Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

III. Villes en projet(s) : cas français

L'envers de la cohérence au cœur du débat sur les politiques urbaines : l'exemple de Pau (1840-1940)

Michel Papy

Texte intégral

1Les remarques qui suivent ont pour objet les politiques urbaines vues sous un angle général ; or le cas choisi est celui d'une ville de villégiature, que l'on peut dans une première approche considérer comme exceptionnel, voire comme un contre-exemple. C'est pourtant le point de vue inverse qu'il faut adopter, à mon sens : l'exemple me paraît en effet révélateur de tout projet urbain, et même de tout projet social de la société dans laquelle nous vivons. Il me suffira, pour le suggérer, de rappeler des thèmes bien connus des spécialistes de l'urbanisme et de l'utopie.

2Les villes et stations destinées aux oisifs et aux retraités sont en un sens au cœur de nos débats actuels. C'est, à vrai dire, une vieille idée de l'humanité : nous travaillons pour vivre, nous ne vivons pas pour travailler. L'activisme du monde occidental ne l'a pas oubliée malgré les apparences ; en imposant, par une forte valorisation du travail, un long détour masochiste à la réalisation de cette aspiration, il a, d'une façon qui lui est propre, mis en valeur ce vieux projet. On peut l'exprimer ainsi : le projet du travail est le non-travail, le loisir. Les phases d'oisiveté en plein âge actif, comme la retraite passé cet âge, sont la raison d'être de l'activité productrice de revenus — à noter que je laisse ici de côté ce qui est en réalité l'essentiel : ce qu'on fait quand on "fait retraite", car le loisir, qui paraît une fin par rapport au travail, n'est lui-même qu'un moyen en vue de fins supérieures, faute de quoi il laisse un grand vide.

  • 1 La remarque en a été faite, notamment, par Jacques Ellul, qui note que "c'est d'ailleurs une des d (...)

3Ce n'est pas tout. Ce projet d'une vie quotidienne idéale, où l'activité productrice est réduite au rôle de moyen, est aussi un projet urbain, car la ville est tacitement regardée comme l'aboutissement normal de l'évolution historique. Dans le monde occidental tout au moins, la direction idéale de l'histoire humaine a progressivement été décrite comme le chemin qui mène du jardin d'Eden à la Jérusalem céleste, de la campagne à la cité. Il est, certes, plusieurs façons de comprendre cette image ; on peut y voir surtout une insistance sur le caractère social de l'aventure humaine, sur l'achèvement du salut individuel dans le salut collectif ; le thème n'est donc pas forcément à interpréter littéralement, il ne porte pas nécessairement en lui l'idée d'urbanisation comme terme de l'histoire. Mais il inclut l'idée d'une construction sociale, d'un rapprochement physique des hommes, et c'est une ville, Jérusalem, qui en fournit la représentation. Cette vision a sans doute été intériorisée et a contribué à guider les esprits. Si l'histoire est vue comme la recherche d'un retour à l'harmonie primordiale entre les hommes et entre l'homme et la nature, il ne s'agit pas d'un retour au même, mais d'une marche vers une ville "nouvelle" réalisant dans l'activité et la contemplation cette double harmonie : une ville-jardin. J'insiste sur ce point, en faisant remarquer que, si l'on a souvent noté le caractère passéiste de maints projets sociaux dits utopistes, on a plus rarement vu ce que cette même utopie a de progressiste, à savoir le mouvement qui porterait l'humanité vers la ville1.

4Ce projet collectif porte en lui des contradictions virtuelles, qui peuvent, selon les cas, devenir facteur de blocage ou de dynamisme. Ces contradictions viennent du fait que ce projet, qui repose sur le postulat de la liberté, requiert la volonté de le réaliser, qu'il est mouvement de la nature vers la culture, du monde donné au monde construit. Dans la mesure où ce mouvement lui-même est considéré comme dans l'ordre du monde, il n'y a nulle contradiction entre les deux termes — dans les deux sens du mot. Mais pour peu qu'un sentiment d'extrême urgence taraude les hommes, qu'un pessimisme sourd les gagne, la volonté peut devenir volontarisme et la culture s'opposer à la nature, donnant au projet collectif des allures de tornade, où les vents ne cessent de changer de direction. Ce qui n'empêche d'ailleurs pas la tornade d'avancer...

5Qu'il soit clair en tout cas qu'en prenant l'exemple d'une ville qui, comme Pau entre 1840 et 1940, a dû sa fortune surtout à sa fonction de villégiature, je prétends traiter d'aspects centraux du projet urbain.

6Quand on observe le passé avec le recul du temps, c'est la moindre des choses de chercher dans le fatras des événements une certaine cohérence ; l'historien y arrive d'ailleurs souvent, il est là pour çà. Il est même des domaines où l'on réussit à tous les coups ce genre d'opération, car les faits semblent imposer une claire vision de leurs enchaînements ; dans le monde des politiques urbaines, c'est le cas des villes qui doivent l'essentiel de leur prospérité au séjour plus ou moins long de personnes venues d'ailleurs : stations thermales, plages, etc... Certaines sont nées de cette activité et se sont entièrement modelées en fonction d'elle ; c'est le cas le plus simple, et il ne manque pas d'études pour montrer à quel point ce type de ville est souvent conçu et effectivement bâti selon une logique claire de paysage urbain. D'autres préexistaient et ont dû modifier leur dessin pour tenir compte des nouvelles nécessités nées de la présence d'étrangers, ce qui leur a soulevé des difficultés qu'ignoraient largement les stations entièrement nées du tourisme. Mais même dans leur cas, la logique des politiques d'urbanisme apparaît claire et cohérente, quand bien même elle a donné lieu à des débats virulents, des affrontements d'intérêts soulignés par la spéculation, et des hésitations voire des volte-face. La cohérence d'ensemble tient au fait qu'ici l'urbanisme est un investissement et non une simple réponse aux besoins quantitatifs et qualitatifs nés de la croissance urbaine et des préoccupations des habitants. Un autre trait découle de cette situation : le caractère délibéré, volontariste, de la politique urbaine. Volontarisme et cohérence vont de pair.

  • 2 Michel Chadefaud. Aux origines du tourisme dans les pays de l'Adour (du mythe à l'espace : un essa (...)

7Tout cela est indéniable, et a été suffisamment dit et redit pour qu'il soit nécessaire d'y revenir. Michel Chadefaud, dans sa monumentale thèse Aux origines du tourisme dans les pays de l'Adour2, a décortiqué avec assez de clarté cette "fabrication" d'un paysage, d'un paysage urbain en particulier, conséquence elle-même de la "fabrication" d'un mythe ; il a précisément insisté sur la forte cohérence de ces démarches. Il semble en effet que l'on peut tenir les villes touristiques comme des exemples de politiques d'aménagement particulièrement volontaristes, où les édiles se sont efforcés de conformer leur cité à ce qu'ils imaginaient être les rêves de leur clients potentiels.

  • 3 Outre la thèse de M. Chadefaud, qui est de beaucoup l'ouvrage le plus détaillé sur la question, il (...)

8C'est pourtant un autre trait de ces politiques urbaines que je désire présenter ici : je voudrais, en reprenant à grands traits le cas particulier de l'urbanisme palois, suggérer que le volontarisme caractéristique de ce type de politique ne joue pas toujours dans le sens de la cohérence. Les faits auxquels je vais faire allusion sont connus de ceux qui s'intéressent au passé de Pau, car la ville a été l'objet de nombreux travaux3. C'est simplement une lecture légèrement différente de la lecture habituelle que je vais proposer. La lecture habituelle décrit la logique d'ensemble par delà les débats, les conflits d'intérêts, les hésitations, les distorsions. Je souhaite revenir à la réalité concrète, au jour le jour, ne pas me laisser emprisonner par la cohérence globale, mais voir à travers elle les contours de l'histoire réelle. Cette démarche fait entrevoir que les choses auraient pu se passer autrement ; là n'est pourtant pas l'essentiel, dans la mesure où les différences ne portent que sur les détails des réalisations : ainsi l'église Saint-Martin aurait pu être bâtie ailleurs et laisser le rebord du plateau avec la vue sur les Pyrénées à un promenoir couvert, le casino aurait pu être au centre de la ville plutôt qu'à l'est, dans le parc Beaumont, etc... Ce sont là des divergences au sein d'une même vision de la ville à créer ; souvent de simples oppositions d'intérêts poussent les uns et les autres à proposer tel ou tel emplacement. Ma démarche ne vise pas non plus à rappeler que cette vision a une histoire, c'est-à-dire que la décision de donner la priorité aux opérations destinées aux touristes ne s'est pas imposée d'un seul coup, qu'elle a eu à surmonter bien des réticences aux causes multiples, que ces réticences ont duré longtemps et que ce combat pour un urbanisme de villégiature explique bien des distorsions, voire quelques incohérences. Pierre Tucoo-Chala a développé ce point de vue et insisté sur la lenteur de la prise de conscience des Palois, mettant en valeur, a contrario, le rôle du groupe de pression des hivernants étrangers et de personnalités comme Patrick O'Quin, qui fut maire de 1860 à 1865.

9Mon propos est un peu différent. Le point de vue que je viens d'évoquer se situe dans la logique des choix d'aménagement qui l'ont en fin de compte emporté et les présente comme des évidences, résultat d'une lucidité qui, pense-t-on, serait d'abord le fait de personnalités isolées avant d'être adoptées par la collectivité. Cohérence et volontarisme vont vraiment de pair dans cette perspective. Or la lecture des débats m'a donné l'impression que ceux qui refusaient de donner systématiquement la priorité aux opérations destinées aux hivernants étaient aussi conscients des enjeux que leurs adversaires ; ils y apportaient des réponses différentes pour des raisons que je ne puis exposer toutes ici ; j'y reviendrai. Je crois donc que l'on peut présenter les choses autrement. L'idée avancée est que tout se tient de façon plus étroite encore qu'il n'y paraît, c'est-à-dire que cohérence d'ensemble et incohérences de détail sont intimement liées entre elles, toutes deux en rapport avec le volontarisme qui l'a finalement emporté. C'est un peu l'histoire de ce volontarisme que je me propose de retracer brièvement, en montrant le contexte de sa naissance, son apogée — ce qu'on peut appeler sa principale réussite, à savoir le boulevard des Pyrénées, mais aussi les distorsions dont il est porteur du début à la fin de son histoire, jusqu'aux années 1930, qui virent le déclin de la fonction touristique de Pau. C'est le concept de volontarisme que je mets au centre de ces réflexions. Le cas d'une ville qui, comme Pau, pense devoir sa prospérité à sa façon de se modeler selon les désirs de la clientèle, est certes exceptionnel de ce point de vue, mais on peut le tenir malgré cela comme exemplaire de bien des politiques urbaines.

10J'axe ces quelques réflexions sur l'aspect spécifiquement touristique de l'urbanisme palois. Je ne dirai rien de tout un pan de cette politique : l'éclairage des rues à l'huile puis au gaz, la construction de trottoirs et l'alignement des rues, l'aménagement de fontaines, puis l'approvisionnement en eau courante ; l'évacuation des eaux usées, l'infrastructure commerciale (marchés, halles), les transports interurbains (voitures de place, puis tramways), etc... Ni même de la construction et de la gestion d'un théâtre. Ce sont autant de réalisations, dont certaines furent parfois des priorités. Mais toutes s'imposaient ; elles forment le cœur même de tout l'urbanisme du xixe siècle, correspondent aux préoccupations principales des contemporains, ce qui n'empêchait d'ailleurs pas les polémiques, comme celles sur l'emplacement du marché central, qui animèrent longtemps la vie locale. Tout au plus parurent-elles à Pau plus évidentes encore que dans d'autres villes, car les riches étrangers étaient particulièrement exigeants dans le domaine de l'hygiène. Mais les souhaits des uns et des autres allaient dans le même sens.

  • 4 P. 360-366 dans Joseph Duloum, Les Anglais dans les Pyrénées et les débuts du tourisme pyrénéen (1 (...)

11Il n'en allait pas de même dans d'autres secteurs. C'est bien pourquoi les partisans de la priorité aux investissements à finalité uniquement touristique durent combattre. Leur vision des choses doit beaucoup, me semble-t-il, à ces affrontements, et d'abord, précisément, son caractère volontariste, qui, dès l'origine, en est la marque principale. Le premier de ces combats est contre la concurrence des autres stations et contre le doute, qui semble avoir taraudé les Palois, même pendant la phase d'expansion la plus dynamique du "produit touristique", qui correspond en gros au Second Empire. Il faut dire que les attaques n'avaient pas manqué ; l'une, en particulier, avait vivement touché la station, dont la clientèle principale était formée d'une importante colonie britannique : le Times avait publié à partir du 18 septembre 1858 une série d'articles très sévères mettant en cause les bienfaits du climat sur la phtisie et la tuberculose, l'insalubrité des maisons et de la ville, l'absence de distractions, les prix élevés des locations, etc...4 Une contre-attaque avait évidemment été organisée, mais les Palois ont toujours été inquiets : O'Quin écrivait le 18 novembre de la même année dans son journal Le Mémorial, qui était alors le seul publié à Pau : "Il n'est plus temps aujourd'hui de se demander si la ville n'eût pas pu choisir une industrie moins précaire et en somme plus profitable que celle des locations aux étrangers". L'annexion de Nice en 1860 raviva les craintes. À la fin du siècle, alors que Nice avait définitivement distancé Pau, c'est la concurrence de Biarritz, longtemps considérée comme un complément de Pau, qui inquiète désormais ; ainsi quand, en mars 1889, la reine Victoria, après avoir hésité, préféra Biarritz à Pau. En février 1914, présentant au Conseil municipal un plan général d'aménagement, le maire Alfred de Lassence terminait ainsi : "Si nous sommes incapables de nous décider, si nous n'avons pas confiance en nous, confiance dans la jeunesse paloise, confiance dans l'avenir de Pau, c'est la déchéance irrémédiable de la ville dont l'avenir nous est confié". Certaines des saisons précédentes avaient pourtant été particulièrement brillantes avec l'installation à Pau des premières écoles d'aviation. Mais en réalité, l'inquiétude renaissait chaque année. Il en fut de même à plus forte raison après la Première Guerre mondiale. "Il n'est plus temps de se demander", "industrie précaire", "déchéance irrémédiable", les mots sont assez explicites, même si l'on doit faire la part des choses en remarquant que ce catastrophisme affiché était susceptible d'aider à emporter l'adhésion. L'argument était sans doute outré : encore fallait-il qu'il rencontre de réelles préoccupations pour être efficace.

12Pour illustrer mon propos, je commenterai quatre temps forts de l'histoire municipale : le combat pour un promenoir couvert entre 1855 et 1860, celui pour la création du parc Beaumont en 1876-78, celui pour le boulevard des Pyrénées en 1890-91 et celui autour des grands projets de 1914 repris au lendemain de la Grande Guerre : quatre périodes particulièrement mouvementées dans une vie locale marquée par des polémiques continues et passionnées relatives aux choix d'aménagement, qui caractérisent de 1840 à 1940 la vie municipale. Il faut noter que ces débats n'interfèrent pas avec les grands combats politiques nationaux : les années 1875 et suivantes sont celles où la République s'installe en douceur mais passionnément à Pau, comme elle s'était inscrite dans les lois constitutionnelles ; et les années 1890 sont celles où elle achève de triompher. À Pau, ces combats agitèrent violemment les esprits. Or, dans le domaine de la politique municipale, des républicains et des conservateurs se retrouvaient dans le même camp et mettaient autant de cœur à débattre sur ce plan qu'ils le faisaient quand le régime politique de la France était en question. L'autonomie des questions d'urbanisme dit bien leur vigueur ; elles ne puisent pas ailleurs qu'en elles-mêmes, les passions qui animent les "combattants".

13Car il y eut combat, et ce, du début à la fin de la phase touristique de l'histoire de Pau, de 1840 à 1940. Les arguments de ceux qui, à un moment ou à un autre de cette période, s'opposèrent soit à tel projet à destination des touristes étrangers, soit à l'idée de lui accorder la priorité sur d'autres opérations, ont varié dans le temps, mais on décèle des constantes : une certaine hostilité à l'égard des hivernants pour des raisons économiques (leur présence rend la vie chère), morales (ils donnent le mauvais exemple de l'oisiveté, des jeux d'argent) ou même religieuses (beaucoup d'entre eux sont protestants) ; des arguments économiques (la véritable prospérité ne peut venir que d'activités productrices ; la fonction d'une municipalité n'est pas de se substituer aux particuliers dans l'organisation de l'accueil des étrangers), sociaux, etc... En bref, les projets ne manquaient pas pour faire face aux problèmes d'une ville en pleine mutation.

  • 5 Alain Munoz, Histoire d'une destruction et d'une reconstruction d'une église paroissiale : Saint-M (...)

14Cependant, la source de cet essor était, depuis les années 1830, la présence d'étrangers, et pour les "attirer" ou les "retenir" — on employait les deux expressions, les projets ne manquèrent pas non plus ; ils s'esquissent dès la fin des années 1840. On parle d'allées, de squares, de jardins.... Il faut distraire les hivernants : en 1849 est lancée l'idée d'un casino. Il faut les ravir : en 1855 est entreprise une promenade en bordure du plateau pour offrir le spectacle de la montagne : c'est le "boulevard du Midi" à l'ouest de la place Royale en direction du château, esquisse du futur boulevard des Pyrénées. Il faut enfin les abriter, car la clientèle est d'abord formée de malades venus à Pau recouvrer la santé, or le climat tant vanté est assez pluvieux, surtout en comparaison des stations méditerranéennes concurrentes : et c'est le rêve de promenoir couvert, celui qui suscita le plus de controverses, car il était indispensable de lui réserver une place sur la bordure méridionale du coteau face à la fameuse vue sur les Pyrénées. Il paraît à beaucoup le remède miracle pour retenir la clientèle. Son cas est, me semble-t-il, exemplaire à plusieurs égards. Le promenoir couvert entra en effet en concurrence avec un projet d'une tout autre nature, celui de la reconstruction de l'église principale de la ville, l'église Saint-Martin. Ce fut une des querelles les plus vives d'une histoire urbaine riche en conflits de cette nature ; elle agita les esprits de 1850 à 1864. Le Conseil municipal examina différents projets pour l'église, que l'on voulait "digne d'une préfecture", et "de la taille d'une cathédrale", quoique Pau ne fût pas le siège d'un évêché. Presque tous situaient le bâtiment en bordure du coteau, sur un site proche de celui de la vieille église en ruines. Cela mettait l'église en concurrence directe avec le projet de promenoir couvert, dont P. O'Quin s'était fait le défenseur acharné. Il finit par arracher la mairie à Jean-Baptiste Castetnau, qui venait de trancher en faveur de l'église selon le vœu de la majorité des Palois — je rappelle que les maires étaient désignés par le pouvoir, bloqua autant qu'il put la décision déjà prise, et dut s'avouer vaincu5… Son combat n'avait réussi qu'à tout retarder ; la "société civile" l'emporta sur ceux des notables qui pensaient avant tout à la satisfaction de la clientèle étrangère ; l'église eut donc la priorité à la fois dans l'espace — le site sur le rebord du plateau — et dans le temps. En réalité, ce fut plus qu'une priorité, car le promenoir couvert ne vit jamais le jour.

15On peut s'attarder un moment sur l'affaire, car le promenoir couvert est le type même de remodelage artificiel, le comble, pourrait-on dire, de l'urbanisme de villégiature, un exemple de rêve conciliant des désirs apparemment divergents : d'ouverture par l'espace réservé à la marche et la vue dégagée sur un vaste horizon porteur de rêves, et de fermeture par la protection qu'il assure contre le froid et la pluie en modifiant le climat. Il est le prototype discret des phantasmes artificialistes de gigantesques serres permettant la vie sur des planètes sans atmosphère, l'image en réduction d'un aménagement volontariste. Les termes dans lesquels ses partisans l'évoquent ne laissent pas de doute à ce sujet. Or parmi les raisons de son ajournement, il en est une qui me paraît essentielle : la signification de l'église Saint-Martin aux yeux des Palois. Elle est la paroisse mère, la seule même jusqu'en 1803 ; force est de constater qu'elle "parlait" davantage aux habitants qu'un projet de promenoir couvert, qu'il fallait d'abord aux Palois "trouver leurs marques" avant de proposer quoi que ce soit à des étrangers. Il fallut une image plus forte que celle qu'offrait le promenoir. Pour reprendre un vocabulaire connu, non seulement la valeur d'usage de l'église l'emportait sur celle du promenoir, mais sa valeur d'image était très supérieure. Précisons qu'au même moment, l'autre église paroissiale, Saint-Jacques, fut édifiée à grands frais, très vaste elle aussi et dans le même style néogothique ; entre 1868 et 1871, toutes deux furent achevées.

  • 6 P. Tucoo-Chala, op. cit., p. 103-120.

16Les temps sont mûrs désormais pour une autre politique. Les Palois s'étant définis et affirmés par l'édification des lieux de culte, l'opinion, tout au moins ce qu'on peut appeler de ce nom en fonction des données dont on dispose, commence à accepter que la municipalité engage des dépenses importantes pour offrir aux étrangers des espaces de loisirs et se donner à elle-même l'image d'une ville verte et aérée. Et pourtant, tout est combat, là encore, oppositions farouches. Autrement dit, la tentation de forcer le destin est toujours présente ; avec les mêmes résultats paradoxaux. De même qu'en s'accrochant à tout prix à l'idée d'un promenoir couvert, Patrick O'Quin avait été à l'origine du blocage des opérations et, peut-être, à terme, de l'échec du promenoir, de même le maire Aristide de Monpezat, par l'achat de la propriété dont on allait faire le parc Beaumont, retarda des réalisations que lui-même et tous les partisans d'une politique délibérément tournée vers les besoins du tourisme jugeaient urgentes. Ayant appris qu'un vaste domaine d'une douzaine d'hectares était à vendre à l'extrémité orientale du coteau, il engagea l'affaire de sa propre autorité6. La bataille fit rage durant l'année 1877 ; une enquête publique donna un millier de réponses, dont 57 % furent favorables à l'achat, pourcentage réduit à 53 % en en excluant des membres de la colonie étrangère qui avaient voté. Or, à un moment où il fallait aussi financer l'achèvement des réseaux d'égouts et d'eau, l'opération nécessita un très gros emprunt et obéra longtemps les finances municipales. Le paradoxe est que cet achat compliqua énormément les choses : car il laissait entrevoir la création d'un espace de loisirs, rival de celui qui existait déjà autour de la place Royale. La rivalité des deux espaces fit disperser les investissements : deux petits casinos furent installés, deux kiosques construits... La décision définitive sur la construction d'un véritable casino fut repoussée d'autant, et l'on peut aussi penser que l'affaire a enterré sans appel le vieux projet de promenoir couvert. Le domaine Beaumont fut pendant près de vingt ans si manifestement sous-utilisé, que l'on songea à le lotir. Et le tout fut l'œuvre de ceux-là mêmes qui jugeaient urgents les équipements en question !

  • 7 P. 95 dans Raymond Ledrut, Les images de la ville, Paris : 1973, 390 p.

17La querelle du boulevard des Pyrénées est l'épisode le plus connu de l'histoire contemporaine de Pau, et le boulevard lui-même est devenu, après le Château, l'emblème de la ville7… L'intérêt de l'épisode vient du fait que la population paloise fut alors consultée par le moyen du suffrage universel et non par une simple enquête publique. Cela eut lieu en janvier 1891. Depuis deux à trois ans, le Conseil municipal était paralysé par des conflits internes au sujet du projet de construction sur toute la bordure du coteau d'un boulevard offrant à tous la vue tant vantée sur la montagne. Un tel remodelage de la partie méridionale de la ville devait lui donner une image de marque prestigieuse et lui permettre de faire jeu égal avec, par exemple, Nice et sa promenade des Anglais. Le maire Henri Faisans voulut donner une priorité absolue à ce projet, quitte à lui sacrifier l'élargissement, bien peu coûteux en proportion et souhaité par le quartier nord, d'une rue menant au nouveau marché. Une fois de plus, se manifestait le volontarisme né des combats précédents et du sentiment d'urgence. Républicains et conservateurs étaient en pleine bagarre politique par ailleurs, mais chaque clan se divisa sur la question ; le Conseil municipal, lassé de l'acharnement de ses propres querelles, démissionna d'un bloc pour retourner devant l'électeur, et des listes rivales se constituèrent, indépendamment des options idéologiques, sur la seule question du boulevard, déjà fameux par là même. La nouveauté vient de la réponse des Palois : à une large majorité, ils choisirent le boulevard : les "boulevardiers" obtinrent presque trois fois plus de voix que l'autre liste. Le boulevard, pourtant, fut ignoré des Palois ; pendant trente ans, il ne fut relié à la ville qu'à ses deux extrémités ; il fut alors comme un monde relativement clos, destiné à la seule colonie étrangère. En somme, si sa valeur d'usage fut, pour les Palois, quasiment nulle, sa valeur d'image fut, à leurs yeux, évidente, et cela leur suffit. On parla de "pacte municipal" pour désigner la coalition victorieuse, dont les membres, tel le maire et son grand adversaire Alfred de Lassence, "avaient su faire taire leurs divergences pour le bien de la communauté". Le pacte municipal servit longtemps de référence aux Palois ; dans les années 1934 et suivantes, il était encore, à Pau, invoqué pour servir de modèle au peuple français, qui était en train de se diviser profondément !

18Il n'est pas évident, cependant, que le pacte ait été aussi bénéfique que le porte à croire le souvenir qu'il a laissé. Tout se passe comme si les Palois avaient massivement choisi une image de leur ville, de la même façon qu'ils avaient choisi trente ans plus tôt l'église contre le promenoir couvert. Comme pour l'église, c'est une image dont ils pouvaient se faire facilement une idée, car il en existait déjà une esquisse, le boulevard du Midi. Mais, à la différence de l'église, ce n'était qu'une image, sans usage. Le contexte, enfin, cristallisa dans les esprits une association d'idées entre l'entente d'hommes et de partis jusqu'alors très hostiles l'un à l'autre, entre, donc, un acte d'harmonie sociale et un projet grandiose, qui modifiait nettement l'image de la cité : le volontarisme municipal y trouva une consécration spectaculaire. Et cela n'est peut-être pas étranger aux événements qui suivirent ; quand de nouvelles crises et de nouvelles fractures surgirent par la suite, on eut tendance à chercher dans le simple fait de lancer un grand projet un remède d'ensemble, dont on croyait avoir testé l'efficacité.

19Car l'entente née du pacte municipal ne dura pas, et des projets concurrents, de nouveau, s'opposèrent, portant notamment sur l'emplacement et la nature du grand casino à offrir enfin à la colonie étrangère, dont on craignait toujours la défection, cependant que ne désarmaient pas ceux qui refusaient l'idée même d'un casino. Le maire Henri Faisans avait imposé la construction du Palais d'Hiver, qui abritait un casino, contre l'avis d'Alfred de Lassence, qui souhaitait porter l'animation dans le vieux centre, du côté de la place Royale, ou de la Nouvelle Halle et de la Préfecture. C'est ce qu'il proposa, à la veille de la Grande Guerre, quand il devint maire à son tour ; ses projets de 1910-14, propulsés comme toujours par l'angoisse de l'avenir, prévoyaient un remodelage radical, complexe et fort coûteux du centre. La guerre les arrêta et ses successeurs en reprirent une partie, sans réussir à les mettre en chantier ; des scandales financiers nées de spéculations répétées agitaient l'opinion dans un contexte de crise latente des activités nées du tourisme. Lassence revint en 1927 à la tête de la cité et crut pouvoir une fois de plus relancer la prospérité par de grandes réalisations. De l'achèvement en 1928 de la voie ferrée internationale du Somport il attendait un afflux de touristes espagnols, et tenait à ce que tout soit terminé avant l'ouverture de la ligne. On sait ce qu'il en advint : la faillite du nouveau Casino et celle du nouveau grand hôtel d'Aragon. Le plus étonnant est que le maire dut, pour aboutir, accepter en toute hâte les propositions de deux hommes d'affaires et, en installant le Casino au milieu du parc Beaumont à l'emplacement du Palais d'Hiver, qu'il fit détruire, présida ainsi à l'achèvement d'une géographie urbaine qu'il avait toujours combattue jusque-là. Le volontarisme n'en était pas, à Pau, à un paradoxe près.

20Son histoire ne s'arrête d'ailleurs pas là. En pleine crise municipale, en 1928, un plan général d'urbanisme avait été commandé à un architecte connu, Jaussely. Il dessina un plan, qui resta dans les cartons et que Michel Chadefaud a analysé : une ville verte et aérée, toute en allées courbes, une ville destinée aux loisirs et comme fermée sur elle-même, sur son bonheur. Signe étonnant de cette fermeture, un grand axe légèrement courbé et de direction sud-ouest nord-est la partageait, qui débouchait sur le bois de Pau, c'est-à-dire sur une sorte de cul-de-sac vert, hors de tout axe de circulation, à mi-chemin entre les routes de Bordeaux et de Tarbes. Or, après la Seconde Guerre mondiale, alors que l'accueil des curistes et touristes avait cessé d'être la raison d'être de Pau, la municipalité Sallenave centra autour de cet axe, devenu cours Lyautey, la croissance de la ville, puis André Labarrère continua dans la même voie en choisissant de faire déboucher là l'accès à l'autoroute, préférant une seule sortie d'autoroute aux deux sorties prévues à proximité des routes de Bordeaux et de Tarbes, accès naturels car utilisés depuis longtemps. Comme si s'imposait de lui-même un choix effectué dans une optique autre, à un moment, d'ailleurs, où cette optique elle-même était déjà périmée. Comme si le volontarisme se suffisait à lui-même, se justifiait encore, cette fois en dehors de tout ce qui avait momentanément pu l'expliquer.

21Les réflexions qui précèdent n'invalident en rien, évidemment, la vision couramment admise d'une logique et d'une cohérence des politiques urbaines dans les cas des stations de villégiature. Elles prétendent simplement suggérer que les configurations urbaines nées de ces logiques, en visant à conformer la ville à des rêves de vie heureuse, valorisent beaucoup les possibilités qu'aurait l'homme de modeler le cadre de vie. L'artificialisme est au bout de cette démarche, partie pourtant d'un hommage à la nature. Et pour peu qu'elle rencontre des obstacles sur son chemin, et qu'elle s'accompagne d'inquiétude et de doutes sur son efficacité, cette démarche crée peu à peu une attitude volontariste porteuse de cacophonies. On ne peut se contenter de mettre toujours ces dernières sur le compte d'un prétendu blocage des mentalités, qui ferait méconnaître les véritables intérêts de la communauté, jusqu'au moment, parfois bien tardif, où les plus lucides, longtemps isolés, parviennent à faire triompher leurs vues. Les opposants à une politique municipale trop exclusivement orientée vers le service de la colonie étrangère avaient tout autant que leurs adversaires conscience de l'enjeu et de la fragilité de la prospérité, puisque c'est précisément cette fragilité qui les poussait à ne pas vouloir mettre tous les œufs dans le même panier. Quand on relit de près les débats d'alors, il est clair qu'aucune position n'est plus évidente qu'une autre. Projets contre projets, les plus simplistes l'emportèrent, et leur victoire donne après coup une impression de cohérence à leurs choix. L'historien, qui écrit l'histoire, ne doit pas être dupe de ceux qui, l'ayant emporté — momentanément, bien sûr —, croient avoir, seuls, fait l'histoire.

22Qu'il soit clair qu'il n'est pas dans mon propos de donner une image négative des incohérences des politiques urbaines. Elles participent de la vie, comme la cohérence. Si l'historien doit décrire le passé sans être dupe des vainqueurs de l'histoire, il doit encore moins s'instaurer lui-même à son tour en juge — donc en véritable vainqueur — en étant dupe de sa prétendue lucidité. Pas plus que quiconque, il ne peut dire ce qui se serait passé si ce qui s'est passé ne s'était pas passé. Qu'il décèle des incohérences là où d'autres voient une logique d'ensemble, ou qu'au contraire il lise une logique d'ensemble dans le fatras des événements, il se contente de décrire les formes de la vie Mais la leçon pratique que doivent en tirer les aménageurs n'est pas évidente, si ce n'est un peu plus de modestie et de prudence.

Notes

1 La remarque en a été faite, notamment, par Jacques Ellul, qui note que "c'est d'ailleurs une des différences majeures entre la théologie judéo-chrétienne et la plupart des mythes religieux qui pensent qu'à la fin des temps, on va retrouver la même chose : l'état d'Eden des origines". Citation p. 163 dans Patrick Chastenet : Entretiens avec Jacques Ellul. Paris : 1994, 209 p.

2 Michel Chadefaud. Aux origines du tourisme dans les pays de l'Adour (du mythe à l'espace : un essai de géographie historique), Pau : 1987, 1010 p.

3 Outre la thèse de M. Chadefaud, qui est de beaucoup l'ouvrage le plus détaillé sur la question, il faut citer Pierre Tucoo-Chala : Pau ville anglaise, Pau : 1979, 228 p., et Michel Papy : L'urbanisme palois aux xixe et xxe siècles (1790-1970), p. 59-118, dans Pau, du château à la ville, Pau : 1989, 135 p. et Les mutations des deux derniers siècles, p. 163-303 dans Histoire de Pau (sous la dir. de P. Tucoo-Chala). Il existe aussi bien des travaux dactylographiés sur le sujet ; un des plus remarquables, qui est aussi un des premiers à avoir traité d'une période clé de l'urbanisme palois est le mémoire de maîtrise de Claude Gaudon : Le plan Alphand, le boulevard des Pyrénées à Pau, Bordeaux, s.d. [c. 1956].

4 P. 360-366 dans Joseph Duloum, Les Anglais dans les Pyrénées et les débuts du tourisme pyrénéen (1732-1896), Tarbes : 1970, 609 p.

5 Alain Munoz, Histoire d'une destruction et d'une reconstruction d'une église paroissiale : Saint-Martin de Pau, thèse de 3° cycle, Pau, 1987.

6 P. Tucoo-Chala, op. cit., p. 103-120.

7 P. 95 dans Raymond Ledrut, Les images de la ville, Paris : 1973, 390 p.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search