Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

II. Image et promotion de la ville : ambitions et méthodes

L'image négative de la ville depuis le xixe siècle

Pierre Guillaume

Texte intégral

1Je ne m'attarderai guère à souligner les aspects négatifs de l'image de la ville au xixe siècle. Il est des évidences sur lesquelles il est peu utile d'insister. Délaissant donc le descriptif, je vais m'attacher à répondre rapidement à cinq questions :

  • cette image négative de la ville est-elle propre à la période contemporaine ?
  • est-elle spécifiquement française ou, dans le cas contraire, suppose-t-elle des nuances nationales ?
  • quelles sont les origines de cette image ?

2Les réponses à ces trois premières questions seront aussi simples qu'attendues. Plus nuancées devraient être celles que l'on peut tenter de faire aux deux questions suivantes :

  • quelle a été l'influence de cette image de la ville sur les attitudes et les politiques sociales ?
  • quelle a été son influence sur les choix politiques dans la France des xixe et xxe siècles ?
  • 1 Bernard Oudin. Playdoyer pour la ville, Paris : Robert Laffont, 1972.

3La réponse à la première question est bien évidemment négative et, comme le rappelle Bernard Oudin, dans un livre remarquable d'anticonformisme constructif1, dans la Bible déjà, Babylone, la ville par excellence, était le lieu de toutes les turpitudes. On peut rappeler que c'est par le feu que Néron prétendit purifier Rome, ou qu'il en fut accusé par le parti sénatorial. La réputation de la Rome de la Renaissance et des Borgia n'est plus à faire et, au xviie siècle, les propos, tant de Furetiére que de Boileau disent leur défiance vis-à-vis de Paris. Rien de propre donc au xixe siècle ? la conclusion serait hâtive. Il y a une intensité de l'image que Bernard Oudin explique, très globalement par un jeu simple de contrastes. C'est au xviiie siècle que les campagnes françaises auraient été mieux protégées, par une police mieux faite, d'une insécurité qui s'incarnait dans les bandits de grand chemin, ou, plus quotidiennement, par cette mendicité en groupe, jadis décrite par Michel Vovelle. La ville perd ainsi de son attrait de lieu sûr, en même temps d'ailleurs que les murailles qui en étaient le symbole. Nous reviendrons plus loin sur de possibles causes nouvelles d'insécurité urbaine liées à la révolution industrielle.

  • 2 Philippe Chassaigne. Le meurtre à Londres à l'époque victorienne, structures sociales et comportem (...)
  • 3 Françoise Barret-Ducrocq. Pauvreté, charité et morale à Londres au xix e siècle, une sainte violen (...)

4La réponse à la deuxième question est, bien évidemment également négative. La triste réputation de Londres est là pour le prouver, avant même qu'elle ne soit devenue la ville de Jack l'éventreur, évoquée, avec le talent que l'on sait par Philippe Chassaigne2. Dès 1870, dans une lettre citée par Françoise Barret-Ducrocq3, Charles Trevelyan disait :

L'état de démoralisation et de paupérisme de Londres est le scandale de notre époque. Londres n'est pas seulement la métropole du Royaume-Uni, mais aussi celle d'un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais... Londres est la première cité de la chrétienté. Et pourtant, Londres est un sépulcre blanchi ; elle a l'apparence de la beauté, mais l'intérieur en est rempli d'ossements et de poussière. C'est un laboratoire gigantesque de corruption et de crime, et tandis que la ville aspire à christianiser les païens, elle paganise de façon infiniment plus directe, infiniment plus efficace, les chrétiens, et entraîne le reste de l'Angleterre dans le fond avec elle.

5Par bien des points l'image ainsi donnée de Londres au xixe siècle se confond avec celle de Paris, à deux éléments près toutefois. Comme le démontre une chronologie comparée des grandes mesures prises pour améliorer la gestion de l'urbain, il y a antériorité de la prise de conscience en Angleterre. C'est dès 1840 que la loi permet à Londres la destruction des taudis, dès 1848 qu'y est nommé le premier officier de santé, dès 1851 que sont prises les premières mesures impératives d'assainissement du bâti, considérablement renforcées par la loi Torrens de 1868. Notons aussi, et il n'y a là rien d'anecdotique quand on connaît l'importance du problème des eaux propres et usées, que c'est dès 1848 que fut adoptée la loi sur les égouts. Plus globalement, c'est en 1855 qu'est mis en place une administration du Grand Londres, le London County Council.

6Plus important encore est le fait qu'à Londres, le danger social reste moral ou, qu'au pire, il relève de la délinquance, tandis qu'à Paris, il est aussi révolutionnaire, donc politique. Les barricades ne font partie ni des réalités ni de l'imaginaire londonien, alors que l'on sait la place qu'elles occupent tant dans l'histoire que dans la mythologie parisiennes.

  • 4 Sylvia Ulmo. "Mythe rural, réalites urbaines et stéréotypes racistes, 'Forum', 1886 - 1902", dans (...)
  • 5 Le disent notamment les syndicats médicaux qui dénoncent avec la plus grande vigueur l'installatio (...)

7Si l'on prend l'exemple de New York, dont l'image ne se précise, évidemment que beaucoup plus tard que celles de Londres ou de Paris, on la trouve, pour le moins, tout aussi noire, plus révoltante encore peut être dans la mesure ou le constat est plus tardif, et dans un pays dont la richesse globale et le dynamisme sont incontestables. La singularité la plus intéressante de New York est d'apparaître à maints points de vue comme une contre-image de l'Amérique de la Frontière. La Frontière est le lieu mythique où se construit l'Amérique anglo-saxonne et libérale. New York est le réceptacle des races qui viennent corrompre ce peuple de valeureux pionniers. Dans son étude de la revue Forum, Sylvia Ullmo montre bien ainsi l'importance de la connotation raciste dans la dénonciation de New York, port d'entrée et lieu d'accumulation des indésirables4. Ainsi, pour universelle qu'elle soit au xixe siècle, cette image négative de la ville n'en supporte pas moins de très fortes nuances, nuances et non pas contrastes car, pour la France, dite profonde, Paris est aussi la ville des métèques5.

  • 6 Henri Lepage. Demain le capitalisme, Paris : lgf, Pluriel, 1978, 448 p.

8Pour expliquer cette image négative de la ville au xixe siècle, on ne saurait s'en tenir aujourd'hui aux litanies tellement répétitives sur les conséquences sociales négatives de la révolution industrielle. Il ne s'agit pas de nier l'extrême dureté de la condition ouvrière, et plus précisément encore du sort des femmes et des enfants au temps, variable selon les lieux, de la première révolution industrielle. On peut cependant mettre très largement en doute l'idée, trop souvent reçue sans discussion, d'une aggravation systématique du sort des travailleurs lors de leur passage du travail des champs à celui de l'atelier. Il n'est pas inutile de rappeler, avec Henri Lepage, que seul le développement de l'industrie, donc d'un travail urbain, a donné de l'ouvrage, donc des ressources, aux excédents de populations produits, en Europe, par la transition démographique6.

9Pour comprendre l'image négative de la ville, on se doit de rappeler qu'elle est le lieu de convergence de toutes les misères. C'est en ville que, depuis l'Ancien Régime, se sont multipliées les structures d'accueil de l'extrême détresse, hôpitaux et hospices, largement confondus, dépôts de mendicité, mais aussi prisons et bientôt asiles. C'est en ville, et en ville seulement, qu'ont été appliquées les mesures de 1795 créant les commissions des hospices et les bureaux de bienfaisance. Ce sont toujours les hôpitaux urbains dont les fonctions d'accueil ont été redéfinies par la loi de 1851, qui en reste la charte jusqu'en 1941. C'est également en ville qu'agissent avec prédilection les œuvres charitables ou philanthropiques, quelle que soit leur inspiration idéologique car elles y trouvent tout à la fois leur clientèle, les pauvres dont on doit s'occuper car leur nombre peut les rendre dangereux, et leurs moyens, les dons faits par les mieux nantis. Sans nier que la ville sécrète une misère spécifique, il faut voir qu'elle attire des misères dont le milieu urbain n'est pas responsable mais que seul, dans les limites de ses moyens, il est capable de soulager. A contrario, toutes les mesures prises, tant en Angleterre qu'en France, pour renvoyer les marginaux dans leurs communes ou paroisses d'origine, ont été vaines.

  • 7 Alain Corbin. Les filles de noces, Paris : Aubier, 1978 et Champs, Flammarion, 1982, 494 p.

10Plus important encore est l'autre évidence voulant que la ville soit espace de liberté, espace d'évasion, permettant d'échapper au carcan souvent si pesant du contrôle social villageois. Les démographes ont montré l'efficacité de ce carcan en relevant la faiblesse du nombre des conceptions prénuptiales dans la France rurale d'Ancien Régime, ce qui peut passer pour un bon indice du respect des bonnes mœurs. Lieu de liberté, la ville est, par là même, lieu d'une licence que la société pudibonde du xixe siècle ne peut pas tolérer. On a, au xixe siècle, l'indignation facile, même si l'histoire, désormais bien connue, de la prostitution, montre que cette indignation s'accompagne volontiers de pratiques personnelles, au moins masculines, très accommodantes7. Pour tous, pauvres et riches, la ville est lieu de tentations. Elle est lieu d'accumulation de biens qui ne sont souvent que de consommation primaire, mais qui sont autant d'incitations au larcin pour des individus complètement démunis.

11Une autre explication de la mauvaise réputation de la ville est le nombre et la qualité de ses observateurs. Parent-Duchatelet, Villermé, Villeneuve-Bargemont se sont tous attachés à l'urbain qui est le lieu de l'innovation, positive ou négative. Ultérieurement, avec Le Play et ses disciples, la ville perdra cette exclusivité de lieu d'observation privilégié. Certaines monographies seront celles "d'ouvriers" ruraux, mais qui sont alors retenus pour leur exemplarité. De cette multiplicité durable d'observations de l'urbain, découle une accumulation de témoignages qui, cela va de soi, a un effet grossissant. Françoise Barret-Ducrocq dit ainsi la prolixité de trois groupes prédominants de témoins, "les philanthropes des organisations charitables, les agents de l'État et les observateurs sociaux". On peut y ajouter les policiers, en sachant l'usage très large que les historiens sont amenés à faire de leurs témoignages parce que souvent bien conservés. En France comme en Angleterre, ces acteurs ont une propension naturelle à dramatiser les situations qu'ils observent, pour obtenir plus de moyens, les uns pour soulager les misères qu'ils côtoient, les autres pour maintenir un ordre dont on les tient pour responsables. Tous, représentants d'une société bourgeoise qui vit, à des degrés divers, dans la peur de la populace, dénoncent le danger, pour le prévenir ou pour y faire face, là ou il est le plus grand, en ville. C'est l'aristocratie foncière qui, en d'autres temps, pouvait, avec raison, avoir peur des jacqueries. La mutation des classes dirigeantes engendre naturellement celle des peurs sociales.

12Terminons sur ces trois premiers points en disant que le revers de cette image négative de la ville ne pouvait être qu'une valorisation du milieu rural. L'habitude s'en affirme très vite et la référence à un Jean-Jacques Rousseau catastrophé par l'atteinte portée par l'urbain au charme des paysages parcourus dans un doux rêve par le promeneur solitaire s'impose d'elle-même.

  • 8 Amédée Latour. Actes du Congrès médical, Paris : 1846.
  • 9 Alexandre Layet. Hygiène et maladies des paysans, Paris : 1882, 560 p.

13Peur de la ville et glorification du rural ont très profondément marqué les attitudes et les politiques sociales. Le premier constat qui s'impose est que la misère des populations rurales n'était nullement ignorée, et depuis longtemps, si l'on se réfère aux lettres de la Marquise de Sévigné présentes dans toutes les mémoires. Au xixe siècle, cette misère est ainsi très largement dénoncée lors du congrès médical de 18458. Les praticiens en milieu rural viennent y dire leur épuisement, leur totale incapacité à assumer plus longtemps la médicalisation de populations, dépourvues tout à la fois de ressources pour leur assurer le moindre honoraire, et de toute capacité intellectuelle leur permettant de distinguer la médecine bienfaisante du charlatanisme homicide. À cette date, les campagnes sont dites clairement en état d'abandon social. Le Second Empire qui, malgré sa réputation de régime fort, doit compter avec le mauvais vouloir des collectivités locales, peu soucieuses d'augmenter leurs charges, ne parvient pas à mettre en place des médecins cantonaux, alors même qu'il fut un temps de prospérité relative de l'agriculture française. En 1882, Alexandre Layet, grand hygiéniste bordelais, dans l'ouvrage monumental qu'il consacre aux paysans9, décrit à nouveau la misère et l'insalubrité de l'habitat, l'extrême médiocrité du vêtement et de la nourriture dans la plupart des campagnes françaises, ainsi que la totale inculture des paysans de très nombreuses régions. C'est à cette inculture que se heurte l'école de Jules Ferry quand elle prétend scolariser les enfants, ce qu'elle parvient certes à faire, mais bien souvent contre la volonté des pères de famille.

14Bien connue donc, la misère paysanne a été occultée, ou plus exactement, elle a été dissociée de l'image "globalement positive" pour employer une expression bien connue dans un autre contexte, des campagnes. Le "globalement positif" est, ici aussi, une production de l'idéologique.

15Cette occultation délibérée, largement entretenue par des collectivités locales peu soucieuses d'acquitter le prix du progrès, a d'abord eu des conséquences graves pour les populations rurales elles-mêmes. J'en donnerai un seul exemple, mais significatif : il a fallu attendre la fin de la Première Guerre mondiale, et les enquêtes systématiques et sans complaisances de la Mission Rockefeller, pour apprendre que les campagnes de l'Ouest étaient très largement contaminée par la tuberculose. La tuberculose, maladie sociale par excellence, ne pouvait, en effet, qu'être urbaine, puisque tous les maux de la société moderne étaient, par définition, urbains. Il en va de même de l'alcoolisme, si longtemps ignoré, tant qu'il eut pour origine l'autoconsommation rurale. Ainsi, la France rurale fut-elle la première victime de la bonne santé physique et morale qu'on lui prêtait et dont elle donnait, voulut-on penser, la preuve, en faisant davantage d'enfants que la France urbaine.

  • 10 Michel Foucault. Surveiller et punir, Naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975.
  • 11 Pierre Guillaume. Un siècle d'histoire de l'enfance inadaptée, l' oreag , 1889-1989, Paris : Expan (...)
  • 12 Robert Badinter. La prison républicaine, Paris : Arthème Fayard, 1992, LP 12, 13634, 473 p.
  • 13 Sur la conception de la prison, héritée de Beccaria et de la Révolution française, voir Jean Guy P (...)

16C'est également cette vision du rural qui conduisit à rechercher très systématiquement dans les campagnes les remèdes aux maux de la civilisation urbaine. Rappelons, pour mémoire, la tentative fâcheuse d'expédier en Sologne, en 1848, les ouvriers parisiens des Ateliers nationaux. Rappelons aussi les espoirs mis dans la valorisation des terres incultes par le Second Empire, comme réponse au paupérisme. Cet attrait du rural ne fut pas, cependant, propre aux temps de réaction ou de gouvernements autoritaires. Pendant tout le xixe siècle, et bien au-delà, la campagne fut affirmée lieu de purification susceptible de traiter les perversions urbaines. On en a un bel exemple avec les colonies agricoles dans lesquelles on envoya les jeunes marginaux de la ville. L'exemple le plus célèbre est celui de Mettray, qui ouvre en 1840, et qui a longuement retenu l'attention de Michel Foucault10. La loi du 5 août 1850, qui prévoit le placement par voie judiciaire des mineurs dont les comportements ne justifient pas une condamnation pénale, les envoie également, dans toute la mesure du possible, dans des colonies agricoles. Les sociétés de patronage, qui permettent la prise en charge des mineurs après condamnation du père à la déchéance paternelle, aux termes de la loi d'août 1889, fait toujours le même choix. Nous en avons un exemple significatif à Bordeaux avec l'Œuvre du Refuge de l'Enfance Abandonnée de la Gironde, l'o.r.e.a.g., qui gère pendant plus d'un demi-siècle ses deux colonies agricoles, bien que suburbaines, de Villenave d'Ornon et de Léognan11. Enfin, la loi du 18 mai 1885 sur la relégation n'a pas d'autre inspiration. Elle prévoit que les relégués, pour cause de récidive, iront prendre un nouveau départ en Guyane ou en Nouvelle Calédonie, sur les terres qui leur seront allouées12. Ainsi, après l'échec de la prison révolutionnaire, lieu de réhabilitation par le travail, l'état français, devenu républicain, en appelle-t-il, comme antérieurement la Monarchie ou l'Empire, aux vertus de la terre, pour corriger les délinquants ou, pour le moins, pour en débarrasser la ville et la rendre ainsi moins dangereuse13. Pour bien des parlementaires ou juristes éminents, comme le Vicomte d'Haussonville, il y a confusion entre ces délinquants et les révolutionnaires, les seconds se recrutant massivement dans les rangs des premiers. La relégation se révéla une solution aussi vaine que l'avait été le projet de réhabilitation par le travail dans les maisons centrales.

  • 14 Pétain, Discours de Pau, 20 avril 1941.
  • 15 Georges Pompidou, Discours de Saint-Flour, 26 juin 1971 : "Sauver la nature qui sera demain le pre (...)

17La conviction voulant que le monde paysan soit l'élément sain de la population, pesa lourdement sur la vie politique française et les grandes orientations de tous les régimes successifs. Les radicaux socialistes jadis, les communistes du m.o.d.e.f. plus récemment, ne furent pas des défenseurs moins ardents de la paysannerie que les membres des droites d'abord monarchistes, puis ralliées. Tous les gouvernements de la Troisième République cultivèrent le mythe d'un équilibre spécifiquement français qui, dans tous les domaines, limitait les nuisances de l'urbanisation par la résistance du rural. Le tarif Méline, de 1892, est l'une des décisions les plus révélatrices de ces préoccupations, et il est tout sauf évident qu'il alla dans le sens d'une modernisation de l'économie française en général, et de son agriculture en particulier. La Première Guerre mondiale permit d'opposer l'image du paysan, héroïque poilu sacrifié à Verdun ou au Chemin des Dames, à celle de l'ouvrier affecté spécial, utile sans doute à sa patrie, mais sans aucune noblesse. Le Code de la Famille de juillet 1939, en consacrant un titre spécial à la famille paysanne, tandis qu'il affirmait par ailleurs l'existence inattendue de la race française, est une autre expression de cette valorisation du rural, avant que la politique du retour à la terre du gouvernement de Vichy n'en fasse l'un des thèmes majeurs de la Révolution nationale. Le monde paysan est le meilleur rempart contre les dangers mortels qui menacent le pays, la dégénérescence par la dépopulation, la dilution par l'individualisme libéral, le bolchevisme enfin qui, lui, sacrifie le paysan à l'ouvrier, le rural à l'urbain. C'est du paysan invoqué par le Maréchal dans son discours de Pau14 que Pétain, retrouvant ses poilus, attend le relèvement de la France tandis que, quelques années plus tard, c'est au mineur, personnage éponyme de la classe ouvrière, que Maurice Thorez demande de retrousser ses manches. On conçoit mieux, en se replaçant ainsi dans le long terme, l'importance du traumatisme vécu par un monde paysan, flatté par tous les régimes successifs, lorsque les rapports Vedel et Mansholt lui révélèrent, à la fin des années soixante, qu'il n'y avait plus d'avenir pour lui que dans une diminution drastique de ses effectifs. Aucune force politique n'avait osé dire que l'avenir était aux activités secondaires et tertiaires, donc urbaines, et ce langage fut dénoncé, sur l'heure, comme étant celui de technocrates sans entrailles. Georges Pompidou, dans son discours de Saint-Flour, chercha à mettre quelque baume sur ces plaies en affirmant que le paysan était le conservateur né du patrimoine national15, annonçant ainsi le discours écologique qui, favorable au monde rural, est condamnation d'un monde urbain, responsable de toutes les pollutions..... ou presque. S'il abuse des nitrates et s'il produit trop de lisier avec ses porcs, le paysan ne saurait en être tenu pour responsable puisqu'il y est contraint par l'exploitation capitaliste, dont il est lui même victime.

  • 16 1er janvier 1995, 23 h 40.

18Systématique en France, cette condamnation de l'urbain et cette glorification du monde rural n'est pas propre à notre pays. C'est même un lieu commun notamment exploité par le cinéma, tant par Fritz Lang dans Metropolis en 1926, que par Friedrich Wilhem Murnau dans L'Aurore en 1927. Ce dernier film récemment projeté par France 316, et alors présenté comme un chef-d'œuvre du cinéma muet, est l'histoire, caricaturale à souhait, d'un brave paysan déchiré entre deux femmes, la douce blonde, mère, épouse et travailleuse modèle, dont la beauté n'a contre elle que sa discrétion, et l'aventurière venue de la ville, brune, vulgaire, voyante, sans moralité ni scrupules qui, finalement, est vaincue. Elle n'entraînera pas à la ville son beau paysan qui retourne à sa ferme et à sa femme, plein de lourds remords et d'excellentes intentions. Nulle part ailleurs que dans l'Italie mussolinienne la glorification du monde rural ne fut plus systématique, au point d'en venir à interdire, bien vainement du reste, l'exode rural. En Allemagne nationale-socialiste même, dont le dynamisme industriel n'est pas à démontrer, le propriétaire exploitant, le Bauer, fut glorifié comme la meilleure incarnation de la race aryenne qui avait bâti son destin par l'épée et par la charrue. Enfin, cette condamnation de l'urbain et de tous ses dangers, et la valorisation du rural, au mépris de l'évolution d'un pays où la population urbaine l'emporta sur celle des campagnes dès 1900, ne fut nulle par plus caricaturale qu'au Québec, voué, jusqu'en 1960, à l'agriculturalisme le plus sectaire.

  • 17 Il s'agit de Walden ou la vie dans les bois.
  • 18 Bernard de La Rochefoucauld. L'homme et la ville, Paris : Dunod, 1971.

19Cette condamnation de la ville et cette glorification du rural, lorsqu'elles ne répondirent pas à des volontés de propagande qui les expliquent à défaut de les justifier, reposent sur bien des confusions plus ou moins délibérées. Il y a celles, initiales, qui découlent des biais nés des conditions même de l'observation de l'urbain et que nous avons évoquées. Il y a aussi celles que génère l'amalgame entre nature et monde rural. Le paysan est vu, par le citadin, comme vivant en osmose avec la nature, alors que sa vocation ancestrale est de la combattre, de s'en défier, de s'en protéger. La confusion est d'autant plus grande qu'aujourd'hui, le paysan qui ouvre un gîte rural, et qui vit du tourisme tout autant ou plus que de la terre, sait qu'il doit valoriser la nature pour répondre à l'attente de ses hôtes. L'amalgame est ancien, et on le relève notamment dans l'œuvre de l'Américain Henry David Thoreau17, chantre du retour à la nature, qui déclare que "dans la vie sauvage est le salut du monde", et qui a servi de caution à la fuite des classes aisées hors du centre des villes américaines, mais dans des banlieues parfaitement équipées. On peut enfin se demander, avec Bernard de La Rochefoucauld18, si, en France on a finalement surmonté cette peur de la ville. La ville, dit cet auteur, pour offrir la liberté que l'on en attend, doit proposer une diversité de choix, tant dans le travail que dans les loisirs, que seules proposent les grandes agglomérations. Glorifier les villes petites ou même moyennes, après avoir, pendant un temps, mis l'accent sur les métropoles d'équilibre, c'est proposer un milieu urbain étriqué, mutilé, qui ne peut que susciter des insatisfactions. De même, envoyer, à défaut des villes elles-mêmes, les banlieusards dans les espaces oxygénés des grands ensembles périphériques, plus généralement, céder à la logique d'un urbanisme trop étroitement rationnel, au mépris des traditions culturelles, c'est proposer un confort sans cette âme urbaine faite de possibilités de rencontres, de promiscuité de la rue ou du bistrot, ce lieu honni par les hygiénistes moralisateurs et, à leur suite, par des générations d'urbanistes. On peut ainsi penser que, prisonnière de sa peur séculaire de la ville, la France s'est urbanisée sans assumer pleinement cette évolution. Mais, sans aucun doute, faut-il faire, là encore, une large place au mythe : les villes françaises, et même leurs banlieues, ne sont pas plus désastreuses que les villes des autres pays développés, sans parler, bien sûr, des mégalopoles incontrôlées du monde en voie de développement. Simplement, par habitudes mentales cautionnées par deux siècles de discours politiques, les Français sont-ils plus portés que d'autres à critiquer l'urbain, tout en n'accordant que très peu de crédibilité au discours écologique, paradoxe qui appelle une autre réflexion.

Notes

1 Bernard Oudin. Playdoyer pour la ville, Paris : Robert Laffont, 1972.

2 Philippe Chassaigne. Le meurtre à Londres à l'époque victorienne, structures sociales et comportements criminels 1857-1900, Thèse, Paris IV, 1991, multig. 376 p.

3 Françoise Barret-Ducrocq. Pauvreté, charité et morale à Londres au xix e siècle, une sainte violence, Paris : p.u.f., 1991.

4 Sylvia Ulmo. "Mythe rural, réalites urbaines et stéréotypes racistes, 'Forum', 1886 - 1902", dans Mythes ruraux et urbains dans la culture américaine, Aix-en-Provence, colloque du grena, mars 1990.

5 Le disent notamment les syndicats médicaux qui dénoncent avec la plus grande vigueur l'installation dans la capitale de praticiens "levantins", notamment diplômés de l'université de Beyrouth.

6 Henri Lepage. Demain le capitalisme, Paris : lgf, Pluriel, 1978, 448 p.

7 Alain Corbin. Les filles de noces, Paris : Aubier, 1978 et Champs, Flammarion, 1982, 494 p.

8 Amédée Latour. Actes du Congrès médical, Paris : 1846.

9 Alexandre Layet. Hygiène et maladies des paysans, Paris : 1882, 560 p.

10 Michel Foucault. Surveiller et punir, Naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975.

11 Pierre Guillaume. Un siècle d'histoire de l'enfance inadaptée, l' oreag , 1889-1989, Paris : Expansion scientifique française, 1989, 120 p.

12 Robert Badinter. La prison républicaine, Paris : Arthème Fayard, 1992, LP 12, 13634, 473 p.

13 Sur la conception de la prison, héritée de Beccaria et de la Révolution française, voir Jean Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France 1789-1870, Paris : Fayard, 1990.

14 Pétain, Discours de Pau, 20 avril 1941.

15 Georges Pompidou, Discours de Saint-Flour, 26 juin 1971 : "Sauver la nature qui sera demain le premier besoin de l'homme, c'est sauver la nature habitée et cultivée. Une nature abandonnée par le paysan, même si elle est entretenue, devient une nature artificielle et je dirai, une nature funèbre". Entretiens et discours, 1968-1974, Paris : Plon 1975 et Flammarion, 1984.

16 1er janvier 1995, 23 h 40.

17 Il s'agit de Walden ou la vie dans les bois.

18 Bernard de La Rochefoucauld. L'homme et la ville, Paris : Dunod, 1971.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search