Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

III. Démocratie et projet

Du territoire à la cité-région

Jacques Beauchard

Texte intégral

1Induits par les modes de vie et l'économie, l'urbanisation et la mobilité ont entraîné le glissement du socle des sociétés du territoire à l'urbain. Encore faut-il admettre que l'urbain ne distingue plus seulement l'ancienne ville mais étend ses modes d'habitat et d'habités à la campagne, au point d'ailleurs qu'il peut être montré combien le rural lutte pour être branché et mobile, intégré aux réseaux.

  • 1 Les Cités Atlantiques : l’invention de la Ville-Pays. Ss. la direction de Jacques Beauchard, Paris (...)

2Sans que cela soit pris en compte, la base politique des sociétés n'est plus la terre et ses bornages mais le réticulaire urbain qui partout s'est étendu, d'où l'émergence de Villes-Pays1. C'est cette nouvelle constitution hétérogène de l'unité, base du politique, qui fonde le triple enjeu des Villes-Pays, de la Cité-Région, de la Nation dans l'Union européenne.

  • 2 Autoroute et paysages. Ss. la direction de C. Leyrit et B. Lassus. Ed. du Demi-Cercle, 1994.

3La Ville-Pays se compose de proche en proche suivant une succession de paysages aménagés comme espace public de référence, l'aménagement est sensible et suppose non seulement, comme le montre l'œuvre de Bernard Lassus, la prise en compte de l'hétérogène mais aussi une intervention minimum2, une mise en valeur des sites-symboles déjà là mais réinterprétés en vue de fournir matière à identification collective.

  • 3 "Les Cités Atlantiques". Op. cit., La Ville-Pays, p. 129.
  • 4 Mon pays c’est la Ville. Manifeste des Maires de Grandes Villes de France, p. 14.
  • 5 Augustin Berque. Du geste à la Cité, Paris : Gallimard, 1994.

4La redécouverte des sites et des lieux réimagine des proximités, des rencontres, des discontinuités, enfin propose peu à peu un relief d'images et de signes qui donnent du sens et font apparaître un ensemble polycentrique3 ; non seulement les anciens centres s'intègrent mais surtout autour de l'école, y compris de l'université, on inventera des lieux de Cité, un site, une architecture, des services polyvalents privés/publics comme lieux symboliques d'assemblage de la Ville-Pays et des Villes-Pays entre elles, au sein d'une Cité-Région. Au passage, et malgré l'assertion du manifeste des Maires4 ; soulignons que la Cité ne se confond pas avec le gouvernement de la ville, car elle est, par constitution, composée de villes petites et grandes, et de campagnes. Suivant l'ancienne analyse, la Cité est par essence multiple, hétérogène et à la différence de la communauté, son unité est faible. La Cité est un savoir des lieux multiples privés et publics, elle projette son unité dans des paysages5 et sa centralité se forme en chacun des lieux qui la manifestent, elle est polycentrique et par propriété, elle urbanise les réseaux. Les Villes-Pays ne peuvent se constituer comme telles qu'en son nom !

Les acteurs

5Utopie sans acteur ? Volontarisme attardé ? Ou assemblage de l'existant ? Utilisation des tendances ?

6Nous distinguons trois types d'acteurs : les collectivités territoriales, qui, à travers toutes les ambiguïtés, façonnent l'être collectif (Jean-Claude Nemery) et par conséquent rencontrent les sociétés locales, enfin troisième acteur, l'État en région tant l'acteur public pourrait adopter, au-delà de ses missions particulières, l'enjeu commun de l'unité toujours à produire.

7L'histoire des contrats de pays peut être interprétée comme la manifestation la plus évidente du clientélisme local ou comme une procédure de légitimation des élus locaux, on peut aussi y voir un apprentissage, qui, de l'association par intérêt mène à une coopération et fait émerger un pays ouvert, à géométrie variable. Un tâtonnement qui explore les dimensions des bassins de vie : à travers ces trente dernières années, n'assiste-t-on pas à la réinvention lente et par paliers, des pays comme espace d'une unité ouverte et appartenance collective ?

8Dès 1975 fut lancée une politique nationale en faveur des pays suivant des contrats de pays signés entre établissements publics régionaux et regroupements de collectivités locales. Dès cette époque, on arrêtait les principes clefs de leur constitution, ce que rappelait déjà le bilan Dix ans de politique régionale et d'aménagement dans les pays de la Loire (1985) : "Les pays doivent être délimités de façon assez homogène pour qu'existent les liens naturels réels et une volonté d'action commune, afin que soient proposés des programmes à caractère intercommunal assez vaste pour avoir un certain poids économique et démographique".

9On exige non seulement des regroupements cohérents, mais aussi une certaine dimension : le "pays" doit correspondre à une population de 20 000 à 30 000 habitants autour d'un bourg-centre ou d'une petite ville, ce qui fonde déjà la reconnaissance du lien entre ville et campagne.

10Aménagement du cadre de vie, équipement, développement des infrastructures de loisirs et développement économique restent encore dans les années quatre-vingt-dix les objectifs principaux de ces contrats. Mais au cours de ces trente dernières années, des axes d'expansion urbaine se sont nettement affirmés, tel celui qui s'étend entre Saint-Nazaire-Nantes-Cholet-Angers-Le Mans, qui concentre la moitié des villes des départements respectifs. L'évolution économique a creusé l'écart entre le périmètre des contrats de pays (ou des crd) et l'implantation des villes de plus de 5 000 habitants, près de la moitié de ces contrats renvoie à des pays sans ville.

11Dans toutes les régions, les contrats de pays et de développement ont mis au travail l'intercommunalité, mais l'observation des coopérations pointe une double limite : les approches semblent trop déterminées par la seule logique cantonale et trop circonstancielles. Sauf exception, les applications en cours de la loi du 6 février 1992 sur l'intercommunalité ne permettent pas de dépasser ces insuffisances et débouchent trop rarement sur une dynamisation des rapports à la ville. Néanmoins, des communautés Ville-Campagne se sont constituées. Par exemple, en Poitou-Charentes, les deux pays du Loudunais et de la Haute Saintonge ont depuis longtemps fait l'expérience d'une animation de l'espace rural autour des petites villes de Loudun et de Jonzac.

12Face aux problèmes des zones fragiles, "la ville et le pays" misent sur l'aménagement d'un territoire commun. Mais ces communautés, petites ville-campagne, avoisinent d'autres associations du même type qui s'emboîtent à leur tour dans un pays plus vaste, ou plus exactement ici, la reconnaissance des bassins de vie complémentaires dans leur rapport à une ville conduit de proche en proche à donner forme à une Ville-Pays. Ensemble de communautés ville-campagne, la Ville-Pays se constitue à trois niveaux d'échelle.

13Au premier niveau, on trouve trois à huit cantons associés, issus des contrats de pays. La proximité joue et la géographie favorise une unité qui se confond parfois avec le pays local identifié à une ville, il s'agit souvent d'une petite ville.

14Au deuxième niveau, une ville moyenne rayonne à travers un pays qu'elle influence et sur lequel elle se projette. On retrouve ici les aires d'attraction résidentielles extensives telles qu'elles se forment, par exemple, en Poitou-Charentes. Ces agrégats résidentiels et simultanément ces espaces de mobilité locale façonnent peu à peu un pays urbain qui n'est sous l'autorité particulière d'aucune des communes, si grandes soient-elles, qui le composent.

15Enfin troisième niveau, la ville polarise le pays sans pour autant l'absorber. Le poids démographique de la ville est supérieur à celui du pays mais surtout elle ouvre le pays sur l'étendue et suscite tour à tour sa recomposition. Ainsi, Normandie-Métropole réinvente la Normandie, Nantes-Atlantique anime une partie des pays de la Loire et se confond avec l'Estuaire. Bordeaux polarise en partie l'Aquitaine et Limoges, dans le Limousin, regroupe un citadin sur deux. Aux trois niveaux, la Ville-Pays intègre les nouvelles répartitions du peuplement de l'espace qui, durant tout le siècle et en particulier ces trente dernières années, n'ont pas cessé de déborder ou de déplacer les anciens centres. L'urbanisation, voire la réurbanisation, est prise en compte, de même que les discontinuités spatiales, les vides et les pleins.

16Loin d'alimenter le mythe du retour à la nature, du retour au local dans le rejet, voire la haine de la ville, il s'agit bien de proposer un modèle alternatif à la métropolisation en intégrant la nouvelle constitution des sociétés locales, archipels d'îlots urbains : voyons à travers l'étude d'un développement régional particulier comment s'organise notre proposition.

Constitution des Villes-Pays et de la Cité-Région : le cas Picto-Charentais

17Au regard de l'espace Picto-Charentais et de son urbanisation, nous sommes conduits à proposer la constitution des quatre Villes-Pays de la Vienne, de la Charente, de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres.

18Chaque Ville-Pays comporte quatre à cinq grands bassins de vie. Quelques-uns sont communs à plusieurs Villes-Pays, notamment le centre régional composé du Civraisien, du Mellois, du Pays de Matha et de Ruffec. Les quatre Villes-Pays auraient à s'allier pour transformer cet espace central en espace-projet autour, d'une part, de la filière agroalimentaire et de la filière bois et, d'autre part, autour du tourisme et de la mise en valeur des sites et des paysages, du cadre de vie. Les conseils généraux auraient à intégrer les politiques sociales et leurs interventions territoriales dans la construction d'une Ville-Pays polycentrique qui permettrait d'intégrer la mosaïque des intérêts locaux sans bloquer le futur dans la seule reproduction d'un passé territorial. La proposition vise un projet d'unité qui n'est plus seulement le résultat de la logique des centres et des arbitrages, mais une œuvre politique globale pragmatique qui cherche à orienter les interventions principales, recherche les synergies possibles et pense les réseaux, arrête des objectifs communs tels l'espace-central régional — la façade atlantique picto-charentaise — les portes terrestres et maritimes des Villes-Pays de la Cité-Région que nous aborderons plus loin.

19Mais du point de vue de la gestion de l'espace, force est de constater l'omniprésence d'un modèle administratif qui, jusqu'à présent, demeure éloigné de la constitution possible des Villes-Pays. L'intervention des services publics, avant tout sectorielle, ne se préoccupe plus de l'unité à construire ; on ne sait plus qu'à travers l'éducation, la santé, la justice, il s'agit d'assurer la constitution effective de la société, l'idée même d'unité à l'image de la ville éclatée est devenue terriblement abstraite, sans référence à l'espace vécu. Dès lors l'édification de la Ville-Pays passe par la reconnaissance de la Cité commune, ici d'une Cité-Région commune aux quatre Villes-Pays.

20L'État en région ne devrait-il pas, d'abord et avant tout, concourir à l'édification de la Cité ? Accepter le symbole de la Cité comme un ensemble vide, donc a priori adapté à la diversité des intérêts et des territoires si souvent antagoniques, viendrait solliciter les administrations au cœur de leur mission de service public et contribuerait à donner du sens à la loi d'orientation pour le développement et l'aménagement du territoire. Suivant le maillage des Villes-Pays, l'État en région s'emploierait à fédérer ses services à partir de lieux de Cité polyvalents, suivant des sites porteurs d'espaces publics, des portes entre le local et le global. En "zone rurale fragile" le vieillissement de la population et l'émigration rendent particulièrement précieuses les jeunes sociétés qui peuvent s'agréger à partir — et autour — de l'école, d'autant que la présence d'équipements et de commerces permettrait de donner à ces lieux une animation et une architecture significatives de la présence de la Cité. L'expérience "Avenir et territoires" de la Datar ou, dans le même sens, l'animation multimédia conduite à partir du Futuroscope par le Président de la Région Poitou-Charentes, ont mis en évidence l'enthousiasme d'une jeunesse disponible, prête à se lancer dans l'aménagement et le développement des territoires.

21Bref, aux troubles de l'identité et du futur, aux discours sur la marginalité rurale, voire urbaine, nous opposons une stratégie des lieux de Cité comme objectifs communs des collectivités territoriales, de l'État en région, de tous les acteurs.

  • 6 Bernard Lassus. "L'intégration de l'hétérogène", in Lieux de Cité, ars, no 3-4/93, Toulouse : ed. (...)

22Le maillage des lieux de Cité permettrait d'agencer les sites et les réseaux et de constituer ainsi l'unité de chaque Ville-Pays. En somme, nous visons à dépasser le traitement purement mécanique des flux qui ignore a priori "l'analyse inventive du paysage" telle que décrite par Bernard Lassus6 ; nous voulons dépasser l'opposition ordinaire et parfois violente des lieux et des flux. Reste à repenser leur connexion en inventant des portes, ou mieux encore en découvrant leur centralité contemporaine, en aménageant par exemple des portes entre autoroute et Ville-Pays. Un lieu de passage où s'articuleraient les flux de l'économie européenne et l'économie patrimoniale des sites : une économie quaternaire. Ce qui conduit à penser au milieu des flux l'attraction du patrimoine dans tous les domaines qui le composent ; non tout d'abord des musées, des objets morts, une accumulation mais, des perspectives, des cheminements, une démarche et des gestes élémentaires qu'il faut poser pour produire le rare, l'unique, l'image de marque, bref une construction de l'entrée dans la Ville-Pays.

Économie quaternaire et lieux de Cité

23Il s'agit d'offrir aux Européens nomades en quête d'identification les matériaux nécessaires à leur identité, suivant l'œuvre d'une appartenance commune. D'où la redécouverte, par exemple de Saint-Jean d'Angely, comme l'un des grands relais sur la route de Saint-Jacques de Compostelle et l'affirmation simultanée de son Abbaye royale comme lieu d'Europe.

24Toujours dans la perspective d'une découverte des Villes-Pays à partir de leur porte, on peut redéployer l'aménagement des Ruralies sur l'A10 au cœur de la Cité-Région. L'ensemble est conçu comme entrée dans l'espace local et contact avec le Pays par l'histoire, l'image, la vente des produits régionaux. Du point de vue de l'exploitation, le lieu est un succès mais à travers un dédale de parkings le tout se tient dans une boucle fermée sur elle-même ; n'est-ce pas ce qui, a priori, bloque la conception dans des fonctions successives et isolées : restaurants, halls d'expo-vente, hôtels, musées ?

25Ainsi, paradoxalement absence d'une centralité, pas de marquage identitaire d'un lieu d'échange picto-charentais. Par opposition avec l'autoroute et intégration de la tradition locale, ne fallait-il pas plutôt imaginer un centre vide, un équivalent du cloître, lieu de la longue durée, avec resserrée tout autour, arc-boutée sur les arches romanes, symboles de la Région, la présence des sites du Poitou-Charentes, tout un système de cellules, d'illustrations, d'informations, de communications, de commerce et de jeux possibles avec les cartes et les itinéraires. Là encore, on ne soulignera jamais suffisamment la nécessité du commerce des produits du pays et des terroirs mais aussi de l'antiquaire et du libraire, tant il s'agit de solliciter la mémoire à travers un monde réimaginé. Donc, aménagement d'un site rendu significatif par l'architecture et le paysage et ses connexions routières, mais aussi, lors des grandes migrations européennes, animation du lieu par le commerce des gens de la région qui viendraient vendre leurs richesses : une foire ajouterait ainsi la magie d'une société locale à l'ordre symbolique du site. Enfin chaque porte ne devrait-elle pas disposer d'une longueur d'onde et émettre des messages caractéristiques du passage de l'autoroute à travers chaque Ville-Pays et là encore affirmer la présence des lieux au milieu du flux, via un marché électronique local ?

  • 7 Bernard Lassus. "L'intégration de l'hétérogène", in Lieux de Cité, op. cit.

26Donc, il est question ici d'intégrer l'aire de repos, la sortie et l'entrée de l'autoroute, le péage comme constitution du passage de la porte. On recherche une intégration minimale7 des éléments fonctionnels jusqu'alors isolés et sans usage symbolique : il s'agit de concevoir un nouveau type de site. Ce lieu intermédiaire modeste a pour objet un défi essentiel pour notre temps : la promotion d'une économie patrimoniale au cœur de l'économie de marché. Ce qui revient à redécouvrir la valeur d'échange du durable, du long terme au milieu de la presse et des exigences du court terme.

27La porte ouvre et donne à voir, elle matérialise le passage du privé au public et inversement. Ici, suivant le passage de la sphère privée de l'automobile à un espace public, la porte aménage une transition entre l'univers des flux où l'individu s'atomise comme particule du mouvement général et le lieu public où se compose une société. Un lieu d'échange, de confrontation où se combinent les personnalités nomades et sédentaires. Entre l'univers des réseaux et des territoires, la porte de l'autoroute est un échangeur de société, agent d'un nouvel ordre nomade-sédentaire. D'où la créativité possible par effet de composition entre des valeurs paradoxales, par exemple mobilité et permanence, ordre réticulaire horizontal et centralité hiérarchisée.

28Donc, rapprocher l'aire de repos, la sortie et l'entrée de l'autoroute afin de faire apparaître l'espace-projet de la porte suivant la constitution d'un nouveau type de site : l'entrée de la Cité à travers la porte de la Ville-Pays.

29Comme jadis le croisement des voies romaines établissait l'espace des Cités, aujourd'hui les portes de l'autoroute ont à devenir connexions des lieux sur les réseaux, carrefour européen refondateur du Pays et de son économie mais aussi invention d'un aménagement réticulaire qui fédère les Villes et les Pays.

30D'où la constitution d'une Cité comme ensemble urbain et rural articulé mais aussi réinvention locale de la porte comme lieu public, comme espace de connexion, d'information et d'identification, donc comme matrice nomade/sédentaire, lieu d'une économie quaternaire et d'un marché futur.

31Par l'invention moderne de ces portes, l'autoroute se donnerait une urbanité qui lui fait défaut et se doterait, au milieu des flux, d'une capacité plus grande d'intervention et de prévention. Elle valoriserait le capital étonnant des paysages qu'elle contribue à réinventer, elle apparaîtrait comme mouvement du retour au pays, réinvention et recomposition des territoires, mise en valeur des patrimoines et simultanément, relance de la mémoire des routes au niveau des lieux : quand Saint-Jean d'Angély sera perçu et se percevra comme relais entre Nord et Sud sur l'autoroute de Saint-Jacques de Compostelle.

32Sans oublier les grandes portes de la Cité-Région, port terrestre d'Aquitaine, des Pays de la Loire et de Bretagne, du Bassin Parisien, que les plates-formes multimodales d'Angoulême, de Niort, de Poitiers pourraient davantage identifier. Si les réseaux entraînent la délocalisation, ils renvoient aussi à des polarisations, à un génie local, qui impliquent fortement les chambres de commerce dans la construction d'une identité. Suivant ce même point de vue, on aperçoit le parti qu'il faudrait tirer de la double affirmation des portes maritimes et de la façade atlantique picto-charentaise ; en particulier le développement du commerce du bois, suppose l'animation d'un réseau d'acteurs et le développement d'une filière bois au cœur de la région polarisée par le commerce portuaire : ici comme précédemment, les sites, les moyens, les réseaux, les acteurs sont là mais encore souvent isolés.

33La construction des Villes-Pays et de la Cité-Région est affaire de synergie plus que de moyens.

34L'œuvre commune des lieux de Cité comme centre polyvalent autour de l'école et de l'université, ou comme portes et ports terrestres et maritimes, suppose une concertation permanente au sein de la Cité-Région. De projet en projet, à travers le génie des lieux, elle vise l'émergence du génie des gens et du commerce grâce au développement d'une société mobile, attractive du fait de ses sites, de ses jardins d'images, de son image de marque.

35Ou bien... rien ne viendra vraiment corriger la tendance dominante, la métropolisation l'emportera, le Bassin Parisien, Bordeaux, Nantes-Atlantique, voire même Limoges polariseront l'espace picto-charentais et le dilueront dans l'espace, tandis que dépourvu de force en son centre, l'Arc Atlantique se coupera suivant les systèmes urbains d'Armorique et d'Aquitaine. C'est alors la construction de la Façade atlantique toute entière qui sera compromise.

36Finalement, penser la Cité-Région à travers la stratégie des lieux de Cité vise à la constitution nouvelle de la société, du multiple, au milieu de la mobilité générale et des réseaux.

Notes

1 Les Cités Atlantiques : l’invention de la Ville-Pays. Ss. la direction de Jacques Beauchard, Paris : Datar-Ed. de l’Aube, 1994.

2 Autoroute et paysages. Ss. la direction de C. Leyrit et B. Lassus. Ed. du Demi-Cercle, 1994.

3 "Les Cités Atlantiques". Op. cit., La Ville-Pays, p. 129.

4 Mon pays c’est la Ville. Manifeste des Maires de Grandes Villes de France, p. 14.

5 Augustin Berque. Du geste à la Cité, Paris : Gallimard, 1994.

6 Bernard Lassus. "L'intégration de l'hétérogène", in Lieux de Cité, ars, no 3-4/93, Toulouse : ed. Erès.

7 Bernard Lassus. "L'intégration de l'hétérogène", in Lieux de Cité, op. cit.

Auteur

Professeur, Laboratoire de Sciences sociales, Université de Paris Val de Marne.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search