Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

III. Démocratie et projet

Crise et dysfonctionnements de la ville de l'âge démocratique l'urbanisme en question

Albert Levy

Texte intégral

La ville : un objet indéfinissable ?

1Il est étonnant de constater, malgré la somme considérable de travaux réalisés sur la ville, malgré la quantité d'études urbaines menées, combien la notion de ville reste floue et mal appréhendée, comme si le concept "ville" se dérobait à toute tentative de définition. Ce terme qui revient pourtant sans cesse, comme un leitmotiv dans la bouche des experts, des élus, des médias, et surtout des architectes qui en usent comme d'un mot magique, qui l'invoquent comme une formule incantatoire, ce terme est utilisé avec une telle généralité, une telle universalité, qu'il finit par perdre sa pertinence et son caractère opératoire.

2L'objet ville est complexe : une définition générale qui subsumerait l'ensemble de ses actualisations historiques est-elle possible ? Faut-il recourir aux différents approches disciplinaires pour obtenir des acceptions précises mais limitées ? Dès lors, certains points de vue seraient-ils plus pertinents que d'autres ?

3Ce sont les géographes qui se sont le plus efforcés de trouver des définitions génériques de l'objet ville, mais elles sont souvent d'une telle généralité qu'elles relèvent quasiment du truisme ou de la tautologie, et, de ce fait, en deviennent inopérantes. D'un autre côté, certains architectes-urbanistes nous ont donné des définitions réductrices et nostalgiques de la ville, entendue surtout comme une forme urbaine physique, limitée, la plupart du temps, au tissu ancien, dont les qualités sont hypostasiées en modèle.

4Les spécificités locales, les particularismes culturels, les traits de civilisation qui fondent la diversité des villes à travers le monde semblent comme oubliés, gommés. Les évolutions, les ruptures historiques, à l'origine de la variété des villes et des mutations urbaines dans le temps, semblent niées. Tout se passe comme si l'on se préoccupait plus de ressemblance que de dissemblance, de généralité que d'identité. Une certaine imprécision règne donc autour de la notion de ville, et, en conséquence, sur les notions de projet de ville ou de ville en projet qui en découlent. La question qu'il faudrait immédiatement poser avant toute intervention est la suivante : dans quelle ville vivons-nous aujourd'hui ? À quelle ville avons-nous affaire ? Quelle est cette ville dont on veut faire un projet ? C'est seulement en répondant à cette question que l'on pourrait commencer à élaborer une stratégie urbaine d'intervention avec un peu plus d'efficacité.

Quelques définitions de la ville

  • 1 P. Merlin. La croissance urbaine, Paris : puf, 1994.
  • 2 P. Claval, article "Ville" in P. Merlin et F. Choay, Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménageme (...)
  • 3 P. Georges. Dictionnaire de la géographie, Paris : puf, 1970.
  • 4 J. Beaujeu-Garnier. Géographie urbaine, Paris : A. Colin, 1980.
  • 5 M. Roncayolo. La ville et ses territoires, Paris : Gallimard, 1990.

5P. Merlin1 avoue que "si paradoxal que cela puisse paraître, il n'est pas aisé de définir la ville", ce qui ne l'empêche pas de proposer quand même une définition : "la ville est un rassemblement des hommes, en un emplacement favorable, pour mener des activités collectives, un lieu d'échanges des personnes, des biens, des capitaux, des idées et des informations, à la fois cadre, moteur et résultante des activités humaines". P. Claval2 estime que "trois conditions sont indispensables pour qu'un établissement humain constitue une ville : l'agglomération de constructions… certains traits sociaux de la population… une certaine dimension…" Plus loin, il précise "la ville naît des besoins d'interaction des gens et des avantages qu'elle procure". P. Georges3, à son tour, parle de "population agglomérée définie par un effectif de population et par une forme d'organisation économique et sociale". J. Beaujeu-Garnier4 à son tour propose "concentration d'hommes, de besoins, de possibilités de toutes sortes (travail, information…), ayant une capacité d'organisation et de transmission… à la fois sujet et objet. En tant qu'objet, elle existe matériellement, elle attire et accueille des habitants… elle est le lieu de contacts de toute nature… Le cadre urbain, l'ambiance urbaine influent sur les habitants… Si l'homme utilise et façonne la ville, la réciproque est également vraie." Quant à M. Roncayolo5, il écrit également "la notion de ville implique l'agglomération d'une population, c'est-à-dire la concentration de l'habitat et des activités… la ville ne se réduit pas à des objets urbains ou à une combinaison de fonctions. Elle groupe une population, caractérisée par une certaine composition, démographique, sociale ou ethnique. Elle définit une forme de communauté (ou de coexistence de communautés) ou de collectivité, donc essentiellement politique dans son principe". On le voit, toutes ces définitions très générales ne sont finalement pas loin de celles que pourrait donner un dictionnaire quelconque.

  • 6 Sur cette question, voir par exemple Comprendre, penser, construire la ville, dau-mett, juillet 19 (...)

6De leur côté, certains architectes, défenseurs du projet urbain alternatif à la planification actuelle, réduisent la définition de la ville à tout ce qui s'oppose à la banlieue, considérée souvent comme une non-ville6. C'est une définition qui est strictement morphologique, limitée à l'aspect physique du tissu urbain, de préférence ancien, avec ses caractéristiques de continuité spatiale et de sédimentation historique. C'est pourquoi la ville est souvent confondue, chez eux, avec la ville-centre ou centre historique. C'est une définition qui se veut délibérément antinomique à la conception fonctionnaliste de la ville moderne élaborée dans la Charte d'Athènes (1933), définition qui est, comme on le sait, fondée sur quatre grandes fonctions : habitat, loisir, travail, circulation. C'est ce modèle de ville fonctionnaliste qui a sous-tendu la confection des principaux instruments d'urbanisme utilisés à ce jour, lesquels ont engendré toutes ces réalisations tant décriées de l'après-guerre.

Des typologies urbaines

  • 7 P. Lavedan. Introduction à une histoire de l'architecture urbaine, Paris : H. Laurens, 1926.
  • 8 J. Beaujeu-Garnier, G. Chabot. Traité de géographie urbaine, Paris : A. Colin, 1963.
  • 9 P. Georges, op. cit.

7À côté de ces définitions générales, l'approche typologique et fonctionnelle de la ville a permis d'apporter un peu plus de précision. C'est ainsi qu'en partant de l'activité urbaine dominante Lavedan7 a pu parler de ville minière, ville religieuse, ville militaire, ville commerciale, ville politique… G. Chabot8 a donné une formulation imagée de la fonction urbaine "c'est, en quelque sorte, la profession exercée par la ville, sa raison d'être", et pour P. Georges9 c'est "l'application des activités urbaines à un cadre spatial correspondant à l'aire d'influence d'une ville".

  • 10 Lire à ce propos les travaux de P. Lavedan : Histoire de l'urbanisme, Paris : H. Laurens, 3 tomes, (...)
  • 11 M. Weber. "The Post-City Age", Daedalus, Fall 1967.
  • 12 Histoire de la France urbaine sous la direction de G. Duby, Paris : Ed. du Seuil, 5 tomes, 1980-81

8D'autres typologies ont été réalisées à partir de critères économiques : selon le poids du secteur productif, par exemple, on distingue chronologiquement la ville pré-industrielle/ la ville industrielle/ la ville post-industrielle. On a également classé les villes — les plans de ville plus exactement — à partir du critère esthétique10 en villes antique/ gothique/ classique/ baroque/ néo-classique/ moderne… Quant à M. Webber11, il a opposé l'âge urbain d'hier à l'âge post-urbain ("post-city age") qui caractérise notre époque, et qui correspond à la dissolution de la ville traditionnelle sous l'effet de la révolution des transports et des télécommunications. Dans une récente étude historique de la France urbaine12, les auteurs ont établi avec une typologie multicritères, pour analyser les transformations urbaines : la ville antique (des origines au ixe siècle), la ville médiévale (des Carolingiens à la Renaissance), la ville classique (de la Renaissance à la Révolution), la ville de l'âge industriel (le cycle hausmannien 1840-1950), et la ville d'aujourd'hui (croissance urbaine et crise de la cité). Elle correspond, en fait, à une simple périodisation historique.

  • 13 M. Weber. La ville, Paris : Aubier-Montaigne, 1982.
  • 14 B. Chevalier. Les bonnes villes de France du xiv e au xvi e siècle, Paris, : Aubier-Montaigne, 198 (...)

9Enfin on ne peut pas ne pas citer le travail de Max Weber13 qui a appliqué à l'étude de la ville sa méthode d'analyse idéal-typique, qui lui a permis de circonscrire l'identité de la ville antique (ville de consommateurs) par rapport à la commune médiévale (ville de producteurs), à partir de caractéristiques sociologiques, économiques et politiques. Cette analyse exemplaire a été peu suivie sinon par B. Chevalier14 qui a cherché à cerner les contours de la "bonne ville" de l'Ancien Régime qui va du xive au xvie siècle.

Ville et démocratie : la ville de l'âge démocratique

  • 15 H. Lefebvre. Le droit à la ville, Paris : Anthropos, 1968.

10Face à ces typologies urbaines qui ont contribué indéniablement à une meilleure connaissance de la ville, il y a une autre typologie qui me paraît essentielle pour la compréhension de la ville d'aujourd'hui et sur laquelle il me semble que l'on n'a pas assez insisté, car elle permettrait de saisir la particularité de la ville actuelle tant dans l'originalité de sa structure que dans son mode spécifique de fonctionnement : c'est la typologie qui oppose la ville de l'âge démocratique à la ville de l'âge pré-démocratique (les villes, en général, qui l'ont précédée). J'utilise sciemment l'expression ville de l'âge démocratique, et non ville démocratique, parce que celle-ci n'existe nulle part encore dans sa forme achevée. C'est, bien sûr, une définition de la ville établie à partir d'un critère politique, mais pris ici dans un sens plus large (régime politique). C'est une ville radicalement différente de celles du passé et qui se présente avec des objectifs totalement neufs : prise globalement, la ville de l'âge démocratique doit permettre de réaliser l'exigence d'émancipation, d'égalité et de liberté pour chacun, qui sont, on le sait, les nouveaux idéaux politiques, les nouvelles finalités de cette ville, son projet social en quelque sorte. Nous voulons éviter ici la confusion entre objectifs et fonctions de la ville, ces dernières doivent être entendues, selon nous, comme les moyens d'accomplissement des objectifs. On peut dire que, finalement, les villes diffèrent moins par leurs fonctions que par leurs finalités, rendant ainsi possibles des nouvelles typologies. C'est en identifiant ces finalités que l'on peut constater les dysfonctionnements, en relevant les contradictions entre les intentions de départ, les principes démocratiques affirmés, et les résultats à l'arrivée, l'inégalité réelle face à l'usage de l'espace urbain, l'inégalité de répartition de la qualité urbaine dans l'aire urbaine, l'inégalité d'accès à la ville dans tous les sens du terme : l'expression fameuse d'H. Lefebvre15 "le droit à la ville" doit être prise ici dans sa pleine acception.

11Cette question, concernant les rapports de la ville à la démocratie, n'a malheureusement pas été suffisamment creusée et approfondie par les théoriciens de l'histoire des villes et de l'urbanisme. L'histoire de l'urbanisme devrait d'ailleurs être relue sous cet angle. Les idéologies urbaines (progressisme, culturalisme, naturalisme, écologisme…) n'ont-elles pas été souvent inspirées par des conceptions politiques quasi totalitaires ?

  • 16 M. Abensour. "Le pari de la démocratie" in Le Monde des débats, janvier 1995.
  • 17 J. Rawls. "Entretien", Le Monde, 30-11-93 ; et également Théorie de la Justice, Paris : Seuil, 198 (...)

12Aujourd'hui, plus que jamais, face à l'effondrement des grandes idéologies politiques, la démocratie reste l'ultime utopie concrète à réaliser. Mais au préalable, comme le dit fort bien M. Abensour16, elle demande tout un travail de "démythologisation propre au nouvel esprit utopique… pour l'abandon de toute volonté de réconciliation, de retour au foyer natal ou d'accès à une terre promise… nouvelle figure de l'utopie qui fait de l'état de séparation son séjour, tenant ainsi à l'écart le mythe de la communauté fusionnelle. C'est grâce à ce travail de l'utopie sur elle-même… à cette lutte contre les mythes qui la minent de l'intérieur que l'on peut entreprendre de penser à nouveaux frais la conjonction de l'utopie et de la démocratie, et que s'ouvre un espace de pensée pour explorer les liens possibles entre le nouvel esprit utopique et la révolution démocratique". C'est ce que pense également J. Rawls17 lorsqu'il dit que "nos démocraties ont effectivement besoin d'être améliorées… et défendues jour après jour".

  • 18 G. Burdeau, article "Démocratie", Encyclopœdia Universalis, 1988.

13G. Burdeau18 écrit dans le même sens "toute l'histoire prouve que la démocratie réalisée n'est qu'un moment du mouvement démocratique". Se posent donc les conditions d'accomplissement de la société démocratique et du rôle que doit jouer la ville dans ce processus : frein ou moteur ?

  • 19 Sur ces problèmes voir par exemple les travaux de M. Aghulon, "Imagerie civique et décor urbain in(...)
  • 20 Concernant les travaux de morphologie voir la synthèse des travaux in P. Merlin ed. Morphologie ur (...)
  • 21 Sur cette question P. Rosanvallon, La nouvelle question sociale, Paris : Seuil, 1995.

14La ville de l'âge démocratique, dont les valeurs principales ont été inventées, on le sait, sous la Révolution, mettra plus d'un siècle à s'installer, après de longues luttes. On peut en effet dater sa naissance de la IIIe République. Mairie, écoles, hôpitaux, gendarmeries, dispensaires, bains-douches, postes, gares… tous ces nouveaux bâtiments publics vont désormais quadriller le territoire urbain et permettre un fonctionnement nouveau de la ville, tout en manifestant à travers une architecture proclamatrice les nouvelles valeurs républicaines. D'autre part, une statuaire commémorative, allégorique, à visée pédagogique, célébrant les nouvelles vertus et les nouveaux grands hommes va progressivement envahir les espaces libres (places, rues, jardins…), et restructurer l'espace urbain en le resémantisant, et en provoquant un bouleversement complet du paysage urbain. Il fallait pour la jeune République des symboles et des monuments évocateurs pour répliquer à ceux de l'Ancien Régime19. C'est pendant cette période que va naître et se développer l'urbanisme comme discours théorique et appliqué sur la ville avec ses différents courants (progressiste, culturaliste…) mais dans lequel la question démocratique restera éludée. L'adaptation de la société et de son espace aux données de la production industrielle était son objectif prioritaire. Après la dramatique interruption de "Vichy", dont on sait à quel sort elle voua la statuaire publique républicaine, le développement de la ville de l'âge démocratique reprit son cours après la guerre avec de nouvelles modalités, vers une urbanisation de plus en plus totale de la société, et dans le sens d'une démocratie de masse, avec toutes les conséquences que cela comporte sur le plan urbain, en s'appuyant, pour la gestion de sa croissance, sur de nouvelles idéologies urbaines, fonctionnaliste et technocratique, tout en se bureaucratisant. Cette gestion orientée uniquement vers le contrôle de la croissance, qui était alors son seul souci, son seul et unique impératif, débouche aujourd'hui, avec l'arrêt de la croissance, sur une situation de crise, entraînant une remise en cause des modèles urbains et des instruments de planification utilisés. C'est dans ce contexte que la notion de projet urbain est apparue comme vision alternative à l'urbanisme existant, en même temps qu'un certain engouement pour les travaux de morphologie urbaine qui sont venus fonder en partie cette nouvelle pratique, dans laquelle tous les espoirs ont été mis20. Toutes ces politiques urbaines d'expansion et de croissance se sont inscrites, d'une certaine manière, dans le développement de l'État Providence. Or on sait qu'il se heurte aujourd'hui à des problèmes d'une étendue sans précédent, aggravés par une crise économique qui tarit ses ressources. Cette nouvelle situation exige, selon certains auteurs, une reconsidération et une refondation de l'État Providence21.

15C'est dans cette situation de crise sociale et urbaine que l'on peut relever certains dysfonctionnements majeurs de la ville de l'âge démocratique.

Dysfonctionnements de la ville de l'âge démocratique

16Parmi les nombreux dysfonctionnements actuels, deux nous paraissent assez graves pour être cités : la crise de l'espace public et la fermeture des structures socio-spatiales.

a) La crise de l'espace public

  • 22 E. Tassin. "Espace commun ou espace public ? Hermès 10, cnrs, 1991.
  • 23 Les travaux sur l'espace public sont nombreux, nous en citons quelques-uns : J. Habermas. L'espace (...)

17Ce qui caractérise la ville de l'âge démocratique dès son installation, c'est la constitution d'un nouvel espace public inédit, radicalement opposé aux espaces communautaires précédents, soit de la ville médiévale chrétienne, soit de l'absolutisme politique monarchique. Cet espace symbolique nouveau est caractérisé, entre autres, par les principes de "publicité" et de "sécularisation", il est une des conditions structurelles d'existence et de fonctionnement de la société démocratique et de la ville qui la sous-tend. Il s'agit d'un espace de débat et de libre discussion à propos de questions d'intérêt général. E. Tassin22 nous en donne une description : "l'espace public n'est ni le lieu ni le mode de façonnement d'un être-commun, il n'est pas le principe d'une identification communautaire. Il est le lieu institué d'un vivre ensemble qui lie la pluralité des communautés particulières, qui fait accéder les mondes vécus à une visibilité politique et qui, maintenant les lieux communs dans leurs intervalles et leurs connexions, donne existence à un monde commun". Cet espace public instaurateur de distances et connecteur des différences, qui unit en séparant, est finalement le principal agent médiateur du lien social dans la société démocratique23. Or cet espace public aujourd'hui élargi et médiatisé est actuellement en crise. Celle-ci se manifeste de plusieurs manières : retour au communautarisme et aux espaces communautaires fermés, ethniques, religieux…, désaffection démocratique (abstentionnisme, populisme…), formation d'une citoyenneté de seconde zone (exclusion), etc. Globalement cette crise de l'espace public se traduit par un déficit de débat public, et plus près de nous, à propos des enjeux et des stratégies de développement urbain, par la mise à l'écart de l'habitant qui est de plus en plus éloigné du processus de décision en matière urbaine, auquel il n'est plus associé, (cela est bien illustré, par exemple, par la récente polémique entre l'apur et le président de la Coordination et Liaison des Associations de Quartiers de Paris, J.-F. Blet, qui reproche à l'agence de pratiquer en permanence "le culte du secret". Il en va de même pour les Verts qui ont critiqué aussi l'apur pour son manque de transparence. Cette dernière s'est vue récemment retirer une partie de son financement par la Région pour les mêmes raisons. L'absence de communication sociale sur les choix et les enjeux urbains est aujourd'hui dénoncée par les habitants et par certains élus. Les décisions sont prises dans le huisclos bureaucratie/experts d'où l'habitant est exclu : de plus en plus un urbanisme autoritaire impose ses choix et ses options en refusant toute discussion.

18Rappelons que les conditions d'un véritable débat démocratique pour la détermination des options d'urbanisme, et pour l'élaboration d'un projet urbain, sont double : d'une part la coprésence des acteurs intéressés (élus, experts et opinion publique), d'autre part une culture urbaine commune partagée permettant un véritable dialogue. Se pose donc ici l'éternelle question de la formation des élus, de la compétence des habitants, et de la disposition à l'écoute des spécialistes et des experts.

19Ce dysfonctionnement touche à l'existence même de l'espace public et à son rôle : la suppression du débat public et la non-participation du citadin à la production et à la gestion de son cadre de vie, interpellent donc directement la démocratie municipale dont on constate certaines dérives monarchiques aujourd'hui.

b) La fermeture des structures socio-spatiales

20Un autre caractère important qui définit la ville de l'âge démocratique est la perméabilité de ses structures socio-spatiales, c'est-à-dire l'absence de toute barrière entravant la mobilité sociale, caractère par lequel elle s'oppose radicalement à la ville de l'âge prédémocratique, avec ses ordres et ses castes fermés. C'est l'école et l'éducation publique qui doivent aider à remplir cette tâche. On sait aujourd'hui les problèmes que le système éducatif rencontre pour accomplir son objectif, et qu'il n'est plus également le seul à favoriser la promotion sociale. De l'avis général le principe républicain de l'égalité des chances est aujourd'hui défaillant : de nouvelles barrières sociales et spatiales semblent se reconstituer en entraînant ségrégation et exclusion, et renforçant les inégalités.

  • 24 Sur la notion de système résidentiel voir notre travail La qualité de la forme urbaine, op. cit. ; (...)
  • 25 J.-M. Delarue. Banlieues en difficulté. La relégation, Paris : Syros, 1991.
  • 26 Lire le récent rapport "Banlieuescopie" sur la situation des quartiers en difficulté et le bilan d (...)

21En prenant, par exemple, le cas particulier de l'habitat parisien, on observe une forte ségrégation et une hiérarchisation très nette de ce qu'on peut appeler son système résidentiel24, avec, au somment de la hiérarchie, les beaux quartiers et les banlieues huppés de l'Ouest parisien, et à l'autre extrémité, tout en bas, les 82 quartiers en difficulté, dont plus de 50 % sont situés en grande couronne, et qui représentent plus de 10 % de la population francilienne. Ce qui est plus grave, c'est surtout l'isolement de cette catégorie inférieure de l'habitat par rapport au reste du système résidentiel dont elle est totalement coupée, exclue : les ponts et les passerelles semblent comme rompus entre ces deux mondes, et il ne s'agit pas seulement d'une simple question d'enclavement physique. Les trajectoires résidentielles et sociales sont donc bloquées : les populations qui vivent dans ces quartiers ont le sentiment d'être victimes d'une relégation25, d'une "captivité" au double sens du terme, absence de mobilité sociale et physique. Ces quartiers, où les gens sont interdits de tout projet de vie individuel ou collectif, deviennent alors l'objet d'actes de dégradation et de déprédation délibérés. L'inégale répartition de la qualité urbaine, plus ou moins sciemment organisée par une planification urbaine irresponsable, à travers l'aire urbaine parisienne, contribue au renforcement de ces ségrégations et de ces exclusions. La classe moyenne elle-même se voit, par le développement de la spéculation immobilière et foncière, interdire l'accès à Paris. Les itinéraires résidentiels sont donc contrariés. La mobilité sociale, qui accompagne souvent la mobilité résidentielle est ralentie, voire freinée, l'exclusion touche toutes les couches sociales : une société et une ville à deux vitesses se constituent sous nos yeux, malgré dix ans de politique de la ville, aujourd'hui26 en panne. Il y a là tous les symptômes d'un autre grave dysfonctionnement de la ville de l'âge démocratique dont le projet social a été détourné, sinon ignoré.

22Paradoxalement, la ville de l'âge démocratique fonctionne aujourd'hui comme un frein pour la promotion sociale, et pour le développement de la citoyenneté.

23Ce bref diagnostic des dysfonctionnements de la ville de l'âge démocratique qui mériterait d'être plus approfondi, donne néanmoins quelques orientations pour (re)penser l'articulation de la ville à la démocratie, et quelques indications prioritaires pour l'élaboration d'un projet urbain en conformité avec le projet social qui la fonde et la spécifie.

Notes

1 P. Merlin. La croissance urbaine, Paris : puf, 1994.

2 P. Claval, article "Ville" in P. Merlin et F. Choay, Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement, Paris : puf, 1988.

3 P. Georges. Dictionnaire de la géographie, Paris : puf, 1970.

4 J. Beaujeu-Garnier. Géographie urbaine, Paris : A. Colin, 1980.

5 M. Roncayolo. La ville et ses territoires, Paris : Gallimard, 1990.

6 Sur cette question, voir par exemple Comprendre, penser, construire la ville, dau-mett, juillet 1993.

7 P. Lavedan. Introduction à une histoire de l'architecture urbaine, Paris : H. Laurens, 1926.

8 J. Beaujeu-Garnier, G. Chabot. Traité de géographie urbaine, Paris : A. Colin, 1963.

9 P. Georges, op. cit.

10 Lire à ce propos les travaux de P. Lavedan : Histoire de l'urbanisme, Paris : H. Laurens, 3 tomes, 1926, 1941, 1952.

11 M. Weber. "The Post-City Age", Daedalus, Fall 1967.

12 Histoire de la France urbaine sous la direction de G. Duby, Paris : Ed. du Seuil, 5 tomes, 1980-81.

13 M. Weber. La ville, Paris : Aubier-Montaigne, 1982.

14 B. Chevalier. Les bonnes villes de France du xiv e au xvi e siècle, Paris, : Aubier-Montaigne, 1982.

15 H. Lefebvre. Le droit à la ville, Paris : Anthropos, 1968.

16 M. Abensour. "Le pari de la démocratie" in Le Monde des débats, janvier 1995.

17 J. Rawls. "Entretien", Le Monde, 30-11-93 ; et également Théorie de la Justice, Paris : Seuil, 1984.

18 G. Burdeau, article "Démocratie", Encyclopœdia Universalis, 1988.

19 Sur ces problèmes voir par exemple les travaux de M. Aghulon, "Imagerie civique et décor urbain in Ethnologie française 1975 ; "La statuomanie et l'Histoire", Ethnologie française, 1977 ; "La ville de l'âge industriel" in Histoire de la France urbaine, tome IV, Seuil 1983 ; Marianne au combat, Paris : Flammarion, 1979.

20 Concernant les travaux de morphologie voir la synthèse des travaux in P. Merlin ed. Morphologie urbaine et parcellaire, puv, 1988 ; ainsi que notre travail La qualité de la forme urbaine. Problématique et enjeux, 2 tomes, Plan urbain-melt/latmu-ifu, Paris 8, juillet 1992.

21 Sur cette question P. Rosanvallon, La nouvelle question sociale, Paris : Seuil, 1995.

22 E. Tassin. "Espace commun ou espace public ? Hermès 10, cnrs, 1991.

23 Les travaux sur l'espace public sont nombreux, nous en citons quelques-uns : J. Habermas. L'espace public, Paris : Payot, 1986 et Théorie de l'agir communicationnel, Paris : Fayard, 1987 ; D. Wolton. "Les contradictions de l'espace public médiatisé" in Hermès 10, 1991 ; Le "Nouvel espace public", Hermès 4, 1989 ; L. Quéré. Des miroirs équivoques. Aux origines de la communication moderne, Paris : Aubier-Montaigne, 1982.

24 Sur la notion de système résidentiel voir notre travail La qualité de la forme urbaine, op. cit. ; ainsi que "Le système résidentiel urbain et son fonctionnement socio-sémiotique : connotations sociales de l'espace et styles de vie" in Espaces et sociétés, L'Harmattan, no 73, 1994.

25 J.-M. Delarue. Banlieues en difficulté. La relégation, Paris : Syros, 1991.

26 Lire le récent rapport "Banlieuescopie" sur la situation des quartiers en difficulté et le bilan de la politique de la ville (mars 1995).

Auteur

Chargé de recherches CNRS, Laboratoire TMU, Université de Paris VIII.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search