Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Image et promotion de la ville : ambitions et méthodes

Fabrique de l'image et projet urbain

Michel Lussault

Texte intégral

1Production de l'espace urbain ; si l'expression apparaît aujourd'hui bien banale, acceptée par la communauté des chercheurs, il n'en reste pas moins que la chose qu'elle nomme — avec une efficacité suffisante pour que tout un chacun se satisfasse de cette désignation —, pour peu qu'on y réfléchisse, conserve son opacité. En effet, les recherches n'ont pas encore permis d'élucider la complexité des rouages des systèmes de production : jusque-là, ce sont surtout les niveaux les plus apparents de ceux-ci — i. e. à la fois, la façon dont ils s'organisent autour de quelques acteurs majeurs, les principales modalités de leur fonctionnement, notamment économiques, et l'examen des espaces résultants et de quelques-uns des impacts de leur inscription au sein d'une morpho-structure préexistante — qu'on a pris l'habitude d'aborder, avec d'ailleurs une réelle efficacité. Cependant, l'intelligence de bien des aspects reste en suspens et, à de nombreux égards, on se trouve encore devant une "boîte noire", en particulier lorsqu'on aborde les questions de la dimension idéelle des processus productifs, du rôle de certains protagonistes comme les praticiens et les techniciens, ou encore des fonctions précises des outils utilisés dans l'action par les différents intervenants.

  • 1 Même s'il existe des constantes, chaque projet urbain constitue un cas d'espèce et aboutit à la mi (...)

2De ce point de vue, il faut se réjouir de ce que les géographes s'emparent du champ du projet urbain, d'une très grande richesse et où, justement, peuvent s'analyser quelques-unes des manifestations les plus intéressantes du rôle et de l'efficace des "idéalités", des instruments et des procédures engagés, par les protagonistes essentiels, dans le branle de la production d'un espace local. J'entends par projet urbain le "construit d'action collective" mis en place suite à l'injonction initiale et intentionnelle d'un ou plusieurs acteurs, en général en position clef, dominante ; quelles que soient les motivations des susmentionnés, cette impulsion — qui ne naît pas indépendamment des conditions sociétales et des circonstances, et s'inscrit, de fait, dans une double série d'actions, l'une articulée selon l'axe diachronique (le passé/ le présent/ le futur), l'autre selon celui de la synchronie (tout ce qui se réalise dans le même temps) — met en mouvement des individus, des ressources et des compétences, au sein d'un système formalisé pour les circonstances1, afin d'atteindre des finalités, au demeurant plus ou moins claires.

  • 2 Qu'il en résulte la mise en place de périmètres nouveaux ou la réorganisation de plus anciens.
  • 3 En ce qui concerne ces grandes rhétoriques d'élus et leur fonction urbanistique, cf. en guise d'ex (...)

3Cet objet, je m'efforce de l'investir en me limitant, toutefois, au projet urbanistique, donc impliquant un procès productif2, en même temps qu'il instaure un rapport intense au territoire, rien moins que simple, puisqu'il s'agit d'une relation à la fois à ce qui existe déjà, qui n'est pas réductible à la seule matérialité d'une étendue mais doit (devrait) tenir compte des fondements idéels de la formation socio-spatiale locale, et à ce qui devra exister, là encore au double plan de l'infrastructure et de la superstructure. Le projet, ainsi considéré, présente des échelles variées, du geste architectural le plus ponctuel, à la vision d'ensemble de ce qu'il faut réaliser dans une ville — du type de celles que mettent en scène les élus, pas tous, ou/et quelques architectes démiurges — censée subsumer et mettre en cohérence toutes les actions concernant une portion particulière d'espace3 ; en certaines situations locales, le projet articule tous ces registres et toutes les échelles afférentes.

  • 4 Au sens de Michel Foucault ; cf. sa leçon au Collège de France "Qu'est-ce que les Lumières", in le (...)
  • 5 Au sens de M. Godelier, qui a montré que l'idéel, présent dans tout le réel, est "la pensée dans t (...)

4Mon objectif de recherche est, partant de l'observation la plus fine possible des "ensembles pratiques"4 qu'on peut saisir lors des différentes phases projectuelles, de comprendre les fondements et les registres de ces pratiques et ainsi de tenter une interprétation des logiques multirationnelles qui sous-tendent les agir de certains acteurs essentiels — hommes politiques, représentant des institutions, responsables associatifs, praticiens de l'urbanisme, en particulier. In fine, cette démarche vise à mieux cerner le jeu des instances idéelles5 inscrites au cœur de la production de l'espace, telles qu'on peut les discerner à l'œuvre, lorsqu'elles se cristallisent dans les images énoncées et utilisées par les individus dans et pour leurs actions.

5Il me faut préciser succinctement la signification que j'affecte au mot image, avant de présenter le nœud liant cette question de l'image à celle du projet et, plus globalement à celle du politique. Cela posé, j'en viendrai à l'analyse rapide d'un cas particulier.

  • 6 Qui peut prendre des formes très diverses : texte écrit, parole, icônes, imagerie animée, chaque " (...)
  • 7 Louis Marin. Des pouvoirs de l'image. Gloses, Paris : Seuil, 1993, p. 10. Collection L'ordre philo (...)
  • 8 S'il est nécessaire, pour que l'image "fonctionne", qu'il existe une croyance sociale forte en ses (...)

6J'aborde ici l'image, dans une perspective extensive, sans donc la réduire au domaine de l'iconique — c'est-à-dire de l'image au sens strict —, ce qui n'est pas une position nécessairement acceptée par tous les chercheurs, sous l'angle d'une catégorie : celle de la représentation6, dont je puise la définition dans le travail de Louis Marin. Pour cet auteur, qui a fait de cet objet le pivot de toute sa réflexion de philosophe et de sémiologue, la représentation est "l'énonciation puissante d'une absence"7 ; elle présente une chose qui n'est pas là — et notons qu'à l'origine elle palliait l'absence de ce que la mort, la corruption du temps, avait fait disparaître, pour en venir par extension à manifester la présence de tout ce qui se dérobe à l'ici et au maintenant, quels qu'en soient les motifs. En même temps, elle exhibe son propre statut d'énoncé représentatif, ce qui permet au spectateur et/ou lecteur de se constituer en sujet-regardant et/ou-lisant. Cette dernière condition n'est d'ailleurs pas toujours, loin s'en faut, remplie : alors, les individus peuvent ne plus correctement distinguer la chose et sa représentation, phénomène qui intervient puissamment, par exemple, dans les processus de "sidération" des hommes par les images8.

  • 9 Et que l'individu agissant contribue à construire.

7Ce champ de la représentation ne doit pas être conçu comme le domaine d'une subjectivité irréductible de la personne, qui n'intéresse que peu les sciences sociales, mais bien comme permettant d'accéder au mode spécifique de l'être-au-monde des individus et donc de leur socialisation : l'image constitue ainsi, pour tout acteur social, un système cohérent de signes qui médiatise son rapport au monde des phénomènes socio-spatiaux au sein duquel il est immergé9 — rapport qui n'est pas purement intellectuel, mais se manifeste bel et bien comme engagement du sujet dans les multiples et variés "arts de faire" qui scandent et réalisent l'existence de l'individu en société. Elle intéresse le géographe, spécialiste des dimensions spatiales du social, en tant qu'ensemble sémique structuré, médiateur de la relation des individus, des groupes, des institutions à l'espace, objet de la pratique — mais objet actif, qui, compte tenu de ces caractères propres, offre du répondant à cette pratique — ainsi socialisé par cette médiation.

  • 10 Et je pense là à ce que Michel de Certeau, dans son étude des pratiques de ville, a écrit au sujet (...)
  • 11 Au sens de ce "sol" "toujours déjà là", fondement de l'intersubjectivité, de l'agir communicationn (...)
  • 12 Pour reprendre une expression de Lucien Sfez, in Critique de la décision, 4e édition, Paris : p.f. (...)

8Chaque acteur engagé dans l'agir, du plus élémentaire au plus complexe, produit et diffuse des énoncés, qui prendront, compte tenu de son habitus et de sa capacité — variable — à évaluer les circonstances, afin d'utiliser au mieux ses compétences et de mettre en scène son capital social, des formes fort variées, de la parole "spontanée", jusqu'aux textes ou aux icônes les plus construits, via ces quasi-énoncés que sont les formes de la pratique elle-même10. Autant que les résultats de l'acte, ce matériau signifiant permet d'appréhender les logiques et le sens de l'action, pour peu qu'on s'attache à mettre au jour les tropes et les topiques qui le structurent et ainsi découvrir les substrata mythiques instituants ; il est nécessaire également de faire la part entre ce qui, dans les représentations en acte, ressortit aux imaginaires et aux dispositions s'épanouissant au sein du monde vécu11, préréflexifs, quoique socialement acquis, non objectivables, et ce qui renvoie aux savoirs et savoir-faire de toute nature, objectivés et donc sciemment utilisés dans l'action telles des "technologies de l'esprit"12.

  • 13 Heureuse formule empruntée à Daniel Bougnoux in D. Bougnoux (ed.). Sciences de l'information et de (...)
  • 14 Le terme lui même est emprunté à J.L. Austin, Quand dire c'est faire (How to do Things With Words) (...)

9Précisons que ces énoncés, pour être représentatifs, ne ressortissent pas seulement au domaine de la constatation, c'est-à-dire enregistrant un état du monde, mais aussi à celui des performatifs, qui ajoutent au monde un état13. J'emploie ici le mot performatif dans une acception assez large14, pour indiquer qu'il faut considérer toute énonciation comme un acte social suivi d'effets — ceux-ci, variables, permettant d'évaluer la "performativité" de celle-là. Une telle capacité de performance de l'acte de langage ne tient, bien sûr, pas au seul sens de ce qui est écrit, dessiné, proféré, mais également — surtout ? — au statut de l'énonciateur, à sa légitimité à dire, à montrer et à faire. Ce dernier point permet d'aborder la question clef du rapport entre images et politique.

  • 15 Louis Marin, op. cit., p. 15-16.

10En effet, en l'image réside un attribut essentiel du politique ; Louis Marin a expliqué combien et comment la représentation "dans et par ses signes représente, par traces et marques, la force", combien et comment "cette mise en réserve de la force dans les signes", signifiait la puissance, combien et comment, enfin, celle-ci "par et dans l'effet-représentation se donn[ait] comme autorité légitime"15.

  • 16 Au sens de Paul Ricœur dans Temps et Récit. I. L'intrigue et le récit historique, Paris : Seuil, 1 (...)
  • 17 Si l'on accepte de considérer, avec Louis Althusser, l'idéologie comme ce rapport imaginaire qui u (...)

11L'image est donc un instrument clef de la production de la légitimité à agir — en général et à agir sur l'espace en particulier — et de sa publicité. Cela donne à cet objet une place de choix dans l'étude des politiques urbaines locales, le géographe devant prendre en charge, d'un seul et même mouvement, l'analyse de l'état de l'infrastructure matérielle — support de l'action urbanistique dont les différents acteurs doivent prendre en compte l'existence et les caractères, fût-ce pour les nier — et celui des systèmes de signes, tout à la fois révélateurs, outils de l'agir et actes eux-mêmes, qui accompagnent le procès de production de l'urbain. Toutes ces représentations, le plus souvent nouées en intrigues16, mettent en scène les assises idéologiques — qui procèdent du soubassement imaginaire préréflexif17 — et les principes intellectuels — objectivables, sinon objectivés —, de la praxis, en même temps qu'elles exhibent les différents indices, icônes et symboles de l'autorité et de sa validité, ceux-ci comme celles-là variant selon l'acteur considéré et sa position sur l'échiquier politique et social.

  • 18 L'expression est de L. Sfez, op. cit., qui définit ainsi la décision.
  • 19 Cette notion de bien symbolique me paraît très importante ; Pierre Bourdieu en a fait un des pôles (...)
  • 20 Paul Ricœur, op. cit, p. 9-10, mes italiques.

12Ces prémices acceptées, on peut donc considérer le projet comme une pratique sur l'espace instituant une économie sémiotique complexe, formée par l'articulation de nombreux systèmes de signes verbaux, textuels, iconiques qui, s'entremêlant, forment un vaste "récit multirationnel"18 de l'action, truchement de l'échange des biens symboliques entre acteurs19. Cette notion de récit permet de tenter une grille de lecture de l'objet projectuel, en recourant aux travaux du philosophe Paul Ricœur. Cet auteur estime qu'"avec le récit, l'innovation sémantique, consiste dans l'invention d'une intrigue qui (...) est une œuvre de synthèse : par la vertu de l'intrigue, des buts, des causes, des hasards, sont rassemblés sous l'unité temporelle d'une action totale et complète. C'est cette synthèse de l'hétérogène qui rapproche le récit de la métaphore. Dans les deux cas du nouveau — du non encore dit, de l'inédit — surgit dans le langage : ici, la métaphore vive, c'est-à-dire une nouvelle pertinence dans la prédication, là une intrigue feinte, c'est-à-dire une nouvelle congruence dans l'agencement des incidents"20.

13Pour P. Ricœur, le point fondamental tient en ce que dans et par le récit, des phénomènes relevant du champ pratique sont recomposés et intégrés à une perspective globalisante et finalisée. Or, la procédure de mise en intrigue semble bien active au sein de tout projet urbain : l'urbaniste, par exemple, est ce professionnel qui, grâce à ses compétences, va assurer la synthèse de l'hétérogène — le monde et sa complexité — et proposer de l'inédit. De même, les élus mettent-ils en place des rhétoriques téléologiques qui fournissent le sens — à la fois l'orientation et la signification — de la politique urbanistique, et cela constitue même l'essentiel de leur fonction.

  • 21 Ibid., p. 108.
  • 22 Ibid., p. 136.

14Afin de parvenir à une compréhension efficace de la mécanique du projet, on doit poursuivre plus avant l'exploitation de l'étude de P. Ricœur, pour qui la mise en intrigue est partie d'un tout qu'il nomme "triple mimésis", qui conditionne l'existence des grandes formes narratives. Autour de la phase essentielle de configuration dynamique de l'intrigue, on trouve : d'abord, en amont, "une précompréhension du monde de l'action (...), [car] s'il est vrai que l'intrigue est une imitation d'action, une compétence préalable est requise : la capacité d'identifier l'action en général par ses traits structurels"21 ; puis, en aval, ce que l'auteur nomme : "l'intersection du monde du texte et du monde de l'auditeur ou du lecteur"22, donc une entrée du récit dans le domaine de la communication.

  • 23 Cette précompréhension, n'est pas nécessairement, loin de là, parfaite, efficace et appuyée sur de (...)
  • 24 Que je reprends de M. Lussault, "La ville clarifiée", op. cit.

15Dès lors, si je poursuis ma logique, voici la triangulation qui enserre le champ du projet : précompréhension du monde de l'action23 — qui est celui, ici, de l'opération envisagée ; configuration de l'intrigue, c'est-à-dire mise en forme de l'aménagement proposé ; intersection du monde du projet et de ceux des non-praticiens : commanditaires, partenaires plus ou moins proches, usagers, etc. Je ne prétends pas qu'il s'agit là d'un schéma implacable de déroulement linéaire et vertueux qui courrait d'amont en aval, ce qui serait se fourvoyer dans la mythologie de l'action "certaine", analysée avec pertinence par L. Sfez. Non ! Cette formalisation souple24 ne livre que trois plans de fonctionnement, articulés, auxquels correspondent et une mobilisation différente des acteurs potentiels de la dynamique projectuelle — qui ne sont pas tous identiquement actifs selon les plans susmentionnés — et des modalités d'action spécifiques. Il est clair que la médiation sociale, procédant du troisième niveau, se manifeste peu ou prou tout le long du déroulement, et d'ailleurs influe souvent sur les deux autres ; par exemple, l'intervention de l'élu — une des formes les plus contraignantes de la médiation, car n'oublions pas que celle-ci n'est pas un jeu à sommes nulles, que les enjeux et les rapports de pouvoirs sont réels, même si la mise en scène de la transaction les euphémise —, ne se limite pas au moment de la décision finale, qui ouvre la période de réalisation, mais pèse sur tout le processus.

  • 25 Je remercie Bernard Debarbieux d'avoir attiré mon attention sur ce point.

16Il convient donc pour le chercheur désireux d'appréhender toute la substance de l'agir urbanistique, d'embrasser, autant que faire se peut, l'intégralité de l'économie sémiotique instaurée au cours du déroulement du projet : au sein de celle-ci, chaque énoncé particulier, distinguable par l'analyste, occupe une place singulière, qui est en elle-même un objet de réflexion. En effet, et il s'agit là d'un aspect important de la question, quoique malaisé à cerner, le sens de tout document émane, bien sûr, de ce qu'il est censé représenter — de son (ses) référent(s) —, mais aussi de la position qu'il occupe dans la chaîne des signifiants qui accompagne le cours de l'action25. Cette position traduit un moment d'énonciation en double relation avec, d'une part, une séquence projectuelle donnée — i.e. un instant t qui procède de la temporalité, de la diachronie d'un procès souvent assez long — et un des trois niveaux du fonctionnement du projet ; ce placement conditionne le type d'énonciation choisi, donc le registre des représentations produites, tout comme de lui dépend en partie le statut et la fonction qu'on assigne à l'énoncé. Un même plan masse, par exemple, ne possédera pas la même valeur selon qu'il sera engagé dans une séquence de conception ou lors d'une phase décisionnelle — un écart, sinon identique du moins de nature comparable, se retrouvant d'ailleurs au cours de l'investissement de la figure en question dans les différents moments de la période de conception.

  • 26 Qui, pour un Jean Royer, maire de Tours depuis 1959, constitue un instrument d'action superlatif, (...)
  • 27 Pour une étude du rôle de l'iconographie dans le processus de projet et notamment dans l'acte de p (...)

17Il est également nécessaire de bien examiner le jeu des différents acteurs afin, notamment, de comprendre au mieux la prédilection de tel ou tel pour certaines formes d'énoncés. Ainsi, ai-je pu montrer le rapport privilégié de certains élus au texte et à la parole26 : l'importance de celleci se retrouve d'ailleurs assez souvent chez les architectes, notamment les plus célèbres, mais là articulée à un usage massif du dessin, de la figuration, le couple visualisation-oralité, celle-ci fonctionnant parfois sur un mode quasi oraculaire, formant alors la matrice de la prestation du praticien. De même, on peut noter la prégnance de l'iconographie dans la pratique des urbanistes, qui repose à la fois sur des fondements épistémologique — là, l'imagerie est une des bases de certification de la validité du savoir urbanistique — et sur la croyance en l'efficacité de la figuration spatiale à produire du consensus lorsqu'elle est employée lors de la phase, toujours critique, de médiation27.

  • 28 Éditorial de Catherine Trautmann, maire de Strasbourg, au Magazine de la sers , no 3, octobre 1991
  • 29 Éditorial de Catherine Trautmann à la plaquette Un Tramway à Strasbourg.

18Je souhaite ici insister sur des documents projectuels un peu différents : il s'agit de ceux produit dans le cadre de la communication territoriale et destinés à louer un projet urbanistique précis et dans le même temps, l'action urbaine globale entreprise. Je m'appuierai sur deux plaquettes diffusées récemment à Strasbourg : la première prend la forme d'un "magazine" de la société d'économie mixte (la sers) qui assure pour la municipalité la maîtrise d'œuvre de l'important aménagement de la place de l'Étoile "point d'orgue du futur premier district européen"28 ; la seconde, réalisée avec de grands moyens, par une agence de communication pour la communauté urbaine de Strasbourg, en 1991, présente l'opération de mise en place du nouveau tramway. Voici des instruments communicationnels, imprégnés des tours des médias publicitaires, qui doivent convaincre l'habitant comme le visiteur extérieur que la ville est en branle et qu'une action légitime provoque ce mouvement vertueux ; il s'agit donc de supports qui permettent de diffuser une représentation officielle de l'agir urbanistique, en fait une véritable allégorie téléologique, où sont mises en scène de multiples figures et de la compétence des acteurs majeurs des projets en question et de la pertinence des choix réalisés, afin de garantir à la ville un avenir radieux, apte à soutenir la comparaison avec un passé glorieux. Pour exemple, lisons attentivement ce qu'écrit Catherine Trautmann, en tentant d'en dégager cursivement les fondements idéels — que j'indique entre crochets : "Strasbourg bouge. Son visage [incarnation de Strasbourg par la métaphore, personnification], façonné par une destinée [principe téléologique] unique [topique de l'unicité, de la singularité] à travers l'histoire de l'Europe [élargissement du référentiel géographique] se tourne résolument [topique de la détermination, en tant qu'une des sources de la compétence des acteurs municipaux] vers le xxie siècle [topique de l'anticipation, celle-ci étant également cruciale pour l'établissement de la compétence et de la pertinence] avec une certitude : les métropoles qui vont compter dans le futur [affectation implicite de Strasbourg dans le club des métropoles européennes : topique de la métropolisation] seront celles qui auront intégré la dimension humaine dans leurs projets d'avenir [appel au monde des valeurs générales : la raison humaniste tempère d'ores et déjà les éventuelles tensions de l'avenir ; validation redoublée]"29.

  • 30 On notera que ce récit se déploie selon un axe de tension passé-présent-futur ; il s'agit là de la (...)

19On retrouve dans ce texte nombre de thèmes fondamentaux de la mythologie programmée courante, instituant bien des politiques urbaines en France30. On vérifie aisément qu'un tel propos d'édile n'est pas uniquement de l'ordre de l'enregistrement des faits — constat —, mais constitue en lui même et un acte politique immédiat et un agir d'anticipation, bref est un performatif. Ce caractère se retrouve pour tous les types d'énoncés rassemblés dans chacun de ces deux documents "hybrides", c'est-à-dire réunissant, outre un éditorial du maire, volontairement gorgé de référentiels renvoyant à ce que l'énonciateur et ses conseillers appréhendent comme un monde de valeurs communes, et, en vérité, travaillé également par les topiques préréflexives du monde vécu : des textes de présentation du projet — en général courts, se voulant informatifs, mais saturés par l'idéologie portant l'ensemble de l'action —, des photographies, des cartes, et surtout une iconographie architecturale et urbanistique, empruntée aux praticiens, le tout articulé en un savant montage, conférant une réelle efficacité à ces documents, qui captent sans conteste l'attention. Il y aurait une étude fine à mener de cette combinatoire, notamment du rapport texte/imagerie, et de son effet pragmatique — i.e. de son action efficace sur le lecteur, contribuant à son efficacité politique —, qui déborde le cadre de cette contribution ; je me contenterai de proposer quelques réflexions sur le rôle conféré, dans ces documents, à l'iconographie "professionnelle" : cartes, croquis d'urbanisme, dessins d'architectes, plans masses.

20Incontestablement, les concepteurs — qui, ne l'oublions pas, même s'ils peuvent proclamer leur liberté de "créatifs", proclamation constituant un discours de compétence destiné à solidifier leur position sociale, produisent ces plaquettes médiatiques sous le contrôle du champ politique, qui fixe les objectifs — ont donné à cette figuration de l'espace une place prépondérante. Comment l'expliquer ? Il me semble qu'il est pour cela indispensable de réfléchir à la finalité politique de ce geste médiatique. En 1991, le pouvoir local strasbourgeois, récemment installé, à la légitimité encore fragile — d'autant que le mouvement électoral qui avait porté Catherine Trautmann à la tête de la municipalité, en 1989, se déroulait dans un bon contexte national pour un candidat socialiste, alors que, deux ans plus tard, l'environnement politique était, de ce point de vue, moins faste — se trouvait dans une situation assez délicate. Non pas que les administrés s'avéraient mécontents d'une action trop discrète ; en fait, à rebours, bon nombre de Strasbourgeois émettaient des réserves au sujet d'une politique urbaine particulièrement ambitieuse, marquée, notamment, par la mise en place de très importantes opérations urbanistiques ; sans conteste le maire et son conseil s'appuyaient essentiellement sur celles-ci — dont les deux présentées à la page précédente constituaient les fleurons — pour mener à bien ce qu'on nommait la modernisation de la ville, pour impulser un nouveau dynamisme local.

21Très rapidement, ces inquiétudes, dont je ne débattrai pas de la pertinence, pas plus que je n'analyserai celle de l'agir municipal, redoublèrent lorsque les premiers travaux importants apparurent, notamment ceux du tramway, tant spectaculaires que perturbateurs, d'autant qu'ils touchaient, en particulier, des périmètres extrêmement sensibles de Strasbourg. La contestation de l'action de la municipalité se nourrit, avec un certain succès, de l'exploitation des désagréments multiples produits par les chantiers, cela permettant d'attiser la polémique sur le bien-fondé des principaux aménagements projetés.

  • 31 Cf. M. Lussault, "La ville clarifiée", op. cit.

22Dans ce contexte, nos deux documents médiatiques furent conçus pour être de véritables outils de rhétorique persuasive, portant la parole officielle, clamant la légitimité de l'action, en même temps que donnant à voir les espaces concernés, tels qu'ils deviendraient une fois transmués par la praxis. L'imagerie, et plus particulièrement l'iconographie empruntée aux praticiens du projet, urbanistes et architectes, sert principalement de truchement à cette exhibition de la ville à venir, exhaussée par le faire urbanistique en offrant à la vision du citoyen la figure parfaite de lieux citadins raisonnés. L'allégorie des résultats d'une juste politique est ainsi portée au regard de tous et cela fait, à mon sens, de l'iconographie urbanistique, le registre essentiel pour l'établissement de l'efficacité des deux plaquettes analysées. Si les concepteurs et les élus ont ainsi privilégié cette dimension visuelle — le texte, très lapidaire, ne fait en général qu'accompagner les icônes et les mettre en valeur en les décrivant, et parfois les glose brièvement —, c'est bien parce que l'imagerie possède une vertu cardinale ; l'iconographie projectuelle constitue l'outil par excellence du "faire-paraître-vrai", que l'on engage dans l'agir afin de provoquer l'entente entre le plus grand nombre possible d'acteurs31. Ici, dans un moment de difficulté de démarrage de réalisation d'un projet — tramway — ou d'annonce de la décision — Étoile —, alors que le centre urbain commence à porter les marques de lourds travaux, que la critique fuse et s'amplifie, le pouvoir local souhaite justifier sa démarche, et ruiner ainsi l'argumentaire des contempteurs de la politique municipale, en instaurant, grâce au potentiel de persuasion des représentations iconiques, la stabilité du corps social autour d'une "vérité" du projet visualisé.

  • 32 A. J. Greimas, "le contrat de véridiction", in Du Sens II, Essais sémiotiques, Paris : le Seuil, 1 (...)
  • 33 Idem, ibidem, p. 108.

23Une telle volonté repose sur une croyance forte en un effet de vérité consubstantiel à l'icône : si son utilisation est facteur d'éloignement du dissensus, c'est en raison des assurances qu'elle apporte ; elle impose un principe de certitude. Alors que, comme l'a souligné A. J. Greimas, désormais "le langage [en Europe et en France] est communément considéré comme un écran mensonger, destiné à cacher une réalité et une vérité qui lui sont sous-jacentes"32, l'iconographie, elle, serait le médium de dévoilement de la vérité nue des choses cristallisées en leurs essences, que le langage tairait ou travestirait. Au langage, "prétexte à de multiples connotations"33, séditieux, toujours ouvert sur la polémique, la dispute, attisant les haines, accroissant les fractures, s'opposerait la sécurité de ce qui peut être vu.

  • 34 R. Debray. Vie et mort des images, Paris : Gallimard, 1992, p. 391. Bibliothèque des Idées.

24Comme l'a bien montré Régis Debray, il existe une "équation de l'ère visuelle : le Visible = le Réel = le Vrai (...). Nous sommes la première civilisation qui peut se croire autorisée (...) à en croire ses yeux. La première à avoir posé un trait d'égalité entre visibilité, réalité et vérité. Toutes les autres, et la nôtre jusqu'à hier, estimaient que l'image empêche de voir. Maintenant, elle vaut pour preuve. Le représentable se donne pour irrécusable"34. Les représentations graphiques utilisées lors du processus projectuel se donnent bien pour irrécusables, sont dressées en preuves, car apparemment extérieures aux personnes et aux intérêts privés. Avec elles, on entend sortir du domaine de l'aléa, celui entretenu par le seul discours et par le texte ; on espère construire le consensus sur ce que l'on estime être la vérité suprême de l'image, qui s'impose à tous et fixe pour l'ensemble des acteurs le même horizon.

25Chacun par le regard peut donc, avec certitude, sans effort autre que celui du "voir", saisir, discerner, appréhender la nature même de l'aménagement proposé. Le dessin urbanistique offre à la vue du spectateur plus et mieux que ce qu'un œil peut à l'habitude embrasser dans la vie quotidienne : le projet dans sa globalité et dans sa stabilité d'idéal-type, extrait du contingent, de la vie et du temps ordinaires. Mais l'iconographie projectuelle fait mieux encore puisqu'elle incarne ce qui n'a jamais encore été présent, lui donne forme et sens : ainsi, elle ne pallie pas l'absence issue d'une corruption des choses, une destruction, mais résorbe par anticipation la vacuité de ce qui n'existe pas encore, en exposant à la vue de tous, dans un "ici et maintenant" (Strasbourg, au moment de l'énonciation) perturbé, l'épure d'un lieu transfiguré, en un temps apaisé par la réussite de l'action. Plus qu'une représentation, c'est une démonstration qui donne une substance au projet et qui, de ce fait, doit contribuer, dans l'esprit de ses utilisateurs, à apaiser le trouble des administrés en fixant, à la surface du papier, un référent spatial stable. In fine, on escompte que l'aménagement, de contesté, se fonde, grâce à son appropriation par tout un chacun, permise par la visualisation, dans le "nous" de la collectivité.

26Ces documents de communication territoriale ne sont donc pas sans importance, puisqu'on leur confie la fonction de consolider la légitimité de l'action municipale et d'affirmer la justesse de la pratique urbanistique : rien de moins ! Le chercheur ne doit pas, de ce fait, négliger ces mises en scène, qui s'insèrent à une place éminente, au sein de l'ample économie sémiotique produite par le projet. Et, si la question de la réception de telles images médiatiques par les habitants — sans doute assez diverse et, à bien des occasions, provoquant des résultats passablement différents de ceux escomptés par les concepteurs — est encore trop peu étudiée, il n'en reste pas moins qu'il faut bel et bien les considérer comme des instruments fondamentaux de l'action sur l'espace, outils dont la fabrique constitue une des arcanes du politique.

Notes

1 Même s'il existe des constantes, chaque projet urbain constitue un cas d'espèce et aboutit à la mise en place d'un système d'action inédit, dans la mesure où : les contextes diffèrent ; les buts poursuivis changent ; les acteurs — y compris les plus institutionnels — ne sont pas tous stables ; les relations interactorielles se modifient entre les différents projets — et d'ailleurs à l'intérieur d'une séquence projectuelle donnée — chaque épisode nouveau se nourrissant des mémoires, fastes ou néfastes, des précédents ; les outils de travail évoluent, etc…

2 Qu'il en résulte la mise en place de périmètres nouveaux ou la réorganisation de plus anciens.

3 En ce qui concerne ces grandes rhétoriques d'élus et leur fonction urbanistique, cf. en guise d'exemple appliqué respectivement à Jean Royer et Jack Lang, M. Lussault, Tours, Images de la ville et politique urbaine, collection Sciences de la Ville, no 3, Tours : Maison des Sciences de la Ville, 1993, 412 p. (notamment p. 177-284), et, Idem, "L'autre de la ville" in M. Costantini (dir.), Blois : la ville en ses images, collection Sciences de la Ville, no 6, Tours : Maison des Sciences de la Ville, 1994, p. 109-147.

4 Au sens de Michel Foucault ; cf. sa leçon au Collège de France "Qu'est-ce que les Lumières", in les inédits du magazine littéraire, Magazine Littéraire, no 309, Paris, avril 1993, p. 72. Ce texte, datant de 1983, est repris dans le troisième volume des Dits et Écrits de Foucault publié en octobre 1994, aux éditions Gallimard.

5 Au sens de M. Godelier, qui a montré que l'idéel, présent dans tout le réel, est "la pensée dans toutes ses fonctions, présente et agissante dans toutes les activités de l'homme" ; cf. M. Godelier, L'idéel et le matériel, réédition collection biblio essais, Paris : Le Livre de Poche, 1992, p. 199. Guy Di Méo, reprenant ce couple en géographe, dans L'homme, la société, l'espace, Paris : Anthropos, 1991, a montré, lui aussi, l'intérêt d'une méthode dialectique articulant indissociablement les deux niveaux, ce qui évite le risque d'hypostasier la sphère idéelle et permet de mettre l'accent sur le va-et-vient incessant entre l'instituant et l'institué.

6 Qui peut prendre des formes très diverses : texte écrit, parole, icônes, imagerie animée, chaque "type" se déclinant en de nombreux sous-types, eux-mêmes divisibles.

7 Louis Marin. Des pouvoirs de l'image. Gloses, Paris : Seuil, 1993, p. 10. Collection L'ordre philosophique.

8 S'il est nécessaire, pour que l'image "fonctionne", qu'il existe une croyance sociale forte en ses capacités de représenter efficacement la chose absente, d'en constituer un double, ou plutôt une doublure, cela ne doit pas aller jusqu'à la confusion des deux niveaux ; et pourtant, il n'est pas rare qu'un discours ou une image (stricto sensu) nous subjugue jusqu'à ce que nous en faisions la réalité même, que la représentation soit conçue volontairement pour dissimuler son statut d'artefact — et là il s'agit d'une manipulation de l'énonciation — ou/et que l'individu ne possède pas le code de déchiffrage du caractère représentatif de l'énoncé.

9 Et que l'individu agissant contribue à construire.

10 Et je pense là à ce que Michel de Certeau, dans son étude des pratiques de ville, a écrit au sujet des "rhétoriques cheminatoires" et des "énonciations piétonnières", ainsi qu'au travaux d'Erwin Goffman, consacrés aux modes de présentation de soi ; cf. M. de Certeau, "Pratiques d'espace" in L'invention du quotidien. I. Arts de faire, Paris : Gallimard, 1990, p. 139-189, réédition collection folio essais, et E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. Vol. I. La présentation de soi, Vol. II. Les relations en public, Paris : Minuit, 1973. Collection Le sens commun.

11 Au sens de ce "sol" "toujours déjà là", fondement de l'intersubjectivité, de l'agir communicationnel et donc de l'échange social, que Jurgen Habermas a théorisé dans Théorie de l'agir communicationnel, (deux volumes), Paris : Fayard, 1987.

12 Pour reprendre une expression de Lucien Sfez, in Critique de la décision, 4e édition, Paris : p.f.n.s.p., 1992.

13 Heureuse formule empruntée à Daniel Bougnoux in D. Bougnoux (ed.). Sciences de l'information et de la communication, Paris : Larousse 1993, p. 209. Collection Textes essentiels.

14 Le terme lui même est emprunté à J.L. Austin, Quand dire c'est faire (How to do Things With Words), Seuil, 1991. Réédition collection Points.

15 Louis Marin, op. cit., p. 15-16.

16 Au sens de Paul Ricœur dans Temps et Récit. I. L'intrigue et le récit historique, Paris : Seuil, 1991, réédition collection Points. Pour une utilisation de P. Ricœur, cf. mon travail consacré à Tours (op. cit., notamment la troisième partie), où je propose la notion de récit de l'action pour désigner les énoncés produits lors des projets urbains.

17 Si l'on accepte de considérer, avec Louis Althusser, l'idéologie comme ce rapport imaginaire qui unit un groupe humain à son environnement — i.e. le monde des phénomènes.

18 L'expression est de L. Sfez, op. cit., qui définit ainsi la décision.

19 Cette notion de bien symbolique me paraît très importante ; Pierre Bourdieu en a fait un des pôles de sa réflexion, cf. "L'Économie des biens symboliques", in Raisons Pratiques, Paris : Seuil, 1994, p. 175-219.

20 Paul Ricœur, op. cit, p. 9-10, mes italiques.

21 Ibid., p. 108.

22 Ibid., p. 136.

23 Cette précompréhension, n'est pas nécessairement, loin de là, parfaite, efficace et appuyée sur des connaissances, des outils et des procédures fiables. Il n'en reste pas moins qu'elle s'avère indispensable, ne fût-ce que dans sa version minimaliste, au bon déroulement du processus projectuel ; elle permet souvent, en particulier, d'euphémiser avec une réelle efficacité la complexité du "réel", de l'expurger d'un grand nombre de ses caractères, de le réduire à une topographie spatiale et sociale élémentaire. J'ai étudié cette question dans M. Lussault, "La ville clarifiée ; essai d'analyse de quelques usages carto et iconographiques en œuvre dans le projet urbain contemporain", in R. de Maximy, L. Cambrézy (dir.), La cartographie en débat. Représenter ou convaincre. Collection Hommes et Sociétés. Paris : orstom-Khartala, 1995, p. 157-193.

24 Que je reprends de M. Lussault, "La ville clarifiée", op. cit.

25 Je remercie Bernard Debarbieux d'avoir attiré mon attention sur ce point.

26 Qui, pour un Jean Royer, maire de Tours depuis 1959, constitue un instrument d'action superlatif, et dont l'usage intensif par cet édile a pesé grandement dans la construction et de sa légitimité et de sa mythologie locale de démiurge. Cf. M. Lussault, Tours… op. cit.

27 Pour une étude du rôle de l'iconographie dans le processus de projet et notamment dans l'acte de persuasion, cf. M. Lussault, "La ville clarifiée" op. cit. Le texte mentionné paraîtra dans Ecumene, Londres : Edward Arnold, 1995.

28 Éditorial de Catherine Trautmann, maire de Strasbourg, au Magazine de la sers , no 3, octobre 1991.

29 Éditorial de Catherine Trautmann à la plaquette Un Tramway à Strasbourg.

30 On notera que ce récit se déploie selon un axe de tension passé-présent-futur ; il s'agit là de la manifestation d'une modalité majeure, en jeu dans tout projet, qui permet d'abolir tout conflit entre le passé, le présent et le futur et d'installer une dynamique d'harmonisation des différents épisodes citadins, au sein du tout d'une histoire finalisée, bien orientée. Cf. l'analyse détaillée de cette "structure historienne de l'imaginaire " pour les cas de Tours et Blois, in M. Lussault, op. cit.

31 Cf. M. Lussault, "La ville clarifiée", op. cit.

32 A. J. Greimas, "le contrat de véridiction", in Du Sens II, Essais sémiotiques, Paris : le Seuil, 1983, p. 108.

33 Idem, ibidem, p. 108.

34 R. Debray. Vie et mort des images, Paris : Gallimard, 1992, p. 391. Bibliothèque des Idées.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search