Version classiqueVersion mobile

Lieux culturels et contextes de villes

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Daniel Latouche

1. Sites locaux, réalités globales et recherches

Les mots de la culture et les lieux communs

Claude Sorbets

Texte intégral

1Le propos de cette communication est relatif à l'investigation analytique actuelle focalisée par les dimensions culturelles que peuvent produire des politologues spécialisés sur le terrain local / urbain. Notre interrogation portera en premier lieu sur les syntagmatiques mises en œuvre par des chercheurs pour parler de la "culture", c'est-à-dire sur les enchaînements notionnels / propositionnels dont les textes d'analyses sont constitués. Il s'agira donc de réfléchir sur les argumentaires et sur les pragmatiques qui sont élaborés par nous et par nos collègues et dont le champ d'objet se trouve grossièrement délimité par les termes du titre de notre séminaire : Villes, espaces publics, équipements culturels. Soulignons dès à présent que la question des paradigmes de référence adoptés par les uns et par les autres aurait constitué il y a 20 ou 25 ans le cœur du débat et semble aujourd'hui avoir laissé place à une tolérance relativiste d'ordre méthodique pouvant trouver sans doute un agrément collectif.

2Un des éléments de base de notre réflexion est le développement actuel des recherches relatives à des politiques publiques culturelles locales / localisées et de travaux focalisant sur les dimensions agglomérations et intercommunalité ; ces orientations sont induites des évolutions intervenant dans les configurations politico-administratives depuis une décennie, en particulier avec les réformes dites de décentralisation et les incitations à favoriser du développement local (sous toutes ses formes possibles : rural, urbain, culturel, etc.). Cette pression du milieu et sans doute, de la commande publique en faveur de recherches sur "la ville" et ses dimensions culturelles a pour première conséquence une prévalence de travaux empiriques dont la nature s'apparente souvent davantage à des "études" ou à de l'"expertise" qu'à de l'analyse telle que l'on pouvait la concevoir antérieurement.

3Pour parler vite on pourrait ici rappeler le clivage notionnel de G.-G. Granger raison pratique / raison épistémique ; de la sorte on soulignerait le changement, ou plus exactement le non-transfert de type / niveau qui serait stigmatisable dans les textes considérés. Une telle dissociation ne suffit pas toutefois pour spécifier la situation actuelle de la recherche. D'une certaine façon, les agencements de syntagmes qui font les propositions apparaissent se former sur des termes topiques et basiques dont les "horizons de signification" en font des lieux (au sens aristotélicien de "magasins d'arguments") génériques — si on les identifie métonymiquement —, des balises et points de passage obligés — si on les exprime sur une base tropique métaphorique.

4En termes schutziens, on pourrait dire que le travail de typification que les chercheurs opèrent au quotidien semblent désormais moins d'ordre paradigmatique (par exemple un effet d'attribut d'école ou une perspective systémale d'un jeu à somme nulle entre parties comme ce fut le cas entre sociologie urbaine marxiste et libéraux de l'école de Chicago par exemple dans les années 1970-80) que d'ordre syntagmatique.

  • 1 F. Faruggia, La crise du lien social, Paris : L'Harmattan, 1993.

5Cette proposition-hypothèse de travail me semble d'autant plus utile — et potentiellement heuristique — que le sens commun savant actuel oblitère une démarche interprétative légitime quelque peu confuse : un représentationnisme qui ne dit pas son nom (cf. Faruggia1 et le schématisme pragmatiste kantien vs le représentationnisme) qui "accepte" de reconnaître l'effet constructeur — donc schématiste — des mots utilisés pour "construire" nos visions du monde (cf. Saussure : "la vision construit l'objet").

  • 2 Annales de la recherche urbaine, 1996.

6Il s'agira, pour nous, de considérer, en premier lieu, les horizons de signification des termes mis en connexion dans ce séminaire, puis, en second lieu, de faire un point sur la posture actuelle du chercheur. Nous avons pour ce faire sélectionné un ensemble de textes de recherche qui, pour une partie principale, sont des textes conçus au sein du cervl à l'iep de Bordeaux et relevant des genres thèse, mémoire de dea, note de synthèse sur un état de travaux ; nous traiterons ici pour l'essentiel de ces textes. L'autre partie de notre corpus politologique actuel est constituée par deux rapports de recherche élaborés au cerat de l'iep de Grenoble pour le Plan urbain, et par un numéro récent de la revue Annales de la recherche urbaine du Plan urbain, titré "Lieux de culture"2 ; ces textes nous serviront dans le cours de cette étude comme possibles illustrations de certaines propositions.

7Nous aurions pu, dans une recension de travaux plus ou moins spécialisés sur notre thème de recherche, élargir notre base de réflexion analytique ; cependant ce petit échantillon permet déjà de faire apparaître quelques clés et régularités tendancielles d'évolution, et par là de formuler des hypothèses de travail sur ce que l'on pourrait nommer la culture politique des politologues actuels de la culture.

  • 3 A. Greimas, Du Sens II, Paris : Ed. du Seuil, 1983.

8En prenant appui sur les travaux sémiologiques relatifs aux syntagmatiques et paradigmatiques de A. Greimas3 nous chercherons à interroger ce que les opérateurs d'analyse constituent au titre d'"objecteurs de science", dirions-nous avec quelque malice, insinuant de la sorte un flottement dans le sens du syntagme d'"objectivation scientifique" ; à partir de là il sera possible de tenter de spécifier des postures d'action analytique.

  • 4 G. Deleuze, Logique du sens, Paris : Ed. de Minuit, 1969.
  • 5 Sur les types hiérarchisés et les apprentissages de passage d'un type au type "post" voir les trav (...)

9Notre interrogation sur le sens d'une proposition prendra ses repères dans les réflexions de Gilles Deleuze4 amenant à différencier les attributs de la proposition — "désignation", "manifestation ", "signification" — et l'attribut de "l'exprimé de la proposition" qu'est le sens. À cet égard, nos considérations sur l'interprétation des textes, sur ce qui est dit et ce qui veut être dit par les énonciateurs, mais encore sur ce qu'ils peuvent dire — en fonction de ce qu'ils sont et de là où ils s'expriment — et sur ce qu'ils peuvent nous dire — du fait de nos propres attributs de réceptionnaires des propositions en question — engagent sans doute des dimensions situées sur les deux plans de la signification (ce qui est compris par les opérateurs de lecture) et du sens (ce qui est inféré des expresseurs d'écriture). Ce qui signifie déjà que le travail de rationalisation définitionnelle qui nous fait dire des choses sur des choses dites se présente dans une perspective de fuite en abymes, de niveau meta en niveau meta5, tout à la fois paradigmatique et syntagmatique.

10Nous pourrons finalement proposer une esquisse de traitement schématique de questionnement à finalité définitionnelle des travaux et des chercheurs spécialisés opérant dans le champ d'objet dont les trois termes "villes", "espace public" et "équipements culturels" constituent les autres sommets de la figure qu'ils dessinent dans l'espace social des représentations.

I. DES ANALYSES D'ACTEURS CULTURELS EN CONTEXTES

11Considérons les sites étudiés par "nos" chercheurs : le site bordelais, celui de l'agglomération de Bordeaux, avec la ville-centre et les communes de banlieue ; celui des grandes villes du Sud-Est du pays : Grenoble, Lyon et Montpellier ; celui de communes fonctionnant dans des environnements ruraux engagés dans des politiques culturelles par l'entremise de dispositifs intercommunaux ; des sites épars traités par des auteurs dont les textes se retrouvent réunis sous le titre-chapeau "lieux de culture" par la revue Annales de la recherche urbaine.

12Une des régularités tendancielles qui apparaît à la lecture de ces travaux politologiques est relative à la contexture des propositions qui s'y trouvent développées : pour partie, elle témoigne de la prégnance d'approches néo-institutionnalistes (on affecte à l'institution une réalité et une conduite autonome de et sur ses bases sociétales de constitution) et, pour une autre partie, elle donne à constater la saillance de perspectives de type "choix rationnel", l'une et l'autre dimensions induisant un stratégisme généralisé.

  • 6 H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard, 1978.
  • 7 U. Hannerz, Cultural complexity, New York : Columbia Univ. Press, 1992.

13Dans une démarche de réception6 on pourrait sans doute être amené à stigmatiser les conditions de co-appartenance à un "milieu", en l'espèce au milieu professionnel de la recherche sociologique polarisée par la référence à la culture ; en effet, le lieu rhétorique dont l'acceptation est requise est sans doute la croyance en un possible réductionnisme méthodologique permettant d'appréhender "l'objet culturel" sans en inventorier la constitution7 que l'on pourrait dire "intime".

deux theses sur bordeaux et les communes de l'agglomération

  • 8 R. Balme, L'action culturelle et ses incidences sur les systèmes politiques municipaux, thèse de d (...)

14À titre principal considérons la thèse de Richard Balme intitulée L'action culturelle et ses incidences sur les systèmes politiques municipaux8, thèse de science politique soutenue en 1985 à l'IEP de Bordeaux. Le sous-titre de l'ouvrage indique clairement le propos de l'auteur : "les développements de l'action culturelle en périphérie urbaine de communes appartenant à la Communauté urbaine de Bordeaux".

15Sans doute devons-nous donner ici quelques informations sur les dispositions réglementaires régissant en France les communautés urbaines, en particulier sur les compétences d'"équipement " transférées du plan communal à l'établissement public local créé par la loi de 1966. Ces compétences définies par secteurs concernés (voirie, assainissement, etc.) délaissent les domaines culturel, socioculturel, social, sportif, tout ce qui pourra être référé à un univers proximal, celui conservé en propre par les communes dans le nouveau système d'administration à "deux niveaux" mis en place de façon obligatoire dans quelques grandes métropoles régionales (Bordeaux, Lille, Lyon, Strasbourg).

16En premier lieu R. Balme considère les dynamiques par lesquelles "la culture forme pour toutes ces communes une prérogative nouvelle et devient un objet essentiel du débat politique au niveau local" (p. 4). L'intérêt se porte sur la "production et l'organisation de manifestations culturelles par les municipalités" (les manifestations culturelles sont, elles, définies "au sens usuel du terme" "par les productions sociales dotées d'un statut d'œuvres intellectuelles ou artistiques". De là les notions déclinées utilisées par l'auteur : "champ culturel", "action culturelle", "acteur culturel", "dépenses culturelles", etc.

17L'auteur propose à partir d'enquêtes de terrain une typologie de situations engageant les formes de pouvoir local investies par des effets identitaires et d'autonomisation induits de cette action. Pour information précisons que des dimensions, certaines endogènes et d'autres exogènes, sont combinées différenciant des sites où prévalent les acteurs sociaux, des sites où ce sont les acteurs politiques qui dominent la scène. Quatre modèles sont définis : "communalisme culturel", "communalisme institutionnel", "appareil" orienté dans une logique locale, "appareil " conditionné par le système politique d'agglomération.

18Dans cette thèse la culture est bien définie par un sens réductionniste ("la culture telle qu'elle est envisagée ici ne coïncide évidemment que très partiellement avec la réalité évoquée par ce terme dans son sens anthropologique ou dans l'acception qu'on lui accorde dans une perspective de sociologie générale" (p. 32)) et par la pragmatique contextuelle des acteurs ("le culturel s'est peu à peu constitué en un champ social différencié, spécifiant ses institutions, ses marchés économiques, les formes de sa production et de sa diffusion" (idem)).

19Cette thèse propose un panorama très diversifié de l'état situationnel des politiques culturelles dans des communes urbaines particulières. On trouve ici des analyses des schèmes organisateurs des dispositifs municipaux d'action culturelle distribuant les positions de différents protagonistes, notamment les associations, dans des configurations variées, généralement structurées ou polarisées par des équipements culturels localisés. La dominante de cette recherche tient sans doute à un fond de réflexion sociologique syncrétique : l'influence bourdieusienne sur les contenus se trouve entée sur une approche structuro-fonctionnelle de tonalité systémique qui donne son format à l'objet pris en compte par l'auteur.

20L'une des grandes clés de codification récursive de ce travail peut sans doute être trouvée dans une perspective de "choix rationnel" conduisant à une valorisation d'un stratégisme d'acteurs — ou d'interacteurs — dans un champ de co-production siège d'enjeux de pouvoir. À ce titre les dimensions groupales ou collectives soutenant dans sa généralité l'analyse des rapports sociaux engagés dans ces compétitions ne trouvent qu'incidemment un accès dans l'explication des configurations d'action empiriquement observées, de configurations appréhendées, elles, au niveau des "acteurs" individuels.

  • 9 F. Taliano-des Garets, La vie culturelle à Bordeaux 1945-1975, Bordeaux : PUB, 1995.
  • 10 J. Lagroye, Société et politique, Chaban-Delmas à Bordeaux, Paris : Pedone, 1973.
  • 11 J. Lajugie (dir.), Bordeaux au xxe siècle, Bordeaux : imprimeries Delmas, 1972.
  • 12 Plan de l'ouvrage de F. Taliano-des Garets, Première partie : Le cadre et la politique culturelle (...)

21Dans la thèse de Françoise Taliano-des Garets sur La vie culturelle à Bordeaux de 1945 à 19959, soutenue et publiée récemment c'est d'abord une étude d'historienne du temps présent qui est proposée. D'une certaine façon elle s'inscrit dans la lignée de la thèse de Jacques Lagroye10 consacrée à Chaban-Delmas à Bordeaux (thèse datant de 1971), aussi bien que dans celle de Bordeaux au xx e siècle11 ou encore dans celle des tenants de la prosopographie inspirés par Sirinelli. En effet l'auteur propose un tableau d'époque, celui habituellement spécifié par le syntagme "vie culturelle". La lecture du plan de l'ouvrage permet d'identifier ces attributs12.

des travaux du cerat de l'iep de grenoble

22Dans le cadre d'un appel d'offre du Plan urbain consacré au "Services urbains, entreprises et territoires - La gestion locale comme champ d'innovation", B. Poche et G. Saez, deux chercheurs grenoblois du cnrs ont proposé un projet commun portant sur les politiques culturelles à Grenoble, Lyon et Montpellier ("L'innovation dans les services culturels urbains et la logique de la création artistique locale").

  • 13 B. Poche, Le jeu de l'art contemporain dans la région lyonnaise - scènes, acteurs, scénarios, cera (...)
  • 14 G. Saez, Villes en recomposition. Les politiques culturelles à Grenoble et Montpellier, cerat-iep (...)

23Au terme du contrat (1990), ce sont deux rapports séparés qui sont produits : l'un par B. Poche sur le site lyonnais s'intéresse, dans une perspective de sociologie de l'art, à des mises en forme d'institutions culturelles urbaines ("Le jeu de l'art contemporain dans la région lyonnaise ")13 ; l'autre réalisé par Guy Saez, intitulé "Villes en recomposition - Les politiques culturelles à Grenoble et Montpellier"14 nous intéresse ici plus directement.

24G. Saez constate que les politiques culturelles sont au carrefour de plusieurs logiques du fait de la nouvelle donne qui fait que la commune est définie à la fois par :

  • un espace d'usage à l'intérieur duquel les habitants déploient des pratiques multiples d'usages et de consommation de services urbains ;
  • un espace de gestion : les collectivités locales ont un rôle de plus en plus prépondérant dans la gestion des services urbains ;
  • un espace politique et symbolique : la collectivité locale à travers les choix exprime un rôle d'arbitrage, de régulation des conflits, de médiation entre les différents groupes sociaux.

25Les choix en question portent sur le type de services rendus, sur les échelles territoriales privilégiées, sur les modes de financement, sur les modes de gestion et de tarification.

26G. Saez, souligne que les thèmes — le référentiel — des identités territoires et patrimoine deviennent de plus en plus prégnants dans une conjoncture que la décentralisation, la rationalisation gestionnaire et l'internationalisation contribuent à baliser pour générer des recompositions des politiques publiques locales et de nouvelles dynamiques de leur territorialisation.

27B. Poche, dans son rapport "Le jeu de l'art contemporain dans la région lyonnaise — scène, acteurs, scenarios —", propose pour sa part une étude de sociologie de l'art inspirée de l'interactionnisme de H.S. Becker (cf. la théorie institutionnelle de l'art). Il écrit en introduction de son analyse : "L'essentiel du travail de recherche va donc être consacré à une étude [sur l'agglomération lyonnaise] du jeu relatif des institutions consacrées à l'art contemporain".

des recherches sur les politiques culturelles et l'intercommunalité

  • 15 F. Deloubes, L'intercommunalité culturelle à travers l'exemple du syndicat intercommunal à vocatio (...)

28J'évoquerai en premier lieu, à titre d'exemple, un mémoire de dea Gouvernement local du cervl-iep, soutenu en octobre 1996 sur un syndicat intercommunal à vocation culturelle de communes de la rive droite de Bordeaux15. En second lieu je dirai quelques mots sur un rapport de synthèse récent réalisé pour le compte de l'Observatoire des politiques culturelles.

29Dans son mémoire de dea, L'intercommunalité culturelle à travers l'exemple du syndicat intercommunal à vocation socioculturelle du canton de Carbon-Blanc et de la rive droite (Gironde), F. Deloubes met deux grandes dimensions en avant : la genèse d'un organisme et ses raisons d'être ; celles-ci se trouvent pour l'essentiel référées à un marquage politique de "son" territoire par ce qui pourrait être spécifié par la notion d'"entreprise politique", en l'espèce celle signifiable par son leader éponyme ("Madrelle"), responsable socialiste cumulant, sénateur, président du Conseil général, ancien président du Conseil régional, maire d'une petite commune de la cub — au sein d'une agglomération dont il apparaît avoir hérité, perpétué et actualisé les bases du compromis des "associés-rivaux" analysés par J. Lagroye.

30Les communes concernées par le syndicat intercommunal en cause sont pour certaines dans la cub et d'autres en sont extérieures. Soulignons que les compétences de la cub du fait de la loi sont relatives à la fonction d'"équipement" dans divers secteurs (eau, voirie, assainissement, etc.) ; ce qui permettra de fait, et de façon perverse, une montée en puissance des investissements communaux dans les équipements de "proximité", ceux réalisés dans les secteurs sociaux, sportifs et culturels.

31L'auteur pose l'hypothèse de travail d'une obsolescence de cette forme de dispositif d'action qui apparaît lorsqu'à une action générée par le bas, en l'occurrence par des élus communaux appuyés sur le site institutionnel départemental et valorisant des structurations d'espaces publics culturels référés au niveau "commune", tendra à se substituer une impulsion centrale relayée par les drac de politiques de la ville. Celles-ci proposent un autre plan d'organisation, celui des quartiers, et plus spécifiquement des quartiers dits "en difficulté" par des formes d'animation culturelle dont la référence-clé pourrait être "le festival".

32De facto, la juxtaposition des deux modes d'action, l'un plus gestionnaire et l'autre plus missionnaire, souligne une réalité paradoxale, celle induite de la constitution de deux univers d'espaces publics culturels avec chacun ses propres "équipements". Pour l'un, c'est la vision classique de "l'équipement" — structure bâtie qui l'emporte alors que dans l'autre, l'"équipement" devient davantage un lieu défini par une forme d'action polarisée, et d'une certaine façon déportée vers une signification décalée du signifiant "culture" : de la consommation culturelle vers la production/expression de culture(s), moment pouvant se donner à voir spectaculairement.

  • 16 J. Palard, Action culturelle et intercommunalité, Territoires et sytèmes d'acteurs, Talence : cerv (...)

33Un rapport [intermédiaire] sur [L']"Action culturelle et [l']Intercommunalité" a été réalisé par J. Palard16 en juillet 1996 pour l'Observatoire des politiques culturelles. Les instances publiques parties à ce dispositif sont un indicateur de la généralité de l'intérêt politico-administratif porté à ces "expériences" : Délégation au développement et aux formations (ddf) du ministère de la Culture, la dgcl du ministère de l'Intérieur, la datar, Mairie-Conseils, l'Observatoire de la fpt.

34Ce rapport est destiné à présenter les résultats de 10 enquêtes de terrain portant sur des sites français où des collectivités locales communales se trouvent engagées dans des formes de coopération intercommunale en matière culturelle : Communauté Urbaine de Lille, District de Montpellier, Syndicat interurbain de l'Isle d'Abeau, Communauté de communes de La Rochelle (ex-district), Parc naturel régional du Livradois (75 communes), District du Plateau picard (52 communes), sivom communauté de communes de Capendu dans l'Aude, etc.

35La première remarque de l'auteur du rapport est relative à la moindre normalisation de l'action culturelle communale que d'autres secteurs de politiques publiques locales — comme le social ou l'urbanisme — et de fait à la difficile comparaison d'un site à l'autre.

36J. Palard cite René Rizzardo, responsable de l'Observatoire, parlant en 1993 d'action culturelle et de coopération intercommunale dans les termes suivants : "elle relève moins de considérations institutionnelles ou juridiques que de volontés personnelles, de réseaux d'affinités et de partenariats naturels, d'opportunités et d'avancées pragmatiques, du dynamisme des acteurs".

37Le même observateur-acteur souligne que le dépassement, par voie institutionnelle, de pareil engagement quasi militant et peu susceptible de pérennisation "suppose que chaque commune trouve son compte grâce à des services directs à la population, ou trouve sa place dans un projet commun, qu'il soit identitaire ou fondé sur une dynamique artistique. Il est alors possible d'aboutir à des constructions institutionnelles ou financières à géométrie variable qui appellent une capacité d'innovation dans l'organisation des décisions et de leur évaluation" (in postface de M. Gault (dir.) "Action culturelle et coopération intercommunale", 1992).

38La tonalité stratégiste-choix rationnel apparaît constituer une des possibles bases d'agrément énonciatif au sein de la configuration d'opérateurs mis en réseau que constitue l'Observatoire. Un des effets induits de cette forme de connivence peut être une induction normativiste, le chercheur relayant des ordres de préoccupations d'acteurs.

  • 17 Pouvoirs, no 73, 1995.

39J. Palard cite G. Saez qui dans "Villes et culture : un gouvernement par la coopération", article paru dans la revue Pouvoirs17, écrivait : "la décentralisation, la professionnalisation, la conscience d'inscrire les villes dans un espace compétitif international produisent des comportements et des représentations nouvelles de l'action publique... C'est du cœur de cette recomposition qu'ont émergé les formes institutionnelles et les modalités de fonctionnement d'un véritable système de coopération".

40Dans son panorama des situations localisées, J. Palard retient quatre dimensions : les conditions concrètes d'émergence de ces relations intercommunales ; l'organisation des rapports entre institutions intercommunales et communes membres ; le processus d'institutionnalisation et de professionnalisation ; les fonctions attribuées à l'action culturelle intercommunale par ses initiateurs et ses promoteurs.

  • 18 P. Moquay, L'intercommunalité en 12 facteurs : comprendre le contexte local, Paris : Syros, 1996.

41L'auteur souligne le passage de ce qu'il appelle, après P. Moquay18, "intercommunalité d'équipement" à une "intercommunalité de projet" (de "développement culturel") ; il note l'importance attribuée au rôle du leadership local et la faible implication des associations dans les interactions drac — structure intercommunale (cas du Plateau picard). L'objectif d'une intercommunalité culturelle finalisée par une rationalisation gestionnaire financière est inféré en particulier des cas de figure de Lille et de Montpellier (financer le fonctionnement d'équipements culturels sis dans la ville-centre et utilisés par des habitants de l'ensemble de l'agglomération).

42Ce rapport fourmille bien sûr d'exemples concrets ("Saisir la place qu'occupe la politique culturelle dans une structure intercommunale commande en premier lieu de prendre en compte les traditions locales de coopération (associative, professionnelle, mutualiste, politique…), c'est-à-dire les conditions et le contexte 'culturels' de l'intercommunalité et, secondairement, les formes concrètes successives que celle-ci a pu prendre sur le territoire considéré") qui sont d'abord des descriptions de cas de figures empiriquement observés et utilisés finalement pour illustrer des types généraux de configurations différenciées.

43Il témoigne à un autre niveau, par ses polarisations sur une perspective institutionnelle et organisationnelle de connotation stratégiste et soulignant l'influence des personnes et des volontés, d'une posture de rationalisation proche du terrain, proche de l'acteur (de certains d'entre eux tout au moins) en étant un appui de et sur le point de vue "modernisateur", en l'occurrence pro-intercommunalité (ce qui fait voir "les autres" par référence à une "résistance" au changement, cf. ce type de lecture polarisé dans les travaux des années 1960-70 du cso).

II. DES AUTEURS ACTUELS DE TEXTES D'ANALYSES

  • 19 R. Boudon, L'art de se persuader, Paris : A. Fayard, 1990.
  • 20 V. Lemieux, Réseaux et appareils, Québec, Paris : edisem-Maloine, 1982.
  • 21 U. Hannerz, op. cit.

44Avec R. Boudon19, et en en détournant un peu le signifié, nous pourrions dire qu'il convient de réfléchir sur les raisons de dire, de la part des chercheurs, ce qu'ils se trouvent actualiser. Pour partie, il conviendrait de considérer les conditions pratiques dans lesquelles se trouvent générées ces recherches, en ce sens délimiter les effets inducteurs de la commande publique, des contrats d'études et sans doute de façon plus discrète les jeux promotionnels de réseaux et d'appareils (cf. Lemieux20, Hannerz21) dans les agencements et les montages de dispositifs mettant en coopération des chercheurs professionnalisés et des quasi-chercheurs bureaucratiques (en entendant par ce syntagme un personnel public animant des structures de pilotage de recherches — type Plan urbain, Observatoires, Revue Annales de la recherche urbaine, etc.) fonctionnant comme des Opérateurs d'Interface "recherche-praticiens".

45Cette position fait de ces opérateurs des inducteurs de recherches fléchées mais encore conditionne les perspectives et le niveau de théorisation estimées praticables / acceptables. Ce n'est pas forcément un effet réducteur de la théorisation qui doit être supposé induit de cet état de fait : dans certains cas, on a pu voir un chercheur stigmatisé publiquement, pour des considérations estimées par un "praticien" excessivement réductrices d'un point de vue conceptuel (je songe ici à une critique dure faite devant un parterre de chercheurs et de hauts fonctionnaires, à un chercheur professionnel par un responsable du Plan urbain à propos de ce qu'il convient d'entendre par "espace public", le chercheur bureaucratisé référant à Habermas alors que le stigmatisé, dans un exposé oral, avait écrasé son "horizon de signification" sur une formulation de sens commun).

46Dans l'esquisse de réflexion sur le poids des mots, sur les syntagmatiques mises en œuvre par les chercheurs dans le domaine qui nous intéresse aujourd'hui, je me bornerai à quelques considérations sur quatre points :

  • sur les incertitudes et les chevauchements des acceptions du terme politique, celles que les chercheurs anglo-saxons différencient par les termes politics / polity / policy / political man (régime et compétition politiques, espace politique, politique publique, leadership politique) ;
  • sur des façons de dire (en particulier en soulignant la montée en puissance non tant de mots-valises que de mots-balises, tel celui de "lieu") ;
  • sur quelques apories (par exemple sur les acceptions du terme "espace public", notamment selon un emploi du syntagme au singulier / au pluriel) ;
  • sur des référentiels que j'ai pu qualifier à partir de la dissociation notionnelle "paradigme théorique / paradigme pratique" : des référentiels qui migrent entre les univers du chercheur et celui du praticien dans une interaction en boucle de rationalisation des leçons de l'expérience et de confortation réciproques des uns et des autres (par exemple les références à l'"équipement " ou au "réseau").

47À cet égard le jeu de mot qui se trouve mis dans le titre de ma communication, en son premier syntagme : "les mots de la culture", celui qui permet d'entendre "maux" de la culture, permet de jouer avec l'ambiguïté dans l'interprétation de ce qui veut être dit en sus de ce qui est dit.

  • 22 C. Sorbets, Valeurs des termes, Rapport final " Pouvoirs et territoires - La recomposition institu (...)
  • 23 C. Watzlavick et al., Changements, Paris : Ed. du Seuil, 1973.

48La référence au "lieu commun" que fait le second syntagme du titre de la communication est sans doute lui aussi, pour une part, de l'ordre d'un jugement de stigmatisation : elle permet en effet au-delà du dit, de faire entendre un vouloir dire, en l'espèce, le caractère répétitif des énonciations. Entendons bien le propos : on a bien de la différence d'une énonciation à l'autre mais une différence qui procède d'un changement de type-Eléments non de type-Type22 ; c'est-à-dire qui propose des variations de distribution des mêmes éléments informatifs dans un cadre demeuré globalement invariable23, celui défini d'abord par un niveau empirique d'énonciation interprétative et par des descriptions de configurations d'acteurs observées et décrites en des sites et des états particuliers (ceci a été aussi le cas dans le champ des études politico-administratives polarisées par les réformes de la décentralisation).

  • 24 J'appelle "surfonction" les raisons originelles qui justifient des fonctions d'organismes particul (...)

49En fond de mon propos, il faudrait sans doute pouvoir identifier une interrogation relative aux "surfonctions"24 sectorielles dans la recherche, ici, sur la "culture", et sans doute aussi aux conditions actuelles de la différenciation effective de la "raison pratique" et de la "raison épistémique", pour reprendre les deux notions de Granger. Entre ce second plan et le premier il y aurait sans doute une place à faire à des choses comme l'habitus bourdieusien ou la typification schutzienne et sans doute pour des zones de confusion ou d'incertitude sur ce que l'on peut référer à Kant, en parlant de schématisme vs représentationnisme dans la dimension catégorisation partie du rapport interprétatif à la réalité.

50La référence à Kant permet encore de spécifier une dimension générale relative à la culture de chacun qui est celle de notre enchâssement dans un schème organisateur — de type kantien ou non selon que l'on pense ou non qu'il faut dissocier concepts "synthétiques" et concepts "intermédiaires ", seuls ces derniers étant accessibles directement dans leur signification. À ce propos on peut dire que le terme même de "culture" est problématique.

  • 25 C. Taylor, Grandeur et misère de la modernité, Québec : Bellarmin, 1991.

51Le terme de "ville" peut aussi être entendu de façon alternative selon la charge que le contexte nous dit d'y entendre signifiée : fonction de la généralité de "l'horizon de signification"25, effet de repère donné par le singulier ou, comme ici, par le pluriel dans l'intitulé du séminaire ("villes").

52Au bout du compte le propos final que je souhaiterais voir reçu au sein de ce séminaire c'est une base de réflexion et d'interrogation sur ce qui "peut être dit" du fait des dispositifs cognitifs / énonciatifs mis en œuvre par les chercheurs et de ce qui peut être dit du fait des dispositifs de réception / coproduction qui opèrent. Aucun champ de recherche ne me paraît plus opportun pour ce type de questionnement : la ville est le format de notre univers, la culture est notre bain de contexture et nous sommes sans doute des éléments impliqués par le lieu où l'on se situe et le lieu que l'on actualise dans nos énoncés des espaces publics et / ou de l'espace public.

CONCLUSION

53À partir de "ma" posture de chercheur qui me fait dire que le travail de définition des objets passe par des opérations syntagmatiques de catégorisation, d'interprétation, de typification et de caractérisation, je hasarderai, en terminant cette réflexion à visée récursive sur un échantillon d'études portant sur notre thème de travail, quelques propositions à la fois hypothétiques et polémiques.

  1. La définition synthétique du champ des objets balisé par les termes "villes", "espaces publics" et "équipements culturels" est probablement inaccessible : on est en présence de ce que j'appellerai une zone de focalisation de l'intérêt de mode dans l'espace public actuel.
  2. Les processus d'institutionnalisation du social (cf. B. Jobert) opèrent en continu par glissements des traitements mis en œuvre ; l'intervention du chercheur participe de la construction du sens de la réalité et de sa banalisation en secteurs (ici celui de la culture).
  3. Les questions posturales locales des chercheurs et des praticiens visant à des contrôles de "territoires" (jeux de postures comme boîtes à outils relationnels) peuvent être référées à la perte de prégnance de paradigmes théoriques / idéologiques forts, clivant le milieu de la recherche.
  4. Les contrôles de socialisation tendant à s'opérer "entre", par des "équipements" et par leurs "serveurs", et non plus seulement "par le haut" (imposition de normes) ou "par le bas" (jeux des interactions conformisantes), la compétence attestée pour inscrire son expression dans les formes canoniques est une saillance26 décisive ; dans cette problématique, chacun se justifie, dans son ordre de citation, par ses produits et se sauve, si j'ose dire, par ses œuvres contributives à l'ordre social global.

Notes

1 F. Faruggia, La crise du lien social, Paris : L'Harmattan, 1993.

2 Annales de la recherche urbaine, 1996.

3 A. Greimas, Du Sens II, Paris : Ed. du Seuil, 1983.

4 G. Deleuze, Logique du sens, Paris : Ed. de Minuit, 1969.

5 Sur les types hiérarchisés et les apprentissages de passage d'un type au type "post" voir les travaux de G. Bateson, "La théorie des types logiques" in Vers une écologie de l'esprit, Paris : Ed. Le Seuil, 1977.

6 H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard, 1978.

7 U. Hannerz, Cultural complexity, New York : Columbia Univ. Press, 1992.

8 R. Balme, L'action culturelle et ses incidences sur les systèmes politiques municipaux, thèse de doctorat en science politique, IEP-Bordeaux, 1985.

9 F. Taliano-des Garets, La vie culturelle à Bordeaux 1945-1975, Bordeaux : PUB, 1995.

10 J. Lagroye, Société et politique, Chaban-Delmas à Bordeaux, Paris : Pedone, 1973.

11 J. Lajugie (dir.), Bordeaux au xxe siècle, Bordeaux : imprimeries Delmas, 1972.

12 Plan de l'ouvrage de F. Taliano-des Garets, Première partie : Le cadre et la politique culturelle (Bordeaux sous le signe de la croissance ; "la rencontre d'un jeune maire et d'une vieille cité" ; géographie culturelle bordelaise...) - Deuxième partie : La création (littéraire, arts plastiques ; architecture ; musique et spectacles…) - Troisième partie : La diffusion (spectacles ; concerts ; festivals ; expositions...) - Quatrième partie : Audience et rayonnement (les publics ; les médiateurs…).

13 B. Poche, Le jeu de l'art contemporain dans la région lyonnaise - scènes, acteurs, scénarios, cerat-iep Grenoble/Plan urbain, décembre 1990.

14 G. Saez, Villes en recomposition. Les politiques culturelles à Grenoble et Montpellier, cerat-iep Grenoble/Plan urbain, décembre 1990.

15 F. Deloubes, L'intercommunalité culturelle à travers l'exemple du syndicat intercommunal à vocation culturelle du canton de Carbon-Blanc et de la rive droite, mémoire dea Gouvernement local, cervl-iep de Bordeaux, 1995.

16 J. Palard, Action culturelle et intercommunalité, Territoires et sytèmes d'acteurs, Talence : cervl-iep Bordeaux, 1997.

17 Pouvoirs, no 73, 1995.

18 P. Moquay, L'intercommunalité en 12 facteurs : comprendre le contexte local, Paris : Syros, 1996.

19 R. Boudon, L'art de se persuader, Paris : A. Fayard, 1990.

20 V. Lemieux, Réseaux et appareils, Québec, Paris : edisem-Maloine, 1982.

21 U. Hannerz, op. cit.

22 C. Sorbets, Valeurs des termes, Rapport final " Pouvoirs et territoires - La recomposition institutionnelle territoriale", Bordeaux : iep, 1994.

23 C. Watzlavick et al., Changements, Paris : Ed. du Seuil, 1973.

24 J'appelle "surfonction" les raisons originelles qui justifient des fonctions d'organismes particuliers, par exemple les compétitions des "laïques" et des "confessionnels" dans la fondation de patronages, alors que la querelle religieuse clivait l'espace public de la France devenue institutionnellement républicaine. Les évolutions des contextes induisent un effacement progressif de ces marquages initiaux au profit de la fonction de prestation de service codée par référence au "social" ou au "sport".

25 C. Taylor, Grandeur et misère de la modernité, Québec : Bellarmin, 1991.

26 Sur les concepts de "prégnance" et de "saillance" voir R. Thom, Esquisse d'une sémiophysique, Paris : InterEditions, 1988.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search