Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

I. Projets et temporalités urbaines

L'église et la mairie : projets urbains et transformations de la ville de Lourdes, 1858-1914

Jean-Paul Jourdan

Texte intégral

1Le destin de Lourdes a été changé le 11 février 1858 par suite de l'étonnante rencontre d'une faible fillette de 14 ans avec une "Dame blanche" dans la Grotte de Massabielle. Autour de la Grotte s'est formé, en quelques années, par la réalisation méthodique d'un projet d'essence religieuse, conduit par l'Eglise elle-même, un complexe marial centré sur les sanctuaires. En périphérie est né, de façon spontanée, un nouveau Lourdes, celui des hôtels et des boutiques des marchands d'objets de piété. Mais la manne des pèlerinages a rendu aussi possible la transformation de la vieille ville, la réalisation de projets municipaux parfois anciens et que le caractère étriqué des finances communales faisait désespérer de voir aboutir.

Naissance du sanctuaire marial et d'un nouveau Lourdes

  • 1 Demande de la Vierge rapportée par Bernadette, Apparition du 2 mars 1858.
  • 2 Un décret de Napoléon III avait autorisé Monseigneur Laurence à acheter ésqualité ce terrain. Le p (...)
  • 3 L'acte de vente sous-seing privé est signé le 29 avril 1864 devant maître Lacadé et transformé en (...)
  • 4 L'assemblée communale avait par trois fois approuvé la vente à l'unanimité, en juin, octobre et no (...)

2"Allez dire aux prêtres qu'on vienne ici en procession et qu'on y bâtisse une chapelle"1 : dès l'origine, le projet de construction d'un sanctuaire s'impose à Lourdes comme un projet de l'Eglise. Compte tenu de sa nature même, il ne pouvait en être autrement. Il faut insister ici sur le rôle majeur joué jusqu'à sa disparition par Monseigneur Laurence, évêque de Tarbes, pour constituer autour de la Grotte un domaine foncier. Dès septembre 1861, il acquiert le terrain communal dit "grotte et rive de Massabielle" d'une contenance de 1,8 hectares2. Les abords de la grotte sont rapidement aménagés (lacets d'accès, dalles, grilles), la rive du Gave reculée, la source découverte lors des Apparitions captée par des robinets ; en 1864 y est installée une statue de la Vierge, en marbre de Carrare due au sculpteur lyonnais Fabisch. La même année, l'évêque achetait les 6 hectares du domaine de Savy, lieu de l'esplanade, au baron de Lafite, un ancien intendant militaire natif du Bordelais3. Le coût de l'opération, 30 000 francs, a été financé par legs, emprunts et souscriptions en France et à l'étranger. Enfin, parmi les investissements fonciers de Monseigneur Laurence, il faut citer l'achat à la fin de 1869, pour 4 000 francs de la montagne des Espélugues — c'est-à-dire "des grottes" en patois bigourdan — au pied de laquelle se niche celle de Massabielle : 6 nouveaux hectares s'ajoutent alors au domaine4. Par la suite, celui-ci s'agrandit par l'achat de la grande prairie, sur la rive droite du Gave, en face de Massabielle.

Plan simplifié de Lourdes à la fin du XIXe siècle

Plan simplifié de Lourdes à la fin du XIXe siècle
  • 5 Les pères avait été appelés pour organiser le service des messes, l'hospitalisation des malades, d (...)
  • 6 Mais la crypte est inaugurée deux ans plus tard, le 19 mai 1866 à la veille du départ de Bernadett (...)
  • 7 Pour les détails de la genèse des sanctuaires voir l'ouvrage fondamental du chanoine J.B. Courtin,(...)

3Monseigneur Laurence meurt à Rome lors du concile du Vatican en 1870. Ses successeurs, les missionnaires de Garaison, pères de l'Immaculée Conception, collaborateurs de l'évêque depuis 1866 dans l'édification de l'Œuvre de Notre-Dame de Lourdes5 prennent en main les destinées du domaine. Sous la tutelle de leur supérieur, le père Rémi Sempé, les missionnaires de la Grotte, s'emploient à "urbaniser" le domaine. Le mouvement avait été engagé par Monseigneur Laurence. La construction du sanctuaire se déroule en trois phases. À l'aplomb de la Grotte, le mur de soutènement de la basilique supérieure, entrepris en 1862, est achevé en 18646. La basilique elle-même, dite de l'Immaculée Conception, de style ogival, n'est terminée qu'en 1871. Dès l'année suivante, à l'occasion du pèlerinage "des bannières", l'édifice apparut insuffisamment vaste. Monseigneur Langénieux, nouvel évêque du diocèse, lançait alors le projet de construction d'une nouvelle église : de style néo-byzantin, Œuvre de l'architecte Léopold Hardy, la basilique du Rosaire, encastrée dans le soubassement de l'église supérieure est bâtie entre 1883 et 1889. En périphérie de ces grands travaux, il y eut l'aménagement du calvaire entre 1871 et 1912, dont les grandes stations de bronze expliquent la lenteur. En 1874, les abords de la Grotte sont réaménagés avec l'installation d'une sacristie et le gain de plusieurs mètres sur le Gave de Pau. L'année suivante, l'esplanade est à son tour modelée en un vaste parvis qui accueille en 1884 les rampes d'accès à la basilique supérieure. La maison des chapelains, d'abord installée à l'emplacement de la basilique du Rosaire fut détruite et rebâtie plus loin, à son emplacement actuel en 1876. Un an plus tard, on construisait l'Abri du pèlerin (actuel Accueil Notre-Dame) ; en 1884 on ouvrait le Bureau des constatations, hémicycle de médecins composé d'une moitié d'agnostiques et d'une moitié de croyants dont la tâche est de constater et d'examiner les cas de guérison miraculeuse et, en 1891, les piscines. Au total, l'essentiel du sanctuaire de Lourdes a été réalisé en l'espace de trente ans entre 1862 et 18907.

  • 8 Au milieu du xixe siècle, le Lapacca, petit cours d'eau affluent du Gave portait ainsi une série d (...)
  • 9 Chiffres tirés de l'étude d'Olivier Bardon, Incidences du phénomène des Apparitions sur la populat (...)
  • 10 Par le nombre de nuitées et la capacité d'accueil, Lourdes qui compte aujourd'hui plus de 300 hôte (...)
  • 11 Jean Navarret, Raymond Sestaux, Lourdes 1971-1972, étude des structures d'accueil, T.E.R., Univers (...)
  • 12 Joris-Karl Huysmans, Les foules de Lourdes, Paris : Stock 1906. En 1901, sur 77 taulages, 22 se si (...)

4Autour de lui est né, de la nécessité d'accueillir, c'est-à-dire de nourrir, de loger, de fournir en objets de piété les pèlerins, une nouvelle ville, la ville basse. Elle s'établit en contrebas et à l'ouest du château de Mirambel, essentiellement le long de deux avancées qui correspondent aux deux voies reliant la vieille ville (ou ville haute) au sanctuaire : au sud, la rue de la Grotte ; au nord, le boulevard de la Grotte. En 1866, Lourdes comptait 2 hôtels (l'hôtel de la Poste et l'hôtel des Pyrénées) qui bordaient la grande rue Traversière ou Chaussée Marensin. Par leur situation, ils accueillaient autant les étrangers en transit vers les stations balnéaires pyrénéennes que les pèlerins. On recensait également 16 auberges ; les plus nombreuses se localisaient au sud de la ville dans le quartier de la place du Champ-Commun. Enfin, la seule boutique d'objets de piété se trouvait rue de la Fontaine, au nord-ouest de la ville, à proximité de la maison natale de Bernadette, le moulin de Boly8. Dans les années suivantes et jusqu'au début du xxe siècle, le nombre de cabaretiers restaurateurs, aubergistes, hôteliers et marchands d'objets de piété est multiplié par cinq, passant de 29 à 1489. En fait, les premiers "hôtels à pèlerins" naissent dans les années 1870-1880. Jusque-là, l'habitant pourvoit largement à l'accueil. Le Guide du pèlerin et du touriste à Lourdes mentionne, pour 1888, 25 hôtels ; sans doute ne s'agit-il là que des plus importants10. Ces hôtels se sont ouverts sur les axes de passage des pèlerins et des visiteurs. Jusqu'à l'achèvement du boulevard de la Grotte en 1883, cet itinéraire part de la gare, ouverte en 1866, emprunte la rue Traversière jusqu'à l'embranchement de la rue de la Grotte qu'il suffisait de suivre pour atteindre le sanctuaire. À la fin du siècle, l'ouverture du boulevard entraîne une fixation des hôtels le long du nouvel axe tandis que se multiplient les établissements au-delà du Pont-Vieux, sur la rive gauche du Gave, dans le prolongement de la rue de la Grotte, en direction du sanctuaire. Se dessinent ainsi les traits principaux de la géographie hôtelière du Lourdes de l'Entre-deux-guerres qui vit la croissance en nombre des hôtels dans le quartier Peyramale11. Quant aux boutiques des marchands d'objets de piété, elles se localisent toutes, dans les années 1870, dans la partie terminale de la rue de la Grotte et aux abord du Pont-Vieux. En fait, il ne s'agissait pas de boutiques à proprement parler. Les marchands construisaient pour la saison des taulages ou "taulots", sortes de baraques de bois et de toile ouvertes sur la rue. Jusqu'en 1902, ces taulages devaient disparaître à la fin de la saison. Comme pour les hôtels, la création du boulevard de la Grotte entraîne à partir des années 1880, l'établissement et la multiplication des boutiques le long du nouvel axe qui, selon Huysmans visitant Lourdes en 1903-1904, marquait l'apogée de la bimbeloterie12. En revanche, l'affirmation de la vocation religieuse de la ville n'a guère modifié la géographie de l'implantation des auberges et des restaurants lourdais qui continuent à se situer pour le plus grand nombre d'entre eux dans le vieux Lourdes.

  • 13 Citée à la note 8.

5La création de ces établissements ne procédait pas de la réalisation du projet religieux mais en constituait une des conséquences. Une tradition lourdaise assez solide faite des cabaretiers, des hôteliers, des restaurateurs et des marchands d'objets de piété qui s'installèrent alors, des étrangers plutôt envahissants attirés par l'appât du gain. Sur ce point, l'étude d'Olivier Bardon13 permet de faire la part des choses en suggérant au contraire l'importance prépondérante de l'investissement local, au moins en regard du lieu d'origine des uns et des autres :

  • 14 Sur les 28 marchands d'objets de piété recensés en 1876, les trois quarts sont étrangers aux Haute (...)
  • 15 Parmi les hôteliers de 1911, on compte : 3 Belges, 2 Espagnols, 2 Allemands et 11 Français (3 Pari (...)

6En fait, dans le détail, l'on recense en 1876 une majorité de Lourdais de souche à la tête des auberges et des hôtels ; en revanche, le commerce des objets de piété est aux mains de personnes étrangères aux Hautes-Pyrénées14. En 1911, les affaires liées au pèlerinage sont captées par les Bigourdans non lourdais qui dominent les auberges et les restaurants. À cette date, un peu plus de la moitié des hôtels sont gérés par des étrangers au département15 tandis que le commerce religieux apparaît comme le secteur le mieux partagé.

Tableau 1 - Origine des aubergistes, restaurateurs, hôteliers, marchands d'objets de piété à Lourdes en 1876 et en 1911

Tableau 1 - Origine des aubergistes, restaurateurs, hôteliers, marchands d'objets de piété à Lourdes en 1876 et en 1911

7Au lendemain des Apparitions, Lourdes figurait comme une ville dotée d'un pèlerinage marial. À la veille de la Première Guerre mondiale, en liaison avec la construction des sanctuaires et l'essor du pèlerinage était née une cité mariale. Dans le même temps, le vieux Lourdes connaissait de notables transfigurations.

Les transformations du vieux Lourdes

  • 16 Pour cette raison, la rue du Bourg était surnommée "rue noble".
  • 17 A.M. Lourdes, D 16, rapport du 14 novembre 1900.
  • 18 A.D. Hautes-Pyrénées, 5 M 46, rapport du médecin des épidémies au sous-préfet, 7 mars 1856, cité p (...)
  • 19 On trouve une reconstitution du Lourdes de 1858 au Musée du Petit Lourdes et au Musée de Lourdes. (...)

8À la veille des Apparitions, Lourdes est une petite ville de 4 135 habitants. De forme quadrilatère, ses limites sont comprises entre au nord le ruisseau de Lapacca, au sud, la rue du Baoüs (c'est-à-dire du bois) et la rue de la Carrerette, à l'est, la rue Traversière (ou chaussée Marensin), à l'ouest, l'enceinte surélevée du fort. L'axe central en est la rue du Bourg où se serrent les maisons des familles aisées de la ville16. Celle-ci et la rue Traversière constituaient les deux seules rues larges et aérées de la ville, les quelque 22 autres étaient étroites et obscures. Si l'on en croit un rapport postérieur17, les maisons possédaient presque toutes un étage à pan de bois et à auvent emprisonnant un air malsain et malodorant. La rue du Baoüs par laquelle on ramenait le bois de chauffage et de construction de la proche forêt de Subercarrère, avait triste réputation. Le rapport fait en 1856 par le médecin enquêtant sur l'épidémie de choléra qui, l'année précédente, avait fait 38 morts, notait que "les sujets qui ont été victimes de la maladie habitaient des lieux insalubres ou placés dans la direction de courants d'air imprégnés de miasmes s'exhalant de matières animales et végétales en pleine putréfaction"18. La ville possédait deux places principales : la place centrale du Porche, aménagée sur l'ancien cimetière, transféré hors des limites, était la place de la mairie et de l'église romane Saint-Pierre ; la place du Marcadal au sud. Sur ces places se tenaient les trois foires annuelles de mars, octobre et décembre et les marchés locaux. Lourdes était en effet non seulement un relais, une halte sur la route des stations thermales pyrénéennes (Barèges, Cauterets, Luz) mais aussi un centre d'approvisionnement de celles-ci. S'y greffait une médiocre fonction militaire (le château-fort abritait quelques soldats) et une tout aussi médiocre fonction administrative, même si en 1804 la ville avait arraché à Argelès le tribunal de l'arrondissement19. La taille de la pierre, la fameuse pierre de Lourdes et l'exploitation des schistes constituaient la principale industrie locale.

  • 20 A.M. Lourdes, D 10, registre des délibérations municipales.

9Au tournant des années 1850-1860, on n'est encore à Lourdes qu'au seul recensement des besoins20. En 1858 est soulevé le projet de construction d'une école communale mais les 40 000 francs du devis estimatif le renvoie sine die : la somme représente presque le double des recettes de l'année. Il manque aussi à cette ville animée par foires et marchés une halle. En 1859, on souligne le caractère vétuste et exigu du tribunal et la nécessité de le reconstruire pour débouter Argelès de ses prétentions à le récupérer. En 1861, il est question de l'utilité d'un deuxième pont pour doubler l'ancien dont l'étroitesse gêne le passage des charrettes des carriers. Mais ce projet, comme les autres, est renvoyé par manque d'argent.

  • 21 Analyse faite le 6 mai 1858 par Latour, pharmacien à Trie.
  • 22 D'après le Guide du pélerin et du touriste à Lourdes, Tarbes : Lescamela, 1888. Cette qualité comm (...)
  • 23 A.M. Lourdes, D 10, délibération du 26 novembre 1865, citée par O. Bardon, op. cit., p. 91.

10Les édiles municipaux ne paraissent pas avoir rapidement pris la mesure de la vocation nouvelle que les Apparitions conféraient à leur ville. Au moment de celles-ci, la source découverte à Massabielle a pu laisser croire à la naissance d'une fonction thermale : au printemps de 1858, une première analyse des eaux de la Grotte, que le préfet Massy tenait pour complaisante, concluait que ces eaux contenaient quelques principes minéralisateurs21. Mais une autre analyse faite le 7 août suivant par Filhol, professeur de chimie à la faculté des sciences de Toulouse, faisait ressortir que "l'eau de la Grotte a une composition telle qu'on peut la considérer comme une eau potable, analogue à la plupart de celle qu'on rencontre sur les montagnes dont le sol est riche en calcaire"22. L'ouverture de la gare en 1866 montre encore en quels termes le conseil municipal, huit ans après les Apparitions, envisageait l'avenir de la ville. Le 26 novembre 1865, le conseil, à l'annonce de la fin prochaine des travaux, votait la délibération suivante : "la ville et le pays attendent avec impatience l'ouverture de ce chemin, soit pour le transport des voyageurs soit pour celui des marchandises... afin de pouvoir transporter promptement et de manière économique les divers objets qui viennent alimenter les établissements thermaux pendant la saison d'été"23. L'approvisionnement des stations thermales pyrénéennes, tel restait aux yeux des édiles la fonction majeure de la ville.

11Grâce à sa vocation religieuse, celle-ci a connu d'importantes transformations, en deux étapes : 1858-1874, d'une part, 1875-1906 de l'autre. Durant la première période, phase de transition qui correspond aux hésitations de la municipalité à concevoir les pèlerinages comme un moteur possible du développement urbain, on s'est efforcé d'effectuer un travail d'assainissement et de réhabilitation. L'aménagement touche essentiellement le centre avec l'alignement et l'élargissement d'un certain nombre de rues, telle la rue du Porche (1861), la rue Carrerette (1862), qui devient la même année, avec son prolongement, la rue du Baoüs, la partie urbaine de la nouvelle "rue de la Grotte". La rue Traversière est dotée de trottoirs en bitume bordés de pierres de taille (1863) ; elle est portée à 8m75 en 1872. Les préoccupations hygiénistes d'aération des rues ne sont pas absentes de ces travaux, tout comme l'intention circulatoire. En 1870, le Pont-Vieux est élargi afin de permettre le passage plus aisé des pèlerins et des charrettes des carriers. Enfin, il faut ajouter durant cette période, outre la construction de la gare, l'aménagement de la place du Champ-Commun qui devient la grande place des marchés et des foires compte tenu de l'exiguïté des deux autres places communales.

  • 24 De façon très pertinente, O. Bardon observe que les délibérations municipales lourdaises entre 185 (...)
  • 25 Cette église est construite en deux phases : 1875-1877 puis 1899-1903. Son coût s'est élevé à 800  (...)
  • 26 Coût de l'opération : 105 000 francs. C'est l'actuel Palais des Congrès (A.M. Lourdes, M 20 à M 28 (...)
  • 27 Coût de l'acquisition : 50 200 francs. La mise en vente du château avait été annoncée par l'Etat e (...)
  • 28 A.M. Lourdes, D 14, délibérations du 5 et du 10 août 1892. Coût de la halle : 140 000 francs. La q (...)
  • 29 Délibération du 23 juin 1906. Le devis du projet s'élevait à un peu plus de 120 000 francs.

12L'urbanisme lourdais connaît ses transformations les plus notables après 187524. Débute alors la construction d'une nouvelle église paroissiale sur le terrain de Cénac entre les rue Langelle et de Bagnères, l'église du Sacré-Cœur25. Un nouveau tribunal, achevé en 1884, situé sur la Promenade des Tilleuls et la route d'Argelès est édifié26. En 1894, la ville, dégagée cinq ans plus tôt des servitudes militaires, procède à l'acquisition du château-fort, presque entièrement désaffecté depuis 187827. En 1892, Lourdes s'offre une halle achetée à la ville de Toulouse et installée sur la place du Champ Commun qui voit ainsi en 1901 son achèvement définitif28. En 1906, le conseil municipal décide de doter la ville d'un monumental hôtel des postes, achevé à la fin de 191229. Outre ces grands travaux, la municipalité poursuit la rénovation de la ville. Nombre de rues sont élargies et alignées ; en janvier 1897 la ville adopte le projet d'un réseau d'égouts et engage sa réalisation progressive. Dans les années 1880, elle se préoccupe de l'approvisionnement en eau potable, rénove les fontaines. Dès 1885, il est question de substituer l'éclairage électrique à l'éclairage au gaz, mais on ne vient à l'électricité qu'en 1901 ; en 1902, est installé le premier téléphone. Le projet d'un tramway est lancé dès mars 1893. La première ligne fut mise en service en août 1899.

  • 30 Quelques chiffres sur le nombre de pélerins à Lourdes : 30 000 en 1870, 115 000 en 1883 (25e anniv (...)
  • 31 D'après O. Bardon, op. cit., p. 76-77. Voir aussi A.M. Lourdes, D 10 (délibérations des 26 juillet (...)
  • 32 A.M. Lourdes, D 13, délibération du 14 mai 1877. En 1884, toujours pour 79 lots concédés, la ville (...)
  • 33 O. Bardon, op. cit., p. 106.

13Lourdes entre ainsi à la fin du xixe siècle dans l'ère de la modernité urbaine. Il faut souligner que son niveau d'équipement est peu commun dans la catégorie des villes de moins de 10 000 habitants à laquelle appartient alors la cité. La ville comptait en effet 8 708 habitants en 1901. Les investissements réalisés, considérables, n'ont été possibles que grâce aux revenus tirés du passage, chaque année, de plusieurs centaines de milliers de pèlerins30. En particulier la location par la ville des emplacements où s'élevaient les "bancs de la Grotte", c'est-à-dire les "taulots" des marchands d'objets de piété, était d'un rapport très intéressant. En 1885, pour 79 lots, la municipalité avait déboursé 890 francs de frais divers mais reçu 59 365 francs31. Deux ans plus tard, les membres du conseil municipal observaient que "ce qui fait que nos budgets se bouclent facilement ces derniers temps, c'est que nous avons un article qui produit beaucoup, les bancs de la Grotte"32. En 1885, le rapport des bancs de la Grotte représente 37 % des recettes municipales ; sa part n'est plus que de 23 % en 1902. Entre temps, la ville a vu s'accroître ses autres sources de revenu : entre 1888 et 1902, les recettes municipales sont multipliées par 2,6 passant de 161 300 à 424 000 francs. L'augmentation des recettes à été bien supérieure à celle de la population résidente, signe de leur incontestable amélioration. Celle-ci cependant n'a pas épargné à la vieille ville le recours à l'emprunt. L'endettement est évalué, par les édiles eux-mêmes en 1903, à un million de francs33.

14Il faut ajouter que la municipalité n'a pas été le seul acteur de la transformation proprement urbaine de Lourdes. Les pères de Garaison y ont pris leur part. La question des rapports entre la Mairie et l'Œuvre sur les problèmes de l'aménagement urbain est centrale ; elle mérite qu'on s'y attarde.

La municipalité et l'Œuvre

  • 34 O. Bardon, op. cit., p. 67.
  • 35 Il s'agissait de l'aménagement de la partie du chemin de Forêt sis sur la rive gauche du Gave. La (...)
  • 36 A.M. Lourdes, D 13, délibération du 20 janvier 1883, citée par P. Lafourcade, Lourdes, notre cité,(...)

15La municipalité a acquiescé aux premières initiatives de Monseigneur Laurence. En 1861, elle consentit d'autant plus facilement à la cession de la rive de Massabielle qu'elle pensait, qu'à moyen terme, la construction de la chapelle allait pouvoir occuper bon nombre d'ouvriers lourdais. Le terrain communal cédé ne présentait, au demeurant, aucune valeur agricole, pastorale ou forestière. La colline des Espélugues, vendue en 1869, le fut au terme des mêmes considérations : "ce mamelon est d'aucune utilité pour la commune, la ville au contraire a un grand intérêt à le concéder à Monseigneur l'Évêque qui y fera exécuter de gros travaux et donnera par ce moyen la vie à bon nombre d'ouvriers de la localité et de l'agrément public par les embellissements qui y seront faits"34. Monseigneur Laurence n'eut guère non plus de difficulté à convaincre le conseil de la nécessité d'un aménagement rapide de l'accès à la Grotte. Dès le 11 avril 1863, il proposait de subventionner à concurrence de 2 000 francs une partie des travaux à effectuer et de prendre en charge à ses frais l'autre partie qui serait dès lors adjointe au domaine35. De même, en juin 1870, les missionnaires demandaient et obtenaient du conseil municipal l'élargissement du Pont-Vieux et offraient, à cet effet, une somme de 4 000 francs. L'Œuvre a été de la sorte en partie associée au financement des travaux successifs d'élargissement de la rue de la Grotte : en janvier 1883, "les pères de la Grotte donnent à la Ville de Lourdes une somme de 20 000 francs pour un nouvel élargissement de cette rue, demandant simplement, par marque de reconnaissance, qu'on leur accorde une petite prise d'eau pour leur habitation. Le conseil municipal accorde cette prise d'eau et charge M. le Maire de témoigner à Messieurs les Missionnaires sa reconnaissance pour leur libéralité"36.

16Les édiles accueillaient donc les démarches ecclésiastiques d'autant plus favorablement qu'elles allaient dans le sens des intérêts de la ville et que les pères assuraient une partie de la dépense. Mais du même coup, les missionnaires ont orienté le projet urbain lourdais. Rares ont été les voix à s'élever contre ce qui pouvait apparaître comme une pression de l'Eglise sur les choix municipaux. Il est vrai cependant que les relations entre l'Œuvre et la mairie voire entre l'Œuvre et la paroisse, n'ont pas été toujours au beau fixe. Quelques épisodes de l'aménagement le montrent.

17Ils tournent tous autour du même projet municipal, du même objectif : faire partager au centre du vieux Lourdes la vitalité religieuse, touristique, économique du nouveau Lourdes. Cet objectif émerge clairement dans les années 1870, c'est-à-dire à partir du moment où les édiles ont fini par comprendre ce qui arrivait à la ville et se sont convaincus de sa vocation de centre de pèlerinage.

  • 37 L'abbé est nommé prélat de Sa Sainteté le 7 avril 1874.

18Sous l'impulsion de l'abbé Peyramale, curé de Lourdes depuis 1854, on entreprend en 1875 la construction d'une nouvelle église paroissiale, monumentale à dessein : le curé de Bernadette pensait que les processions devaient partir d'elle. Il vit d'un mauvais œil la construction du complexe marial auquel il niait toute autonomie. Le projet de Monseigneur Peyramale37 d'un édifice paroissial de grande capacité fut une tentative pour s'y opposer. Mais en 1875 la "chapelle" demandée par la Vierge vivait de manière autonome ; à partir de cette date les processions ne partirent plus de l'église Saint-Pierre.

  • 38 Le Journal de la Grotte du 11 août 1871 évalue à 800 000 francs le seul coût des expropriations.

19L'affaire révélait une opposition entre le centre et la périphérie, les deux Lourdes. La question du tracé de boulevard de la Grotte eut un moment la même vertu. La nécessité d'ouvrir le nouveau boulevard est née de l'afflux d'un nombre toujours croissant de pèlerins. La rue de la Grotte, plusieurs fois élargie, jouait jusque-là le rôle de cordon ombilical entre le centre et le sanctuaire. Sa transformation radicale en une large artère aurait engendré des investissement considérables d'autant que les propriétaires-riverains n'étaient pas décidés à accepter à moindre frais leur expropriation38. Aussi se rangea-t-on à l'idée de créer une voie nouvelle. Si l'accord existait sur le principe, l'unanimité ne put se faire sur le tracé. Le projet de l'Œuvre, "le tracé bleu" élaboré en l'occurrence par le père Sempé, entendait créer un large boulevard, qui, après avoir ceint par le sud le domaine de la Grotte, rejoignait l'esplanade, traversait le Gave sur un vaste pont pour aller rejoindre la gare par la ligne la plus courte possible. Dès que ce projet, instruit par les ingénieurs des ponts-et-chaussées fut connu en 1874, le maire et le conseil municipal furent assaillis de pétitions. Les craintes étaient de voir se dessiner un véritable contournement de la vieille ville ; des polémiques surgirent dans les journaux, particulièrement entre l'Echo des pèlerins et le Journal de Lourdes. La mairie à laquelle il n'était pas demandé la moindre subvention, proposa, soutenue par l'abbé Peyramale, un tracé différent, "le tracé rouge", empruntant les rues du centre et le glacis du château. Ainsi, le passage par la ville restait inévitable.

  • 39 Le boulevard a coûté 50 000 francs à l'Etat et 450 000 francs à l'Œuvre. Il a permis en outre l'as (...)

20Par souci d'apaisement, Monseigneur Langénieux se rangeait au projet municipal. Mais de leur côté, les pères avaient commencé les travaux sur le domaine. En dépit des actions engagées contre elle par la mairie, rien ne vint stopper la détermination de l'Œuvre d'autant plus que le nouvel évêque, Monseigneur Jourdan, se ralliait au "tracé bleu". Le père Sempé finit par l'emporter : par décret du président de la République, Mac Mahon, le boulevard "extra-muros" était déclaré d'utilité publique le 27 août 1875. La ville finit par s'incliner en adoptant le 28 novembre 1878 par 16 voix contre 6 le "tracé bleu", et en autorisant les pères à prendre possession des terrains communaux nécessaires à l'établissement du nouvel axe, en février 187939.

  • 40 Tarif des voitures publiques en 1886 : gare-ville-Grotte : 0,70 francs ; gare-boulevard-Grotte : 0 (...)

21La municipalité n'en chercha pas moins à détourner vers la vieille ville le flux des pèlerins canalisé par le boulevard. En 1886, lors de la publication du tarif des courses en calèches et autres voitures, la mairie avantagea nettement l'itinéraire gare-Grotte par la ville aux dépens de l'itinéraire gare-Grotte par le boulevard : le premier, deux fois plus long que l'autre, était à un prix légèrement inférieur40. De même, si la première ligne du réseau de tramways mise en service en août 1899 empruntait le boulevard de la Grotte, la ligne Marcadal-Basilique fut ouverte un mois plus tard.

  • 41 Le Journal de la Grotte, 20 déc. 1896, cité par O. Bardon, op. cit., p. 108.
  • 42 En 1865, la municipalité avait rejeté la demande des frères d'un quatrième instituteur et en mai 1 (...)
  • 43 Délibération du 26 octobre 1901, citée par O. Bardon, op. cit., p. 112.
  • 44 Sur tout cela, voir O. Bardon, op. cit., p. 106-108 et La dévolution des biens de sanctuaire de No (...)

22L'affaire du boulevard mise à part, les relations entre l'Œuvre et la mairie, ont été surtout faites de connivences. En 1896, le Journal de la Grotte pouvait à juste titre écrire : "Il faut rendre justice à qui de droit. Depuis la mort de M. Lacadé (maire de Lourdes au moment des Apparitions, mort en 1868), la municipalité de Lourdes a suivi la voie tracée en dernier lieu par l'attitude décisive de cet honnête homme. Jusqu'à ce jour, elle a eu l'intelligence des véritables intérêts de la ville en même temps que le respect des droits de la conscience et des traditions de piété lourdaise. Un mauvais calcul inspiré par l'esprit de secte pourrait seul, en essayant de les séparer, les sacrifier tous les deux"41. De fait, l'esprit qui avait valu dans les années 1860 à la municipalité de se frotter aux frères de Ploermel qui tenaient l'école primaire de garçons n'était plus de mise à Lourdes au tournant des xixe et xxe siècles42. En 1901, le conseil municipal rendit un avis favorable à la demande d'autorisation de la Congrégation des pères de la Grotte "considérant que depuis 1866, époque où Monseigneur Peyramale fut remplacé dans l'administration de l'Œuvre de la Grotte par la Congrégation des Missionnaires de l'Immaculée Conception, la ville de Lourdes s'est considérablement agrandie et a vu sa population qui était de 4 282 individus atteindre le chiffre de 8 708 âmes, résultat au dernier recensement"43. Lorsque le 18 avril 1903, on interdit l'exercice du culte dans les églises non autorisées, le conseil municipal protesta violemment auprès de l'administration supérieure. Le 10 juin 1905, il demanda l'abandon du projet de séparation de l'Eglise et de l'État. Au lendemain du vote de celle-ci et conformément à la loi, les biens de la Grotte furent retirés de la mense épiscopale et dévolus à la commune. Mais la commune n'accepta l'attribution que comme un simple dépôt et laissa l'ensemble des biens à la disposition de l'autorité diocésaine. Rien ne changea donc véritablement et la visite officielle du Maréchal Pétain à Lourdes en 1941 fit correspondre le droit au fait : le sanctuaire fut rendu avec tous ses biens à l'évêque de Tarbes44.

23Tout au long de la crise politico-religieuse des années 1901-1905, les édiles n'avaient eu de cesse de souligner le lien étroit entre la vitalité du sanctuaire et la prospérité de la ville. De fait, au lendemain de la séparation, Lourdes connaît un certain nombre d'années difficiles comme l'attestent divers indices : réduction du nombre des pèlerins au niveau du début des années 1890 (soit environ 145 000 par an), décroissance de la population (8 708 habitants en 1901, 8 364 en 1906), essoufflement des activités liées à l'hôtellerie, la restauration, le commerce des objets de piété. Mais le succès de l'année du cinquantenaire a redonné une vitalité nouvelle à la ville pour quelque temps. La conjoncture urbaine lourdaise est ainsi étroitement déterminée par celle du pèlerinage. Mais le développement de celui-ci s'est accompagné aussi d'une modification structurelle de la ville. En rendant possible la réalisation d'un certain nombre de projets et d'équipements urbains, la nouvelle vocation lourdaise a permis une "haussmannisation" partielle de la ville.

Notes

1 Demande de la Vierge rapportée par Bernadette, Apparition du 2 mars 1858.

2 Un décret de Napoléon III avait autorisé Monseigneur Laurence à acheter ésqualité ce terrain. Le prix en fut fixé à 971 francs et l'acte de vente signé chez M. Lacadé, notaire de Lourdes, le 5 septembre 1861.

3 L'acte de vente sous-seing privé est signé le 29 avril 1864 devant maître Lacadé et transformé en acte public quatre mois plus tard.

4 L'assemblée communale avait par trois fois approuvé la vente à l'unanimité, en juin, octobre et novembre 1869.

5 Les pères avait été appelés pour organiser le service des messes, l'hospitalisation des malades, diriger les processions.

6 Mais la crypte est inaugurée deux ans plus tard, le 19 mai 1866 à la veille du départ de Bernadette pour Nevers. L'inauguration avait été retardée afin d'attendre l'achèvement de la ligne de chemin de fer.

7 Pour les détails de la genèse des sanctuaires voir l'ouvrage fondamental du chanoine J.B. Courtin, Lourdes : le domaine de Notre-Dame de 1858 à 1947, Rennes : Edit. Franciscaines, 1947.

8 Au milieu du xixe siècle, le Lapacca, petit cours d'eau affluent du Gave portait ainsi une série de moulins.

9 Chiffres tirés de l'étude d'Olivier Bardon, Incidences du phénomène des Apparitions sur la population et sur le cadre urbain lourdais (1858-1911), T.E.R., Université de Pau, 1992, 150 p. dactylographiées.

10 Par le nombre de nuitées et la capacité d'accueil, Lourdes qui compte aujourd'hui plus de 300 hôtels est la deuxième ville hôtelière française après Paris.

11 Jean Navarret, Raymond Sestaux, Lourdes 1971-1972, étude des structures d'accueil, T.E.R., Université de Pau, 1972. Les créations de l'Entre-deux-guerres firent la fortune des propriétaires fonciers du quartier Peyramale, notamment des Pommés, qui selon P. Assouline, eurent l'habileté de louer en parcelles leurs anciens champs de maïs aux propriétaires des murs des différents établissements hôteliers alors construits et s'assurèrent ainsi une rente perpétuelle, in P. Assouline, Lourdes, histoire d'eau, Paris : Moreau, 1980.

12 Joris-Karl Huysmans, Les foules de Lourdes, Paris : Stock 1906. En 1901, sur 77 taulages, 22 se situent sur le boulevard et 39 le long de la rue de la Grotte. Les grandes surfaces, "supermarchés" de l'objet de piété (Palais de Rosaire) apparaissent après la Première Guerre mondiale.

13 Citée à la note 8.

14 Sur les 28 marchands d'objets de piété recensés en 1876, les trois quarts sont étrangers aux Hautes-Pyrénées. Beaucoup viennent des départements au sud de la France (2 de Béziers, 1 de Carcassonne, de Toulouse, d'Agen, de Grenoble, de Verdelais lieu de pélerinage près de Langon...) ; d'autres sont originaires d'horizons plus lointains : Suisse, Allemagne, Empire Ottoman (en l'occurence Palestine et Liban : 2 sur 28 en 1876 ; 5 sur 51 en 1911).

15 Parmi les hôteliers de 1911, on compte : 3 Belges, 2 Espagnols, 2 Allemands et 11 Français (3 Parisiens, 2 Stéphanois, 2 Marseillais, 1 Malouin, 2 natifs d'Agen et sa région, 1 natif de Saint-Héand, département de la Loire).

16 Pour cette raison, la rue du Bourg était surnommée "rue noble".

17 A.M. Lourdes, D 16, rapport du 14 novembre 1900.

18 A.D. Hautes-Pyrénées, 5 M 46, rapport du médecin des épidémies au sous-préfet, 7 mars 1856, cité par O. Bardon, op. cit., p. 85.

19 On trouve une reconstitution du Lourdes de 1858 au Musée du Petit Lourdes et au Musée de Lourdes. Le Musée pyrénéen conserve aussi divers plans anciens de la ville.

20 A.M. Lourdes, D 10, registre des délibérations municipales.

21 Analyse faite le 6 mai 1858 par Latour, pharmacien à Trie.

22 D'après le Guide du pélerin et du touriste à Lourdes, Tarbes : Lescamela, 1888. Cette qualité commune de l'eau de Lourdes fonde le caractère "miraculeux" des guérisons constatées.

23 A.M. Lourdes, D 10, délibération du 26 novembre 1865, citée par O. Bardon, op. cit., p. 91.

24 De façon très pertinente, O. Bardon observe que les délibérations municipales lourdaises entre 1858 et 1874 sont contenues dans un seul registre alors qu'elles en occupent 9 pour les années 1875-1906.

25 Cette église est construite en deux phases : 1875-1877 puis 1899-1903. Son coût s'est élevé à 800 000 francs. La démolition de la vieille église Saint-Pierre intervient alors.

26 Coût de l'opération : 105 000 francs. C'est l'actuel Palais des Congrès (A.M. Lourdes, M 20 à M 28 bis).

27 Coût de l'acquisition : 50 200 francs. La mise en vente du château avait été annoncée par l'Etat en 1890. Le château est devenu Musée Pyrénéen en 1922.

28 A.M. Lourdes, D 14, délibérations du 5 et du 10 août 1892. Coût de la halle : 140 000 francs. La question de l'installation d'une halle forme au cours du xixe siècle un débat récurrent. La ville avait obtenu deux nouvelles foires en 1887.

29 Délibération du 23 juin 1906. Le devis du projet s'élevait à un peu plus de 120 000 francs.

30 Quelques chiffres sur le nombre de pélerins à Lourdes : 30 000 en 1870, 115 000 en 1883 (25e anniversaire des Apparitions), 161 000 en 1896 ; 211 000 en 1904 (Année mariale), 401 000 en 1908 (cinquantenaire des Apparitions). Encore ces chiffres ne tiennent-ils compte que des pèlerins venus par trains spéciaux.

31 D'après O. Bardon, op. cit., p. 76-77. Voir aussi A.M. Lourdes, D 10 (délibérations des 26 juillet 1872 et 18 mai 1873) et N 11 à N 13, N 13 bis et N 13 ter.

32 A.M. Lourdes, D 13, délibération du 14 mai 1877. En 1884, toujours pour 79 lots concédés, la ville reçoit 65 090 francs ; en 1902, pour 82 lots, 96 508 francs.

33 O. Bardon, op. cit., p. 106.

34 O. Bardon, op. cit., p. 67.

35 Il s'agissait de l'aménagement de la partie du chemin de Forêt sis sur la rive gauche du Gave. La portion adjointe au domaine de la Grotte se situait au-delà du ruisseau de la Merlasse.

36 A.M. Lourdes, D 13, délibération du 20 janvier 1883, citée par P. Lafourcade, Lourdes, notre cité, Lourdes : 1961, non paginé.

37 L'abbé est nommé prélat de Sa Sainteté le 7 avril 1874.

38 Le Journal de la Grotte du 11 août 1871 évalue à 800 000 francs le seul coût des expropriations.

39 Le boulevard a coûté 50 000 francs à l'Etat et 450 000 francs à l'Œuvre. Il a permis en outre l'assainissement du quartier Lapacca.

40 Tarif des voitures publiques en 1886 : gare-ville-Grotte : 0,70 francs ; gare-boulevard-Grotte : 0,75 francs.

41 Le Journal de la Grotte, 20 déc. 1896, cité par O. Bardon, op. cit., p. 108.

42 En 1865, la municipalité avait rejeté la demande des frères d'un quatrième instituteur et en mai 1868, elle avait supprimé leur traitement.

43 Délibération du 26 octobre 1901, citée par O. Bardon, op. cit., p. 112.

44 Sur tout cela, voir O. Bardon, op. cit., p. 106-108 et La dévolution des biens de sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes, Imprimerie de la Grotte, 1910.

Table des illustrations

Titre Plan simplifié de Lourdes à la fin du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Tableau 1 - Origine des aubergistes, restaurateurs, hôteliers, marchands d'objets de piété à Lourdes en 1876 et en 1911
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9696/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search