Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

I. Projets et temporalités urbaines

Le projet d'aménagement de la Seine de 1769 ou la promotion d'un nouvel espace fluvial parisien

Isabelle Backouche

Texte intégral

  • 1 Cette évaluation repose sur l'étude des droits de halage et de gare établis par les lettres patent (...)

1Acheminant près des deux tiers des approvisionnements1 et fournissant plus de la moitié de la consommation en eau, la Seine s'impose comme un espace nourricier, rôle majeur dans la ville moderne. Ce poids dans la satisfaction des consommations essentielles à la vie mérite un regard particulier. Le fleuve concentre une grande variété d'activités économiques qui font vivre la ville : le marchand y distribue les produits venus de la campagne, le parisien y achète ses consommations essentielles, le roi et le prévôt des marchands y lèvent des droits indispensables à leurs finances. Tous les parisiens, et les pouvoirs qui les encadrent, sont dépendants des richesses que le fleuve prodigue et cette évidence lui donne une place privilégiée dans leur univers mental.

2Mais les sollicitations dont le fleuve est l'enjeu s'accroissent, aboutissant à la multiplication des conflits dès le milieu du xviiie siècle. La diversité des formes d'investissement de l'espace fluvial par la population parisienne explique l'obstination des hommes à défendre leurs "droits" sur le fleuve. L'exaspération des relations entre les usagers s'accentue, révélant les limites des bienfaits qu'apporte le fleuve dans un contexte technique qui évolue peu et face à des besoins en constante progression. Des choix s'opèrent qui montrent l'émergence d'une hiérarchisation des pratiques au profit de la navigation, outil essentiel de l'approvisionnement urbain. Le mouvement est lent, rencontrant de fortes résistances et des pesanteurs d'usage qui fondaient la différenciation et la spécificité de chaque point du fleuve.

3Le plan d'aménagement de la Seine, conçu entre 1758 et 1769, fait du fleuve un espace pionnier, en matière d'urbanisme. Il est l'épine dorsale d'un projet à l'échelle de la capitale dont les opérations touchent la majorité des quartiers parisiens. En cela, il peut être considéré comme le premier plan d'aménagement parisien et l'on ne peut manquer de faire le rapprochement entre ce tournant de l'urbanisme parisien et le constat que nous avons fait au sujet de cet espace urbain. Lieu de conflits d'usages et de rivalités de compétence qui connaît déjà des amorces de réorganisation des activités, il s'impose donc comme un espace qui nécessite des transformations en profondeur auxquelles l'urbanisme essaie d'apporter des solutions.

La genèse du projet

4Sanctionné par les lettres patentes du 22 avril 1769, il est le fruit de la volonté et de la persévérance de deux hommes : le prévôt des marchands, Jean-Baptiste Elie Camus de Pontcarré de Viarmes et le maître général des bâtiments de la ville, Pierre-Louis Moreau-Desproux.

  • 2 A.N, Q1 1109, s.d.

5Dès 1758, le prévôt des marchands fait dresser un état de la dépense "pour la formation des nouveaux quais et remparts de Paris, ainsi que pour la suppression des maisons bâties sur les ponts de Paris et l'ouverture de quais le long de la rivière"2. Le tableau 1 récapitule des dépenses prévues pour mener à bien ces travaux.

Tableau 1 - Récapitulation des dépenses liées au projet de 1758

Travaux

Montant en livres

Construction quai de Pontcarré

1 224 000

Nouveau rempart au midi de Paris

650 000

Remboursement des maisons et reconstruction de la pompe Notre Dame avec travaux à faire tant sur les quais que sur les ponts

9 075 928

Construction du pont de pierre pour la communication des deux îles

1 200 000

Place du roy et autres travaux

2 400 000

Différents travaux le long de la rivière

950 072

Total général

15 500 000

A déduire

Vente des 523 maisons à démolir + 700 toises de places à vendre

800 000

Reste des dépenses à faire

14 700 000

On propose d'exécuter le projet ci-dessus en 12 ans, ce qui fait un objet de dépense chaque année de

1 225 000

6Les autres travaux sur la rivière, estimés à neuf cent cinquante mille soixante douze livres, concernent l'amélioration de la navigation et la cohabitation des différents usages du fleuve. Le transfert du port aux pierres de Saint-Leu près de l'île des Cygnes montre que la présence de ce port est incompatible avec la nouvelle place royale. On lui fait traverser la Seine où il rejoint les marchands de bois et le déchirage des bateaux. Il est prévu de nettoyer le bras de l'île des Cygnes pour que les bateaux puissent s'y garer. Une autre gare sera aménagée dans les fossés de l'Arsenal et enfin, on améliore les rives de la Seine de Charenton à Sèvres en faisant des chaussées de pavé :

  • 3 A.N, Q1 1109, s.d.

7Afin que les ports de Paris soient moins embarrassés et que les marchands y soient à leur aise pour leur commerce parce qu'il arrive très souvent que les marchands de bois ont des pertes considérables faute d'avoir des endroits pour mettre leurs trains en sûreté et que les bateliers perdent leurs bateaux faute de gare3.

8Ainsi, Pontcarré de Viarmes jette les bases d'une opération d'envergure sur le fleuve et il n'ignore pas les besoins des marchands sur la Seine en envisageant l'amélioration du fleuve à l'amont et à l'aval de la ville. Il concilie avec ses différents plans le dégagement du fleuve, l'amélioration de la circulation grâce à la ligne de quais et de nombreux équipements pour le bien-être du commerce fluvial parisien.

9Si en 1763, il confie à Moreau-Desproux la réalisation du plan qui sera présenté au roi en 1769, l'action du prévôt des marchand témoigne du pragmatisme de ce projet. On commence par chiffrer les différentes étapes nécessaires à la réalisation du projet (indemnités, travaux, construction de ponts, rénovation de la pompe, achèvement de la place royale, amélioration des ports) avant de dessiner le plan qui servira de base aux lettres patentes du roi qui approuvent le projet.

10Cette chronologie dans la mise en œuvre du projet est originale à l'époque, et elle conforte l'idée d'un nouvel urbanisme en prise avec la réalité économique de l'espace concerné. En effet, toutes les opérations prévues en 1758 sont reprises et détaillées dans le plan dessiné par Moreau-Desproux. Mais, l'action de Pontcarré de Viarmes entre 1758 et 1763, en amont de la réalisation du dessin de Moreau-Desproux, transforme la portée de ce dernier. Il est la simple expression graphique d'opérations conçues par celui qui régule les usages sur le fleuve et non une œuvre de conception originale due à un architecte.

Un projet au service de la navigation et de la circulation

  • 4 Il a succédé à Pontcarré de Viarmes en 1764.

11Le 12 mars 1769, le roi signe le plan que lui proposent Pierre-Louis Moreau-Desproux et le prévôt des marchands Bignon4. De dimension assez importante, cet original a disparu et ce plan nous est connu grâce à une réduction en livre portatif qui fut exécutée sur les ordres du prévôt des marchands entre 1770 et 1780.

12Dans son introduction, Moreau-Desproux isole deux thèmes essentiels : les motifs qui nécessitent l'aménagement du fleuve et l'importance d'un projet général :

  • 5 B.N, Cabinet des Estampes, Ve36, p. 3.

Les maisons qui existent encore sur plusieurs ponts, celles qui se trouvent le pied dans l'eau bordant la rivière en plusieurs endroits, causent des inconvénients considérables en interceptant la circulation de l'air, embarrassant la navigation et dérobent aux yeux la vue du plus beau spectacle que la capitale puisse offrir. Ces inconvénients ont souvent excité le désir de les voir supprimer ; d'autres rectifications, des percements de nouvelles rues, la construction de nouveaux ponts, n'ont pas moins occupé l'administration de la ville ; divers projets ont été formés dans la vue de parvenir à remplir la plus grande partie de cet objet ; on a vu des entreprises commencées, abandonnées ensuite ou interrompues ; de grandes dépenses sont devenues inutiles parce que ces projets conçus séparément les uns des autres ne pourvoient se correspondre ; ces considérations ont mis le Bureau de la ville dans le cas de désirer qu'il fut formé un projet général des Embellissements dont les différents quartiers de la ville recevraient le plus d'avantages5.

  • 6 On peut citer par exemple Poncet de la Grave, Projet des embellissements de la ville et faubourgs (...)

13Moreau-Desproux offre ici une synthèse des thèmes abordés par les auteurs qui s'intéressent au fleuve à la fin du xviiie siècle6. Son projet illustre bien la synthèse originale qui émerge à cette époque entre urbanisme de décoration et urbanisme utilitaire. À cet égard, l'espace fluvial est un espace-test pour mesurer les relations entre un tel projet et la réalité économique urbaine de l'époque. Ses auteurs sont sensibles à la situation critique que connaît l'espace fluvial mais ils restent attachés à une conception esthétique et ostentatoire de l'embellissement urbain. Forte de son poids économique et de ses spécificités dans l'espace urbain, la Seine s'impose comme un espace global dont il faut améliorer les performances et valoriser les potentialités esthétiques, grâce à des aménagements urbains.

14Le tableau 2 présente de façon synthétique les opérations prévues qui recoupent celles envisagées par M. de Pontcarré de Viarmes en 1758.

15Vingt-neuf opérations sont programmées, dont deux ne concernent pas le fleuve puisqu'elles intéressent Saint-Eustache et la place du Palais Royal (art. 19 et 30). Elles englobent toute la traversée du fleuve dans la ville depuis l'île Louviers jusqu'à la barrière des Invalides.

16Six thèmes principaux émergent du projet et montrent la diversité des préoccupations de ses auteurs.

17La première concerne l'amélioration des conditions de navigation par l'aménagement de zones protégées par des estacades (art. 2 et 3). L'amélioration de l'activité portuaire et commerciale est largement traitée. On élargit le quai hors-Tournelle (art. 7), où le commerce du bois et des vins est gêné par une circulation intense depuis l'ouverture du rempart au bord de la Seine, ouverture qui permet d'emprunter les routes de Fontainebleau et de Choisy. De même, les ports de la Tournelle (art. 8) et de la Grève (art. 28) sont agrandis par la destruction des maisons au bord de la Seine. Le sol du port de la Grève sera rehaussé pour lutter contre les inondations. Enfin, le prolongement du quai d'Orsay sera l'occasion de multiplier les ports de la ville "suivant que les besoins du commerce ou la commodité des citoyens pourront l'exiger" (art. 24).

Tableau 2 - Analyse des opérations prévues par les lettres patentes du 22 avril 1769

Article

Nature des travaux

2

Reconstruction d'une estacade en amont de l'île Louvier

3

Construction d'une estacade entre l'île Louvier et l'île Saint Louis

4

Construction en pierre du pont de Gramont, alors en bois, réunissant l'île Louvier et quai des Célestins

5

Elargissement du quai des Ormes

6

Démolition des dernières maisons du pont Marie

7

Elargissement du quai hors Tournelle, en amont de la porte Saint Bernard

8

Suppression des maisons depuis le port aux Thuilles jusqu'à l'abreuvoir de la place Maubert

9

Démolition du Pont Rouge et construction d'un pont de pierre

10

Achèvement du parvis de Notre-Dame

11

Démolition de la salle de l'Hôtel Dieu construite sur le pont aux Doubles

12

Création du quai des Ursins, dans l'île du Palais, entre le pont Notre-Dame et le pon Rouge

13

Création d'un quai à la place de la rue de la Pelleterie entre le pont Notre-Dame et pont au Change

14

Démolition des maisons construites sur le pont Notre-Dame et sur le pont au Chang

15

Reconstruction de la pompe Notre-Dame

16

Suppression des maisons du quai et de la rue de Gesvres, du côté de la rivière, et construction d'un quai aligné sur le quai Pelletier et le quai de la Mégisserie

17

Elargissement du quai de la Mégisserie

18

Construction du quai Bignon, parallèle à la rue de la Huchette, avec un égout sous l voie publique

19

Démolition du Petit Châtelet au débouché du Petit Pont et agrandissement du Grand Châtelet

20

Suppression des maisons du pont Saint-Michel et de la rue du Hurepoix ; prolongement du quai des Grands Augustins

21

Suppression des maisons riveraines du fleuve du coté du Marché Neuf et de la rue Saint Louis ; prolongement du quai des orfèvres ; alignement des maisons du Marc Neuf depuis la rue de la Barillerie jusqu'à l'église de Saint Germain le Vieil.

22

Création de la place du Premier Mille, dans l'axe de la Cathédrale et du Petit-Pont

23

Elargissement du quai de Conty par la suppression des deux pavillons qui bordent d deux cotés la place du collège Mazarin ; prolongement de la rue de Seine jusqu'au

24

Prolongement du quai d'Orsay jusqu'à la rue de Bourgogne ; création du quai de Condé depuis la rue de Bourgogne jusqu'à la barrière des Invalides ; établissement ports suivant les besoins du commerce

25

Construction d'un quai au devant de la Place Louis XV

26 et 27

Construction, sur la place Louis XV, d'un pavillon symétrique à celui du Garde-Meuble, pour loger la première Compagnie des Mousquetaires

28

Agrandissement de l'Hôtel de Ville et prolongement du quai Pelletier ; réhaussemen du sol des ports de la Grève et nouvel alignement des maisons depuis la Grève jusqu'au pont Marie

29

Création d'une place devant le portail de Saint Eustache

30

Agrandissement de la Place du Palais Royal et suppression du Château d'Eau

31

Construction d'un égout entre la Barrière des Sergents et le quai Bourbon, passant milieu de la cour du Vieux-Louvre

32 à 45

Voies et moyens pour l'exécution des opérations prévues

18La destruction des maisons sur les ponts remplit un troisième objectif : ouvrir la ville sur le fleuve pour procurer des avantages aussi bien esthétiques que de santé publique. Le pont Marie (art. 6), le pont Notre-Dame (art. 14), le Pont au Change (art. 14) et le pont Saint-Michel (art. 20) sont dégagés ainsi que la salle de l'Hôtel Dieu sur le Pont aux Doubles (art. 11). Les équipements urbains ne sont pas négligés puisque la pompe du pont Notre-Dame est reconstruite (art. 15) et que deux nouveaux égouts sont prévus, l'un sous le quai Bignon (art. 18), l'autre depuis la rue Saint-Honoré jusqu'au quai de Bourbon (art. 31). D'autre part, le dégagement de la place du parvis de Notre-Dame est l'occasion de graver le point central de la ville ou "premier mille" qui servira de référence pour mesurer les distances sur les grandes routes du royaume (art. 22).

19La plus grande partie des opérations converge vers un but essentiel : assurer une circulation continue le long du fleuve grâce à la construction de quais et de ponts. Les deux ponts en bois sont reconstruits en pierre et la discrimination par le paiement du passage sur ce type de pont est donc levée. Certains quais sont élargis comme le quai des Ormes (art. 5), le quai de la Mégisserie (art. 17) et le quai Conti (art. 23). Ce dernier est rectifié dans l'alignement de l'Hôtel des Monnaies en cours de construction et dégagé des deux pavillons qui bordent la place du Collège des Quatre-Nations, idée qui sera vivement reprochée à Moreau-Desproux. D'autres sont prolongés comme le quai des Grands Augustins, grâce à la destruction des maisons de la rue du Hurepoix, et le quai des Orfèvres par la démolition des maisons de la rue Saint Louis et l'alignement de celles du Marché Neuf. On corrige également le quai de Gesvres qui forme une anticipation sur la Seine, en l'alignant sur les quais Pelletier et de la Mégisserie.

  • 7 A.N, AD XVI 10, Arrêt du conseil d'Etat du roi, qui ordonne la formation d'un quai entre le petit (...)
  • 8 A.N, AD XVI 10, Arrest du conseil d'Etat du roy, 18 octobre 1704.

20Enfin, la création de quais fait disparaître toutes les maisons qui bordaient le fleuve et interceptaient la circulation. Le quai des Ursins dans l'île de la Cité, relie le pont Notre-Dame, dégagé de ses maisons, et le nouveau pont de pierre qui communique avec l'île Saint-Louis (art. 12). On souligne alors la cohérence entre les différentes opérations qui concourent toutes à offrir une circulation ininterrompue le long du fleuve. La rue de la Pelleterie et la rue de la Huchette sont remplacées par des quais (art. 13 et 18). Sur le site de la rue de la Huchette, le quai Bignon a déjà été ordonné en 1767, à l'occasion de la chute d'une maison au mois de février7. Large de cinquante pieds, il permet de conserver les maisons riveraines qui seront simplement retranchées. Par contre, celles qui sont au débouché du pont Saint-Michel sont supprimées, et le texte de 1769 ajoute la démolition du petit Châtelet au débouché du Petit Pont (art. 19). Le quai d'Orsay, commencé en 17048, est achevé et prolongé du quai de Condé jusqu'à la barrière des Invalides (art. 24). Un quai doit longer la place Louis XV (art. 25), alors que l'idée d'un pont qui rejoindrait le faubourg Saint Germain est écartée à cette date.

21Un dernier type d'opérations a trait à l'inscription du pouvoir dans le paysage urbain. La place Louis XV est complétée par un Hôtel, symétrique du Garde-Meuble, qui accueillera la première compagnie de mousquetaires de la garde du roi (art. 26 et 27). L'Hôtel de Ville est tourné vers la Seine et la place de Grève agrandie par la démolition de maisons (art. 28).

22L'ampleur de ce projet et la forte cohésion, souvent signalée, entre les différentes opérations, le consacre comme le premier plan d'aménagement à l'échelle de la capitale. Il se démarque largement des plans d'alignement dont le roi avait l'initiative et qui n'entraînaient pas des transformations aussi radicales de l'espace urbain. Il a de plus une forte connotation utilitaire puisque la majorité des aménagements visent à améliorer l'espace fluvial du point de vue de la navigation et de la circulation. Autre signe de l'influence du rôle économique du fleuve dans la conception du projet : la majorité des opérations concernent la partie amont de la Seine depuis le port Saint-Paul jusqu'à l'île de la Cité. Cette concentration privilégie l'espace fluvial au service de l'approvisionnement parisien alors que la partie aval du fleuve est abordée de façon plus marginale.

23Cette transformation du paysage urbain a des conséquences humaines. Le nombre de maisons vouées à la destruction (cinq cent vingt-trois) atteste de cette remise en cause des liens profonds entre les Parisiens et leur fleuve. Et, elle n'échappe pas aux contemporains puisqu'on peut lire dans un commentaire des articles qui concernent la destruction des maisons sur les ponts :

  • 9 A.N, Q1 1109, Commentaire des lettres patentes d'avril 1769, s.d.

Mais observer que les maisons dont cet article ordonne la démolition ainsi que toutes les autres maisons tant sur les ponts que dans différents autres endroits de la ville logent des marchands, ouvriers et gens de tout espèce ; que deviendront tous ces particuliers et toutes les marchandises de leur commerce ? Il est certain que le surplus de Paris étant bâti, ils ne pourront trouver où se loger ni où pouvoir continuer leur commerce9.

  • 10 A.N, H 2167, Extraits des titres qui constituent la propriété des maisons et du pont au change, et (...)
  • 11 A.N, H 2167, Mémoire des teinturiers à Monsieur de Calonne, septembre 1786.

24Les résistances à la mise en œuvre des travaux seront importantes manifestant le profond attachement des Parisiens à l'organisation ancienne de l'espace fluvial qui leur garantit un lieu de vie et un lieu de travail. Les propriétaires du pont au Change rappellent qu'ils sont à l'origine de la construction du pont et réclament des indemnités supérieures à la valeur de leurs maisons10. Les teinturiers de la rue de la Pelleterie arguent du fait qu'il leur est impossible de trouver un autre site riverain du fleuve pour exercer leur métier11.

25Ce projet semble aussi porteur de malentendus entre le prévôt des marchands et le lieutenant général de police au sujet du contrôle de l'"espace fluvial refondu". L'article 44 attribue au prévôt des marchands sur les nouveaux ponts et quais "les droits du juridiction civile, criminelle, de police et voirie qu'ils ont toujours été en possession d'exercer" et réaffirme son rôle dans l'entretien des nouvelles constructions. Mais le commentaire des lettres patentes pointe les difficultés que cet article soulèvera :

  • 12 A.N, Q1 1109, Commentaire des lettres patentes d'avril 1769, s.d.

On doute fort que l'article puisse passer à l'enregistrement ; il y aura opposition du Châtelet ou du bureau des finances. La ville ne peut avoir plus de droits sur les quais, ports et ponts lorsque les maisons seront démolies, qu'elle n'en a actuellement sur le Pont Neuf, le Pont Royal et autres. Elle ne peut avoir de juridiction qu'en ce qui concerne la navigation ou l'approvisionnement de Paris, mais au-delà la juridiction et la police appartiennent au Châtelet, ainsi il paraîtrait convenable d'étendre cet article, et de ne point attribuer exclusivement aux prévôt des marchands et échevins, la juridiction et la police sur les ponts et quais12.

26Il semble que la disparition des habitations mette en danger le pouvoir du prévôt des marchands, puisque les ponts dégagés de leurs maisons sont comparés au Pont Neuf et au Pont Royal qui ont toujours fait partie du domaine royal, contrairement aux premiers. Le partage difficile des pouvoirs s'envenime au moment où le fleuve est profondément remanié, signe du lien essentiel entre forme urbaine et régulation des usages.

La postérité du projet

27Premier plan d'une telle envergure, ce projet parisien sera aussi le premier entièrement mené à bien. Les lettres patentes d'avril 1769 lui attribuent une vocation directive pour l'avenir et le roi précise dans l'article 32 qu'il "ordonnera particulièrement" et progressivement l'exécution des différents aménagements. Le contexte financier des dernières années de l'Ancien Régime et les fortes résistances des Parisiens expliquent la lenteur des réalisations qui s'échelonneront jusqu'au milieu du xixe siècle. Cette dilution dans le temps montre la profondeur de l'inscription des transformations d'un espace urbain et bouscule l'image d'un xixe siècle qui aurait fait table rase d'une forme urbaine déjà fortement remise en cause dès le milieu du xviiie siècle.

  • 13 A.N, AD I 27A, Arrêt du conseil d'Etat du roi, 14 août 1785.
  • 14 A.N, H 2159, Édit du roi qui ordonne la démolition des maisons construites sur les ponts de la vil (...)
  • 15 A.N, H 2159, Détails demandés au procureur du roi et de la ville sur les sommes provenant de l'emp (...)

28En 1785, les maisons du Pont Notre-Dame appartenant à la ville sont vouées à la démolition13 et en septembre 1786, un édit du roi programme une grande partie des opérations du projet de 176914. La ville est autorisée à emprunter trente millions de livres pour mener à bien les opérations auxquelles s'est ajoutée la construction du pont Louis XVI, au droit de la place Louis XV. Mais le montage financier de cet emprunt prévoit le versement de la totalité de la somme dans les caisses du Trésor Royal et la restitution de trois millions de livres par an à la ville pour faire face aux travaux engagés progressivement. Les versements vont se faire difficilement puisque en août 1788, Ethis de Corny montre que sur les sept millions sept cent cinquante mille livres dûs par le roi, c'est moins de quatre millions de livres qui ont été perçus par la ville15. En juin 1789, Necker doit encore faire patienter le prévôt des marchands Flesselles, au sujet de cet emprunt :

  • 16 A.N, H 2168, Lettre du 13 juin 1789.

J'ai reçu, Monsieur la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 4 de ce mois, relativement aux engagements pris par la ville envers les propriétaires des maisons démolies. Je sens combien il serait juste d'y satisfaire, mais les circonstances ne me permettent pas encore d'y destiner la somme que vous demandez. Je désire, comme vous, Monsieur, de pouvoir bientôt aller au secours de ceux dont les besoins vous sont connus16.

29Ainsi, le financement des travaux sur le fleuve sert d'expédient à la crise financière de la monarchie dans les années 1780. Un tel contexte permet de mesurer la volonté qui anime les tenants de l'urbanisme parisien de voir se transformer le paysage fluvial, puisque à la veille de la Révolution les ponts Notre-Dame, au Change et Marie ont perdu leurs maisons alors que le quai de Gesvres a été dégagé ainsi que la rue de la Pelleterie. Le Pont Louis XVI sera achevé en 1791.

30Par-delà le projet conçu entre 1758 et 1769, un autre plan s'inscrit dans la postérité de celui-ci, qui mérite ici d'être cité. En 1785, Edme Verniquet, commissaire général de la voirie au Bureau des finances de Paris, obtient l'agrément du roi pour un travail de cartographie d'ampleur sans précédent dans la capitale. La soumission du 15 octobre 1785 oblige Verniquet à livrer le plan de toutes les rues, un "plan des boulevards de tout le pourtour de Paris" et un plan général de la ville et des faubourgs de Paris. Mais, elle prévoit également la confection d'un "Plan général du cours de la rivière, depuis la Rapée jusqu'aux Bonshommes, à l'échelle d'une ligne et demie pour toise" :

  • 17 A.N, O1 1693, Plan de Paris. Soumission pour la levée et dessin du plan général de la ville et des (...)

Ce plan, destiné à donner des alignements généraux des projets de quais, ponts, ports, places et autres établissements publics ; Il contiendra le lit de la rivière, les murs, rampes, escaliers, portes, égouts bordant les rives ; les berges figurées dans les parties non bâties ; les îles Notre-Dame, Saint-Louis, et île Louviers avec les ponts, rues, quais, places et monuments qu'elles renferment et qui les environnent ; les quais de l'intérieur du lit de la rivière, les rues, place et monuments, jardins royaux qui les bordent, à 100 ou 200 toises de distance ; les noms de chaque objet écrit sur le plan, avec indication relative à son usage17.

31Les contraintes imposées à Verniquet témoignent d'un regard particulier sur l'espace fluvial Tout d'abord, le plan doit préciser l'usage de chaque "objet écrit sur le plan". Ainsi, le fleuve est appréhendé comme un espace porteur de pratiques qui méritent d'être consignées sur un plan qui doit guider des aménagements. De plus, on perçoit une volonté de délimiter cet espace, précision jusque-là toujours absente des documents qui intéressent le fleuve. En effet, c'est sur une distance de "100 à 200 toises" (190 à 380 mètres) que le plan devra représenter l'espace urbain qui borde la Seine.

  • 18 J. Pronteau, Edme Verniquet, 1727-1804, Paris : Commission des travaux historiques, 1986, p. 351.

32Ce plan de la rivière s'inscrit dans le prolongement des travaux prévus en 1769. Contrairement aux autres plans qui seront livrés en trois expéditions, seule la minute du plan du fleuve est levée puisque les suivantes doivent prendre en compte les changements projetés sur la rivière à mesure qu'ils sont exécutés18. Au moment où il est conçu, ce plan doit donc témoigner de la dynamique urbaine et des transformations de l'espace fluvial. La Seine occupe une place à part dans cette grande entreprise de cartographie de l'espace parisien et la commande particulière du plan du fleuve montre la détermination des autorités à voir se réaliser les changements programmés.

33L'étude de ce projet d'aménagement de la Seine réaffirme certaines exigences de l'analyse urbaine. La distance entre le fleuve et les citadins, qui s'accentue à partir de la fin du xviiie siècle, et le changement d'échelle de son rôle économique (avec la construction du système de canaux au début du xixe siècle), s'opèrent au gré de multiples conflits qui montrent les résistances des Parisiens. Ces dernières signalent l'importance, pour saisir les évolutions urbaines, des relations entre pratiques urbaines et remodelage des formes. Se placer en amont des transformations spectaculaires (dans notre cas, la canalisation du fleuve et l'installation du tout-à-l'égout dans la seconde moitié du xixe siècle), permet d'affiner les analyses et de restituer la diversité des facteurs qui interviennent dans le devenir des villes.

34La complexité du jeu entre les usages des différents acteurs parisiens, les décalages entre les représentations qui survivent dans la mémoire collective et celles qui émergent des projets, et la réalisation des aménagements qui enregistrent dans la forme urbaine les nouvelles valeurs attribuées à un espace urbain, montrent la nécessité de distinguer la diversité des temporalités qui régissent la perception du fleuve. La Seine à cet égard, est un prisme qui permet de saisir la société parisienne dans toutes ses composantes, comme un monde où le social est réglé par des mises en relation, souvent conflictuelles. Elles reposent sur des temporalités qui organisent l'espace fluvial suivant l'expérience de chacun de ses utilisateurs : le temps fluctuant du gagne-denier s'oppose à celui du propriétaire de boutique, attaché depuis des générations au fleuve ; le temps de l'ingénieur, nouveau maître d'œuvre de l'espace fluvial, dont le dessein est mis au service de l'intérêt public, ruine la relation vivante, marquée par l'appropriation individuelle, du meunier installé sur la Seine.

Notes

1 Cette évaluation repose sur l'étude des droits de halage et de gare établis par les lettres patentes du 25 novembre 1762, A.N, H 2175, Comptes ouverts avec messieurs les receveurs, 1784.

2 A.N, Q1 1109, s.d.

3 A.N, Q1 1109, s.d.

4 Il a succédé à Pontcarré de Viarmes en 1764.

5 B.N, Cabinet des Estampes, Ve36, p. 3.

6 On peut citer par exemple Poncet de la Grave, Projet des embellissements de la ville et faubourgs de Paris, Paris : Duchesne, 1756, 3 tomes, ou P. Patte, Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV,..., Paris : 1765, chapitre XVIII, "Des embellissements de Paris", p. 212-229.

7 A.N, AD XVI 10, Arrêt du conseil d'Etat du roi, qui ordonne la formation d'un quai entre le petit pont et le pont Saint Michel du côté de la rue de la Huchette, 25 avril 1767.

8 A.N, AD XVI 10, Arrest du conseil d'Etat du roy, 18 octobre 1704.

9 A.N, Q1 1109, Commentaire des lettres patentes d'avril 1769, s.d.

10 A.N, H 2167, Extraits des titres qui constituent la propriété des maisons et du pont au change, et qui établissent entre les propriétaires réunis une corporation civile et économique approuvée par des lettres patentes enregistrées au parlement, s.d.

11 A.N, H 2167, Mémoire des teinturiers à Monsieur de Calonne, septembre 1786.

12 A.N, Q1 1109, Commentaire des lettres patentes d'avril 1769, s.d.

13 A.N, AD I 27A, Arrêt du conseil d'Etat du roi, 14 août 1785.

14 A.N, H 2159, Édit du roi qui ordonne la démolition des maisons construites sur les ponts de la ville de Paris, sur les quais et rues de Gesvres, de la Pelleterie, et autres adjacentes des deux côtés de la rivière, conformément au projet arrêté en 1769 ; la construction d'un pont en face de la place de Louis XV ; celle d'une nouvelle salle d'opéra, le parachèvement du quai d'Orsay, et autres objets relatifs à l'utilité publique, à la salubrité et à l'embellissement de la capitale..., Septembre 1786.

15 A.N, H 2159, Détails demandés au procureur du roi et de la ville sur les sommes provenant de l'emprunt de 30 millions ordonné par l'édit de septembre 1786, versées dans la caisse de la ville... et sur l'emploi qui en a été fait, jusqu'au 1er août 1788, août 1788.

16 A.N, H 2168, Lettre du 13 juin 1789.

17 A.N, O1 1693, Plan de Paris. Soumission pour la levée et dessin du plan général de la ville et des faubourgs de Paris, avec les plans détaillés de chaque rue, 16 octobre 1785.

18 J. Pronteau, Edme Verniquet, 1727-1804, Paris : Commission des travaux historiques, 1986, p. 351.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540