Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Image et promotion de la ville : ambitions et méthodes

Politique culturelles municipales et image de la ville depuis 1945, à travers les cas de Bordeaux, Marseille, Montpellier et Toulouse

Françoise Taliano-Des Garets

Texte intégral

  • 1 Martine Valo. "L'action culturelle, vitrine de l'action des maires", Le Monde, 20-21 novembre 1994

1La culture, définie dans son sens anthropologique comme l'ensemble des représentations d'une société donnée, produit par excellence de l'image, du symbole. Politiques culturelles et politiques de communication ont donc a priori de très fortes chances de fonctionner de concert. Parmi les intervenants publics dans le champ culturel, les communes sont financièrement les plus impliquées. En 1994, elles fournissaient 64 % des dépenses publiques destinées à la musique, à l'art lyrique et à la danse, 54 % des crédits alloués aux musées, 53 % de ceux consentis au spectacle vivant, pour ne citer que ces quelques postes. On en conviendra les villes s'intéressent de près à la culture et depuis 1945, au regard de la part budgétaire croissante qu'elles lui ont consacrée, on est tenté de dire qu'elles s'y intéressent de plus en plus. Bordeaux, Marseille, Montpellier et Toulouse ne font pas exception, au contraire. Bordeaux cédant à la culture près de 30 % de son budget annuel au début des années 1990 et Montpellier, l'autre grande dépensière, 14 %. Quel est la nature de ce rapport particulier entre l'image de la ville et la politique culturelle qu'elle mène ? Une double interrogation se pose en effet. Dans quelle mesure la politique culturelle contribue-t-elle à créer l'image de la ville ? Quelle est la part de ce mobile dans l'élaboration des politiques culturelles municipales de Bordeaux, Marseille, Montpellier et Toulouse ? Le journal Le Monde n'hésitait pas à titrer une de ses enquêtes en novembre 1994 : "L'action culturelle, vitrine de l'action municipale"1. L'hypothèse, ici implicite, d'une instrumentalisation de la culture au service des politiques municipales de communication apparaît de ce point de vue probable et le discours sur cette dernière pourra le confirmer.

2L'objet de l'étude, quatre villes méridionales françaises, a été motivé par leur parenté géographique qui les placent loin de Paris, par leur proximité aussi qui a depuis longtemps provoqué des rivalités. L'approche comparative de quatre métropoles, au passé culturel parfois prestigieux comme Toulouse ou Bordeaux, dont la croissance économique démographique fut remarquable comme Montpellier ou Toulouse, au rayonnement international ancien comme Marseille, met en évidence des similitudes mais aussi des différences dans le traitement réservé à la culture, dans la priorité plus ou moins grande qui lui est attribuée. Sa prise en compte en tant que productrice d'image, d'identité ne s'est pas faite en même temps dans les quatre cités. Certaines ont été précoces dans leur réaction et d'autres plus lentes.

3Dans tous les cas la recherche d'image sert de justificatif à la politique culturelle, alimente un discours fertile, une argumentation variée. Elle s'accompagne, d'autre part, de choix en ce qui concerne les outils culturels mis à son service. L'étude du discours sur l'image et des choix sectoriels qui en découlent constitue un deuxième temps dans l'analyse.

4On pourra enfin proposer une approche explicative des politiques culturelles municipales tournées vers la recherche d'image, et procéder à leur évaluation.

La culture au service de l'image : chronologie d'une prise de conscience

5Les quatre cités du sud de la France n'ont pas, loin s'en faut, ressenti au même moment tout l'intérêt qu'elles pouvaient retirer d'une politique culturelle. On distinguera trois temps forts dans l'histoire de leurs politiques culturelles depuis 1945.

6La palme de l'ancienneté revient sans nul doute à Bordeaux. La cité du port de la lune inaugure un des tout premiers festivals de musique en France avec son Mai musical créé en 1950. Le phénomène festivalier qui allait devenir un fait banal jusque dans les communes les plus reculées du pays, est, en 1950, tout à fait novateur. Il s'agit, dit alors le maire Jacques Chaban-Delmas et son équipe, de "réveiller Bordeaux" de renforcer grâce au Mai sa vocation nationale voire internationale. Le premier élu durablement installé au Palais Rohan récidive en 1965 avec un festival d'avant-garde du nom de Sigma. Bordeaux dispose désormais de deux pôles festivaliers, l'un classique, l'autre perturbateur, alors qu'il ne se passe encore rien de comparable dans les autres grandes cités méridionales.

  • 2 Entretien dans Le Point, 18 juin 1994.

7Il faut attendre le milieu des années soixante-dix pour percevoir un frémissement significatif chez les trois voisines. Il reste cependant de moindre ampleur. Toulouse va en effet miser sur son orchestre pour renouer avec le lustre terni du Capitole. En faisant appel à Michel Plasson la municipalité compte bien redorer son blason et Toulouse est parmi les heureuses élues du plan Landowski. Son orchestre est successivement promu orchestre régional en 1974, puis orchestre national en 1980. C'est au milieu de la décennie soixante-dix que Gaston Defferre décide de doter sa ville de nouveaux organismes culturels. En 1976 Marcel Maréchal obtient son aval pour se lancer dans l'aventure de ce qui deviendra en 1981 le Théâtre de la Criée. Marseille est alors, selon les termes du metteur en scène, un véritable désert culturel, où le soleil et la pétanque laissent peu de chance aux arts du spectacle2. Parmi les organismes de cette première génération on compte aussi les ballets Roland Petit. Il semble que le désert culturel soit aussi l'une des caractéristiques de Montpellier avant l'arrivée en 1977 de Georges Frêche. Le budget de la culture représente à cette date 4 % du budget municipal ; il atteint 11,7 % en 1982 et 14 % en 1994. S'enclenche alors un processus de totale métamorphose avec l'ouverture de chantiers colossaux comme celui du quartier Antigone confié à Ricardo Bofill, ou du Corum pensé par Claude Vasconi ; Montpellier voit de même se multiplier les grosses machines culturelles : deux opéras, deux orchestres, de multiples festivals.

  • 3 Ibidem.

8En fait, on note avec l'exemple de la préfecture de l'Hérault, l'importance d'une troisième étape, reconnaissable cette fois dans les quatre cités : celle de la décennie quatre-vingt. L'explosion culturelle de ces années est un phénomène national qui n'est certes pas propre au sud de l'Hexagone. Les communes engagent, souvent sans retenue, des dépenses culturelles d'envergure, impulsent de nouveaux appareils coûteux tant par les investissements réalisés que par les frais de fonctionnement induits. Mentionnons la salle Berlioz à Montpellier qu'il faut remplir coûte que coûte pour en amortir la construction, les orchestres nationaux à Bordeaux et à Toulouse avec des aménagements comme la Halle aux Grains toulousaine, ou la politique muséale exceptionnelle entreprise à Marseille. Celle-ci fait dire à l'adjoint délégué à la culture de Robert Vigouroux, Christian Poitevin que "de 1989 à aujourd'hui on a plus ouvert de musées que depuis la création de la ville"3. En 1989 sont en outre lancés quatre projets : une cité de la musique, un Institut méditerranéen de la mode, une salle de spectacle de 8 000 places et une école nationale de danse. De 1986 à 1995 le budget de la culture est ainsi passé de 4 % à 8 % du budget municipal.

9Avec la décennie quatre-vingt la culture est bel et bien devenue une préoccupation commune. Les décalages dans le temps que nous avons pu constater se sont estompés. Certes l'impératif culturel motive toujours selon les cas des sacrifices financiers plus ou moins prononcés, mais il est globalement devenu aux yeux des élus un moyen très légitime de conforter, si ce n'est de créer, l'image de la ville. Nous le verrons plus loin ces décalages et ce rattrapage généralisé peuvent s'expliquer tant par des facteurs locaux que nationaux.

Discours sur la recherche d'image et évolution sectorielle des choix

  • 4 Jacques Gerstlé. La communication politique, puf, 1992.

10Il y a bien un discours sur l'image élaboré à propos de la politique culturelle. Ce discours peut émaner des représentants politiques, mais aussi de la presse ou d'autres partenaires du champ politique et culturel. Lorsqu'il est produit par les premiers il est un discours de légitimation. Il accompagne des réalisations et sert aux élus à "faire connaître et valoir leur action"4, tant à l'intérieur du périmètre urbain qu'à l'extérieur. Il est la preuve la plus tangible de la recherche d'image poursuivie par ces villes au travers de leur politique culturelle.

11Cette dernière est souvent justifiée par sa capacité à créer de l'identité, par son aptitude à promouvoir la commune. La culture est un outil de communication parmi d'autres. Il s'agit, selon les cas, de renouer avec une image favorable (image de réactivation), de casser une image défavorable pour en bâtir une neuve (image de reconstruction), ou bien encore de conforter par la culture une image déjà positive (image de confirmation).

12Renouer avec une image favorable, tel est par exemple le projet de Jacques Chaban-Delmas pour le Bordeaux des années cinquante. Le siècle de référence est en l’occurrence le xviiie. Le Grand-Théâtre en est le plus noble vestige et le Mai musical restaure en quelque sorte un rayonnement traditionnel de portée internationale et fait le lien entre tradition et modernité. Ce qui importe c'est que Bordeaux soit connu à l'extérieur. Le capc-musée (Centre d'arts plastiques contemporains), fondé en 1984, est à ce titre une greffe qui localement a eu du mal à prendre mais dont les prétentions extérieures expliquent la raison d'être. Notons que la fin de règne du député gaulliste s'est accompagnée, au moins jusqu'en 1992, d'une augmentation des dépenses culturelles de prestige.

  • 5 Voir sur ce point Philippe Sanmarco, Bernard Morel, Marseille l'endroit du décor, Aix-en Provence  (...)
  • 6 Voir Jacques Buob, "Marseille retrouve une ambition culturelle", Le Monde, 11 janvier 1995.
  • 7 Voir sur Montpellier, Olivier Nay. La politique de communication de Montpellier : stratégie politi (...)

13Casser une image défavorable convient davantage à la situation de Marseille et de Montpellier. De nombreux observateurs en ce qui concerne l'image de Marseille parlent volontiers de mauvaise réputation5, et de complexe marseillais. L'image de la ville mafieuse ou celle de la ville cosmopolite tranche par exemple avec celle de sa voisine Aix-en-Provence qui a attiré les catégories les plus aisées de sa population. Mais Marseille serait aussi sensible au mépris réel ou supposé de Paris à son égard6. La politique culturelle pourrait à la fois relever le défi aixois et puiser dans le cosmopolitisme lui-même une image de dynamisme pour l'avenir. Ainsi Marseille prétend-elle au rang de capitale européenne du sud et sa diversité ethnique devient dès lors, par renversement, non plus un handicap mais un atout. Pour Montpellier il s'agit de bâtir une image dynamique dans une région en proie notamment à la crise de la viticulture dans les années soixante-dix. En partant d'une situation locale défavorable, tant sur le plan culturel, économique et politique, Georges Frêche ne cesse de développer depuis son arrivée une politique de communication dans laquelle la culture joue un rôle central7. Le projet consiste à faire oublier la ville de province figée dans ses traditions pour en faire une capitale régionale et plus encore une capitale européenne, une "eurocité".

  • 8 Entretien avec Dominique Baudis, Le Monde des débats, mars 1995.

14Quant à Toulouse elle n'a pas à affronter comme précédemment de handicap particulier culturel ou économique. Elle jouit en effet d'un crédit culturel ancien avec son Capitole et sa réputation de capitale du bel canto. Sa vitalité économique grâce à l'aéronautique, aux industries de l'espace ou à l'informatique la place en bonne posture. L'image de dynamisme qui en découle ne place donc pas la culture au sein de la communication comme un impératif fort. Le maire, Dominique Baudis, reconnaît d'ailleurs que "peut-être le Toulouse culturel ne bénéficie-t-il pas d'une image aussi brillante que celle dont est paré le Toulouse économique et technologique" et poursuit "Je m'emploie à réparer cette injustice mais il faut reconnaître que la médiatisation des manifestations culturelles reste, pour nous, responsables des villes de province... beaucoup plus difficile que celle des événements économiques ou scientifiques. Il faut, là aussi, tout faire pour sortir du provincialisme"8… On peut donc constater d'une part le retard de cette préoccupation dans les politiques municipales, et d'autre part l'expression d'un complexe provincial. La culture passe donc à Toulouse après l'économie, mais elle doit cependant servir à conforter l'image globalement positive que la ville détient. Il n'est pas de capitale régionale crédible sans image culturelle valorisante. C'est ce que sous-entendent ces propos.

15La culture productrice d'image est dans le discours des édiles clairement instrumentalisée. Elle est dite au service par exemple du secteur économique. Quelle que soit la conjoncture, elle passe finalement après dans l'ordre des priorités. Ainsi à Montpellier ou à Marseille est-elle souvent présentée comme attractive pour les cerveaux, dans des villes aux prétentions de développement fort. La culture est un argument publicitaire de plus pour attirer les entreprises et les investissements publics. Elle contribue en effet au cadre de vie au même titre que le soleil ou la mer. Elle renforce l'image de dynamisme.

  • 9 Françoise Taliano-des Garets. Deux villes et leur orchestre : Bordeaux et Toulouse, deux politique (...)

16Dans un autre registre, elle est là pour relever de multiples défis territoriaux. Nous l'avons vu avec le défi du centralisme parisien. Il convient de mentionner aussi deux autres dimensions : la dimension locale et la dimension européenne. La dimension locale est la plus ancienne des deux, davantage ancrée dans des réalités héritées du passé. Citons pour s'en convaincre la rivalité séculaire entre Bordeaux et Toulouse. On peut la mesurer dans la période qui nous intéresse au travers de leur orchestre. La politique musicale de l'une sert de référence à l'autre et réciproquement. Dans un article en date du 19 novembre 1964, alors que les recettes de l'orchestre ne sont pas bonnes, le journal La Dépêche du Midi exprime son inquiétude : "L'antique capitale du bel canto a perdu son rôle traditionnel de phare et arrive loin derrière Marseille et même Bordeaux, ville fermée par excellence". L'image diffusée par le journal local sur la cité rivale n'est pas des plus positives. Le journaliste joue implicitement sur la capacité supposée de Toulouse à relever le défi, ce qui bien sûr suggère que déjà à cette époque le rayonnement extérieur d'un orchestre a son importance. Dans la course à la reconnaissance nationale c'est finalement la ville rose qui va prendre quelques longueurs d'avance. L'orchestre du Capitole dirigé par Michel Plasson devient orchestre national de région en 1980, alors que Bordeaux n'y parvient qu'en 1988.9 Par contre, on note un retard de Toulouse en ce qui concerne l'art contemporain qu'elle essaie récemment de combler par son projet de musée d'art moderne La charte signée entre la ville et l’État prévoit à cet effet de réhabiliter les abattoirs désaffectés.

  • 10 Françoise Taliano-des Garets. La vie culturelle à Bordeaux, les lettres et les arts, 1945-1975, th (...)

17Le défi européen a, quant à lui, fait son apparition très tôt dans la politique bordelaise avec les années cinquante. Le rapprochement franco-allemand par exemple ne fut pas sans répercussion sur la vie culturelle bordelaise : ouverture d'une maison de l'Europe en 1956 qui est suivie dans les décennies suivantes du jumelage avec Munich (1964) et de la création d'un Goethe Institut (1972). Il ne faisait que confirmer des ambitions internationales déjà contenues dans le Mai musical10. L'ambition européenne voire internationale ne se dessine à Marseille, Montpellier et Toulouse qu'avec la décennie 1980. Le slogan "Montpellier capitale de l'Europe du Sud" est lancé en 1988, puis celui de "Montpellier Eurocité" en 1990, de "Montpellier la méditerranéenne" en 1991. De même Marseille affiche-t-elle ses ambitions avec le projet Euroméditerranée. L'intitulé de cet aménagement urbanistique est on ne peut plus explicite.

  • 11 Gérard vallès. "L'ambition culturelle de Toulouse", Le Monde, 24-25 avril 1994.

18Au regard des cinquante années qui se sont écoulées depuis le deuxième après-guerre est-il possible d'identifier un rapport entre les instruments culturels choisis et la recherche d'image ? La seconde a-t-elle influé sur le développement de secteurs particuliers ? À n'en pas douter les politiques ont été sensibles aux modes et à l'efficacité supposée de certains outils culturels. Le phénomène festivalier semble bien être un mode de diffusion novateur qui a eu assez tôt les faveurs des municipalités telles que Bordeaux ou Toulouse. Expérimentés avec bonheur par d'autres, il a l'avantage de ne pas imposer de structures permanentes trop lourdes et de créer souvent une animation à date régulière dans la ville. L'aspect touristique n'échappe pas non plus aux décideurs. On constate ensuite, avec la décennie 1980, que le patrimoine commence à davantage capter l'attention. C'est le cas, on l'a dit, à Marseille ou bien encore à Toulouse. Réutilisation de sites urbains désaffectés, création de musée, mise en valeur des richesses locales. Un phénomène de mimétisme s'opère donc, en quelque sorte, entre les villes souvent atteintes, en même temps, d'une fièvre commune : fièvre festivalière, fièvre des musées... Si les élus succombent parfois aux phénomènes de mode, l'analyse de leur choix ne peut cependant être limitée à ce seul critère. Ils réagissent également en fonction des carences culturelles de leur commune. C'est l'avis des commentateurs de la charte signée entre Toulouse et l’État : "Cet engagement réciproque traduit, pour la première fois, une volonté concertée et cohérente de promouvoir la culture dans une ville dont les monuments et l'histoire, celle de l'Occitanie en particulier, méritaient mieux que le sort que le siècle leur avait jusqu'ici réservé."11 Enfin certains secteurs n'ont peut-être pas eu toutes les faveurs des décideurs car suspectés de ne pas produire assez d'image. Ainsi prête-t-on ce mot à Georges Frêche : "Une bibliothèque ça ne rapporte pas une voix".

Analyse et évaluation des politiques culturelles tournées vers la recherche d'image

19Un certain nombre de variables explicatives peuvent être avancées pour comprendre le recours aux politiques culturelles. Les nouvelles technologies de communication portent dans ce domaine comme dans tant d'autres une lourde responsabilité. La culture est un objet qui se montre et qui produit du prestige, aussi les formidables amplificateurs d'audience que sont les nouveaux moyens audiovisuels ont-ils encouragé les élus à s'appuyer sur elle. La demande de culture au sein d'une société en pleine croissance pendant les Trente Glorieuses a fait le reste. La crise n'a d'ailleurs pas démenti, notons-le, la progression. Mais il est des facteurs moins généraux qui ont pu peser de tout leur poids. Ce sont les facteurs politiques. Nous retiendrons à travers Bordeaux, Marseille, Montpellier et Toulouse trois dimensions particulières : les politiques culturelles nationales, la décentralisation et la vie politique locale, enfin le contexte européen.

20Les politiques culturelles nationales ont accentué en effet la prise de conscience locale. Elle existait certes auparavant, et notamment à Bordeaux et à Toulouse, mais l’État a donné aux villes de nouvelles occasions de se mettre en valeur : plan Landowski en ce qui concerne les orchestres régionaux, décentralisation théâtrale (le plus ancien bénéficiaire au sud de la Loire fut le Grenier de Toulouse), signature de chartes. La signature de la charte culturelle par Jacques Chaban-Delmas et Michel Guy en 1975 détermine de nombreuses orientations pour le Bordeaux des années quatre-vingt. Les deux ministères Lang, enfin, ont embrasé le tout. L'impact multiplicateur des deux passages de Jack Lang rue de Valois (1981-1986 et 1988-1993) a indéniablement mis l'accent sur l'impératif culturel. Certaines villes n'hésitant pas à solliciter les compétences de gestionnaires nationaux de la culture. Gaston Defferre, en 1986 charge ainsi un haut fonctionnaire, Dominique Wallon qui venait de quitter la Direction du développement culturel, de fonder un office culturel municipal. La frénésie dépensière de cette décennie correspond à n'en pas douter aux années Lang.

  • 12 Olivier Nay, op. cit.

21Ce sont, de surcroît, des années où se met en place la décentralisation. Cela signifie que les collectivités locales vont voir leurs compétences à la fois s'élargir y compris dans le domaine culturel. Cela a parfois engendré une mise en concurrence des pouvoirs locaux. La recherche d'image à travers la culture dévoile ainsi des rivalités politiques qui produisent une surenchère de communication. Dans la région Languedoc-Roussillon le maire se trouve en butte à la fois au conseil général et au conseil régional12. Cette situation d'isolement a sans doute été un facteur clef de l'engagement culturel de la ville. Si ailleurs les clivages politiques n'ont pas engendré autant de rivalité, il y a parfois eu des réticences de la part des conseils généraux ou régionaux à vouloir financer l'image de la ville-centre ; leur mission étant en effet territorialement plus éclatée et à vocation décentralisatrice. Néanmoins des actions conjointes sont fréquemment engagées. Citons la restauration du Grand-Théâtre à Bordeaux, ou encore le financement du salon du livre bordelais. Les collectivités locales peuvent en outre trouver un intérêt commun à bâtir l'image de la capitale régionale. Une telle complémentarité est décelable dans la région Midi-Pyrénées à partir de 1986, date à laquelle le conseil régional change de majorité.

22Le contexte de la décentralisation a d'autre part aiguisé la concurrence entre villes. Ceci, d'ailleurs, est à relier à l'environnement européen. L'accent mis sur les périphéries au moment où les frontières s'ouvrent justifie encore davantage la recherche d'image. Ces quatre villes du sud de la France ont donc chacune compris l'importance de l'enjeu. À qui prendra de l'avance dans la course à l'intégration dans l'Europe. D'où, comme on l'a vu, leurs prétentions à se hisser au rang de capitale européenne, au rang d'"eurocité". La culture est largement mise à contribution dans tous les cas, de l'Arc atlantique à la Méditerranée. Contexte local, national et européen ont exercé leur contrainte et fait émerger de nouveaux enjeux.

23La recherche d'image au travers de la politique culturelle n'est de toute évidence pas fortuite. Elle obéit à un volontarisme préconçu, à une stratégie politique de communication qui a émergé plus ou moins précocement. Si Bordeaux a été en avance, Montpellier l'a ensuite emporté en intensité. Par la culture il est clair que les élus espèrent réaliser une mise en valeur de leur cité tant interne qu'externe. L'image d'une ville culturelle s'adresse aussi bien aux habitants de cette cité qu'à ceux qui lui sont extérieurs. L'effet d'image externe se mesure notamment par l'audience que les médias nationaux accordent à la dite politique culturelle. L'effet d'image interne, à la satisfaction ou à la non-satisfaction de l'électorat local. Ainsi le but serait de conforter une légitimité politique, celle d'une politique culturelle, celle d'une équipe dirigeante, voire celle d'un homme, le maire. L'effet d'image interne n'est par ailleurs pas toujours le même que celui produit à l'extérieur. À Bordeaux il n'est que le capc-musée pour s'en convaincre : reconnu à l'extérieur, plutôt mal aimé à l'intérieur. À noter d'autre part que les quatre cités méridionales ont eu à leur tête un élu de stature nationale occupant des fonctions parfois aux plus hauts sommets de l'État (Jacques Chaban-Delmas et Gaston Defferre par exemple). L'effet d'image ambitionne donc de satisfaire à la fois la carrière locale et la carrière nationale de l'élu. Les rares critiques par exemple à l'encontre de Jacques Chaban-Delmas au début des années cinquante à propos du Mai musical émanaient essentiellement du parti communiste. Celui-ci faisait remarquer que cette politique servait plus un homme qu'une ville, d'autant que les programmes étaient alors annoncés depuis un bureau parisien et non depuis la capitale girondine.

  • 13 Similitude mise en évidence par Erhard Friedberg, Philippe Urfalino. Le jeu du catalogue. Les cont (...)

24On est amené à se demander ensuite si les stratégies sont identiques entre les cités et si le mode de fonctionnement l'est aussi. Aux différences dans le temps s'ajoutent des différences dans la priorité dévolue à la culture. Bordeaux et Montpellier, compte tenu des dépenses engagées par rapport au budget municipal, paraissent y avoir été plus sensibles. Un autre élément rassemble encore les deux villes, c'est l'exercice du pouvoir dans ce domaine. On constate que Jacques Chaban-Delmas comme Georges Frêche ne délèguent pas volontiers leur pouvoir de décision et font de la culture un domaine réservé13 qui leur tient à cœur. Pourquoi la recherche d'image a-t-elle donc été plus fortement développée qu'à Marseille et qu'à Toulouse ? Certes la personnalité des élus est une variable à ne pas laisser de côté, mais elle n'est pas totalement satisfaisante. Le poids des contraintes locales l'explique aussi. La situation excentrée de Bordeaux aux confins de la France du Sud-Ouest est une hypothèse qu'il convient de prendre en considération, tout comme l'isolement politique local du maire de Montpellier.

  • 14 Cité dans Martine Valo, op. cit.

25Est-il possible maintenant d'évaluer l'effet d'image produit par une politique culturelle municipale ? Une appréciation quantitative s'avère d'emblée délicate : une mesure à travers la presse écrite et audiovisuel locale, nationale voire étrangère est sans doute le meilleur des indicateurs pour déterminer l'aire de diffusion de cette image. D'autre part, le taux de fréquentation des organismes producteurs d'image est également révélateur. L'évaluation qualitative est plus incertaine. Cependant, elle se laisse deviner à travers la plus ou moins grande popularité d'une réalisation. L'image peut tout aussi bien s'avérer porteuse d'effets négatifs. S'il n'y a pas eu encore de renversement de majorité municipale dans ces quatre villes pour cause de politique culturelle, des obstacles ont pu se manifester entraînant parfois une remise en cause de leurs choix par les élus eux-mêmes. Les difficultés financières et les critiques ont ainsi contraint Jacques Chaban-Delmas à réduire le budget culturel bordelais et à reconsidérer ses positions par rapport au capc, aux dépenses du Mai musical, ou de l'orchestre. Georges Frêche, quant à lui, paraît décidé à changer l'image de sa politique culturelle et n'est pas loin de faire son mea culpa : "Nous avons parfois pensé les choses à l'envers, en nous mobilisant d'abord sur les grosses machines : l'orchestre, l'opéra, le festival de danse, celui de Radio-France14..., avant d'initier la population." Sa priorité va désormais au socio-culturel, crise oblige, et les dépenses sont de toutes les façons réduites. On le voit la durée de vie d'une image est comptée. Elle dépend, intra muros, de multiples facteurs : l'accueil du public par rapport aux manifestations proposées, le coût et le bon fonctionnement de l'organisme culturel, la situation économique et sociale globale de la commune. Instabilité de l'image donc, elle-même vouée aux vicissitudes du temps.

26La recherche d'image à travers la politique culturelle est identifiable aujourd'hui dans les quatre grandes métropoles du sud de l'Hexagone comme un phénomène qui s'est progressivement généralisé. Ayant émergé dans un contexte favorable, celui d'un monde plus ouvert où la concurrence s'est accentuée, où la culture a acquis une légitimité politique jusque-là sans pareille. Les enjeux qui sous-tendent ce phénomène montrent à quel point la culture est dans cette recherche d'image instrumentalisée. Explicitement au service de l'économie et du développement, elle est mise implicitement à contribution par des stratégies politiques complexes. La vitrine culturelle des municipalités est là pour promouvoir la cité mais bien sûr aussi son maire. Elle peut témoigner d'un rapport politique local particulier, parfois conflictuel : entre les diverses collectivités locales, entre le maire et ses électeurs. Intégrant la tradition elle se veut toujours résolument porteuse de modernité ; c'est là un point commun aux quatre villes qui par ailleurs présentent de nombreuses différences : en ce qui concerne la priorité donnée à cette politique de l'image, en ce qui concerne ses mobiles et son fonctionnement. Chacune gardant une part de spécificité liée aux hommes et au contexte. Mais finalement l'instrumentalisation de la culture par les édiles, partout identifiable, laisse planer un doute sur l'existence éventuelle d'une politique culturelle qui n'aurait pas pour but de créer de l'image. La culture peut-elle réellement échapper à cette vocation ?

Notes

1 Martine Valo. "L'action culturelle, vitrine de l'action des maires", Le Monde, 20-21 novembre 1994.

2 Entretien dans Le Point, 18 juin 1994.

3 Ibidem.

4 Jacques Gerstlé. La communication politique, puf, 1992.

5 Voir sur ce point Philippe Sanmarco, Bernard Morel, Marseille l'endroit du décor, Aix-en Provence : Edisud, 1985.

6 Voir Jacques Buob, "Marseille retrouve une ambition culturelle", Le Monde, 11 janvier 1995.

7 Voir sur Montpellier, Olivier Nay. La politique de communication de Montpellier : stratégie politique de développement autonome, mémoire de dea, "Gouvernement local et administration locale", iep de Bordeaux, 1992.

8 Entretien avec Dominique Baudis, Le Monde des débats, mars 1995.

9 Françoise Taliano-des Garets. Deux villes et leur orchestre : Bordeaux et Toulouse, deux politiques de la musique depuis 1945, colloque iep, Paris : février 1994.

10 Françoise Taliano-des Garets. La vie culturelle à Bordeaux, les lettres et les arts, 1945-1975, thèse nouveau régime, Bordeaux 1991.

11 Gérard vallès. "L'ambition culturelle de Toulouse", Le Monde, 24-25 avril 1994.

12 Olivier Nay, op. cit.

13 Similitude mise en évidence par Erhard Friedberg, Philippe Urfalino. Le jeu du catalogue. Les contraintes de l'action culturelle dans les villes, Paris : La Documentation française, 1984.

14 Cité dans Martine Valo, op. cit.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540