Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

I. Le sens et les enjeux du projet

Villes moyennes en projet

Jean-Paul Charrié

Texte intégral

  • 1 "Comprendre, penser, construire la ville", Direction de l'architecture et de l'urbanisme : Le proj (...)
  • 2 Intervention de C. Trautmann, in "Comprendre, penser, construire la ville", Direction de l'archite (...)

1Le cesurb s'est inspiré du colloque de Strasbourg pour avancer un peu plus loin sur un thème porteur, mais aux définitions peu assurées1. En effet, à côté du projet urbain des urbanistes "une manière de produire de l'espace ou des formes" (B. Huet) on trouve d'autres approches qui interpellent les géographes au même titre que les chercheurs d'autres disciplines. C'est le cas des thèmes du projet de ville et du projet d'agglomération tels que les présente Catherine Trautmann quand elle estime qu'ils sont avant toute chose une démarche politique pour trouver des solutions aux problèmes sociaux, économiques et culturels de la ville2. Dans les pages qui suivent nous prendrons en compte cette perspective qui considère le projet comme la volonté collective d'une ville qui veut se forger une identité et nous essaierons de vérifier aussi si cette dernière est capable de se faire violence pour réaliser un projet. Car tout projet a un enjeu démocratique et le débat qu'il doit susciter compte plus pour certains que les opérations spectaculaires qui sont susceptibles d'attirer les grands investisseurs et les entreprises.

  • 3 Y. Tsiomis. "Des savoir sur la ville pour des projets urbains", La ville, le Courrier du C.N.R.S.,(...)
  • 4 J. B. Racine. La Cité entre dieux et les hommes, Hachette, 1993, p. 224.
  • 5 La ville, op. cit., no 81, 1994.
  • 6 Y. Tsiomis. Op. cit., no 81, 1994.

2Le projet urbain apparaît pour beaucoup de techniciens comme une réponse à la crise. "Le discours et le faire de l'architecte et de l'urbaniste s'appuient sur le constat de la crise et, à travers le projet, se fixent comme objectif son dépassement"3. Le projet urbain est cependant aussi un moyen de masquer l'absence d'un projet de société. Comme l'observe J.B Racine, tout nouveau projet semble être devenu pour les populations comme pour les spécialistes, une menace pour l'équilibre des villes4. Cette attitude repose sur l'impossibilité de cerner ce qu'est la ville et la synthèse proposée sur ce thème par le cnrs en est, d'une certaine manière, la parfaite illustration tant les thématiques abordées sont variées et parfois contradictoires5. La multitude des champs de recherches sur les villes montre bien que chaque discipline espère offrir un éclairage définitif mais qu'en fait le sujet est inépuisable à tel point que "la ville nous échappe"6 Mais en même temps la ville existe parce qu'elle est projet et parce qu'une collectivité a besoin de se créer des fictions, de les entretenir et de s'y attacher.

  • 7 J. de Courson. Le projet de ville : un essai pratique, Syros, 1993, 175 p.
  • 8 Trente et une villes moyennes ont été retenues. La plus peuplée, Le Havre, compte plus de 200 000 (...)

3Ce travail se référera au projet de ville, thème bien plus large que le seul projet urbain, puisqu'il permet de dégager des choix politiques, économiques, urbains, plus généralement les choix d'une société7. Comme la plupart des interventions à ce colloque concernent le plus souvent de grandes agglomérations, nous avons porté notre attention sur les villes moyennes8. Le projet existe-t-il en effet hors des grandes agglomérations et des métropoles qui, a priori, ont seules les moyens techniques et financiers pour remodeler l'espace urbain si on s'en tient au seul projet urbain des urbanistes ?

4Nous avons exploité la présentation de quelques cités dans la page "Heures Locales" du journal Le Monde durant l'année 1993. Certes, en optant pour ces documents nous avons parfaitement conscience que les sources sont inégales. De plus, l'échantillon laisse à désirer car bien des villes retenues le sont sur des critères pas toujours objectifs, leur édile étant souvent une personnalité importante de la vie politique française, élément qui a guidé le choix de la rédaction. Mais, au fond cela n'est pas gênant puisque notre analyse doit dégager des choix collectifs ou individuels et apprécier ainsi le rôle des acteurs. D'autre part, les différents journalistes ont insisté sur l'image de la ville et tenté de présenter ce qui est un élément important du positionnement des villes dans un espace économique toujours plus ouvert à la compétition. Le projet d'une ville ne s'adresse pas à ses seuls habitants, il contribue aussi à la faire connaître à l'extérieur et, à ce titre, ce qu'a retenu le journaliste au cours de ses entretiens, ce qu'il a voulu faire ressortir dans son papier, est également une manière de vérifier que la ville et ses acteurs savent communiquer et parler avec suffisamment de pertinence et de conviction.

Le projet économique : l'entreprise-ville

5La ville a toujours été le lieu où se concentrent de nombreuses entreprises parce que les économies externes y sont fortes. Durant les années de croissance, les édiles ont accompagné les demandes des entrepreneurs tout en essayant d'organiser un peu mieux l'espace urbain. C'est le temps de zones industrielles placées à la périphérie, le long des principales radiales dans le cas des villes moyennes. En ces temps de crise, de pertes d'emplois, on attend des élus d'autres solutions face aux difficultés et à la réduction des emplois. Dans ce nouvel environnement, le projet économique des villes moyennes se décompose en trois grandes orientations : sauvegarder la base industrielle quand c'est possible, améliorer l'attractivité de l'agglomération afin d'accueillir de nouvelles affaires, se donner les moyens de participer à la révolution industrielle en cours en renforçant les formations supérieures et en se dotant si possible de laboratoires de recherches.

6Si toute ville a du mal à s'extirper de ces héritages industriels, cela est encore plus sensible dans le cas des villes moyennes où on tente de sauver les activités qui ont, à un moment donné, porté le développement économique et qui, surtout, ont apporté un fort sentiment d'identité aux actifs de même, plus généralement, qu'à l'ensemble de la population. À Aurillac où on a conscience qu'il n'y a pas beaucoup d'alternatives aux activités liées à l'agriculture et, alors que le taux d'actifs dans l'industrie est deux fois plus faible que la moyenne nationale, on parie sur une spécialisation qui permette de faire de cette agglomération un pôle pour les industries agro-alimentaires fondées sur le lait. Les slogans jouent à fond la carte de l'air pur, de l'atout nature : "esprit vert et esprit vif" ou encore "mieux travailler vivre plus". À Lorient l'objectif de sauver la pêche est tout aussi fondamental et naturel que de conserver l'ancien arsenal. Si les villes des vieilles régions industrielles comme Thionville, Dunkerque, Valenciennes et Longwy ne peuvent empêcher le démantèlement des usines sidérurgiques, on cherche à maintenir l'orientation industrielle en favorisant de nouvelles implantations. Mais, à Roanne comme à Tulle, la crise des industries de l'armement met à mal un avenir qui paraissait si sûr que nul ne s'était préparé à affronter cette situation.

7Pour déjouer la crise il faut rompre l'isolement et montrer qu'on occupe une position de carrefour qu'il convient de valoriser pour fixer de nouveaux établissements. La plupart des villes de ce panel se proclament des carrefours et tentent de montrer que cette position est européenne. Dans le Nord-Pas-de-Calais, plusieurs villes moyennes veulent tirer parti du passage du tgv et de l'ouverture du tunnel. L'installation de Hagen-Dazs en 1991 permet à Arras de découvrir que sa situation est favorable : "Ce choix d'Hagen-Dazs prouve la vitalité du bassin agricole et la place stratégique de notre ville dans l'Europe". Pour Calais qui bénéficiait pourtant d'une rente de situation liée au trafic des ferries, l'avenir est bouleversé par le désenclavement côté terre grâce aux nouvelles voies autoroutières et à la venue du tgv. L'enclavement, responsable de tous les maux, est souvent réduit avec l'aide de l'État et des collectivités territoriales. Ainsi, Troyes, qui bénéficie du passage de l'A-26 et d'une nouvelle liaison avec Paris (A5), envisage de construire une plate-forme de transport pour valoriser cette convergence car on découvre que le passage d'un moyen de transport performant ne suffit pas pour générer des emplois. Mâcon l'a appris à ses dépens, car le tgv n'a provoqué aucun déclic et "la zone d'activité autour de Loché reste quasi désertique". Pourtant, bien des villes moyennes continuent de tenir un discours incantatoire sur le rôle les infrastructures qui doivent entraîner un nouvel élan. Dôle, moins de 30 000 habitants, s'autoproclame "Carrefour de l'Europe" en estimant être à la croisée des chemins entre deux axes majeurs : Paris-Suisse et Rhin-Rhône. Pau de son côté défend le principe d'une autoroute par le Somport qui la placerait en situation de carrefour important et dépense une énergie considérable pour imposer ce projet. Enfin, Le Havre a engagé un pari sur l'avenir en s'endettant dans la construction d'un des plus longs ponts à hauban du monde.

8Empêtrées dans leur culture industrielle, dans leur ancrage agricole et des fonctions de services pour leur zone d'influence, les villes moyennes ont cependant bien perçu que le développement économique exigeait une population active plus qualifiée et, si possible, des formations supérieures permettant éventuellement d'accéder à la recherche. Dans une vieille ville universitaire comme Angers on peut s'appuyer sur de nombreux laboratoires et fonder ainsi quelques espoirs dans le technopôle d'Angers dont le maire pense qu'il soutient la comparaison avec celui de Nantes. Ailleurs, il convient d'abord de se doter des structures universitaires et on s'y emploie dans toutes les villes moyennes de plus de 100 000 habitants ainsi que dans celles qui sont préfectures. La Rochelle bénéficie depuis peu d'une université de plein exercice que les élus veulent utiliser pour redynamiser une agglomération secouée par la crise des principaux établissements industriels depuis près de vingt ans. Pour le maire, c'est une "université du xxie siècle à vocation internationale", pour un coût de 250 millions, ce qui n'empêche pas les habitants d'estimer que cette université est la plus belle chose qui soit arrivée depuis la guerre. Ainsi s'explique le nouveau slogan "La Rochelle, haute définition" pour construire un projet sur le "double pari de l'intelligence et de la technologie". Dans bien des cas on est prêt à s'associer avec une autre ville moyenne pour décrocher cette structure universitaire. Lorient-Vannes (université de Bretagne-sud), Arras-Lens-Béthunes (Université d'Artois), Calais-Dunkerque, Annecy-Chambery appartiennent à ce type. Sinon, on se contente d'un ou plusieurs iut ou d'une antenne universitaire comme à Thionville, Périgueux, Troyes, Roanne, Rodez. Cette dernière ville a mené depuis plus de vingt ans une active politique de développement économique fondée sur des transferts de technologie et dispose de deux Centres régionaux d'innovation et de transfert de technologie (critt) dans l'agroalimentaire et dans le bois.

Le projet urbain : embellir la ville

  • 9 J. de Courson. Op. cit., p. 15.
  • 10 V. Biau. "Urbanisme et communication : dire et faire de la ville", in Penser la ville demain, L'Ha (...)

9Si l'objectif du projet urbain repose sur l'appel à des concepteurs "chargés de dessiner un morceau de ville ou la ville toute entière et de lui donner un dessein, voire un destin"9 peu de villes moyennes retenues dans notre étude comparative peuvent se targuer d'avoir un vaste projet urbain. En effet, aucune d'elle n'est une métropole, voire une capitale régionale et les moyens manquent pour imiter le discours "marketing" qui se tient à Montpellier ou Rennes, pour s'en tenir à des agglomérations de dimensions pas trop éloignées. L'urbanisme de communication, "sensible à la production d'un discours de type publicitaire sur la ville et sur l'action de ses dirigeants sur elle"10, est peu pratiqué car nul architecte de renom n'a été appelé pour opérer dans les villes analysées. Dans ces villes moyennes, l'urbanisme réparateur ou intégrateur est dominant parce qu'il est avant tout nécessaire de trouver des réponses face à des problèmes sociaux ou des déstructurations du tissu urbain. Toutefois, indirectement, en embellissant la ville on la rend plus attractive vis-à-vis de l'extérieur. En procédant ainsi on vise plus les touristes que les entrepreneurs, faute de pouvoir jouer dans la même catégorie que les métropoles mieux dotées en potentialités de toute nature.

10La plupart des villes moyennes retenues ont été touchées par le fonctionnalisme qui se traduit dans le paysage urbain par des zup, des zones d'activités, des voies de contournement. Peu d'entre elles ont, en effet, échappé aux grands programmes sociaux et économiques des années 1960-1970. Même les plus petites, à l'image de Dôle qui avait imaginé atteindre 60 000 habitants et avait lancé, sous l'impulsion de Jacques Duhamel, une première zup (Mesnils-Pasteur) rejetée le plus loin possible du centre-ville, ce qui lui vaut aujourd'hui de participer à un programme de dsq. À Blois, Jacques Lang fit de l'industrialisation, des rocades, des hôpitaux et de l'aménagement comme on en faisait pendant les années de forte croissance, puis il se lassa.

11Le cas de Blois est assez représentatif de l'urbanisme réparateur que l'on rencontre dans ces villes moyennes, à la différence près que l'ancien ministre de la Culture fit appel "pour redonner un ordre à cette ville qui n'en a pas" à Patrick Bouchain, le père des colonnes de Buren qui prit la tête de l'atelier d'architecture et d'urbanisme de la ville. Le centre vrillé autour du château jouait de moins en moins son rôle en raison d'une expansion qui s'est faite vers l'est puis vers le nord quand il fallut trouver des terrains pour les logements sociaux et les nouvelles entreprises quittant Paris. Un troisième pont pour améliorer les liaisons, une réhabilitation des tours de la zup, un réaménagement du quartier de la gare constituent les grands travaux actuels du maire.

12C'est un peu la même démarche qu'on retrouve dans trois villes portuaires comme Saint-Malo, Le Havre et Dunkerque. Il s'agit de mettre du liant dans un tissu urbain trop fragmenté en renforçant le centre. À Saint-Malo les projets sont pharaoniques puisque le maire souhaite déplacer la gare pour créer à son emplacement un véritable centre-ville, car la cité n'a pas de véritable unité en raison de la juxtaposition des quartiers à la suite de la fusion, il y a vingt-cinq ans, des trois communes de Saint-Malo, Saint-Servan et Paramé. Dans le cas du Havre, face à l'absence d'un véritable pôle rassemblant les habitants "d'en haut" locataires des hlm du plateau, ceux de "la côte" qui ont vue sur la mer et ceux "d'en bas" qui habitent dans la partie reconstruite par Auguste Perret, les élus se montrent plus prudents. Le projet consiste à améliorer la promenade de bord de mer fréquentée le week-end en rénovant complètement le littoral par des travaux paysagers qui doivent permettent aux Havrais "d'approfondir les liens passionnés qu'ils ont avec le grand large". C'est un peu la même volonté qui préside à Dunkerque avec le projet Neptune qui doit permettre de prolonger le centre-ville vers les bassins désaffectés de l'ancien port en y installant des administrations publiques. Pour Michel Delebarre, le projet doit "faire bouger la ville", mais il doute d'avoir les moyens financiers nécessaires pour aller vite.

13Donner de l'ordre à la ville est plus impératif encore dans le cas des villes moyennes des vieilles régions industrielles au sein desquelles les friches tracent des plaies béantes. Ainsi le cœur du bassin de Longwy est en friche. Du haut du Belvédère, jadis baptisé "balcon de la sidérurgie" on prend conscience que seule la ville haute à la pierre jaune, fortifiée par Vauban, semble avoir échappé aux affres de la crise alors qu'ailleurs les cités ouvrières, accrochées au coteau, surplombent les vallées quasi désertes. Si cet ensemble, qui constitue le pôle européen de développement (ped), peut compter sur l'appui de la Communauté européenne pour réussir sa reconversion industrielle, on se rend compte qu'il manque "une véritable agglomération avec une activité culturelle et commerçante soutenue". À Thionville, les friches sont aux portes de la ville et constituent une bien triste arrivée pour tous ceux qui se dirigent vers le centre. Toutefois, leur traitement suppose plus d'intercommunalité. La laideur de bâtiments industriels abandonnés ou encombrants n'est pas réservée à ces seules villes industrielles. Cherbourg accumule "laideur, laisser-aller urbanistique et médiocrité architecturale". L'immense zone portuaire est grillagée et l'arsenal militaire forme évidemment un ghetto dans la ville interdisant l'accès à une large partie de la rade. Aussi, un projet d'embellissement de la ville est prévu par la municipalité avec l'aide de l'Etat et de la communauté de villes qui se met en place.

  • 11 J. Rémy et L. Voye, La ville : vers une nouvelle définition ?, L'Harmattan, 1992, 173 p.

14La remise en ordre, l'embellissement supposent que la ville ait un centre digne de ce nom. De fait, ce dernier est l'objet de toutes les attentions et mobilise les élus. Cette démarche s'inscrit dans les politiques de réhabilitation menées à l'échelle du pays, mais ne traduit elle pas non plus le sentiment que le cœur de la cité est un élément fédérateur ? Dans la ville antérieure, le centre-ville était un "lieu de rencontre des quartiers et de manifestation d'une appartenance commune, reliant les spécificités des quartiers dans le cadre d'une totalité"11. Dans ce contexte, le centre est ainsi le lieu où les fonctions se superposent et, surtout, le lieu où se déroulent les activités vues comme les plus importantes, celles se situant au niveau hiérarchique le plus élevé. Il est en outre lieu symbolique par excellence, celui de l'histoire et de la mémoire collective. Pourtant, derrière les opérations portant sur les centres on trouve des politiques différentes.

15Ainsi, à Calais, l'intérêt de nouveau accordé au centre-ville tient aux craintes qu'inspire le développement d'un énorme complexe commercial d'Eurotunnel à proximité du terminal. La municipalité a décidé "d'armer la ville contre cette invasion commerciale" et pour y parvenir soutient un plan d'urbanisme censé donner à Calais "une image plus séduisante". La tâche ne sera pas aisée car il s'agit de ressouder Calais-nord et Calais-sud, deux ensembles qui sont reliés symboliquement par un hôtel de ville d'allure néogothique flamande qui parvient difficilement à égayer le couloir désolé qui permet de passer de l'une à l'autre.

16À Mâcon, le maire se vante d'avoir reconstitué le centre-ville là où certains élus se contentent de sauvegarder le leur. En effet, Mâcon a conduit une politique de développement très ambitieuse fondée sur une population de 100 000 habitants. Elle s'est accompagnée de la construction de zup, de la mise en place d'une voirie surdimensionnée suivant un modèle américain et d'une destruction d'une partie du vieux Mâcon. Le tout a par ailleurs laissé les finances communales exsangues. Toutefois, en redonnant ses couleurs italiennes à la plus méridionale des cités bourguignonnes, les élus ont évité la ville-musée en accordant une place importante à des programmes de logements sociaux grâce aux terrains acquis par les municipalités précédentes et au droit de préemption systématiquement utilisé depuis 1977. Si bien qu'une vie authentique se maintient dans les ruelles du centre.

17L'écueil de la ville-musée n'est pas facile à éviter quand on a la chance de disposer d'un patrimoine d'une rare qualité. Peut-être pour se démarquer de Strasbourg, la capitale régionale, et de Mulhouse au caractère plus industriel, les élus démocrates chrétiens qui ont dirigé Colmar depuis des lustres ont joué la carte du tourisme en mettant en valeur le patrimoine colmarien conservé intact. Maisons et bâtiments du Moyen Age, de la Renaissance et de la période classique se côtoient dans une remarquable continuité architecturale et historique. Cette politique a commencé avant même la loi Malraux et cela explique le haut degré de perfection atteint de même que le succès touristique puisque plus de deux millions de personnes fréquentent chaque année le centre de Colmar. Les rues ont été rendues aux piétons en 1975 tandis que les fils électriques étaient enterrés, les enseignes strictement réglementées, de même que l'usage des parasols. Pour le maire l'objectif est de "préserver l'œuvre des anciens. Colmar doit garder le visage accueillant d'une personne humaine qui bénéficie de l'environnement exceptionnel que constituent le vignoble et les Vosges".

18D'autres municipalités sont tentées d'emprunter la même voie faute de pouvoir développer des activités économiques nouvelles en cette période de crise. Tel est le cas de Périgueux dont le maire déclare : "L'image de marque de notre ville est désormais celle de son quartier historique". L'entreprise de réhabilitation a débuté dans les années 1970 et peut être considérée comme une réussite puisque le vieux Périgueux "jaillit de la gangue d'un ghetto insalubre" avec ses dédales de rues et de ruelles pavées, de places et de courettes dissimulées bordées d'immeubles allant du Moyen Age au xviiie siècle. Cette réhabilitation a offert un cadre prestigieux à l'activité commerciale malgré la concurrence des grandes surfaces à la périphérie et participe à la vocation touristique de la ville. Elle s'accompagne également d'un renforcement des fonctions culturelles que souligne l'implantation du récent palais des congrès tandis qu'un concours d'architecture est lancé pour la construction du futur musée gallo-romain au pied de la tour de Vésone.

Le projet culturel : retrouver l'unité de la cité

19La réhabilitation du patrimoine des centres-villes entre déjà dans le projet culturel. Mais les villes moyennes vont bien au-delà de cette approche en consacrant des sommes parfois importantes à la culture. Presque partout on construit de nouveaux bâtiments, on soutient des actions culturelles, et on finance largement des manifestations nationales, voire internationales. Aussi, on peut s'étonner de la place occupée par le projet culturel dans les politiques des villes moyennes, place à peu près identique, toutes proportions gardées, à ce qui se fait dans les agglomérations du niveau supérieur. Parmi les explications qui viennent immédiatement à l'esprit on trouve le rôle du tourisme. Certes, la grande majorité des villes moyennes, que nous comparons, dispose d'un patrimoine de qualité qui, en étant valorisé, permet d'attirer des touristes et d'ainsi diversifier l'activité économique locale. Mais, il convient d'aller plus loin et de s'interroger sur l'image que véhicule aujourd'hui la culture pour toute ville, même moyenne.

  • 12 J. Rémy et L. Voye, op. cit.
  • 13 M. Mac Luhan. Pour comprendre les médias, Paris : Seuil, 1968.
  • 14 A. Cauquelin. "Histoire de ville", in Penser la ville demain, L'Harmattan, 1994, p. 239-240.

20Selon J. Rémy et L. Voye, nous appartenons désormais à une société où "le projet personnel se substitue au projet collectif", la fête perd de son importance et elle est remplacée par des manifestations privées ou à caractère commercial12. Dans la ville éclatée actuelle "un même espace peut être partagé par des éléments de culture hétérogène dans la mesure où existent des compromis de coexistence ; inversement des homogénéités culturelles peuvent se développer à distance". Ainsi apparaît donc une possibilité d'hétérogénéité en interne et d'homogénéité en externe ce que Mac Luhan appelle le "village global" dans la mesure où des informations et des références lointaines peuvent être mieux connues que des événements se déroulant dans l'univers proche13. Si on adopte ce point de vue on comprend que certains puissent parler "d'esthététicothétique" pour exprimer le fait qu'urbanisme et architecture se réconcilient pour fêter la disparition de la ville alors que l'art est appelé à la rescousse pour remplir sa mission d'unificateur invisible. "L'esthétisation de la ville devient une mise en scène" et "les fêtes de l'art, de la musique, du cinéma, des galeries, des musées, les commandes d'événements et d'installation urbaine, festivals et tenues de colloque prendront en charge cette fausse vivante, cette demi-morte"14. Un tel scénario présente également l'avantage de forger une image et de permettre à des personnes extérieures de venir s'associer aux manifestations culturelles ou d'en partager les événements, même à distance.

21Une telle perspective n'est pas réservée aux seules eurocités ou autres eurométropoles. On comprend mieux, ainsi, que chaque ville moyenne retenue, de la plus petite à la plus grande ait au moins une politique culturelle à défaut d'avoir un projet culturel. Cela permet d'affiner l'image et le message que l'on souhaite porter à la connaissance de l'extérieur. Manquent à l'appel quelques-unes d'entre elles, plutôt celles qui sont encore engluées dans leur ruralité comme Aurillac, Rodez ou bien dans leur spécificité comme Auxerre qui préfère mettre en avant son équipe de football et ses retombées. Parmi les autres on dispose d'une multitude d'exemples. Ainsi Calais crée un centre international de la dentelle afin de faire le lien avec son passé mais surtout pour attirer les voyageurs qui se dirigent vers le tunnel sous la Manche. De son côté Périgueux qui ne peut se contenter d'énumérer ses activités culturelles communes à toutes les villes de la région, a répondu, selon son maire, à l'engouement culturel de la population en fondant le festival du mime, Mimos, désormais coté en France. Roanne a joué sur l'association des artistes présents dans la ville pour lancer en 1987 le Festival des arts de la table afin de créer des synergies entre faïenciers, tisseurs de nappe, orfèvres et verriers tout en concourant au renom de la cité.

22À Annecy le centre Bonlieu ouvert en 1981 offre le meilleur espace possible à la culture car c'est un magnifique point de rencontre, face au lac, proposant des salles de grande qualité pour des manifestations nationales. Enfin, à Chartres le maire souhaite construire le Centre international médiéval des bâtisseurs de cathédrale afin de bénéficier plus encore des retombées de la cathédrale classée par l'unesco, sans cesse mise en valeur grâce à de nombreuses fouilles. Autour de ce projet il y a la volonté de remodeler le centre historique en chassant les voitures et en apportant une nouvelle vie à ce quartier. Mais le coût de 140 millions pour les seuls investissements exige que l'État et la Région apportent leurs concours, à condition que soit respectée l'étude de faisabilité qui table sur plus de 800 000 personnes annuellement. Et on pourrait ainsi énumérer d'autres festivals ou d'autres manifestations culturelles fondées sur les spécificités locales.

23Dans cette longue liste il est souhaitable d'insister sur deux villes moyennes qui ont accordé au projet culturel une dimension plus importante, à tel point que l'avenir est largement hypothéqué dans le cas d'Arles. Angers a développé une politique dans ce domaine depuis les années 1970 et poursuit dans cette voie, de telle façon que 18 % du budget de la cité est destiné à la culture, soit trois points de plus que les villes de même dimension. Cependant, ces choix ne pèsent pas trop sur le budget de la ville. Depuis 1978, Angers accueille le Centre national de la danse contemporaine. Ensuite, pour valoriser la fabuleuse tenture de l'Apocalypse accrochée dans le château, Angers a créé un Centre régional d'art textile et est devenu une des capitales en la matière en y ajoutant d'ailleurs un musée de la tapisserie contemporaine. On trouve aussi d'autres programmations locales qui vont du théâtre au rock si bien que la ville résiste à l'attraction parisienne, pourtant plus sensible depuis que le tgv met Angers à une heure et demie de Paris.

24Le cas d'Arles est plus exceptionnel encore, car la ville bénéficie d'un patrimoine remarquable qui explique l'utilisation de superlatifs souvent exagérés mais non dénués de fondement : "Arles nombril du monde ", "ville-musée", capitale romaine et "dernier bastion de la romanité". De fait, cette ville moyenne dispose d'outils culturels exceptionnels, par rapport à sa taille, en raison de l'action de nombreuses personnalités et du maire qui les a soutenues tout en développant ses propres projets. Il en est ainsi du musée archéologique, l'irpa (Institut de recherches sur la Provence antique), qui ouvrira prochainement et dont la mairie a soutenu l'initiative. De même, les rencontres de la photo créées par L. Clergue, connaissent un retentissement qui dépasse le cadre national, ce qui a conduit à l'installation d'une École de la photo avec l'appui de J. Lang et M. Vauzelle. À côté de ces fortes personnalités on trouve aussi des entreprises culturelles telles les Editions Actes-Sud qui font autorité dans la littérature étrangère et animent un pôle culturel (cinéma, débats, concerts) ou encore Harmonia Mundi la plus grande maison française de disques. De son côté le maire a imposé son projet de médiathèque (Espace Van Gogh) dont l'entrée est gratuite. Mais tout ceci est à l'origine d'un endettement sévère de près de 800 millions de francs. Certes, cette situation tient à la crise économique qui a frappé Arles au début des années 1970, mais les projets sont sûrement surdimensionnés et certains accusent la municipalité d'avoir sacrifié les spectacles vivants au profit de ces équipements particulièrement lourds qui ne parviennent pas à attirer les visiteurs pendant toute l'année.

Conclusion : projet de ville ou projet de la ville

25Les villes moyennes sont capables de définir des projets, de les mettre en œuvre, même si l'ampleur de ces derniers a le plus souvent un impact réduit sur la forme urbaine. Il s'agit bien dans la plupart des cas de trouver une réponse à la crise économique et urbaine, de prendre en compte les concurrences interurbaines et de se donner une image plus séduisante dans et hors de la ville. Mais cette politique est-elle due à la seule volonté des élus, contre leurs habitants parfois, comme le montre le cas d'Arles, ou bien les projets sont-ils le reflet d'un dialogue entre le maire et ses électeurs ? Quelle est au fond le degré de mobilisation des forces vives et de participation des habitants dans les choix que nous avons présentés, puisque les débats autour du projet sont tout aussi importants que les réalisations ?

26Il convient d'abord de souligner qu'il y a des villes moyennes sans projet, ou bien sans moyens réels pour initier une telle démarche soit parce que les choix antérieurs pèsent sur le budget, soit parce que les moyens financiers manquent alors qu'existe une volonté collective. À propos de Carcassonne les opposants ne se privent pas de souligner que "c'est une ville en panne de tout, une ville immobile depuis longtemps, transformée en maison de retraite et gérée comme telle, c'est-à-dire sans projet à long terme, par des gens qui ne pensent qu'à leur réélection". De fait, on peut regretter que cette ville n'ait pas joué plus à fond la carte du tourisme en s'appuyant sur la Cité, une des rares perspectives de développement économique. Mais, au-delà de ce cas particulier, il convient de réfléchir sur la léthargie qui semble dominer dans certaines de ces villes.

27Malgré sa dynamique, Angers est qualifiée de "vieillotte" par ses habitants, tandis qu'à Arles on insiste sur le respect de la tradition. Arras est jugée "ville endormie", Carcassonne est une "ville en panne", Dôle apparaît "indolente" et Troyes est comparée à la "belle au bois dormant". Autant d'indications sur une gestion de père tranquille remise en question par l'accentuation de la crise, par la concurrence qui se manifeste entre les villes. Or, pour faire face à cette nouvelle donne, toutes les villes moyennes ne sont pas armées de la même manière et les volontés politiques sont plus ou moins affirmées. À Thionville, le maire communiste admet, désabusé, qu'il va falloir "améliorer notre communication. L'image de la ville a pris tellement d'importance..." Or face à la diminution de la population liée à la crise de la sidérurgie, la ville n'a pas su proposer un projet de développement alors que par ailleurs la vie associative est très forte. On relève la même inhibition à Tulle décrite par un journaliste du journal local comme une ville "irriguée par un réseau associatif dense et une franc-maçonnerie bonhomme, mais complètement dépourvue d'esprit d'entreprise et incapable de répondre à la crise de l'armement". Est-ce un problème spécifique aux municipalités communistes ?

28En partie seulement, car intervient également la longévité de l'équipe municipale qui émousse les initiatives et la volonté de bien des élus de ne pas secouer une population peu préparée à être bousculée. Si Arras a pu paraître assoupie pendant la période G. Mollet c'est bien que ce dernier a accentué son côté de ville fonctionnarisée en maintenant éloignées les grandes unités industrielles réputées "nids à syndicalistes". À Troyes le maire reconnaît que sa ville a pris quinze ans de retard sur les voisines. Le discours est sensiblement identique à Bayonne malgré des réalisations assez nombreuses. "Bayonne n'a pas vocation de devenir une grande capitale. Je souhaite qu'elle reste une ville moyenne où il fait bon vivre, où les gens se connaissent" déclare au journaliste le maire H. Grenet qui vient de renoncer à un mandat supplémentaire. Comme à Carcassonne bien des édiles sont prisonniers d'un système clientéliste qui assure leur réélection mais ne facilite pas la mise en œuvre de projets puisque celle-ci a souvent pour objet de remettre en cause certains équilibres.

29Le dynamisme local est faible et les projets peu ambitieux quand les responsables politiques et économiques ne sont pas en phase. Dans trop de villes moyennes, mais cela ne leur est pas spécifique, on se marque et on se déchire dans des luttes d'influence assez stériles. A contrario, les réussites montrent ce que peuvent donner des ententes. Ainsi à Arras, le maire socialiste et le président de la Chambre de commerce et d'industrie collaborent de telle manière que tout industriel intéressé peut s'adresser à l'une ou à l'autre des deux administrations. À La Rochelle, l'ensemble des responsables se mobilise derrière le projet de la mairie de transformer le centre-ville et de redynamiser la ville en s'appuyant sur l'université. Dans les deux cas des appuis ont été obtenus auprès du département et de la Région.

30Force est d'admettre que les élus qui vont de l'avant s'attirent des inimitiés de la part d'une partie de la population, mais cette opposition résulte également d'un déficit démocratique dans le fonctionnement de la cité. Dans la majorité des cas le projet de ville est celui du maire et de son équipe et rares sont en effet celles qui associent les habitants à leur démarche. Une forte vie associative n'est pas un gage de partenariat comme le montrent les exemples de Thionville et de Tulle. Dans cette dernière, les associations sont à l'origine de la réhabilitation du centre et réalisent ce que la mairie n'a pas osé tenter. En revanche, à Annecy l'ensemble des personnes considèrent que la gestion de la ville n'a pas été anarchique parce que son développement a été parfaitement maîtrisé par "un groupe d'élus visionnaires adeptes de la démocratie directe". Il est vrai que la mairie, tenue par la famille Bosson depuis 1954, a pu s'appuyer sur des forces locales pétries d'humanisme, investies dans une forte vie associative et trouver auprès du sociologue J. Dumazedier une aide précieuse pour imposer une "civilisation des loisirs" qui fait la réputation d'Annecy. Cet exemple souligne bien que le projet n'aboutit qu'avec la durée.

31Plusieurs des villes moyennes présentées ici ont un projet d'agglomération, mais une seule, Valenciennes, le met en avant dans les entretiens accordés aux journalistes du Monde. J.-L. Borloo s'est assuré l'appui des administrations et des forces vives locales réunies dans une Association pour le développement du Valenciennois. Le projet d'agglomération définit quatre stratégies en tenant compte des spécificités des quatre territoires retenus : Condé, Denain, Saint-Amand et Valenciennes. Il convient de réhabiliter les espaces urbanisés, de désenclaver la région à cause de nouvelles voies autoroutières. La présence d'une Université et de laboratoires de recherches doit permettre de donner un nouveau départ aux activités industrielles et la création de valuval assure une interface entre entreprises et chercheurs, ce qui, à terme, doit conforter la vocation technologique du Valenciennois. Enfin, la nouvelle équipe joue l'ouverture européenne afin de bénéficier de la solidarité transfrontalière avec le Hainaut belge.

32Cette réflexion sur le projet de ville amène à poser également la redoutable question de l'intercommunalité. Le sujet étant d'actualité au moment de la parution des articles dans Le Monde, les journalistes y accordent dans presque chaque cas une place importante. Mais c'est pour constater que les blocages demeurent malgré diverses tentatives de coopération. À Mâcon, la ville-centre a tenté d'annexer les communes voisines dans le cadre du Grand-Mâcon. Elle se trouve aujourd'hui en opposition avec une association qui réunit ces mêmes communes qui réfléchissent à une coopération intercommunale sans la ville-centre. On devine sans peine les conflits politiques sous-jacents et certains dénoncent une "intercommunalité de quartiers préjudiciable à l'intérêt général". Sans aller jusqu'à ces extrêmes le cas de Mâcon est représentatif de la situation la plus fréquente. Heureusement, d'autres ont fait un choix différent tel Rodez qui dispose d'un district depuis 1964 et peut ainsi financer un certain nombre de projets avec l'aide des communes du Grand Rodez et recevoir aussi pour cette raison l'appui de l'État et de la Région. Peu d'entre elles, enfin, ont compris que les projets peuvent s'intégrer dans la complémentarité offerte par un réseau de villes. C'est la solution retenue par Annecy qui tient à se rapprocher de Chambéry et à s'associer à Aix-les-Bains et Annemasse pour renforcer le pôle universitaire et présenter un front commun face à l'administration, pour défendre une ligne ferroviaire à grande vitesse complémentaire du tgv Lyon-Turin.

Liste des villes moyennes retenues

Angers (141 400/208 282)

La Rochelle (71 094/100 264)

Annecy (49 644/126 729)

Le Havre (195 854/253 627)

Arles ((52 058)

Longwy (15 642/41 300)

Arras (38 983/79 607)

Lorient (59 271/115 488)

Aurillac (30 773)

Mâcon (37 275)

Auxerre (41 164)

Périgueux (30 280/63 322)

Bayonne (40 051/136 000)

Roanne (41 756/77 160)

Blois (49 318/65 132)

Rodez (24 701/51 064)

Calais (75 309/101 768)

Saint-Brieuc (44 752/83 861)

Carcassonne (42 450)

Saint-Malo (48 057)

Chartres (39 595/85 933)

Thionville (39 712/132 413)

Cherbourg (27 121/92 045)

Troyes (59 255/122 763)

Colmar (63 498/83 816)

Tulle (17 164/20 000)

Dôle (26 577)

Valenciennes (38 441/338 392)

Dunkerque (70 125/190 879)

Vesoul (17 614/28 735)

(population de la ville/population de l'agglomération)

Notes

1 "Comprendre, penser, construire la ville", Direction de l'architecture et de l'urbanisme : Le projet urbain, Késako ?, 1993, p. 7.

2 Intervention de C. Trautmann, in "Comprendre, penser, construire la ville", Direction de l'architecture et de l'urbanisme.

3 Y. Tsiomis. "Des savoir sur la ville pour des projets urbains", La ville, le Courrier du C.N.R.S., no 81, 1994.

4 J. B. Racine. La Cité entre dieux et les hommes, Hachette, 1993, p. 224.

5 La ville, op. cit., no 81, 1994.

6 Y. Tsiomis. Op. cit., no 81, 1994.

7 J. de Courson. Le projet de ville : un essai pratique, Syros, 1993, 175 p.

8 Trente et une villes moyennes ont été retenues. La plus peuplée, Le Havre, compte plus de 200 000 habitants dans l'agglomération, la moins peuplée, Tulle, en a 20 000. Aucune n'est une métropole ou une capitale régionale mais la plupart sont chefs-lieux de préfecture. Voir la liste ci-dessus.

9 J. de Courson. Op. cit., p. 15.

10 V. Biau. "Urbanisme et communication : dire et faire de la ville", in Penser la ville demain, L'Harmattan, 1994, p. 245-255.

11 J. Rémy et L. Voye, La ville : vers une nouvelle définition ?, L'Harmattan, 1992, 173 p.

12 J. Rémy et L. Voye, op. cit.

13 M. Mac Luhan. Pour comprendre les médias, Paris : Seuil, 1968.

14 A. Cauquelin. "Histoire de ville", in Penser la ville demain, L'Harmattan, 1994, p. 239-240.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search