Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Image et promotion de la ville : ambitions et méthodes

Approches sémio-informatiques des données iconiques

Pascal Sanson

Texte intégral

  • 1 Les rapports texte/image seront eux aussi analysés. Une confrontation avec les représentations men (...)

1La partie de nos travaux concernant une méthodologie d'analyse systématique des espaces en projet est constituée des 680 rendus du concours international d'architecture du Musée du xxe siècle (Beaubourg, devenu depuis le Centre Pompidou). Nous exposerons effectivement dans un premier temps les approches qui visent à analyser en correspondance les projets rassemblés dans deux échantillons successifs. Mais l'intitulé de la session dans laquelle on m'a demandé d'intervenir Image et promotion de la ville : ambitions et méthodes ainsi que la matière de certaines interventions sur lesquelles nous débattrons conjointement, m'ont conduit à évoquer aussi les grandes lignes d'une investigation en cours qui étudie les villes nouvelles de la région parisienne, à travers les données iconiques de leurs brochures de promotion, c'est-à-dire telles qu'elles se donnent à voir.1

les problématiques

2Dans le monde entier, la réalisation d'opérations de restructuration urbaine, même à petite échelle, de villes nouvelles ainsi que de nouveaux quartiers à proximité d'une implantation plus ancienne, sont des phénomènes qui nécessitent bien évidemment des études et la collecte de multiples données iconiques, souvent des plus récentes c'est-à-dire en actualisation constante.

3Les travaux présentés ont tenté de répondre à un certain nombre de questions qui se sont transformées en de très vastes problématiques. Comment appréhender de vastes ensembles de données iconiques constitués en corpus représentatifs d'objets architecturaux et urbains, réels ou projetés, afin de dépasser leur statut habituel et réducteur d'illustration pour mettre au jour leur contenu d'information et de signification.

4Comment organiser ces données iconiques et les formaliser en systèmes d'information exhaustifs et qui tiennent compte du caractère multiple, polysémique, de leur contenu informatif sans en figer une fois pour toutes un niveau d'explicitation. Comment aussi enrichir et compléter ces systèmes qui permettent un accès structuré aux images au moyen des autres données qui informent un domaine particulier.

  • 2 Ces travaux ont fait l'objet du mémoire d'habilitation à diriger des recherches, intitulé Systèmes (...)

5Voilà résumée en quelques mots une démarche longue, conduite sur de nombreuses années et caractérisée par une volonté de mettre au service de ce projet les savoirs des disciplines ou des champs disciplinaires concernés et/ou requis par son développement2 :

  • architecture, géographie urbaine et urbanisme ;
  • mathématiques appliquées et informatique ;
  • sciences de l'information et de la communication.

la prospective architecturale et urbaine relative à la construction du centre Beaubourg

  • 3 L'équipe relative à la première phase comprenait J. J. Anne, C. Robin et P. Sanson.

6La construction du Centre Beaubourg/Pompidou a donné lieu à l'un des grands concours internationaux de notre époque. L'importance du projet et du site concerné ainsi que le nombre impressionnant de rendus (pas moins de 680 !) en font une prospective architecturale et urbaine exemplaire dont le résultat a, de plus, fortement polarisé ce quartier parisien. Il était donc particulièrement intéressant de se donner les moyens d'étudier cette prospective.3

Méthodologie de lecture des rendus

  • 4 Louis Hjemslev. Prolégomènes à une théorie du langage, Copenhague : 1943, Paris : Ed. de Minuit, 1 (...)

7Les 223 lexèmes constituant la grille de lecture procèdent d'une sémiotique scientifique au sens de Hjemslev4, certains ont été déterminés soit a priori, par exemple le choix des principes ou du système constructifs (poteaux, pilotis, murs porteurs, axialité,...), soit a posteriori, après plusieurs visions de l'ensemble du corpus.

  • 5 Cf. bibliographie, notamment (Deledalle, 1979), (ECO, 1972), (Groupe μ, 1992), (Koenig, 1974), (Ma (...)

8De nombreux lexèmes sont tirés des catégories de l'appréhension des formes étudiées notamment par la psychologie de la perception et la sémiologie mais aussi de la syntaxe constructive5 :

  • référents géométriques (droite, triangle, carré) ;
  • polyèdre, (courbe, cercle, cylindre, cône, sphère,..) ;
  • structure élémentaire (vertical, horizontal, latéral,..) ;
  • topologie (ouvert, fermé, adjacent, empiétant,...) ;
  • axialité et symétrie ;
  • éléments constructifs (poteaux, trame,...).

9Ils sont organisés en 11 champs sémantiques qui permettent une lecture dénotative d'une part, des caractéristiques de présentation du projet (le rendu), et d'autre part, une lecture, toujours en principe dénotative des caractéristiques du projet proprement dit (le parti).

10Une nouvelle grille de lecture des projets, constituée de 149 lexèmes a été extrapolée de la précédente ; elle est centrée sur l'explicitation du parti. L'annexe 1 liste quelques dizaines de ces 149 lexèmes.

Les traitements informatiques de structuration

11La structuration de ces données iconiques est réalisée au moyen d'une méthodologie multidimensionnelle. C'est finalement l'analyse factorielle des correspondances qui donne les meilleurs résultats.

12Chaque plan factoriel met en évidence une typologie circonscrite en première approche aux quatre quadrants factoriels, quand la discrimination le permettait, et axiale, quand la forme du nuage le suggérait ; une bonne corrélation avec les axes est traduite par une forme cruciforme.

13Le discours d'interprétation consiste à trouver des analogies et une cohérence sémantique aux groupes d'items discriminés ; il s'affine en se confrontant à la vision des projets, mais cette fois dans un examen réordonné. (Cf. annexe 2).

  • 6 Rappelons que cette contribution à l'inertie extraite est mesurée par un coefficient (ctr).

14Nous exposerons une interprétation relativement sommaire des résultats, en nous centrant sur l'aspect classificatoire fourni par la structuration. Chaque quadrant peut en effet être caractérisé par un projet leader ou archétypique qui contribue le plus à sa détermination6. C'est ce projet qui sera commenté, ce qui est assez satisfaisant puisqu'il est sûr que c'est le projet qui rassemble globalement le plus d'occurrences des lexèmes/descripteurs discriminants pour ce quadrant.

Les grandes tendances de cette prospective urbaine à travers les quatre premiers projets "archétypiques"

15Nous exposerons de façon détaillée l'interprétation du premier quadrant (F1+, F2+) relatif à la carte typologique qui croise les deux plus importantes dimensions structurelles, les axes factoriels F1 et F2. Les autres projets archétypiques seront présentés de façon plus sommaire.

16- Le premier quadrant : les prouesses constructives de l'avant-garde technologique.

17Les items les plus discriminés par l'axe :

F1 +

F2 +

TEC

Prouesse technique

AX3

Axonométrie par juxtaposition

MAS

Masse suspendue

PHC

Photos à fond ciel

PHC

Photos à fond ciel

NUA

Nuages dans le ciel

HSV

Hauteur nettement supérieure au velum

RNE

Rendu à conception d'ensembl

NUA

Nuages exprimant ciel

MAS

Masse suspendue

HVP

Hauteur supérieure au velum

PT4

Ponctuation en 4 points

SYM

Symétrie notable planmasse

SYM

Symétrie en plan-masse

ATE

Axe transversal

AL2

Axe longitudinal en plan-mass

FDP

Fond avec parcellaire

ATZ

Axe transversal en plan-masse

TOA

Topologie adjacente

18Les projets discriminés par ce quadrant (1) et positionnés en regard de ces derniers items, grâce à la propriété de représentation simultanée de l'a.f.c., sont les suivants (dans l'ordre et l'importance d'explication du quadrant) :

  • 7 Le premier caractère du code renseigne sur la nationalité : A=Amérique du Nord, E=Europe, F=France (...)

- U09, U06, U0J, U02, D04, D02, D07, E14, UO4, U107

19Le projet type, U09 (cf. annexe 2) émanant d'une équipe soviétique est caractérisé par un avant-gardisme technologique évident : Prouesse technique que cette Masse suspendue, une énorme superstructure métallique couronne deux parties principales du bâtiment gouverné par une analogie géométrique, deux hélices spiralées. La présentation est simple, horizontale et par juxtaposition, elle contraste avec la hardiesse du projet.

20- Deuxième quadrant : nouvelle et séduisante métamorphose de la métaphore végétale.

21Le projet F07 (cf. annexe 2), archétypique de ce quadrant, est l'œuvre d'une équipe française, il est caractérisé par un parti pris curviligne évoquant "le monde végétal". Le bâtiment en "corolle" ou en "tulipe" comporte des encorbellements avec surplomb important. L'absence de trame est compensée par une organisation radioconcentrique : les modules respectifs sont obtenus par intersection des circonférences successives avec une vingtaine de secteurs traités en nervures ; c'est aussi le choix adopté dans la disposition des photographies situées sur un demi cercle et comme portées par des rayons virtuels, prolongements des nervures.

22- Le projet témoin du quadrant (3) (F1-, F2-) est le F11 (cf. annexe 2), lui aussi proposé par une équipe française. Il est caractérisé par le recours à une trame constructive très classique, circonscrite autour d'un "patio" et dont la seule hardiesse est le dépassement du velum parisien. Le travail des bandeaux, d'inspiration corbusienne mais aussi wrightienne, rythmés par trois ressauts à la française, en font un bon exemple du style international tel qu'on pouvait le décliner dans les années soixante-dix.

23- Le projet archétypique du dernier quadrant est le A14 (cf. annexe 2), œuvre d'une équipe américaine, il est centré sur une axialisation oblique du plan, en direction de la place et de l'église St Merri. Utilisant un principe constructif à trame ; les murs, poteaux porteurs et cloisons sont positionnés par translation sur la trame et/ou son dual.

24Un patio est délimité par une sorte de double L dont les deux parties sont liées par un bâtiment dont le volume simple de parallélépipède-rectangle, se détache en hauteur, comme pour souligner son rôle de jonction.

Présentation rapide de quelques autres projets témoins. (relatifs aux quatre quadrants du plan factoriel F1 x F3)

25- Un autre projet français, le F17 (cf. annexe 2), est caractérisé par deux originalités :

  • Une légende lisible qui est un calligramme signifiant et non gratuit : l'individu se rapetisse qui pénètre dans la ville.
  • Une autre légende : complémentarité relie les Halles au musée projeté et en fait, les auteurs ont construit leur projet avec un souci d'intégration au quartier et en résonance avec les Pavillons de Baltard (représentation en coupe et en plan-masse de tout l'ensemble urbain).

26Ils se sont sans doute associés, en juin 1971, à la lettre ouverte des membres du jury contre, ce qui va devenir un des actes insignes du vandalisme contemporain, la démolition de tous les Pavillons de Baltard. Le parti repose sur la répétition de modules sur un plan tramé mais avec de nombreuses variations de niveaux. Des dômes rappellent les lanterneaux des Pavillons.

27- Le projet archétypique du deuxième quadrant est le D03.

28Il se caractérise, au premier abord, par un élément vertical composé d'un pylône à deux éléments jumelés, couronné d'une sphère. (Cf. annexe 2). L'idée de la sphère, après l'ostentation de cette première cellule, est aussi un des principes de génération du projet, mais comme point marqué : on compte trois éléments sphériques.

29Ce parti engendre une organisation radio-concentrique des espaces au moyen de secteurs sphériques délimités par des circonférences et des segments rayonnants. Il est caractérisé de ce fait par de nombreuses symétries.

30- Le projet participant le plus à la détermination du quadrant (3) est un projet nord américain, le A09. Les volumes de ce projet résultent de l'intersection et de la combinaison de plusieurs formes élémentaires : carré, triangle, cercle ; la disposition du rendu est en trois stricts lés.

31- C'est un projet français (F16) qui constitue le projet témoin du quadrant (4). (Cf. annexe 2). C'est un des rares projets avec le F17 à prétendre à une certaine intégration au paysage urbain environnant par reconstitution d'un parcellaire de même dimension que celle des îlots voisins. Ce parti est plus un aspect extérieur puisque le projet est ensuite construit globalement avec utilisation de trames, pour les trois unités régies par une analogie géométrique : cylindre en haut, octogone à gauche, rectangle à droite.

Conclusion et perspective

32Les 68 projets d'un premier échantillon ont été décryptés au moyen de 223 lexèmes, organisés en 11 champs sémantiques qui permettent, d'une part, un décodage dénotatif des partis proposés, et d'autre part, une lecture des caractéristiques de présentation du projet (son rendu normalisé).

33La méthodologie sémio-informatique adoptée nous a effectivement permis de réaliser une structuration du corpus d'avant-projets qui aboutit à la mise au jour de plusieurs types de conception ; chaque type regroupe des projets décrits par un même ensemble de lexèmes et nous avons pu imaginer leur présentation par celle d'un projet archétypique, ou leader.

34Il faut noter que la structuration de l'ensemble des 680 projets est possible grâce au principe du positionnement a posteriori au sein des dimensions structurelles. Cette organisation autoriserait un abord synthétique et exhaustif de la prospective architecturale et urbaine dans sa grande diversité telle qu'elle s'est manifestée à l'occasion de ce concours.

  • 8 Cf. Sanson, 1994, op. cit.

35Nos approches sont conditionnées par la pertinence des codes sémiotiques de lecture et donc des théories sous-jacentes aux recherches actuelles en sémiotique du visuel et de l'espace. Nous avons tenté une synthèse provisoire sur la question8. Nous allons donc nous efforcer de faire évoluer la méthodologie de lecture en la testant sur un deuxième échantillon d'une centaine de projets (120). Nous expérimentons actuellement une démarche qui met en jeu plusieurs boucles rétro-actives dans l'élaboration :

  • de procédures interprétatives ;
  • de codes sémiotiques de lecture ;
  • de la structuration du corpus ;
  • de nouvelles procédures interprétatives sur les projets archétypiques.

36Ces dernières procédures interprétatives pourront comporter une recherche des significations existentielles et symboliques. Dans ces études nous avons choisi de structurer nos corpus au moyen d'une lecture technique. Il s'agit d'une sémiotique scientifique mais qui peut être prolongée par des sémiotiques connotatives. Nous allons d'ailleurs en montrer un exemple dans l'évocation suivante.

37Ces recherches, fondées sur une approche, synthétique et structurante, des espaces habités, visent donc à l'élaboration de systèmes d'information structurés. Par une considération réelle et plus objective de la prospective architecturale et urbaine dans sa globalité et ses dimensions structurelles, l'évaluation des projets pourrait être facilitée et rendue moins contingente aux pressions de groupes dominants, médiatiques ou népotiques.

les codes de lecture de l'espace urbain

38Les villes nouvelles de la région parisienne peuvent être appréhendées à travers les données iconiques de leurs brochures de promotion, c'est-à-dire telles qu'elles se donnent à voir. Un corpus de 450 images a été constitué à partir d'une cinquantaine de dépliants ou brochures. Le code de lecture comprend actuellement 363 lexèmes répartis en vingt champs sémantiques ou classes de signification.

  • 9 Cf. par exemple nos plus récentes présentations (Sanson, 1992 et 1994).

39Des impératifs taxinomistes ont imposé ce nombre élevé de lexèmes. Toutes ces classes se trouvent actuellement enrichies par les résultats des procédures d'interprétation sémiotique en cours de réalisation. Des représentations photographiques issues de ce corpus sont analysées en détail dans les références en bas de page. Nous ne pouvons montrer ici le principe de nos procédures interprétatives9. Une lecture expérimentale du corpus de 450 documents iconiques a été réalisée grâce à ce code.

Lecture analytique de l'espace urbain

40Les lexèmes des quinze premiers champs sémantiques sont issus d'une lecture analytique de l'espace qui procède par identification des éléments constitutifs des objets architecturaux, plus généralement spatiaux.

  • 10 Cf. Perouse de Montclos, 1972.

41Cette problématique s'appuie sur une tradition historique, l'édition de dictionnaires et vocabulaires dont la systématisation est liée à l'avènement de l'imprimerie ; ils se succèdent depuis le xviie siècle. L'ouvrage de référence le plus récent qui a fait œuvre de compilation critique, est celui de l'Inventaire Général10.

42Nous nous sommes inspirés des grandes classes de ce dictionnaire pour l'organisation d'une partie des 254 lexèmes de ces 15 premiers champs sémantiques concernant la lecture typo-morphologique :

1. division et segmentation de l'espace

2. matériaux

3. constructions en bois et en fer

4. sol et fondation

5. mur et clôture

6. baie

7. supports et organes de stabilité

8. couvrement

9. couverture et forme du toit

10. style architectural et décors

11. voies de communication

12. transport d'énergie et télécommunication

13. plantations et espaces-verts

14. système d'information urbain

15. présence humaine

43- Les cinq suivantes permettent l'appréhension des qualités des espaces urbains. Les 109 lexèmes de ce deuxième groupe procèdent donc d'une sémiotique connotative (sauf pour une vingtaine de lexèmes du dernier champ sémantique) ; ils sont répartis dans les classes de signification suivantes :

16. fonctions des espaces urbains

17. style socio-culturel

18. type d'espace

19. ambiance

20. aspects photographiques et graphiques

44Un autre code opérationnel a été extrapolé du précédent afin de l'adapter à la lecture d'un corpus de près de 400 photographies échantillonnant l'espace parisien.

Conclusion : rappel des programmes d'investigation

  • 11 Certains responsables sont conscients de cet état de fait et ont mis en œuvre des politiques édito (...)

45Les premières réponses aux grandes questions introduites dans notre préambule ont mis en lumière plusieurs constats qui ont contribué à définir autant de programmes d'investigation dont nous venons d'esquisser la présentation. Il existe de grandes masses d'information architecturale et urbaine, notamment iconique ; peu accessibles, ces données ne sont pas utilisées de façon rationnelle11. Il est nécessaire de rassembler de telles données iconiques dans de nombreuses situations d'inventaire et/ou d'aménagement ; cela implique la constitution de corpus spécifiques et de banques de données ainsi que le développement des fonds documentaires existants.

46Les objets iconiques collectés doivent être décryptés au moyen de "grilles" de lecture ou codes sémiotiques, exhaustifs et pertinents. L'exploitation de ces corpus oblige à concevoir des méthodologies permettant le traitement synthétique, la structuration des données, ainsi que l'élaboration de systèmes d'accès (banques de données avec métalangage d'interrogation).

47Notre démarche, que l'on peut qualifier de sémio-informatique, vise donc à permettre l'appréhension de la très importante information iconique de notre environnement urbain, réel ou projeté.

Bibliographie

Bibliographie

Barthes Roland. "Sémiologie et urbanisme", in L'aventure sémiologique. Paris : Seuil, 1985.

Benzecri Jean-Paul. L'analyse des données. Paris : Dunod, 1973, 2 tomes.

Bergeron Louis, Roncayolo Marcel & al. Paris : genèse d'un paysage. Paris : Picard, 1989.

Communications, Paris : E.H.E.S.S.-Seuil,
1964, no 4, Recherches sémiologiques.
1977, no 27, Sémiotique de l'espace.

Deledalle Gérard. Théorie et pratique du signe. Paris : Payot, 1979.

Duby G. (dir.), Roncayolo M. (dir. tome 5) & al. Histoire de la France urbaine, Paris : Seuil, 1980-1985.

Eco Umberto. La structure absente, Trad. par U. Esposito-Torignani. Paris : Mercure de France, 1972, 5 tomes.

Eco Umberto. Sémiotique et philosophie du langage, trad. par M. Bouzaher. Paris : P.U.F., 1988.

Everaert-Desmedt Nicole. Le processus interprétatif. Liège : Mardaga, 1990.

Francastel Pierre. Art et technique. Paris : Gallimard-Tel, 1988.

Giedion Siegfried. Espace, temps, architecture. Paris : Denoel, 1990.

Gregotti Vittorio. Le territoire de l'architecture, trad. franç., Paris : L'Equerre, 1982.

Greimas A. J. & Courtes J. Sémiotique - Dictionnaire raisonné de la théorie du langage. Paris : Hachette, 1979, 2 tomes.

Groupe μ. Traité du signe visuel. Paris : Seuil, 1992.

Hjemslev Louis. Prolégomènes à une théorie du langage. Copenhague : 1943, Paris : Minuit, 1971.

Koenig Giovanni Klaus. Architettura e communicazione. Florence : Fiorentina, 1974.

Krier Robert. L'espace de la ville. Bruxelles : A.A.M., 1980.

Lynch Kevin. L'image de la cité, trad. fr., Paris : Dunod, 1976.

Lussault Michel. Tours : images de la ville et politiques urbaines. Tours : Maison des sciences de la ville, 1993.

Mante Harald. La composition en photographie. Paris : Dessain et Tolra, 1971.

Moles Abraham & Rohmer Elisabeth. Psychologie de l'espace. Paris-Tournai : Casterman, 1978.

Muret Jean-Pierre. La ville comme paysage. Paris : c.r.r.u., 1980.

Norberg-Schulz Christian. La signification dans l'architecture occidentale, trad. franç., Bruxelles : Mardaga, 1977.

Norberg-Schulz Christian. Système logique de l'architecture, trad. franç., Bruxelles : Mardaga, 1979.

Peirce Charles-Sanders. Ecrits sur le signe, trad. et com. par G. Deledalle, Paris : Seuil, 1978.

Perouse de Montclos Jean-Marie, dir. Architecture - Méthode et vocabulaire. Paris : Imp. Nationale, 1972.

Piaget Jean. Les mécanismes perceptifs. Paris : P.U.F., 1961.

Rasmussen Steen Eiler. Villes et architecture, trad. Paris : L'Equerre, 1984.

Roncayolo Marcel. La Ville et ses territoires. Paris : Folio, 1990.

Roncayolo M. & Paquot. Ville et civilisation urbaine. Paris : Larousse, 1992.

Robin Cristelle. Analyse comparée d'avant-projets d'architecture. Thèse doctorat IIIe Cycle, Sociologie, Paris X, 1983.

Saint-Martin Fernande. Sémiologie du langage visuel. Presses de l'Université du Québec, 1987. Paris : Dist. Eska.

Sanson Pascal. Prospective de systèmes d'information iconique structurés, in Actes du colloque Image et Histoire. Paris : Publisud-Sources, 1987.

—————— Lecture et structuration des représentations de l'espace, in L'homme et ses signes. Berlin : Mouton, 1992.

—————— Systèmes d'information iconique des espaces habités. Thèse d'habilitation. Paris : E.H.E.S.S., 1994.

—————— Information architecturale et urbaine, in Actes du colloque informurba, Marseille, Parenthèses, (à paraître).

Sitte Camillo. L'art de bâtir les villes. 1889, trad., Paris : L'Equerre, 1980.

Annexes

Annexe 1 - CODE DE LECTURE DES PROJETS

(Extraits de DICBG. 183 - les numéros correspondent à ce code)

1/ - occupation de l'espace et description du parti

1

cra

Cratère

2

crs

Cratère dans le sol

3

cuc

Élément curviligne en coupe

4

cud

Éléments curvilignes dominants

5

cuf

Éléments curvilignes figurant une façade

6

cur

Curviligne = rectiligne

7

cur

Géométrie du Plan d'étage principal curviligne

8

dse

Dissymétrie en plan d'étage principal

2/ - référents géométriques et description du parti

21

cer

Géométrie du Plan d'étage principal circulaire

22

cip

Circulation verticale dans éléments porteurs

23

exf

Façade exprimée (dessin figuratif)

24

fac

Façades des bâtiments environnants exprimées

25

fdp

Fond = parcellaire urbain

3/ - axialité et symétrie

54

ale

Axe longitudinal en plan d'étage principal

55

al1

Axialisation longitudinale en plan-masse

56

al2

Axe longitudinal en plan-masse

57

amb

Ambiguïté : cloisons ou murs porteurs ?

58

amd

Axialisation autre (que long. ou transv.) en plan-masse

59

amp

Axialisation multiple

4/ - centralité, ponctuation et topologie

89

cee

Bâtiment organisé par principe "central"

90

ppa

Bâtiment "plein" entourant un "vide"

91

pt1

Ponctuation 1 point

92

pt2

Ponctuation 2 points

96

vii

Vide interne important

97

vip

Vide périmétrique isolé

98

vod

Volume en deux volumes différents

5/ - rapport trame de conception/composants constructifs

104

cch

Cloison(s) courbe(s) hors trames

105

clp

Cloison(s) courbe sur la trame

106

cld

Cloison(s) sur dual de la trame

111

coa

Colonnes et arcades périmétriques

112

esh

Escaliers hors trame

113

esi

Escaliers issus de la trame

114

esr

Escaliers rapportés

119

mpp

Murs et poteaux porteurs

120

mri

Murs-rideaux

121

muc

Murs avec du fruit

126

mup

Murs porteurs

129

ntr

Volume non tramable

130

po4

Quatre poteaux porteurs pour structure surélevée

131

pod

Poteaux sur dual de la trame

132

poh

Poteaux hors trame

136

smu

Absence de cloison

137

str

Absence de trame

146

trm

Trames multiples

147

trr

Trames réorientées

148

trs

Sous multiple de la trame de base

149

vau

Vide périmétrique

Annexe 2

Les grandes tendances de la prospective architecturale et urbaine relative à la construction du Centre Beaubourg/Pompidou à travers les huit premiers projets leaders ou archétypiques (dix autres complètent notre structuration). Cf. (Sanson, 1986 et 1994) :

- Le projet U09 (équipe soviétique) : les prouesses techniques de l'avant-garde technologique.

- Le projet F07 (équipe française) : nouvelle et séduisante métamorphose de la métaphore végétale.

- Le projet F11 (équipe française) : le classicisme du style international à la française.

- Le projet A14 (équipe américaine) : une axialisation oblique du plan, en direction de l'église et de la place St Merri.

- Le projet F17 (équipe française) : une grande intégration au quartier et en résonance avec les Pavillons de Baltard !

- Le projet D03 : un pylône à deux éléments jumelés, couronné d'une sphère. Deux autres sphères complètent le projet.

- Le projet A09 (équipe américaine) : la combinaison de plusieurs formes élémentaires : carré, triangle, cercle.

- Le projet français F16 (équipe française) : utilisation de trames, pour trois unités régies par une analogie géométrique : cylindre, octogone et rectangle.

Notes

1 Les rapports texte/image seront eux aussi analysés. Une confrontation avec les représentations mentales des habitants, appréhendées au moyen d'enquêtes, est envisagée.

2 Ces travaux ont fait l'objet du mémoire d'habilitation à diriger des recherches, intitulé Systèmes d'Information Iconique des Espaces Habités, soutenu en décembre 1994 à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales. Une publication est en préparation.

3 L'équipe relative à la première phase comprenait J. J. Anne, C. Robin et P. Sanson.

4 Louis Hjemslev. Prolégomènes à une théorie du langage, Copenhague : 1943, Paris : Ed. de Minuit, 1971.

5 Cf. bibliographie, notamment (Deledalle, 1979), (ECO, 1972), (Groupe μ, 1992), (Koenig, 1974), (Mante, 1971), (Norberg-Schulz, 1979), (Peirce, 1978), (Piaget, 1961), (Saint-Martin, 1987), (Sanson, 1992)..., etc.

6 Rappelons que cette contribution à l'inertie extraite est mesurée par un coefficient (ctr).

7 Le premier caractère du code renseigne sur la nationalité : A=Amérique du Nord, E=Europe, F=France, U=Pays de l'Est et D=Divers. On constate la présence dans ce quadrant de 60 % de projets émanant des Pays de l'Est.

8 Cf. Sanson, 1994, op. cit.

9 Cf. par exemple nos plus récentes présentations (Sanson, 1992 et 1994).

10 Cf. Perouse de Montclos, 1972.

11 Certains responsables sont conscients de cet état de fait et ont mis en œuvre des politiques éditoriales et/ou d'expositions pour y remédier (Archives d'Architecture Moderne, Centre de Création Industrielle, Institut Français d'Architecture,...).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search