Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Image et promotion de la ville : ambitions et méthodes

Projet de ville et système culturel

Guillaume Saupin

Texte intégral

1Parler d'un projet pour la ville c'est rappeler qu'il n'y a pas de politique "naturelle". Un grand nombre d'élus conçoivent pourtant leur action en ce sens, refusant tout volontarisme et lui préférant la notion de respect de ce que certains qualifient d'impératifs naturels. Or un programme d'équipement, de rénovation de quartier, etc... sont des actes politiques. Ce sont des projets porteurs de sens et d'orientations en ce qu'ils définissent un territoire, des publics, des approches... Rien n'est donc évident, tout est au contraire construit au fur et à mesure, au gré des influences et des pressions, des exigences et des réponses.

2Tout projet naît à partir d'un ensemble de confrontations d'images et de sens ; luttes pour savoir ce qu'il faut faire et comment cela doit être mené. Dans cette optique on remarque souvent que l'analyse de la vie culturelle est riche d'enseignements. Parler de projet de ville c'est parler en grande partie d'images et de représentations, thèmes touchant de très près au monde de l'action culturelle. Le système culturel municipal peut être une bonne incarnation de ces conflits de représentation, une bonne expression des clivages existant au sein du projet de ville, en ce sens qu'on y voit germer les divergences concernant le type de maillage territorial à mettre en place, le contenu des programmations, les équipements ou manifestations devant être mis en valeur. Finalement on y trouve souvent des rivalités exacerbées entre les idéologies, les discours qui les accompagnent car l'action culturelle est un secteur qui reste encore friand de rhétorique.

3C'est à partir du concept de système culturel municipal que nous nous intéresserons donc à la notion de projet de ville qui sera étudiée ici à travers les questions posées par son positionnement interne et externe et les interrogations liées au mécanisme de sa construction.

4Le projet de ville, perçu à travers le prisme de l'action culturelle, concerne l'espace de la ville, qu'il se matérialise sous la forme d'un territoire ou qu'il corresponde à un ensemble de représentations mentales et de sentiments. Ce projet de ville est au premier abord perçu par son positionnement, par les traits qu'il présente.

5Dit de manière rapide, le projet de ville en tant qu'il s'exprime dans l'action culturelle, s'articule autour de deux axes externe et interne. C'est là sans doute une particularité du projet culturel que de devoir être à la fois valable et porteur tant pour la communication interne, en tant qu'expression du lien social, que pour des objectifs externes, comme un moyen de marketing. Les villes ont appris dans les années quatre-vingt à vanter leurs charmes et leurs atouts, elles ont appris à se vendre. Dans ce cadre l'image culturelle a été largement sollicitée.

6On en revient aujourd'hui à plus de prudence, en insistant sur la nécessité d'un certain travail sur la ville et ses habitants, un travail sur le lien social ; là encore la culture est souvent mise à contribution. Le problème pour les villes est donc de pouvoir définir une ligne qui permette de se positionner par rapport à leurs concurrentes et qui soit aussi suffisamment valable et réfléchie pour être un véritable projet de ville. Une réflexion sur la ville, son identité et sur les voies qu'elle se trace ? Il faut un programme capable de jouer sur deux tableaux. À certains égards la ville de Montpellier est un exemple intéressant. La municipalité de G. Frêche a au départ lancé des campagnes de promotion essentiellement tournées vers l'externe en axant les messages sur le prestige et la performance. "Montpellier la surdouée". Aujourd'hui cette ligne est maintenue avec beaucoup de force grâce à un ensemble de manifestations et d'équipements qui permet de se maintenir sur ce créneau. Mais en même temps la municipalité mène un travail important en direction de l'interne, en mettant en place par exemple un important programme de construction de bibliothèques de quartier. On a là, a priori, une ville qui se préoccupe des deux niveaux et qui au plan interne veille à ne pas négliger certains publics, comme le font d'autres villes qui axent tout sur le centralité et les programmations de spectacles dont on sait qu'ils attirent un public très peu diversifié et socialement aisé.

7À partir de ces premières interrogations sur le positionnement du projet de ville on en arrive naturellement à la question du degré d'ouverture ou d'intolérance du projet. C'est-à-dire que certains projets de ville sont parfois construits sur une ligne qui a l'avantage d'être claire mais très exclusive. Une certaine intolérance, ou en tout cas un réel manque d'ouverture, peut naître d'un projet qui, se fondant sur le strict respect d'une identité et d'une histoire locales (encore qu'il faille rappeler que tout identité est en partie une construction), aura tendance à exclure mécaniquement d'éventuels apports.

8Le projet est constructeur d'images pour la ville mais en même temps il s'appuie sur un fonds déjà existant qui le contraint. Ces images, cette histoire et cet esprit du lieu sont souvent le fondement de l'élaboration du projet, qui peut tirer sa réussite de la connaissance et du respect du terrain local en même temps qu'une limite essentielle. Le problème étant alors de savoir comment gérer ces images, les mettre en œuvre et les mobiliser dans une direction précise et réfléchie. C'est toute la question du "sens" proposé à la population et en même temps construit par elle. C'est par exemple tout le problème posé à la ville de La Baule (Loire Atlantique) à travers sa politique culturelle. Celle-ci est construite par référence à un passé mythique, celui des années vingt, période du grand prestige de la station, qui est donc la clef de l'essentiel de la programmation. Il s'agit de revenir à l'effervescence mondaine et aux paillettes. À côté on voit se développer une action culturelle atypique au sein du quartier d'Escoublac qui choisit quant à lui un axe radicalement différent : conscience villageoise et fêtes populaires. Une ville, une ligne majeure excluant tout autre type d'apport. Deux mondes qui s'ignorent et à la limite se méprisent. Ils construisent par leurs rivalités le système culturel municipal baulois, la municipalité ne pouvant négliger complètement ce qui se fait au sein de ce quartier.

9Ces exemples montrent bien qu'un projet municipal réel doit donc être au maximum intégrateur, car il l'est expression du lien social que la ville entend produire. Le projet de ville et par là même le projet culturel sont donc le produit d'interactions, comme l'est finalement le système culturel municipal.

10Ces interactions ne sont pas forcément simples à gérer car dans certains cas les politiques doivent composer avec un terrain local parfois réticent à tout type de remise en cause ou de changement qui apparaîtrait comme un abandon du passé et donc de l'identité. Il y a là un dilemme que les politiques doivent résoudre, entre leur rôle de garant de l'identité et leur mission de porteurs de projets de développement. Tout un ensemble de contradictions que le projet de ville doit savoir intégrer.

11De ce point de vue la ville de Saint-Nazaire constitue un bon exemple. On se trouve là face à un terrain local particulièrement riche. C'est en effet une ville fortement marquée, symboliquement et physiquement, par les empreintes de l'identité maritime et portuaire, exprimée notamment par la place des chantiers navals. Identité d'ailleurs largement soutenue par une tradition associative et syndicale particulièrement forte. Face à ce contexte on trouve une municipalité qui multiplie les efforts pour modifier l'image trop négative de la ville. Modifications qui passent par un ensemble de réaménagements urbains (notamment les entrées de la ville) et une action culturelle volontaire. Celle-ci se fait porteuse des objectifs municipaux et de leurs ambiguïtés. Prenons l'exemple des Escales : grande fête populaire centrée autour de la musique et qui durant trois jours investit le port. Cette manifestation côtoie, au regret des organisateurs, une fête foraine. Pourtant, à partir de ces données, le directeur voudrait en faire aussi une opération de prestige capable d'avoir des répercussions au niveau national. Mélange des genres et problème de synthèse.

12Volonté de synthèse que l'on retrouve d'ailleurs dans le projet de construction d'un musée européen du paquebot : un équipement dans la droite ligne de l'identité locale et en même temps outil sans doute très efficace d'une promotion nationale et internationale. On retrouve donc les questions liées à la définition du projet de ville et à l'équilibre difficile qui doit être trouvé entre volontarisme municipal, puisqu'il s'agit d'en finir avec une certaine image du passé qui nuit sans doute au développement et à la communication de la ville, et respect légitime d'un esprit du lieu.

13C'est parce qu'il y a un ensemble de représentations mentales divergentes et d'acteurs différents qu'on en arrive à cette notion de système culturel municipal. Chaque type d'intervenant (élus, associations, professionnels...) exerce une forme de pression pour orienter le déroulement. On a donc affaire à un système au sens strict du terme, un système complexe qui voit s'affronter un ensemble de stratégies, une diversité de projets.

14Il y a une compétition des images attachées à la ville. Le projet de ville est donc une lutte pour la définition et l'imposition d'un sens sur un espace donné. La question est alors de savoir comment la municipalité se situe au sein de ce projet, dans quelle mesure elle est un acteur différent des autres. Dans l'état actuel des recherches entreprises on peut indiquer a priori que l'on a régulièrement affaire à une domination municipale. En ce qui concerne le domaine culturel elle peut être institutionnelle (maison des association, office municipal...) ou symbolique (par la place accordée aux uns et aux autres au sein des publications municipales). En fait la municipalité semble rester au cœur de la définition du projet culturel, qui est une partie du projet de ville, car elle assure un travail de légitimation. Elle reste en effet souvent celle qui accorde l'accès à la visibilité et à la reconnaissance publique. Elle a le privilège de pouvoir définir qui sont les participants et donc les exclus du système culturel local, ce qui signifie qu'elle organise en même temps la prise de parole concernant l'élaboration du projet de ville.

15Il existe sans doute un ensemble de légitimations concurrentes, capables de s'affronter à celle produite par la municipalité. C'est l'analyse en cours de leur existence et de leurs combinaisons, sur l'exemple nazairien, actuellement en cours d'élaboration et dont nous n'avons présenté ici que les premières réflexions, qui permettront de mieux cerner ce concept de système culturel.

16En guise de conclusion il s'agirait surtout de rappeler que l'approche culturelle ne peut, bien entendu, pas résumer à elle seule toute la notion de projet de ville. Mais il est intéressant de l'intégrer dans les réflexions car les éléments de politique culturelle sont souvent un aspect particulièrement voyant, et donc flatteur, que les villes cherchent à soigner. Ainsi, même si le souci du marketing joue parfois comme un voile, il ne faut pas oublier que le secteur culturel est un exemple enrichissant des conflits et des enjeux que peut contenir la notion de projet de ville. À travers l'action culturelle la ville se met en scène, pour elle-même et pour l'extérieur, elle parle d'elle et donc de son projet.

Auteur

DESS, Direction de Projets Culturels, IEP de Grenoble.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search