Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Villes en projet(s) : cas étrangers

Les grands sites sportifs entre projets de ville et projets urbains

Jean-Pierre Augustin

Texte intégral

1La question de l'aménagement sportif s'impose avec force aujourd'hui parce que le sport a pris une place croissante dans les activités et les équipements des pays occidentaux. Cette question se pose en particulier lors des manifestations internationales comme les Jeux olympiques ou les championnats du monde qui deviennent des événements de plus en plus complexes et organisés et dont l'audience est de surcroît universelle. Ces événements nécessitent la construction d'infrastructures d'accueil, de transports et de communication qui participent largement aux transformations urbaines en présentant deux caractéristiques.

2La première est liée à l'engagement de respecter un calendrier précis pour la réalisation des projets retenus. En effet, les villes concernées sont le résultat de candidatures ayant été soumises à compétition ; une fois désignées par les instances officielles, elles sont contraintes à l'édification des équipements proposés. La seconde concerne l'élargissement du programme sportif en projet de ville ou en projet urbain. Ces événements qui rassemblent des centaines de milliers de spectateurs et qui intéressent des centaines de millions d'auditeurs et de téléspectateurs (de 2 à 4 milliards pour les Jeux olympiques et les coupes mondiales de football) deviennent un prétexte pour accélérer les mutations urbaines et valoriser l'image de la ville inscrite dans une compétition internationale.

3L'édification de grands sites sportifs amène à réfléchir aux recompositions urbanistiques qu'ils favorisent. Après un rapide rappel des tendances d'aménagement les concernant, l'étude de cas permet de mesurer la place qu'ils prennent dans la perspective d'une ville en projet.

tendances urbanistiques et sites sportifs

  • 1 P. Merlin, L'urbanisme, Paris : puf, 1991, 127 p.

4L'inscription des grands sites sportifs dans l'espace des villes depuis le début du xxe siècle ne peut pas être dissociée de l'histoire et des tendances de l'urbanisme. L'urbanisme, conçu comme une discipline et une technique de construction et d'aménagement des villes1, a été marqué par plusieurs courants de pensée qu'il convient de rappeler.

1. Le zonage urbanistique

  • 2 F. Choay, Production de la ville, esthétique urbaine et architecture. in Histoire de la France urb (...)

5L'idée de fixer des activités humaines dans des espaces appropriés est ancienne mais s'est largement renforcée avec l'émergence de la ville industrielle. Les théoriciens fonctionnalistes proposent de délimiter les unités spatiales de base pour les activités industrielles, l'habitat des travailleurs et les équipements d'accompagnement. De Tony Garnier (1869-1948) à Le Corbusier (1887-1965), de nombreux urbanistes généralisent cette conception du traitement de l'espace avant qu'une politique publique de l'urbanisme favorisant la concertation entre l'État et les collectivités locales ne s'instaure. En France, les directives urbaines s'imposent dès 1950 en se référant aux fonctions définies par les Congrès internationaux d'architecture moderne (ciam) dans le courant des années trente : habiter, travailler, circuler, se distraire. Les nouveaux territoires urbains s'ordonnent dans le cadre d'un zonage qui redéfinit les attributions de l'espace et s'établissent généralement dans les secteurs libres ou périphériques des villes. Les principes énoncés par ce nouvel urbanisme servent de caution aux constructions avec en particulier la négation du parcellaire ancien et la transgression des alignements de rues2.

  • 3 D. Pinson, Des banlieues et des villes, Paris : Ed. Ouvrières, 1992, 271 p.

6Le classement des fonctions et la disposition géométrique des bâtiments deviennent donc la règle : la barre et la tour s'imposent partout dans les ensembles systématiquement orthogonaux des premières générations de zup. Comme le note Daniel Pinson, "la rue, autrefois solidaire de l'immeuble, s'en détache, réduite à la fonction d'une voie de circulation et d'accès automobile, oubliant les usages urbains multiples qui en faisaient dans la morphologie antérieure un espace de convivialité, de sociabilité et de festivité"3. La rue est réduite à un rôle de voirie, les commerces se regroupent dans des centres qui, avec l'école et les édifices publics, équipent le quartier. En France, l'aménagement du territoire est organisé par le pouvoir politique central. Les étapes des nationalisations, de la planification et de la création de puissants services publics s'emboîtent dans une politique volontariste de gestion des sols et de réalisations de structures d'accueil, de logements et d'équipements. Plans d'urbanisme, schémas directeurs, plans d'occupation des sols officialisent ces méthodes et sont visibles dans les villes où se multiplient les zup (zones à urbaniser en priorité), les zi (zones industrielles), les zac (zones d'aménagement concerté), mais aussi les grandes zones de loisirs sportifs. Ces tendances urbanistiques sont largement internationales et ont dans le domaine des sites sportifs favorisé l'édification d'équipements adaptés aux différents niveaux d'espace, de l'unité de voisinage à l'agglomération, mais aussi la construction d'ensembles spécifiques de grande taille dans ou à la périphérie des villes.

  • 4 J. de Courson, Le projet de ville, Paris : Syros, 1993, 175 p.
  • 5 J.-P. Augustin et J.-P. Callède, L'intégration urbaine des équipements sportifs et socio-éducatifs (...)
  • 6 F. Choay, Le règne de l'urbain et la mort de la ville. in La ville, art et architecture en Europe,(...)

7Or il apparaît aujourd'hui manifeste que le modèle fonctionnel favorisant un zonage trop strict et rationnel de l'espace est remis en question, non seulement dans ses réalisations mais dans son principe même. Si l'organisation des villes nécessite à l'évidence des aménagements fonctionnels, une conception systématique visant à enfermer les hommes et les activités dans un maillage territorial prédéfini s'est avérée inopérante et de surcroît dangereuse. L'évolution urbaine en raison des transformations économiques et de la crise a progressivement entraîné la modifications de ses normes. Les administrés sont plus exigeants, les écologistes agissent et les États eux-mêmes imposent une approche des besoins en termes plus qualitatifs que quantitatifs4. Des recherches et des expérimentations multiples concernant les installations sportives se sont succédé depuis une vingtaine d'années et posent la question du renouvellement des conceptions relatives aux niveaux d'intégration des équipements5. L'interaction des individus, note Françoise Choay, est désormais à la fois démultipliée et délocalisée, l'hégémonie de l'urbain s'affirme dans de multiples projets concernant l'aménagement de l'espace6.

2. Le projet urbain

8En France, la notion de projet urbain s'est constituée comme une alternative à l'urbanisme fonctionnaliste dans le courant des années 1970 lorsque la question de requalifier l'urbanisation existante est apparue plus importante que celle de construire des villes ou de les prolonger à l'infini. L'utilisation élargie de la notion a souvent favorisé la confusion puisque des urbanistes, paysagistes, architectes et artistes même, ont prétendu inscrire leurs actions dans des projets urbains et que des plans masse ou schémas d'urbanisme se sont rebaptisés ainsi sans que leurs contenus ne soient modifiés. Le Plan Voisin, les grands ensembles et les villes nouvelles sont parfois intitulés à tort projets urbains.

9Afin de préciser la notion et d'éviter les risques d'amalgame, il convient d'abord d'inscrire le projet urbain dans une démarche qui le distingue d'une procédure comme celle mise en œuvre autour de la planification. Les procédures sont généralement des stratégies applicables à l'ensemble du territoire en se fondant sur des catégories abstraites. La démarche du projet traite au contraire de l'aménagement en termes concrets, en s'intéressant à la forme et à la dimension des lieux. L'espace dont il est question n'est pas l'espace en général, mais un espace particulier dont il faut tenir compte. Les premiers projets urbains en France ont souvent concerné des quartiers anciens menacés de destruction comme ce fut le cas avec l'Alma-gare de Roubaix ou des grands ensembles en crise. Il est possible de préciser trois caractéristiques du projet urbain.

  • 7 B. Huet, "Le hasard et la nécessité sont la loi du projet urbain". Entretiens avec F. Edelmann. Jo (...)

10La première est qu'il s'inscrit dans une continuité. La prise en compte des flux et des potentialités du territoire est fondamentale puisque l'espace n'est pas une page blanche, un contenant uniforme pouvant accueillir un contenu variable, mais une réalité construite à partir de la médiation des rapports sociaux. Bernard Huet7 affirme qu'un projet urbain est déjà potentiellement inscrit sur le territoire avant même qu'il n'apparaisse, le rôle du concepteur se limitant à lire attentivement le contexte existant, à l'interpréter pour révéler le projet caché. Il note : "C'est ce type de démarche répétée de génération en génération qui explique les mécanismes de formation de projets urbains très célèbres. La place Saint-Marc de Venise, le Palais Royal à Paris ou l'axe triomphal du Louvre à la Défense n'ont jamais été dessinés en tant que tel". Dire que le projet urbain doit préciser les formes et s'inscrire dans la continuité ne signifie pas qu'il se limite à reproduire ce qui précède ; il doit à partir de nouvelles relations transformer l'existant.

11La deuxième est de proposer une amélioration. L'idée peut paraître banale mais elle est à contre-courant des visées technocratiques qui délaissent l'acquis, prétendent construire ailleurs et souvent à partir de rien. Dans l'exemple de Roubaix, on peut admettre que le projet, en se fondant sur la forme urbaine traditionnelle, a obtenu des résultats empêchant les dérives visibles dans certaines villes américaines. D'autres cas, pris à Barcelone ou à Manchester, soulignent les recompositions réalisées à partir de quartiers anciens s'inscrivant généralement dans un processus d'accumulation qui tente d'améliorer une situation.

  • 8 Ch. Devillers, Le projet urbain. Conférence, Paris : Pavillon de l'Arsenal, 1994, 18 p.

12La troisième est de rendre l'espace à l'usage. Les difficultés rencontrées dans les grands ensembles viennent souvent de la mauvaise appropriation des espaces. Les parkings, les voiries, les pelouses, ont été conçus dans une logique fonctionnelle de séparation. Or l'usage s'oppose souvent à la fonction et la rue, à la différence de la voirie, a un usage qui n'est pas réductible à une seule fonction ; elle implique la mixité et la pluralité fonctionnelle. Les tenants du projet urbain insistent sur la nécessité de requalifier l'espace en y fixant des éléments locaux susceptibles de renforcer les valeurs d'usage. C'est, d'après Christian Devillers, une démarche globale incluant la notion d'œuvre et ayant pour finalité l'usage qui permet la réussite du projet urbain8.

  • 9 F. Tomas, Le projet urbain et la forme urbaine, séminaire de l'URA 260, Toulouse, 1994, 18 p.

13La démarche du projet urbain n'empêche nullement la création d'une œuvre architecturale. En cherchant à permettre aux citadins de s'identifier à un lieu, l'objectif est d'affirmer le "droit à la ville" pour tous et de favoriser l'appropriation de l'espace9. C'est cette visée qui amène Roland Castro à définir une "théorie des lieux magiques" qui leur permet d'être à la fois partie intégrante de la ville et partie de la centralité urbaine. L'édification de lieux publics et en particulier de sites sportifs s'inscrit dans le projet urbain et en est souvent l'élément le plus visible.

3. Complexification et interaction des tendances

14Les tendances urbanistiques ne se limitent cependant pas à l'opposition entre un urbanisme de zone et un urbanisme de continuité ; d'autres éléments interfèrent fortement qui concernent directement les édifices sportifs. Parmi ceux-là, il faut mentionner l'urbanisme de réseaux tenant compte des mobilités des flux et des communications, et l'urbanisme d'image correspondant à l'accroissement de la compétition entre les métropoles urbaines.

  • 10 G. Dupuy, L'urbanisme des réseaux, Paris : Armand Colin, 1991, 198 p.

15La mobilité urbaine et intra-urbaine s'est considérablement accentuée et en 1995 plus d'un actif sur deux travaille hors de sa commune de résidence. Par ailleurs, l'ensemble des pratiques sociales, qu'il s'agisse de celles liées au commerce, aux loisirs et à la scolarisation, se sont modifiées et s'effectuent selon des goûts, des modes et des affinités qui éloignent de la stricte proximité. Le développement des réseaux de transports, la synergie qui s'opère entre eux et en particulier entre l'automobile et les transports en commun favorisent le transfert des biens et des personnes. À cela s'ajoute la multiplication des réseaux d'information et de communication qui donne à la ville, comme le montre Gabriel Dupuy10, une signification sociale dépassant le seul aspect technique et permettant l'ouverture de l'espace urbain. La connexité devient un concept pouvant caractériser les relations entre les sous-ensembles urbains qui s'inscrivent dans un urbanisme de réseaux.

  • 11 J.-P. Lacaze, Les méthodes de l'urbanisme, Paris : puf, 1990, 125 p.
  • 12 F. Edelmann et E. de Roux, Barcelone, une ville transfigurée, journal Le Monde du 25/07/1992, p. 1 (...)

16Une autre tendance, non sans effet, sur les conceptions des grands sites sportifs est liée à la concurrence qui se joue entre les grandes villes des pays développés. L'élargissement du monde et la compétition internationale ont favorisé les initiatives entrepreneuriales des grandes métropoles. L'hexagone est devenu trop étroit et les villes françaises sont amenées à raisonner à l'échelle de l'Europe. À ce niveau, la concurrence entre les eurocités s'est accentuée, amenant les villes à se lancer dans des politiques d'images et à se comporter comme des entreprises. Cette situation, encore plus visible dans les villes nord-américaines, s'étend à l'ensemble du monde où les villes-services d'hier laissent progressivement la place aux villes-entreprises favorisant un urbanisme de communication11. Celui-ci, qui vise en tout premier lieu à attirer les industries et les services, s'est développé au début des années 1980 en Europe lorsque les nouveaux marchés ont bouleversé les échelles spatiales traditionnelles et intensifié les compétitions entre les villes. Le marketing urbain et l'urbanisme de communication amènent les villes à promouvoir des sites sportifs s'inscrivant dans des opérations d'architecture et d'urbanisme de prestige. Les dernières villes olympiques retenues (Séoul 1988, Barcelone 1992, Atlanta 1996, Sydney 2000) confirment ces tendances. Dans le cas de Barcelone, l'objectif affirmé du projet de ville est bien de se placer dans le peloton de tête des grandes métropoles européennes12.

  • 13 J.-P. Augustin, "Le sport, nouvel universel de l'emblématique urbaine", in C. Ghorra-Gobin, éd. Pe (...)

17Le sport en devenant un nouvel universel de l'emblématique urbain13, participe à la fonction culturelle des villes, à leur expression et à leur représentation. Les grands sites sportifs ne sont pas indépendants des tendances urbanistiques et leur histoire permet de distinguer plusieurs étapes. Dans la première, le modèle des stades antiques a été prépondérant. En Europe, ils ont longtemps symbolisé l'ordre et la puissance comme dans l'exemple du Reichssportfeld de Berlin édifié pour les Jeux olympiques de 1936 par l'architecte W. Marck. Ce sont les pays anglo-saxons qui ont favorisé l'autonomisation des stades en les détachant des visées totalitaires et en les installant souvent dans les banlieues où ils prennent place dans le paysage industriel. La maîtrise de matériaux nouveaux comme la fibre de verre a conforté les prouesses architecturales particulièrement aux États-Unis où les stades entièrement couverts se multiplient (Astrodome d'Houston, Silverdome de Detroit, Skydome de Toronto...).

18Il ne s'agit pas ici de proposer un inventaire mais de montrer, à partir de quelques exemples, comment les sites sportifs s'inscrivent dans des projets de villes ou des projets urbains et comment, dans certains cas, ces divers projets se mêlent. Pour cela, trois sites ont été retenus. Le premier, celui du Parc olympique de Montréal (1978), révèle qu'un projet fonctionnel peut servir, a posteriori, de point de départ à un projet urbain. Dans le deuxième, celui du site olympique de Barcelone en 1992, c'est au contraire un projet urbain qui est en partie délaissé pour un projet d'eurocité. Enfin, avec le troisième, celui du grand stade de Paris, construit pour la coupe mondiale de football de 1998, c'est le choix d'un lieu où l'équipement doit accompagner un projet urbain déjà existant et l'accélérer.

sites olympiques et projets de villes

  • 14 P. Bourdieu, "Les Jeux olympiques, programme pour une analyse". Actes de la Recherche en Sciences (...)

19Les projets de candidatures présentés par les grandes villes pour l'organisation des Jeux olympiques contemporains fournissent un bel exemple de la volonté d'utiliser cette manifestation pour affirmer un lieu symbole de rencontres universelles14. Entre 1896 et 1992, 118 villes ont été candidates pour l'organisation des jeux d'été et les 22 qui ont accueilli cette manifestation ont dû réaliser des équipements où se mêlent souvent projets architecturaux, projet de ville et projet urbain. Les exemples retenus soulignent avec force les interrelations existant entre ces trois types de projets.

1. Montréal et l'affirmation de la métropole franco-canadienne

20C'est en 1970 que Montréal se voit confier par le Comité international olympique (cio) l'organisation des Jeux d'été de 1976. Après Saint-Louis en 1904 et Los Angeles en 1932, la métropole québécoise devient la troisième ville organisatrice des J.O. en Amérique du Nord. Ce choix s'inscrit dans le contexte de la "révolution tranquille", c'est-à-dire une période de mutation visant à moderniser la province francophone depuis 1960 au Québec. Montréal cherche à s'affirmer comme la métropole franco-canadienne tout en visant à maintenir son statut de capitale culturelle et économique du pays. Pour cela, elle s'engage dans la valorisation de grands événements internationaux, l'exposition universelle en 1967, l'exposition Floralies en 1973 et enfin les Jeux olympiques en 1976. Ces événements sont dûs à la détermination du maire Jean Drapeau qui, en exerçant un large contrôle sur le corps politique local et l'appareil municipal, a réussi à les imposer malgré l'opposition des mouvements communautaires très actifs dans les quartiers populaires de la ville. Le choix des J.O. et les moyens utilisés s'opposent à la volonté des comités de citoyens qui réclament en priorité l'aménagement des secteurs délaissés de la ville. Deux périodes vont se succéder, celle de la mise en œuvre du Parc olympique symbolisé par le stade, puis après le changement de municipalité, la tentative, a posteriori, de réaliser un projet urbain à partir du nouveau pôle touristico-sportif.

a) Fonctionnalisme et exploit architectural

  • 15 M. Barrière et coll. Montréal 1642-1992, Montréal : Hurtubise, 1992, 162 p.

21Le site choisi pour le parc olympique se situe à proximité du quartier de Maisonneuve où en 1883 des hommes d'affaires canadiens français avaient décidé d'établir un secteur industriel dans l'espoir de contrebalancer la domination économique anglophone de la ville. Un ensemble patrimonial comprenant le Parc, les grands boulevards et de prestigieux bâtiments dont le château Dufresne furent alors édifiés. Avec la progression urbaine mais aussi en raison de difficultés économiques, le secteur fut annexé à la ville centre en 1918 pour former l'est de Montréal15. Il s'est progressivement dégradé en raisons des mutations industrielles et du départ d'une partie de sa population. Délaissé par les couches sociales les plus solvables qui trouvent à se loger et à travailler en banlieue, il constitue, dès 1970, une aire de pauvreté dont les caractéristiques principales sont le taux élevé des personnes seules, des familles monoparentales et surtout une forte proportion de chômeurs et de travailleurs employés dans des activités manufacturières en déclin.

22Le complexe olympique ne tient pas compte de cet environnement et s'établit à la limite du quartier entre la rue Sherbrooke et l'avenue Pierre de Coubertin dans un espace de 55 hectares où sont prévus un stade, un centre aquatique de six piscines, un vélodrome et le village. Ce dernier intitulé "Pyramides olympiques" est composé de deux édifices jumeaux de 20 étages susceptibles de pouvoir loger 11 000 athlètes. L'ensemble correspond à un projet fonctionnel sans liens avec les quartiers environnants et le stade conçu par l'architecte français Roger Taillibert se fonde sur l'idée de l'exploit architectural. Il s'agit d'une structure de béton articulée sur 34 consoles auxquelles sont accrochés les gradins. La plus haute tour penchée du monde domine le stade et sert d'appui à 26 câbles de suspension qui retiennent le toit mobile susceptible de se déployer comme un parachute au-dessus du stade. Le vélodrome épouse la forme du casque que portent les cyclistes grâce à un toit festonné d'un diamètre de 160 mètres reposant sur quatre butées.

23Original sur le plan architectural, le complexe olympique a laissé en héritage une dette publique nécessitant plusieurs décennies de remboursement. Il a été dès son origine et reste encore le projet le plus controversé de la ville. Seul le stade qui peut accueillir 56 000 personnes assises reçoit encore des rencontres sportives ; il est utilisé également pour des concerts de rock, des opéras, des manifestations religieuses et politiques. La tour penchée est une des attractions principales de la ville ; la salle d'observation permet une vision panoramique de l'agglomération facilitée par l'installation d'un centre d'interprétation. Le village est devenu un ensemble résidentiel et commercial, même si les galeries et passages extérieurs sont peu adaptés aux hivers de Montréal. Le vélodrome, en raison du peu d'intérêt du public pour le cyclisme en salle, a été reconverti en musée vivant de l'environnement et des sciences naturelles. Appelé Biodôme, il reproduit, à travers quatre écosystèmes, les milieux de la jungle amazonienne, du Saint-Laurent, de la forêt laurentienne et du monde polaire.

b) Le projet urbain a posteriori

  • 16 J.-P. Augustin, "Retour à Montréal : urbanisation et actions communautaires", Etudes canadiennes, (...)

24Si la reconversion du parc olympique en lieu d'attraction touristico-sportif a été en partie réussie, il a fallu attendre la fin des années 1980 pour que la nouvelle municipalité intitulée "rassemblement des citoyens et citoyennes de Montréal" envisage d'utiliser cet ensemble fonctionnel comme support d'un projet urbain. Regroupant les opposants à la politique du maire M. Drapeau, les nouveaux dirigeants politiques tentent d'intégrer le pôle "Parc olympique-jardin botanique" dans une perspective de développement des quartiers populaires alentour. Ces quartiers péri-centraux ont été directement touchés par la désindustrialisation résultant des progrès techniques et de la relocalisation d'activités diversifiées dans les banlieues16.

  • 17 Etude sur les incidences économiques et sociales du pôle "Parc olympique-Jardin botanique" sur le (...)

25Partant de l'idée que les équipements du Parc olympique et du jardin botanique n'ont pas eu d'effets sur le secteur puisqu'ils ont été conçus pour eux-mêmes, le projet propose de valoriser le patrimoine architectural et de soutenir des activités économiques afin d'intégrer les quartiers proches dans la dynamique d'attraction du pôle et de les faire bénéficier de ses retombées économiques et sociales. Préparé par le Bureau du plan d'urbanisme de la ville de Montréal17, le premier volet du projet concentre les efforts autour de l'axe Morgan limité par le parc du même nom et celui de Genevilliers où plusieurs bâtiments comme le marché et les bains publics mais aussi l'école Maisonneuve (1890), le théâtre Granada (1928) et les banques Molson (1906) et Toronto (1911) représentent un groupe d'intérêt patrimonial.

  • 18 A. Lemelin et R. Morin, Le développement économique local et communautaire : éléments d'analyse et (...)

26Le second volet propose le soutien d'une fonction industrielle dans le quartier dont certains groupes comme celui de la compagnie Johnson (1904) ont été restaurés. Il s'appuie sur les corporations de développement économique et communautaire (cdec) et envisage une série d'actions dans le cadre d'une politique publique municipale avec notamment l'élaboration de plans d'aménagements intégrés et la mise sur pied de centres d'aides aux entreprises18. L'ensemble des atouts patrimoniaux et industriels est complété par la rénovation des artères et des nœuds urbains (fig. 1 b). En permettant l'aménagement paysager de l'ensemble, la valorisation de la composante muséologique, la mise en place d'animations et de circuits touristiques, le projet vise à exploiter l'attraction des équipements olympiques pour intéresser les visiteurs de l'agglomération et les touristes étrangers.

27Ainsi, le Parc olympique de Montréal conçu dans une perspective fonctionnelle et architecturale se voit compléter par un projet urbain qui tente, a posteriori, d'utiliser la dynamique d'attraction du site. À Barcelone, c'est l'inverse qui s'est produit puisque les projets urbains ont été en partie délaissés pour la logique de modernisation de la ville.

Fig. 1 – Le parc olympique de Montréal et le projet urbain de Maisonneuve

Fig. 1 – Le parc olympique de Montréal et le projet urbain de Maisonneuve

D'après Jean-Pierre Augustin - CESURB-Géographie

2. Barcelone : les J.O. et la modernisation d'une métropole

28Le choix de Barcelone comme ville olympique pour les Jeux de 1992 est décidé en 1986, contre Paris, à partir d'une argumentation fondée sur l'existence d'équipements et sur un ambitieux projet urbain de restructuration. Les Jeux sont l'occasion d'une modernisation qui bouleverse la ville en favorisant l'expansion économique et la mutation du tissu social.

a) Du projet urbain au projet de ville

  • 19 P. Laborde, Les espaces urbains dans le monde, Paris : Nathan, 1994, 239 p.

29Comme dans le cas de Montréal dans les années 1970, le contexte politique de Barcelone dans les années 1980 est décisif sur les orientations choisies. En 1979, les premières élections municipales libres amènent au pouvoir une majorité de gauche qui propose une politique urbaine de concertation s'inscrivant délibérément dans la perspective d'un projet urbain valorisant les aménagements de proximité en accord avec les associations d'habitants. Il s'agissait notamment de repenser les prolongements du plan en damiers conçu en 1859 par l'architecte Cerda19. L'effervescence urbanistique de secteur proposée à Barcelone est présentée dans de multiples articles et publications qui affirment la volonté de transformations urbaines à partir de "ces creux" comme le note l'architecte Oriol Bohigas. Très rapidement cependant, la fièvre de projet urbain s'atténue et cède la place à la question du positionnement de la métropole dans la compétition des eurocités. Il apparaît que si les projets urbains sont utiles à l'échelle des quartiers, ils ne permettent pas d'affirmer la puissance de la ville et d'assurer son devenir économique et social dans un contexte de concurrence internationale.

  • 20 F. Tomas, op. cit.

30L'évolution économique des années 1980 accentuée par la montée des idées néo-libérales amène les métropoles à s'engager dans la compétition et à valoriser une politique d'image affirmant leur volonté entrepreneuriale. C'est dans ce contexte que la candidature pour les J. O. de 1992 est présentée. L'Espagne n'a jamais accueilli ces jeux et le président du Comité international olympique, J. Samaranche, catalan d'origine, soutient l'idée et utilise sa position pour en favoriser la désignation. La perspective d'une modernisation d'ensemble de la ville complète progressivement celle des projets urbains ; à l'architecte Oriol Bohigas succède l'urbaniste Joan Busquet qui propose de nouvelles priorités pour donner de Barcelone une image de ville internationale et la présenter comme capitale de l'Europe du sud20. Bohigas et ses associés Mackay et Martorell, se replient sur le site du village olympique sans pour autant abandonner son rôle de "conscience omniprésente " de l'urbanisme catalan comme le note F. Edelmann.

b) Un projet global qui redessine la ville

  • 21 M. Segui-Llinas, "Barcelone, ou le poids des grands événements et des jeux olympiques de 1992 dans (...)

31La préparation des Jeux olympiques est l'occasion de lancer les grands travaux de modernisation concernant les communications et les infrastructures urbanistiques21. La création d'un anneau périphérique en partie souterrain permettant de relier les sites olympiques, le réaménagement du réseau ferroviaire et des gares, la réorganisation de l'aéroport avec de nouveaux terminaux et une liaison par train à la ville, ont transformé les modes de communications. Ces travaux sont complétés par la construction de la tour de télécommunications de Collserolo qui s'élève à 268 mètres. Les infrastructures urbanistiques se sont concentrées sur quatre lieux (fig. 2 a).

32Le site principal est celui de la colline de Montjuic (fig. 2 b) qui fut choisie en 1929 comme lieu de l'exposition universelle et où fut édifié le stade de 120 000 places de l'olympiade populaire de 1936. Réhabilité par l'architecte italien Gregotti, ce stade peut recevoir 60 000 personnes pour les cérémonies d'ouverture et de fermeture des jeux. À proximité se situe le palais omnisports de Sant Jordi conçu par le Japonais Isozaki. Un large parvis conduit aux portiques néo-classiques proposés par Boffil pour l'université des sports. La piscine, les terrains de hockey et de baseball, les pistes d'entraînement et divers équipements complètent ce vaste ensemble qui est prolongé par le nouveau parc du Midi comprenant un jardin botanique et un auditorium de 100 000 places. Notons enfin que quelques bâtiments de l'exposition de 1929 ont été conservés et que celui dessiné par Mies Van der Rohe pour la République de Weimar a été reconstruit, soulignant ainsi la volonté des urbanistes de lier les éléments du passé et du présent.

33Le deuxième site, celui du village olympique, a été l'occasion d'une importante opération de rénovation littorale qui a entraîné la destruction d'un quartier ouvrier pour ouvrir la ville sur la mer. À sa place et dans son prolongement, un nouveau quartier résidentiel s'est édifié à côté d'un parc du littoral gagné sur les emprises ferroviaires et protégé des contraintes de la voie rapide enterrée sur presque tout son parcours. Deux mille logements et deux tours de quarante-quatre étages, l'une destinée à un hôtel de luxe et l'autre à des bureaux, sont devenus les bâtiments phares du quartier. Le Palais des Congrès, le nouveau port de plaisance avec 743 anneaux et surtout le parc de cinquante hectares complètent l'ensemble. Le village olympique est appelé Nouvelle Icarie en rappel des premiers ouvriers de Poble Nova, qui, au milieu du xixe siècle, ont choisi ce nom pour la communauté fondée aux États-Unis par le socialiste utopique Etienne Calvé. Ce lien entre le passé et le présent n'a pas été suffisant pour apaiser les vives critiques de cette opération qui est apparue comme le prix ambigu à payer au sport et à la modernisation, d'autant que la mutation foncière et sociale se prolonge aux quartiers voisins de Barcelonneta. Le projet de ville fondé sur une stratégie d'image et la mutation de la métropole n'a pas pu, dans le cas présent, laisser une chance au maintien sur place des populations. L'équipe des architectes regroupés autour de Bohigas a cependant prolongé le tracé des rues selon le damier de Cerda en restaurant quelques cheminées d'usines témoins de l'ancienne vocation industrielle de la zone. La construction de 30 % de logements sociaux sur les 20 000 édifiés n'est pas suffisante pour éviter la gentrification de ce secteur qui modifie le centre de gravité de la ville.

Fig. 2 – Sites olympiques de Barcelone et équipement de Montjuic

Fig. 2 – Sites olympiques de Barcelone et équipement de Montjuic

D'après Jean-Pierre Augustin - CESURB-Géographie

34À l'aplomb de la montagne, au nord de Barcelone, le troisième site olympique est celui du Val d'Hébron. Ce secteur a longtemps été une zone résidentielle avant que la spéculation immobilière des années 1960 n'y élève des barres et des tours d'habitation dans le cadre d'un vaste projet interrompu par la crise des années 1970. La vocation sportive de ce secteur a débuté avec la construction en 1984 du vélodrome de 6 500 places pour le championnat du monde de cyclisme. Les architectes barcelonais ont complété le quartier en créant les installations sportives pour le tir à l'arc, le volley-ball et le tennis ainsi que des habitations et un bâtiment central réservés à la presse et aux arbitres.

35Enfin le quatrième site se situe à l'extrémité ouest de la diagonale dans une zone limitrophe des trois communes de Barcelone, l'Hospitalet et l'Espluges. Une opération de rénovation urbaine a permis de désenclaver un secteur de 30 hectares et de réaliser un nouveau quartier à proximité du stade de 120 000 places du Nou Camp, fief du Barça, l'un des grands clubs européens de football ; une ville équestre a été édifiée, renforçant le caractère sportif de l'ensemble.

36Au total, la démarche urbanistique mise en œuvre à Barcelone est exemplaire de la volonté de mêler, dans la mesure du possible, projet de ville et projet urbain. Le choix de redonner leurs valeurs aux espaces publics et à tout ce qui lie les bâtiments, les quartiers et les fonctions urbaines n'a pas empêché l'édification de monuments symboles s'inscrivant dans un urbanisme d'images. Les aménagements urbains de Barcelone à l'occasion des J.O. accompagnent la revalorisation d'une ville engagée dans la compétition internationale et cherchant à s'affirmer comme capitale du sud en s'appuyant sur le patrimoine ancien, l'urbanisme et les atouts économiques. Dans un contexte différent, celui d'une ville mondiale, le grand stade de Paris présente un autre cas de figure puisque le choix du site s'inscrit, dès l'origine, dans un ambitieux projet de quartier.

grand stade de paris et projet urbain

37Le projet d'un grand stade pouvant accueillir près de 100 000 spectateurs en région parisienne est évoqué à plusieurs reprises depuis 1920. Le stade de Colombes, d'abord prévu pour cette contenance, a été revu à la baisse en 1924. Le Corbusier présente en 1936 un ensemble polyvalent de cet ordre comprenant un stade olympique, une tribune d'orateurs, un cinéma de plein air, une estrade d'orchestre et de nombreux équipements annexes pour le sport et les loisirs. D'autres propositions sont formulées en 1945 pour le bois de Vincennes ou la plaine de Montesson sans être suivies d'effets. Certains considèrent que Paris a perdu la chance d'être choisi pour les J.O. de la fin du xxe siècle pour n'avoir pas pu présenter au cio un site d'implantation crédible. Les milieux politiques et sportifs estiment alors que la France doit disposer rapidement d'un grand stade pour tenir son rang dans les manifestations sportives qui sont devenues planétaires. La coupe du monde de football de 1998 est l'occasion de réaliser le projet qui illustre les enjeux politiques et urbains liés à tout aménagement sportif. Plusieurs étapes très imbriquées concernant le choix de l'opération d'urbanisme et celui des architectes se succèdent à partir de 1989.

1. Le choix du site

38La construction d'un grand stade en région parisienne est d'emblée marquée par la complexité dans la mesure où les collectivités locales et l'État doivent tenir compte de l'aménagement du territoire et des grandes orientations déjà engagées pour l'Ile-de-France. Dès l'annonce du projet, des initiatives se font jour. Le mouvement sportif défend l'idée du Bois de Boulogne en remplacement du stade Pershing mais la pression des écologistes écarte ce site. Un terrain de 25 hectares appartenant à la ville de Paris et situé dans la plaine Saint-Denis est proposé mais la commune s'y oppose considérant que le projet d'urbanisme en cours est incompatible avec celui d'un grand stade. À l'inverse, d'autres communes comme Tremblay ou Cergy-Pontoise se portent candidates. Devant la difficulté des choix, le premier ministre confie le 27 octobre 1989 au délégué interministériel des Jeux olympiques d'hiver de 1992, une étude sur les lieux d'implantation possibles.

39En juillet 1990, neuf sites sont retenus sur les 28 étudiés. Il s'agit de Cergy-Pontoise, Tremblay, Saint-Quentin en Yvelines, Nanterre, Montesson, Massy, Vigneux, Marne-la-Vallée et Melun-Sénart (fig. 3 a). Une exposition publique organisée en novembre 1990 à la Maison de l'Architecture de Paris présente les projets. Il apparaît très vite que le stade ne peut être qu'un prétexte à l'aménagement d'un secteur de l'agglomération prenant place dans une vaste opération urbaine elle-même induite par l'existence ou la construction de voies d'accès. Plusieurs projets d'implantation à Nanterre soulignent cette tendance, l'un en prolongement de la Grande Arche s'accompagne de constructions de bureaux et de logements, un autre situé à l'aplomb de l'échangeur A14, prévoit également une opération de logements destinés notamment aux étudiants et de bureaux ; il se greffe sur la recomposition des berges de la Seine et la création d'une base de loisirs commanditées à Jean Nouvel. L'association du projet de stade avec de vastes opérations urbaines se retrouve dans tous les projets.

40Le choix du site de Melun-Sénart arrêté en 1991 par le premier ministre accélère la réflexion sur l'aménagement de la ville nouvelle de Seine-et-Marne. Un voyage d'étude rassemblant une vingtaine d'élus et de responsables sportifs est ainsi organisé aux États-Unis et au Canada afin d'étudier quatre grands équipements sportifs à New York, Miami, La Nouvelle Orléans et Toronto. Les conclusions de la délégation proposent deux orientations. Le refus d'abord d'un stade polyvalent et sophistiqué afin de limiter les risques dans la gestion financière de l'équipement. Le choix ensuite d'un stade à vocation essentiellement sportif, à ciel ouvert, doté d'une piste d'athlétisme dans la perspective des Jeux olympiques et pouvant accueillir de 75 000 à 85 000 personnes. Les propositions visent à éviter le modèle à couverture mobile et à capacité modulable du Skydome de Toronto et à préférer un ensemble plus traditionnel et périphérique comme le Meadowsland de New York ou le Joe Robbie Stadium de Miami.

Fig. 3 – Grand stade de Paris et projet urbain de Saint-Denis

Fig. 3 – Grand stade de Paris et projet urbain de Saint-Denis

D'après Jean-Pierre Augustin - CESURB-Géographie

41Mais malgré les réflexions engagées sur le site de Melun-Sénart, le choix du gouvernement Rocard confirmé par le gouvernement Bérégovoy ne résiste pas au changement et à l'alternance politique de 1993. Le gouvernement Balladur après de nouvelles négociations annonce le 29 septembre 1993 que le grand stade s'inscrira dans le projet urbain de la Plaine Saint-Denis. C'est un retour à la case départ et l'occasion pour le premier ministre de valoriser une prise de position politique.

2. Le projet urbain

42Les atouts du site de Saint-Denis ont toujours été soulignés par quelques partisans du projet et en particulier Jacques Perilliat représentant le ministère de la Jeunesse et des Sports. Ils se résument à trois points essentiels. La proximité de la capitale, le fait que la ville de Paris soit propriétaire d'un terrain de 25 hectares et la volonté partagée par les différents partenaires de doter une banlieue déshéritée d'un équipement prestigieux inscrit dans un projet urbain cohérent.

43Les négociations entre les représentants de l'État et les élus locaux ont surtout porté sur le troisième point. Les élus locaux ont engagé une réflexion avec une équipe d'architectes et d'urbanistes (équipe Hippodamos) afin de définir un projet d'ensemble pour le nord de Paris. C'est parce qu'ils pensaient que l'instauration du grand stade était incompatible avec ce projet qu'ils avaient refusé les propositions de 1989. Les conditions leur semblent différentes en 1993 et ils considèrent que le chantier du stade peut accélérer et dynamiser le projet urbain en permettant de surcroît l'identification des habitants à un site valorisé.

44L'idée de base est que le stade ne doit pas rester isolé au milieu d'un quartier qui a besoin d'être presque entièrement reconstruit. Les 25 hectares des emprises sportives doivent s'inscrire dans la restructuration des 850 hectares de la Plaine Saint-Denis. Ce secteur nord de Paris a été particulièrement malmené par le flux et le reflux des localisations industrielles, par les percées des voiries urbaines (autoroutes, rer) et par la vétusté et l'enclavement des habitations. Le projet urbain nécessite la reconquête de l'artère principale, la couverture de l'autoroute A1 et l'aménagement de quatre lieux majeurs dont la porte d'Aubervilliers. Une partie des opérations envisagées est prévue dans le cadre d'une zac et confiée à une société d'Economie mixte pilotée par l'État associant la ville et le Conseil général. Des équipements annexes et en particulier le stade d'échauffement construit à proximité, doivent être utilisés par les sportifs de la commune alors que le prolongement des dessertes de transport, la création et la rénovation des gares sont destinés à l'ensemble de la population. Au total, dix grands travaux sont engagés (fig. 3 b et tableau 1).

Tableau 1 - Les dix travaux autour du grand stade de Saint-Denis

1. Agrandissement de la gare de la Plaine-voyageurs.
2. Construction d'une nouvelle gare rer.
3. Réaménagement de la Porte de Paris et de sa station de métro.
4. Couverture de l'autoroute A1.
5. Désenclavement de la cité des Francs-Moisins.
6. Reconquête des berges du canal Saint-Denis.
7. Aménagement urbain sur les friches de la Plaine.
8. Reconversion des entrepôts des Magasins généraux.
9. Ouverture d'axes de communication est-ouest.
10. Création d'une ligne de tramway vers la Porte d'Aubervilliers.

45Par ailleurs, pour lutter contre le chômage local, un vaste plan de formation est lancé au niveau du département afin de préparer les habitants aux tâches nécessaires à la construction et à l'entretien des stades. Les positions du ministre des Sports qui souhaite que le stade devienne "un élément d'insertion sociale, un vrai lien entre le Centre de Saint-Denis et les autres quartiers" et du ministre des Affaires sociales qui y voit "l'occasion d'une grande opération d'urbanisme qui doit tenir compte des besoins des habitants "se complètent. Ce dernier qui est également ministre de la ville a évoqué la possibilité de transformer le contrat de la ville de Saint-Denis en un nouveau projet intégrant deux vastes cités d'habitat social, les Francs-Moisins à Saint-Denis et les 4 000 à la Courneuve, situés à proximité du futur stade.

46Le choix du site des Cornillons dans le département de la Seine Saint-Denis pour la construction du grand stade est un exemple de jeu d'acteurs à somme non nulle, chacun y trouvant des bénéfices et des ressources supplémentaires. En acceptant la quasi-totalité des exigences des élus locaux, le gouvernement affirme sa volonté de coopération. Il inscrit le projet dans la perspective d'une politique de la ville lancée par les gouvernements de gauche précédents et s'associe pour le réaliser avec les élus communistes de la banlieue nord. De leur côté, ces derniers réussissent à intégrer le stade dans la vaste opération d'urbanisme envisagée depuis 1991 ; ils obtiennent les garanties, les moyens et le calendrier de réalisation qui leur faisaient encore défaut pour faire de ce territoire fragilisé un pôle stratégique du développement de l'Ile-de-France. Le véritable enjeu du grand stade est de montrer la capacité des acteurs de l'aménagement à gérer la ville.

47Dans l'élargissement des objectifs, la question de l'architecture du stade n'est pas à négliger. Sept projets ont été retenus sur les dix-sept présentés par le jury en mai 1994. Puis le choix s'est effectué entre les deux premiers. Celui de Jean Nouvel, classé en tête, part du constat que le stade n'est pas un lieu neutre, qu'il participe à son environnement et engendre du territoire comme le note Roland Castro. Il cherche à prolonger la ville en empruntant, selon les mots de son dessinateur, à la culture jeune et à la culture rock : les couleurs sont vives, les matériaux et les techniques très modernes. Imaginé pour se transformer en "grand Bercy", il peut se couvrir, se moduler et restreindre le nombre de spectateurs tout en préservant l'effet d'ambiance nécessaire aux grands spectacles. Celui de Macary-Zubléna est plus classique en se présentant sous forme d'une ellipse uniforme à l'image des stades antiques. Les tribunes sont surmontées d'un anneau plat et transparent qui lui donne un aspect aéré et apaisant. L'accès aux gradins est facilité par des escaliers extérieurs étudiés pour éviter les risques de débordement et canaliser les foules. Contre le classement du jury et les préférences de la mairie de Saint-Denis, le premier ministre a choisi le stade de Macary-Zubléna.

  • 22 C. Sobry, "Les grandes manifestations et installations sportives prétextes à l'aménagement du terr (...)

48S'il n'est pas possible, au terme de la présentation de ces quelques exemples, de conclure de façon définitive, plusieurs tendances sont cependant décelables. La première confirme largement le fait que les grands aménagements sportifs conçus pour des événements majeurs sont des occasions particulièrement efficaces pour accélérer les mutations urbaines. Les métropoles cherchent, à partir des projets proposés puis de leurs réalisations, à démontrer leur puissance et leurs capacités entrepreneuriales. Les événements sportifs sont à la fois un prétexte à la recomposition urbaine, à l'aménagement du territoire et à l'affirmation de l'image attractive des villes22 engagées dans une course à la distinction.

49La deuxième concerne l'inscription des sites sportifs dans des choix urbanistiques. D'un côté, les tenants du fonctionnalisme visent à apporter une réponse à la complexification des villes et ne s'embarrassent pas des formes urbaines existantes dont la fonction d'origine a disparu. De l'autre, ceux, qui, se référant au projet urbain, se proposent de préserver la ville conçue dans sa continuité comme collectivité territoriale et historique. Les premiers se situant dans une conception utilitariste envisagent les équipements sportifs comme un moyen de restructurer l'ensemble de l'agglomération et de renforcer les grandes fonctions urbaines. Les seconds préfèrent une conception culturaliste et font en sorte que les sites sportifs servent à la réhabilitation du cadre bâti, tout en améliorant son usage social, économique et politique.

  • 23 J.P. Augustin, Sport, géographie et aménagement. Paris : Nathan, 1995, 260 p. (Collection Fac. géo (...)

50En réalité, et c'est la troisième tendance, ces deux approches appliquées aux métropoles sinon aux villes mondiales se complètent autant qu'elles s'opposent. Le mélange des genres apparaît, a priori ou a posteriori, dans de nombreux cas où les projets urbains ne sont pas absents des perspectives ambitieuses concernant les villes. Les projets se complexifient en fonction de l'évolution des techniques mais surtout des enjeux où se mêlent un urbanisme fonctionnel, un urbanisme relationnel mais aussi un urbanisme des réseaux et un urbanisme de communication. Les grands sites sportifs ne peuvent pas faire l'économie d'une visibilité internationale et sont, en raison des calendriers précis imposés par les instances officielles, une des occasions les plus efficaces de mutations urbaines23.

51Enfin, et c'est la dernière tendance, la notion de risque politique dans le choix des aménagements sportifs est à souligner. Le maire de Montréal, M. Drapeau, en imposant un site olympique fonctionnel sans tenir compte des mises en garde des groupes communautaires de la ville, a perdu les élections municipales. Tous les maires engagés dans de vastes projets courent ce risque et Pierre Maurois s'est trouvé en difficulté à Lille en 1995 en raison de son centre Eurolille. Patrick Braouezec, maire communiste "refondateur" de Saint-Denis, en s'engageant pour l'édification du grand stade, alors que son prédécesseur l'avait toujours rejetée, a fait un choix qui reste controversé. Il mise sur l'effet d'accélération utile à la rénovation de la Plaine Saint-Denis. Le pari n'est cependant pas gagné, le risque étant, qu'une fois le stade acquis, le renouveau urbain soit délaissé. Le véritable enjeu est de montrer la capacité des acteurs à gérer la ville dans son ensemble.

Notes

1 P. Merlin, L'urbanisme, Paris : puf, 1991, 127 p.

2 F. Choay, Production de la ville, esthétique urbaine et architecture. in Histoire de la France urbaine, tome 5, Paris : Seuil, 1985, p. 233-329.

3 D. Pinson, Des banlieues et des villes, Paris : Ed. Ouvrières, 1992, 271 p.

4 J. de Courson, Le projet de ville, Paris : Syros, 1993, 175 p.

5 J.-P. Augustin et J.-P. Callède, L'intégration urbaine des équipements sportifs et socio-éducatifs. Rapport de recherche au Ministère de la Jeunesse et des Sports Convention no 1668. Bordeaux : msha, 1993, 83 p.

6 F. Choay, Le règne de l'urbain et la mort de la ville. in La ville, art et architecture en Europe, 1870-1993, Paris : Ed. du Centre Pompidou, 1994, p. 26-35.

7 B. Huet, "Le hasard et la nécessité sont la loi du projet urbain". Entretiens avec F. Edelmann. Journal Le Monde du 23/11/1993, p. 2.

8 Ch. Devillers, Le projet urbain. Conférence, Paris : Pavillon de l'Arsenal, 1994, 18 p.

9 F. Tomas, Le projet urbain et la forme urbaine, séminaire de l'URA 260, Toulouse, 1994, 18 p.

10 G. Dupuy, L'urbanisme des réseaux, Paris : Armand Colin, 1991, 198 p.

11 J.-P. Lacaze, Les méthodes de l'urbanisme, Paris : puf, 1990, 125 p.

12 F. Edelmann et E. de Roux, Barcelone, une ville transfigurée, journal Le Monde du 25/07/1992, p. 10.

13 J.-P. Augustin, "Le sport, nouvel universel de l'emblématique urbaine", in C. Ghorra-Gobin, éd. Penser la ville de demain, Paris : l'Harmattan, 1994, p. 131-140.

14 P. Bourdieu, "Les Jeux olympiques, programme pour une analyse". Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 103, 1994, p. 102-103.

15 M. Barrière et coll. Montréal 1642-1992, Montréal : Hurtubise, 1992, 162 p.

16 J.-P. Augustin, "Retour à Montréal : urbanisation et actions communautaires", Etudes canadiennes, no 32, 1992, p. 19-34.

17 Etude sur les incidences économiques et sociales du pôle "Parc olympique-Jardin botanique" sur le quartier Maisonneuve. Ville de Montréal, rapport final 1991, 110 p.

18 A. Lemelin et R. Morin, Le développement économique local et communautaire : éléments d'analyse et pistes de réflexion pour une stratégie municipale. Ville de Montréal et inrs-Urbanisation, 1989, 250 p.

19 P. Laborde, Les espaces urbains dans le monde, Paris : Nathan, 1994, 239 p.

20 F. Tomas, op. cit.

21 M. Segui-Llinas, "Barcelone, ou le poids des grands événements et des jeux olympiques de 1992 dans la modernisation d'une métropole", Hommes et terres du Nord, no 2, 1993, p. 104 à 109.

22 C. Sobry, "Les grandes manifestations et installations sportives prétextes à l'aménagement du territoire". Hommes et terres du Nord, no 2, 1993, p. 69-73.

23 J.P. Augustin, Sport, géographie et aménagement. Paris : Nathan, 1995, 260 p. (Collection Fac. géographie).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search