Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Villes en projet(s) : cas étrangers

Des projets d'agglomération à définir : le cas du Québec

François Hulbert

Texte intégral

1Le concept même de projet urbain ou projet d'agglomération n'existe pas au Québec, surtout au sens, avec l'importance et le développement qu'il a pris depuis quelques années dans de nombreuses agglomérations françaises.

  • 1 Jean Décarie et Gilles Boileau, Le projet Archipel : une réflexion et une discussion géographiques (...)
  • 2 Ludger Beauregard, Montréal : un diagnostic, Notes, Cahiers de géographie du Québec, vol. 31, no 8 (...)
  • 3 Daniel Latouche, Le syndrome de Lévis, Le Devoir, 22-23 octobre 1994.

2Évidemment, les grands projets les plus divers n'ont pas manqué ; certains ont échoué, d'autres se sont réalisés, certains sont à venir. À Montréal, de l'ouverture de la voie maritime en 1959, à l'implantation du grand aéroport de Mirabel en 1975, en passant par l'exposition universelle de 1967, les Floralies de 1973 et les Jeux olympiques de 1976, les points d'ancrage d'un projet d'agglomération ont existé. Misant sur la ressource en eau si présente dans l'environnement montréalais, le projet Archipel des années 1980 pouvait aussi devenir un projet d'agglomération ; il n'a pas été engagé1. Ces lieux et ces temps forts du développement de la métropole québécoise n'ont pas tissé de liens entre eux et ont même masqué une tendance générale plutôt déclinante au profit de Toronto, la métropole de l'Ontario voisine. Montréal n'a pas encore su "se trouver une niche en tablant sur ses propres atouts"2 ni "se donner une vision de ce qu'elle veut être"3.

  • 4 Jean Cimon, Le dossier outaouais, réflexions d'un urbaniste. Québec : éditions du Pélican, 1979, 1 (...)

3Hull, inscrite dans la région de la Capitale nationale, à cheval sur l'Outaouais séparant le Québec de l'Ontario, a préféré recevoir les investissements massifs du gouvernement fédéral et de la Commission de la Capitale nationale (CCN) qui ont détruit son centre à coup d'édifices de bureaux et de grands boulevards, plutôt que de concevoir un projet urbain plus authentique face à Ottawa4.

  • 5 "Sus aux privilèges des banlieues, Jean-Paul L'Allier exhorte Québec à freiner au plus tôt l'étale (...)

4Québec la capitale politique, qui rêve de devenir la "Genève d'Amérique" en accueillant des institutions internationales, a laissé glisser progressivement plusieurs ministères et sigles sociaux d'organismes gouvernementaux vers Montréal. Elle a laissé ainsi s'éroder son rôle de capitale qui ne manque pourtant pas d'atouts que lui donnent l'histoire et la géographie. Au lieu de travailler à un projet d'agglomération, elle préfère appeler régulièrement le Gouvernement à l'aide pour qu'il freine l'étalement urbain, crée une Commission de la capitale, investisse, en particulier en son centre, au nom de l'arrondissement historique ou parce que Québec est devenue Ville du Patrimoine mondial en 1985 et deviendra peut-être demain ville olympique si elle obtient les Jeux d'hiver de 20025.

  • 6 Pierre Bérubé, Georges Brunel, Marc Morin, L'organisation territoriale du Québec, dislocation ou r (...)

5Au second niveau de la hiérarchie urbaine, Trois-Rivières, Sherbrooke ou Chicoutimi, marquées par les restructurations industrielles, sont à la recherche de leur rôle, dans un réseau urbain écrasé par le poids de Montréal et dominé politiquement par Québec. Capitales sans pouvoir de leur région respective, elles ne peuvent y assurer cohérence et cohésion face au morcellement des MRC qui ne tissent aucun lien véritable avec elles, préférant en référer directement à Québec6 (figure 1).

L'inexistence politique des agglomérations

  • 7 Montréal, une ville-région, gtmr, décembre 1993, 147 p.

6Il ne semble pas possible de voir émerger un projet d'agglomération sans qu'il y ait préalablement existence politique de l'agglomération en question. En d'autres termes, sans une certaine unité de lieu, il n'y a pas d'unité d'action et mise en place de moyens susceptibles de dégager une vision d'agglomération. À l'appui de cette hypothèse, signalons tout de suite la première recommandation du GTMR (Groupe de travail sur Montréal et sa région) dans son rapport de décembre 1993 : "Que la région métropolitaine de Montréal soit créée, que le territoire soit celui des 102 municipalités formant la région métropolitaine de recensement"7.

  • 8 Renouveau municipal et régional, le défi municipal des cinq prochaines années. Ministère des Affai (...)

7Or, ce qui est vrai pour Montréal l'est tout autant pour les autres agglomérations du Québec qui n'ont pas su créer des structures territoriales et politiques correspondant à l'échelle des réalités et des problèmes urbains. Ce besoin est connu depuis longtemps. En 1970, le Gouvernement propose un grand projet, créant quatre nouvelles communautés urbaines en plus des deux mises en place en 1969 (Montréal et Québec) et la Communauté régionale de l'Outaouais (CRO) ; il s'agit de Trois-Rivières, Sherbrooke, Rive-sud de Montréal et Chicoutimi-Jonquière. Seize communautés régionales sont aussi prévues : c'est le projet REMUR (Renouveau municipal et urbain)8. Ce projet rencontre une forte opposition des élus locaux et quand l'Union nationale perd les élections au profit du Parti libéral, le projet disparaît et ne reverra jamais le jour.

  • 9 Jacques Benjamin, La communauté urbaine de Montréal : une réforme ratée. Montréal : L'Aurore, 1975 (...)
  • 10 Chrisitane Gagnon, La recomposition des territoires. Développement local viable : récits et pratiq (...)

8Les restructurations territoriales qui se sont mises en place dans certaines agglomérations sont pour l'essentiel des réformes ratées9. Les fusions et annexions municipales qui se sont réalisées l'ont été de façon sporadique et sans stratégie d'ensemble. À Montréal comme à Québec, la ville centre doit gérer des territoires excentriques non contigus et enclavant des municipalités restées autonomes. Certains regroupements municipaux ont créé d'immenses territoires, incapables de structurer leur nouvel espace et de se définir un nouveau centre ; ils apparaissent sur la carte comme des anomalies. C'est le cas des entités créées à l'occasion des grands projets comme Mirabel-aéroport, 14 municipalités regroupées — ou Bécancour — parc industriel, 12 municipalités regroupées (figures 2 et 3). En 1983, à La Terrière, deux municipalités rurales fusionnent, puis perdent par annexion le cinquième de leur territoire au profit de la ville de Chicoutimi, dans le cadre de l'implantation d'une nouvelle usine d'aluminium de la compagnie Alcan10.

Fig. 1 - Lebourgneuf et les pôles d'emplois dans le CUQ

Fig. 1 - Lebourgneuf et les pôles d'emplois dans le CUQ
  • 11 Roger Bédard, La bataille des annexions. Montréal : éditions du Jour, 1965, 213 p.

9En 1965, le regroupement de 14 municipalités de l'île Jésus devient la ville de Laval, banlieue de Montréal, qui devient en quelques années la deuxième ville du Québec, avec 320 000 habitants. Par contre, l'île de Montréal reste morcelée en 29 municipalités et le rêve des années 1960 du maire, faire de l'île une seule ville, ne se réalise pas11.

  • 12 Montréal, une ville-région, op. cit., p. 19.

10La mise en place des mrc au début des années 1980 est une occasion manquée de reconsidérer les structures territoriales des agglomérations urbaines. cum, cuq et cro se trouvent alors encerclées par ces nouvelles entités qui constituent une nouvelle mosaïque supramunicipale : une douzaine de mrc se partage les banlieues de Montréal, alors qu'à Québec, elles sont sept à entourer la cuq et à faire partie totalement ou partiellement de l'agglomération. Aujourd'hui, la suppression des mrc est recommandée pour la banlieue de Montréal, comme elle pourrait l'être pour Québec, dans la perspective de créer de véritables communautés urbaines ou régionales12. Dans l'Outaouais, après l'échec de la fusion Hull, Aylmer, Gatineau en 1991, la cro se divise en deux parties : la zone urbanisée, étirée le long de la vallée devient la cuo — communauté urbaine de l'Outaouais —, tandis que sa partie rurale suit l'encadre au nord et à l'ouest forme une nouvelle mrc-mrc des Collines de l'Outaouais (figure 4).

11À Trois-Rivières, si l'agglomération sur la rive nord n'occupe que la partie ouest de la mrc de Francheville, elle déborde maintenant sur la rive sud, dans la municipalité de Bécancour, alors que la majorité des travailleurs du parc industriel résident sur la rive nord. Cette réalité qui sert à définir l'agglomération au sens du recensement fédéral (rmr : région métropolitaine de recensement) se retrouve aussi à Sherbrooke où l'agglomération déborde le cadre de la mrc en empiétant sur plusieurs mrc adjacentes.

  • 13 Jean Cimon, Zonage agricole et développement urbain, Montréal : Méridien, 1990, 249 p.

12Parallèlement à la création des mrc, la Commission de protection du territoire agricole (CPTA) met en place, à l'échelle de la Province ; le zonage agricole qui définit une zone verte (non urbanisable) et une zone blanche (urbanisable) dans le but de freiner l'expansion urbaine sur les terres agricoles. Établies au départ dans le cadre municipal et révisées dix ans plus tard dans le cadre plus adéquat des mrc, la zone verte et la zone blanche forment souvent une mosaïque compliquée où la zone blanche s'est taillée la part du lion. Régulièrement modifiée dans le sens du dézonage, au profit de l'urbanisation, l'application de cette loi montre "les tiraillements géopolitiques entre le développement urbain et le développement agricole"13. En périphérie des agglomérations urbaines, cette loi aurait pu contribuer à la définition d'une ceinture verte, autre élément possible d'un projet d'agglomération ; négociée à la pièce par les élus locaux des municipalités et des MRC, elle n'a pas été considérée dans cette perspective.

Fig. 2a – Agglomération de Sherebrooke

Fig. 2a – Agglomération de Sherebrooke

Fig. 2b – Agglomération de Trois-Rivières

Fig. 2b – Agglomération de Trois-Rivières

Fig. 3 - Le réseau urbain du nord-est américain

Fig. 3 - Le réseau urbain du nord-est américain

Fig. 4a - Les lieux de pouvoir dans l'axe laurentien

Fig. 4a - Les lieux de pouvoir dans l'axe laurentien

Fig. 4b - L'agglomération d'Ottawa-Hull

Fig. 4b - L'agglomération d'Ottawa-Hull
  • 14 Jean-Hugues Roy et Brendan Weston, Politique urbaine à Montréal, un guide du citoyen. Montréal, Gu (...)

13Deux changements politiques majeurs ont touché Montréal en 1986 et Québec en 1989. Ils auraient pu être l'amorce d'une politique nouvelle, entraînant les banlieues dans un projet d'agglomération14. Au lieu d'initier des réformes de structure, dont la nécessité est remise à l'ordre du jour actuellement, ces villes-centres ont préféré se replier sur leur territoire respectif.

  • 15 Léon Ploegaerts et Claude Comtois, L'apport des schémas d'aménagement dans la recherche d'une plan (...)

14C'est cette géopolitique particulière des agglomérations du Québec qui apparaît comme un empêchement sérieux à l'émergence de projets d'agglomérations. Chaque entité (cum, cuq, cro devenue cuo, mcr) a élaboré son propre schéma d'aménagement sans en référer ou si peu à l'entité voisine. Il y a donc un schéma pour les parties centrales des agglomérations et d'autres pour les mrc des banlieues. Dans ces conditions, cette multiplication des schémas d'aménagement pour une même agglomération ne dégage aucune vision d'ensemble. Les schémas d'aménagement le plus souvent se limitent à une description exhaustive des territoires, proposent la consolidation des tendances de l'urbanisation et entérinent plus ou moins les directives locales d'urbanisme et les projets d'équipements des gouvernements supérieurs15.

Réseau urbain et développement polarisé : des concepts à repenser

  • 16 À aucun moment, il n'y a eu une politique pour guider une partie de l'essor industriel montréalais (...)

15Chaque agglomération doit aussi considérer la hiérarchie du réseau urbain dans laquelle elle s'inscrit. Celle-ci est très déséquilibrée puisque Montréal, avec près de 3 millions d'habitants, représente 44 % de la population du Québec ; cette proportion s'est accrue de façon constante au fil des années (29 % en 1911, 35 % en 1956). La région de Montréal regroupe aujourd'hui près de 69 % des emplois industriels de la province et 60 % du total des emplois de toutes les activités16. Montréal est aussi la première municipalité du Canada avec plus d'un million d'habitants, nettement devant Toronto (640 000 habitants), même si celle-ci est devenue la première agglomération du pays avec 3 400 000 habitants). Par son rôle de métropole économique, Montréal, avec ses couronnes de villes satellites, rayonne largement sur le Québec méridional mais aussi sur une partie de l'Ontario et du nord-est américain.

16Québec arrive loin derrière avec 650 000 habitants, mais nettement devant les petites capitales régionales qui ne regroupent qu'entre 120 et 140 000 habitants : Sherbrooke, Trois-Rivières, Chicoutimi-Jonquière. Plus banlieue d'Ottawa que capitale régionale, l'agglomération de Hull (200 000 habitants) fait partie de l'agglomération de la capitale (921 000 habitants) ; elle a évolué de façon très asymétrique puisque le déclin de la ville-centre est tel (61 000 habitants) qu'elle n'est plus la ville principale : c'est sa banlieue est, Gatineau, qui atteint aujourd'hui 92 000 habitants.

  • 17 "À force de se vouloir plus grosse que le bœuf, Montréal a oublié que c'était la qualité de vie qu (...)

17Cette évolution des agglomérations du Québec s'inscrit dans la stratégie du développement polarisé, largement appliquée depuis 25 ans à l'échelle du Québec et qui a toujours considéré Montréal comme le seul pôle susceptible d'assurer le développement de la Province. Non seulement les régions sont sorties perdantes d'une telle conception des choses, mais cette politique n'a pas permis non plus à Montréal d'assurer le développement qu'elle visait, en particulier dans sa compétition avec Toronto17.

  • 18 Léon Ploegearts et Claude Comtois, op. cit., p. 176. François Hulbert, "La croissance pour la croi (...)
  • 19 "La population de la zone métropolitaine de Montréal s'est accrue à un rythme moyen de 0,5 % par a (...)
  • 20 François Hulbert, Le sentiment d'appartenance dans une grande agglomération : Québec et Bordeaux, (...)
  • 21 Guy Mercier, Gilles Sénécal et Pierre André, "L'étalement urbain : les marges de Babel", Cahiers d (...)
  • 22 Yves Égal, "Des effets positifs de la densité urbaine", Transports urbains, no 83, avril-juin 1994 (...)

18Dans la perspective d'une définition de projets d'agglomérations pour le Québec, bien des concepts et des valeurs sont à repenser. Même si on a abandonné les prévisions démographiques insensées des années 1960, on en est encore aujourd'hui à la valorisation de la croissance pour elle-même : "les artisans de la planification et les élus ont postulé comme hypothèse de départ que la croissance est synonyme de progrès"18. Toujours plus semble être l'objectif fixé, la référence positive se faisant généralement avec l'agglomération où la croissance démographique est la plus forte19. Le sentiment d'appartenance, élément important de tout projet d'agglomération, a été mis à mal par la mise en place des mrc ; celles-ci ont fait éclater les agglomérations en morceaux. Il doit être redéfini en fonction des agglomérations et des régions20. Face à l'étalement urbain, la réalité d'agglomération n'arrive pas à prendre corps : "La ville contemporaine semble sous l'emprise d'une puissance qui la disperse"21. C'est le concept même de densité qu'il faut alors questionner et c'est souvent un contre-discours qu'il faut développer pour mettre en valeur les effets positifs de la densité urbaine22. Figées dans leurs compétences et leur territoire depuis 25 ans, les communautés urbaines n'ont pas créé un esprit d'agglomération ; les élus locaux ont toujours refusé d'en faire le lieu des débats indispensables au développement des compétences et des stratégies pour concevoir un projet unifiant les forces disparates qui affaiblissent les agglomérations actuelles.

  • 23 Les stratégies internationales des métropoles régionales. Textes réunis par Pierre Dommergues et N (...)

19Si une agglomération ne peut ignorer la région qui l'entoure et le réseau de villes dans lequel elle s'inscrit, il est vrai aussi que chaque ville, chaque agglomération est un cas spécifique et que c'est à partir de cette spécificité qu'elle peut construire un projet de développement23.

Le cas de Québec, la capitale

20Toutes les caractéristiques observées précédemment se retrouvent dans l'agglomération de la capitale qui pousse parfois même le trait jusqu'à la caricature ; la ville-centre n'a jamais réussi à faire converger les forces disparates de l'agglomération et à en assurer la maîtrise.

  • 24 La ville de Québec, dans sa partie centrale, est passée de 172 000 à 110 700 habitants entre 1961 (...)
  • 25 "L'étalement de l'agglomération de Québec : bilan démographique, rapports de forces et blocage géo (...)

21Dans les années 1970, la région de Québec reçoit des investissements massifs des deux niveaux de gouvernement (autoroutes, parcs industriels, projets industrialo-portuaires, rénovation-démolition au centre-ville pour faire place aux édifices à bureaux et aux grands hôtels). Le résultat est spectaculaire : bien qu'inachevé par rapport aux prévisions, le réseau autoroutier est nettement plus dense que dans les autres villes canadiennes et les quartiers centraux de Québec ont perdu plus de 60 000 habitants en 30 ans24. L'agglomération va s'étaler plus que les autres : la densité résidentielle est quatre fois plus faible qu'à Montréal et alors que la population de l'agglomération augmente de 80 % en 30 ans, l'espace occupé par les développements résidentiels augmente dans une proportion deux fois plus forte (165 %)25. Le périmètre d'agglomération repousse sans cesse ses limites, comme le montre l'évolution de la région métropolitaine de recensement et la CUQ occupe un poids démographique décroissant dans l'agglomération (87 % en 1971, 76 % en 1991).

22Les municipalités de Québec et Sainte-Foy ont réalisé des annexions territoriales éloignées de leur centre traditionnel par delà les autoroutes, les parcs industriels, l'aéroport et quelques municipalités désormais enclavées (Vanier, Loretteville, L'Ancienne-Lorette). Ces territoires, relativement vides dans les années 1970, constituent un appel à l'urbanisation nouvelle, au détriment des zones urbaines plus anciennes.

  • 26 Lebourgneuf, concept d'organisation, Ville de Québec, 1974, 118 p.
  • 27 Daniel Guay, Stratégie d'urbanisation d'une collectivité nouvelle : le cas de Lebourgneuf, mémoire (...)
  • 28 Daniel Guay, op. cit., p. 81.
  • 29 François Hulbert, "Les quartiers centraux de Québec : déclin persistant et revitalisation permanen (...)

23La Ville de Québec s'est ainsi lancée, à partir de 1974, dans la création d'un pôle urbain nouveau, Lebourgneuf, grand projet de "collectivité nouvelle" qui devait accueillir 50 000 habitants en 10 ans (le cinquième n'est pas atteint après 20 ans)26. Lebourgneuf devient aussi un pôle tertiaire, construit au détriment du centre de Québec : plus de la moitié des établissements qui s'y trouvent proviennent des quartiers centraux de Québec et ils représentent 70 % des emplois ainsi déplacés27. À vouloir à tout prix recréer "le prestige du centre-ville dans le secteur Lebourgneuf", c'est le véritable centre de l'agglomération qui stagne et ne joue pas son rôle28. Sa relance est pourtant à l'ordre du jour, à travers les études et les discours des décideurs locaux, depuis 30 ans29.

24À la fin des années 1980, la municipalité se lance dans un grandiose "projet du siècle" dans le quartier Saint-Roch du centre-ville ; il s'agit d'un vaste projet immobilier lié à un tunnel autoroutier et un métro de surface qui doivent drainer la clientèle régionale et permettre à la ville-centre de "se repositionner dans la bataille des centres commerciaux". Trop associé directement à la ville-centre qui détourne quasiment à son profit un projet de métro, le maire de Québec peut difficilement espérer l'appui des villes de banlieue et du gouvernement. Le projet va échouer ; repris, quelque peu modifié, avec le métro en moins, par la nouvelle équipe municipale élue en 1989, il va échouer une deuxième fois.

25Bien des projets laissés aux mains des municipalités donneraient des résultats plus probants s'ils relevaient de l'agglomération. C'est le cas des parcs linéaires le long du fleuve et le long de la rivière Saint-Charles. La cuq peut bien élaborer des "projets de mise en valeur du littoral", comme elle l'a fait en 1989 avec des présentations publiques ; pour l'essentiel, les réalisations sont encore à venir car relevant des municipalités qui procèdent parfois à la pièce dans des opérations très limitées. Un atout aussi majeur et évident pour tout projet d'agglomération est ainsi largement ignoré et la ville continue de tourner le dos au fleuve. Essentiellement circonscrit par le territoire de la Ville de Québec, suite aux annexions des années 1970, le parc de la rivière Saint-Charles est en projet depuis près de vingt ans.

  • 30 François Hulbert, "L'absence de réponses aux problèmes de l'agglomération", 1994, p. 580-587. Ce s (...)

26Par ailleurs, le schéma d'aménagement de la cuq impose à la ville-centre la compétition des centres secondaires de banlieue — Sainte-Foy, Charlesbourg et Beauport. Ce n'est pas un schéma d'agglomération puisqu'il consiste essentiellement en la juxtaposition des conceptions et des projets des municipalités composantes. Celui-ci a été négocié pour que chaque municipalité puisse faire valoir ce qu'elle considère comme son potentiel de développement en ce qui a trait aux centres commerciaux, aux édifices de bureaux et aux surfaces urbanisables. De plus, quand il sort en 1985, il est déjà largement inopérant puisqu'une bonne partie de la croissance urbaine s'étale en dehors de son territoire de compétence30.

  • 31 François Hulbert, "Bilan : l'échec d'une stratégie", op. cit., p. 316-321.
  • 32 Ibid., "Le rendez-vous manqué entre Québec et sa région", p. 345-375.

27L'agglomération continue de grossir par sa banlieue : c'est essentiellement le résultat de la stratégie du développement polarisé appliquée à l'échelle régionale. Cette stratégie de développement économique, largement pratiquée par les acteurs de la capitale, a pour l'essentiel échoué ; mais elle n'a pas eu pour seule conséquence de ne pas donner les résultats escomptés, en termes de développement industriel et portuaire dans l'agglomération et en termes de retombées économiques dans la région31. L'implantation d'infrastructures généralement qualifiées d'entraînantes au plan économique, le remblayage de rives du fleuve pour l'extension portuaire, la construction d'autoroutes et de grands boulevards sur presque toute la longueur de berges de la rive-nord et la pénétration automobile jusqu'aux portes de la vieille ville et au pied des édifices à bureaux et des grands hôtels ont largement contribué à la dévalorisation du patrimoine naturel et bâti. Cette politique de concentration des investissements au centre a peu à peu amené la région à se couper de sa capitale dont elle n'espérait plus les retombées positives, sans cesse annoncées mais jamais réellement concrétisées. L'absence de dialogue entre la capitale et sa région a finalement conduit à la création en 1988 de deux régions administratives de part et d'autre du fleuve32. Ce faisant, c'est aussi l'agglomération qui se trouve coupée en deux, compliquant d'autant la définition d'un éventuel projet d'agglomération.

Conclusion

28À tous les niveaux, c'est le morcellement et les forces centripètes qui prennent le dessus dans la plupart des agglomérations et des régions. Les conditions géopolitiques sont donc loin d'être réunies pour faire émerger des projets d'agglomérations. Au fil des années, les stratégies municipales ont toujours miné le plus souvent les rares tentatives de stratégies globales. C'est le cas de la cuq, affaiblie et déconsidérée par ceux-là mêmes qui en ont la charge : les élus municipaux. Ces derniers préfèrent les ententes intermunicipales qui balkanisent les compétences, en limitant toute cohérence de vision et d'action au niveau de l'ensemble urbain.

29Au Québec, les projets d'agglomération constituent un vaste chantier à ouvrir. Cette entreprise ne pourra faire l'économie d'un cadre géopolitique à repenser. Seule une réforme en profondeur de la structure politique et territoriale des agglomérations et des régions permettrait à celles-ci de prendre réellement en compte la réalité des problèmes auxquels elles sont confrontées.

Notes

1 Jean Décarie et Gilles Boileau, Le projet Archipel : une réflexion et une discussion géographiques, Cahiers de Géographie du Québec, vol. 27, no 71, 1983, p. 323-340.

2 Ludger Beauregard, Montréal : un diagnostic, Notes, Cahiers de géographie du Québec, vol. 31, no 84, 1987, p. 463-469.

3 Daniel Latouche, Le syndrome de Lévis, Le Devoir, 22-23 octobre 1994.

4 Jean Cimon, Le dossier outaouais, réflexions d'un urbaniste. Québec : éditions du Pélican, 1979, 184 p.

5 "Sus aux privilèges des banlieues, Jean-Paul L'Allier exhorte Québec à freiner au plus tôt l'étalement urbain", Michel Venne, Le Devoir, 22 janvier 1991. "Amener le gouvernement du Québec à créer une Commission de la Capitale", Plan stratégique, des idées à l'action, Ville de Québec, octobre 1993, p. 16. "Pour une véritable capitale, lettres d'appui au projet de mise sur pied d'une Commission de la Capitale", Plan d'action des industries gouvernementales, Service de la planification, Ville de Québec, août 1994.

6 Pierre Bérubé, Georges Brunel, Marc Morin, L'organisation territoriale du Québec, dislocation ou restructuration ? Québec : Les publications du Québec, 1993, 172 p. Traditionnellement découpé en 10 grandes régions, le Québec a procédé, au début des années 1980, à un regroupement de municipalités sous une nouvelle structure : les municipalités régionales de comtés (MCR) ; elles sont au nombre de 96.

7 Montréal, une ville-région, gtmr, décembre 1993, 147 p.

8 Renouveau municipal et régional, le défi municipal des cinq prochaines années. Ministère des Affaires municipales, Québec, 1970.

9 Jacques Benjamin, La communauté urbaine de Montréal : une réforme ratée. Montréal : L'Aurore, 1975, 160 p. François Hulbert, Essai de géopolitique urbaine et régionale. La comédie urbaine de Québec. Montréal : Méridien, 1994, 654 p.

10 Chrisitane Gagnon, La recomposition des territoires. Développement local viable : récits et pratiques d'acteurs sociaux dans une région québécoise. Paris : éditions L'Harmattan, 1994, 272 p.

11 Roger Bédard, La bataille des annexions. Montréal : éditions du Jour, 1965, 213 p.

12 Montréal, une ville-région, op. cit., p. 19.

13 Jean Cimon, Zonage agricole et développement urbain, Montréal : Méridien, 1990, 249 p.

14 Jean-Hugues Roy et Brendan Weston, Politique urbaine à Montréal, un guide du citoyen. Montréal, Guernica, 1990, 374 p. François Hulbert, Op. cit., 1994, p. 49.

15 Léon Ploegaerts et Claude Comtois, L'apport des schémas d'aménagement dans la recherche d'une planification régionale de l'axe Hull-Montréal. The Canadian Geographer/Le Géographe canadien, 1991, 35 (2) : 166-177.

16 À aucun moment, il n'y a eu une politique pour guider une partie de l'essor industriel montréalais vers les régions, comme le préconisait Michel Phlipponneau dès 1960 (L'avenir économique et social des Cantons de l'Est, un problème-type de planification régionale de la province de Québec, MIC, 1960, 219 p.).
S'il y a eu quelques velléités de combattre les déséquilibres régionaux, cela n'a jamais conduit au stade des politiques adéquates et des programmations ; ce faisant, les disparités régionales se sont accrues (Clermont Dugas, 1983, Les régions périphériques, défi au développement du Québec, Québec : Presses de l'Université du Québec, 253 p.).
Si Montréal se ressent durement de la crise économique depuis une dizaine d'années, c'est en partie parce que l'agglomération, en accumulant la population et les emplois, a aussi accumulé les problèmes : déclin des industries traditionnelles, chômage, pauvreté, dégradation du milieu, impuissance politique, miracle du gigantisme (Jean Barbe, "Sauve qui peut ma ville", p. 18-23, in Montréal, l'oasis du nord, Autrement, no 62, 1992).

17 "À force de se vouloir plus grosse que le bœuf, Montréal a oublié que c'était la qualité de vie qui attirait ici les visiteurs", Jean Barbe, op. cit., p. 22.

18 Léon Ploegearts et Claude Comtois, op. cit., p. 176. François Hulbert, "La croissance pour la croissance", op. cit., p. 127. En 1967, le plan directeur de l'agglomération de Montréal annonçait une ville qui devrait atteindre 6,7 millions d'habitants au tournant du siècle (Cahiers de géographie du Québec, no spécial sur l'étalement urbain, vol. 38, no 105, décembre 1994, p. 306) ; ce sera moitié moins.

19 "La population de la zone métropolitaine de Montréal s'est accrue à un rythme moyen de 0,5 % par année. Bien que cette performance puisse paraître décevante par rapport à celle de Toronto...". Les Conférences socioéconomiques du Québec, Le Grand-Montréal, 1981, Etat de la situation, p. 10.
"Depuis plusieurs années déjà, la région métropolitaine de Toronto connaît une croissance nettement supérieure à celle de l'agglomération montréalaise", Plan stratégique du Grand Montréal, 1991, p. 8.

20 François Hulbert, Le sentiment d'appartenance dans une grande agglomération : Québec et Bordeaux, quelques éléments de comparaison dans deux communautés urbaines. Communication et Organisation, no 1, mai 1992 (GRECO - Groupe de Recherche en Communication des Organisations, Université de Bordeaux 3), p. 120-125.

21 Guy Mercier, Gilles Sénécal et Pierre André, "L'étalement urbain : les marges de Babel", Cahiers de géographie du Québec, vol. 38, no 105, décembre 1994, p. 253-257.

22 Yves Égal, "Des effets positifs de la densité urbaine", Transports urbains, no 83, avril-juin 1994, p. 27-31.

23 Les stratégies internationales des métropoles régionales. Textes réunis par Pierre Dommergues et Nanon Gardin, Paris : Syros/Alternatives, 1989, 320 p. Voir en particulier : "Comment faire émerger un projet de ville ?" par Hugues Sibille, p. 93-98 et "La planification stratégique au niveau local" par Bill Schweke, p. 99-105. Les auteurs évoquent la nécessité de faire du sur mesure, d'impliquer les citoyens, de rendre lisible tout projet, de sortir des rivalités de clochers, d'assurer la cohésion entre la ville-centre, les banlieues et la région, de ne pas laisser le développement aux mains des technocrates ("promouvoir le développement n'est pas un exercice pour technocrates, mais relève davantage de l'art politique").

24 La ville de Québec, dans sa partie centrale, est passée de 172 000 à 110 700 habitants entre 1961 et 1991. L'agglomération possède 21,6 km pour 100 000 habitants, alors que ce chiffre est de 8,8 à Montréal et 7,0 à Toronto (F. Hulbert, 1994, op. cit., p. 420-426).

25 "L'étalement de l'agglomération de Québec : bilan démographique, rapports de forces et blocage géopolitique", F. Hulbert, Cahiers de géographie du Québec, vol. 38, no 105, décembre 1994, p. 284-295.

26 Lebourgneuf, concept d'organisation, Ville de Québec, 1974, 118 p.

27 Daniel Guay, Stratégie d'urbanisation d'une collectivité nouvelle : le cas de Lebourgneuf, mémoire de géographie, Université Laval, 1992, 101 p. "On vide le centre-ville pour remplir Lebourgneuf" lancent plusieurs promoteurs immobiliers, lors d'un colloque de la Chambre de commerce, le 20 septembre 1990.

28 Daniel Guay, op. cit., p. 81.

29 François Hulbert, "Les quartiers centraux de Québec : déclin persistant et revitalisation permanente", op. cit., 1994, p. 514-551.

30 François Hulbert, "L'absence de réponses aux problèmes de l'agglomération", 1994, p. 580-587. Ce schéma de 1985, toujours en vigueur aujourd'hui, montre ses limites, lorsqu'en 1991 le service d'aménagement de la cuq réclame des mesures plus efficaces et qu'une Commission sur l'étalement urbain est créée. En 1993, le constat et le même : "le schéma d'aménagement de la cuq n'a pas réussi à freiner l'étalement urbain coûteux… cette incapactié régionale à planifier l'expansion urbaine affecte tous les secteurs d'activités" (Conseil régional de concertation et de développement de Québec). F. Hulbert, "L'étalement de l'agglomération de Québec", op. cit.

31 François Hulbert, "Bilan : l'échec d'une stratégie", op. cit., p. 316-321.

32 Ibid., "Le rendez-vous manqué entre Québec et sa région", p. 345-375.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Lebourgneuf et les pôles d'emplois dans le CUQ
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Fig. 2a – Agglomération de Sherebrooke
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 2b – Agglomération de Trois-Rivières
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 3 - Le réseau urbain du nord-est américain
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Fig. 4a - Les lieux de pouvoir dans l'axe laurentien
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9729/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 4b - L'agglomération d'Ottawa-Hull
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9729/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search