Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Villes en projet(s) : cas étrangers

Plan stratégique de revitalisation et projets urbains de Bilbao

Pierre Laborde

Texte intégral

1Bilbao se trouve aux prises avec des problèmes graves, nés de la crise économique, qui l'a durement touché. Une sérieuse reconversion, et une réorganisation d'un territoire urbain, qui n'offre plus qu'une image médiocre en raison de son passé industriel et portuaire, s'impose. Soucieux de préparer le Bilbao du xxie siècle, et de lui redonner un rôle au premier rang des métropoles espagnoles qui était le sien et qui, pour différentes raisons, a récemment diminué, une Association pour la revitalisation du Bilbao métropolitain, Bilbao-Metropoli 30 est constituée le 9 mai 1991. Elle a pour but de mettre en chantier un plan stratégique, comme Barcelone a établi le sien en 1989. La société Andersen Consulting Plan est alors chargée de dresser ce document. Comme pour le Strategic plan de San Francisco de 1980, elle utilise les pratiques de la planification des entreprises privées.

  • 1 L'équivalent du Conseil Général.

2Conscient de l'ampleur de l'entreprise et de la complémentarité des intérêts, les administrations de l'État espagnol (comme elles sont intervenues à Barcelone pour les Jeux olympiques et à Séville pour l'Exposition universelle de 1992), le gouvernement basque (décidé à renverser une situation difficile et soucieux d'avoir une forte métropole pour stimuler sa croissance et la relance de son économie), la Députation forale1 de Biscaye et la ville de Bilbao créent, en octobre 1992, la Sociedad Bilbao-Ria 2000 pour définir les actions à programmer et pour mener à bien les opérations envisagées. Le capital de cette société anonyme est réparti entre ces différents partenaires publics : le gouvernement basque (16,5 %), la Députation forale de Biscaye (16,5 %), la ville de Bilbao (16,5 %), le Port autonome (10 %), la renfe ou société des chemins de fer espagnols (10 %), la feve ou société des chemins de fer basques (5 %) et l'État, par l'intermédiaire de l'Instituto Nacional de Industria ou ini (5 %) et de la Sociedad estatal de promocion y equipamiento de Suelo ou sepes (20 %).

Une métropole industrielle et tertiaire

3Les transformations économiques, politiques et sociales des dernières années ont fortement secoué Bilbao comme toutes les villes de grande tradition industrielle. Son développement, fondé sur quelques secteurs traditionnels (sidérurgie, construction navale, chimie lourde, etc…), aux gros besoins en main-d'œuvre mais de faible niveau technologique et très dépendant du marché national, a précipité l'aire métropolitaine dans une profonde crise. Elle s'est trouvée accentuée par la concurrence de nouveaux pays et l'ouverture du marché espagnol à l'extérieur.

4La manifestation du déclin de Bilbao et de son agglomération est évidente à la fois dans le tissu social comme dans le tissu urbain. Alors que la situation était proche du plein emploi dans les années 1960 et 1970, la perte de la main-d'œuvre industrielle a été de 37 % de 1976 à 1985. En 1986, le chômage atteint 25,8 % puis descend à 18 % en 1989 grâce à une reprise économique pour revenir à 21,4 % en 1991. À cette montée spectaculaire du chômage s'ajoute un courant d'émigration qui succède à une phase d'expansion démographique énorme durant les années 1960 et 1970 qui voient affluer un grand nombre d'immigrants. L'évolution devient négative à partir de 1981 mais les pertes commencent à diminuer : - 5 617 en 1987 et - 3 951 en 1990.

5Bien que la crise ait été tardivement reconnue car localement on avait du mal à imaginer son ampleur, la reconversion industrielle est presque achevée. Elle n'est pourtant pas suffisante car l'industrie reste peu diversifiée et les investissements ont été plus faits pour rénover et restructurer les entreprises industrielles existantes que pour faciliter la création de nouvelles industries. En outre, la présence sur les marché extérieurs n'a guère progressé. L'incorporation et le développement de services supérieurs et de technologies nouvelles dans l'industrie et l'investissement en R+D restent encore déficients. La métallurgie demeure encore privilégiée même si d'autres branches commencent à s'intéresser à la recherche (chimie, machines non électriques et matériel électronique).

6Plus grave est l'insuffisance du développement des services productifs (marketing, publicité, informatique..) qui peut s'expliquer par l'obsession de l'industrie et l'idée tenace du caractère improductif des services. Bilbao a perdu une partie de son influence au profit de certaines villes voisines, Pampelune et Vitoria ayant bénéficié d'implantations tertiaires de portée supraprovinciale. Les services financiers, marchands, maritimes et d'ingénieries, jusque-là importants ont, eux aussi, diminué. Ainsi, Bilbao, qui est le siège de la Banco Bilbao Vizcaya, la seconde banque privée espagnole, n'a pu empêcher la délocalisation de services centraux sur Madrid, mais c'est aussi une évolution générale pour les établissements bancaires des autres villes espagnoles. Le déplacement à Madrid du siège d'Iberduero, une des plus importantes sociétés espagnoles de production d'électricité est aussi une perte de son pouvoir de décision comme, précédemment les prises de participation de l'ini dans certaines de ses industries.

7Historiquement, Bilbao est la métropole par excellence du nord de l'Espagne. Dans les années 1970, elle est la troisième métropole industrielle du pays après Madrid et Barcelone et elle possède des attributs internationaux et distribue des services bien au-delà de la région bascocantabrique. Depuis, elle a perdu une partie de son rang et n'a plus qu'un rayonnement limité mais elle demeure à la première place dans le nord du pays. Non seulement, elle souffre de la forte concurrence actuelle des deux autres métropoles nationales mais ses difficultés l'ont faite régresser à la quatrième ou à la cinquième place des métropoles régionales d'Espagne.

8Ne pouvant plus accepter de présenter une image de ville industrielle et souhaitant devenir une métropole européenne, Bilbao a choisi la culture comme vitrine internationale. Elle veut, ainsi, rattraper son retard sur des cités d'importance comparable telle que Glasgow qui a fait un remarquable effort dans ce sens.

  • 2 Cette réalisation intéresse tout particulièrement l'hôtellerie de luxe de Biarritz qui, il ne faut (...)

9La personnalité culturelle attendue doit principalement venir de la construction d'un musée d'art contemporain de prestige international. C'est ainsi qu'a été signé un accord avec la Fondation Guggenheim de New York, une des plus importantes du monde pour la diffusion de la culture. L'édifice, de pierre et d'acier dont l'ouverture est prévue en 1997, doit permettre d'identifier Bilbao et le Pays basque, et favoriser le développement touristique en devenant un centre de rencontre artistique et culturel obligé en Europe2. Bilbao compte, en effet, s'intégrer dans les circuits culturels internationaux de grand prestige en offrant une concentration unique d'art moderne et contemporain.

10Ce choix repose sur l'idée que la culture peut vraiment contribuer à l'économie d'une ville comme à stimuler la confiance des citoyens dans le propre potentiel de développement de leur cité. La culture peut apporter de nouveaux emplois et être un facteur d'amélioration de la qualité de vie et d'attraction pour des ressources humaines hautement qualifiées, voire, en relevant l'image de la ville, attirer des investisseurs et des touristes.

  • 3 Deux sont privées et dirigées par les Jésuites (l'Université de Deusto et l'Université Commerciale (...)

11À cette œuvre majeure, le plan prévoit l'édification d'un centre culturel, d'un palais des congrès, auditorium et opéra, de deux musées (maritime, de sciences et techniques), d'un stade olympique et l'extension de 50 % des installations du palais des foires-expositions. Bilbao, qui est le premier centre d'exposition industriel du pays, entend effectivement promouvoir des manifestations dans d'autres domaines. Le plan de revitalisation préconise aussi de développer les ressources humaines, d'investir dans ses trois universités3, et d'encourager les études techniques et d'entreprises plutôt que les sciences humaines ; enfin, de donner une grande place à la formation professionnelle comme à la formation permanente.

12Malgré la chute de l'emploi consécutive à la crise, Bilbao a, donc, encore d'importantes capacités de réaction. Elle demeure un des grands foyers industriels espagnols. Quelques initiatives récentes telles que la création du parc scientifique de Zamudio, l'installation de l'Institut européen de Software, qui peut permettre de relancer une dynamique fondée sur les hautes technologies, et de l'Agence européenne d'Hygiène et de Sécurité dans le Travail en témoignent. Elle conserve des possibilités d'expansion et de développement grâce à une population encore jeune et un potentiel démographique global de près d'un million d'habitants.

13Bilbao cherche donc à réparer ses faiblesses et à se convertir en une métropole moderne de services dans une région industrielle moderne. Elle veut renforcer son influence sur l'économie régionale et conserver son caractère suprarégional.

L'amélioration des infrastructures

14La compétitivité et la centralité d'une métropole moderne se déterminent aussi par son positionnement dans les systèmes de communications et par la qualité de sa mobilité interne. Le plan prévoit donc de nouvelles infrastructures pour améliorer la circulation à l'intérieur de l'aire métropolitaine et son accessibilité avec l'extérieur.

15Héritées de l'époque du décollage industriel et de l'insuffisance de la planification durant la période de plus fort développement urbain, les infrastructures ne sont plus adaptées aux nécessités actuelles. En retard par rapport à la croissance économique, elles ont même un impact négatif sur l'espace urbain. Il n'existe qu'un seul pont entre Bilbao et la mer ; quant aux chemins de fer, ils appartiennent à plusieurs compagnies. La largeur des voies est parfois différente et des connexions manquent.

16Trois projets sont prioritaires pour assurer la meilleure desserte possible de l'espace métropolitain : établir un métro, organiser une plateforme multimodale et créer un Super-Port. L'amélioration des routes et l'achèvement d'une rocade, qui compléterait celle qui existe au sud, ne sont pas pour autant négligés.

17Le métro a pour but de conduire un véritable projet urbain pour faciliter l'accès de tous à la ville-centre et rééquilibrer ainsi le centre et la périphérie. Il constitue la colonne vertébrale du transport dans l'aire métropolitaine. Deux lignes, dont les caractéristiques se rapprochent de celle d'un rer, sont prévues sur 41 km de distance, l'une de Plencia à Basauri l'autre de Santurce à Basauri, avec un tronçon commun de 10,5 km dans la traversée de Bilbao où il est souterrain. Commencé en 1988, le métro a été mis en service à la fin de 1995.

18La transformation de la gare d'Abando en un véritable terminal de voyageurs doit doter Bilbao d'un complexe intermodal réunissant la gare de chemin de fer (pour le trafic national et de banlieue), une gare d'autobus, le métro, des parkings (60 000 m2) auxquels s'ajoutent des bureaux (25 000 m2), des locaux commerciaux (10 000 m2) et culturels (5 000 m2). Le tout pour une superficie de 252 000 m2 est encore à l'état de projet.

19L'histoire de Bilbao ne peut être séparée de celle de son port qui, pendant très longtemps, a été sa raison d'être et sa source principale de prospérité comme moteur du développement commercial et industriel. Cependant, des changements se sont accélérés au cours des dernières décennies en liaison avec les nouvelles technologies de transport maritime et la désindustrialisation.

20Le port déménagea une première fois avec la mise en service en 1968 des quais du canal de Deusto qui a récupéré le trafic des vieux quais de la ville, puis le gros du trafic s'est déplacé vers l'aval. Le port extérieur d'Abra, aménagé derrière une grande digue construite dès 1894 mais pourvu de nouveaux quais seulement dans les années 1960, devient le meilleur port de la côte cantabrique et un des meilleurs sites d'Espagne. Cette évolution a libéré les zones portuaires de la Ria et Bilbao peut, ainsi, disposer de sols d'une grande valeur stratégique pour son réaménagement. Dés 1971, débutèrent les travaux du Super-port, avec la construction de la grande digue de Punta lucero de 5 km de long qui permet de recevoir des bateaux de 32 m de calaison et d'un tonnage supérieur à 500 000 t. Cette nouvelle zone permettra d'aménager 3,5 millions de mètres carrés de terrepleins et 8 km de quais, triplant ainsi la superficie actuelle. Les aménagements ont commencé, en 1991, à l'ouest et progressent.

21Si le Port constitue toujours le principal atout économique de Bilbao et demeure l'élément essentiel pour la transformation et l'essor économique de l'aire métropolitaine, il ne peut vraiment fonctionner que s'il est convenablement relié avec l'extérieur. C'est le prix nécessaire pour conserver sa place de premier port espagnol. Les liaisons par autoroutes sont commodes excepté, mais plus pour très longtemps, vers la Cantabrie. En revanche, l'insuffisance des caractéristiques du réseau ferroviaire est dramatique. Sa modernisation est indispensable pour réduire le temps de déplacement des cargaisons de Bilbao vers la Méditerranée et maintenir l'avantage de la position sur l'Atlantique. Le raccordement à un réseau tgv s'impose a fortiori et le gouvernement du Pays Basque s'active pour obtenir satisfaction mais il doit compter avec l'État espagnol dont les projets ne concordent pas totalement. Il est vrai que, dans la perspective européenne, celui-ci paraît préférer l'axe méditerranéen. Pourtant, Bilbao et le Pays Basque, qui se trouvent loin des grands axes de développement économique, doivent impérativement résoudre ce problème essentiel des infrastructures et de l'accessibilité avec l'extérieur.

22L'achèvement du Super-Port, l'amélioration des voies de communication, l'agrandissement de l'aéroport et la modernisation d'un nouveau terminal, pas encore entamé, devraient s'accompagner d'une augmentation des liaisons internationales.

La revitalisation du tissu urbain et du cadre de vie

23Un des facteurs déterminants de la capacité d'une métropole pour devenir un foyer d'attraction d'investissements et de ressources humaines qualifiées, est d'offrir un cadre de vie de qualité. Or, la dégradation du tissu urbain et la détérioration de l'environnement de l'aire métropolitaine résultent de la superposition des industries et de l'habitat. Ce mélange provient des contraintes de la topographie qu'un manque de planification spatiale a accentué.

24Effectivement, l'industrie lourde et les installations portuaires annexes s'installèrent sur les sols plats des terrasses, bordant la ria, sur une quinzaine de kilomètres, et jouissant d'un accès direct au fleuve. Des quartiers ouvriers très denses se sont constitués à proximité.

25Le résultat est un tissu chaotique et une forte congestion sur les deux rives de la ria (figure 1). Celle-ci crée une coupure physique qui a aussi un caractère social. Sur la rive gauche, se déroule la masse urbaine de la ville-centre de Bilbao, en amont, les quartiers mixtes d'habitat et d'industries de Basauri, et vers l'aval, de vastes étendues industrielles mêlées à de l'habitat à forte prédominance ouvrière à Baracaldo ; au-delà, la présence de l'industrie est, à Portugalete et à Santurce, moins obsédante et la population moins pauvre. Sur la rive droite, au niveau de Bilbao, le casco antiguo ou noyau initial, des faubourgs assez pauvres et de grands ensembles résidentiels pour la classe moyenne (Deusto) puis, en aval, un secteur d'industries et d'habitat ouvrier et à l'embouchure de vastes zones résidentielles peuplées par les classes aisée et moyenne, qui se prolongent de plus en plus en front de mer vers Plencia. C'est ainsi qu'existent souvent une réelle segmentation sociale et des poches de marginalisation, une forte inégalité en matière de localisation des services sanitaires et éducatifs. Par ailleurs, ces distributions rendent obligatoires d'intenses migrations internes entre le centre et la périphérie.

26Bilbao souhaite résoudre la progressive détérioration de son fonctionnement afin de présenter une image plus positive et d'attirer de nouvelles entreprises. Pour se débarrasser de sa mauvaise image, la restructuration spatiale de l'ensemble de l'aire métropolitaine, la restauration d'une meilleure qualité de vie et la revitalisation sociale et économique sont envisagées dans le plan stratégique.

27L'aire métropolitaine se trouve coupée par la Ria, une formidable barrière d'installations industrielles et portuaires périmées et un dense réseau de voies ferrées. Le projet est de faire de la Ria l'axe de l'agglomération afin d'assurer l'intégration entre les deux rives et les différents noyaux de peuplement, c'est-à-dire entre la concentration dans la ville-centre et la constitution de quartiers périphériques éloignés.

28Prioritairement, il est donc nécessaire de récupérer le tissu urbain, de réhabiliter les quartiers existants, les plus anciens en particulier, et de reconvertir les secteurs dégradés. Le plan stratégique prévoit, en outre, la construction de logements de qualité, l'édification d'équipements collectifs sanitaires, culturels et sportifs, l'aménagement de parcs et d'espaces verts, jusqu'ici très inégalement répartis.

  • 4 La société française Degrémont a son siège social à Bilbao.

29À cette préoccupation de corriger les segmentations et les déséquilibres, s'ajoute l'obligation de réduire la sérieuse dégradation de l'environnement. La Ria est, en effet, très polluée parce que le Nervion et ses affluents sont les collecteurs des installations industrielles et urbaines, recevant et charriant une grande quantité de liquides résiduels. La pollution atmosphérique est également grave à cause de l'accumulation des industries lourdes et du manque d'équipements dans les plus polluantes. De plus, les facteurs topographiques et climatiques aggravent la situation : l'encaissement de la vallée entre de hauts reliefs s'élevant de 250-300 m à plus de 500 m, son ouverture aux vents dominants du N.O. et sa fermeture au S.E. favorisent la stagnation de l'air contaminé. La sensibilisation croissante de la société à la dégradation physique du milieu et à ses effets sur la qualité de vie actuelle et future explique la mise en œuvre d'un programme d'assainissement des cours d'eau, de contrôle et de gestion de la qualité de l'air et de l'eau, de gestion et de traitement des résidus urbains. En réalité, une certaine amélioration est sensible depuis quelques années4.

Figure 1 – L'utilisation du sol dans l'agglomération de Bilbao

Figure 1 – L'utilisation du sol dans l'agglomération de Bilbao

30Mais des difficultés demeurent. Outre la difficile maîtrise foncière, elles proviennent surtout du manque de gestion collective au niveau de l'aire métropolitaine. Cet espace de grande complexité, comme nous venons de le voir, est formé de Bilbao qui contient environ 400 000 habitants et d'une vingtaine de "municipes" qui représentent près de 500 000 habitants. Si, en 1946, avait été créée la Corporation administrative du Grand Bilbao d'où sortit en 1961 un Plan d'Aménagement, celle-ci a été supprimée en 1980 par le gouvernement du Pays Basque. Aujourd'hui, l'unité de décision politique fait défaut (les mairies, la députation forale et le gouvernement ont leur mot à dire) et il n'existe aucune coordination et aucune administration publique — hormis en matière de gestion de l'eau pour laquelle existe le Consorcio de aguas del Gran Bilbao — n'a un pouvoir de gestion sur l'ensemble de l'aire métropolitaine.

Le projet urbain d'Abando-Ibarra et de la variante Sur

31La revalorisation de l'image de Bilbao repose principalement sur la transformation d'espaces industriels et portuaires, jusqu'ici isolés, en espaces urbains intégrés au centre-ville. Comme toutes les métropoles ayant des fronts fluviaux et portuaires, Bilbao s'engage dans un tel processus (figure 2).

32Bilbao se lance dans l'aménagement d'ensemble de la zone de Abando-Ibarra, bande de terre placée le long de la rive gauche de la ria au contact du centre de la ville. Elle correspond à l'emplacement des anciens chantiers de construction navale et à des installations ferroviaires. La Renfe, la Feve et le port apportent leurs terrains, l'ini ceux d'Eskualduna, propriété des Astilleros españoles, et le gouvernement basque prend en charge leur démolition, qui est en cours, et la regénération des sols industriels.

33Le projet vise à la réorganisation du centre urbain et à l'amélioration de son image grâce à une grande exigence de qualité architecturale. Celle-ci se voit à l'intervention d'architectes de renommée internationale ; ainsi, les stations de métro sont dessinées par Norman Foster, architecte britannique, auteur du centre d'art contemporain de Nîmes et du troisième aéroport de Londres, le terminal d'Abando est l'œuvre de l'architecte M. Wilford qui a travaillé pour Stuttgart, Venise et Londres. D'autre part, la ville de Bilbao a organisé un concours international pour la transformation de la zone d'Abando-Ibarra. 112 équipes ont répondu et 48 projets ont été déposés. Ce sont les plans d'un architecte américain César Pelli qui ont été retenus.

Figure 2 - Les projets urbains de Bilbao

Figure 2 - Les projets urbains de Bilbao
  • 5 Il s'agit du quartier de Bilbao qui correspond à un plan d'extension au tracé orthogonal de 1876. (...)

34Cette nouvelle aire, qui mesure 31 ha, recevra des équipements socioculturels. Deux édifices emblématiques sont prévus : le musée Guggenhein (en cours de construction sur les plans de l'architecte Frank Gehry, architecte nord-américain, auteur du musée aérospatial de Californie), et le palais des Congrès et de la Musique (architectes : F. Soriano et D. Palacios). Pour devenir le secteur tertiaire qu'une métropole se doit d'avoir, la création d'un nouveau centre d'affaires est prévue sur le modèle de la Cité internationale de la Tête d'Or de Lyon. Ce cbd doit comprendre environ 100 000 m2 de bureaux, 40 000 m2 de commerces, 30 000 m2 de logements et 20 000 m2 d'équipements et 100 000 m2 d'espaces verts, soit, au total, un aménagement de 200 000 m2. C'est la ville de Bilbao qui urbanise la totalité de la parcelle destinée au musée Guggenhein. Quant à la Députation, elle assumera la construction d'un nouveau pont qui reliera l'Ensanche5 au quartier de Deusto et l'urbanisation de la parcelle destinée au Palais des congrès et de la musique.

35Avec la révolution industrielle, le fleuve n'était plus guère qu'une canalisation, qui devait assurer la mobilité des fluides et de marchandises transportées et le lieu de la transformation des produits industriels. Du même coup, le Nervion et ses abords étaient devenus des endroits inaccessibles. Son avenir est de devenir aujourd'hui le siège d'une grande composition architecturale et urbaine, et de permettre à la population d'avoir une relation directe avec lui. Le plan recommande d'engager d'autres opérations le long de la Ria, sur les deux rives, pour profiter de la valeur ajoutée apportée par l'utilisation des fronts d'eau, libérés des activités industrielles et portuaires, notamment dans le secteur du canal de Deusto. L'ambition est de faire de la Ria, grâce à l'assainissement du lit et à la récupération des rives, une grande voie fluviale urbaine, un lieu de promenade de plus de 3 km, le symbole et l'image de la ville. Vers l'aval, à Baracaldo, est prévu de créer à l'emplacement des Altos Hornos de Vizcaya, aujourd'hui démolis, un quartier de grande qualité architecturale avec des logements, des bureaux et des espaces verts.

36La transformation du centre doit être complétée par d'importantes transformations du réseau ferroviaire. L'opération, dite de la Variante Sur, correspond à la couverture des voies ferrées des gares de marchandises d'Amezola (Renfe) et de La Casilla (Feve) afin de constituer une nouveau quartier central. Sur 70 % de ces 10 ha seront construites des résidences, le reste servira pour des équipements, l'amélioration du réseau de voirie du nouveau quartier et la création d'un parc. L'actuelle barrière ferroviaire sera, elle aussi, couverte, et elle donnera, ainsi, naissance à une nouvelle et large avenue.

Conclusion

37La ville est considérée comme un système dans lequel tous les projets sont conçus comme interdépendants. Et la réalisation du plan stratégique et, notamment, celle des constructions emblématiques prévues doit contribuer à accroître l'attractivité économique, sociale et culturelle de Bilbao. En d'autres termes, ils sont un moyen de positionner la ville, d'augmenter sa place et d'attirer les investissements et les emplois. En un mot, de faire de Bilbao la première métropole de la façade atlantique.

38Bilbao montre sa confiance dans le futur et elle tente d'intégrer les nouveaux projets innovateurs dans la continuité de sa propre culture urbaine. Ne doit-elle pas célébrer le 700ème anniversaire de sa fondation en l'an 2000 ?

Bibliographie

Sources

- Arquitecturas para Bilbao. Regeneración urbana. Bilbao : Centro de Arquitectura. Ayuntamiento de Bilbao, ed. Bilbao, mayo 1993, 31 p.

- Bilbao-Ria 2000. Abandoibarra-variante sur 23 p.

- Plan estratégico para la revitalización del Bilbao metropolitano. Diputación foral de Bizkaia y Gobierno vasco. s.l s.d, 2 vol, 36 et 53 p.

- id. Bilbao metropoli 30. tome III, 83 p. s.l. s.d.

- Proyectando Euskadi - Proiektatzen. Publication du Gouvernement du Pays basque, des diputaciones et autres institutions régionales et locales. Feria internacional de Bilbao, ed. 1992, 180 p.

Notes

1 L'équivalent du Conseil Général.

2 Cette réalisation intéresse tout particulièrement l'hôtellerie de luxe de Biarritz qui, il ne faut pas l'oublier, se trouve à seulement 1h30 par autoroute.

3 Deux sont privées et dirigées par les Jésuites (l'Université de Deusto et l'Université Commerciale) et une est publique, l'Université du Pays basque (13 facultés ou écoles supérieures).

4 La société française Degrémont a son siège social à Bilbao.

5 Il s'agit du quartier de Bilbao qui correspond à un plan d'extension au tracé orthogonal de 1876. C'est là où se situent les principales fonctions économiques, commerciales, financières et de services de toute l'agglomération.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – L'utilisation du sol dans l'agglomération de Bilbao
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Figure 2 - Les projets urbains de Bilbao
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 523k

Auteur

Professeur, CESURB-Université Michel de Montaigne-Bordeaux III.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search