Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

I. Le sens et les enjeux du projet

Du projet d'agglomération au projet urbain : allers et retours ou aller simple ?

Jean Marieu

Texte intégral

Un vide dans la recherche urbaine française

1Le récent bilan des travaux du pir-ville, si on le considère comme un reflet assez fiable de la recherche urbaine française, suscite chez l'aménageur urbain des sentiments contradictoires (La ville, été 1994). La jubilation, tout d'abord, que l'objet soit reconnu comme réel et majeur par une aussi large gamme de disciplines, et que l'aliment soit si riche. Le socle de "culture urbaine" (Roncayolo, p. 7) qui est proposé est en effet remarquablement vaste, et, comme le remarque D. Pumain en exergue de sa contribution, "(La) connaissance est utile à l'aménagement des territoires". En l'occurrence, il s'agit de "La dynamique des systèmes de villes", mais le propos peut évidemment être étendu à l'ensemble des contributions. Cette pétition de principe générale ne blessera personne, il n'est pas sûr pour autant qu'elle emporte la conviction, tant il est vrai qu'il y a entre la connaissance et l'action nombre de seuils difficilement franchissables : le saut épistémologique de la créativité, fruit d'un long apprentissage de la projection et de l'imagination que la culture ne peut remplacer, ou encore les barrières culturelles entre corporations, et notamment entre ingénieurs et scientifiques.

2Nous parlons donc de socle culturel car, en matière d'aménagement, c'est-à-dire de changement dirigé des espaces, territoires et lieux urbains, le propos n'est pas seulement de savoir et de comprendre, ni même d'avoir clairement identifié les forces et les processus de changement, mais de les avoir organisés en corps de doctrine pragmatique, politiquement et techniquement fondé. Il n'est pas encore prouvé qu'il y a place pour une recherche en aménagement, du moins dans la division scientifique du travail de culture française car la question est résolue positivement et depuis longtemps dans les pays anglo-saxons. Mais son créneau, s'il existe, est évidemment dans la réflexion sur ces processus, sur leur cohérence, sur leur efficacité fonctionnelle, sociale, culturelle. Apports qui seraient, qui seront ( ?), de l'ordre de l'ingénierie, mais surtout du management des organisations publiques : "une histoire de marteaux et de vis", comme dit P. Calame (1993), estimant qu'on ne "s'est pas donné assez de temps pour aller voir dans les cuisines et s'y livrer à un travail de dissection patiente".

3Or le panorama du pir est pratiquement vide à cet égard, d'où notre sentiment de perplexité, faisant immédiatement suite à celui de jubilation.

4Certes, il est question de Projet Urbain : mais sous l'angle des "Formes et paysages" (p. 111), évidemment réducteur, Y. Tsomis (p. 134) nous affirmant d'ailleurs que le projet urbain, ainsi conçu, "apparaît dans l'impossibilité d'articuler un quelconque projet social", et constatant non sans regret que la floraison des projets urbains est inversement proportionnelle à la capacité de produire un projet de société urbaine. Dès lors, il nous importe peu que les apports techniques ou morphologiques au projet urbain soient présents et judicieux, si la démarche même de projet, multiforme, contradictoire, mais nécessairement d'essence sociale et politique n'est pas abordée. Nulle trace, non plus, de propos sur le "Renouveau de la planification urbaine" (Telex dau, juin 1990-J. Frebault, 1990). Certes, Palard (Gouverner de l'îlot à l'agglomération, p. 86) nous parait très concrètement aborder la question des bases territoriales de la planification, et Guengant nous rappelle la nécessité, indispensable, de gouverner selon ses moyens. Mais, décidément, l'analyse de la planification urbaine, réductrice d'incertitudes et productrice de sens, est absente.

  • 1 "Comment reprendre pied sur un champ laissé en friche par la recherche urbaine depuis quinze ans, c (...)

5Pour rendre compte de cette lacune, les hypothèses sont légion, une seule étant catégoriquement exclue, c'est l'absence de matière. Par contre, qu'il y ait une sorte de partage des tâches entre milieux techniques et scientifiques paraît plus vraisemblable, les chercheurs répugnant à empiéter sur le domaine des praticiens, et celui-ci n'ayant pas, ou pas encore accédé au statut d'objet de recherche. Mais surtout, la conviction que la "ville ouverte n'est un territoire administré, ni un système contrôlé", et qu'il serait "incongru de parler de plan ou de normes", qu'exprime G. Dupuy en introduction, semble largement partagée ; elle est de nature à décourager les tentatives d'exploration des actes de planification ou de projection, vécus comme des épiphénomènes sans impact sur le réel. Qui ne lit dans cette vision une sorte de "datarisation" de la recherche urbaine, fourmillant de réseaux et de systèmes, probablement relancée par la recherche de commande financée par la Datar depuis cinq ans au titre de la prospective du territoire ? Somme toute, entre l'anatomie-physiologie de la ville (chacune considérée comme une personne vivante digne d'être considérée isolément), et la sociologie des villes (le comportement des groupes de villes), le balancier penche aujourd'hui dans le sens du second terme1.

6C'est donc, à tout le moins, un assez étonnant clivage qui s'opère entre la recherche officielle et le mouvement non négligeable de développement tant des "projets de ville ou d'agglomération" que des "projets urbains" dans les principales agglomérations de l'hexagone, sous l'impulsion du ministère de l'Équipement.

Planification de croissance et planification de crise

7En ces temps de crise, et tout spécialement de crise de la ville, s'engager dans un "projet" représente pour les collectivités urbaines le plus souvent un exorcisme, parfois une démarche de mobilisation et de communication, rarement un acte de développement raisonné et de vraie réponse à ladite crise. Le terme, en soi, véhicule toutefois une image de volonté et d'intelligence prospective qui tranche avec les concepts homologues de la phase de croissance urbaine, tels qu'opération et schéma (celui-ci perdurant dans les "schémas directeurs"), et exprime assez bien la prise en charge de leur destin par des collectivités récemment "décolonisées". Du projet d'agglomération au projet urbain en passant par le projet de ville, il n'y a pas qu'un effet de zoom ; change non seulement la nature même du projet, mais aussi la stabilité du concept. En effet, si le sens et le contenu du projet d'agglomération paraissent aujourd'hui bien établis, il n'en est pas de même du projet de ville, a fortiori du projet urbain. Ce dernier terme étant l'objet d'une querelle fondamentale quoique larvée entre deux écoles, celle du dessin et celle du dessein, que les projets urbains du moment parviennent difficilement à concilier.

  • 2 Information orale non confirmée. 16 projets d'agglomération étaient publiés ou en cours en juillet (...)
  • 3 Il s'en explique ainsi : "nous utiliserons l'expression 'projet de ville' soit comme concept généri (...)

8L'histoire récente du projet d'agglomération a dix ans dans ce pays. Il prend sa source dans la création du Syndicat d'études et de programmation de l'agglomération Lyonnaise (sepal), puis se cristallise par la publication de lyon 2010 en 1988, modèle à bien des égards de tous les projets d'agglomération du pays. Il s'institutionnalise à l'occasion du colloque national "Renouveau de la planification urbaine" de décembre 1989, dans un climat de réformisme rocardien (Telex dau, juin 1990), s'épanouit par la mise en chantier, puis la publication de près de trente projets d'agglomération à ce jour2, dont celui de Strasbourg (1990) ne le cède en rien à celui de Lyon en lucidité et audace raisonnée. Enfin, J. de Courson tire en 1993, avec une grande économie de mots et non sans humour, les leçons de son expérience, initiée précisément à Lyon, en baptisant "Le projet de ville" un ouvrage tout entier consacré.... au projet d'agglomération3 !

  • 4 Le recours à des hypothèses d'explication structurelles, qui s'impose évidemment, ne doit pas condu (...)

9Il n'est pas fortuit que Lyon ait été le creuset de cette reconstruction, tant y sont réunis aussi bien les enjeux forts d'une demande nouvelle de planification que les moyens politiques et techniques de sa production4. La nouvelle phase de planification urbaine se distingue en effet radicalement de la planification de croissance qui avait inspiré la lof (Loi d'orientation foncière) du 30 décembre 1967. En principe, il ne s'agit plus seulement, comme à travers les Schémas directeurs d'aménagement et d'urbanisme qui ont jalonné les années soixante-dix, de légitimer les dépenses d'investissement d'infrastructures accompagnant les opérations de croissance ou de restructuration urbaine zonées, sous l'égide de l'État et selon ses normes idéologiques et techniques.

10Désormais plus libres de leurs mouvements, mais aussi orphelines de la tutelle intellectuelle de l'État, les villes affrontent pendant la décennie quatre-vingt de multiples défis qui les conduiront à partir de 1985 à construire une planification de crise. L'impulsion primitive est triviale, à vrai dire : face à la montée du contentieux juridique sur l'urbanisme qui, depuis la décentralisation, a compensé la quasi-absence de contrôle de légalité de la part des préfets, les collectivités qui ont, si l'on peut dire, le malheur de disposer d'un sdau travaillent sans filet. En effet, la jurisprudence, comme le montre avec éclat l'annulation récente du permis de construire la grande surface de bricolage Leroy-Merlin à Toulouse, permet en fait, ne serait-ce qu'indirectement, d'opposer le sdau aux demandes des tiers, et les associations environnementales ne s'en privent pas. Or ces sdau, préparés il y a déjà vingt ans dans le contexte idéologique des Trente glorieuses, sont tous largement caducs et prêtent à tout instant le flan à une attaque en règle. D'où l'urgence de les réactualiser.

11Mais ce n'est qu'un reflet de la crise, l'essence en est ailleurs. Dans la crise, sociétale plus que sociale, que décrit le rapport Geindre (Commissariat général au plan, 1993), ou qu'analyse R. Petrella (1993) dans des termes d'un foisonnement tout latin. Dans la compétition assumée entre eurocités, depuis la révélation des rapports Guichard (1986) et Datar-Reclus (1989). Dans l'obsolescence rapide des structures matérielles, qui réduit à néant l'espoir caressé au début de la décennie de pouvoir se contenter de "gérer" la ville, et impose au contraire de lourdes restructurations, sur le thème de la reconstruction de la ville sur elle-même.

12Le rôle de la planification de crise, dès lors, est de proposer un compromis, réduit à l'essentiel des choix stratégiques, entre ces défis largement contradictoires : solidarité-compétitivité, force économique-agrément de la vie quotidienne, image internationale-vie citoyenne dans les quartiers, investissements lourds indispensables-pression fiscale supportable. Le projet d'agglomération crée ainsi un môle de résistance, visible, lisible et fiable, moins sensible aux aléas, suscitant ainsi mobilisation et confiance tant au sein de la population qu'en termes d'image extérieure. Mais il assume une autre fonction, qui est propre à ce niveau de projet. En France, depuis la décentralisation, les agglomérations sont des sortes de confédérations politiques à pouvoir central faible, où se sont multipliés les centres d'initiative locaux, communaux ou endossés par les maires. Cent projets n'en font pas un, et le rôle du projet d'agglomération est d'offrir un processus d'arbitrage, une voie de médiation, ou à défaut un discours d'intégration a posteriori, des multiples initiatives proprement incohérentes, concernant les infrastructures, mais aussi la politique du logement, les équipements culturels, la promotion des sites d'activités. Sont visés, en particulier, les "projets urbains" conduits par les communes. S'il est des cas où une telle tentative est désespérée, et nous craignons que ce ne fût le cas de Bordeaux, Lyon présentait par contre, sans conteste (G. Blanc, 1993), cette situation favorable, dite de confinement, que décrit P. Calame (1991, cité par de Courson) où, température (la force des enjeux), et pression (l'énergie ou le leadership politiques) étant suffisants, une charte commune peut être élaborée. Elle précède et accompagne les documents juridiques ou programmatiques plus précis, tels que sdau, phl, mais surtout programmes d'infrastructures

Projets de ville et projets urbains : vers la maturation du sens

13Si, du projet de ville, on retient la définition élémentaire qu'en donne de Courson, c'est-à-dire...un projet d'agglomération mono-communale, et où par conséquent la dimension majeure de la régulation inter-communale est absente, le débat tourne court : retour à la case précédente. Mais ce n'est pas le cas général. En effet, le thème du projet de ville s'inscrit, dans la pratique et dans la littérature, dans une large plage de sens, en partie commune avec le projet urbain, et qui va de la charte de développement au dessin de ville. D'une part, il peut désigner le document de planification à moyen terme qu'une commune, au sein d'une agglomération multicommunale, élabore isolément afin en définitive de faire valoir ses droits au sein de l'ensemble. C'est en ces termes, par exemple, que Toulouse, en position dominante dans son agglomération, établit sa stratégie et fait connaître ses vues à ses partenaires. Mais le projet de ville, c'est aussi la formule qu'utilise l'agence d'urbanisme de Strasbourg pour montrer la dimension structurante du tramway, dans une formule de titre, "Le tramway comme projet de ville", (dau, 1993, p. 54), immédiatement remplacée dans le cours du texte par celle de projet urbain, qui est aussi reprise dans la courte monographie dudit projet présentée infra sous le titre..."un projet pour une métropole" ! Comprenne qui pourra ; une seule certitude, le sens n'est pas encore établi solidement, donc pas encore conceptualisé.

14Au demeurant, dans la contribution la plus synthétique du même recueil, "Comprendre, Penser, Construire la ville" (p. 38), qui est à la fois un bilan et une apologie de la démarche de projet urbain dans ce pays, F. Ascher souligne qu'il s'agit d'une "notion essentiellement ambigüe née de la convergence récente en France de trois types de signification, le projet urbain politique, le projet urbain opérationnel, et le projet urbain architectural et urbanistique". C'est évidemment la position, réconfortante, qui permet de donner au terme de projet son sens plein. Mais il faut bien reconnaître que ni l'usage dominant ni l'origine historique de la formule ne consacrent ce sens large, le projet urbain n'étant qu'une extrapolation, dans le langage des architectes, du projet architectural, "une conception dessinée intégrant les exigences d'un programme" (Ascher, ibidem). C'est bien ce sens que Bernard Huet, un maître de l'art, retient, en considérant pour sa part, implicitement, que la définition globalisante d'Ascher n'est pas pertinente, et qu'il s'agit d'une "manière de produire de l'espace ou de la forme" (p. 8). Alberti est appellé à la rescousse, selon qui "la ville est comme une grande maison, alors que le projet d'architecture est comme une petite ville". On craint d'entendre là les mêmes propos qu'il y a une génération, lorsque, dans les débats sur la réforme des écoles d'architecture, le propos dominant était celui de la continuité entre architecture et urbanisme : simple question d'échelle. La rupture épistémologique profonde entre town planning et urban design était ainsi niée. Huet, toutefois, corrige le tir en soulignant que l'objet du projet urbain est de produire de la continuité et de la régularité, en intégrant l'innovation et en la subordonnant au temps long de la ville. L'espace public est l'outil majeur de cette pratique.

15Très répandue, cette dernière démarche de projet urbain consiste en somme à recoller les morceaux. L'échelle est souvent vaste, c'est le cas au Havre, à Strasbourg, où le projet urbain renoue les liens entre quartiers distendus par l'histoire. En fait, à l'école de l'"urban design", on réhabilite la composition urbaine en retrouvant le sens de l'emballage et de l'assemblage formel. La production d'espace public, et notamment des jardins, crée du lien, produit de l'identité, et s'évalue selon des critères esthétiques et symboliques. Elle participe de l'embellissement urbain sans méconnaître le fonctionnel le plus trivial, c'est-à-dire la circulation, en passant par les processus de valorisation de l'adresse, elle retrouve le sens de la rue et du forum comme lieux de socialisation (Guy Henry, 1992).

16Fragments de ville, de différentes échelles, d'une ville hachée par la crise et la friche, mais tout autant par le fonctionnalisme hâtif ou la promotion lourde, sans intégration, dépourvue de tout souci contextuel et de toute exigence publique à cet égard. Somme toute, dans ces conditions, le projet urbain refait, non pas constamment mais par saccades, ce que la pratique promotionnelle et architecturale courante défait quotidiennement : non seulement cela reste la règle la plus générale aujourd'hui, mais les maîtres d'œuvre anglo-saxons en ont pour la plupart fait leur doctrine, contre un Antoine Grumbach qui prêche dans le désert. Tant il est vrai que le respect de la règle de pos se révèle impuissante à produire la continuité recherchée, ce pos fût-il "qualitatif". Œuvre de réparation épisodique que l'on peine à transformer en pratique courante : c'est en plein dans ce sens que les excellentes Chroniques d'urbanisme (Cuillier, 1994, p. 251) présentent le projet urbain comme une sorte de règle de comportement, réintégrant "l'art urbain et la composition urbaine" comme une composante permanente de l'action de planification urbaine.

Dérives

17Qui se plaindrait d'un retour de l'art urbain, et à travers lui, de la notion d'embellissement ? Mais on n'imagine pas que cette seule démarche de raccommodage formel puisse être le remède unique à la rupture du lien urbain, puisse lutter contre les forces d'éclatement et de ségrégation, puisse, en un mot être l'instrument stratégique fondamental de régulation de la crise. D'autant que cette démarche court des risques évidents de dérive, nullement imaginaires, mais quotidiennement constatés.

  • 5 Plaider ici pour la force et l'autonomie de l'acte de programmation ne signifie nullement que l'on (...)

18Le premier est de faire l'économie du programme. Même quand le propos se limite, si l'on peut dire, à recoudre du tissu urbain, le programme est un passage obligé, en ce sens que la programmation est moins l'acte technique de dresser l'inventaire des demandes et des attentes, et de les organiser, que l'acte politique du maître d'ouvrage qui définit ses ambitions, ses concepts, ses objectifs, et le sens d'utilité publique de son action5. Qu'il soit assisté dans cette tâche ne permet pas aux responsables politiques de faire l'économie d'une intelligence personnelle des problèmes posés et d'un engagement sur les choix. essentiels, qui sont par essence des choix de société. Rien de plus redoutable par conséquent que la formule "le projet, c'est le programme" (Arc-en-rêve, 1990). Car, si elle souligne la force d'un paysage urbain composé et dessiné, elle donne aussi à entendre, et c'est bien ainsi que tout le monde la comprend, que la conception formelle est une fin en soi, et permet de faire l'impasse non seulement sur les contenus des "pleins", considérés comme indifférents, mais aussi sur la nécessité d'un engagement programmatique politique concernant les "vides".

19Le second type de dérive touche les "projets urbains" d'un type différent, qui visent moins à renouer des fragments qu'à transformer profondément l'un de ces fragments de ville, retrouvant ainsi le sens premier de la notion, selon la définition d'Ascher. En règle générale aujourd'hui, la plupart des situations visées concernent des sites de restructuration urbaine, grand ensembles en liaison avec la politique de la ville (dau, 1991-1993), ou friches industrielles ou industrialo-portuaires. Quoique plus préoccupante, la dérive que l'on y constate trop souvent est de même nature puisqu'elle consiste à demander au dessin, non pas d'exprimer une stratégie de transformation économique et sociale, une régulation des forces qui distendent les liens sociaux et urbains, mais au contraire de couvrir l'absence de dessein politique La différence entre "vrais" et "faux" projets ne saute pas aux yeux, puisque, très souvent, les documents présentés au public sont à peu près identiques. C'est pourquoi, d'ailleurs, G. Henry propose de renoncer au dessin (Comprendre..., p. 48). Et il est vrai également que la forme des documents sous lesquels sont présentés les "opérations" d'urbanisme de type zac, cadre administratif de nombreux "projets urbains", tout en manquant cruellement de sex-appeal, n'en sont pas moins, trop souvent, vides de sens stratégique. On n'en conclura pas pour autant, à l'instar de Tsomis, à une incapacité structurelle de la société urbaine actuelle à produire du projet social, mais plus sûrement, ne serait-ce que par hypothèse, à une défaillance de fond dans le gouvernement des agglomérations françaises.

À Bordeaux, entre projet d'agglomération et projet urbain, no bridge ?

20Grosso modo, riche ou vide de sens, le projet urbain n'est donc autre qu'un outil d'intervention territorial, mettant en œuvre le cas échéant les orientations stratégiques du projet d'agglomération, tout en les construisant. Classique urbanisme opérationnel ? Oui et non. Oui, car il s'agit bien en définitive de produire de la matérialité urbaine, de "construire la maison-ville". Non, car la démarche n'est plus formellement "top-down", on l'a vu. À tout le moins, et dans le meilleur des cas, elle est itérative entre planification d'ensemble et initiatives localisées, les remontées, le "bottom-up", alimentant le projet d'agglomération. Cette itération fonctionne-t-elle, est-elle même dans la nature des choses et des rôles ? L'exemple bordelais nous donne l'occasion d'en douter, sans être nécessairement probant car l'état d'atonie du système de gouvernement local y a atteint un niveau-limite, inconnu ailleurs en France dans une agglomération du même type. Nous allons tenter d'esquisser, très sommairement et en guise de conclusion, le schéma des rapports entre ces deux formes de planification sur ce cas d'espèces.

21La commune de Bordeaux s'honore, ou du moins son maire, d'un projet urbain présenté comme le plus vaste d'Europe, le "Projet des deux rives" (P2R), présenté au public dans ses grandes lignes à l'automne 1994 après deux ans d'études conduites par S. Goldberg, délégué à l'aménagement et au développement urbain de la ville de Bordeaux, et D. Perrault, architecte. L'enjeu est majeur, il s'agit très concrètement de définir une vocation pour un colossal ensemble de friches portuaires, industrielles et ferroviaires, situées tant au centre-ville et dans les quartiers d'aval de rive gauche (les Chartrons et Bacalan), qu'à La Bastide, quartier industriel et populaire de rive droite en déshérence. Ces terrains sont déjà dans l'escarcelle des pouvoirs publics et para-publics, ou vont y tomber incessamment (fig. 1). Que faire ?

Fig. 1 – Projet des deux rives

Fig. 1 – Projet des deux rives
  • 6 Le fait de citer ces recommandations sans les commentaires que ne peut autoriser la longueur de cet (...)

22D'un autre côté, après de multiples efforts destinés à convaincre des élus communautaires récalcitrants, la Communauté urbaine de Bordeaux et l'Agence d'urbanisme communautaire (aurba) ont produit en novembre 1993, après trois ans d'études et en prélude à une révision du sdau, un "Projet d'agglomération" resté en principe confidentiel, puisque, depuis lors, il n'a pas franchi le barrage de l'approbation communautaire. Non qu'il ait été refusé, il n'a pas été présenté ! Que l'on ne s'attende pas à trouver dans ces deux documents de macro et micro-urbanisme, mis à l'étude et publiés à un an d'intervalle par deux collectivités connexes placées sous l'autorité du même leader, le moindre discours construit sur leurs interrelations. Le Projet d'agglomération, finement écrit mais peu développé, construit à partir d'une consultation des vingt-sept communes de la cub, est adepte du consensus mou et ne pousse pas loin les retombées territoriales précises de ses positions stratégiques. Tout au plus peut-on trouver au total quatre brèves allusions aux lieux concernés par le P2R6 :

  • la nécessité d'utiliser les quartiers péricentraux comme sites d'expansion des fonctions centrales à l'étroit dans l'hypercentre peu malléable en raison de son classement comme secteur sauvegardé vise la Bastide et le quartier de la Gare St-Jean ;

  • la "mise en valeur du fleuve" est présentée comme un volet d'une politique touristique ;

  • deux éléments de programme lourds sont jugés nécessaires et leur localisation dans le périmètre préconisé, un palais des congrès, et un nouveau site universitaire, qui pourrait prendre place à La Bastide ;

  • enfin, aucune précision n'est donnée sur le système de voirie à l'exception d'une ouverture sur les alternatives de contournement autoroutier de l'agglomération, et notamment aucune hypothèse sur le problème crucial du franchissement du fleuve ; mais la nécessité du métro est rappelée, reliant les deux rives. Projet de métro refusé depuis lors à l'automne 1994, en plein cœur de l'exposition sur le Projet des deux rives !

23Autant dire que si rien n'interdit formellement le "P2R" en termes d'orientations stratégiques, rien non plus ne l'installe comme un projet lourd de sens à l'échelle de l'agglomération, potentiel objet de négociation, voire de troc, selon la méthode communautaire dominante (Marieu, 1991). Aucun choix d'équipement lourd, enfin, n'est préconisé, aussi bien en termes d'infrastructures que de superstructures, qui puisse lui donner du grain à moudre ou lui faciliter la tâche.

24Si le projet présenté sous le nom de D. Perrault a séduit les Bordelais, qui se sont présentés en masse à l'exposition tenue dans le site symbolique du hangar 15, c'est sans doute en raison de ses qualités intrinsèques, mais aussi parce que, par sa malléabilité, par son niveau d'engagement extrêmement modeste, par son habileté à esquiver les problèmes, et aussi par son apparente modestie, il est de nature à rassurer une population qui est devenue à la fois très sceptique sur les projets de la municipalité, tous avortés, et aussi peu portée à l'aventure. La qualité de la communication a fait le reste.

25L'argumentaire général de justification du projet, qui esquive prudemment l'enjeu essentiel que nous avons signalé plus haut, est de bon sens, mais aussi de lieu commun : "scandale" des friches, déshérence de lieux prestigieux, nécessité de réconcilier la ville et son fleuve, rééquilibrage économique et social des deux rives (non seulement de la ville de Bordeaux, mais de l'agglomération) et enfin reconstruction d'un rapport de force moins défavorable à Bordeaux dans la cub.

26Le P2R propose tout d'abord un programme d'embellissement, et c'est même l'essentiel de son propos, en réhabilitant une approche qui est décidément bien négligée dans cette ville : jardins, mails, promenades, belvédères, etc. En un mot, le traitement de l'espace public. Au demeurant plus traité comme élément de décor que comme élément de structure, mais le principe est bon, d'ailleurs déjà affirmé, avec peu de succès jusqu'alors, par l'opération "Vivre et Circuler en ville" (1991). Encore que l'urgence d'"embellir" le centre (Comédie, Chapeau Rouge, etc.) l'emporte et de loin sur le traitement des quais qui n'en sont que le prolongement.

27L'approche spatiale du secteur de La Bastide s'opère en redonnant à l'axe de l'avenue Thiers toute son importance, alors que le Projet précédent du groupe Ardeur l'ignorait superbement. Le quartier lui-même de la Bastide n'est pas complètement ignoré, même s'il est curieusement borné et vierge de toute proposition dans sa partie habitée. Les contorsions d'expression, écrite et graphique, n'empêchent pas de voir que, par conviction ou prudence, l'équipe de S. Goldberg a retenu le principe de sauvegarder l'intégrité et l'accessibilité de la rade urbaine. Même si les arguments économiques appuyés sur les croisières ne sont pas convaincants, l'exceptionnelle force symbolique de ce site commande son respect... et par conséquent les surcoûts considérables de traversée du fleuve.

28Le concept de mixité, qui est un aimable fourre-tout, a au moins le mérite de mettre conceptuellement un terme à la division fonctionnaliste de l'espace qui a marqué si désastreusement les réalisations antérieures de Bordeaux et d'ailleurs. Plus facile à dire qu'à faire, toutefois. Car, avant tout, la mixité fonctionnelle, sociale, formelle, passe par l'extrême diversité des opérateurs, pratique radicalement contraire aux lois économiques actuelles de l'aménagement.

29Au-delà de ces approbations de principe, la perplexité l'emporte quant au contenu du projet, à sa force opératoire, à sa stratégie. Tout d'abord, la justification de l'extension démesurée du périmètre, apparemment appuyée sur le caractère symbolique du retour au fleuve, ainsi que par la situation générale d'abandon des sites concernés, n'est fondée que sur une délimitation englobant les limites des friches disponibles à court ou moyen terme. La solidarité des deux rives n'est qu'une manœuvre, largement destinée à évincer Bofill, consultant d'un précédent projet limité au site de Queyries en rive droite, et conduite par un lobby "moderniste". Au demeurant, le P2R fait fi de cette solidarité, à raison. Il n'y a aucune unité opérationnelle ou esthétique dans les divers quartiers ou sites retenus, et le projet est d'ailleurs morcelé en douze séquences aux liens nuls ou ténus. D'un point de vue fonctionnel, par contre, l'approche simultanée des deux rives est pertinente et même trop restreinte (car il faut remonter en amont au moins jusqu'au boulevard J.-J.-Bosq), mais le projet présenté est ...muet sur ce thème. Le problème du franchissement du fleuve est en effet aigu, il se traite à l'échelle du sdau, il met en jeu une multitude possible de réponses, selon que l'on choisit ponts ou tunnels, l'amont ou l'aval en priorité, le métro ou pas.

30Le P2R n'a pas, ou n'a pas eu, les moyens politiques et techniques de proposer une solution à ce problème, sur lequel le pa s'était aussi prudemment abstenu d'avancer la moindre proposition. Solution tout entière, à l'époque, entre les mains de la communauté urbaine qui a opposé une attitude d'obstruction à l'initiative de la ville de Bordeaux. Or ce problème frappe pratiquement de nullité la seule proposition de composition urbaine lourde avancée par le projet, à savoir le système du pont jumeau et du doublement de l'avenue Thiers. La solution proposée, sur le seul plan fonctionnel, ne semble susceptible de résoudre ni le fonctionnement de la tête de pont (bien au contraire), ni le désengorgement des quais entre le pont de pierre et le cours Xavier-Arnozan, encore moins l'apaisement de la circulation automobile dans le centre. On nous dit qu'il s'agit d'un pont dit "urbain" sans autre fonction que de desserte et de décoration. On peut douter que la cub puisse se payer ce luxe.

31On s'est livré à cet égard à un petit jeu innocent, consistant, sur la base des deux critères essentiels déterminant les tracés majeurs que sont la desserte en transports en commun (métro ou non) et le franchissement d'aval, sauvegardant ou non la rade urbaine, à esquisser quatre scénarii alternatifs élémentaires. Démarche à laquelle nous invite le projet Perrault, puisque se présentant comme ouvert à toutes les hypothèses. On obtient ainsi quatre scenarii très contrastés, dont il est facile de montrer que chacun offre un visage de la ville radicalement différent :

  • Scénario 1 (Métro et pont du Médoc fixe) : mort de la rade, mais reconquête des quais aisée ;

  • Scénario 2 (pas de métro, tramway de surface sur le pont de pierre et l'avenue Thiers, pont du Médoc fixe) : abandon du tracé de la nouvelle avenue à la Bastide, sans objet ; quais reconquis ; circulation automobile interne au centre nécessairement réduite.

  • Scénario 3 (métro, pas de nouveau pont) : rade libre, navires au centre ville, mais quais encore très encombrés ;

  • Scénario 4 (pont jumeau, tramway sur les ponts jumeaux) : rade libre et quais encombrés, mais bonne efficacité du tramway, utilité de l'avenue nouvelle en rive droite.

32On notera qu'aucun de ces scenarii n'est exempt de contradictions ni de critiques, mais notre objet n'est pas ici de présenter des contre-projets !

33Ainsi, totalement inachevé sur ce thème essentiel, et par conséquent de publication très prématurée, le P2R ne l'est pas moins sur d'autres sujets. Sur la rive gauche, il est réduit à une démarche d'embellissement faute de pouvoir aborder la seule question clef, qui est celle de la reconfiguration de l'axe de circulation et de l'espace à reconquérir : tout en le dénonçant, il est totalement muet sur les voies et moyens de récupérer l'espace abandonné au stationnement sauvage ou organisé. Même silence sur le quai de la Grave. Les éléments de programme importants susceptibles d'être développés sur ce site restent ainsi en l'air.

34Sur la rive droite, la position conceptuelle essentielle paraît redoutable : il s'agit de l'idée d'extension du centre de Bordeaux. Sans se cramponner à une position trop dogmatique sur la centralité on peut admettre l'installation sur le site de Queyries de quelques équipements publics qui pourraient peut-être difficilement trouver place ailleurs. Mais il faut éviter de renouveler l'erreur constante de la municipalité depuis trente ans, qui a laissé filer un nombre considérable d'opérations tous azimuts sans s'assurer de la bonne fin des précédentes. Et d'autre part, à programme équivalent, la priorité absolue est, dans le périmètre actuel du centre, de mener à leur terme un nombre considérable de projets en instance, inachevés ou en faillite. Il est douteux que l'économie bordelaise, que ses responsables ont depuis deux siècles une coupable propension à surestimer, soit en mesure de supporter une nouvelle extension du centre qui ne serait pas un déplacement et une faillite de l'existant. À moins de mettre sous ce mot, mais c'est une tout autre histoire, un programme majoritairement d'habitat, ce qui serait éminemment recommandable.

35Le seul élément de programme qui soit en rive droite considéré comme à peu près fiable est la création d'un nouveau site universitaire. Fiabilité soumise toutefois à la capacité financière de la ville de Bordeaux pour le foncier et de la Région pour l'immobilier. Mais au-delà de ce problème financier, la proposition appelle plusieurs remarques. Tout d'abord l'attribution d'une lanière de 25 ha d'un seul tenant fait courir le risque de reconduction d'un nouveau campus monofonctionnel, alors que c'est l'occasion ou jamais de tenter de créer un quartier universitaire moderne immergé dans la ville et lié à la vie économique et sociale. Encore faut-il que les établissements choisis soient les mieux à même de développer un tel concept. D'autre part, à la place des responsables universitaires nous négocierions une situation moins reculée que le cul-de-sac attribué (et pourquoi pas le site de Queyries ?) ainsi que l'assurance formelle d'un désenclavement préalable par transport en commun en site propre, d'autant plus opportune après...l'"enterrement" du projet de métro.

À situation de crise, réponse aléatoire ?

  • 7 Perrault a hérité à ce titre du surnom de "D. Dominique le jardinier". Pourtant, une première réali (...)

36En définitive la principale critique que l'on puisse formuler envers ce projet est le caractère prématuré de sa publication, qui contraindra le futur maire au cours de son premier mandat à se contenter d'inaugurer les chrysanthèmes, de planter des baliveaux7, et de saluer l'installation d'éléments de mobilier léger. Bonne occasion de se refaire une santé financière. Puis de renouer avec la cub un rapport raisonnable, le temps d'arrêter les projets d'axe nord-sud et de franchissement, dont il ne faut pas croire qu'ils pourront se multiplier dans les vingt prochaines années. Au terme de ces travaux incontournables, et qui ne sont autres que les fruits d'un projet d'agglomération conduit à son terme, que l'on s'attende à ne pas reconnaître le bébé, ce qui impose une grande prudence dans les déclarations. Ainsi, faute de pouvoir proposer au maître d'ouvrage aucune solution à ses problèmes, une stratégie de levée des contraintes, les voies et moyens de la réalisation, on court ici le risque de tomber dans un urbanisme de papier comme il y a une architecture de papier.

37D'où la surcharge du discours sur la durée, les aléas, la gestion de l'incertitude, la malléabilité d'orientations qui ne sont pas des propositions, etc. Attitude sage, car l'essentiel, le pont jumeau, a déjà volé en éclats. Le bruit court chez les courtisans que l'indécision érigée en système est une stratégie très subtile pour les temps à venir ; on tâchera de s'en convaincre, mais alors pourquoi ne pas débaptiser le ... Projet ?

Bibliographie

Bibliographie

arc-en-reve. Bordeaux, port de la lune, architecture 89. Bordeaux : Arc-en-Rêve, 1990.

brunet Roger (dir.), boyer Jean-Claude (collab.). Les villes européennes : Rapport pour la DATAR. Montpellier : reclus ; Paris : Documentation Française, 1989. 79 p.

calame, Pierre. Une histoire de marteau et de vis. Economie et Humanisme, no 325, juin 1993, p. 6-7.

calame Pierre. Projets de ville, projets de vie, Esquisse d'une théorie de l'action collective. Actes, no 5, octobre 1991.

cnrs. La ville. Courrier du CNRS, no 91, été 1994. 184 p.

Communauté urbaine de Bordeaux, Bordeaux Métropole. Projet d'agglomération. Bordeaux : cub, 1993. 79 p. + Annexes.

Communauté urbaine de Strasbourg. Projet d'agglomération. Strasbourg : cus, 1990. 132 p.

courson Jacques de. Le projet de ville : un essai pratique. Paris : Syros, cnfpt, 1993. 175 p.

cuillier Francis. Strasbourg, chroniques d'urbanisme. La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, 1994. 261 p., Coll. le Monde en cours.

Direction de l'Architecture et de l'Urbanisme. Comprendre, penser, construire la ville ; Projet Urbain : de l'intention à la réalisation, repères méthodologiques. Paris : mett-dau, 1993. 83 p.

frebault Jean. Le renouveau de la planification urbaine en France (conférence de presse). Paris : mett-dau, 6 juillet 1990. Pag. mult.

geindre François, Lemonier Pierre (collab.). L'attribution des logements sociaux : rapport au Ministre de l'Equipement, du Logement, des Transports et de la Mer et au Ministre-délégué au Logement. Paris : melt, 1989. 39 p.

guichard Olivier. Rapport dit "Olivier Guichard" de la commission de réflexion sur l'aménagement du territoire. Paris : sn, 1986. 103 + 31 p.

marieu Jean. Intercommunalité de guichet ou intercommunalité de projet Observations sur un grand projet de la Communauté urbaine de Bordeaux -CPAU - Plan urbain - Note de recherche, septembre 1991. 35 p.

petrella Ricardo. Demain, les villes européennes. Économie et humanisme. no 326, octobre 1993, p. 60-70.

Renouveau de la planification urbaine - Lyon - 13 et 14 décembre 1989 ; Actes du colloque national. Telex DAU, no hors série, juin 1990.

Syndicat d'Étude et de Programmation de l'Agglomération Lyonnaise. Lyon 2010 : Un projet d'agglomération pour une métropole européenne, études préparatoires au nouveau schéma directeur de l'agglomération lyonnaise. Lyon : sepal, 1988. 193 p.

sud-ouest. Bordeaux les deux rives : Projet d'aménagement des deux rives de la Garonne, Dominique Perrault, Architecte urbaniste. Sud-Ouest, no spécial, supplément au journal no 15455, vendredi 14 juin 1994. 20 p.

ville de bordeaux. Vivre et circuler en ville à Bordeaux. Étude sous la direction de L. Béchaud, juin 1991, 44 p.

Notes

1 "Comment reprendre pied sur un champ laissé en friche par la recherche urbaine depuis quinze ans, celui du rôle de la puissance publique", telle est la question que lancent P. Aubertel, D. Béhar et Cl. Gillio en introduction des Chroniques du Plan Urbain de septembre 1995. Propos qui confirme notre appréciation.

2 Information orale non confirmée. 16 projets d'agglomération étaient publiés ou en cours en juillet 1990. D'autre part, les quelque 185 contrats de ville engagés lors du CIAT du 29 juillet 1993, sans compter les 13 contrats de la première génération, ont conduit, parfois mais rarement, à des travaux qui s'apparentent par certains aspects à des projets d'agglomération.

3 Il s'en explique ainsi : "nous utiliserons l'expression 'projet de ville' soit comme concept générique, soit lorsqu'il s'agit d'une seule commune, et 'projet d'agglomération' lorsqu'il s'agit d'un ensemble intercommunal".

4 Le recours à des hypothèses d'explication structurelles, qui s'impose évidemment, ne doit pas conduire à passer sous silence le rôle déterminant de J. Frébault dans cette phase d'"urbanisme de crise", d'abord à la tête de l'agence d'urbanisme de la COURLY, puis de la direction de l'Architecture et de l'Urbanisme au ministère de l'Équipement.

5 Plaider ici pour la force et l'autonomie de l'acte de programmation ne signifie nullement que l'on est attaché à une forme particulière, et généralement préalable, de présentation d'un programme. Il est parfaitement possible, bien au contraire, de concevoir dans ces cas-là une démarche dite de "programmation générative" qui permet de conduire simultanément et itérativement programmation et projection, à condition que l'on soit lucide sur la spécificité de chaque type d'acte.

6 Le fait de citer ces recommandations sans les commentaires que ne peut autoriser la longueur de cet article, ne signifie nullement approbation de notre part.

7 Perrault a hérité à ce titre du surnom de "D. Dominique le jardinier". Pourtant, une première réalisation d'envergure est intervenue au printemps 1995, il s'agit des "Allées de la Bastide". Réalisées avec un goût très sûr, d'esthétique minimaliste, elles offrent un heureux contraste avec le paysage "libanais" qui les entourent, dégagent une coulée verte de l'avenue Thiers au fleuve, et proposent en outre une esplanade engravée non affectée qui peut offrir un terrain d'exercices à de multiples activités collectives.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Projet des deux rives
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search