Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 1

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Préface

Éric Debarbieux

Texte intégral

1Dans ces temps où l’invention réactionnaire de la pseudo « théorie du genre » fleurit comme une des plus belles manipulations politiques depuis des décennies, le titre de cet ouvrage sonne haut et clair comme une véritable provocation. « Pour en finir avec la fabrique des garçons »… Alors – dira-t-on au café du commerce – on ne peut même plus faire des garçons ? Ce titre est-il un appel à une extermination du mâle par le sexe si longtemps dit faible et qui désormais tord le bâton dans l’autre sens par pur esprit de vengeance ? Le complot est profond qui publie de telles insanités castratrices chez un aussi sérieux éditeur que la Maison des Sciences de l’Homme en Aquitaine… J’imagine déjà fort bien un quelconque pourfendeur de ce type de « théorie » prendre avec des pincettes devant des téléspectateurs forcément médusés ce livre comme objet du délit et preuve du complot de – au choix – les lobbys féministes ou LGBT, le gouvernement, tel ou tel ministre, les élites parisiennes, les sociologues, les sciences humaines, j’en passe et des meilleures…

  • 1 Husson A.C. (2013), « “La théorie du genre” n’existe pas », Genre [En ligne]. Disponible sur : htt (...)

2Il ne s’agit évidemment pas pourtant de « théorie du genre ». Faut-il encore et sempiternellement rappeler que celle-ci n’existe pas1, qu’elle n’est soutenue par aucune discipline scientifique et que la locution « théorie du genre » est idéologique parce qu’elle est fabriquée de toutes pièces par ceux qui l’utilisent comme un outil politique dénonçant un « complot » imaginaire pour y assimiler des adversaires. Il s’agit bien dans ce livre d’études scientifiques sur le genre, et comme toutes études, elles reposent sur des choix épistémologiques clairs, des méthodologies identifiées et des bases de données en perpétuelle amélioration. Elles témoignent de la vivacité de la recherche actuelle, inimaginable il y a encore quelques années. Quelle belle contribution que cet ouvrage à l’objectivation du débat par la multiplicité des points de vue, des problématiques et des approches !

  • 2 Même si cela semble évoluer au niveau des violences verbales et symboliques avec l’apparition de l (...)
  • 3 Benbenisthy R. et Astor R.A. (2005), School Violence in Context: Culture, Neighborhood, Family, Sc (...)

3Je ne m’empêcherai pas cependant de penser que le choix de ce titre repose sur une vision précise : les valeurs de l’égalité dans le droit à la différence transcendent les clivages socio-construits pour un progrès de la société démocratique. C’est là un premier intérêt que je relèverai en tant que membre du Haut Comité pour l’Égalité entre les Femmes et les Hommes : nous avons besoin de ce type d’éclairage pour aider à incarner ces valeurs. C’est aussi comme chercheur, et comme spécialiste des questions de violence à l’école, que ces travaux m’intéressent : la composante sexuée de cette violence est avérée ; on sait par exemple très bien que les garçons sont nettement plus agresseurs que les filles dans la quasi-totalité des types de violence à l’école2. Les travaux présentés dans cet ouvrage montrent finalement, sans sombrer bien sûr dans la récupération masculiniste, combien cette construction de la loi du plus fort qu’est la violence à l’école est plus genrée que sexuée, et que le patriarcat fait finalement des victimes qui sont souvent des garçons à l’école3 et qui construit la violence de genre dont seront plus souvent victimes les jeunes filles et les femmes.

  • 4 Farrington D.P. et Ttofi M.M. (2011), « Bullying as a predictor of offending, violence and later l (...)

4Est-ce à dire que le vrai « sexe faible » n’est pas celui qu’on croit ou qu’il est tellement affaibli qu’il est temps de remettre les choses dans leur sens « naturel », en remettant l’autorité (genre féminin, réalité masculine ?) dans le bon sens commun ? Évidemment non : les travaux qui sont présentés invitent plutôt à penser que la « loi du plus fort » qui construit le machisme est une loi dérisoire où les vainqueurs du jour sont finalement aussi des perdants. Je n’en donnerai qu’un exemple, tiré d’autres travaux4 : deux criminologues de Cambridge après un suivi de près de 40 ans de près de 500 élèves harceleurs – très majoritairement des garçons – ont montré que, des années après les agressions qu’ils ont perpétrées, ils sont devenus beaucoup plus souvent des adultes au chômage ou dans des jobs mal payés et sans responsabilité, maltraitants en couple et en famille et que 40 % d’entre eux ont fait un passage par la case prison. La violence à l’école ? Perdant-perdant…

5Aussi ne s’agit-il pas de « rendre » à « l’homme » une puissance qu’il aurait perdue… une toute-puissance imaginaire destructrice et fantasmée. Mais bien d’inviter à repenser les rapports de genre vers un dépassement des rapports de force et de domination.

Notes

1 Husson A.C. (2013), « “La théorie du genre” n’existe pas », Genre [En ligne]. Disponible sur : http://cafaitgenre.org/2013/01/02/la-theorie-du-genrenexiste-pas/. On lira avec profit cet article bien documenté sur les origines religieuses de cette locution.

2 Même si cela semble évoluer au niveau des violences verbales et symboliques avec l’apparition de la cyberviolence où les filles sont plus actives (cf. Blaya C. (2013), Les Ados dans le cybersapace, Bruxelles, De Boeck).

3 Benbenisthy R. et Astor R.A. (2005), School Violence in Context: Culture, Neighborhood, Family, School and Gender, New York, Oxford University Press.

4 Farrington D.P. et Ttofi M.M. (2011), « Bullying as a predictor of offending, violence and later life outcomes », Criminal Behaviour and Mental Health, vol. 21, no 2, p. 90-98. En ligne sur Wiley Online Library (wileyonlinelibrary.com) : DOI: 10.1002/cbm.801.

Auteur

Université Paris Est Créteil
Délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search