de personnalité formée dans la continuité, ou bien compenser cette insuffisance d’une autre façon. Le désir de définir l’individualité urbaine doit théoriquement exister dans toutes les villes modernes. Quelles prétentions peut avoir, par exemple, une ville satellite implantée sur un sol vierge quelque part aux abords d’une importante métropole ? Il est difficile de se l’imaginer. Toute ville, même celle qui vient d’être construite de toutes pièces, a sa propre vie, sa propre chronique modeste. »1 L’inégalité patente entre les villes relève d’un banal constat. Aucune n’est identique à sa voisine, malgré parfois des airs indéniables de parenté (rond-point surdimensionné, petite supérette à l’entrée, équipements publics à l’architecture insignifiante, traitement des trottoirs et mobilier urbain standardisés, etc.), sans pour autant avoir la capacité à affirmer une quelconque identité. Néanmoins, admet Bogdan Bogdanovic, la qualité du site façonne l’image d’une commune. « Certaines villes, écrit-il, possèdent manifestement des environs mythopoétiques ; dans d’autres cas sont mises en évidence quelques conditions naturelles particulières – par exemple des singularités topographiques – qui sont vite remarquées et intégrées mythologiquement : une ville construite sur trois collines, sur sept collines, située à la confluence de deux fleuves, ou de sept. » Gâtée ou non par la Nature, la ville exprime quelque chose de plus que l’accumulation des constructions et des populations qu’elle abrite, c’est ce quelque chose que l’imaginaire va subvertir, sublimer, détourner, transmettre.

3Le roman policier ne se satisfait pas de n’importe quelle ambiance, de n’importe quelle ville. Marseille va bien à ce genre littéraire, et l’on ne compte plus les romans dont l’intrigue s’y déroule, dont l’histoire et les personnages font corps avec le corps urbain lui-même. Mais « fait-il corps », ce « corps », avec lui-même ? L’imaginaire ne se glisse-t-il pas dans les brèches qu’aucune « unité » ne peut résorber ?

  • 2 Cf. Quai de l’oubli Philippe, par Huet, Paris, Albin Michel, 1992 et L’Allumée, par Thierry Guidet (...)
  • 3 Cf. La Genèse des passions dans la vie sociale, par Jean Duvignaud, Paris, Puf, 1990, p. 116.

4Le Havre – pourtant si bien situé – n’a nourri qu’un roman noir, et Nantes de même2. Il existe bel et bien une alchimie entre une ville et l’imaginaire qu’elle secrète, non ? Jean Duvignaud a raison lorsqu’il écrit « Que la cité ait joui d’elle-même, voilà ce qui importe. On ne peut parler de tout – de l’aménagement de l’étendue urbaine, des lieux sacrés ou de pouvoir. L’architecture est chose des cités – Athènes, Rome, Bagdad, Pékin, Venise, Bruges se sont installées dans un univers qu’elles ont modelé. Non à la manière des empires théocratiques pour la mort, mais pour la vie quotidienne. Elles ont suscité un peuple de statues, humanisant les dieux, comme l’on fait les Grecs, aux carrefours des rues, ou les saints sur la façade des églises chrétiennes. L’homme, la femme, intercesseurs charnels avec l’invisible. Aucune autre collectivité sociale n’a aussi délibérément matérialisé son lieu de vie. »3 Mais notre monde actuel vit, sans grand traumatisme explicitement affiché – mais qui recense le suicide des paysans ? –, la montée en puissance des nouveaux territoires urbains et l’effacement progressif, à la fois, de la ville historique aux limites bien visibles et lisibles et du monde rural agricole. D’où notre question : ces nouveaux territoires urbains fécondent-ils un imaginaire spécifique, de même que la ville historique et la campagne le font, peu ou prou ?

  • 4 Cf. La Poétique de la rêverie, par Gaston Bachelard, Paris, Puf, 1960, p. 85.

5L’adjectif et nom commun « imaginaire » provient du latin imaginarius qui veut dire « qui n’existe que dans l’imagination ». « Imagination » traduit le latin imaginatio, dont le sens est « image de rêve ». Ces deux termes, « imaginaire » et « imagination », dérivent du mot « image », en latin imago, « représentation », « imitation ». L’imagination est ainsi la faculté à produire des images, à s’adonner à la rêverie, à sortir du réel pour mieux le transcender. L’imaginaire, lui, résulte de l’imagination. L’imaginatrice et l’imaginateur s’abandonnent au plaisir d’imaginer en activant leur imagination à produire de l’imaginaire. À partir de quoi, imaginons-nous ? De sensations ? De sentiments ? De situations agréables ou non, tourmentées ou non ? De souvenirs et d’oublis ? De rencontres ou d’absences ? D’un lieu ou d’un paysage ? D’une frustration ou d’un désir comblé ? Chez Gaston Bachelard c’est l’enfance qui héberge les images fondatrices et sert de duplicateur, d’arrangeur, de mélangeur. Le « je » du rêveur ne retourne pas en enfance, il ne fait que la prolonger. « Ainsi, écrit l’auteur de La Poétique de la rêverie, des images d’enfance, des images qu’un enfant a pu faire, des images qu’un poète nous dit qu’un enfant a faites sont pour nous des manifestations de l’enfance permanente. Ce sont là des images de la solitude. »4 – Et il en faut de cette solitude – qui n’est pas l’isolement, qui n’est pas la « quarantaine » ou la bouderie – pour constituer ce tas de secrets qui alimentera notre imaginaire. Des courses dans les rues, des parcours interdits, des retards involontaires, des hasards heureux, des attentes inquiétantes, des paroles et des regards, des odeurs et des parfums, des gestes et des touchers, procurent à la solitude ce qui finalement la caractérise : la disponibilité au départ, à l’errance, à la confection d’images.

6Nous y re-voilà. Pierre – appelons-le Pierre – n’habite ni un centre ancien d’une ville moyenne (Laval, Bergerac ou Manosque), ni une banlieue – plus typée qu’il n’y paraît, Vitry, Chelles ou Villeneuve-Saint-Georges –, mais un « nouveau village » à la périphérie d’un vieux bourg dépeuplé où ne réside qu’une poignée de vieillards entretenant une pharmacie et un cabinet médical. Pierre a huit ans et connaît le ramassage scolaire et les humeurs de ses parents lorsqu’ils le conduisent le mercredi matin au conservatoire et l’après-midi au gymnase d’à-côté, c’est-à-dire toujours trop loin. Il va grandir dans un entre-deux, un paysage au nom incertain, avec incontestablement des champs et même une forêt et un étang pas toujours dépotoir, mais aussi une bretelle autoroutière, des routes très fréquentées par des automobilistes trop pressés, à quelques kilomètres de là un centre commercial, où les ados viennent traîner le samedi et puis la famille, chez qui l’on se rend le dimanche, un oncle à quinze kilomètres, un autre un peu plus loin dans une hachélem et les grands-parents, installés dans une belle demeure d’un vrai village tout fleuri. Pour compléter le tableau, il faut ajouter le téléviseur, le magnétoscope et l’ordinateur avec Internet. Pierre baigne dans un trop-plein d’images « visuelles » où surnagent quelques rares images auditives ou littéraires. Si ces dernières sont vagabondes, les premières plus autoritaires imposent leur vue au spectateur passif. C’est avec ce bric-à-brac qu’il va imaginer. Il ignore qu’il est un urbain, pas vraiment un citadin et encore moins un villageois. Il est encore trop petit et de la fenêtre du 4 x 4 paternel il ne voit qu’une discontinuité de bâti, rien de plus normal. Ce qui l’étonne c’est la ville dense, compacte, rassemblée. Là, il étouffe. Ses images se télescopent, il perd ses repères et a hâte de retourner chez lui, dans cette marée pavillonnaire au ressac, à ses yeux, amical.

  • 5 Cf. Vive la ville !, par Thierry Paquot, Arléa-Corlet, 1994 et le dossier « Le grand ensemble, his (...)
  • 6 Cf. « L’essaimage urbain en France et en Europe », par Jean-François Gravier, Vie sociale, no 10, (...)
  • 7 Cf. « Vie urbaine, vie rurale dans la France d’aujourd’hui », par Edmond Marc, Tendances, no 36, a (...)
  • 8 Cf. « Village et urbanisation. Problèmes sociologiques », par Placide Rambaud, p. 17, tout ce rema (...)

7La ville a commencé à perdre du terrain au moment de la Reconstruction, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors même que la société française, statistiquement, devenait urbaine. Paradoxalement, le Français rêvait d’une maison individuelle et les décideurs – chargés de la modernisation du pays – lui proposaient un logement dans un grand ensemble, cette non-ville dont les effets calamiteux n’allaient guère tarder à se manifester5. À cette époque, la ville avait un avenir radieux, d’autant que des cités-dortoirs l’environnaient. Pourtant, elle s’éparpillait déjà en un habitat diffus, qui par sa présence même modifiait l’ancien rapport ville/campagne. En 1964, Jean-François Gravier parle d’« essaimage urbain », qu’il distingue de la décentralisation, et qu’il repère aux États-Unis mais aussi en Europe et en France même6. Il prône un desserrement « des activités du vieux noyau urbain », simultanément au « desserrement résidentiel », rendus possibles par la généralisation de l’automobile. Un an plus tard, Edmond Marc7 remarque cet éparpillement territorial des habitations et des activités, ce qui n’a pas échappé à l’Insee qui a défini une nouvelle catégorie, les « zones de peuplement industriel ou urbain » (ZPIU), afin de mieux coller à cette nouvelle distribution populationnelle. Les campagnes agricoles se dépeuplent, les centres villes se maintiennent ou se renforcent et des « zones » pas très bien déterminées voient leur population s’accroître fortement, sans réel urbanisme. Placide Rambaud, dans un important article8 note : « Enfin, la notion d’urbanisation recouvre l’ensemble des processus par lesquels un milieu rural se rapproche de la parité sociale et économique avec les villes voisines, tant dans le revenu par travailleur que dans la mobilité professionnelle, dans les chances de culture que dans la gestion des affaires. (…) Et l’on peut parler tantôt de parasitisme ou de colonisation des villes par rapport aux campagnes environnantes, tantôt de leur insularité stérélisante, ou encore de villes urbanisantes… ». Si le concept d’« urbanisation » est alors contesté par les auteurs de ce dossier, il sert à désigner un processus complexe qui entremêle l’économique, le culturel, le social au géographique. La plupart des travaux de cette époque quantifient l’urbanisation des campagnes et plus généralement la suprématie de l’urbain sur le rural, au point où ce dernier non seulement lui est subordonné, mais n’a plus aucune autonomie. Peu s’aventurent sur l’urbanisation des mœurs et par conséquent l’imaginaire que cet urbain enfante. Les romanciers, les cinéastes, les documentaristes précédent, bien souvent, les sociologues et les anthropologues, dans la description et le décodage de ces « nouveaux territoires urbains ». Pour ne citer que quelques romanciers, au rapport à l’écriture bien dissemblable, François Bon, Jean Echenoz et Christian Bobin arpentent les chemins de traverse de cet urbain généralisé.

  • 9 Cf. « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », par Françoise Choay, catalogue de l’expositio (...)

8Mais l’ancien à la peau dure. Ainsi, ce sont encore les mots « ville » et « banlieue » qui sont le plus usités, tant par les habitants que par les responsables politiques. Alors même que leur réalité est tout autre. Notons, au passage, que « ville » provient de villa et « banlieue » est un terme francique du vocabulaire juridique qui désigne le territoire protégé par le droit seigneurial, deux acceptions sentant bon leur terroir ! En 1981, l’affiche du candidat à la présidence de la République, François Mitterrand, le représentait devant un clocher villageois… L’imaginaire est souvent en décalage avec la réalité. Et leur rencontre s’annonce douloureuse. C’est ce qu’explique Françoise Choay9 en retraçant les grandes étapes de cette mutation technologico-territoriale. Sans nostalgie pour « la ville européenne », sans acrimonie pour le déploiement des nouvelles technologies de l’information, mais avec la ferme intention de défendre une certaine idée de l’urbanité, elle annonce la fin des « entités urbaines discrètes » et la victoire – provisoire ? – de l’urbanisme du branchement, grandement encouragé par une architecture déréalisée. « Les objets techniques ainsi produits, affirme-t-elle, s’inscrivent dans les réseaux territoriaux. En périphérie, ils forment de simples juxtapositions inarticulables à des ensembles de petite échelle (voyez sur la rive droite de la Seine, à Paris, l’addition mégaministère, mégastade, supermarché). Ailleurs, ils détruisent les anciennes villes et les campagnes immémoriales : ici, coins géants qui font éclater les vieux quartiers (voir Bruxelles) ; là, masses hétérogènes qui mitent et trouent mes paysages ruraux. »

  • 10 Jean Duvignaud, L’Oubli Arles, Actes-Sud, 1995, p. 189.
  • 11 Idem, p. 190.

9Images ressemblantes, images trompeuses, images de synthèses, images trafiquées au logiciel, images piratées, images interdites, images mirages ? Les surréalistes avec les lettres du mot « image » ont écrit « magie », c’est dire si le jeu est au cœur de notre relation au monde et aux représentations qu’on en a. Ce sont les règles de ce jeu que les textes qui suivent tentent de préciser, sachant toutefois que la règle appelle l’exception, que le décalage ouvre des perspectives insoupçonnées et que l’imaginaire échappe à la raison. L’imaginaire ? : « Être par la fiction pour répliquer à l’inévitable », dit Duvignaud10. Du même ouvrage, nous voudrions citer cette autre phrase : « le domaine des comportements gratuits ou improductifs est plus vaste que ne croient les économistes de la rentabilité »11.

10Les textes qui suivent proviennent d’un colloque qui s’est tenu en 2001 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, dans le cadre d’un quadriennal (« Espaces publics et équipements de société ») dirigé par Jean-Pierre Augustin et Patrick Baudry. Nous tenons à remercier Madame le Professeur Sylvie Guillaume, alors Directrice de la MSHA, pour le soutien qu’elle a accordé à ces travaux.

Notes

1 Cf. « Town and Town Mythology », par Bogdan Bogdanovic, Introduction présentée lors de l’International Congress of IFHP, Belgrade, juin 1971.

2 Cf. Quai de l’oubli Philippe, par Huet, Paris, Albin Michel, 1992 et L’Allumée, par Thierry Guidet, éditions Joca Seria, 1995.

3 Cf. La Genèse des passions dans la vie sociale, par Jean Duvignaud, Paris, Puf, 1990, p. 116.

4 Cf. La Poétique de la rêverie, par Gaston Bachelard, Paris, Puf, 1960, p. 85.

5 Cf. Vive la ville !, par Thierry Paquot, Arléa-Corlet, 1994 et le dossier « Le grand ensemble, histoire et devenir », dirigé par Annie Fourcaut et Thierry Paquot, Urbanisme, no 322, janvier-février 2002.

6 Cf. « L’essaimage urbain en France et en Europe », par Jean-François Gravier, Vie sociale, no 10, octobre 1964.

7 Cf. « Vie urbaine, vie rurale dans la France d’aujourd’hui », par Edmond Marc, Tendances, no 36, août 1965.

8 Cf. « Village et urbanisation. Problèmes sociologiques », par Placide Rambaud, p. 17, tout ce remarquable dossier est à lire : « L’urbanisation des campagnes », Études rurales, no 49-50, 1973, École Pratique des Hautes Études, avec des contributions de E. Juillard, G. Duby, M. Gervais, N. Mathieu et J.-C. Bontron, A. Berque, etc. L’article, plus ancien mais prémonitoire, d’E. Juillard est à méditer : « L’urbanisation des campagnes en Europe occidentale », Études rurales, no 1, 1961, p. 18-33. Lire également, « Trente ans de périurbanisation : extension et dilution des villes », par Thomas Le Jeannic, Économie et Statistique, no 307, 1997, p. 21-41.

9 Cf. « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », par Françoise Choay, catalogue de l’exposition La Ville, Centre Georges Pompidou, 1994, p. 26-35. Lire « De la ville à l’urbain », sous la direction de Thierry Paquot, Urbanisme, no 309, novembre-décembre 1999.

10 Jean Duvignaud, L’Oubli Arles, Actes-Sud, 1995, p. 189.

11 Idem, p. 190.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540