Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

I. Projets et temporalités urbaines

Logiques d'un projet urbain : les "plans Marquet" d'électrification publique, 1926-1934/1939

Alexandre Fernandez

Texte intégral

1Cette communication est issue d'une double observation spécifique. Adrien Marquet a tenu sur l'électricité un discours enthousiaste et a veillé à ce que l'électrification fût menée avec une célérité remarquable. Dès 1926, soit quelques mois après son élection, il lançait un "plan" d'électrification des rues de Bordeaux. Or, si Ernest Renan opposait le plan, porteur de temporalité, à l'espace, dans ce cas, en revanche, on s'arrime plutôt au double sens du mot plan : comme précision et organisation d'un projet à exécuter, diachronie, et comme figuration puis extension simultanée de ce projet lors de la réalisation, synchronie ; C'est cette rencontre qui semble, ici, vouloir se faire.

  • 1 Situation qui n'avait rien de banal à l'époque. Ainsi à Paris, à la veille de la Deuxième Guerre 3 (...)

2Le "plan" Marquet "projette" d'électrifier "toutes" les rues de la ville. En 1934 c'est chose faite1. Mais Adrien Marquet n'arrêta point là sa politique "électrificatrice", il fallait désormais substituer l'éclairage axial à l'éclairage latéral. On s'interrogera donc sur les logiques qui animèrent une telle constance. En effet, tant d'ardeur ne peut être expliquée par le simple souci édilitaire ; Marquet appuie son programme d'électrification sur des logiques spatiales plus complexes, témoins de la politique municipale globale ; mais c'est peut-être aussi, implicitement, la matérialisation de signes symboliques qui donnent forme à ses aspirations politiques.

Evolution d'un projet édilitaire

  • 2 Y. Lequin, "Les citadins et leur vie quotidienne" in M. Agulhon (dir.), Histoire de la France urba (...)
  • 3 P. Barrère, "Les nouvelles banlieues et la stagnation de la ville", in J. Lajugie (dir.), Histoire (...)

3La loi du 14 mai 19192 prescrivait aux villes de plus de 10 000 habitants d'établir "dans un délai de trois ans un projet de plan d'aménagement, d'extension et d'embellissement". C'est dans le cadre tracé par ce devoir d'embellissement que s'inscrit l'électrification publique entreprise sous la municipalité Fernand Philippart (1919-1925). La carte nous montre que cette action demeura limitée. C'est à partir des axes électrifiées avant 1919 — la "ligne des cours" — que l'électrification des grandes voies publiques — rue Fondaudège, Judaïque,... s'est étendue en ramification. Nous constatons également que l'ensemble des rues du "triangle", dont les côtés sont formés par le cours de l'Intendance, les allées de Tourny et le cours de Tourny, a été électrifié. Quelle signification peut-on en tirer ? Les cours bordelais sont certes des axes importants de circulation, l'extension de l'électrification s'effectue vers les artères qui conduisent aux banlieues ouest — alors en première phase d'expansion rapide3 ; mais, d'autres voies, qui supportaient un trafic au moins aussi intense, demeurent privées d'électricité. Les sollicitations de la circulation ne jouent donc qu'un rôle partiel dans l'explication. Par ailleurs, comment comprendre que toutes les rues, même les plus petites, situées autour du marché des Grand Hommes, ont été électrifiées, alors que la rue d'Aviau, par exemple, haut lieu de l'habitat bourgeois, devait encore être éclairée au gaz ? C'est qu'il s'agissait de privilégier, non pas tellement les "beaux quartiers" en tant que tels, mais plutôt les lieux de représentation ; là où Bordelais et visiteurs ne devaient pouvoir mesurer, de manière trop abrupte, le contraste entre l'éclairage électrique des magasins de prestige et la lumière blafarde du gaz. L'électrification publique apparaît comme bridée par l'imaginaire d'avant-guerre : luxe, férie, prestige.

Fig.1 – Electrification de BORDEAUX

Fig.1 – Electrification de BORDEAUX

Fig.2 – Electrification de BORDEAUX

Fig.2 – Electrification de BORDEAUX
  • 4 Notamment pour des raisons budgétaires, voir notre thèse, Electricité et politique locale à Bordea (...)
  • 5 "La demande sociale d'éclairage à Bordeaux, 1907-1927", Bulletin de l'Institut Aquitain d'Etudes S (...)

4Mais le fait essentiel demeure : si la municipalité comptait bien dans ses projets l'extension de l'éclairage public, il s'agissait en fait de donner le change, à bon compte4, aux sollicitations d'une demande sociale qui s'exprimait depuis la guerre avec davantage d'ardeur5 : on n'avait en somme nulle réelle volonté de réalisation, tout au moins à court terme.

  • 6 "A quoi bon réaliser des projets, puisque le projet est en lui-même une jouissance suffisante ?", (...)

5Avec Adrien Marquet, au contraire, ce qui n'était que vague projet devient "plan"6. C'est dire qu'il s'agissait dès lors de conférer à l'électrification publique une valeur structurante de la politique municipale, au cœur de son action, comme vitrine et instrument de propagande. Dès lors le projet urbain procédait d'autres logiques, spatiales et symboliques, qui contribuaient à infléchir très nettement les caractéristiques prises par l'électrification publique à Bordeaux.

Des logiques spatiales plus complexes

6On ne pouvait bien entendu méconnaître l'ordre économique : il fallait par conséquent poursuivre et développer l'électrification des rues les plus proches des centres d'activité et/ou les plus peuplées, afin de bénéficier des économies d'échelle lors de l'installation du réseau. On tiendrait compte de surcroît des perspectives urbanistiques et hygiénistes que les programmes d'électrification ouvraient. Enfin — et là s'affirmait avec le plus de nouveauté sinon de vigueur le projet de la municipalité, on œuvrait pour une réduction des inégalités sociales qui devait s'inscrire dans l'espace : en conséquence, l'électrification des quartiers populaires était une tâche à accomplir rapidement.

  • 7 Archives municipales, 470 12, 26 avril 1926.

7La carte, qui permet de suivre le rythme de l'électrification des rues de Bordeaux, montre l'extrême concentration chronologique des travaux. Ce qui indique, somme toute, que toutes les logiques évoquées ci-dessus ont été grosso modo suivies à peu près simultanément7. On remarque également l'intensification de l'effort consenti à partir de 1930, soit durant le second mandat municipal, alors que le pouvoir local du maire semblait désormais solidement assis.

  • 8 Une analyse plus détaillée montrerait toutefois que certaines rues de quartiers populaires bénéfic (...)
  • 9 Il ne faut pas, bien entendu, considérer seulement la timidité de l'offre, mais également tenir co (...)

8En 1934, l'électrification proprement dite est achevée. Mais il s'agit désormais de substituer au projet d'électrification, celui du remplacement de l'éclairage latéral qui équipait les plus anciennes artères par l'éclairage axial. Certes, cette technique offre un pouvoir éclairant plus important. C'est là la justification explicite d'une substitution malgré tout coûteuse en des temps de récession. Or, un tel discours ne peut suffire à rendre compte de l'inflexible volontarisme électrificateur d'Adrien Marquet. Alors même que la gestion prudente de la Régie — contrôlée par la municipalité — bride les investissements et par conséquent la modernisation et le développement du réseau de distribution aux particuliers et aux industriels8, comment comprendre l'effort tout à fait exceptionnel en faveur de l'éclairage électrique public ? C'est qu'il faut essayer de mettre à jour les logiques symboliques, explicites ou implicites, qui sous-tendent l'élaboration et la réalisation des projets d'électrification9.

Les logiques symboliques

  • 10 Adrien Marquet, membre de la S.F.I.O., mais non-marxiste, n'inscrivait pas le progrès social dans (...)
  • 11 Voir notamment les brochures du docteur E. Ginestous, conseiller municipal, Taudis et habitations (...)
  • 12 Conseil municipal, 28 septembre 1928.

9Pour Adrien Marquet, l'électrification publique n'est pas une simple opération de service public qu'il incombe à la municipalité d'assurer. L'intervention dans l'espace10 ressort en fait d'une conception fonctionnaliste du pouvoir municipal dans la ville : elle revêt une double efficacité, thérapeutique mais aussi pédagogique. Sensible à un certain discours naturaliste et à l'hygiénisme, qui regardaient la ville comme le lieu du malsain, Marquet et son équipe11 voient dans la diffusion généreuse de l'électricité un des remèdes à la pathologie urbaine : maladies, formes obscures de délinquance... Ce n'est pas simplement métaphoriquement que la lumière électrique accentue la lisibilité du corps social ; et le maire de s'écrier, à propos du quartier Saint-Pierre : "Si vous voulez que l'ordre règne, dans ce quartier comme ailleurs, faites-y la lumière !"12 En somme, l'éclairage électrique comme médecin et policier. Mais également, et c'est plus intéressant, comme professeur de modernité à l'usage du corps civique.

  • 13 A. Beltran "La société sous le signe de la fée électricité", in M. Lévy-Leboyer et H. Morsel (dir. (...)

10C'est ainsi qu'Adrien Marquet reprend à son compte les propos de Paulette Bernège, propagandiste de l'électricité et du "taylorisme à la maison"13, sur les vertus de l'électricité, par essence "républicaine", et qu'il s'empresse en trois ans (1927-1929) de doter toutes les écoles de Bordeaux de ce mode d'éclairage.

  • 14 Jean Baudrillard, Pour une économie politique du signe, Gallimard, 1972, p. 176.
  • 15 Alain Cottereau, "Les débuts de la planification urbaine dans l'agglomération parisienne : le mouv (...)
  • 16 La lumière électrique permet à la nuit urbaine "d'être aussi claire que le jour", lettre au maire (...)

11Modernité politique plus complexe, lorsqu'on entrevoit que la consistance même de l'électricité — un flux et non une matière pondérable et stockable — permet de penser autrement les rapports privé (lieu de l'habitabilité) - public (lieu de la viabilité) : c'est l'esquisse d'un système de communication où l'émetteur est la municipalité, le récepteur l'usager-citoyen-électeur. Câbles et candélabres sont par ailleurs autant de formes-signes14. Leur consistance matérielle renvoie à un besoin, voire un désir, réalisé en objet. Il est incontestable qu'ici le réseau d'éclairage électrique public est l'objet-média urbain"15 par excellence : celui qui donne ainsi à "voir"16 l'œuvre municipale, qui imprime un surcroît de légitimité à l'instance politique locale.

  • 17 Sur le rôle que tint Adrien Marquet en matière d'urbanisme et d'architecture et ses rapports avec (...)

12Enfin, l'électricité doit être le vecteur par lequel passe l'initiation à une esthétique nouvelle. La conception et l'édification du bâtiment destiné à regrouper et à centraliser les services de la Régie donnait toute sa mesure au modernisme tel que le concevait Adrien Marquet : dynamisme et vigueur des formes et des matériaux en architecture17, et surtout "organisation" des méthodes de production et d'administration.

  • 18 P. Bourdieu, "Sur le pouvoir symbolique", Annales, E.S.C., 32ème année, no 3, mai-juin 1977, p. 40 (...)
  • 19 On a là comme un écho — mais Adrien Marquet en eut-il connaissance ? — des travaux de Patrick Gedd (...)

13C'est peut-être en ce sens que l'on comprend mieux l'allure de suite sur le même thème — "projet initial-réalisation-reprise du projet (fût-ce avec une variation)" — des plans Marquet d'électrification. Il s'agissait en fait de bander les tensions vers la mise en œuvre apparente d'un rationalisme fondé sur les référents habituels de la modernité. Mais d'une modernité qui se teintait d'une certaine mystique de l'électricité, artificiellement isolée du contexte général des activités — ce dont témoigne l'incapacité à concevoir et à impulser les potentialités de l'énergie électrique comme facteur majeur d'un développement économique global. L'électrification publique des rues fonctionnait comme instrument symbolique efficace18. Peut-on aller plus loin et poser l'hypothèse que les plans Marquet d'électrification s'articulèrent sur son évolution politique vers le néo-socialisme ? La nature de la nouvelle énergie (non-matière fluide, invisible, inodore), stimulait les visions d'hygiénisme ; son mode de transport impliquait la rationalité ordonnée ; enfin le fonctionnement même de l'activité électrique — le dispatching qui permettait la mise en activité simultanée de tous les éléments du réseau et une organisation pyramidale — l'opposait à l'ère du gaz et du charbon marquée par les crassiers et l'anarchie spatiale19, symbole du désordre établi du capitalisme libéral. L'éclairage électrique, pouvait-il à l'inverse représenter une des expressions concrètes les plus achevées du fameux triptyque du congrès de juillet 1933 appliqué à la cité bordelaise : ordre, autorité, électricité ?

Notes

1 Situation qui n'avait rien de banal à l'époque. Ainsi à Paris, à la veille de la Deuxième Guerre 30 % des rues demeuraient éclairées par des becs de gaz, Alain Beltran et Patrice Carré, La fée et la servante. La société française face à l'électricité, Belin, 1991, p. 232.

2 Y. Lequin, "Les citadins et leur vie quotidienne" in M. Agulhon (dir.), Histoire de la France urbaine dirigée par G. Duby, t. IV, p. 338 et suiv.

3 P. Barrère, "Les nouvelles banlieues et la stagnation de la ville", in J. Lajugie (dir.), Histoire de Bordeaux dirigée par C. Higounet, t. VII, p. 56-59.

4 Notamment pour des raisons budgétaires, voir notre thèse, Electricité et politique locale à Bordeaux, 1887-1956, p. 271-285.

5 "La demande sociale d'éclairage à Bordeaux, 1907-1927", Bulletin de l'Institut Aquitain d'Etudes Sociales, à paraître.

6 "A quoi bon réaliser des projets, puisque le projet est en lui-même une jouissance suffisante ?", Charles Baudelaire, "Les projets", Le spleen de Paris.

7 Archives municipales, 470 12, 26 avril 1926.

8 Une analyse plus détaillée montrerait toutefois que certaines rues de quartiers populaires bénéficièrent d'une incontestable précocité : préoccupations sociales sans doute, mais aussi électorales (d'où l'importance des efforts consentis sur la rive droite, terre S.F.I.O....) voir notre thèse, p. 374 et suiv.

9 Il ne faut pas, bien entendu, considérer seulement la timidité de l'offre, mais également tenir compte de l'anémie de la demande, surtout industrielle

10 Adrien Marquet, membre de la S.F.I.O., mais non-marxiste, n'inscrivait pas le progrès social dans des perspectives historiques. La résolution des problèmes contemporains pouvait s'inscrire à l'échelle d'une ville — soit, dans l'espace. Son parcours des années trente ne fit que renforcer sa conviction. Ce déplacement fragilisait la notion de progrès, terme dont la fréquence dans ses discours diminue singulièrement.

11 Voir notamment les brochures du docteur E. Ginestous, conseiller municipal, Taudis et habitations à bon marché de Bordeaux, Bordeaux : Imprimerie Delmas, 1932, Les services d'hygiène de la ville de Bordeaux, Bordeaux : Imprimerie Delmas, 1940.

12 Conseil municipal, 28 septembre 1928.

13 A. Beltran "La société sous le signe de la fée électricité", in M. Lévy-Leboyer et H. Morsel (dir.), Histoire de l'électricité en France, t. II, Fayard, 1994, p. 1224. Lors d'une conférence à Bordeaux elle qualifia l'électricité de "servante de la démocratie", La Petite Gironde, 16 avril 1929.

14 Jean Baudrillard, Pour une économie politique du signe, Gallimard, 1972, p. 176.

15 Alain Cottereau, "Les débuts de la planification urbaine dans l'agglomération parisienne : le mouvement municipal parisien", Sociologie du Travail, no 4, sept-déc. 1970, p. 385.

16 La lumière électrique permet à la nuit urbaine "d'être aussi claire que le jour", lettre au maire d'un habitant du quartier des Chartrons, Archives municipales, 457 O 12. C'est dire que la réalisation d'un des projets humains les plus anciennement inscrits dans les consciences collectives, (voir J. Delumeau, La peur en occident, xvi e- xvii e siècles, Fayard, 1978) est ici en quelque sorte un merveilleux matérialisé.

17 Sur le rôle que tint Adrien Marquet en matière d'urbanisme et d'architecture et ses rapports avec les architectes, Jacques D'Welles, Raoul Jourde, voir R. Coustet "Bordeaux en Aquitaine : entre la tradition et le modernisme", in C. Higounet et J.-P. Avisseau (dir.), Bordeaux et l'Aquitaine, 1920-1940 ; urbanisme et architecture, Paris : Techniques et architecture, Regirex-France, p. 103 et suiv.

18 P. Bourdieu, "Sur le pouvoir symbolique", Annales, E.S.C., 32ème année, no 3, mai-juin 1977, p. 405-411. Les instruments symboliques fonctionnent en tant que "structures structurantes" (instrument de connaissance et de construction du monde objectif), en tant que "structures structurées" (moyens de communication), en tant qu'instruments de domination (pouvoir).

19 On a là comme un écho — mais Adrien Marquet en eut-il connaissance ? — des travaux de Patrick Geddes, Cities in Evolution, Londres : 1915, qui décrivent la transition d'une économie "paléo-technique" où prédominent le charbon, le fer et la machine à vapeur vers une économie néo-technique "s'appuyant sur l'électricité, les alliages légers, le moteur et le transformateur électrique.

Table des illustrations

Titre Fig.1 – Electrification de BORDEAUX
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Fig.2 – Electrification de BORDEAUX
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search