Version classiqueVersion mobile

Lieux culturels et contextes de villes

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Daniel Latouche

Introduction

Jean-Pierre Augustin

Texte intégral

VILLES ET CULTURE, UN NOUVEAU RAPPORT AU MONDE

1Les villes sont devenues, c'est banal de le rappeler, le creuset d'une urbanité en construction et la distinction qui, après des siècles de civilisation rurale, les opposait à la campagne, n'a pas le même sens aujourd'hui. En concentrant l'essentiel des richesses, des pouvoirs et la majorité de la population, les villes s'imposent comme la tendance forte, irrésistible disent certains, de l'évolution de la planète. Certes les situations varient selon les continents et les pays, mais pour les villes occidentales dont il est question ici, tout semble joué. Cette évolution n'est pas sans poser problème et la Conférence d'Istanbul organisée en 1996 à l'initiative des Nations Unies a abordé la question de leur croissance, de leur organisation et de leur gestion. Les experts ont souligné les risques d'enclavement, de stratification et d'inégalité qui vont dans le sens contraire d'un fonctionnement viable des villes et proposé de travailler le concept de développement durable qui vise une amélioration permettant de répondre aux besoins du présent sans compromettre la possibilité, pour les générations à venir, de satisfaire les leurs.

2Les villes ont toujours été porteuses de l'espoir des hommes, elles restent le siège de l'invention de nouveaux rapports humains et les lieux où s'expriment des formes inédites de mélange social. N'y voir que les dérives, les poches de pauvreté, les zones de ségrégation et les injustices criantes, est aussi limitatif que de les présenter comme un modèle achevé. Elles naissent, se développent en fonction de besoins d'interactions entre les êtres et s'inscrivent dans une mobilité vivante qui échappe à toute permanence.

3La complexité et l'hétérogénéité des villes sont stimulantes pour la recherche, et les études comparatives, les évolutions en Amérique du Nord et en Europe permettent de débusquer les tendances concernant la mutation des villes, la requalification des équipements culturels et la refondation des espaces publics.

la mutation des villes

4Parler des villes, c'est d'abord appréhender la difficulté de les définir. Si les formules des dictionnaires ou les typologies historiques sont utiles pour en comprendre la naissance, en suivre l'évolution et en mesurer les formes, elles soulignent surtout la diversité du phénomène. Plus que la recherche d'une définition impossible, une réflexion sur leurs spécificités et les temporalités qui les ont marquées permet de mieux saisir leurs mutations et de souligner le passage de la ville-production à une nouvelle étape où les consommations culturelles s'affichent ouvertement.

Villes et urbanité

  • 1 P. Claval, La logique des villes, Paris : Litec, 1981.
  • 2 J. Lévy, La ville, concept géographique, objet politique, in Le Débat, 92, 1996, p. 111-125.

5La ville apparaît d'abord comme un système socio-spatial permettant la présence d'un maximum d'individus, de services et d'activités sur un espace relativement limité. Les agglomérations ont pris des formes variables en raison de l'histoire et des processus sociétaux, et on peut admettre qu'elles sont avant tout des organisations destinées à maximaliser l'interaction sociale1 ou encore des organisations à rendement social croissant2. Ces formules soulignent les possibilités offertes à chacun d'accéder à un grand nombre de services, de se libérer des tutelles et des liens communautaires qu'imposent d'autres organisations. L'accessibilité à un maximum de possibles, l'affranchissement des contraintes, le désenclavement des lieux d'enracinement sont au centre de l'urbanité qui reste un idéal encore trop éloigné des réalités urbaines. C'est ce projet qui doit servir d'objectif à l'aménagement des villes et de moteur à l'action collective.

Villes et temporalités

6Les villes sont aussi le résultat de l'histoire qui les a façonnées et l'accumulation des formes du passé est encore visible dans leur géographie. Nombre d'entre elles, les plus anciennes, portent la trace de la période pré-industrielle et présentent une configuration radioconcentrique ou en damier dans laquelle les rues, les espaces publics et les équipements se mêlent dans une plurifonctionnalité favorisant l'interaction sociale. Des expérimentations ont permis d'embellir les espaces centraux par la création de places et la valorisation des rues commerçantes avant que l'ouverture de parcs et de boulevards ne facilite les échanges sociaux.

7La ville industrielle apparaît en rupture avec ce premier modèle. L'accroissement rapide des populations, l'édification des usines et des entreprises ont amené l'apparition de formes urbaines réduites à des îlots monofonctionnels favorisant la reproduction de la force de travail. C'est pour lutter contre ces désordres que les tentatives radicales du début du siècle ont cherché à concilier les progressions urbaines avec de nouvelles conceptions socio-spatiales. Les propositions des urbanistes culturalistes (Howard, Wright...) ou des urbanistes progressistes (les adhérents des congrès internationaux d'architecture moderne et en particulier Le Corbusier) ont permis des expérimentations qui n'ont pas toujours donné les résultats escomptés et sont largement décriées aujourd'hui.

8Les premiers ont favorisé l'extension des banlieues encore accentuée par l'usage de la voiture individuelle et délaissé les espaces centraux et péri-centraux plus propices au mélange social. Les seconds en dénonçant l'étalement des villes ont proposé comme alternative un habitat vertical de tours et de barres susceptible d'entraîner de nouvelles densités, alternative qui s'est trouvée dévoyée par le soin mis à rejeter les conceptions classiques des espaces publics. En anticipant à l'excès sur les pratiques sociales, ces deux courants ont eu des effets de surdétermination, ils ont mis à mal le projet d'urbanité appréhendant la ville comme une totalité devant favoriser la porosité des espaces urbains.

  • 3 J. Jacobs, The Death and Life of the Great American Cities, New York : Random House, 1961.
  • 4 . J.-P. Leresche, D. Joye et M. Bassand éds, Métropolisations. Interdépendances mondiales et implic (...)
  • 5 L. S. Bourne et B. F. Ley eds, The Changing Social Geography of Canadian Cities, Montreal & Kingst (...)
  • 6 F. Ascher, Métapolis ou l'avenir des villes, Paris : Odile Jacob, 1995.
  • 7 O. Mongin, Vers la troisième ville, Questions de société, Paris : Hachette, 1995.

9Les reproches les plus virulents sont venus d'urbanistes nord-américains3 qui se sont insurgés contre les théories modernes coupables de la mort des centres, du zonage et de l'étalement urbain ; leurs travaux ont contribué au renversement doctrinal de l'urbanisme européen. Ne nous y trompons pas cependant, les fonctionnalistes ne sont pas les seuls responsables du déficit d'urbanité de la ville industrielle durant la période fordiste. Les effets de métropolisation4, ce mouvement accusé de concentration urbaine qui débute dans les années cinquante, ont aggravé l'étalement des villes5 et amené à reconsidérer leur classement en fonction d'un gradian d'urbanité. Certains parlent de métapoles6 pour souligner l'élargissement urbain et la dépendance d'espaces profondément hétérogènes et pas nécessairement contigus intégrés dans le fonctionnement quotidien d'une métropole. D'autres considèrent que l'ère de la "troisième ville"7 faisant suite à celle des périodes préindustrielle et industrielle a commencé et qu'il faut s'attacher à la construire. Cette troisième ville dite post-industrielle, post-fordiste ou post-moderne selon les expressions utilisées, a beaucoup à réinventer et notamment la capacité à réutiliser ce qui l'a précédée. Elle doit aussi recréer l'espace en portant attention aux "creux" (les espaces libres) autant qu'aux "pleins" (les bâtiments), et en favorisant les lieux publics, non seulement dans les zones centrales mais aussi le long des cheminements urbains qui se multiplient entre les centres secondaires.

La ville inversée

10Cette ville d'un troisième type se trouve confrontée à une série de problèmes qui, sans être totalement nouveaux, se posent désormais en des termes tels que les solutions antérieures ne semblent plus adaptées. Parmi les processus agissant sur les pratiques urbaines, il est possible d'en retenir cinq sans les développer plus avant. Celui de la mobilité accélérée qui favorise un changement d'échelle urbaine remettant en question la distance physique comme indice de proximité ou de distance sociale. Celui de la rétraction du social qui correspond au délitement de l'organisation traditionnelle, l'espace social perd de sa consistance et devient un espace de parcours entre de multiples lieux. Celui de la multiplication des moyens de communication qui agit sur l'espace public non physique au détriment des relations personnelles directes. Celui de la remise en cause de l'intégration par le travail qui a été un des fondements de l'organisation urbaine ; la société fondée sur le travail et l'emploi productif pour tous se défait et même la croissance n'est plus susceptible de recréer les emplois disparus car elle accélère le remplacement de l'homme par la machine informatisée. Enfin, celui de l'individuation qui devient un principe fondateur se distinguant de l'individualisme qui est un repli sur soi ; la société holiste, qui donnait une cohésion aux espaces urbains et assignait à chacun son statut et son rôle en dictant des comportements et des croyances, s'est affaiblie progressivement laissant la place à une société d'individuation manifestant une conscience élargie d'appartenance, une multi-appartenance, qui amène l'individu à chercher dans des groupes et des lieux divers un sens à son existence.

  • 8 G. Dupuy, L'urbanisme de réseaux. Théories et méthodes, Paris : Armand Colin, 1991.
  • 9 G. Dupuy, Relire Cerda pour aménager la ville d'aujourd'hui, in Action et recherches sociales, Cré (...)
  • 10 X. Piolle, Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité, in L'Espa (...)

11Ces processus largement interactifs révèlent un univers de complexités favorisant l'émergence d'un urbanisme de réseaux8 opposé à un urbanisme de zones ou le complétant. Le zonage a séduit nombre d'urbanistes modernes avant que l'idée ne se généralise dans les schémas directeurs et l'outillage de l'urbanisme opérationnel. L'ensemble urbain se trouve ainsi délimité par des territoires aréolaires enfermant dans des mailles préétablies les habitants et les activités. Ce zonage urbanistique est remis en cause par les processus évoqués et cède la place à une conception réticulaire du territoire plus conforme aux tendances en cours. Cette mutation détermine un nouvel aménagement où les notions de réseaux, de nœuds et de connexions deviennent principales9. On parle alors de territoires délocalisés ou encore de territorialités nomades ou éclatées qui favorisent des liens sociaux multidimensionnels et des systèmes de réseaux entrecroisés10. Dans le même temps, les activités tertiaires liées à la recherche, à l'enseignement, à la culture sont valorisées et distillent de nouveaux besoins d'échanges entre individus, de rencontres aléatoires qui amènent à considérer que, comparé à celui de l'industrie, l'univers post-industriel est moins destructif par rapport à la ville et à l'urbanité.

  • 11 G. Burgel, La ville aujourd'hui, Paris : Hachette, 1993.
  • 12 J. Caufield, City Form and Everyday Life. Toronto's Gentrification and Critical Social Practice, T (...)

12Les changements évoqués touchent l'ensemble des activités urbaines, le logement, l'industrie, les services et bien sûr la culture. On assiste progressivement mais durablement à une inversion de la ville et de ses modes de fonctionnement illustrée par le passage d'une ville-production fondée sur les zonages d'une territorialité établie à une ville-consommation formée de territorialités plus fluides et malléables. À l'évidence, la mutation est loin d'être à son terme mais les tendances concernant les activités culturelles prises au sens large apparaissent avec une large visibilité. Dans la société fordiste, l'usine comme le note G. Burgel11, est faite pour travailler, pas pour regarder, la rue et la place pour circuler et non pour flâner. Dans la période post-industrielle, ces espaces deviennent lieux de spectacles pour le citadin ou le visiteur de passage et la ville s'engage résolument dans un élan festif12.

la requalification des équipements culturels

13Le mot équipement emprunté au vocabulaire maritime est entré dans le langage usuel et désigne des installations assurant à la population et aux entreprises les services collectifs dont ils ont besoin. Ce terme inclut les équipements d'infrastructures comme les routes et les télécommunications et ceux réservés aux usagers comme les écoles, les hôpitaux ou les stades. Nous ne retiendrons ici que les équipements culturels dont l'objectif est de fournir des services complémentaires à ceux de l'institution scolaire ; parmi eux, ceux des secteurs sportifs et socio-culturels s'imposent en raison de leur croissance et de leur fréquentation.

Équipements culturels et lien social

14L'objectif de ces équipements est d'offrir des espaces d'action collective favorisant les liens sociaux des habitants. Ils sont d'abord des lieux de socialisation où des apprentissages, l'acquisition de normes et l'acceptation de modèles de comportements sociaux sont possibles. Ils sont aussi des lieux de sociabilité non inscrits dans une volonté institutionnelle et disciplinaire. C'est souvent l'écart entre la visée de socialisation et l'état des sociabilités qui perturbe leur fonctionnement.

  • 13 P. Parlebas, La mise en ordre sportive, in Sport, relations sociales et actions collectives, Borde (...)

15Faciliter les échanges sociaux, proposer des lieux d'expression et de créativité n'est pas contradictoire avec une mise en ordre de la société que la culture, le sport et la socio-culture imposent par une quadruple régulation des lieux, des temps, des liens et des liants13. Correspondant à un quadrillage du territoire, les équipements proposent des sites programmables et sans surprise. Les manifestations s'organisent selon un rituel qui jugule les débordements en imposant une temporalité utile aux exigences du spectacle. Les liens entre les usagers sont régis par des codes qui, en favorisant des sociabilités de proximité ou thématiques (tel sport ou telle pratique culturelle...) participent au processus de pacification. Enfin les instruments ou uniformes introduisent des liants entre les participants qui parachèvent la socialisation des lieux. Ainsi les sociétés modernes ont inventé des espaces d'expression et de contrôle pour faciliter les rapports sociaux et les coexistences tout en offrant à chacun les moyens de progresser. L'histoire de ces inventions est riche d'enseignements, elle montre les tentatives mais aussi les limites de certaines perspectives et permet de suivre sur près d'un siècle les apports successifs qui se juxtaposent aujourd'hui.

16L'archéologie des théâtres, gymnases ou palestres grecs ou romains est là pour rappeler que ces lieux ne sont pas une création moderne. On fera l'économie de tous ceux où se mêlent des fonctions multifonctionnelles accompagnant le développement des villes pendant deux millénaires (marchés, lavoirs, fontaines, places, parcs...) pour ne s'intéresser qu'à ceux naissant à l'époque contemporaine dans une visée culturelle. Dans un premier temps, le secteur privé initie les nouveautés sous la forme des théâtres de boulevards, des foires au plaisir ou des complexes sportifs. En France et au Québec, les églises et les écoles s'intéressent aussi aux activités de loisir et ouvrent des patronages et des terrains de jeux alors que les pays anglo-saxons proposent la formule des Young Men Christian Association (ymca). Ces équipements ne participent pas encore au "projet urbain", ils sont peu intégrés aux préoccupations des collectivités locales mais ouvrent la voie à une seconde période où les installations deviennent résolument publiques, sociales et scolaires.

  • 14 . Cités, cités-jardins : une histoire européenne, Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquit (...)

17L'urbanisme qui s'impose en Europe comme en Amérique du Nord après la Première Guerre mondiale s'enrichit des réflexions issues de l'architecture moderne. La Cité Jardin dessinée par Howard devient une référence proposant une conception globale de la vie urbaine puisque les équipements collectifs, écoles, théâtres, dispensaires et piscines accompagnent théoriquement la construction des logements14. Les expérimentations proposent différentes formes d'intégration architecturale, ainsi à Villejuif en région parisienne, les écoles, le stade et le gymnase sont associés dans un même ensemble ; ce dernier, caractérisé par la polyvalence, peut se transformer en salle de cinéma, de conférence et de théâtre. La Cité Radieuse imaginée par Le Corbusier n'est pas en reste ; outre les lieux collectifs dans les "couloirs-rues" du bâtiment, elle propose à son sommet ou à sa périphérie des espaces éducatifs et de jeux. Les municipalités prennent progressivement le relais de l'initiative privée et, sous la double pression des courants urbanistiques et d'un idéal démocratique lié à la croyance du rôle émancipateur de la culture, multiplient les équipements dans les villes-centres et les proches banlieues.

  • 15 Quatrième Plan (loi du 4 août 1962), Paris, Journal officiel, 1982, p. 10.

18À partir des années 1950, en France mais aussi dans plusieurs pays occidentaux, une autre vision s'instaure avec le renforcement de l'intervention de l'État. Le temps des premières générations de lieux initiés par les collectivités locales cède la place à celui des équipements programmés, normalisés et implantés avec le soutien étatique. Les planificateurs français, en insistant sur la notion d'équipements collectifs, mettent en valeur la nécessité de répondre à des besoins qui ne sont pas pris en compte par le marché, leur avis est sans appel15 : " Des avis recueillis se dégage l'idée d'un plus large recours aux services des équipements collectifs. On peut penser en effet que la société de consommation, que préfigurent certains aspects de la vie américaine et qui a trouvé aux États-Unis ses critiques les plus pénétrantes, se tourne à la longue vers des satisfactions futiles, elles-mêmes génératrices de malaise. Sans doute vaudrait-il mieux mettre l'abondance progressive qui s'annonce au service d'une idée moins partielle de l'homme".

  • 16 J.-P. Augustin, Les jeunes dans la ville, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 1991.

19Parmi les équipements proposés, ceux destinés à la jeunesse connaissent un effet de mode dans les années 1960. Cet effet est porté à la fois par une visée éducative et une nécessité d'encadrement des jeunes dont la proportion dépasse 50 % de la population des grands ensembles et de quartiers populaires. Ainsi naissent, à côté des équipements sportifs, des milliers de maisons, foyers, clubs de jeunes qui couvrent les territoires urbains16. Les intitulés, Maisons de jeunes et de la culture, Clubs Léo Lagrange, Maisons du temps libre, varient selon les sensibilités et leur analyse est un précieux indicateur des affiliations socio-politiques.

20D'autres équipements apparaissent et notamment les Maisons de la culture voulues par André Malraux dès 1962, mais aussi, avec l'air du temps, les Maisons des citoyens, les Maisons des femmes, les Maisons de l'écologie ou les Maisons de chômeurs. La roue tourne et les problèmes ne sont plus les mêmes, mais la croyance en un lieu collectif, "familial", comme support à la recherche de solutions reste vive.

La fin des illusions du tout béton

21La programmation d'équipements a été pendant une vingtaine d'années la solution que la puissance publique a trouvé en France pour répondre aux difficultés rencontrées par les populations urbaines. L'équipement était inscrit dans l'agenda politique comme une des solutions aux difficultés liées à la croissance : à chaque nouveau problème, un nouvel équipement. Les résultats n'ont pas toujours été ceux escomptés. Le modèle des équipements de proximité pour les jeunes fondés sur la participation active et le rôle éducatif de la culture n'a pas fonctionné, ni celui de la diffusion culturelle imaginée par André Malraux pour les Maisons de la culture.

22Pour les équipements de proximité, la baisse de la pression démographique et leur coût en temps de crise ne sont pas suffisants pour expliquer le désintérêt dont ils sont l'objet, c'est leur utilité même qui s'est vue contestée. Les structures stéréotypées sont apparues peu adaptées aux pratiques des jeunes et ont été appropriées par des catégories de populations gênant leur fréquentation. Les activités proposées ont souvent conduit à un écrémage et à une désorganisation de groupes qui se recréent sous forme de bandes non exemptes de violence. Par ailleurs, les jeunes sont peu enclins à coexister avec les enfants, les adultes ou les personnes âgées, lorsque ce ne sont pas ces populations qui se plaignent de leur voisinage.

  • 17 J.-P. Augustin et J. Ion, Des loisirs et des jeunes. Un siècle de groupements éducatifs et sportif (...)

23Ces équipements voient leurs missions évoluer en raison de deux processus émergeant à la fin des années 1970. Le premier, issu des expérimentations mais aussi des critiques du fonctionnalisme bâtisseur, tend à déplacer, du béton vers la vie sociale, les solutions à mettre en place ; les équipements deviennent plus polyvalents et servent de supports à des actions plus variées. Le second, lié au développement de la crise économique et à la montée du chômage, amène une redéfinition des populations ciblées ; dans les quartiers fragiles, les équipements servent de base aux dispositifs fluctuants et malléables de l'action sociale. Une page est tournée, celle où la notion de jeunesse avait le poids des évidences, c'est la fin des illusions fonctionnalistes et le début de nouvelles stratégies sociales fonctionnant largement en réseaux17.

  • 18 G. Saes, Politique de style, politique de ville : Grenoble et Rennes devant la culture, in Les Cah (...)

24Même évolution du côté des Maisons de la culture dont l'objectif était de permettre la démocratisation de la diffusion culturelle. Or, malgré toutes sortes de tentatives, les publics ont peu varié en vingt ans, les cadres et professions libérales sont toujours majoritairement représentés et les ouvriers quasiment absents18. Il est vrai que du fait de la progression des classes moyennes, les participations en valeur absolue sont à la hausse mais en raison du coût de leur fonctionnement, les collectivités locales qui n'en sont pas dotées choisissent des formules plus souples et portent un intérêt tout particulier aux festivals susceptibles de drainer pour un temps limité un public plus large et plus mélangé.

  • 19 C. A. Rouca, Des équipements pour le plaisir, in Les Annales de la recherche urbaine, 70, 1996, p. (...)
  • 20 J.-P. Augustin, Sport, géographie et aménagement, Paris : Nathan, 1995.

25Du côté des équipements sportifs, les difficultés ne sont pas les mêmes car le sport dans sa diversité s'affirme comme élément de culture contemporaine et bénéficie de l'attrait pour la compétition, de l'intérêt porté au corps et du soutien des médias. La forte croissance des activités sportives dans les pays occidentaux nécessite l'utilisation d'équipements de plus en plus variés qui complètent les installations normées construites avec la planification. Ainsi, la natation urbaine qui substitue la recherche du bien-être à la course en lignes, nécessite l'adaptation des piscines qui doivent ajouter aux installations existantes des complexes d'entretien corporel et de jeux aquatiques19. Une autre tendance vient du choix de pratiquer en dehors des fédérations et des équipements appropriés. Le Bois de Boulogne, Central Park ou le Mont Royal deviennent des lieux d'exercice et de jogging alors que les rues et les places sont aussi envahies par toutes sortes de vélos, planches ou patins à roulettes20.

  • 21 A. Huet, De la démocratie de la culture à la diversité des créations, in Les Annales de la recherc (...)

26Quantitativement, les résultats de la planification ont été à la hauteur des ambitions du projet puisque des milliers d'installations culturelles, sportives et socio-culturelles ont été édifiées. Mais qualitativement, deux tendances résument les infléchissements qu'ils ont connus. La première vient de l'émergence d'une demande plus diversifiée que prévu ; les études sociologiques soulignent la prégnance des groupes sociaux et l'existence de pratiques appropriées, de clubs affinitaires, d'équipements d'élection qui viennent battre en brèche le projet de justice socio-spatiale instauré par la logique des normes. La seconde vient de l'accentuation des mobilités quotidiennes qui remettent en cause l'aménagement méthodique des lieux de proximité. Le pilotage par les normes n'est plus suffisant pour répondre aux demandes, et l'organisation hiérarchique opposant les équipements centraux de prestige à ceux de la périphérie se défait sous la pression des usagers et des collectivités locales21. C'est la fin du zonage culturel et l'ouverture de réseaux d'équipements mieux adaptés à la diversité sociale. Ces réseaux participent à la production de la ville, à son désenclavement et tendent à généraliser l'urbanité à l'ensemble de l'agglomération.

La métapole culturelle

  • 22 A. Haumont, L'équipement culturel des villes, in Les Annales de la recherche urbaine, 70, 1996, p. (...)

27L'instrumentalisation de la culture n'est pas un phénomène récent mais joue plus fortement qu'hier sur les transformations urbaines22. Plusieurs éléments confirment cette tendance tels l'édification de vastes complexes culturels ou sportifs, la création d'événements visant à atteindre des publics occasionnels, l'utilisation d'équipements mobiles s'adaptant aux flux et l'appropriation de friches industrielles pour des activités festives.

  • 23 D. Mandouze, L'Astrolabe de La Rochelle, une démarche d'aménagement social et culturel, in Quartie (...)
  • 24 S. Selwood, The Benefices of Public Art, London : Policy Studies Institute, 1995.

28Un type nouveau de complexe culturel est initié en France avec le Centre Georges Pompidou dont le double objectif est d'accueillir tous les publics quel que soit leur degré de connaissance et de favoriser les échanges avec les artistes et le personnel. D'autres programmes se développent à Paris, à la Cité des Sciences, à la Cité de la Musique, au Grand Louvre, à l'Opéra Bastille, ou en province avec le Futuroscope de Poitiers qui connaît un succès grandissant. Des centres de dimensions plus modestes mais fonctionnant sur le même principe se multiplient. Certains implantés en périphérie participent au désenclavement des quartiers comme l'Astrolabe de La Rochelle23. Le phénomène est largement international et l'Amérique du Nord y participe avec les Center Parcs et toutes sortes de constructions symboles qui prennent parfois la forme d'exploits architecturaux24. Toronto a ainsi édifié deux bâtiments défiant ceux des villes étatsuniennes. La tour du Canadian National (1976) présentée comme la structure auto-portante la plus haute du monde (553 mètres) accueille 1,4 millions de visiteurs par an. À proximité, le Sky Dome (1989) s'impose comme le plus élaboré d'une génération de stades polyvalents en forme de dômes construits aux États-Unis. La nouveauté vient ici d'une couverture translucide rétractable en vingt minutes et des infrastructures attenantes dont un hôtel intégré disposant de 70 suites donnant sur l'aire de jeux. La réalisation de ces complexes s'inscrit dans une recherche de distinction et dans une volonté d'attraction.

29La création d'événements vise les mêmes objectifs sans nécessiter de supports permanents. Ces manifestations rassemblent souvent plusieurs milliers de participants, le concert de Michael Jackson à Prague le 7 septembre 1996 a réuni 130 000 spectateurs. Les festivals d'été de Montréal, Toronto ou Vancouver, comme ceux des métropoles européennes s'inscrivent sur un agenda international alors que ceux des petites villes connaissent un attrait croissant. L'événement peut aussi se fonder sur un équipement culturel classique et les grands musées utilisent la formule pour attirer de nouveaux publics. L'exposition Toutankhamon au Louvre a ouvert une voie qu'ont empruntée les grands musées du monde, celle des Impressionnistes "de Cézanne à Matisse" a suscité près de 5 millions d'entrées dans les huit musées du monde concernés de 1993 à 1995, dont plus d'1 million au seul Musée d'Orsay. Enfin l'événement peut intéresser l'ensemble d'un pays et se délocaliser sur tous les territoires urbanisés ; ainsi les fêtes de la Musique ou du Sport et les journées du Patrimoine sont des occasions de mélanges sociaux et de rupture avec le quotidien. Il se pourrait que ces fêtes s'inscrivent un jour dans un calendrier international et deviennent aussi universelles que les Jeux olympiques.

  • 25 F. Chobeaux, Les nomades du vide, Paris : Actes Sud, 1996.

30Les équipements mobiles ont d'abord eu pour objectif de desservir des populations éloignées ne disposant pas d'installations de proximité. Les bibliobus, les vidéobus, les artsbus ont proposé des services dans les zones rurales ou les périphéries urbaines. D'autres cherchent à s'adapter aux mouvements des populations en difficultés, des sociobus circulent dans les banlieues pour offrir des lieux d'échanges aux jeunes ou dans les zones centrales, possibles recours aux sans-abris et aux drogués. Ils sont aussi utilisés pour suivre les flux saisonniers et accompagner par exemple les migrations estivales ou les festivals25 ; en France, la saison des festivals de théâtre de rue s'ouvre à Bourges, se ferme à Aurillac après Annonay, Châlon-sur-Saône, Belfort, La Rochelle et Nyons. Ces festivals attirent, plus que d'autres, une population marginale utilisant le site pour se retrouver. Divers services mobiles leur sont destinés pour éviter les frictions et les interventions policières.

31La réutilisation du passé et des friches industrielles pour des activités culturelles s'impose comme un mouvement international. Le phénomène a débuté dans les villes portuaires où l'attrait des espaces libérés par les emprises maritimes a permis la construction de promenades et l'utilisation de hangars, d'entrepôts et même de silos à grains. Les villes américaines ont donné l'exemple, Boston, New York mais aussi Toronto et Montréal, les villes européennes ont suivi. À Nantes et à Bordeaux, les bases sous-marines allemandes sont reprogrammées, celle de Bordeaux est devenue le Conservatoire international de la plaisance et les Entrepôts Lainé un grand musée d'art contemporain. Les rives réaménagées sont l'occasion de rassemblements lors du passage des grands voiliers qui attirent plusieurs millions de spectateurs, à Bordeaux, Nantes et Rouen, mais aussi à Québec ou Philadelphie.

  • 26 J. Dumas, L'histoire en otage : la référence au passé dans la construction des politiques urbaines (...)
  • 27 I. Degremont, Patrimoine et aménagement, étude géographique d'un outil d'aménagement, thèse de géo (...)

32Les traces du passé et plus encore la mise en scène de ces formes d'activité expriment la spécificité des villes et des lieux. Elles se présentent comme une alternative à l'unidimensionalité des consommations programmées (auto, télé...). Le récit mobilise le passé par ses références-alliances26 que sont le port, l'usine ou la gare. La sélection des références, la rétrodiction, permet l'énonciation de tranches de passé qui personnifie, légitime et en dernier recours survalorise les lieux patrimonialisés. Les exemples foisonnent dans les grandes villes, l'usine C à Montréal est transformée en centre d'activités culturelles, de même que l'usine Lu à Nantes. Dans les villes moyennes et les régions, la tendance est aussi forte27 ; en France les parvis des églises, les châteaux forts, les bastides se transforment en décors naturels pour des spectacles auxquels participent souvent, en costumes d'époque, les populations locales.

33La dimension populaire de ces fêtes s'oppose au caractère scientifique et technique des complexes modernes, mais les deux organisations participent à l'instrumentalisation culturelle de la ville. Celle-ci a tendance à remplacer la ville-machine ; les équipements, s'ils gardent un rôle fonctionnel, ne sont plus les seuls lieux de la mémoire, de la création et de la diffusion, c'est la ville tout entière qui devient équipement.

la refondation des espaces publics

34Les espaces publics, en tant que lieux ouverts aux habitants et entretenus ou équipés à cette fin, favorisent la consommation culturelle des villes. Les rues, les places, les espaces verts et les parcs, mais aussi les abords des équipements structurants sont des espaces où se jouent des échanges et parfois des exclusions entre groupes divers. Délaissées par l'urbanisme moderne puis détournées de leur fonction première par la circulation, les rues, devenues piétonnes, symbolisent le renouveau des espaces publics.

Le retour des espaces publics

  • 28 F. Choay, Rue, in Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement, Paris : PUF, 1988, p. 593-595.
  • 29 Le Corbusier, La ville radieuse, Paris : 1933.

35La rue est un élément essentiel de toutes les cultures urbaines et témoigne depuis l'Antiquité de l'évolution des sociétés et des techniques28. Les rues médiévales généralement sinueuses et dépourvues de trottoirs sont spécialisées par activité comme le rappelle la toponymie (rue des Argentiers, des Bahutiers, des Herbes, des Orfèvres...). La Renaissance invente les rues "programmées" associées aux places dont la visée esthétique tient compte des exigences militaires et de la circulation des carrosses. Le xixe siècle adapte les rues à la société industrielle et accentue le repliement des activités extérieures dans des bâtiments spécifiques (magasins, salles de spectacles...). L'évolution de la vie privée et des institutions (écoles, lycées) renforce la tendance alors que l'automobile enferme la rue dans une fonction circulatoire. Les urbanistes modernistes, Le Corbusier en tête, dénoncent la rue-corridor comme un symbole d'archaïsme et de danger social et proposent de la remplacer par des espaces verts, des dalles ou des lieux commerciaux29. Rien ne sera probant et leur réhabilitation se fait par la limitation de la circulation automobile ; l'aménagement des rues piétonnes avec éclairage, pavage, bacs à fleurs, bancs, laisse une large place à la fonction commerciale et à l'animation.

  • 30 A. Germain et D. Latouche, Grandeur et misère d'un art en représentation : l'architecture montréal (...)
  • 31 . D. Hayden, The Power of Place, Urban Landscapes as Public History, Cambridge, Mass., The MIT Pres (...)

36À côté des rues, l'attention se porte sur les places publiques. Beaucoup ont été construites au xixe siècle pour être un refuge quasi pastoral généralement tourné vers le bâti qui l'enserre comme dans le square victorien. De nouveaux concepts invitent à contempler davantage les formes paysagères et esthétiques que l'entourage immédiat30. L'accent est mis sur la dimension écologique des espaces urbains, les parcs, places et jardins sont reliés entre eux par des circuits qui permettent aux citadins une visite à la fois hygiénique, culturelle et historique de la ville31. L'opération Vélo-Culture lancée à Montréal en 1997 permet d'accéder à prix réduits aux établissements culturels de la ville à partir des 150 kilomètres de pistes cyclables.

37La mise en scène de la rue et sa valorisation correspondent à une inversion de la ville industrielle ; alors que cette dernière cherchait à protéger les jeunes des dangers de la rue en leur proposant des activités dans des lieux réservés, la ville culturelle leur offre des espaces ouverts et aménagés.

Les fonctions cardinales des espaces publics

  • 32 D. B. Pankratz, Multiculturalism and Public Arts Policy, Westport, Conn. : Begin & Garvey, 1993.
  • 33 S. Zukin, Socio-Spatial Prototypes of a New Organisation of Consumption : the Role of Real Cultura (...)
  • 34 C. Forest et P. Bavoux, En passant par le centre : la rue de la République, anthropologie d'un esp (...)

38Les espaces publics des villes sont des lieux privilégiés d'interaction sociale qui favorisent un vécu commun et la formation d'une mémoire collective. À partir d'eux, et notamment des plus classiques, rues, places et parcs, se développe un processus de connexion des cultures urbaines32. Lieux à voir, lieux pour être vu, lieux pour être avec les autres, les espaces publics permettent un jeu interactif où les rôles d'acteurs et de spectateurs sont interchangeables. Le vécu et la perception de ces lieux restent cependant complexes et les appréciations que portent les citadins peuvent varier selon les individus33. En simplifiant, on peut distinguer cinq caractéristiques qui s'opposent et se complètent à la fois34.

  • La première est celle de l'anonymat qui permet à chacun de participer à un mode d'échange différent de celui de la convivialité communautaire. Cet anonymat facilite la rencontre d'individus d'âge et de milieux sociaux divers. Plus que de rencontres formelles, il s'agit de croisements, d'observations, de bains de foule qui s'établissent dans un espace de désenclavement autorisant un apprentissage de la vie publique et une initiation à la diversité urbaine.
  • La deuxième caractéristique est de favoriser l'affichage des différences car l'anonymat est relatif et si chacun accepte pour un temps d'abandonner les habitudes et les fonctions de son enracinement local, tous affichent cependant leurs appartenances par la tenue ou l'allure : jeunes de banlieues, cadres moyens, personnes âgées ou couples se distinguent les uns des autres. Dans certains cas, l'excentricité est possible, et groupes de sportifs et plus encore punks et marginaux trouvent là un moyen d'exister et de s'afficher.
  • La troisième est liée aux rituels. L'observation montre que pour beaucoup la fréquentation des espaces publics s'inscrit dans la régularité des rythmes et des parcours. Si les passants occasionnels sont nombreux, une partie du public est constituée d'habitués qui s'approprient les lieux. Dans le cas des jeunes et des personnes âgées, on constate une tendance à la répétition des types d'usages. On vient chaque matin ou chaque fin d'après-midi ou encore chaque samedi pour un itinéraire quasi programmé d'un lieu à un autre ou pour une destination précise. La valeur du lieu public est de rendre possible le croisement et parfois la rencontre des personnes venues des différents points de l'agglomération, en autorisant la transversalité des groupes dont la ville est constituée.
  • La quatrième est celle de l'aventure et de la recherche de partenaires qui ne sont pas ceux de l'espace de proximité du domicile. On vient là pour échapper aux contraintes et habitudes quotidiennes, se dégager d'un milieu qui peut être pesant par ses routines et ses traditions. Cette confrontation avec des possibles s'inscrit souvent dans un désir de mobilité sociale, de vivre autrement et d'aventures. Elle peut prendre des formes variées, offensives pour certains, attentes prudentes pour d'autres.
  • Enfin, et c'est le caractère le plus englobant, l'espace public est un lieu privilégié de socialisation ; ce qui compte c'est le regard et le côtoiement des autres. Les interactions sociales minimales questionnent sans cesse les représentations que chacun se fait de l'autre ; là plus qu'ailleurs et en toute liberté il est possible de voir, d'observer et de participer au mélange urbain. Ce processus d'interaction des cultures apparaît clairement lors des attractions d'ordre festif, sportif ou artistique autour de groupes de musique, de dessinateurs ou de spectacles de rues. Les groupes se rassemblent et forment une communauté provisoire participant à une expérience relationnelle éphémère.

39La place de la culture qui ne cesse de s'affirmer dans les villes occidentales initie un nouveau rapport au monde. La diversification des activités, des institutions et des espaces qui lui sont liés est un élément majeur des transformations urbaines offrant aux chercheurs de larges pistes d'analyses, d'interprétations et de propositions.

des voies utiles de recherche et d'action

40Résultats de recherches menées par les centres associés à la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine et par les chercheurs du groupe Culture et Ville de l'Institut National de la Recherche Scientifique (inrs Urbanisation) de Montréal, cet ouvrage qui fait suite à un séminaire international organisé à la msha en novembre 1996, doit être perçu comme un document d'étape dans la mesure où il présente des acquis et engage des perspectives d'études pour les années à venir.

41La première partie concerne "Les sites locaux, les réalités globales et les recherches". Claude Sorbets y présente les travaux menés à partir des Instituts d'Études Politiques de Bordeaux et Grenoble sur les politiques culturelles ; il note les effets de contexte qui les ont accompagnés et insiste sur les questions posturales locales des chercheurs et des praticiens. Jean-Paul Callède développe et actualise des acquis sociologiques élaborés à la suite d'un programme de recherche msha sur le phénomène culturel dans les villes d'Aquitaine. Il montre l'intérêt que l'on peut tirer des études localisées dès que l'on utilise des outils adaptés pour organiser la diversité des pratiques culturelles ; la méthode employée comme les résultats obtenus offrent un ensemble de données propices à l'analyse comparative et évolutive. Xan Bouzada étudie la distance sociale et symbolique aux équipements culturels. Revisitant les travaux publiés sur la question depuis les années 1970, il rappelle que le franchissement de la porte des équipements est d'abord un apprentissage social. La distance symbolique, sociale et physique peut se convertir pour devenir totalement discriminante.

42La deuxième partie présente des "Territoires d'expériences et des pistes d'analyses", elle souligne le retour du territoire comme élément support des nouvelles cultures urbaines. Michel Favory aborde les politiques menées dans le département de la Gironde à l'initiative des collectivités locales. Il met à jour un système territorial complexe où des équipements réticulaires et des opérateurs associatifs cherchent à donner du sens aux lieux. Thierry Berthet étudie les établissements destinés aux jeunes en difficulté d'intégration sociale ; ces "Missions locales" implantées dans des espaces où sévit le chômage n'ont plus d'autres choix que de chercher une insertion par la culture ; l'auteur souligne le glissement de l'équipement public à l'espace culturel qui se voit promu au rang d'opérateur social. Hélène Laperrière s'intéresse aux traces que laisse la culture dans la ville ; elle propose une double perspective, diachronique et synchronique, pour montrer que ces traces renseignent sur la configuration du projet urbain de Montréal, et engage une réflexion sur les enjeux renouvelés de ce projet. Florence Paulhiac présente les principes d'une planification négociée et adaptative qu'elle fonde sur une expérience d'aménagement menée dans le vieux Montréal ; les territoires urbains doivent jouer avec les deux logiques de l'exodéveloppement et de l'endodéveloppement pour alimenter une dynamique où les données locales et globales agissent sur les transformations de la ville.

43La troisième partie s'intéresse aux "anticipactions" culturelles. Daniel Latouche aborde les équipements de la ville cosmopolite à travers l'exemple des Maisons de la Culture de Montréal ; considérant que ces équipements ont cessé de régner en maîtres dans la ville, il envisage un nouvel espace de création interculturel qui saurait utiliser le pouvoir des manifestations pour transcender les barrières culturelles en jouant notamment sur l'émotion. Sylvain Lefebvre analyse le rôle joué par les stades urbains dans la recomposition des centres villes en Amérique du Nord ; ces équipements du sport professionnel servent de levier économique s'ils sont situés aux endroits stratégiques et participent alors pleinement à l'émergence de la ville festive. Enfin, Gilles Sénécal s'interroge sur le sens des équipements post-modernes et propose deux récits, l'un se rapportant à l'alternative moderne, l'autre à la perspective post-moderne. L'étude du projet de Réseau vert montréalais dévoile l'émergence d'une urbanité dans laquelle le sens de la ville est indéterminé et son organisation floue. Les espaces et les équipements urbains sont chargés de répondre à une quête d'authenticité, de liberté et de savoir.

44Cet ouvrage ne prétend pas apporter de réponses toutes faites ou de solutions miracles aux questions posées mais il montre clairement les tendances. On assiste à l'émergence de nouvelles territorialités urbaines, non redevables à des logiques hiérarchiques, qui dépassent l'urbanisme de zone. La requalification des équipements collectifs et la refondation des espaces publics s'inscrivent dans les perspectives d'une ville culturelle et festive qui supplante la ville-machine et la ville-production. Le décloisonnement et la diversité, même s'ils ne font pas système, sont un moyen d'éviter la stigmatisation des lieux et de rendre la ville poreuse et ouverte aux mélanges sociaux. Ce livre ouvre la recherche à l'analyse comparative entre villes européennes et villes nord-américaines, recherche qu'il convient de poursuivre et d'approfondir.

Notes

1 P. Claval, La logique des villes, Paris : Litec, 1981.

2 J. Lévy, La ville, concept géographique, objet politique, in Le Débat, 92, 1996, p. 111-125.

3 J. Jacobs, The Death and Life of the Great American Cities, New York : Random House, 1961.

4 . J.-P. Leresche, D. Joye et M. Bassand éds, Métropolisations. Interdépendances mondiales et implications lémaniques, Genève : Georg, 1995.

5 L. S. Bourne et B. F. Ley eds, The Changing Social Geography of Canadian Cities, Montreal & Kingston : McGill-Queen's University Press, 1993, 487 p.

6 F. Ascher, Métapolis ou l'avenir des villes, Paris : Odile Jacob, 1995.

7 O. Mongin, Vers la troisième ville, Questions de société, Paris : Hachette, 1995.

8 G. Dupuy, L'urbanisme de réseaux. Théories et méthodes, Paris : Armand Colin, 1991.

9 G. Dupuy, Relire Cerda pour aménager la ville d'aujourd'hui, in Action et recherches sociales, Créteil : Université de Paris-Val de Marne, 1, 1993, p. 67-74.

10 X. Piolle, Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité, in L'Espace géographique, Vélizy : Doin éditeurs, 4, 1991, p. 349-358.

11 G. Burgel, La ville aujourd'hui, Paris : Hachette, 1993.

12 J. Caufield, City Form and Everyday Life. Toronto's Gentrification and Critical Social Practice, Toronto : University of Toronto Press, 1994, 254 p.

13 P. Parlebas, La mise en ordre sportive, in Sport, relations sociales et actions collectives, Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1995, p. 39-46.

14 . Cités, cités-jardins : une histoire européenne, Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1996.

15 Quatrième Plan (loi du 4 août 1962), Paris, Journal officiel, 1982, p. 10.

16 J.-P. Augustin, Les jeunes dans la ville, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 1991.

17 J.-P. Augustin et J. Ion, Des loisirs et des jeunes. Un siècle de groupements éducatifs et sportifs, Paris : Éd. Ouvrières, 1993.

18 G. Saes, Politique de style, politique de ville : Grenoble et Rennes devant la culture, in Les Cahiers de l'animation, 41, 1983.

19 C. A. Rouca, Des équipements pour le plaisir, in Les Annales de la recherche urbaine, 70, 1996, p. 122-130.

20 J.-P. Augustin, Sport, géographie et aménagement, Paris : Nathan, 1995.

21 A. Huet, De la démocratie de la culture à la diversité des créations, in Les Annales de la recherche urbaine, 70, 1996, p. 4-15.

22 A. Haumont, L'équipement culturel des villes, in Les Annales de la recherche urbaine, 70, 1996, p. 148-153.

23 D. Mandouze, L'Astrolabe de La Rochelle, une démarche d'aménagement social et culturel, in Quartiers fragiles, développement urbain et animation, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 1996.

24 S. Selwood, The Benefices of Public Art, London : Policy Studies Institute, 1995.

25 F. Chobeaux, Les nomades du vide, Paris : Actes Sud, 1996.

26 J. Dumas, L'histoire en otage : la référence au passé dans la construction des politiques urbaines, in J.-P. Charrier éd., Villes en projet(s), Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1996, p. 39-46.

27 I. Degremont, Patrimoine et aménagement, étude géographique d'un outil d'aménagement, thèse de géographie, Université de Pau, 1996.

28 F. Choay, Rue, in Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement, Paris : PUF, 1988, p. 593-595.

29 Le Corbusier, La ville radieuse, Paris : 1933.

30 A. Germain et D. Latouche, Grandeur et misère d'un art en représentation : l'architecture montréalaise et la construction de l'espace public, in Recherches sociographiques, Montréal, XXXIII, 2, 1992, p. 179-203.

31 . D. Hayden, The Power of Place, Urban Landscapes as Public History, Cambridge, Mass., The MIT Press, 1995.

32 D. B. Pankratz, Multiculturalism and Public Arts Policy, Westport, Conn. : Begin & Garvey, 1993.

33 S. Zukin, Socio-Spatial Prototypes of a New Organisation of Consumption : the Role of Real Cultural Capital, Sociology, 24, 1, 1990, p. 37-56.

34 C. Forest et P. Bavoux, En passant par le centre : la rue de la République, anthropologie d'un espace public en question. Cerfise, Plan urbain, Paris : 1989.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search