Version classiqueVersion mobile

Lieux culturels et contextes de villes

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Daniel Latouche

3. "Anticipactions" culturelles

Le réseau vert de Montréal : un équipement postmoderne ?

Gilles Sénécal

Texte intégral

1Depuis Jean-François Lyotard, on ne s'étonne plus d'entendre parler de la crise des récits. C'est ainsi que les auteurs proches des thèses postmodernes ont poursuivi une interrogation sur la fonction narrative de la science, interprétée comme un effort de légitimation des idéaux de progrès et d'émancipation sous-tendus par la modernité (Lyotard, 1979, 7). Ces thèses jettent un doute sur la capacité d'objectivation de la science. Elles étaient appliquées spécifiquement à la philosophie et servaient à circonscrire la portée des grands courants de pensée qui avaient soutenu l'effort de modernité dans les sociétés occidentales et ce, spécialement depuis la Révolution industrielle.

2Après avoir vu cette approche rallier de nombreux chercheurs, il est tentant d'étendre l'explication à d'autres domaines d'activités et de réflexion, notamment celui des études urbaines, et de proposer une mise en récit du phénomène urbain. Pour les fins de la discussions, un essai d'interprétation sera fait à partir des deux avenues explorées par Lyotard pour comprendre la nature du lien social, à savoir l'alternative moderne et la perspective postmoderne (ibid., 24 à 35).

3Dans cette optique, la thèse de la postmodernité est appliquée à la ville, non pas pour affirmer qu'un récit postmoderne succède à un récit moderne. Reconnaissons le tout de go, même les théoriciens de la postmodernité récusent toute lecture évolutive (Lyotard, 1983). L'intention de cet article est plutôt de situer deux récits concomitants et sous tension, en prenant pour acquis que ces deux récits se trouvent présents dans le débat social et projetés dans l'analyse des projets urbains. Toutefois, en adoptant une lecture postmoderne du champ urbain, surgit le problème de circonscrire la portée véritable des récits. Il importe donc de situer quelques balises à l'interprétation et, au risque de schématiser à outrance, à comprendre les récits comme des représentations d'un champ scientifique, en l'occurrence les études urbaines. En vrac, on résume les lignes directrices de l'essai d'interprétation suggéré dans cet article.

4A) Le récit urbain moderne peut être assimilé à un métarécit à fonction d'émancipation ; il présente la ville comme le produit fini d'une forme avancée de la civilisation, le centre du savoir, du commandement et de l'accumulation. Être de la cité équivaut à accéder à un statut supérieur. Cela permet d'atteindre un stade ultime de développement et de progrès. La ville représente ainsi, depuis la Révolution industrielle, le lieu par excellence de l'innovation et du changement social, bref de la modernité.

5B) Le récit urbain postmoderne ne correspond pas un métarécit d'émancipation ; il désigne plutôt cette incrédulité mâtinée d'ironie et d'impertinence à l'égard des grands idéaux de la modernité. Ainsi, l'approche postmoderne apporte une critique des idéaux de raison et de progrès continu, en ajoutant la quête de l'authenticité personnelle, les différences culturelles et, pour l'environnement construit, un nouvel esthétisme dans lequel la nature et l'idée de patrimoine renouvellent le paysage urbain et l'espace vécu. Présentée de cette manière, les récits urbains paraissent suivre, du moins à première vue, une logique évolutive. Mais la postmodernité n'est pas décrite comme l'aboutissement de la modernité, ni même comme l'expression des difficultés à parvenir à l'ère de progrès continu et au bonheur pour tous. Elle est plutôt présentée comme la critique radicale des récits d'émancipation, sinon de l'épuisement de leur capacité évocatrice. En somme, on suppose le récit urbain moderne mis en doute et recomposé sans cesse.

6La mise en parallèle des deux récits, décrits comme sous tension l'un par rapport à l'autre, offre alors une nouvelle clé pour comprendre les transformations qui affectent la ville depuis plusieurs années : la désindustrialisation des vieux centres urbains ; la tertiarisation voire la quaternarisation de l'économie des villes centrales face à la décentralisation des activités secondaires ; l'essor des thématiques associées à la qualité du cadre de vie ; le foisonnement du pluralisme culturel ; et, finalement, l'émergence de nouvelles valeurs ou significations accordées au fait urbain.

Deux récits urbains

7La mise en récit du phénomène urbain a justement pour raison de définir la fonction et le sens de la ville. Ce faisant, un premier repérage historique permet de situer les origines du récit moderne, qui surviennent avec la théorie du champ urbain : la ville est le lieu de la maximisation des échanges, le centre des systèmes d'échanges et le grand ordonnateur du territoire (Claval, 1981). La ville apparaît finalement comme le lieu physique et primatial de l'émancipation du sujet. La théorie de la ville, qui emprunte à Von Thünen, Christaller, Ponsard et les autres, était annonciatrice de progrès et de bonheur. Elle participait à ce métarécit qui […] "recourt explicitement à tel ou tel récit, comme la dialectique de l'Esprit, l'herméneutique du sens, l'émancipation du sujet raisonnable ou travailleur, le développement de la richesse, on décide d'appeler moderne la science qui s'y réfère pour se légitimer" (Lyotard, 1979, 7). L'urbanologie — dont parlait le sous-titre de l'ouvrage de Claval — était justement construite sur cette tentative de légitimer un projet scientifique, soit de trouver des lois explicatives à l'organisation de l'espace et indiquant que la ville se trouve au cœur de la logique d'émancipation et de progrès. Ce récit de la ville visait également, bien qu'indirectement, à instituer une représentation objective du fait urbain, faisant appel à deux idées maîtresses, complémentaires et contradictoires : la première soutient que les forces du marché et les comportements humains — rappelez-vous l'idée que les consommateurs, les vendeurs et les producteurs sont des sujets rationnels ne cherchant que le moindre effort et le profit optimal — présidaient, voire déterminaient, la structuration de l'espace ; alors que la seconde annonce la libéralisation du sujet, son émancipation. C'est ainsi qu'on identifiait un sujet libre et émancipé mais confronté à suivre les lois de la rente urbaine. Ce discours de la ville est empreint de l'esprit de Raison ; il suppose la rationalité à l'encontre des réservoirs de sens et d'identité que furent, pour la ville, la religion et la nation. Il privilégie les réponses données aux besoins de consommation, tout en esquissant les traits d'une ville fonctionnelle et harmonieuse. Les grands mouvements d'urbanisme, de la cité jardin d'Howard à la cité radieuse de Le Corbusier, pour ne reprendre que ces deux archétypes, privilégiaient ces deux entrées dans la modernité que sont les notions de fonctionnalité et d'harmonie. Ils étaient des réponses rationnelles au chaos urbain, à la démesure, à la déséconomie et allaient bien souvent, — ici Le Corbusier est une exception de taille — dans le sens de la prophétie de la mort des villes. Au terme de cette évolution, la ville est plus petite, plus belle, plus verte. Elle devient alors une technopole, une europole, une edge city, qu'importe le nom dont on l'affuble désormais. Ce sont ces villes de taille moyenne qui correspondent le mieux aux nouveaux pôles de développement. La théorie urbaine s'aligne sur le phénomène des nouveaux espaces industriels, spécialisés dans la technologie, l'informatique et la communication, vus comme des lieux d'innovation et de croissance, pour parler d'accumulation flexible et de mouvement de décentralisation. Bien sûr, la ville est toujours le lieu privilégié du développement, de la croissance, de l'accumulation et de la décision. Lieu de savoir, de savoir rare, la ville de la société informationnelle semble de taille réduite et de forme étalée. On recherche la qualité de vie, de la verdure, des sentiers de jogging pour les cadres et on laisse les grandes métropoles industrielles s'effondrer sur elles-mêmes. Cependant, la théorie est sauve. Les grandes métropoles de l'économie monde prennent la relève : Tokyo, Milan, New York, Los Angeles ou Paris, qui demeurent des mégavilles dominantes, métropolisantes, primatiales de toutes les hiérarchies urbaines imaginables. Il n'empêche, qu'à côté, on observe l'essor des petites métropoles, des métropoles régionales à prétention mondiale, comme Atlanta, Toulouse ou Ottawa, qui revendiquent toutes une sorte de centralité vonthünienne, nouvelle mouture, revue à l'aune de la théorie de l'accumulation flexible, des pôles de développement technologique et exemplaires pour leur qualité de vie.

8Ainsi au cœur de la pensée moderne sur la ville se trouve un noyau dur, toujours le même, celui de la prophétie de la mort des grandes villes, que projette la thèse de Frank L. Wright ou celle de la décentralisation des lieux de résidences et d'activités sous-jacente à l'illustration de la vie urbaine des pionniers de l'École de Chicago dont Wirth et Burgess (Park, 1925). Le modèle de la croissance de la ville suppose que tout un chacun finit toujours par quitter la ville centrale, à moins bien sûr de tomber dans le versant de la marginalité et de finir dans le slum. C'est justement face à cette prophétie que se construit le deuxième récit, c'est-à-dire d'un renouvellement de la centralité urbaine, voire de sa culture et de sa sociabilité, sous des formes denses et actives, tel que les valorise Jane Jacobs dans The Death and Life of Great American Cities (Jacobs, 1961).

9Ce second récit est forcément moins cohérent. Il l'est, d'une part, parce qu'il se nourrit de phénoménologie ou, si l'on préfère d'imaginaire social, bref de tout ce qui touche à l'expérience du sujet dans la ville, à son vécu, à ses représentations comme à ses perceptions. Il l'est aussi, d'autre part, parce qu'il n'offre pas une logique explicative, généralisable, ceci par choix et aussi par le fait qu'il maintienne son attention sur les relations du sujet à l'espace, toujours floues, subjectives, recommencées, et non pas sur les structures spatiales. Toutefois, il part de l'observation de tendances contradictoires, qui témoignent des tensions de la vie urbaine et se manifestent par un va-et-vient constant entre des efforts de sacralisation et désacralisation, d'objectivation et de subjectivation, de naturalisation et d'urbanisation (Sansot, 1971). Il se produit ainsi un remaniement du réel, qui sécrète une rêverie porteuse d'images, d'évocations, de sens, et de messages, chargée de rendre intelligible le réel. Ce travail qui vise " à rendre encore humaine une condition inhumaine" (ibid., 418) se réalise à même de grands parcours initiatiques (ibid., 57), une déambulation qui va des grands magasins, au café et à la gare. Ce sont ces lieux qui dévoilent la ville (ibid., 23), puisqu'agissant comme des espaces de médiation, donc de rencontres et de relations sociales, dans lesquelles les grandes figures archétypiales de la ville viennent se fondre, soit l'homme traqué, la prostitué, le clochard et l'étranger. Ces lieux qui servent de refuge à la dureté du monde industriel ; ils sont ouverts sur la rêverie permettant l'invention d'une nature urbaine, car la ville est " elle-même nature". Elle produit et souffre en vertu de sa nature première tout comme les plantes suivent la courbe de leur destinée végétale […] il lui suffit de si peu pour inventer tout le printemps ou tout l'automne du monde" (ibid., 399). La ville est donc ce révélateur des trois démarches initiatiques dont on parlait tantôt, celle de la nature d'abord, d'une nature remaniée, socialisée, plus encore sociabilisée ; puis, au cœur de la réalité industrielle, un idéal révolutionnaire, dit non pas dans une perspective marxiste, mais pris comme une garantie de liberté ; enfin, une quête de sacré, car tous ces parcours "mènent à la cathédrale" (ibid., 60), ou à ce qui en tient lieu aujourd'hui, comme les centres commerciaux (les cathédrales de la consommation) ou les bois urbains (les cathédrales vertes), devenus des places centrales de la fabrication du sens.

10Comme on est à même de le constater, ce deuxième récit n'est pas résolument différent du premier. Il est d'abord une lecture, comme le premier, du monde industriel. Il n'instruit pas, par contre, une conception nomothétique de la ville destinée à prévoir une fin au développement urbain. Il ne vient pas légitimer les formes et structures du développement dans les sociétés libérales puis néolibérales. Une autre piste explicative est fournie par Charles Taylor, dans Malaise dans la modernité, qui identifie la quête d'authenticité, c'est-à-dire la réduction du projet d'émancipation à une recherche individuelle d'être soi et d'être heureux. À l'échelle de la ville, l'individu n'a que l'embarras du choix ; il peut appartenir à plusieurs groupes ou communautés. Il manifeste de cette facilité à faire et défaire des groupes et des identités. Cela dit sans que l'on soit convaincu s'il ne subsiste plus de communautés, de groupes et d'identités dans la ville. Bien sûr, il subsiste une démarche volontaire des individus de traverser les lieux pour rencontrer l'Autre et les autres et ce, malgré l'isolement et l'anonymat urbains confondus, autour d'une mémoire ou d'un sens commun. Ce rassemblement des sujets dans une quelconque vision commune survient autour de ces trois vecteurs du lien social que sont une certaine idée de la nature, une tentative constante d'ouvrir des champs de liberté et aussi de retrouver une charge sacralisante. Nature, liberté et sacré se présentent comme les trois questions posées au cœur de la crise de la modernité. Et, selon l'hypothèse ainsi formée, ces trois quêtes émergent en même temps que la modernité elle-même, puisqu'elles en sont le revers, la face cachée, nocturne ou profonde, d'un même rapport à l'urbain. Car, faut-il le rappeler, la ville permet formidablement bien de saisir cette problématique de la modernité et du projet d'émancipation qu'il sous-tend et du malaise qu'il suscite.

Une représentation postmoderne de l'aménagement et des équipements

11Depuis une dizaine d'années, des projets de ville verte ou écologique émergent dans la plupart des villes nord-américaines. Dans ce sillage, les villes canadiennes ont développé, petit à petit, une sorte de modèle urbain dans lequel le vert apparaît comme l'emblème du passage de la ville industrielle et moderne à la ville postindustrielle et postmoderne. Le vert est décrit comme un indicateur de la qualité de vie et de la qualité de l'environnement. S'il ne fait pas de doute qu'il est dorénavant appelé à s'intégrer à l'ensemble des environnements construits, il colore le nouveau récit urbain postmoderne qui emprunte à l'idée de la ville verte, écologique et investie par le récréo-tourisme et le loisir. Celui-ci vient en quelque sorte offrir une alternative au récit moderne de la ville industrielle, né de la croyance en un développement technique soutenu et en un progrès continu. À partir d'observations de terrain, faites à Montréal, les deux récits se manifestent (Sénécal, St-Laurent, 1997). D'un côté, dans plusieurs situations, on observe des efforts de reconversion économique et de réaménagement urbain qui visent à prolonger les idéaux du modernisme, en reconduisant la fonction industrielle sur les espaces libres des quartiers centraux, en intégrant ou non une dimension environnementale dans le projet. D'un autre côté, il s'agit de s'approprier à des fins sociales les espaces libres, délaissés et dégradés, de façon à leur accorder une valeur patrimoniale ou écologique, qui sert les projets de réaménagement de type résidentiel ou récréo-touristique. Selon cette perspective, la friche pose le défi aux acteurs sociaux qui interviennent dans l'aménagement des quartiers centraux en difficulté de concrétiser l'approche écologique ouverte de la ville : verdissement, esthétisation, élargissement la notion de parc urbain aux espaces libres, quête de nature. Ces deux récits contrastés, parfois contradictoires, souvent concordants, cohabitent dans les propositions de réaménagement urbain à Montréal. La question de l'appropriation des friches, la reconversion économique et la transformation du paysage urbain mettent ainsi en cause des stratégies différenciées.

12La réappropriation des espaces libres est alors présentée comme un geste de découverte de la face cachée de la ville, révélateur du patrimoine industriel, ouvert à des pratiques de loisir et de récréotourisme. Leur aménagement répondrait "à un intérêt croissant pour l'environnement et vers une utilisation favorisant l'épanouissement personnel au travers d'activités d'apprentissage, de connaissance et de socialisation" (Ville de Montréal, 1994, 14). Des termes anciens sont actualisés et de nouveaux surgissent : qualité de vie et de l'environnement, accroissement de l'offre en loisir et en récréo-tourisme, nature urbaine. Le terme même de nature peut d'ailleurs toutes sortes de formes, dont ceux de jardin, de foresterie urbaine, d'agriculture urbaine, de vie urbain sauvage (urban wildlife) ou de végétation rudérale (urban wilderness).

Présentation du Réseau Vert montréalais

13Le projet de Réseau Vert est lancé en 1986 sous une visée écologique et sociale : il devait favoriser l'accessibilité aux espaces verts pour une partie de la population qui ne bénéficie pas pleinement des installations actuelles. Il sous-tendait ainsi l'appropriation d'espaces libres, publics ou privés, dans le but de les transformer en corridors de randonnée et de loisir mis à la disposition de la population (Décarie, 1993, 68). Concrètement, la Ville de Montréal entreprit la réalisation du Réseau Vert à partir du pivot central des espaces verts montréalais, le mont Royal, dès 1987, afin de le relier aux grands parcs. L'année suivante, un réseau linéaire était planifié afin de relier différents pôles proposés. Des négociations étaient aussi menées avec le Canadien Pacifique afin d'emprunter les emprises ferroviaires et de relier le Vieux-Port de Montréal à la rivière des Prairies. Finalement, un premier tronçon (Masson - Saint-Urbain) est inauguré en 1994. Le plan directeur du Réseau Vert est adopté la même année.

14Malgré les avatars de planification et de réalisation qu'il a connu, le projet de Réseau Vert recèle néanmoins un certain intérêt, dans la mesure où il annonçait une nouvelle image de la ville, voire même une nouvelle urbanité. L'aménagement proposé invitait à la découverte, à un geste d'apprentissage et à une quête de savoir. Il récupérait les legs de la ville industrielle, devenus patrimoine, pour leur donner un contenu cognitif, ludique, écologique. Son échec est alors d'autant plus retentissant qu'il remet justement en cause la pertinence de toute adaptation face aux transformations en cours dans la ville. Alors que la ville postindustrielle se met en place et laisse effectivement un vaste système d'espaces libres, que des quartiers cherchent à se redévelopper, le projet de Réseau Vert participe de cette définition d'une nouvelle urbanité postmoderne, dans lequel le sens de la ville est indéterminé et son organisation floue. Une ville chargée de répondre aux besoins du sujet dans sa quête d'authenticité, de liberté et de savoir.

15Ce nouvel espace de loisir serait adapté aux besoins des sociétés postindustrielles, favorisant une nouvelle façon de concevoir l'organisation du temps et de l'espace de loisir des citadins. En fait, cette proposition partait du principe que les activités physiques et sportives pratiquées dans des lieux clos (gymnase, aréna, etc.), qui ont longtemps dominé l'aménagement des espaces de loisir, ne couvrent plus toute la demande. Les pratiques de loisir ont changé pour s'orienter de plus en plus vers des pratiques libres, individuelles, peu spécialisées, souvent de type cognitif, sensoriel ou social, comme la découverte du patrimoine urbain ou l'observation de la nature. Qui plus est, l'intérêt pour le concept de parc fermé s'érode au profit d'un nouveau type de parc davantage ouvert sur la vie urbaine. C'est la ville qui devient le parc, l'espace ressource, le lieu de parcours et de détente.

16Autre aspect intéressant était l'idée de se servir du Réseau Vert pour combler l'inégale distribution des parcs, espaces verts et équipements collectifs à Montréal. Il est connu, en effet, que les quartiers centraux de Montréal, densément peuplés, ont un accès réduit à des espaces publics de loisir et détente. Si on peut compter sur quelques grands parcs tels les parcs Maisonneuve, du Mont-Royal ou des Îles, c'est au niveau des parcs de quartier et de voisinage et des équipements de loisir de proximité que le déficit se fait le plus sentir. D'ailleurs, les secteurs mal desservis "offrent peu de possibilités", selon l'expression du Plan directeur du Réseau vert, pour l'aménagement de nouveaux parcs urbains de type traditionnel et de taille moyenne (Ville de Montréal, 1994, 12). Le Réseau Vert devait s'avérer un moyen bien adapté aux quartiers urbains de forte densité. De surcroît, les liens verts qu'il constitue accentuent l'accessibilité aux grands parcs et aux équipements.

17Le Réseau Vert semble s'inscrire dans cette logique de postmodernité du fait que les planificateurs ont conçu un équipement pour une multitude d'usages. Il est à la fois un parc urbain, un moyen de consommation des paysages, lieu de convivialité, un sentier de transport alternatif, un lieu de découverte, un espace vert. Son aménagement est écologique. Il est aussi associé à l'effort de reconquête du centre par les classes moyennes. Le projet est annoncé ainsi sous les objectifs de l'aventure du quotidien, de l'esthétisation des sites industriels et de la consécration d'un nouveau patrimoine. Pourtant, ce discours masque une réalité plus complexe et manifeste une conception floue de l'espace urbain. Par exemple, la fonction industrielle, qui reste fortement associée au développement des quartiers centraux, et sans être vraiment remise en question, se trouve mise en concurrence avec cette représentation verte et ludique de la Ville. Vont dans ce sens l'utilisation indéterminée du sol, les logiques partenariales d'appropriation du sol et la formulation vague des objectifs généraux. En fait, il semble que le projet de Réseau Vert ait mis en opposition ces deux récits urbains évoqués précédemment.

18En définitive, le Réseau Vert de Montréal apparaît comme un équipement sportif et culturel hybride. Il s'agit d'une sorte de curiosité virtuelle, puisque seule une petite partie de ce vaste projet est complétée à ce jour. Certes, l'ambition de départ était manifestement d'envergure. Le concept appelait à la récupération des espaces libres et, plus encore, à la reconquête de la ville. Il portait une vision aménagiste novatrice : celle de transformer les friches industrielles en espaces de découverte et de loisir. Il devait également participer à la requalification des quartiers en difficulté. Lancé vigoureusement par l'administration municipale du maire Jean Doré et le Rassemblement des Citoyens de Montréal (rcm) en 1986, présenté comme le projet d'une génération, il perd petit à petit en importance, pour ne plus être, aux yeux de l'administration municipale, dix ans plus tard, en 1996, après un changement de la garde à l'Hôtel de Ville, qu'un cadre de référence. Dix ans après, ce projet reste sans écho véritable dans la population et dans l'administration municipale.

Retour sur les récits urbains : le Réseau Vert, un non-lieu

19Le Réseau Vert, comme proposition programmatique d'une nouvelle urbanité, sous-tend l'érosion du doublet industrie-quartier ouvrier, au profit d'une considération paysagère. L'arrière-cours de l'usine devient un lieu de découverte et son intégrité esthétique doit être préservée. La mauvaise herbe fait-elle partie de la biodiversité mondiale ? Plus encore, le loisir individuel, plutôt les quêtes des sujets en matière de paysage urbain et de vie en ville, viennent occuper l'avant-scène du discours, pour un temps, puis disparaissent le moment de la réalisation venue.

20Certes, l'échec relatif du Réseau Vert va de pair avec le recul du mouvement de gentrification et de reconquête du Centre. Il s'apparente aux conflits que suscitent les projets de conservation et de recyclage du patrimoine industriel. Il reçoit les critiques de l'ensemble des intervenants urbains, et ils sont nombreux, qui refusent toutes atteintes à la forme industrielle ancienne de Montréal. Il témoigne enfin du fait que le mouvement local reste fortement occupé, sinon monopolisé, par la problématique de relance industrielle. En ce sens, la valorisation du récréo-tourisme, comme échappée possible vers le développement, est apparue avec force dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, et de par son ampleur le cas est unique, mais n'arrive pas à se démarquer du projet plus classique de la relance industrielle (Sénécal, 1995). D'ailleurs, les groupes locaux proches des thèses postmodernistes sont très divers, éphémères et spécialisés.

Tensions dans la modernité

21Pour revenir aux propos du début, les débats touchant la relance et le redéveloppement des quartiers de Montréal se nourrissent et se structurent suivant les deux grands récits urbains toujours sous tension. Les propositions sont filtrées au travers de tels récits, pour gérer les tensions qui s'appellent des conflits de localisation et d'utilisation. Cette tension est d'autant plus perceptible que le progrès et la croissance ne sont plus assurés, que les doutes et l'indétermination atténuent le sens des propositions. On sent alors les effets d'une société de l'éclatement occupée à se recentrer.

22Les deux récits urbains s'avèrent des pistes intéressants pour interpréter les tensions propres à la ville postindustrielle. Les deux récits suggèrent une clé de lecture. En premier lieu, l'analyse spatiale éclaire la mission salvatrice des villes, qui est finalement de baliser un mouvement historique d'émancipation, dans lequel l'individuation joue un grand rôle mobilisateur. On imaginait la ville industrielle comme un brise-lames pour les communautés errantes, comme une force déstabilisatrice des formes traditionnelles d'encadrement et de régulation sociale. Ce mouvement de modernisation allait au profit d'une conception moderne, fonctionnelle et objective du territoire. Il n'est pas inutile de répéter combien la ville, la grande ville, sert le projet national de construction étatique. Elle est la machine à désenclaver les anciens repères identitaires, ethniques et régionaux. Cette ville cacherait pourtant des villages éphémères, hétérogènes et, somme tout, transitoires vers une forme commune d'habitat et d'identité. Le melting pot, l'intégration des nouveaux arrivants ou l'idéal républicain étaient autant de façon de prévoir une ville de progrès et de richesse. C'était une prédiction. D'ailleurs, c'est le propre du récit d'émancipation d'annoncer quelque chose à venir ; sa fonction est donc de dire "les grands périls, les grands périples et le grand but" (Lyotard, 1979, 8). Le péril était tribal, le périple industriel et le but le progrès menant au bonheur. C'est pourquoi la ville industrielle a d'abord valorisé cette architecture monumentale des grandes usines, des zones industrielles, du chemin de fer, des grands travaux du génie civil ou autre. L'usine est la cathédrale de l'âge industriel. Elle est le symbole de ce récit urbain qui préfigure la libération individuelle et collective : sa masse grise, sacralisée et sacralisante, au cœur du quartier ouvrier offre justement cet espoir de liberté, d'accession à la société de consommation et de mobilité sociale. Elle permet aussi la formation d'une réalité communautaire nouvelle, commune, syndicale ou politique, créatrice d'un lien social fort. Ce symbole mettra du temps à perdre de son lustre, sans disparaître totalement d'ailleurs. L'usine reste le lieu sacré de l'urbanité des quartiers, même à l'ère postindustrielle.

23Le second récit identifié, celui qui justement s'intéresse à la fonction imaginaire et la capacité de générer des représentations collectives, détourne le projet de la ville industrielle et même postindustrielle. Les trois quêtes, présentes dans le premier récit, prennent ici un tout au sens : elles valorisent un nouvel environnement social et naturel. La différence tient d'emblée à ce doute qui s'installe et précède le sentiment d'éclatement. La prédiction du bonheur pour tous s'érode. La ville industrielle, porteuse de conflits, mais annonciatrice d'avenir, semble alors obsolète : les cathédrales industrielles sont closes, le quartier ouvrier n'existe plus, les "instabilités" (selon le mot emprunté à Lyotard) semblent permanentes. Le sacré, l'appel de la nature et l'idée de liberté prennent donc un tout autre sens : ces trois concepts nourrissent le relativisme culturel. La ville devient ce lieu transculturel, de contact avec l'autre, d'échanges multiples et multilatéraux, sans objet dominant, sans but premier. Le paysage urbain est réinvesti par le culturel, l'esthétique, l'idée de qualité de vie et d'environnement. C'est pourquoi la part de l'environnement, ou dit plus simplement de la nature, prend une si grande importance. La ville postmoderne trouve dans la nature une nouvelle cohérence. L'usine devient patrimoine et la friche industrielle un jardin.

24Le récit de la ville moderne, vu comme le centre de l'organisation du territoire, qui suggère le progrès pour tous, mais aboutit sur l'idée de la décentralisation des activités et la mort des métropoles, du moins des métropoles perdantes, témoigne de la difficulté de renouveler l'idée du développement urbain. Le développement flexible vient briser les rapports hiérarchiques au territoire, miner le poids de la ville et finalement éroder la puissance évocatrice du système urbain cher aux tenants de l'analyse spatiale : la ville devient un repoussoir pour les nouvelles forces économiques. Face à cela, le récit urbain des tenants des courants humanistes valorise la dimension sensible de l'individu qui prend forme avec ses quêtes de nature, de sacré et de liberté, tout en ne parvenant pas tout à fait à retrouver l'idéal communautaire.

25Les deux récits s'entrechoquent puisqu'aucun des deux n'imposent sa clé de lecture. Ils cohabitent, se répondent en écho, se fertilisent l'un l'autre, opérant un va-et-vient entre deux systèmes de valeurs et de représentations. Ils participent tous deux à circonscrire la crise de la ville. Pourtant, la réflexion sur les récits urbains apporte un dilemme, celui de choisir entre l'usine d'un autre âge ou le jardin new age.

Bibliographie

Références bibliographiques

BEAVIS Mary Ann, Sustainable "Uses of Urban Open Spaces : A Guide to the Literature", Issues in Urban Sustainability, no 2, Institute of Urban Studies, p 1-36, 1993.

CLAVAL Paul, La logique des ville, essai d'urbanologie, Paris : litec, 1981.

Communauté urbaine de Montréal. Des parcs régionaux au réseau récréo-touristique, Rapport de la consultation publique sur l'avenir des parcs régionaux, 1987.

DÉCARIE Jean, La réutilisation marginale des emprises ferroviaires à des fins de loisir : le projet de Réseau Vert de Montréal, in Montréal portuaire et ferroviaire, 5e congrès de l'Association québécoise pour le patrimoine industriel, AQPI, 1993, 68-76.

Garner Lee Limited, Identification of a Regional Greenlands System, Toronto : Greater Toronto Area Greenlands Strategy, 1990.

GILBERT O.L., The Ecology of Urban Habitats, London : Chapman and Hall, 1989.

JACKSON R., DIAMOND L., Urban Open Spaces, in ANDREWS W.A. et CRANMER-BYNG J.L., in Urban natural Areas : Ecology and preservation, Toronto : Institute for Environmental Studies, 1981, 1-4.

JACOBS Jane, The death and the life of Great American City, New York : Random House, 1961.

LYOTARD Jean-François, La condition postmoderne, Paris : Éditions de Minuit, 1979.

____________________, Le postmoderne expliqué aux enfants, Paris : Galilée, 1983.

PARK R.E. et al., The City, Chicago, Ill. : University of Chicago Press, 1925. Québec. Archipel de Montréal, Les réseaux thématiques, loisir II, Québec, Ministère du Loisir, de la chasse et de la pêche, 1984.

Québec. Projet de politique des parcs en milieu urbain pour la région métropolitaine de Montréal, Québec, Rapport principal du comité interministériel, 1983.

SANSOT Pierre, Poétique de la ville, Paris : Klincksieck, 1971.

SÉNÉCAL Gilles, Les marches de la montagne ; l'appropriation sociale de la nature et le bois de Brébeuf à Montréal, Annales de la recherche urbaine, No spécial La nature en ville, no 71, 1996.

______________, Le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal : le réaménagement d'une zone industrielle ancienne face à la nouvelle urbanité postmoderne, Le Géographe Canadien, Canadian Urban Landscape, no 12, 1995, 353-362.

______________, La Banlieue de Paris de Blaise Cendrars, Acta Geographica, 1990, 83 (3) : 38-51.

SÉNÉCAL Gilles, ST-LAURENT Diane, Relevés de végétation de douze espaces libres de la Ville de Montréal, INRS-Urbanisation, 1993.

SÉNÉCAL Gilles, ST-LAURENT Diane, Espaces libres et enjeux sociaux de la nature en ville. Deux récits du développement urbain à Montréal, Recherches Sociographiques, à paraître. 1997.

SÉNÉCAL Gilles, Champs urbains et développement durable, les approches canadiennes de la ville écologique, Natures, Sciences, Sociétés, 1996, vol. 4, no 1, 61-74.

SUKOPP H. et HEJNY, Urban Ecology, Plants and Plant Communities in Urban Environment, SPB Academic Publishing, 1990.

TAYLOR Charles, Malaise dans la modernité, Montréal : Bellarmin, 1995.

TRÉPANIER Marie-Odile, et al., Recherche sur les modes de planification et de gestion en vue de la politique sur les espaces libres de la Ville de Montréal, Institut d'urbanisme, Université de Montréal, Notes de recherche, urb 16, 1992.

Ville de Montréal. Cadre de référence pour le développement et la mise en valeur des espaces libres de Montréal, Service d'habitation et de développement urbain, division des espaces libres, 1992.

Ville de Montréal. Les voies cyclables de Montréal, orientations et plan d'action, 1996-1998, 1996.

Ville de Montréal. Plan directeur du Réseau vert, 1994.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search