Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Villes en projet(s) : cas étrangers

Dublin : de la modernité à la recherche du temps perdu

Andrew MacLaran

Texte intégral

1L'Irlande est un pays qui ne s'est urbanisé que récemment. Ce n'est que dans les années soixante que la majorité de la population est devenue urbaine. Dublin, la capitale, est une ville d'un million d'habitants dans un pays qui en compte 3,5 millions.

2En Irlande, la politique urbaine ne s'est jamais laissée dominer par des arguments logiques. Elle préfère plutôt la facilité du désordre, en espérant que, contre toute évidence, les solutions improvisées finissent par marcher en fin de compte. Le meilleur exemple en est la relation entre l'occupation des sols et la planification des transports. L'occupation des sols et les transports étant étroitement liés, il serait tout à fait logique que leur planification soit commune. À Dublin cependant, ce concept relativement élémentaire a longtemps été inconnu et les plans d'occupation des sols et ceux des transports ont tendance à être élaborés chacun de leur côté ! Donc, dans un tel environnement où la planification stratégique est très faible et où les efforts concertés pour promouvoir la ville sont peu importants, il est difficile de parler de "la ville en projet". Mais, on peut, au moins, distinguer un changement de politique significatif pendant les trente dernières années.

L'héritage économique, politique, idéologique et bâti

3Pour comprendre la politique urbaine dublinoise, on doit comprendre l'héritage économique et idéologique dans lesquels elle a été créée. La tutelle britannique et, pendant le dix-neuvième siècle, la perte des industries textiles, avaient produit une économie languissante, un héritage de chômage et d'émigration, et des conditions sociales affreuses. La pauvreté des classes populaires était visible dans les conditions des habitations et dans le taux de mortalité, qui était plus élevé que ceux de Glasgow, de Liverpool ou de Manchester.

4Devenu indépendant, l'état irlandais a remplacé l'autorité britannique par le pouvoir de la bourgeoisie irlandaise et de la classe des plus grands fermiers. Pendant les années trente, quarante et cinquante, quoiqu'elle n'ait produit que de la pauvreté et de l'émigration, les politiciens poursuivaient une politique d'autarcie (d'indépendance économique) et ils ont construit le mythe romantique dont de Valera a parlé, d'une Irlande spirituelle, un pays de "jolies filles qui dansaient aux carrefours". Avant l'arrivée des Vikings, il n'y avait pas d'implantation urbaine et la société irlandaise était rurale, tribale et pastorale. Donc, pour les politiciens, la vraie Irlande était rurale et gaélique. Par conséquent, la politique du gouvernement pénalisait Dublin, centre de la tutelle britannique, en favorisant l'aménagement des paysages ruraux. Quoique cette politique d'autarcie ait été rejetée pendant les années soixante, on peut toujours trouver des éléments de cette idéologie anti-urbaine, même dans la politique de la Mairie.

5Bien qu'on puisse retracer l'histoire de Dublin sur plus de mille ans, assez peu d'éléments du paysage urbain contemporain sont antérieurs à 1650. Mais les dix-huitième et dix-neuvième siècles ont doté la ville de beaux bâtiments publics et de quartiers résidentiels, dont la plupart ont survécu jusqu'à aujourd'hui. Les protestants aisés ont fui le centre-ville pour s'établir dans les banlieues, afin de se séparer de la classe ouvrière et des catholiques. Les promoteurs du xixe siècle ont créé de prestigieuses banlieues de classe moyenne et des maisons d'artisans. La conséquence du déclin économique irlandais du xixe siècle fut la négligence de l'entretien des bâtiments et le centre-ville est devenu très délabré. Mais le déclin a épargné le centre-ville des assauts des promoteurs immobiliers. Une guerre civile a suivi l'indépendance de 1922, qui a été suivie par des difficultés économiques jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale. Après la guerre, l'économie a stagné, tandis que la majorité des pays européens connaissait une croissance très élevée. Donc, en 1960, on trouvait à Dublin un centre-ville qui avait conservé presque intact son héritage du dix-huitième siècle. Mais, pendant les trente années suivantes, rien n'a été épargné pour réaliser ces opérations de vandalisme, en détruisant la ville avec un enthousiasme inégalé.

La modernisation

6Avec la croissance économique des années soixante, après cent cinquante ans de stagnation, l'économie irlandaise a été transformée. La perte des emplois dans l'agriculture et la croissance des emplois dans le secteur tertiaire, ont produit une migration vers Dublin. Dublin a connu une période de rapide croissance démographique. La population passa de 718 000 habitants en 1961 à plus d'un million en 1981.

7La croissance de Dublin créait une demande pour des habitations, des usines, des bureaux et des moyens de transport. Pendant les années soixante, soixante-dix et la majorité de la décennie quatre-vingt, la Mairie poursuivait une politique de modernisation afin de créer une ville qui pourrait représenter la capitale d'un état moderne. D'ailleurs, l'héritage économique, de la pauvreté et du chômage, et l'héritage idéologique anti-urbain, ont produit un environnement politique où la priorité était de créer des emplois, de n'importe quelle façon.

8La construction produit beaucoup d'emplois et, dans ce projet de modernisation, l'environnement bâti ne représentait qu'un héritage honteux de l'époque de l'impérialisme britannique. Donc, la Mairie négligea de protéger cet héritage architectural et, avec la démolition des taudis qui se trouvaient pour la plupart dans les bâtiments géorgiens, la Mairie elle même contribua à la destruction de ce patrimoine précieux. La destruction d'une grande proportion de cet héritage a été le fruit des efforts conjoints des promoteurs immobiliers, de la Mairie et des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, tous désireux de doter la ville des symboles de la modernité : le béton, le verre et le bitume. Avec ses nouveaux éléments indispensable de la modernité, ses grands ensembles, ses autoroutes, ses bureaux hideux, ses friches et ses bâtiments délabrés, Dublin est devenue une ville moderne ! Trois villes nouvelles ont été créées, mais à la différence de la Grande Bretagne, avec un minimum de dépenses publiques. Ainsi, en 1979, lorsque la population d'une des trois villes nouvelles dépassait 30 000 personnes, il n'y avait que trois cabines téléphoniques dans toute la ville. Mais, la plupart des constructions de banlieue sont des rangées de maisons basses individuelles ou jumelées qui constituent un milieu urbain d'une monotonie pesante. C'était une modernisation bon marché.

9La planification urbaine accordait peu d'importance à la protection de l'environnement bâti. D'après la loi de planification (1963), il n'est pas nécessaire d'avoir une autorisation pour démolir un immeuble. Un amendement de 1967 a toutefois annulé cette exemption pour les bâtiments "dignes de protection" inscrits dans le plan de développement. Cependant, la protection des bâtiments se résume en grande partie à dresser une liste des immeubles de grande valeur architecturale. L'entretien des bâtiments de Dublin n'avait, jusqu'à récemment, pas de base légale. Dans de telles conditions, un promoteur désireux de mener une opération de rénovation dans un site comprenant des bâtiments inscrits, n'avait aucun mal à déplacer quelques tuiles et à laisser l'eau s'infiltrer insidieusement, exposant ainsi toute la construction à l'attaque de l'eau. L'exposition aux attaques naturelles rendant le bâtiment peu sûr, les autorités responsables des bâtiments dangereux ordonnaient le plus souvent sa démolition !

10À Dublin, un examen des rangées de maisons du dix-huitième siècle et du début du dix-neuvième siècle révèle souvent un manque de continuité et un stade de dégradation qui laissent perplexes les visiteurs étrangers. Sur la rive nord, de nombreux bâtiments géorgiens s'effondrent, faute d'occupants. Beaucoup d'entre eux ont été démolis par la Mairie afin de supprimer les taudis. Par contre, dans les prestigieux quartiers du sud, ils sont menacés par la construction de nouveaux bureaux. Nombreux sont les bâtiments de valeur qui ont ainsi été récemment démolis. Entre 1980 et 1985, 80 bâtiments inscrits ont été démolis ou autorisés à l'être, et 50 autres ont subi des travaux néfastes à leur caractère architectural.

11En tant que promoteur, le secteur public n'a pas plus montré d'attention envers l'héritage historique dublinois que les promoteurs privés. En 1964, l'Agence Nationale de l'Electricité a été responsable de la démolition de 16 maisons géorgiennes qui a entraîné la destruction de la plus belle perspective de la ville du dix-huitième siècle qui s'étendait sur un kilomètre. Plus récemment, afin de faire agrandir la Galerie Nationale de Peinture, il y a dix-huit mois le Bureau des Travaux Publics a démoli un bâtiment géorgien qui possédait des plafonds plâtrés de très grande qualité.

12Il est malheureux que, pour une ville réputée pour ses façades discrètes et ses intérieurs splendides, il ait fallu attendre 1976 pour que la législation ordonne la protection des intérieurs. Néanmoins, jusqu'en 1991, pas un seul des intérieurs dublinois n'était inscrit dans les listes de préservation. Ceci a eu pour résultat une perte inestimable pour le patrimoine de la ville. De plus, cette perte regrettable de nombreux bâtiments du dix-huitième siècle est rendue encore plus triste par leur remplacement par des bâtiments d'une laideur incroyable. Il faut regretter que la plus grande phase de rénovation ait eu lieu pendant les années soixante et soixante-dix, une époque où la profession architecturale était à son plus faible niveau.

13Si la protection des rues et de leur architecture a lamentablement échoué avec les règles de planification actuelles, la conservation du patrimoine archéologique a quant à lui été désastreux. La manière dont a été traité le site viking de Wood Quay est un exemple de parfait gaspillage. À Wood Quay, il y a douze ans, la Mairie a construit un centre administratif sur l'un des plus intéressants sites archéologiques de la ville, le port médiéval. Ici, sur un espace de 2 hectares et dans un bon état de préservation on a trouvé sur 9 mètres de profondeur, des couches d'habitations comprenant toute une série de villes de l'âge Viking et des Anglo-Normands, développées à partir du dixième siècle.

14Il est regrettable qu'un site de telle importance européenne se soit trouvé à Dublin. Malgré les protestations internationales et locales, dont une manifestation de 20 000 personnes, grâce à l'intransigeance bureaucratique et à une totale absence de conscience culturelle, la majorité du site n'a jamais été convenablement fouillée. Sur la plupart du site, les niveaux supérieurs datant des xve et xvie siècles, ont été déblayés à la pelle mécanique, les travaux ne s'arrêtant pour permettre des recherches archéologiques que lorsque les niveaux du treizième siècle furent atteints.

15Encore pire, deux mois après son classement comme Monument historique, la Mairie, dans sa hâte de construire ses nouveaux bureaux, a demandé et obtenu la permission de détruire complètement le site, et les couches qui restaient (sur 90 % du site) ont été emportées sans avoir été explorées.

16Comment, après cela, pouvons-nous espérer que les promoteurs immobiliers privés traitent avec plus de respect les découvertes archéologiques. En Europe, rares sont les administrations urbaines qui montreraient un tel mépris pour leur patrimoine. L'attitude qui a longtemps prévalu au sein de la Municipalité de Dublin peut être résumée par les paroles immortelles de Sir Boyle Roche, un parlementaire irlandais du dix-huitième siècle :

"Pourquoi faire quelque chose pour la postérité ?
Qu'est-ce que la postérité a jamais fait pour nous ?"

17En fait, le plan de développement de 1991 définit une "Zone Archéologique" en plein centre-ville, dont la planification a pour but de prévenir tout développement néfaste et de protéger les vestiges archéologiques. Mais une grande partie de cette zone a également été désignée comme Zone de revitalisation et de rénovation, ce qui ne laisse pas présager un avenir trop radieux.

18La longue litanie des initiatives publiques mal conduites donne l'impression que l'intervention de l'État dans le domaine urbain est exécutée avec toute la délicatesse d'une opération du cerveau accomplie à l'aide d'une bêche.

19On le voit, en outre, dans les plans des ingénieurs des travaux publics qui ont imposé leur plan d'élargissement des rues en plein cœur de la ville, où ils continuent de mener une politique d'infrastructure depuis longtemps abandonnée à l'étranger par des administrations plus clairvoyantes. En 1982, 82 rues étaient destinées à l'élargissement et 9 routes devaient être créées ex nihilo. En outre, au lieu de contourner le centre historique, les routes sont au contraire élargies et prolongées à travers la vieille ville, détruisant le réseau médiéval. Trente années de "tout pour la voiture" sont reflétées par l'importance des terrains vagues et des immeubles vacants autour du centre ville, dont la plus grande partie concerne les projets d'élargissement de la voirie. En 1986, on trouvait en centre-ville environ 600 terrains vagues et immeubles dégradés, sur une superficie totale de 65 ha. Près de 40 % de ces sites résultaient d'opérations menées par la Municipalité elle-même. De plus, les Ingénieurs des Travaux Publics n'avaient aucune obligation de restaurer les bâtiments, si bien que, généralement, la rue était laissée en l'état pendant plusieurs années après son élargissement.

20Les Ingénieurs des Travaux Publics avait proposé d'élargir d'environ 6 mètres la route le long des quais de la Liffey. Logiquement, les propriétaires ont abandonné l'entretien des bâtiments destinés à la démolition, ce qui a inévitablement entraîné leur dégradation. Pendant les années 1980, ce qui était auparavant un des éléments les plus précieux du paysage urbain dublinois se retrouvait dans un état déplorable. Puis, après quinze ans de dégradation et de démolition sporadique, les plans d'élargissement des quais ont été abandonnés, et le gouvernement a dû créer des aides spéciales en faveur de la rénovation de ces bâtiments afin de corriger cette erreur coûteuse.

21En effet, le lobby écologiste, qui prône l'idée que des considérations autres que commerciales devraient prédominer dans les décisions de planification, a longtemps été considéré par le cercle bureaucratique de la Municipalité comme un groupe d'extrémistes fanatiques et a été accusé de vouloir "remettre le dentifrice dans le tube".

Réévaluation

22Pendant les années 1970 et 1980, il y eut une croissance rapide du mouvement de conservation ; contre la destruction des vieux bâtiments, contre les projets des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, contre la disparition des communautés du centre ville et leur renvoi vers les banlieues, et pour l'aménagement du centre-ville, pour les transports en commun et pour la restauration des vieux bâtiments. Heureusement, il y a des signes que la politique urbaine est en train de changer.

23Preuve d'une maturité politique, cela marque, peut-être, une réconciliation avec l'indignité du passé colonial. Quoiqu'ils aient été développés pour les protestants aisés, la reconnaissance que les bâtiments du xviiie siècle étaient, pour la plupart, l'œuvre d'artisans irlandais, a encouragé le réexamen de l'importance du patrimoine urbain, comme les Irlandais ont réconcilié jadis la richesse de la littérature des écrivains anglo-irlandais et des Irlandais catholiques qui écrivaient en anglais, la langue de l'autorité coloniale.

24Surtout, le rôle du patrimoine dans le marketing de la ville, et de l'Irlande elle-même, comme centre du tourisme culturel, a renforcé le devoir de protéger l'environnement bâti. (De toute façon, combien de personnes vont en vacances à Cergy-Pontoise ou à l'Isle-d'Abeau, dans les villes nouvelles bien ordonnées et réglées par les planificateurs ? Assurément, on préfère les textures, la patine, l'authenticité, le désordre, les surprises architecturales, la saleté même des villes anciennes qui sont les produits d'une évolution imprévue.)

25Au cours des années quatre-vingt, encouragé par des groupes conservateurs, afin de promouvoir l'image culturelle, historique et touristique de la ville, le gouvernement irlandais demanda un changement de direction de la politique de la Mairie. Sans aucune consultation avec la Mairie, en 1986, le gouvernement a créé des Zones d'Aménagement autour du centre commerçant de Dublin. Les principaux aspects de cette politique de renouvellement urbain ont été liés à la politique de construction immobilière du secteur privé. Aujourd'hui, si vous restaurez un bâtiment ou si vous construisez un bâtiment tout neuf dans ces Zones, vous pouvez réduire vos impôts et recevoir effectivement les loyers sans impôts. À Temple Bar, un endroit qui se développait depuis le dix-septième siècle au bord du fleuve et qui se trouve aujourd'hui en plein cœur de la ville au beau milieu du centre commerçant, le gouvernement a établi une Zone d'Aménagement réservée aux activités culturelles et touristiques. Ici, le gouvernement a écouté les demandes des groupes conservateurs d'abandonner le projet de démolition de presque tout ce quartier historique afin de créer une gare routière et des bureaux. Mais, c'était une victoire qui résultait davantage d'un manque de fonds publics que d'une grande vision urbaine.

26Malheureusement, partout dans les Zone d'Aménagement cela a davantage entraîné un redéveloppement de l'espace qu'une réhabilitation des immeubles. D'ailleurs, elle a même encouragé le délabrement des maisons géorgiennes afin de construire des bâtiments encore plus rentables. De plus, les nouvelles utilisations du sol ne sont pas celles dont les habitants du centre-ville pourraient tirer le plus grand profit à long terme. En général, ces projets concernent le développement de bureaux, créant des emplois techniques ou administratifs pour lesquels la population locale n'est pas qualifiée, ou le développement des appartements qui coûtent trop chers ou qui se louent à un loyer trop élevé pour le revenu des habitants locaux. Il s'agit donc d'une politique qui ne répond en rien aux problèmes des communautés locales où le taux de chômage dépasse 35 %. En fait, lorsqu'elle a provoqué une augmentation des coûts fonciers, à cause des spéculations, elle peut même accroître la difficulté de trouver des locaux à un prix abordable pour les activités de la communauté locale.

27Le réaménagement des quais de la Maison des Douanes géorgienne, afin de créer un centre financier international, a juxtaposé un des ensembles immobiliers les plus coûteux du pays à un des ensembles résidentiels (H.L.M.) les plus pauvres, où le taux de chômage dépasse 75 %. Comme une telle manifestation des inégalités engendrées par le système capitaliste est apparue inacceptable, il a été décidé que cette communauté serait déplacée.

28Donc, cette politique imposée par le gouvernement ne répond pas toujours aux besoins de la classe populaire qui habite le centre-ville. D'ailleurs, c'est une politique qui n'a pas protégé l'environnement bâti, car elle a davantage entraîné un redéveloppement de l'espace au lieu de la réhabilitation des bâtiments. En effet, cela reste toujours une politique au service des hommes d'affaires et, surtout, des promoteurs immobiliers.

29C'est une politique qui a produit des résultats très visibles et qui donc montre clairement que le gouvernement s'intéresse aux problèmes de la population du centre-ville. Entre temps, le succès éclatant des opérations de développement engendrées par la politique actuelle a permis au gouvernement d'abandonner toute tentative concertée d'attraction d'emplois industriels adaptés aux besoins de la communauté du centre-ville, car c'est une politique qui coûterait vraisemblablement beaucoup plus cher.

30Il y a quelques années, un planificateur écossais remarquait que "l'Irlande devient de plus en plus l'endroit où envoyer des gens pour voir ce qui arriverait si vous abolissiez toute planification". C'est un peu sévère mais, malheureusement, son observation n'est encore que trop vraie. Quant à la participation démocratique, un des planificateurs dublinois a ouvertement admis qu'ils sont

"suffisamment experts pour rendre le plan si complexe que l'individu moyen ne peut rien comprendre". (McGuirk, 1991)

31Les planificateurs sont surtout réticents devant la participation du public, car ils ont eux-mêmes le sentiment de représenter "l'intérêt public". Comme le remarquait un autre planificateur :

"nous sommes payés pour le faire. Faire participer le public, c'est comme acheter un chien et aboyer à sa place". (McGuirk, 1991)

32Malheureusement, c'est une attitude qui domine toujours dans les projets de l'administration dublinoise.

Bibliographie

Bibliographie

MacLaran A. Dublin : the Shaping of a Capital, London : Belhaven, 1993.

McGuirk P. Perspectives on the Nature and Role of Urban Planning in Dublin. Unpublished Ph.D. thesis, Department of Geography, Trinity College, University of Dublin, 1991.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search