Version classiqueVersion mobile

Lieux culturels et contextes de villes

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Daniel Latouche

3. "Anticipactions" culturelles

Le sport professionnel et ses territoires dans la recomposition des centres-villes en Amérique du Nord

Sylvain Lefebvre

Texte intégral

Mise en contexte

1En Amérique du Nord, les centres-villes des grandes agglomérations ont traversé plusieurs phases de transformation depuis la fin des années 1960. Que ce soit par le redéploiement mondial des activités de production facilitée par la mobilité du capital et de la main-d'œuvre ou encore par la tertiarisation croissante des activités dans les centres urbains, les métropoles ont vécu toutes et chacune de grandes vagues dans l'établissement et la consolidation de leur base économique. Pour les villes ayant davantage résisté à ces changements, les mutations auront été plus douloureuses. Pittsburgh, Cleveland ou Montréal sont parmi celles qui ont vécu une longue marche vers la reprise économique. Théâtres d'accumulation du capital et du travail, plusieurs métropoles sont devenues les nœuds incontournables des réseaux de la finance internationale, les plaques tournantes sur lesquelles les grandes firmes prennent racine, où les petites et moyennes entreprises foisonnent et où apparaissent de nouvelles impulsions économiques. La vocation culturelle et festive des centres-villes constitue une de ces nouvelles impulsions en Amérique du Nord, et à partir de cette vocation, nous verrons que le sport professionnel s'impose comme une activité incontournable.

2Si les grands centres urbains ont toujours profité de la spécialisation croissante de l'économie et de la concentration des activités à forte valeur ajoutée, la rapidité des transformations de l'économie mondiale leur a fait aussi souvent accuser un retard croissant avec les besoins des investisseurs et des entreprises. En effet, pour certaines villes, l'offre d'infrastructures et d'équipements publics (routes, terrains viabilisés, aires aménagées, mobilier urbain, etc.) semble parfois ne plus correspondre aux nouvelles exigences des activités subordonnées à la loi du plus offrant. En Europe et en Amérique du Nord, la localisation de ces activités est conditionnée notamment par une surenchère sur les avantages consentis par les gouvernements centraux et les institutions locales aux investisseurs. En clair, la répartition des flux et des activités économiques à l'échelle du système mondial ne s'encombre pas d'une offre de "territoires économiques" devenus caduques. À ce titre, les impératifs de localisation des activités évoluent — rapidement et constamment — et la mise en place de "nouveaux territoires économiques" propres aux métropoles s'impose graduellement comme une nouvelle façon d'accueillir et d'attirer les firmes et les investissements.

3Ainsi, on observe une insertion de micro-espaces économiques et de pratiques singulières dans les centres-villes des métropoles le tout, sous l'impulsion de projets urbanistiques innovateurs. Nous qualifions ces micro-espaces de "nouveaux territoires économiques métropolitains" car leur vocation et leur rayonnement rejoignent et dépassent même le découpage de l'agglomération urbaine. Les établissements visés par ce redéploiement spatial se localisent souvent dans les quartiers les plus centraux et dans les zones d'industries devenues désaffectées avec le déclin des secteurs dits traditionnels. C'est dans ce contexte bien particulier que des centres-villes en Amérique du Nord se refont une jeunesse urbanistique avec des projets d'équipements sportifs de petite et moyenne taille (stades, arénas, etc.).

Les nouveaux territoires économiques métropolitains

4Les nouveaux territoires économiques métropolitains (ntem) ne sont ni plus ni moins que des formes renouvelées et remodelées des forces économiques urbaines traditionnelles. La cohérence de ses espaces et de ses territoires prend toute sa signification sous des assemblages et des contenus qui tendent à se reproduire. Nous pourrions faire état de six grandes tendances liées à l'émergence de ntem :

5Une demande accrue pour la centralité des localisations : Il y a un net retour de certaines activités économiques dans les centres urbains autrefois désertés par des établissements recherchant des localisations le long des axes routiers ou dans les périphéries immédiates. Le centre-ville retrouve la faveur d'unités de production, de grands équipements et d'activités tertiaires recherchant une localisation stratégique dans de vastes opérations de réaménagement urbain. Par cette recherche de centralité, les ntem revalorisent les espaces centraux tels que les zones portuaires, les friches industrielles du centre-ville et les zones ferroviaires. La consolidation des espaces centraux permet, comme ce fut le cas à Boston, Baltimore, Denver ou Pittsburgh, d'accompagner les tentatives de relance socio-économique des quartiers vétustes.

6Une dynamique de développement communautaire : Dans plusieurs projets de relance économique de quartiers, les groupes d'action communautaire s'impliquent davantage dans l'accueil et l'implantation de nouvelles activités. La concertation qui en résulte assure la pertinence des projets de revitalisation et d'implantation des équipements. De plus, la mise en place d'un nouveau lien économique entre l'établissement et la population locale assure aussi une meilleure consolidation du tissu socio-économique. Ainsi, c'est bien une réactualisation du "community planning" qui se dessine sous l'impulsion de groupes corporatifs privés ou de délégations municipales de quartier encourageant les prises en charge spontanées du développement et de la relance. La culture de la précarité et de la survie économique se substitue à celle de la fraternité de quartier comme ciment social et identitaire. C'est dans le discours du retrait de l'État-providence et dans celui de la crise lancinante des dépenses publiques que naissent les initiatives micro-locales et sont puisées les motivations de l'auto-développement et de la prise en charge collective.

Une forme de revitalisation urbaine

7Parmi les nouvelles localisations d'activités, plusieurs s'inscrivent dans un processus de revitalisation ou de réhabilitation. La réaffectation de vieux hangars, de silos à grain, d'entrepôts frigorifiques ou d'anciennes gares de triage sont autant d'exemples d'infrastructures industrielles lourdes qui sont réutilisées pour relocaliser des entreprises spécialisées et des établissements de prestige. Le discours sur l'objet patrimonial profite donc de la rareté des sols viabilisés dans les centres urbains, de la stagnation des valeurs foncières et d'un essoufflement généralisé du raz-de-marée de "design urbain" qui n'aura eu comme effet dans les années 1980, que de redynamiser une pratique architecturale en crise. Paradoxalement, la revitalisation urbaine, si elle change de discours et de contenu avec les ntem, porte néanmoins les mêmes symboles de préservation historique et de mise en valeur d'une identité urbaine.

De nouveaux produits immobiliers

8Les projets urbanistiques font parfois le pari d'une architecture originale et audacieuse qui s'applique de façon toute particulière aux bâtiments industriels ou aux grands équipements sportifs et culturels. Les activités économiques évoluent et se transforment au point de générer de nouvelles formes dans le cadre bâti et des pratiques originales de planification urbaine. Les outils de contrôle municipaux (zonage, plans, règlements) apparaissent parfois démunis devant ces changements. Le produit immobilier lui-même, sous la pression d'entrepreneurs à la recherche de formules lucratives, s'ajuste et se transforme au gré des conjonctures et des demandes personnalisées. À Montréal, l'implantation d'une École de Technologie Supérieure (édifice "intelligent" voué à la recherche et à la formation universitaire en sciences et techniques) dans une ancienne fabrique de bière ou la réaffectation d'un vieil entrepôt pour loger une firme de haute-technologie numérique et de design graphique assisté par ordinateur sont au nombre des projets qui séduisent et qui ont bonne presse.

De nouveaux incitatifs à la localisation

9Des montages financiers innovateurs sont parfois élaborés afin d'attirer davantage des investissements et des activités nouvelles. Des exonérations fiscales, des exemptions de droits de douane, des privilèges en matières d'infrastructures, de services ou d'équipements publics, des allégements administratifs et une meilleure desserte en transport sont autant de leviers qui sont offerts en bloc pour maximiser la rentabilité des projets et l'intérêt des firmes visées. La généralisation des privilèges accordés aux entreprises est une caractéristique mondiale des nouveaux territoires économiques métropolitains. Peu à peu, les zones franches urbaines remplacent les parcs industriels traditionnels alors que les zones d'entreprises s'effacent devant les places financières internationales. Les décideurs publics s'ingénient à trouver de nouvelles dénominations pour offrir des "espaces surdoués", des territoires avec appellation contrôlée pour le succès. La technologie et l'innovation étaient au centre des stratégies de développement. Dorénavant, les fonctions logistiques et l'intermodalité seraient garants de croissance.

L'interaction avec le champ culturel

10Avec la spécialisation accrue des activités économiques (finance, services aux entreprises, nouvelles technologies de communication) dans le centre des métropoles, le développement culturel, artistique et touristique ajoute de nouvelles impulsions au dynamisme économique des centres urbains. Il y a une multiplication de festivals, de fêtes, de spectacles et d'événements qui prennent d'assaut le centre-ville comme un théâtre ou une plate-forme pour mettre en valeur la vocation "festive" des métropoles. La proximité spatiale des ntem avec ces activités engendre de nouvelles participations des entreprises au financement des activités culturelles et au déroulement de grandes manifestations sportives ou touristiques. L'interaction entre certaines activités économiques et la culture urbaine prend appui sur trois tendances significatives dans la ville festive :

  1. Le centre-ville redevient ce territoire symbolique qui agit comme un théâtre des manifestations de la ville festive. Les manifestations sportives, culturelles, récréatives et artistiques utilisent l'espace public du centre comme une plate-forme, un espace de représentation et de mise en valeur de leurs spécificités. Une recomposition identitaire des centres urbains vient ainsi ajouter à la transformation que connaissent les villes nord-américaines.
  2. La centralité devient elle-même, à travers les espaces et les zones centrales, un équipement culturel en soi. La fréquentation et la récupération des espaces centraux renouvellent les sphères de production et de consommation déjà spécifiques aux centres métropolitains. Cet élément apparaît très structurant pour la relance socio-économique des villes car elle suppose une optimisation de l'environnement urbain tel que défini dans ses formes et ses potentiels.
  3. Finalement, on assiste à un transfert de financement, de planification et de gestion des équipements et des activités, du secteur public vers le secteur privé. Les projets sont initiés et réalisés selon de nouveaux paramètres et critères : spontanéité, partenariat, recherche de symboles, construction de référents identitaires, prise en charge de ces référents par les acteurs concernés sont au nombre de ces "nouvelles clés" qui débloquent la rentabilité des activités, dernier rempart pour assurer la survie et la reproduction des équipements et/ou des activités.

11Les mécanismes de gestion et de planification urbaine sont bien mal adaptés à ces nouvelles réalités métropolitaines. Le zonage est un outil qui hésite encore entre la nécessité d'un contrôle minimal sur le sol et la mise en place de contraintes structurelles à la réaffectation de certains espaces. Toutefois, les stratégies de relance économique des métropoles nord-américaines font de moins en moins abstraction de cette nouvelle réalité dans les logiques de localisation des entreprises. Nous verrons que l'implantation de nouveaux stades urbains dans les centres-villes de plusieurs métropoles au Canada et aux États-Unis s'inscrit parfaitement dans cette nouvelle recomposition urbaine.

Les nouveaux territoires économiques de la "ville festive"

  • 1 On doit l'expression de "ville festive" à Guy Burgel dans son livre : La ville aujourd'hui, Paris  (...)

12La popularité internationale de certaines villes est souvent redevable aux nombreux festivals, à des événements sportifs majeurs, à de nouvelles attractions touristiques et autres activités culturelles ou récréatives qui sont un moteur ayant des impacts et des effets d'entraînement considérables. On ne le dit pas assez mais la conjonction de ces multiples manifestations et de cette effervescence urbaine influence le développement des métropoles mondiales ayant pris avec conviction le virage de la "ville festive"1.

13La ville festive est une nouvelle forme de croissance économique et de mise en valeur des espaces urbains contemporains. Plusieurs centres-villes américains et canadiens sont devenus les théâtres de la ville festive. Les centres-villes deviennent des espaces de festivité et de loisir qui ont leur propre logique de localisation et de croissance. La détente, le tourisme, le jeu, le spectacle sont autant d'activités économiques ayant un impact sur la renaissance urbaine de certaines métropoles. La rue, les bâtiments désaffectés (industries, entrepôts, silos, gares de triage et autres), les places publiques et les lieux de prestige sont de plus en plus envahis par une dynamique festive assurant sa propre reproduction par symbiose avec la vie urbaine. C'est dans la rue et sur la voie publique que la ville festive s'organise et prend forme. Sur les murs, les trottoirs, les jetées et les bâtiments portuaires vétustes, la ville festive pavoise au gré de plusieurs jeux d'éclairage. Le ciel est sillonné de publicités tape-à-l'œil, des rues sont fermées pour le commerce ou la mise en vitrine de voitures de luxe et on organise des concours de sculpture et de peinture dans les parcs, sur la chaussée ou les façades en décrépitude. Le jeu et le loisir reviennent en force redonner du poids à la centralité des activités économiques en milieu urbain. Les enjeux sur le contrôle et l'aménagement du centre-ville y sont renouvelés.

14Les entreprises nord-américaines l'ont compris avec au premier rang les producteurs de bière et de cigarettes : on multiplie les projets de festivals, les commandites, les projets de stades urbains et d'équipements récréatifs. On assiste ainsi à la production de nouveaux territoires économiques métropolitains possédant les caractéristiques décrites précédemment : retour des entreprises dans les quartiers centraux, nouvelles formes de collaboration avec les milieux communautaires, synergie croissante avec le monde des arts et de la culture, des montages immobiliers et fiscaux inusités ou encore nouvelle vague de réaffectation des bâtiments vétustes. La population urbaine l'a compris aussi : elle s'accapare cette mise en scène urbaine pour s'y divertir, pour y consommer et pour y circuler. Les gens consomment et circulent dans la ville festive, mais de façon différente et avec plus d'intensité. À New York, Chicago, Vancouver ou Montréal, il n'y a qu'à additionner les superficies et les périodes en temps réel occupées par les festivals et les nombreuses manifestations sportives avec celles de tous les espaces festifs permanents qui existent déjà pour mesurer l'impact réel du dynamisme économique de la ville festive. Les faits parlent d'eux-mêmes.

15Le paysage urbain dans le centre des grandes métropoles se métamorphose autour des mêmes sphères de production et de consommation. Ces dernières sont toutefois modifiées et enrichies par une diversité et une complexification des produits, des flux et des contrôles sur l'espace. Cette réappropriation urbaine par les espaces festifs indique clairement un retour de la centralité comme objet de valorisation de la culture urbaine. Par les significations et les symboles que porte cette centralité, l'activité économique semble faire place à l'activité ludique dans un rééquilibrage des fonctions. Le centre-ville ne se résume plus seulement à ses fonctions productives ou commerciales. Il doit désormais composer avec le tourisme, la culture, la récréation et le sport.

16Les modes de vie et la culture du quotidien n'échappent pas à la transformation des centres-villes. La généralisation du phénomène du patin à roues alignées, activité récréative devenue rapidement mode de transport, n'est-elle pas une forme spontanée et rapide de réappropriation de la ville par le piéton ? Architectes, urbanistes, défenseurs du patrimoine, promoteurs, entrepreneurs et décideurs publics s'adaptent — ont-ils vraiment le choix ? — à leur nouvel environnement : les métropoles festives se recomposent à partir de leurs quartiers centraux. Le poids sur les services et les infrastructures urbaines (sécurité publique, accessibilité routière, pollution) est réel. Il n'est pas sûr que les impacts et les effets d'entraînement de cette tendance soient bien connus. Il n'est pas sûr non plus que l'on sache encadrer, appuyer ou même comprendre les ressorts de la ville festive.

17L'apparition de la ville festive semble représenter un atout incontestable pour les économies urbaines en panne d'idées ou de leviers de relance économique. Pour les villes dont les rares avantages comparatifs se résument à une bonne qualité de vie, à des infrastructures urbaines performantes et à un certain dynamisme culturel, il y a peut-être matière à redéfinir ou requalifier l'idée de "relance". Montréal est dans le peloton de tête des villes festives en Amérique du Nord, peut-être même à l'échelle internationale. D'ailleurs, les principaux débats de l'heure en matière d'aménagement urbain à Montréal sont liés à cette problématique (localisation de la Bibliothèque nationale du Québec, projet d'un stade urbain pour l'équipe de baseball professionnelle, réaffectation d'un silo à grain dans le Vieux-Port, projet d'un complexe cinématographique et récréatif dans un ancien aréna de prestige, etc.).

18Une nouvelle culture urbaine s'impose donc aux villes nord-américaines qui prennent le virage de la ville festive. Cette culture vacille entre les arts et les équipements "culturally correct" à une extrémité et le sport professionnel qui mobilise plusieurs débats publics à l'autre extrémité.

Les équipements sportifs au centre-ville : un effet de levier économique ?

19Avec l'importance croissante de l'impulsion économique générée par le tourisme, les fonctions récréatives, le loisir, la culture et les arts dans les métropoles américaines et canadiennes, le sport professionnel s'est taillé une place de choix. En effet, les propriétaires privés de ces franchises ont su imposer à plusieurs villes de nouvelles dynamiques de localisation et de réaffectation des investissements publics. C'est parfois sous la menace de relocaliser leurs équipes professionnelles (baseball, football américain, basketball, hockey) dans d'autres villes que les propriétaires de clubs imposent aux municipalités et aux paliers de gouvernement supérieur, la construction de nouveaux stades ou de nouveaux équipements sportifs.

20Ainsi, ces cinq ou six dernières années, plusieurs équipes de la "National Football League" (nfl) et de la "National Hockey League" (nhl) ont été courtisées et relocalisées sous la promesse de la construction de stades, arénas et autres nouveaux "temples sportifs" modernes, tous équipés des dernières trouvailles et à la fine pointe des technologies de communication pour la transmission télévisuelle. Au football professionnel, St-Louis, Oakland, Baltimore et Nashville ont détrôné Los Angeles, Cleveland et Houston. En hockey, les villes de Québec, Winnipeg et Minnesota ont été désertées par leurs équipes au profit de Denver, Phoenix et Dallas.

21Ces projets récents de stades de baseball ou d'arénas pour le hockey ont la particularité d'être souvent localisés dans les centres-villes ou très près de ceux-ci alors que traditionnellement, on les retrouvait dans les banlieues ou dans les périphéries immédiates, notamment le long des grands axes routiers. Plusieurs stades construits dans les années 1960 et 1970 (Pittsburgh, Cincinnati, Philadelphie, Houston, St-Louis, Montréal) sont isolés et noyés dans d'immenses superficies consacrées au stationnement de véhicules. L'architecture est souvent imposante et mal intégrée au cadre bâti environnant.

  • 2 On qualifie d'ailleurs ces nouveaux stades de "Ballparks", "Fields" ou "Yards" pour bien signifier (...)

22La multiplication de nouveaux projets de stades urbains dans les villes nord-américaines est caractérisée par des équipements qui ne ressemblent en rien au gigantisme et à la démesure des infrastructures construites pour des jeux olympiques ou des Expositions universelles. La taille des stades est réduite à des proportions plus locales — à Baltimore, Denver et Cleveland, on les qualifie "d'urbains" surtout pour cette raison — et ils se distinguent généralement par une architecture plus modeste et mieux intégrée à leur milieu environnant2. Néanmoins, malgré cette réduction dans la vocation des projets, on estime que le plus modeste de ces stades nécessite un investissement minimal de 100 millions de dollars US (Baade, 1996, 1). La justification de tels investissements — l'injection de fonds publics devenant incontournable dans la plupart des cas — se fait ainsi sur l'évaluation des retombées positives sur l'économie locale. La démonstration des retombées économiques du sport professionnel dans les économies urbaines et de la rentabilité des investissements publics dans leurs activités n'a pas encore été faite de façon satisfaisante. Les débats sont pour le moins houleux sur cette question. Certains s'évertuent à dénoncer cette forme de chantage économique des propriétaires de franchises auprès des métropoles en déclin en essayant de faire la preuve qu'il n'y a pas de corrélation entre la venue d'une nouvelle équipe ou la construction d'un stade et l'accroissement du revenu per capita dans cette même ville (Baade, 1994 ; Rosentraub et al., 1994 ; Greco, 1993). De plus, ces mêmes auteurs confirment qu'il n'y aurait pas de corrélation positive avec la création de nouveaux emplois directs (Baade, 1996 ; Rosentraub et al., 1994).

23À l'inverse, certains prétendent que la clé de compréhension de l'impact positif sur l'économie locale réside dans leur localisation stratégique au sein d'une armature urbaine et dans les interactions ainsi générées avec les infrastructures existantes (Chema, 1996 ; Ozanian, 1995). L'activité générée par la fréquentation de deux millions d'individus dans un périmètre relativement restreint de la ville centrale ne pourrait, selon ces mêmes auteurs, qu'induire des revenus additionnels, de nouveaux emplois et des retombées positives et ce, de façon récurrente. La rentabilité des investissements publics devrait ainsi se mesurer non pas en fonction de nouveaux dollars en valeur absolue générés par le stade lui-même, mais plutôt en création de nouveaux emplois dans la restauration, l'hôtellerie et les autres activités complémentaires qui prolifèrent à partir du sport en question. À Cleveland, depuis l'ouverture du nouveau parc de baseball "Jacobs Field", 20 nouveaux restaurants employant près de 900 employés se sont installés dans un rayon de deux pâtés de maisons (Chema, 1996, 20). Les projets immobiliers dans le commerce se sont multipliés, la construction résidentielle a connu un regain inusité et les quelques 5 millions de visiteurs annuels ont initié une nouvelle vague de fréquentation du centre-ville, pratiquement déserté dans les 30 dernières années. La synergie créée avec l'économie locale, le tourisme, les loisirs et les activités récréatives serait telle que la revitalisation des quartiers centraux atteindrait des résultats pour le moins étonnants.

24Il semble que les projets de stades urbains planifiés dans un cadre plus global (le quartier d'insertion) dynamisent et relancent la fréquentation des centres-villes (Euchner, 1993). Dans plusieurs projets, il y a une interaction étroite recherchée avec le quartier d'accueil et on tente de faire dépenser les usagers dans les zones limitrophes du stade. Les promoteurs immobiliers et les propriétaires d'équipes professionnelles ont surtout compris que les spectateurs privilégiaient une localisation centrale pour les activités d'un club sportif. L'accessibilité à un site bénéficiant de la proximité immédiate de plusieurs fonctions et activités centrales est devenue un critère majeur du succès de la fréquentation des stades.

25Les transferts de dépenses et de revenus entre le milieu d'insertion du stade et l'agglomération ne respectent pas des trajectoires définies. Les joueurs et les propriétaires d'une activité sportive professionnelle ne dépensent que rarement dans le quartier d'insertion de l'équipement. Cet argument tenu par les détracteurs de stades urbains ne pèse pas lourd puisque le même raisonnement peut être effectué pour une implantation industrielle ou commerciale (Rosentraub, 1996). Il n'est pas dit que l'argent des contribuables investi dans un projet de stade puisse être "retenu" dans un périmètre bien défini. Ce n'est pas réaliste pour une route, pour un pont, pour une salle de spectacle, ni pour une industrie manufacturière, ce ne l'est donc pas pour un équipement sportif majeur. Ainsi, les retombées régionales ou métropolitaines devraient être celles qui sont prises en compte dans le calcul des bénéfices socioéconomiques d'un projet. La rentabilité fiscale d'un projet de stade urbain doit aussi prendre en compte les revenus municipaux générés par les taxes de vente et de divertissement de l'ensemble des activités complémentaires aux manifestations sportives (Baim, 1994 ; Johnson, 1993).

26Comment alors évaluer l'impact économique réel d'un investissement public dans un projet de stade urbain ? La question est complexe et mérite surtout un examen attentif par tous les adeptes de la modélisation. Outre la création d'emplois directs et la hausse moyenne des revenus per capita, l'effet de levier économique peut se mesurer en fonction de critères plus ou moins tangibles ou quantifiables :

  1. La création d'emplois et la hausse des revenus per capita pour les activités complémentaires, induites et entraînées par l'activité sportive et les autres activités de divertissement (spectacles, restauration, hôtellerie, etc.) ;
  2. La hausse de fréquentation du centre-ville sur des plages horaires qui débordent avant et après l'événement sportif (restaurants, commerces, etc.) ;
  3. Les revenus accessoires générés par cette fréquentation (stationnement, postes de péage, transport en commun) ;
  4. La valorisation du centre-ville par des aménagements complémentaires (stationnements, mobilier urbain, espaces de détente, sentiers piétonniers, etc.).

27La valeur symbolique et culturelle d'une équipe sportive et de son appartenance au stade lui-même est très difficile à quantifier en plus-value économique. Plusieurs analyses convergent néanmoins sur la reconnaissance du sport professionnel au centre de la scène culturelle et récréative des villes nord-américaines (Rosentraub, 1996 ; Rosentraub et al., 1994). En effet, rares sont les campagnes de promotion urbaine qui ignorent la valeur intrinsèque d'un club professionnel local ayant une certaine réputation continentale ou internationale. Si un orchestre symphonique, une salle de concert prestigieuse ou encore une troupe de théâtre peuvent servir d'instruments de valorisation urbaine en Amérique du Nord, on imagine bien qu'une équipe professionnelle de baseball, de basketball, de football ou de hockey sont assurément des atouts pour toute métropole digne de ce nom.

Du pain et des jeux dans la "ville festive"

28La valeur accordée au sport professionnel est énorme dans nos sociétés modernes. Imaginons une ville connaissant un développement économique vigoureux, une scène culturelle et artistique dynamique et une bonne qualité de vie. Il est impensable, au Canada ou aux États-Unis, de ne pas doter cette ville de quelques équipes sportives professionnelles pouvant représenter symboliquement la fierté et la réputation qu'elle s'acharne à mettre en évidence au regard de l'étranger. Le maintien de telles équipes passe inévitablement par la construction d'équipements et d'infrastructures urbaines majeures pour l'exercice de leurs activités.

29L'identité sportive d'une ville est cruciale et fondamentale en Amérique du Nord (Rosentraub, 1996 ; Quirk et Fort, 1992). Cette identité passe par les équipes certes, mais surtout par les lieux et les symboles qu'elle porte et qu'elle véhicule au fil de son existence. Les manifestations sportives savent bien mettre en évidence l'héritage et la valeur symbolique de ces lieux. On personnalise les stades ou les arénas en leur prêtant des propriétés et des caractéristiques qui dépassent de loin toutes celles des autres équipements publics. Les stades deviennent des "forums" et des "agoras" où les citoyens-spectateurs externalisent leurs fiertés, leurs frustrations, leurs appartenances et combien d'autres aspects de leurs quotidien. Sans tomber dans la sociologie du jeu et du rassemblement des foules, il faut resituer et reconnaître l'importance du sport professionnel dans la vie urbaine contemporaine. De plus, les théâtres sportifs sont d'ailleurs tous, presque sans exception, utilisés aujourd'hui pour des spectacles musicaux ou artistiques à grand déploiement. À titre d'équipement et d'infrastructure publique/privée desservant des activités festives mais non sportives, les stades et les arénas occupent une place qui accentuent leur "utilité".

30L'identité sportive des villes modernes est une condition sine qua non du développement économique métropolitain. Des auteurs ont estimé la perte économique encourue par les villes de Pittsburgh et d'Anaheim (deux villes en déclin) si leurs équipes professionnelles (respectivement les "Pirates" et les "Rams") quittaient leur domicile pour se relocaliser ailleurs (Rosentraub, 1996, 28 ; Applebaum et al., 1995). De plus, cette évaluation tenait compte du coût de construction d'un nouveau stade urbain afin de retenir les équipes. Leur étude en arrivait à la conclusion qu'il aurait fallu, sur un certain nombre d'années, un investissement annuel de 3 millions de dollars US pour maintenir l'équipe des "Pirates" à Pittsburgh. La problématique du maintien de cette équipe professionnelle avec le coût qui en découlait était alors comparable à celui du maintien du musée ou du très célèbre orchestre symphonique de Pittsburgh qui génèraient ensemble beaucoup moins de retombées économiques que le baseball professionnel pour la communauté d'accueil. La valeur accordée aux grands équipements culturels peut être comparée et pondérée avec celle des équipements sportifs dans les métropoles nord-américaines. Si on accepte aisément que les arts et la culture définissent une communauté urbaine et une identité métropolitaine, il faut aussi accepter que le sport professionnel circonscrive et mette tout autant en valeur cette communauté et cette identité.

31On peut le condamner ou le regretter : le sport professionnel est une composante vitale dans nos sociétés urbaines et nos modes de vie. Les équipements et les infrastructures qui leur sont nécessaires possèdent aussi des alternatives et des potentiels d'utilisation originaux et rentables. S'il s'agit de mesurer objectivement la portée et l'impact réel du maintien d'une équipe ou de la construction d'un nouveau stade pour le développement et la croissance de la ville d'accueil, il faut prendre en considération cette réalité moins connue de la ville festive. Le développement et la transformation des centres-villes en Amérique du Nord n'échappent pas à cet enjeu depuis déjà près d'une trentaine d'années.

Bibliographie

Références bibliographiques

APPLEBAUM R. et al., Ballparks Systems Synthesis Project ; Final Report, Pittsburgh : Carnegie Mellon University, 1995.

BAADE Robert A., "Professional Sports as Catalysts for Metropolitan Economic Development", Journal of Urban Affairs, 18, 1, 1996, 1-17.

_______________, "Stadium Subsidies Make Little Economic Sense for Cities, a Rejoinder", Journal of Urban Affairs, 18, 1, 1996, 33-37.

_______________, "Stadiums, Professional Sports, and Economic Development : Assessing the Reality", Heartland Policy Study, 62, mars 1994.

BAADE Robert A., DYE R.F., "The Impact of Stadiums and Professional Sport on Metropolitan Area Development", Growth and Change, 21, 2, 1990, 1-14.

______________________, "Sports Stadium and Area Development : A Critical Review", Economic Development Quarterly, 2, 3, 1988, 265-275.

BAADE Robert A., Is There an Economic Rationale for Subsidizing Sports Stadium ?, Chicago, Ill. : Heartland Institute, 1987.

BAIM D. V., The Sport Stadium as a Municipal Investment, Westport, Connecticut : Greenwood Press, 1994.

BURGEL Guy, La ville aujourd'hui, Paris : Hachette, 1993, Collection Pluriel Intervention.

CHEMA Thomas V., "When Professional Sports Justify the Subsidy", Journal of Urban Affairs, 18, 1, 1996, 19-22.

COLCLOUGH W., DAELLENBACH L., "Estimating the Economic Impact of a Minor League Baseball Stadium", Managerial and Decision Economics, 15, 1994, 497-502.

EUCHNER C.C., Playing the Field : Why Sports Teams Move and Cities Fight to Keep Them, Baltimore, Maryland : John Hopkins University Press, 1993.

GRECO A. L., "Sports Value more Myth than Reality", Standard and Poor's Creditweek, 26 juillet 1993.

JOHNSON A.T., Minor League Baseball and Local Economic Development, Chicago, Ill. : University of Illinois Press, 1993.

LIPSITZ G., "Sports Stadium and Urban Development : A Tale of Three Cities", Journal of Sport & Social Issues, 8, 2, 1984, 1-18.

NORTON E. "Football at any Cost : One City's Mad Chase for an NFL Franchise", Wall Street Journal, 13 octobre 1993.

OKNER B.A., "Subsidies of Stadiums and Arenas" dans R.G. Noll (ed.), Government and the Sports Business, Washington, D.C. : Brookings Institute, 1974, 325-348.

OZANIAN M.K., Suite Deals : "Why New Stadiums Are Shaking Up the Pecking Orders of Sports Franchises", Financial World, 9 mai 1995, 42-56.

QUIRK J., FORT R.D., Pay Dirt : The Business of Professional Team Sports, Princeton : Princeton University Press, 1992.

ROSENTRAUB Mark S., "Does the Emperor Have New Clothes ?", Journal of Urban Affairs, 18, 1, 1996, 23-31.

ROSENTRAUB Mark S., SWINDELL D., PRZYBYLSKI D., MULLINS D.R., "Sport and Downtown Development Strategy ; If You Build It, Will Jobs Come ?", Journal of Urban Affairs, 16, 1994, 221-239.

SHROPSHIRE K.L., The Sports Franchise Game : Cities in Pursuit of Sports Franchises, Events, Stadiums and Arenas, Philadelphia, Pennsylvania, University Of Pennsylvania Press, 1995.

Notes

1 On doit l'expression de "ville festive" à Guy Burgel dans son livre : La ville aujourd'hui, Paris : Hachette, 1993, Collection Pluriel Intervention.

2 On qualifie d'ailleurs ces nouveaux stades de "Ballparks", "Fields" ou "Yards" pour bien signifier la taille réduite de l'infrastructure.

Auteur

INRS - Urbanisation (Culture et Ville), Montréal

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search