Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Villes en projet(s) : cas étrangers

II. Villes en projet(s) : cas étrangers1

Guy Burgel

Texte intégral

  • 1 Ce texte est extrait de la synthèse rédigée par G. Burgel qui a présidé la séance sur ce thème.

1Les communications présentées et les discussions qui ont suivi se sont efforcées d'assurer ce double risque de l'enrichissement mutuel autour de trois interrogations principales. Comment se traduit et se produit la matérialité du changement urbain ? Comment les attributs culturels et sociétaux des fonctions urbaines deviennent, dans la période contemporaine, à la fois signes d'urbanité et moteurs de croissance et d'identité pour les villes ? Comment enfin se superposent les différents territoires de la cité, de l'étendue réelle de l'agglomération au découpage administratif et politique de la gestion et du projet ?

2En fait, l'unité de la période contemporaine paraît se manifester autour d'un renversement des facteurs de l'urbanisation. La culture, le sport, les images et les demandes qu'ils véhiculent, mais aussi les équipements qu'ils génèrent, apparaissent moins des résultats de l'efficacité économique de villes considérées comme des outils de progrès matériel, que comme des produits initiaux destinés à bâtir des identités urbaines modernes, propres à susciter de nouveaux investissements financiers. Mais, si le sens du retournement semble bien établi, on peut encore douter de sa puissance effective à relancer la dynamique urbaine, notamment dans le cas de vieilles agglomérations industrielles. Le musée Guggenheim suffira-t-il à assurer l'avenir de Bilbao ?

3Il n'est peut être pas inutile de faire deux rappels à la prudence. Ce que j'ai appelé de façon provocatrice, "l'éloge du cynisme urbain", c'est plus simplement le respect du bien-être et des intérêts de la société, même à court terme : on ne fait pas le bonheur, ni l'enrichissement des gens, à coups de projets esthétiquement justes et moralement fondés, sans leur proposer en même temps des compensations matérielles immédiates visibles. Ou, plus spirituellement, comme le rappelait Andrew MacLaran, à la suite d'un parlementaire irlandais du xviiie siècle : le "Pourquoi faire quelque chose pour la postérité ? Qu'est-ce que la postérité a jamais fait pour nous ?" contient, derrière l'humour, une bonne dose de réalisme froid, mais aussi d'humanité profonde. Enfin, nous enrichirions certainement beaucoup nos approches méthodologiques à remplacer nos habituelles recherches de causalités, en simples établissements de simultanéités : l'histoire sociale urbaine n'a rien à gagner dans des mécanismes simplistes, qui cachent les véritables interactions de processus autonomes.

Notes

1 Ce texte est extrait de la synthèse rédigée par G. Burgel qui a présidé la séance sur ce thème.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search