Version classiqueVersion mobile

Lieux culturels et contextes de villes

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Daniel Latouche

2. Territoires d'expériences et pistes d'analyses

De l'équipement public à l'espace culturel

"Nouvelle" question sociale, nouvelles régulations

Thierry Berthet

Texte intégral

1De tous les segments de la société exposés à l'exclusion sociale, celui des jeunes a, depuis une vingtaine d'années, mobilisé une attention croissante de la part des politiques et des savants. L'enjeu de la reproduction sociale qui sous-tend ces inquiétudes amène sociologues, politologues, décideurs publics et acteurs de terrain à confronter analyses et conjectures pour contrecarrer une pluralité de phénomènes désagrégatifs que les indices statistiques font émerger avec force.

  • 1 En répartition par sexe, le taux des jeunes hommes passe de 16,6 à 22,1 % tandis que celui des jeun (...)

2Ainsi, entre 1992 et 1996, l'évolution du taux de chômage selon l'âge souligne une dégradation accentuée de l'emploi des jeunes. Alors que ce taux passe de 10,1 % à 12,1 % pour l'ensemble de la population sur la période, il passe pour les jeunes de 20,8 % à 26,4 %1. Le taux d'activité indique lui aussi une tendance similaire puisque sur la même période, il croît de 0,2 % pour l'ensemble de la population tandis qu'il passe de 37,3 à 32,5 % pour les jeunes hommes et de 30,6 à 25,9 % pour les jeunes femmes. En termes de localisation géographique, on constate un accroissement plus sensible du chômage en milieu urbain (12 à 14,1 %) qu'en milieu rural (8,1 à 9,7 %). On pourrait certes ainsi multiplier les témoignages statistiques attestant de l'affaiblissement sensible et continu du statut social des jeunes dans une multitude de secteurs. Mais au-delà de cette réalité objectivée, le champ des représentations et des modes d'action ouvre des perspectives intéressantes de réflexion sur ce secteur des politiques sociales et plus globalement sur l'évolution récente de l'action publique en France.

la construction sociale de l'exclusion

3Tout d'abord au plan sémantique. Il est frappant que la stigmatisation discursive apposée à cette question puise à l'aune de la déviance sociale ses ressources locutoires. En effet, la rhétorique centrée sur l'insertion et la réinsertion emprunte largement à la terminologie de l'enfermement. Qu'il s'agisse du langage pénal, où la réinsertion succède dans le traitement de la criminalité à la rédemption carcérale des délinquants, ou du discours psychiatrique prônant en milieu ouvert l'antithèse de la nef des fous, soit l'insertion dans la société comme outil/méthode thérapeutique. Dans ces deux fondements, la rhétorique de l'insertion rappelle la déviance, qu'elle soit morale ou sociale.

  • 2 R. Lenoir, Les exclus, Paris : Le Seuil, 1974.

4Ḋe l'autre côté, ou plutôt en amont pourrait-on dire, la terminologie de l'exclusion et sa cohorte sémantique : invalidation, inadaptation, disqualification, dissociation, etc... renvoie elle à la désignation des secteurs marginaux de la population. Identifiés par un déficit individuel, ces premiers exclus (infirmes, aliénés, toxicomanes,...) sont aujourd'hui rejoints par la cohorte des "inadaptés sociaux" pour reprendre les termes de Lenoir2. Ce que l'on peut ainsi constater, c'est l'élargissement progressif de la rhétorique de la déviance et de la marginalité à des pans entiers de la société, quand ce n'est pas dans un discours basé sur des métaphores médicales que les expressions de la "vulnérabilité sociale" s'enfoncent.

5Mais, au-delà du seul débat sémantique, la question qui émerge avec force est celle des représentations que portent les acteurs. Les perceptions comme élément structurant tant le discours que la praxis sont ici le témoin des enjeux considérables — liés à la cohésion sociale — investis dans ce champ. Ce domaine de la perception du diptyque exclusion/insertion se caractérise aujourd'hui par un glissement du causal au global, du complexe au simpliste.

Où trop de complexité se réduit à l'opacité

  • 3 J. Donzelot, L'invention du social, Paris : Fayard, 1984.

6Depuis une vingtaine d'année, il est frappant de constater un mouvement croissant de globalisation qui nous a fait passer des problèmes sociaux à la "question sociale"3. Le dernier épisode sémantique, celui de la fracture sociale venant confirmer et renforcer cette tendance. Cette question sociale, dominante et englobante surgit de concert avec une autre notion totalisante, celle de crise. Tout aussi multiformes, mais aussi tout autant réducteurs, enchaînés généralement dans une perspective causale où l'on ne distingue pas — quant on ne les inverse pas — l'effet et la cause, ces deux termes témoignent d'un second glissement qui accompagne les virages sémantiques précédents. On peut sans doute parler ici d'une translation progressive du causal au global. En effet, c'est à force de traquer les causes de données statistiques sans cesse plus alarmantes (chômage, délinquance, statut familial, désagrégation urbaine, relations interethniques, vagabondage, etc...) que la perception des problèmes sociaux a dérivé vers l'indifférenciation et la polyvalence explicative de certains termes comme ceux de crise, d'exclusion ou d'insertion. À force de sonder la pluralité des causes et leur enchevêtrement et de redécouvrir ce faisant la complexité du social, les analyses contemporaines des problèmes de société aboutissent à un double phénomène de réification et d'inadaptation qui induisent, au final, une globalisation des représentations. Réification, car la construction du social qui en découle tend à polariser les pratiques discursives vers la désignation d'objets holistes et indistincts qui, de catégories analytiques, tendent à s'imposer comme des réalités indiscutables. Inadaptation parce que, par définition, cette réification aboutit à masquer la complexité et la variété des phénomènes qu'elle englobe, alors même que c'est dans l'apprentissage de cette diversité que, paradoxalement, elle s'est construite. Le résultat aujourd'hui aisément tangible de ces reconstructions englobantes s'exprime sur le même mode que le Diafoirus de Molière opposant à tous les maux ce même diagnostic : l'exclusion, et cette même prescription : l'insertion. On peut aussi soulever le fondement épistémologique de ce mode de raisonnement qui s'appuie sur un hyperdéterminisme économique au terme duquel l'évanescence de la croissance justifie l'éclatement de la cellule familiale, l'usage des psychotropes et antidépresseurs, la décrépitude des cités... L'expression la plus vive de ce déterminisme se retrouve au plan des sciences sociales dans la popularité croissante de l'usage d'une catégorie un temps disparue : celle du pauvre, réitérée sous l'appellation contrôlée de néo-paupérisme. À nouvelle pauvreté, nouvelle assistance, les politiques sociales ont subi elles aussi une regénération de leurs modes opératoires.

Un nouvelle gestion publique

7Les politiques sociales en France ont connu depuis deux décennies un tournant décisif dans leur opérationnalisation. Cette modification de l'action sociale de l'État repose sur trois dimensions fondamentales : décloisonnement des champs d'intervention, localisation des actions et individuation de l'assistance sociale qui accompagnent l'émergence de ces présupposés qu'une vingtaine d'années de "crise" ont contribué à forger.

Plurisectoralité

  • 4 On verra sur ce point les positions exprimées par Yves Dauge et Jean-Loup Drubigny dans "La politiq (...)

8Les différents facteurs évoqués ci-dessus convergent pour obérer les différences de situations et de causes et permettre ainsi au savant parfois, au politique souvent, de faire l'économie de la complexité. Cette omnipotence du social comme objet unique et problématique a largement soutenu une réorganisation en profondeur de l'action publique orchestrée sur le thème de la transversalité. Puisant à la même source de la pluricausalité des phénomènes sociaux leurs fondements, les politiques sociales connaissent depuis deux décennies une tendance importante à la désectorialisation. Devant l'impossibilité acquise ou présumée à traiter du logement sans guérir l'éclatement de la cellule familiale, à résorber la délinquance sans intervenir sur l'animation des quartiers ou à prévenir l'échec scolaire sans améliorer l'état sanitaire des populations (autant de propositions dont les facteurs sont inversables et interchangeables), l'action publique s'est orientée vers des modes opératoires décloisonnés tentant d'embrasser cette complexité générique au moyen de structures interministérielles. On rappellera, à titre d'exemple, la politique de la ville qui illustre bien ce phénomène4 de décloisonnement de l'action publique en matière sociale.

9À ce décloisonnement s'est ajouté deux autres transformations des modalités de l'action publiques : la localisation et l'individuation.

Les nouvelles missions du local

  • 5 Expression consacrée par Pierre Rosanvallon dans La nouvelle question sociale. Repenser l'État-prov (...)

10Remettant au passage en cause la légitimité d'une action publique nationale au nom de l'adaptation aux réalités différenciées des lieux d'intervention, les politiques d'insertion ont privilégié, au détour des lois sur la décentralisation, les solutions localisées. Renforçant en même temps collectivités locales, services déconcentrés de l'État et acteurs locaux, les politiques publiques en question ont instauré une gestion localisée de la "nouvelle question sociale"5.

  • 6 Ibid.
  • 7 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris : Fayard, 199 (...)

11Cette nouvelle dynamique de l'action sociale de l'État, qui remet en cause selon certains le statut de l'État-providence6 ou de la société salariale7 selon d'autres, s'appuie sur un élément devenu incontournable : le partenariat. Consacrant en quelque sorte l'échec des politiques centralisées menées sous la seule égide de l'État Nation, les réformes intervenues dans le champ de l'action sociale en milieu urbain reposent désormais sur l'élaboration partenariale des dispositifs d'insertion. Ajoutant à la plurisectorialité des dispositifs la multiplicité des acteurs concernés dans la décision, cette nouvelle gestion de la pauvreté se heurte à l'héritage des pratiques administratives pluriséculaires basées sur le centralisme. En d'autres termes, la France ne possède pas, à l'instar des pays fédéraux, une culture de la négociation entre niveaux et agents de la décision publique et ce déficit grève considérablement l'établissement d'un réelle dynamique de concertation sur laquelle repose en théorie la localisation des politiques d'insertion.

L'État et le pauvre : une relation dialogique ?

  • 8 Ibid, p. 13.

12Dernier élément de ce processus, l'individuation renforcée de ces mécanismes d'insertion. Construits selon une logique d'appropriation individualisée des dispositifs publics, où les institutions exercent essentiellement une fonction d'orientation (d'où le renforcement des espaces d'orientation sous la forme de guichets uniques), les actions d'insertion ont replacé le sujet comme acteur de sa réinsertion. L'individu placé dans la "zone de vulnérabilité"8 est ainsi invité à proposer un projet professionnel et de vie. On notera au passage la contradiction consistant à souligner l'inadaptation sociale des "exclus" et leurs carences cognitives tout en les priant de soumettre un parcours personnel cohérent. Cette individuation qui inclue nécessairement certaines formes de discrimination positive, minant davantage le fondement des logiques publiques prévalant jusqu'alors, vise à conférer un rôle dynamique aux personnes concernées. Cette redynamisation de sujets présumés prostrés dans une attitude d'anomie sociale, confrontés à la complexité des mécanismes d'insertion mis à leur disposition, repose sur un mode opératoire qui consacre la prédominance de la notion de contrat.

  • 9 S. Paugam, La société française et ses pauvres : l'expérience du Revenu Minimum d'Insertion, Paris  (...)
  • 10 C. Taylor, "La politique de reconnaissance" in Multiculturalisme, Paris : Aubier, 1994.

13L'action publique ne se présente ainsi plus comme un acte de redistribution verticale État / individu mais s'oriente selon une horizontalisation des pratiques d'intervention, où ces deux protagonistes négocient une forme de rétribution sociale individualisée. L'individu et l'acteur public passent ainsi contrat pour permettre, au premier de mener à bien son projet personnel, et au second d'exercer sa mission fondamentale d'inclusion de tous les segments de la société. Cette relation synallagmatique est particulièrement sensible dans le champ de la formation professionnelle où fleurissent ces nouveaux modes opératoires : contrats d'orientation, de qualification, d'apprentissage ou d'adaptation, mais on peut aussi en souligner l'expression dans la mise en œuvre du revenu minimum d'insertion9. La dimension d'engagement intrinsèque à cette logique, empruntée au droit des obligations, induit une nouvelle forme de contrat social construit cette fois de manière explicite entre État et individu. On peut en outre s'interroger sur le caractère structurant, en termes identitaires, de cette nouvelle relation. En référence à la conception taylorienne10 d'une construction dialogique de l'identité individuelle, ce rapport État / individu, qui consacre la réification de catégories administratives acquérant, de ce fait, un statut de marqueur social — on est aujourd'hui Rmiste — identifie l'individu par sa position dans les dispositifs publics d'insertion. Le renouvellement des labellisations du champ de l'action sociale est, à ce titre, édifiante dans la consécration des nouvelles dénominations ("demandeur d'emploi", "sdf", publics "en difficulté", etc…). Certes, cette catégorisation n'est pas nouvelle, mais il semble que l'individualisation marquée des politiques sociales accentue la portée identitaire de ces labels, dont la dimension valorisante ou dégradante peut influer sur la construction de l'identité individuelle de leurs récipiendaires. Ce phénomène est notablement accentué quand il concerne des publics jeunes. L'action en insertion consacre aujourd'hui largement la dimension d'apprentissage de la citoyenneté, ce qui semble refléter la dimension élargie de ces actions qui au-delà de l'assistance aux pauvres conduisent un travail original sur le lien social et ses implications identitaires.

Nouvelles régulations, nouveau pacte social

  • 11 E. Didier, "De l'exclusion à l'exclusion" in Politix, no 34, 5-27.

14Au-delà des logiques assistancielles, c'est bien ici une nouvelle forme de construction sociale qui se joue et dont la généralisation des catégories peut donner à penser qu'elle pourrait préfigurer une recomposition du lien social répondant aux transformations drastiques que subit la société française contemporaine. L'enjeu est donc ici de taille et extrapole largement la seule question de l'inadaptation sociale. D'ailleurs la rhétorique politique tend à y associer, de plus en plus largement, un autre concept totalisant : la cohésion sociale. Ainsi que l'a démontré Emmanuel Didier dans sa tentative de conceptualisation11 de la construction cognitive bâtie autour du thème de l'exclusion, cette question aboutit nécessairement à une remise en cause de l'ordre existant. On peut ainsi s'interroger sur la portée des changements intervenus dans la gestion de l'exclusion : ne s'agit-il pas devant l'échec constaté des modes antérieurs de régulation sociale de l'émergence d'un pacte social renouvelé ? ou seulement d'une restructuration technique des modalités de l'action sociale ? L'action sur les marges de la société ne préfigure-t-elle pas une réorganisation plus globale de l'intervention publique, de la mission et des modes opératoires de l'État ?

les missions locales : culture de l'insertion et insertion par la culture

15Pour étudier les phénomènes abordés dans cette première partie, on focalisera l'attention sur une instance qui apparaît particulièrement heuristique pour relire ces processus, les missions locales. L'hypothèse qu'on posera ici peut se résumer ainsi, la globalisation des représentations liées à la relation exclusion / insertion et les nouveaux modes opératoires de l'action sociale tendent à transformer le statut des acteurs de terrain, dont les missions locales, les faisant passer d'une instance d'action sociale à un équipement culturel assumant une fonction de socialisation de certains segments de la société.

Quelques observations méthodologiques

  • 12 Cette réflexion s'appuie sur les résultats d'un travail d'enquête mené, durant l'année 1995-96, aup (...)

16Un point méthodologique tout d'abord, le matériel d'enquête ici exploité relève d'une démarche particulière. On a choisi d'utiliser des entrevues menées auprès de trois missions locales à Bastia, Limoges et Toulouse dans le cadre d'une enquête plus globale conduite autour de l'élaboration des plans régionaux de développement de la formation professionnelle des jeunes12. Cette loi du 20 décembre 1993 relative au travail, à l'emploi et à la formation professionnelle des jeunes a introduit un changement important dans le champ qui nous concerne puisqu'il a confié aux Conseils régionaux la pleine compétence sur la formation professionnelle des jeunes. Cette étude s'est appuyée sur une vingtaine d'entrevues menées auprès de différents acteurs, dont les missions locales. C'est précisément sur ces matériaux que s'appuient les observations qui suivent. L'utilisation de ces entrevues peut paraître problématique dans la mesure où les questionnements qui présidaient à leur réalisation n'avaient pas été construits aux fins de la présente analyse. Il y a donc un effet de décalage à utiliser pour saisir les représentations que les acteurs des missions locales portent sur l'insertion. Ce faisant on peut espérer échapper au phénomène connu de reconstruction de l'objet par l'interviewé pour répondre à une interrogation précise. Néanmoins, les questions administrées au cours de ces entrevues possèdent une cohérence avec notre sujet puisqu'une partie du questionnaire portait précisément sur les questions d'insertion sociale et professionnelle. C'est cette partie qui sera réexploitée ici.

Les missions locales

  • 13 B. Schwartz, L'insertion professionnelle et sociale des jeunes. Rapport au Premier Ministre, Paris  (...)

17C'est précisément au croisement des intérêts du savant et du politique que sont nées les missions locales puisqu'elles furent créées dans la foulée des recommandations du rapport de Bertrand Schwartz13 concluant la mission d'enquête que lui avait confié le Premier Ministre Pierre Mauroy. Réponse du savant au politique, le rapport Schwartz proposait entre autres une expérimentation fondée sur l'idée d'une mission locale à vocation temporaire mobilisant, auprès des jeunes, une pluralité d'acteurs de terrain. C'est donc en application directe de ce rapport que furent instituées par décret du 26 mars 1982 les missions locales pour l'insertion professionnelle et sociale des jeunes en difficulté.

  • 14 B. Hastoy, Les missions locales pour l'insertion professionnelle et sociale des jeunes en difficult (...)

18Le nouveau dispositif qui est alors élaboré illustre parfaitement le tournant pris par la gestion publique de l'insertion sociale. En effet, les missions locales sont conçues dès leur création comme des instances agissant au niveau local, dans une perspective globalisante et multisectorielle, associant État, collectivités locales, acteurs de terrain et économiques ainsi que le public des jeunes dans un partenariat local. La place des collectivités locales, en l'occurrence, les municipalités principalement, y est grande puisque c'est à leur initiative que les missions locales sont créées. Elles en assurent la présidence et la majorité du financement, l'État n'assurant en 1988 que 36,7 % du budget contre 38,9 % pour les collectivités locales14. Construites en grande majorité dans des sites urbains et sur un statut associatif, les missions locales s'appuient sur une équipe technique pluridisciplinaire englobant des personnels mis à disposition par les services de l'État (en, anpe, afpa, ddas, ddes), les collectivités locales et des salariés propres. À cette équipe de terrain est associée la concertation des partenaires sociaux et économiques et des publics. Les conseils d'administration des missions locales rendent compte de cette dimension partenariale.

Membres de Conseils d'administration des missions locales (1989)

Membres de Conseils d'administration des missions locales (1989)

Source : B. Hastoy, Les missions locales pour l'insertion professionnelle et sociale des jeunes en difficulté. Rapport au Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, op. cit., 143.

19La mission locale se trouve ainsi placée dans un contexte essentiellement urbain — les problèmes d'insertion y sont généralement plus prégnants et les ressources financières nécessaires à la mise sur pied de ce dispositif plus large — à la fois comme un espace public d'intervention en matière d'action sociale mais aussi comme une forme d'équipement culturel.

Des acteurs de terrain porteurs d'une vision élargie des questions d'insertion

20Les propositions discursives que portent les responsables de mission locale permettent de souligner la manière dont les conceptions globalisantes de l'insertion et de l'exclusion ont été intégrées par les acteurs de terrain.

21Les entrevues menées sur le terrain ont toutes témoigné d'une cohérence dans les représentations qui s'établissent autour de l'insertion. Bien que très diverses dans leurs compositions et modes opératoires, les missions locales dont nous avons consulté les responsables ont fait montre d'une grande homogénéité d'opinion et témoignent ainsi de la réalité du système en réseau qui est censé les caractériser.

22L'exclusion est ainsi perçue comme la résultante d'un certain nombre de "ruptures" intervenues dans les parcours des jeunes qu'il s'agisse en l'occurrence de problèmes liées à l'intégration ethnique, à l'accès aux soins ou au travail. En tout état de cause, la globalité des questions envisagées apparaît clairement dans les représentations. À Toulouse, on nous mentionne qu'"une personne, ça ne se découpe pas", tandis qu'à Bastia, c'est à une métaphore sylvicole qu'on nous renvoie en présentant le jeune comme un "billot de bois" dont les capacités constituent le cœur et les compétences, les strates successives qui l'enrobent. Les capacités auxquelles il est fait référence renvoient à quatre dimensions : "s'informer, analyser une situation, mettre en œuvre une action et communiquer".

23Cette vision globalisante de l'exclusion sociale semble donc bien avoir pénétré les référents des acteurs de terrain et justifie par contrecoup que l'insertion soit perçue comme un processus lui aussi total et dont la mise en œuvre renvoie à une dimension multidirectionnelle. L'insertion, est dès lors pressentie comme un travail sur l'individu qui s'exprime notamment à travers les notions de resocialisation et de citoyenneté. Ainsi, la mission locale de Bastia après avoir mentionné qu'"on ne peut plus faire de l'insertion huit heures-midi, deux heures-six heures" met l'accent sur cette resocialisation posée comme préalable à l'insertion professionnelle sous le sigle des 3C, 3H Comportement, Communication, Concentration, Hygiène, Hiérarchie, Horaire. C'est donc largement un travail sur la structuration de l'individu qui est proposé avant d'aborder les questions des débouchés en termes d'emploi. De la même manière, à Limoges, après avoir affirmé que la notion de citoyenneté est "majeure", on affirme que la vocation de la mission locale n'est pas "d'insérer quelqu'un durablement dans l'emploi, même si c'est intéressant de faire ça (...) c'est bien que la personne soit capable de comprendre les tenants et les aboutissants de sa place dans la société".

24On perçoit donc bien ici la manière dont le traitement des questions sociales s'est étendu à des enjeux sociétaux. Les termes d'exclusion et d'insertion, par la globalité des représentations sociales qu'ils mettent en jeu, ont entraîné une refondation de l'action sociale, qui, de sectorielle et nationale, est devenue globale et locale. Cette recomposition est ainsi nettement perceptible auprès des acteurs de terrain et notamment au sein des missions locales qui depuis 1982 prolongent cette expérimentation d'une régulation sociale renouvelée.

25Cette recomposition des représentations et des rôles que les missions locales supportent s'expriment aussi dans les actions mises en place auprès des publics de jeunes en difficulté.

Entre assistance sociale et action culturelle : les pratiques des missions locales

  • 15 B. Schwartz, op. cit., 51.

26Cette pénétration de la globalisation des représentations induit aussi un élargissement des pratiques des missions locales. Le rapport Schwartz avait défini quatre fonctions pour les missions locales : connaissance des jeunes, accueil et orientation, relation avec les entreprises d'accueil et relation avec les organismes de formation15. Si les missions locales continuent de supporter ces quatre fonctions, il est aujourd'hui clair que l'ampleur des problèmes que sous-tendent les représentations de l'insertion et de l'exclusion a contribué à élargir considérablement leur champ d'action. Devant l'émergence de publics de plus en plus stigmatisés par ces phénomènes de désaffiliation sociale, la mission de ces organismes tend progressivement à s'adresser à des domaines autrefois situés hors de l'action sociale et qui relèvent davantage de l'action culturelle.

L'insertion par la culture

27Ce que l'on constate en analysant les actions qui sont conduites au niveau des missions locales, c'est que la globalisation des référents relatifs à l'exclusion et à l'insertion ont induit des transformations dans les interventions qui sont menées sur le terrain. L'élargissement du champ de l'exclusion et des réponses apportées en termes d'insertion ont eu pour conséquence d'étendre les modalités d'action des missions locales. Débordant ainsi le domaine traditionnel d'intervention pluridisciplinaire déjà assez large (travail, formation, santé, prévention de la délinquance, politique de la ville), les actions conduites auprès des jeunes tendent de plus en plus à aborder des questions qui relèvent du domaine culturel.

28Au niveau des missions locales que nous avons consultées, il apparaît que les représentations de l'insertion et des méthodes à employer pour la "résorber", dont on a montré qu'elles englobaient aujourd'hui une palette de plus en plus large d'initiatives à conduire, s'expriment sur le terrain par un travail de resocialisation compris comme un réinvestissement des réalités socio-culturelles du cadre de vie.

29Ainsi à Bastia, la mission locale a développé un projet de formation, articulant actions de formation et "découvertes" à visée socialisante, qui est conçu comme une préformation aux actions qualifiantes. Cette découverte touche ici trois domaines : ville, expression culturelle et citoyenneté. La notion de citoyenneté locale qui a fait florès dans les sciences sociales depuis une décennie semble donc avoir pénétré les actions de terrain où la préparation à l'insertion professionnelle passe par une "découverte" de la citoyenneté locale conçue comme une maîtrise des réseaux locaux et des acteurs qui y contribuent. Toujours à Bastia, les actions en insertion qui sont mises en place reposent sur une conception de l'insertion qui recoupe elle aussi cette dimension globalisante. Les actions en insertion touchent ainsi quatre axes : "découverte sociologique (culture et sport), intervention culturelle (arts, loisirs et informatique), économie sociale et familiale (budget ménager) et les politiques publiques (notamment État et anpe)".

30De la même manière, Toulouse a mis en place une page web sur ses activités qui comporte une section culture jouxtant celle de la formation et du travail dans la palette des actions offertes aux jeunes.

31À Tarbes, la page web de la mission locale est encore plus explicite puisqu'elle affirme à titre de profession de foi cet exemple frappant de la globalisation des référents liés à l'insertion : "Nous estimons que l'insertion professionnelle doit être perçue de façon globale. Elle passe par des étapes et des chemins très divers. Il ne s'agit pas seulement de proposer une formation qualifiante".

  • 16 Délégation Interministérielle à l'Insertion des Jeunes (dij), Dix ans d'action de l'État et des élu (...)

32D'une manière plus générale, on peut relire ce tournant de l'action des missions locales à travers la publication d'une brochure relative aux politiques d'insertion françaises16. La question de la dimension culturelle de l'insertion y est abordée. "La culture est une dimension essentielle du développement personnel et un important levier d'insertion". Il est ainsi préconisé que les drtefp et les drac mettent en place des conventionscadre sur le thème " insertion et culture". Les activités sportives y sont aussi inscrites comme élément participant de l'insertion des jeunes.

33Parmi les projets qui sont évoqués à titre illustratif dans ce document de synthèse et d'orientation, on retrouve au-delà des domaines traditionnels que constituent l'emploi, la formation, la santé et le logement, l'expression de ces nouvelles missions d'insertion. La question de la citoyenneté y réapparaît sous la forme d'opérations humanitaires (construction d'une école au Burkina Faso, aide aux sinistrés). La question de la culture y est directement inscrite sous la forme de différents projets (Musée de la laiterie à St-Lô, Maison de l'Envie et festival ramdam).

conclusion

34La vision élargie des phénomènes dits d'exclusion et des politiques d'insertion s'y rattachant, et qui tente d'embrasser les différents éléments constitutifs d'une réalité multiforme et variée transcrivant l'ensemble des dynamiques de "désaffiliation" sociale en milieu urbain, a été portée dans un premier temps par les sciences sociales. Depuis plus de vingt ans, cette approche complexe d'une forme de position sociale proche de la marginalité, et qui ne cesse d'être étendue à des catégories autrefois "normales" (jeunes, chômeurs, personnes âgées, immigrants, familles monoparentales), a été intégrée par les décideurs publics — glissant au passage du causal au global — et conditionne désormais les politiques sociales. Ces dernières se sont ainsi transformées pour passer d'un mode centralisateur, sectoriel et collectif à une action localisée, globalisante et individualisée. Ce faisant, ce sont les modes opératoires de la régulation du lien social qui se sont modifiées amenant un changement en profondeur des formes d'intervention de l'État, qui compte tenu de la dynamique d'extension exponentielle du champ de la marginalité sociale, tend à concerner des secteurs croissants de la population française. La crise de l'État-providence qui s'exprime à travers ces processus, et que les phénomènes de décentralisation politique et administrative ont accru, pourrait sans doute être analysée comme les prémisses d'un nouveau rapport État / individu.

35Enfin, le résultat de ces transformations a été de modifier en l'élargissant le rôle et les interventions des acteurs de terrain. L'émergence de nouveaux référents en matière d'action sociale a eu pour conséquence pratique de conduire les intervenants locaux à reformuler leur appréhension des problèmes sociaux en centrant sur l'individu leur action. Cette focalisation sur l'individu que les nouvelles formes de régulation sociale imposent est complétée par la dimension totalisante des questions en jeu qui conduisent les acteurs de terrain — dont les missions locales sont un exemple particulièrement clair — à adopter des modes d'intervention tentant de soigner chez l'individu les multiples facettes de sa désaffiliation. C'est ainsi qu'on a pu constater que les fonctions de resocialisation que ces instances endossent de plus en plus souvent peuvent amener à s'interroger sur leur réorientation de l'action sociale vers l'action culturelle. Répondre à une telle question engagerait probablement à une interrogation insoluble sur ce qu'est la culture. On se contentera pour réponse provisoire d'admettre que les acteurs de l'action sociale, tels que les missions locales, s'engagent maintenant dans des interventions en partenariat avec les instances des politiques culturelles et qu'elles encadrent parfois de manière autonome des dispositifs qui relèvent du secteur culturel de l'action publique. À ce titre, il nous semble justifié de souligner un glissement progressif de l'équipement public à l'espace culturel que subissent ces missions locales. Après tout, ne juge-t-on pas un État à la manière dont il traite ses pauvres ?

1. Le Grand Théâtre de Bordeaux construit par Victor Louis et inauguré en 1780. Sa façade néoclassique est dotée d'un portique à 12 colonnes surmonté de statues représentant muses et déesses. (Imprimerie Laplante, photo disc).

2. Concert nocturne autour de la fontaine de la Place du Parlement voulue par l'Intendant Tourny pour faire lien entre la ville et son fleuve. (Imprimerie Laplante, photo disc).

3. Relié à la ville souterraine, le Complexe Place des Arts comprenant théâtres et salles de concerts, renforce la dimension culturelle de Montréal. (Photo J.-P. Augustin).

4. Les "Tam-Tam" de Montréal rassemblent un public essentiellement jeune de musiciens et de spectateurs le dimanche aux abords du Mont Royal. (Photo J.-P. Augustin).

5. Situé à l'est de la ville, le Stade olympique construit pour les J.O. de 1976, est devenu un des symboles de Montréal. (Photo J.-P. Augustin).

6. Après l'hiver, l'animation de rue retrouve ses droits. Ici, un groupe sud-américain rue Sainte Catherine à Montréal. (Photo J.-P. Augustin).

7. Vue aérienne du Stade municipal de Bordeaux, inauguré en 1938 pour le Mondial de football et utilisé à nouveau pour celui de 1998. (Imprimerie Laplante, photo disc).

8. Le "Monument aux Girondins et à la République" érigé entre 1894 et 1902, place des Quinconces à Bordeaux. Ci-dessus, détail représentant trois enfants symbolisant les arts. (Imprimerie Laplante, photo disc).

Notes

1 En répartition par sexe, le taux des jeunes hommes passe de 16,6 à 22,1 % tandis que celui des jeunes filles augmente de 26,1 à 31,9 %. C. Gissot et M. Meron, Chômage et emploi en mars 1996, insee.

2 R. Lenoir, Les exclus, Paris : Le Seuil, 1974.

3 J. Donzelot, L'invention du social, Paris : Fayard, 1984.

4 On verra sur ce point les positions exprimées par Yves Dauge et Jean-Loup Drubigny dans "La politique de la ville à l'épreuve" in J. Donzelot, Face à l'exclusion. Le modèle français, Paris : Editions Esprit, 1991.

5 Expression consacrée par Pierre Rosanvallon dans La nouvelle question sociale. Repenser l'État-providence, Paris : Le Seuil, 1995.

6 Ibid.

7 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris : Fayard, 1995.

8 Ibid, p. 13.

9 S. Paugam, La société française et ses pauvres : l'expérience du Revenu Minimum d'Insertion, Paris : PUF, 1993.

10 C. Taylor, "La politique de reconnaissance" in Multiculturalisme, Paris : Aubier, 1994.

11 E. Didier, "De l'exclusion à l'exclusion" in Politix, no 34, 5-27.

12 Cette réflexion s'appuie sur les résultats d'un travail d'enquête mené, durant l'année 1995-96, auprès des services responsables de la formation professionnelle au sein des Conseils régionaux, des services déconcentrés de l'État, des organismes consulaires et des partenaires sociaux dans quatre régions : Auvergne, Corse, Limousin et Midi-Pyrénées. Ces entrevues furent conduites dans le cadre de l'opération d'évaluation menée par le Comité de coordination des programmes régionaux d'apprentissage et de formation professionnelle continue au titre de l'article 53 de la loi quinquennale sur l'emploi, le travail et la formation professionnelle, et pour laquelle l'équipe du cervl a contribué, à titre d'opérateur régional, à la collecte des matériaux pour l'évaluation. L'équipe du cervl, dirigée par Thierry Berthet et co-dirigée par Alain Jeannel (Directeur du département des sciences de l'éducation, Université de Bordeaux II - membre du cervl) était composée de : Célia Barbosa (cervl-iep de Bordeaux), Laure Gayraud (ippl-Sciences de l'Éducation, Université de Bordeaux II), Isabelle Muon (ippl-Sciences de l'Éducation, Université de Bordeaux II), Anne-Claire Roturier (ippl-Sciences de l'Éducation, Université de Bordeaux II) et Céline Trouvé (cervl-iep de Bordeaux).

13 B. Schwartz, L'insertion professionnelle et sociale des jeunes. Rapport au Premier Ministre, Paris : La Documentation Française, 1981. Il est alors professeur à l'Université de Paris-Dauphine. Moderniser sans exclure, Paris : La Découverte, 1996.

14 B. Hastoy, Les missions locales pour l'insertion professionnelle et sociale des jeunes en difficulté. Rapport au Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, Paris : La Documentation Française, 1989.

15 B. Schwartz, op. cit., 51.

16 Délégation Interministérielle à l'Insertion des Jeunes (dij), Dix ans d'action de l'État et des élus au service des jeunes, Paris : dij, 1993.

Table des illustrations

Titre Membres de Conseils d'administration des missions locales (1989)
Légende Source : B. Hastoy, Les missions locales pour l'insertion professionnelle et sociale des jeunes en difficulté. Rapport au Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, op. cit., 143.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 1. Le Grand Théâtre de Bordeaux construit par Victor Louis et inauguré en 1780. Sa façade néoclassique est dotée d'un portique à 12 colonnes surmonté de statues représentant muses et déesses. (Imprimerie Laplante, photo disc).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 2. Concert nocturne autour de la fontaine de la Place du Parlement voulue par l'Intendant Tourny pour faire lien entre la ville et son fleuve. (Imprimerie Laplante, photo disc).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 3. Relié à la ville souterraine, le Complexe Place des Arts comprenant théâtres et salles de concerts, renforce la dimension culturelle de Montréal. (Photo J.-P. Augustin).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 4. Les "Tam-Tam" de Montréal rassemblent un public essentiellement jeune de musiciens et de spectateurs le dimanche aux abords du Mont Royal. (Photo J.-P. Augustin).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9847/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 5. Situé à l'est de la ville, le Stade olympique construit pour les J.O. de 1976, est devenu un des symboles de Montréal. (Photo J.-P. Augustin).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9847/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 6. Après l'hiver, l'animation de rue retrouve ses droits. Ici, un groupe sud-américain rue Sainte Catherine à Montréal. (Photo J.-P. Augustin).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9847/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 7. Vue aérienne du Stade municipal de Bordeaux, inauguré en 1938 pour le Mondial de football et utilisé à nouveau pour celui de 1998. (Imprimerie Laplante, photo disc).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9847/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende 8. Le "Monument aux Girondins et à la République" érigé entre 1894 et 1902, place des Quinconces à Bordeaux. Ci-dessus, détail représentant trois enfants symbolisant les arts. (Imprimerie Laplante, photo disc).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9847/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search