Version classiqueVersion mobile

Lieux culturels et contextes de villes

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Daniel Latouche

1. Sites locaux, réalités globales et recherches

La distance sociale et symbolique aux équipement culturels

Xan Bouzada

Texte intégral

1Franchir la porte des équipements culturels, voilà quelque chose qui s'apprend en famille ou à l'école.

  • 1 Michel Verret, La culture ouvrière, Saint-Sébastien : acl Edition, Société Crocus, 1988, p. 144.
  • 2 Jean-Claude Barthez, "Culture populaire ou culture dominée ?", in G. Poujol et R. Labourie, Les cu (...)
  • 3 Nathalie Heinich, "Arts et sciences à l'âge classique : professions et institutions culturelles", (...)

2Dans la mer ouverte qu'est la salle de classe, l'élève populaire va vivre, plus ou moins favorisé par la fortune, un naufrage particulier. L'enfant populaire, abandonnant chaque jour la maison familiale pour l'école, ne le fait pas comme cet enfant de classe moyenne avec et à la rencontre du père, mais plutôt contre le père. À la limite de cette rupture, l'enfant se verra obligé d'établir des distances quant à elle : des distances mentales et spirituelles qui s'ajoutent parfois aux distances de type spatial1. Double distance symbolique et territoriale avec les équipements nobles de la culture et dont l'adulte populaire fera lui aussi l'expérience, chacun à sa mesure. Chez l'élève populaire, la réaction antiscolaire et anti-culturelle est associée au rejet d'un modèle culturel qui s'imposant inexorable et unique, pénètre comme une matrice de valeur stigmatisante dans le conscient et l'inconscient de l'enfant2. Ce caractère d'inexorabilité imposée va être l'héritage de l'équipement culturel comme "Institution de la culture" dans la mesure où il est présenté comme l'espace légitime pour la reproduction d'intérêts et de valeurs universelles3.

3Pour tout cela, l'aisance et la familiarité avec l'espace physique et symbolique des équipements culturels, le goût "désintéressé" envers ses discours et ses dynamiques aurait bien quelque chose à voir avec des habitudes qui recouvrent et reproduisent, en les renforçant, ces premières relations privilégiées vécues dans l'équipement scolaire par l'élève de classe moyenne.

4En ce sens, l'équipement culturel, de par son institutionalisation et la définition de frontières, construit de subtiles limites qui auront pour effet secondaire une vertu ambiguë laquelle, définissant le profil des élus, frappe par omission les exclus, ceux qui, n'ayant pu être reconnus par le code, sont condamnés hors de son enceinte.

  • 4 Pierre Bourdieu et Alain Darbel, L'amour de l'art, Paris : Ed. de Minuit, 1969, p. 165 : "Les musé (...)
  • 5 Agnès Pitrou, Les relations sociales en milieu urbain nouveau, Bordeaux : cnaf-beture-cerau, 1973.

5Ce processus passe par une dynamique ourlée de subtiles définitions qui s'efforcent de voiler la fonction inflexible et implacable de la mission sélective4. De même les frontières intangibles entourant l'équipement culturel ont-elles la capacité de cristalliser à travers l'accumulation d'effets. À partir des effets analogiques que suggèrent la forme et le dessin des équipements, leur fonctionnement, la façon de se produire, ou même la distance entre ces derniers et les habitudes sociales et culturelles environnantes, servent beaucoup trop fréquemment à renforcer cette fonction à travers la double insertion dans l'équipement et dans la communauté des agents socio-culturels qui, parfois selon leur origine de classe et toujours à cause de leur formation, se trouvent habituellement à une distance considérable des imaginaires des publics populaires5.

  • 6 Hubert Chardonnet et alii, Enfances urbaines : usages et significations sociales des terrains d'av (...)

6Les bases qui expliquent et permettent de comprendre la nature et les modes de fréquentation des équipements culturels pourront être établies en fonction de cette matrice de causes multiples et complexes laquelle définit leur image sociale6.

  • 7 Erving Goffman, Relaciones en público, Madrid : Alianza Editorial, 1979, p. 75.

7Goffman nous dit que les individus s'aventurent parfois à l'orée de nouvelles régions où ils ne trouvent finalement pas leur place. Avant de pénétrer dans ce nouveau monde méconnu, il faudra, comme exercice préalable, y jeter un prudent coup d'œil orientateur7.

  • 8 Pierre Rosanvallon, "Conquérir de nouvelles zones de progrès social", in VV. AA. Sécurité sociale  (...)

8Ce n'est peut-être pas un égalitarisme traditionnellement entendu à ce niveau comme une offre d'équipements identiques pour des publics et des cultures différents, qui pourra garantir le mieux le droit des individus au savoir et à la culture8. N'y a-t-il pas quelque chose de pervers dans ce pari qui proposerait un régime unique à des patients qui se plaignent de carences et de symptomatologies différentes ?

9Les équipements du type "Maison de la Culture" sont ici venus se substituer à ces mythiques et presque oubliées "Maison du Peuple" de la Seconde République Espagnole à travers une redéfinition symptomatique qui a troqué le "peuple" — proche — pour la "culture", plus distante. Cette redéfinition reflète peut-être un changement qui, prioritairement développé par les secteurs et les couches sociales détentrices du pouvoir local, tend aujourd'hui à provoquer un certain scepticisme et une certaine indifférence parmi la majorité.

  • 9 Georges M. Foster, Las culturas traditionales y los cambios técnicos, Mexico : Fondo de Cultura Ec (...)

10Les changements de nom des équipements, comme nous le rappelait l'anthropologue Foster9, ont bien souvent quelque chose à voir avec la reconduite de leur logique de fonctionnement.

  • 10 . Edward T. Hall, La dimensión oculta. Enfoque antropológico de la utilización del espacio, Madrid  (...)
  • 11 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris : Ed. de Minuit, 1970, p. 69.

11Notre démarche et la manière dont nous nous orientons dans l'espace dénonce en nous les diverses origines culturelles10. Le style de vie populaire, son vitalisme somatique, pragmatique et anti-ascétique, son élan expressif ouvert et franc, son manque de discipline formel et de simulation ritualisée, éloigne le peuple des rythmes de fonctionnement institutionnels qui unissent ceux qu'ils attirent, en les séparant des autres. L'équipement culturel circonspect et rigide ne fait que rejeter et reprocher le vivant et l'expressif11 caractéristiques des modes relationnels de la culture populaire.

  • 12 Pierre Bourdieu et alii, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris : Ed. de Minuit, 1979
  • 13 William Foote Whyte, La sociedad de las esquinas, Mexico : Diana, 1971, p. 53. On dit à propos de (...)
  • 14 Michel Bozon, Vie quotidienne et rapport sociaux dans une petite ville de province, Lyon : Presses (...)

12Si chaque individu, comme nous l'ont indiqué Hoggart et Bourdieu, tend à réaliser ses pratiques socio-culturelles en vue de l'obtention d'une reconnaissance implicite du milieu social qui l'entoure12, le public populaire attaché à la relation spontanée et expressive tendra tout naturellement à éviter un risque qui peut le faire passer dans son milieu pour un prétentieux13. De là l'existence d'un prudent tabou éloignant dans le temps et l'espace la possibilité même de cette décision : "Quand nous demandions à des ouvriers de Villefranche à quelle occasion ils étaient entrés dans le théâtre, nous obtenions immanquablement des récits 'd'effraction' : chacun y était allé peu ou prou une fois ou deux dans sa vie mais s'excusait presque d'avoir violé un lieu aussi sacré selon Bozon : "il fallait bien utiliser les places gratuites qu'un parent, un ami ou une connaissance leur avait procurées, ou bien il se trouvait qu'ils connaissaient des personnes qui se produisaient sur scène"14.

  • 15 Michel Pinçon, Besoins et habitus, Paris : Centre de Sociologie Urbaine, 1978, p. 78.

13L'alternative oscillant entre l'insécurité du territoire d'autrui, mal connu, et le mépris des semblables envers une option considérée prétentieuse15, ne place pas le public populaire dans une circonstance particulièrement stimulante pour aborder ce type de découverte. La crainte de s'empêtrer dans un monde rigide obligeant à l'autocontrôle et à l'imitation chancelante des initiés semble dissuader le potentiel aventurier.

  • 16 Michel De Certeau, L'invention du quotidien : Arts de faire, Paris : Gallimard, 1980, p. 70, 10/18 (...)

14Un peuple acteur, fréquemment confronté à la tension qui l'appréhende en de subtiles et stigmatisantes conventions, opte pour la désertion et le boycott, et ce tant pour l'équipement-usine que pour le scolaire16, pourra difficilement assumer l'accès libre et non sanglant aux équipements et aux temples de la culture. Pour que le poulain se laisse dresser, il faudrait que le terrain sur lequel aurait lieu aujourd'hui cette rencontre soit tout autre.

  • 17 Friedrich Nietzsche, El crepúsculo de los idolos, Madrid : Alianza Editorial, 1973, p. 113.
  • 18 Sur ce principe, s'appuyant sur Simmel, Elias et Goffman, voir Isaac Joseph, Le passant considérab (...)

15Quand la culture s'éloigne, forte de sa polyphonie solennelle et dominante, celui qui se sent évacué, en marge, peut réagir en assumant une attitude proche de celle que Nietzsche appela "pathos de la distance17", c'est-à-dire, la volonté de ne pas renoncer à l'identité propre, le désir d'être soi-même. Un pathos de la distance qui, nuancé par le "principe de réserve18", permet au sujet d'agir en prenant ses distances par rapport à des protagonistes institutionnels tels ceux des travailleurs sociaux et des animateurs culturels souvent pleins de bonne volonté, mais qui ne sont pas toujours en condition de trouver le juste milieu entre le discours illustré et le volontarisme du macramé.

  • 19 Edward T. Hall, La dimensión oculta. Enfoque antropológico del uso del espacio, op. cit., p. 199. (...)

16Un "pathos de la distance" qui s'inspire de la constatation polysémique selon laquelle chacun de nous a sa propre aura et dispose de ses propres domaines d'affinité. Edward Hall voyait l'homme entouré d'une bulle imperceptible, d'une enveloppe qui — selon Goffman — empêcherait toute intrusion tendancieuse de se fixer trop longtemps sur lui et de l'examiner. Flora Davis nous dit aussi19 que chacun aime faire bonne figure, que personne n'aime passer ni pour un imbécile, ni pour un incapable — ni même pour trop intelligent — à ses yeux comme aux yeux des membres de son groupe.

  • 20 Jean-Claude Kaufmann, La chaleur du foyer. Analyse de repli domestique, Paris : Méridiens Klincksi (...)

17Ces attitudes logiques de prudente réserve se retrouvent fréquemment dans la désertion, pour certains difficilement explicable, du public populaire envers des équipements de noble "imaginabilité"20. L'éloignement du public populaire de l'espace culturel n'est donc pas dû exclusivement à une attitude défensive.

  • 21 Erving Goffman, La presentación de la persona en la vida cotidiana, Madrid : Amorrortu, 1987, p. 5 (...)

18Devant un territoire que nous considérons celui d'autrui, nous agissons comme poussés par quelque chose qui nous rappelle un pacte tacite permettant d'éviter de mutuelles interférences. Reconnaître le territoire de l'autre, sa place, celui qui y habite et qui y a ses habitudes, peut sous-tendre implicitement une certaine prudence quant à "trop s'approcher"21.

  • 22 Konrad Lorenz, A agressâo, uma história natural do mal, Lisboa : Moraes, 1979, p. 94, 168.

19Ceux-là même qui déploient leurs possessions dans la définition et la délimitation instinctive d'un espace personnel22, peuvent passer, face à une sensation d'insécurité, à une attitude d'agressivité réactive. Ce qui est ignoré active les soupçons.

20L'"horror vacui" cherche instinctivement à être comblé alors que de son côté l'insécurité favorise la paranoïa.

21La crainte de l'intrusion est le complémentaire qui justifie le renoncement à jouer le rôle d'intrus. L'espace des équipements de la culture ou la fréquentation, souvent sélective, les convertit en trop grands et bien visibles et favorisent la localisation et la délation de l'intrus. Par contre, la célébration de masse banalise une possible intrusion. Dans la fête publique, il ne peut y avoir d'intrus, dans les couloirs de la maison de la culture, ils sont possibles.

22La crainte de la seule possibilité d'être rejeté et d'être l'objet d'une mordante ironie oscillant entre le mépris des initiés et la commisération des semblables devant une soi-disant prétention, peut dissuader l'aventurier d'une façon particulièrement efficace.

  • 23 William Foote Whyte, La sociedad de las esquinas, op. cit., p. 139 : "les enfants des quartiers re (...)

23L'intrus inexpérimenté qui s'aventure en terrain inconnu se rend à la merci de l'autre. Son manque de compétence et son audace font de lui une proie facile où un être susceptible d'un rejet stigmatisant. Celui qui renonce à la fierté de garder la tête haute et au filtre résistanciel du "pathos de la distance" devient pour les siens, dès ce moment, une sorte de laquais des possesseurs du domaine23.

24Un rejet qui parfois se présente sous la forme sinueuse et sibylline de la condescendance. L'unique alternative est alors l'auto-résignation bouffonne ou le jeu ironique des doubles, multiples sens.

  • 24 J. Pezeu-Massabuau, La vivienda como espacio social, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1988, p. (...)

25L'homme cherche dans la maison un refuge24. Pour que l'homme réussisse à suivre une route initiatique qui l'emporte à travers un réseau serré de filtres spatiaux en acceptant de violenter cette fine gaze qui le maintient éloigné de l'enceinte, il est nécessaire qu'il franchisse une barrière composée de multiples obstacles. Son périple devra esquiver cyclopes et sirènes sous la forme raffinée de la distance culturelle et sociale de ce qui à l'origine n'avait pas été conçu pour lui. La distance psycho-sociologique qui définit ses propres habitudes et celles du groupe, ainsi que les difficultés germées au niveau psychologique individuel ne servent qu'à freiner une possible pénétration dans un territoire qui avait déjà été prudemment occupé.

  • 25 Pierre Centlivres et alii, Les rites de passage aujourd'hui, Lausanne : L'Age d'Homme, 1986, p. 17 (...)

26Dans notre cas, il faudrait ajouter à cet ensemble de facteurs, l'absence de définition proxémique constatée qui afflige les cultures en transit du rural à l'urbain qui s'installent et se sédimentent au beau milieu de l'escalier sans jamais faire de choix définitif. Les cultures qui comme la galicienne dressèrent leur tabernacle sur le palier, rendent bien plus complexes encore les brouillards qui recouvrent les marches d'accès aux espaces de la culture25.

27Un peuple comme celui qui habite le vieux pays rural galicien, qui paie avec orgueil, tant au curé qu'au cacique, leur talent, pour ainsi remettre ses dettes pressenties ; un peuple qui s'empêtre dans des procès et des luttes interminables pour les limites réduites d'un terrain minuscule qu'il veut sien, pourra difficilement assumer sans détours des cadeaux sans retour qui le convertissent automatiquement en débiteur. Méfiance et soupçon entrent ici dans le même panier.

28Celui qui défend son territoire toutes griffes dehors, et qui fixe ses rendez-vous pour pactiser à la croisée de vieux chemins, celui-là aimera difficilement s'aventurer sur les terres, aussi voisines fussent-elles, des équipements octroyés de bonne grâce.

  • 26 Edgar Morin, Commune en France, la métamorphose de Plodemet, Paris : Fayard, 1967. Dans son étude (...)

29De toute évidence, une culture comme la nôtre ayant chichement développé sa conscience du public, prête à l'absentéisme du repli sur soi, ajoute sans aucun doute une résistance de caractère socio-historique qui limite le déploiement modernisateur de ses équipements26.

  • 27 Edward T. Hall, La dimensión oculta. Enfoque antropológico del uso del espacio, op. cit., p. 182.

30Dans ce contexte et dans notre cas, ce que Hall27 voyait en tant que "phase publique" de la personalité ne pourrait donc atteindre son plein rendement. C'est bien pourquoi on peut prévoir dans un futur immédiat que l'actuel déploiement d'équipements socio-culturels tombera dans l'oubli ou mieux, devra s'occuper encore pendant quelques années dans des activités et des dynamiques de type socio-relationnelles, des spectacles de culture populaire, ou des fêtes plutôt que sous l'apparence des œuvres nobles et distantes de la culture culte tel que nous l'observons déjà aujourd'hui dans une large mesure.

31Bien qu'en direction contraire, la possibilité d'inflexion vers un équipement — flux culturel — qui exercerait avec un zèle excessif dans le sens d'une croisade de rapprochement vers le public populaire, pourrait également se révéler accablante.

  • 28 Jean-Claude Kaufmann, La chaleur du foyer. Analyse du repli domestique, op. cit., p. 156.
  • 29 Pierre-Michel Menger, "El oido especulativo. Consumo y percepción de la música contemporánea", Pap (...)
  • 30 Monique Pinçon-Charlot et alii, "Distance spatiale, distance sociale aux équipements collectifs en (...)
  • 31 Pierre Bourdieu et alii, La distinction. Critique sociale du jugement, op. cit., p. 35.

32Si la vieille sagesse de la culture quotidienne populaire a constaté que l'excès de contact est parfois la meilleure manière de provoquer des ruptures draconiennes28 et si le fait bien connu qu'il n'existe certainement pas d'activité culturelle plus élitiste et éloignée de l'imaginaire du public que celle qui concerne la musique d'avant-garde29, il nous sera facile de comprendre, tel que nous le raconte Monique Pinçon, comment la convergence des deux faits peut produire des effets socio-culturels explosifs30. Nous pouvons citer par exemple les réactions à un concert de musique concrète exécuté un après-midi au centre d'un quartier populaire. D'après Monique Pinçon, "Une telle expérience nous prouve que la brutale abolition de la distance dans l'espace, dans la mesure où la distance sociale persiste, peut, parce qu'elle constitue un authentique coup de force symbolique, être perçue dans une large mesure comme une provocation sociale". La raison est peut-être due, comme l'aurait compris Bourdieu31, non seulement au fait que le public populaire ne ressent pas le besoin de ce type de jeux purs, mais aussi parce qu'il comprend que ceux-ci n'ont d'autre but latent et non déclaré que celui de mettre en évidence son exclusion de rites n'ayant rien à voir avec son identité sociale et culturelle.

  • 32 Maurice Imbert, "Les cultures populaires : sous-produits culturels ou cultures marginalisées ?", i (...)
  • 33 Jean-Claude Barthez, "Culture populaire ou culture dominée ?", in G. Poujol et R. Labourie, Les cu (...)

33Une résistance, celle du public populaire, qui au-delà de la caricature exacerbée où nous plonge ce type d'expérience, représente un antidote à l'encontre d'un certain messianisme culturel totalitaire et homogénéisateur32, d'un processus et d'une dynamique, celle de l'action culturelle, qui en cachant par l'exercice volontariste et désintéressé ses multiples effets, se révèle finalement particulièrement efficace pour en cacher aussi les fonctions dominatrices33.

  • 34 Yves Barel, La marginalité sociale, Paris : Presses Universitaires de France, 1982, p. 164.
  • 35 Max Weber, Economía y sociedad. Esbozo de sociología comprensiva II, Mexico : Fondo de Cultura Eco (...)

34En ce sens, un "pathos de la distance" qui exerce en vidant de leur contenu34 les discours institutionnels monocordes et homogénéisateurs, qui sont fréquemment véhiculés par des formes polyphoniques de culture imposée, distante et scindée, est parfois accompagné d'un curieux détour dans l'approche originale que choisissent certains groupes sociaux pour se rapprocher des équipements ayant une prévisible fonction intégratrice et normalisatrice. Cette sorte d'accès "ironique" aux équipements a souvent été exercé en tant que manière particulièrement astucieuse de tâter d'un jeu dont les règles étaient imposées. Si la présence de celui qui assistait toujours à l'école à la recherche de diplômés et de prébendes instrumentales35 plutôt que de culture reflétait l'ironie, ce même biais ironique est aussi présent chez ces jeunes qui, au lieu d'accéder à la maison de la jeunesse pour s'y rééduquer, ne le font que pour y prendre une bière à bon compte et y retrouver des amis. Il en est de même pour celui qui franchit le seuil de la maison de la culture non pour s'illustrer mais pour voir un parent sur la scène théâtrale ou encore lors d'une représentation folklorique.

35Les désirs, au-delà des logiques linéales qui s'efforcent de les réduire à néant, cherchent dans le domaine public et dans ses équipements des sentiers et des parcours qui ramènent à des formes vraies d'expression et, parfois même, de liberté.

36Parallèlement aux démarcages et aux regards en biais que le "petit peuple" destine aux équipements de la culture, ces mêmes équipements fonctionnent aussi comme la proie de tactiques des classes moyennes qui souhaitent protéger leurs propres domaines. La crainte de perdre leur hégémonie sur les espaces qui attirent l'intérêt conduit au déploiement de tactiques laborieuses tendant à dissuader les uns et à stimuler les autres à atteindre leurs objectifs. Il n'est pas indispensable que ces lieux exercent un sévère droit d'entrée pour qu'ils obtiennent d'une façon indirecte, et à travers de subtiles formes de communication non-verbale et même d'une façon inconsciente, le même objectif atteint dans le passé par des voies plus expéditives.

37En ce sens, le rejet des modes et des habitus de l'esthétique et du style populaire peut même servir de point de départ pour produire frontières et scissions dans le domaine social et territorial.

  • 36 Jesús Martin-Barbero, De los medios a las mediaciones, Mexico : Gustavo Gili, 1987, p. 115 : "Parc (...)

38Il sera difficilement non sanglant ce choc produit par la polarisation existante entre d'une part une vive et franche camaraderie populaire, expansive et expressive, qui aime faire montre de liberté pour manifester ses sentiments même quand son attitude est celle de l'écoute36, et d'autre part, des habitudes, qui, se définissant par contraste, optent pour militer dans la simulation subtile et dans l'ascèse circonspecte caractéristique du public choisi de la culture élitiste.

39Toutes ces tactiques tendent à produire un signifiant, l'"image de marque" de l'équipement, utile à l'établissement de frontières, ainsi qu'à délimiter des territoires et à consolider des terrains réservés.

40C'est autour de ces dynamiques que se développera tout un processus au long duquel les équipements pourront faire l'expérience de changements de clientèle et même viser la transformation de leurs manières de fonctionner et de se produire. La "réputation" ou "l'image de marque" de l'équipement devient ici quelque chose d'ambigu dont la signification varie selon celui qui la juge. La bonne ou mauvaise réputation, selon ce même juge, reflétera l'intérêt tendant vers l'un ou l'autre des marchés sociaux.

  • 37 Herbert Marcuse, El hombre unidimensional, Barcelona : Ariel, 1981, p. 95 : "Le fait que tout le m (...)

41On peut dire en général que la "popularisation" des espaces et des équipements, en vertu du transit du culturel vers le socio-culturel et de ce dernier vers ce qui est ludique et relationnel, a souvent attiré la critique sélective soulignant le risque de sa banalisation37.

42Ces tensions sélectives qui privilégient une définition des champs de la culture par opposition et contraste entre des groupes rapprochés entre lesquels on s'efforce d'établir une distance qui les différencie, deviennent un facteur abrutissant puisqu'elles empêchent la fluidité de l'échange et la médiation culturelle, une médiation, nous le verrons, aussi éloignée de l'utilisation tactique et classiste d'une culture objet de distinction, que des détours volontaristes ou illustrateurs, ou même de commisération pseudo-folklorisante, auxquels on recourt bien souvent.

43Une distance à l'équipement, le social, qui, même souvent fécondée par la distance physique, tend à agir comme une loi de fer cloisonnant la culture populaire entre l'autisme redondant et stigmatisant et l'alternative démissionnaire de sa claudication face aux formes imposées et distantes de la culture illustrée. Distance symbolique, sociale et physique qui une fois formalisée à travers des pratiques et des habitudes populaires se convertit alors en distance tout à fait discriminante.

44Des équipements culturels consolidés, jouissant d'une puissante "imaginabilité", autosatisfaits et sélectivement isolés dans leur particularisme originel et qui en considérant à la manière d'une contamination tendancieuse la relation entre le culturel et le social, peuvent renforcer un blocage qui ne ferait que rendre encore plus difficile la fluidité des formes et des modes possibles d'intermédiation culturelle.

Notes

1 Michel Verret, La culture ouvrière, Saint-Sébastien : acl Edition, Société Crocus, 1988, p. 144.

2 Jean-Claude Barthez, "Culture populaire ou culture dominée ?", in G. Poujol et R. Labourie, Les cultures populaires, Toulouse : Privat, 1979, p. 41-51.

3 Nathalie Heinich, "Arts et sciences à l'âge classique : professions et institutions culturelles", in Actes de la Recherche en sciences sociales-Histoire d'art, no 66-67, 1987, p. 47-78.

4 Pierre Bourdieu et Alain Darbel, L'amour de l'art, Paris : Ed. de Minuit, 1969, p. 165 : "Les musées trahissent, dans les moindres détails de leur morphologie et de leur organisation, leur fonction véritable, qui est de renforcer chez les uns le sentiment de l'appartenance et chez les autres le sentiment de l'exclusion".

5 Agnès Pitrou, Les relations sociales en milieu urbain nouveau, Bordeaux : cnaf-beture-cerau, 1973.

6 Hubert Chardonnet et alii, Enfances urbaines : usages et significations sociales des terrains d'aventures, Rennes : lares (Labo. Rech. Eco. et Soc.), 1982, p. 170.

7 Erving Goffman, Relaciones en público, Madrid : Alianza Editorial, 1979, p. 75.

8 Pierre Rosanvallon, "Conquérir de nouvelles zones de progrès social", in VV. AA. Sécurité sociale : l'enjeu, Paris : Syros, 1983, p. 124. Jesús Leal et Josefa Rios réfléchissent sur le même thème, dans leur brillante étude : Los espacios colectivos de la ciudad, Ed. mopu, 1988, p. 26.

9 Georges M. Foster, Las culturas traditionales y los cambios técnicos, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1980, p. 155 : "Au Mexique, de nombreuses personnes perçoivent les hôpitaux comme un lieu où l'on va lorsque tout espoir est perdu. Reconnaissant le blocage psychologique causé par le mot 'hôpital', de nombreuses institutions privées ont adopté le nom de 'sanatorium', afin d'accentuer l'espoir de recupération".

10 . Edward T. Hall, La dimensión oculta. Enfoque antropológico de la utilización del espacio, Madrid : IEAL, 1973, p. 117.

11 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris : Ed. de Minuit, 1970, p. 69.

12 Pierre Bourdieu et alii, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris : Ed. de Minuit, 1979.

13 William Foote Whyte, La sociedad de las esquinas, Mexico : Diana, 1971, p. 53. On dit à propos de la maison des services sociaux : "Je pense que tous ceux qui y entrent croient qu'ils sont un peu mieux".

14 Michel Bozon, Vie quotidienne et rapport sociaux dans une petite ville de province, Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 1984, p. 86.

15 Michel Pinçon, Besoins et habitus, Paris : Centre de Sociologie Urbaine, 1978, p. 78.

16 Michel De Certeau, L'invention du quotidien : Arts de faire, Paris : Gallimard, 1980, p. 70, 10/18. - Paul Willis, Aprendiendo a trabajar. Como los chicos de la clase obrera consiguen trabajos de clase obrera, Madrid : Ed. Akal, 1980.

17 Friedrich Nietzsche, El crepúsculo de los idolos, Madrid : Alianza Editorial, 1973, p. 113.

18 Sur ce principe, s'appuyant sur Simmel, Elias et Goffman, voir Isaac Joseph, Le passant considérable. Essai sur la dispersion de l'espace public, Paris : Librairie des Méridiens, 1984, p. 96. Sociologie des Formes.

19 Edward T. Hall, La dimensión oculta. Enfoque antropológico del uso del espacio, op. cit., p. 199. - Erving Goffman, Relaciones en público, op. cit., p. 56. - Flora Davis, La comunicación no verbal, Madrid : Alianza Editorial, 1980, p. 230.

20 Jean-Claude Kaufmann, La chaleur du foyer. Analyse de repli domestique, Paris : Méridiens Klincksieck, 1988, p. 153.

21 Erving Goffman, La presentación de la persona en la vida cotidiana, Madrid : Amorrortu, 1987, p. 51, 80.

22 Konrad Lorenz, A agressâo, uma história natural do mal, Lisboa : Moraes, 1979, p. 94, 168.

23 William Foote Whyte, La sociedad de las esquinas, op. cit., p. 139 : "les enfants des quartiers regardaient ceux qui étaient étroitement identifiés au centre social comme 'pantins' ou 'laquais' des travailleurs sociaux".

24 J. Pezeu-Massabuau, La vivienda como espacio social, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1988, p. 46, 52, 108.

25 Pierre Centlivres et alii, Les rites de passage aujourd'hui, Lausanne : L'Age d'Homme, 1986, p. 170 et s. - Placide Rambaud, Société rurale et urbanisation, Paris : Seuil, 1969, p. 35 et s.

26 Edgar Morin, Commune en France, la métamorphose de Plodemet, Paris : Fayard, 1967. Dans son étude du village breton de Plozevet, Morin nous montrait comment, pour les anciens du pays, "le moderne" pouvait être représenté par les nouveaux équipements sociaux et culturels.

27 Edward T. Hall, La dimensión oculta. Enfoque antropológico del uso del espacio, op. cit., p. 182.

28 Jean-Claude Kaufmann, La chaleur du foyer. Analyse du repli domestique, op. cit., p. 156.

29 Pierre-Michel Menger, "El oido especulativo. Consumo y percepción de la música contemporánea", Papers, no 29, 1988, p. 109-153. Selon une enquête effectuée à Paris auprès du public qui assistait aux concerts de l'"Ensemble intercontemporain", on a constaté que "L'intérêt pour la musique moderne et contemporaine met sur ce point l'accent sur les traits distinctifs d'inégalité de l'assistance, déjà très sélective, dans les concerts classiques".

30 Monique Pinçon-Charlot et alii, "Distance spatiale, distance sociale aux équipements collectifs en Ile-de-France : des conditions de la pratique aux pratiques", in Revue Française de Sociologie, no XXIII, 1982, p. 667-696.

31 Pierre Bourdieu et alii, La distinction. Critique sociale du jugement, op. cit., p. 35.

32 Maurice Imbert, "Les cultures populaires : sous-produits culturels ou cultures marginalisées ?", in Geneviève Poujol et R. Labourie, Les cultures populaires, op. cit., p. 13-21.

33 Jean-Claude Barthez, "Culture populaire ou culture dominée ?", in G. Poujol et R. Labourie, Les cultures populaires, op. cit., p. 50.

34 Yves Barel, La marginalité sociale, Paris : Presses Universitaires de France, 1982, p. 164.

35 Max Weber, Economía y sociedad. Esbozo de sociología comprensiva II, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1969, p. 750.

36 Jesús Martin-Barbero, De los medios a las mediaciones, Mexico : Gustavo Gili, 1987, p. 115 : "Parce que, pour les habitants de la culture orale, c'est écouter ; mais cette écoute est sonore pour celle des publics populaires au théatre et même encore aujourd'hui dans les cinés de quartier, avec leurs applaudissements et sifflements, leurs pleurs et leurs éclats de rire".

37 Herbert Marcuse, El hombre unidimensional, Barcelona : Ariel, 1981, p. 95 : "Le fait que tout le monde ait les Beaux-Arts à portée de la main... réforme leur contenu".

Auteur

Université de Vigo

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search