Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

I. Le sens et les enjeux du projet

Projet de ville et projets urbains sont-ils incompatibles ?

François Tomas

Texte intégral

  • 1 Saint-Etienne qui fut la première grande ville industrielle de France est entrée dans un processus (...)

1Dans l'histoire de l'aménagement des villes les vingt dernières années sont exceptionnelles. Il a suffi, en effet, de ces deux décennies pour que, dans de nombreuses villes du monde occidental, on passe de l'effacement de l'urbanisme fonctionnaliste à des formes alternatives qualifiées de projet urbain, avant de revenir à une planification globale qui n'ose pourtant pas toujours se revendiquer en tant que telle. C'est cette double modification que j'analyserai dans cette communication à partir de trois cas correspondant à des villes fort différentes tant par leur taille que par leurs conditions politiques, économiques, sociales et culturelles : Saint-Étienne, une grande ville française progressivement ravalée au rang de ville intermédiaire, Barcelone, une métropole européenne qui s'est épanouie avec l'ouverture internationale de l'Espagne, et Mexico, une mégapole confrontée aux problèmes du gigantisme et de l'épuisement du milieu dans lequel elle a grandi1.

Apparition et affirmation du projet urbain

2Dans ces trois villes c'est, avec un certain décalage, à partir de la fin des années soixante-dix, qu'apparaît le projet urbain, en réaction contre les excès d'un urbanisme fonctionnaliste dominateur.

3À Saint-Étienne le changement se produisit dès 1977 en relation avec deux séries de données convergentes. Tout d'abord le mouvement urbano-populaire qui, comme dans les autres villes françaises, s'alimentait à la fois de l'expérience bolognaise et des analyses marxistes de l'École de Sociologie Urbaine de Paris ; mais aussi le virage opéré, à la suite de la crise économique du début des années soixante-dix, par le gouvernement conservateur avec l'interruption des grandes opérations d'habitat social et la priorité donnée à la réhabilitation des formes urbaines héritées, qu'elles soient anciennes (Opérations Programmées d'Amélioration de l'Habitat - opah) ou récentes (opérations Habitat et Vie Sociale - hvs). L'équipe de gauche, avec un maire communiste, qui remporta les élections municipales de 1977, n'eut d'ailleurs pas à interrompre un urbanisme agressivement fonctionnaliste, dans la mesure où il l'avait déjà été à partir de 1974 par la crise économique.

4Si elle put, en revanche, très rapidement (dès la fin de 1977), lui substituer une autre politique, c'est qu'elle avait été préalablement préconisée par des universitaires coopérant avec des urbanistes. Cette nouvelle politique donnait la priorité à la réhabilitation des quartiers anciens et à la restructuration des zup et des zac, ainsi que des friches industrielles. Elle se fondait sur l'idée que la ville, produit de l'histoire, juxtaposait des quartiers différents et qu'il fallait en tirer les conséquences tant au niveau politique (mise en place de comités de quartiers) qu'à celui de l'aménagement.

  • 2 Cf. Tomas François. "Le projet urbain et la forme urbaine", in Cahiers du Laboratoire de Géographi (...)

5C'est dans ce contexte, en échangeant réflexions et expériences avec d'autres responsables politiques et techniciens des villes françaises, à l'occasion de colloques et d'assemblées des agences d'urbanisme ou des sociétés d'économie mixte (sem), qu'apparut et s'affirma le projet urbain. Cinq traits principaux le caractérisaient2 :

  • il se voulait l'expression d'une volonté politique de la société et non le produit d'une réflexion pseudo-scientifique ;
  • il était respectueux de l'histoire qu'il se proposait de poursuivre, ce qui ne signifie pas nécessairement l'imiter ;
  • il s'efforçait d'enrichir et d'étendre le concept de patrimoine et donnait la priorité à la réhabilitation ;
  • il portait une attention particulière à la requalification des friches industrielles (notion apparue en même temps que celle de projet urbain) ;
  • il se traitait à l'échelle de l'espace vécu et perçu par les habitants.

6Si j'en rappelle les traits qui le caractérisèrent plutôt que d'en donner une définition c'est que le projet urbain n'est pas un néologisme estampillé dont un auteur nous aurait dès le départ fourni le mode d'emploi en même temps que la signification. Il s'est d'abord imposé comme une pratique, dès les années soixante en Italie, avant de gagner la France au début des années soixante-dix, par le relais de Grenoble. Quant au terme lui-même, tout ce que je peux en dire c'est que je l'ai entendu pour la première fois à la fin de 1977 au cours d'une réunion de travail entre spécialistes de l'urbanisme et que l'emploi en a été généralisé en France avant la fin des années quatre-vingt.

7À Barcelone la mutation s'est également produite à l'occasion d'un changement politique mais de manière encore plus radicale dans la mesure où les élections municipales de 1979 marquaient le retour de la démocratie après quarante années de dictature franquiste. Si cette dernière avait, tout comme le nazisme, commencé par refuser la modernité architecturale et urbaine, elle s'y était, dès les années soixante, ralliée. Du moins, comme dans le reste de l'Europe, à sa forme abâtardie, dont les groupes bancaires intéressés par l'urbanisme s'étaient fait les promoteurs jusque vers le milieu des années soixante-dix. Depuis lors les financiers s'en étaient retirés et l'urbanisme fonctionnaliste était en pleine crise dans les villes espagnoles comme dans le reste de l'Europe.

8Autrement dit, pas plus qu'à Saint-Étienne, la nouvelle municipalité barcelonaise de gauche, avec un maire socialiste dans son cas, n'a eu à interrompre une politique urbaine qui était déjà bloquée depuis des mois. Mais là encore elle apportait avec elle un projet mûri depuis des années à partir des réflexions des Universitaires et des travaux pédagogiques de l'École d'Architecture. Comme à Saint-Étienne c'est d'ailleurs à un Universitaire que l'on confia la responsabilité politique de l'aménagement de la ville ; mais là au moins on osa réorganiser les services techniques municipaux et on donna la direction de l'urbanisme à l'architecte Oriol Bohigas.

  • 3 Ajuntament de Barcelona. Urbanisme a Barcelona. Plans cap al 92, Barcelona : Area d'Urbanisme i Ob (...)

9Ce dernier, qui revendiquait une "ville par fragments", se proposa de "la reconstruire à partir de ses creux", suivant une formule heureuse qui lui est due. Ainsi furent lancés "cent projets" qui présentent toutes les caractéristiques que j'ai déjà évoquées. Avec toutefois une dimension supplémentaire : la volonté systématique de structurer chaque projet à partir d'un espace public dont la création est confiée à un architecte. C'est d'ailleurs là que les architectes catalans (professeurs et anciens élèves de l'École d'Architecture) purent donner la pleine mesure de leur esprit créatif. De multiples publications insérées dans les revues spécialisées ou financées par la mairie3 furent, par ailleurs, chargées de le faire savoir au monde entier.

10Le cas de Mexico est apparemment différent. D'abord parce que les années soixante-dix y furent celles de l'expansion pétrolière et que la crise économique ne s'y fit sentir qu'à partir du krach financier de 1982. Ensuite parce qu'il n'y a pas eu d'alternance politique et que le Régent du District Fédéral (en fait la ville-centre, le reste de l'agglomération s'étendant sur un nombre sans cesse croissant de communes de l'État de Mexico) y a toujours été un membre du parti prédominant, le pri (Parti Révolutionnaire Institutionnel), nommé par le Président de la République.

  • 4 María Emilia Herrasti. Organización popular y cooperativa de vivienda en un barrio deteriorado de (...)
  • 5 Dans la diffusion de cette prise de conscience sont intervenus des Universitaires imprégnés des th (...)

11Mais Mexico a connu depuis le début des années cinquante de profondes transformations menées suivant les principes de l'urbanisme fonctionnaliste et il en est résulté, comme dans l'ensemble du monde occidental, une "crise urbaine" au sens où l'entendaient les chercheurs de l'École de Sociologie Urbaine de Paris. Ce fut particulièrement le cas dans les quartiers populaires qui enserrent le centre historique, que les pouvoirs publics auraient voulu remodeler en un central business district (cbd) de type nord-américain. C'est là qu'émergea, à partir de 1976, un mouvement urbano-populaire4 suivant le processus connu en Amérique Latine sous le nom de "concientización", prise de conscience de ce que, sous couvert de modernité et d'urbanisme scientifique, la rénovation urbaine vise à expulser les familles pauvres des quartiers centraux pour laisser la place à la spéculation immobilière5.

12Dans le quartier de Tepito ce mouvement donna naissance à une association culturelle, Arte Acá, qui commença à couvrir les façades des vecindades de peintures murales. Ces dernières s'inscrivaient bien entendu dans la grande tradition du muralisme révolutionnaire et elles avaient pour but de protéger les édifices, en faisant des œuvres d'art, contre toute menace de rénovation-bulldozer. En collaboration avec les professeurs et les étudiants de la Faculté d'Architecture (le taller 5 dit "autogobierno") les associations d'habitants élaborèrent même un projet alternatif de réhabilitation du quartier qui fut honoré par un premier prix au Congrès International d'Architecture de Varsovie en 1981.

  • 6 Je crois y avoir contribué par la série de conférences et de séminaires que j'ai prononcés, animés (...)

13Ce projet n'est pas qualifié de projet urbain puisque ce terme n'a commencé à être utilisé par les Mexicains qu'à la fin des années quatre-vingt6 mais il en présente, avant la lettre, toutes les caractéristiques. Récusant le zonage de "l'écologie urbaine" alors en vogue il prône, en effet, la mixité des fonctions et propose la réhabilitation d'une forme architecturale et urbaine assimilée par les pouvoirs publics à des taudis, celle de la vecindad. Mais d'une vecindad renouvelée, qui concilie les avantages de la convivialité assurés par la cour intérieure avec ceux du confort et de l'intimité familiale. Il affirme, d'autre part, le rôle des associations d'habitants comme acteurs à part entière dans la production et dans la gestion de leur quartier.

  • 7 Ministère de l'Urbanisme et de l'Ecologie.
  • 8 Les deux participations étrangères vinrent de Barcelone (Jordi Borja. Políticas en la ciudad : urb (...)
  • 9 Bien que terrible ce séisme n'ait ravagé que le centre de Mexico : environ 40 km2 sur un espace ur (...)
  • 10 René Coulomb, Priscilla Connoly, Emilio Duhau. Cambiar de casa pero no de barrio, Mexico, cenvi/ua (...)

14Contrairement à ce qu'avaient espéré les propriétaires la défection des promoteurs ne permit pas aux pouvoirs publics de réaliser la rénovation de ces quartiers et la crise économique des années quatre-vingt fit ranger dans les placards toutes les épures. La Secretaría de Desarrollo Urbano y Ecología7 (sedue) créa même un Instituto sedue chargé de réfléchir sur une nouvelle politique urbaine et plaça à sa tête une historienne de la ville, adepte de l'École des Annales, Alejandra Moreno Toscano, qui déclara qu'il n'y aurait plus à Mexico d'autre Tlatelolco — allusion au grand ensemble de 11 000 logements en 110 immeubles construit non loin du centre-ville (sur les terrains d'une ancienne gare de triage) par Mario Pani dans les années soixante. C'est cet Instituto sedue qui organisa en août 1988, en collaboration avec l'unam (Universidad Nacional Autónoma de México), un colloque sur la "Modernización de las ciudades en México" pour faire le point sur les nouvelles conditions de l'aménagement urbain8. Entre temps la reconstruction du centre de Mexico, après le terrible séisme de septembre 19859, avait été menée en abandonnant les modèles fonctionnalistes et en reprenant l'esprit des projets de réhabilitation élaborés à la fin des années soixante-dix, ce qui permit de conforter la présence de l'habitat populaire dans le centre historique et dans les quartiers qui le bordent au nord (Guerrero, Tepito, Morelos) et à l'est (La Merced).10

  • 11 Si les habitants du District Fédéral, les deefeños, n'élisent pas encore leurs conseillers municip (...)

15Ce mouvement connut même un prolongement inattendu dans les quartiers aisés avec la généralisation des zedec (Zonas Especiales de Desarrollo Controlado). Quand elles furent créées, il s'agissait simplement de placer sous contrôle public l'évolution d'un petit nombre de site (Tacuba, Tacubaya, Tlalpán) pour y renforcer les centres commerciaux et de services secondaires qui avaient commencé à s'y développer. Mais à la fin des années quatre-vingt une association d'habitants qui souhaitait préserver le caractère résidentiel du quartier aisé de Polanco demanda que cette procédure lui soit appliquée pour limiter au contraire le processus de tertiairisation qui était en train de rapidement transformer l'usage des sols. Après concertation on parvint à un compromis qui admit la vocation tertiaire des trois axes parallèles de Mazarick, Horacio et Homero tout en protégeant les autres rues contre un changement fonctionnel. Le précédent fit école et dans les mois qui suivirent des demandes équivalentes furent présentées dans d'autres quartiers aisés ou de classes moyennes-hautes, certaines d'entre elles étant même suscitées par des députés du pri soucieux de garder le contact avec leurs électeurs11.

Des projets urbains au projet de ville

  • 12 Cf. à titre d'exemple l'ouvrage publié par le Centre Georges Pompidou : Banlieues fragiles, Paris  (...)

16Alors que les pouvoirs publics mexicains ouvraient une petite porte au projet urbain, l'aménagement des villes prenait une toute autre tournure en Europe. Tout semblait pourtant devoir favoriser cette nouvelle conception. Sur le plan conceptuel, en effet, l'urbanisme n'était plus considéré par personne comme une science, même si on continuait à utiliser le mot pour désigner l'ensemble des réflexions, des techniques et des pratiques d'aménagement de la ville. Avec l'arrivée de François Mitterrand à la présidence de la République française et des socialistes au gouvernement avait d'autre part été accélérée une politique de décentralisation administrative qui renforçait le pouvoir des maires. Le renouvellement de la législation mettait enfin le quartier au centre des préoccupations et institutionnalisait la participation des citadins. La création en 1981 de la Commission Nationale pour le Développement Social des Quartiers et le lancement en 1982 de l'opération "Banlieues 89" — transformée en "Mission Banlieues 89" l'année suivante — par deux architectes, Roland Castro et Michel Cantal-Dupart, sous le patronage du Président de la République, permit même de mettre à la mode et de généraliser sur l'ensemble du territoire la pratique du projet urbain12.

  • 13 François Tomas "Quartiers anciens et stratégies urbaines d'une crise à l'autre" in Revue Géographi (...)

17En fait le passage de la "crise économique" à la "crise sociale"13 mettait aussi au premier plan des préoccupations des Français les problèmes du chômage, de l'insécurité, voire du racisme et les élections municipales de 1983 furent défavorables, y compris à Grenoble, à bien des équipes de gauche qui avaient fondé leur politique d'aménagement sur la pratique du projet urbain. Ce fut le cas à Saint-Étienne où le nouveau pouvoir municipal commença par interrompre les études et les travaux en cours dans les quartiers sous prétexte qu'ils étaient d'inspiration marxiste. Ils ne le furent en fait que dans les grands ensembles de logements sociaux périphériques car, pour ce qui concerne les quartiers anciens, une vive réaction des associations de propriétaires et de commerçants fit revenir la Municipalité dès octobre 1983 sur sa décision (en mai de la même année) de suspendre les opah. Saint-Étienne continua donc de réhabiliter son parc immobilier ancien mais en déconnectant progressivement cette réhabilitation de la restructuration des équipements et des espaces publics — ce qui justifia la mise en extinction de l'Association pour la Réhabilitation des Quartiers Anciens de Saint-Étienne (arquase) et son remplacement en tant qu'opérateur par un call-pact.

18Autant dire que la pratique du projet urbain se perdit. Le maire, tout comme son adjoint à l'urbanisme, considéraient d'ailleurs qu'il était préférable d'accompagner les promoteurs, bons connaisseurs des besoins des habitants, en leur offrant les meilleures conditions de développement de leurs projets immobiliers. On donna dès lors la priorité à l'extension des lotissements de maisons individuelles à l'intérieur même des limites communales de la ville-centre.

19L'aggravation de la crise industrielle et la marginalisation économique de Saint-Étienne au sein des grandes villes françaises amena toutefois la Municipalité à développer une active politique d'encouragement aux implantations d'activités (avec un incontournable technopôle sur l'ancien site sidérurgique du Marais) et à reprendre une réflexion sur le devenir de la ville et de l'agglomération. Malgré l'échec d'un projet de district urbain Saint-Étienne participa donc à la mise en place d'un Syndicat pour l'Étude des Plans d'urbanisme de l'Agglomération Stéphanoise (sepas) et confia en 1992 au Taller de Arquitectura de Ricardo Bofill l'étude d'un "projet urbain" (sic).

  • 14 Ricardo Bofill, Taller de Arquitectura. Saint-Etienne - Horizon 2020, Mairie de Saint-Etienne, Sai (...)
  • 15 L'actuelle commune de Saint-Etienne provient de l'absorption depuis 1855 de sept autres communes : (...)

20En fait de projet urbain il s'agit d'un projet global pour affirmer son identité urbaine par un renouvellement de l'image du centre-ville14. La ville, "encadrée par ses 7 collines", n'y est retenue qu'au long de son axe central, de Bellevue ("la porte sud") à La Terrasse ("la porte nord"), deux autres portes en limitant l'épaisseur à l'est (au niveau de la place Fourneyron) et à l'ouest (à celui du site de Couriot). Les quartiers dans leur diversité15 sont, en revanche, totalement absents de cette réflexion qui considère que, le centre participant seul de l'image de la ville, il doit faire l'objet d'une attention prioritaire. Toutes les interventions préconisées visent d'ailleurs à en améliorer l'esthétique et le fonctionnement tout comme à en marquer les limites par des portes.

21En revanche le problème du dépérissement économique de ce centre à la suite du déménagement récent d'un nombre important d'équipements tertiaires de haut niveau (Chambre de Commerce et d'Industrie, Chambre des Métiers, Agence d'Urbanisme epures, siège social de la Caisse d'Epargne après celui du Crédit Agricole, diverses directions départementales, Musée d'Art Moderne, etc...) n'y est même pas évoqué. Le silence est a fortiori tout aussi total sur cet autre problème majeur que pose la marginalisation croissante des ensembles de logements sociaux périphériques.

22Quant au public il n'a eu connaissance de ce projet, tout comme le conseil municipal, qu'à l'occasion de deux expositions des planches préparées par le Taller de Arquitectura en 1993 puis de nouveau fin 1994 en prélude à la campagne des élections municipales. Il n'en est que plus significatif qu'à un questionnaire rempli à l'occasion de cette présentation la revendication majeure formulée par les visiteurs ait porté sur l'aménagement des quartiers.

23À Barcelone aussi le temps des projets urbains à l'échelle de l'espace vécu par les habitants ne dura que quelques années, sans pour autant qu'il ait été nécessaire pour y mettre un terme de changer de majorité municipale. De 1979 à nos jours la Municipalité est présidée par un maire socialiste mais, dès le milieu des années quatre-vingt on s'avisa que, si les projets urbains permettaient d'établir de bonnes relations avec les associations d'habitants et d'améliorer le cadre de vie des quartiers, ils ne permettaient pas à la ville d'affirmer son ambition de "world city".

  • 16 Ajuntament de Barcelona. Arees de nova centralitat, Barcelone : Area d'Urbanisme i Obres Publiques (...)
  • 17 Jacques Bonnet, François Tomas. "Centre et périphérie : éléments d'une problématique urbaine", in (...)
  • 18 La commune de Barcelone ne représente qu'un peu plus d'un cinquième de l'espace de l'agglomération (...)

24Pour ce faire on renouvela l'équipe des Serveis de Planejament de l'Ajuntament de Barcelone et son nouveau directeur, l'urbaniste Joan Busquets, fit adopter un ambitieux projet de création de dix nouvelles aires de centralité16. Barcelone ayant échappé à la mode des centres directionnels développés en Europe sur le modèle nord-américain du central business district (cbd), la plupart des équipements tertiaires supérieurs s'étaient installés sur un axe qui part du Barri Gótic (centre historique) pour se prolonger vers le nord au long du Passeig de Grácia et obliquer vers l'ouest au long de la Diagonal17. C'est pour recevoir certains de ces équipements qui manquent de place et surtout ceux nouveaux que doit produire une métropole en pleine expansion que sont proposées ces aires réparties sur l'ensemble de l'espace urbain, du moins celui qu'englobent les limites de la commune18 — il est vrai qu'à la suite de dissensions politiques la communauté urbaine n'a pu fonctionner et qu'elle a été dissoute.

  • 19 Dans ses articles publiés par El País. On lui doit aussi une suggestive présentation de cette vill (...)

25Dans la perspective des Jeux olympiques de 1992 on profita également des importants investissements que cela impliquait pour renouveler complètement la voirie (Pla de vies), reprendre et compléter les aires olympiques (Planejament de los Arees Olímpiques). Parmi ces dernières la plus symptomatique me paraît être la Vila Olímpica. Opération de rénovation urbaine elle prolonge et ouvre, au-delà du parc de la Ciutadella, la trame d'El Eixample (plus connu sous son nom espagnol d'Ensanche) sur la plage et la mer. En ce sens elle contribue plus que toute autre à renouveler l'urbanisme de Barcelone et à conforter son image de grande ville internationale. Le fait qu'il ait fallu pour cela raser un quartier mixte d'entrepôts, d'ateliers et d'habitat populaire, qu'il n'était pas question de réinstaller sur place, a en définitive été considéré comme le prix à payer pour entrer dans le xxie siècle. Cela ne s'est pourtant pas fait sans réticences, voire sans oppositions, surtout de la part du mouvement associatif rejoint par ce grand écrivain catalan qu'est Manuel Vásquez Montalbán19. D'autant qu'alors même qu'étaient menés à bien ces vastes chantiers, les habitants du quartier d'El Raval, à l'ouest des Ramblas, devaient négocier avec les prostitués et les revendeurs de drogue un modus vivendi pour pouvoir continuer à résider dans ce quartier dégradé et difficile.

  • 20 L'éjido recouvre à la fois une communauté agraire et les terres qu'elle exploite. Terres qui peuve (...)
  • 21 Comisión para la Regularización de la Tenencia de la Tierra. Placée sous la tutelle du Ministère d (...)
  • 22 François Tomas. "L'habitat populaire irrégulier dans les périphéries urbaines", in "La ville et l' (...)
  • 23 Le terme recouvre un projet de transformation du centre historique qui donne la priorité aux activ (...)

26À Mexico la situation était encore plus complexe car si le Ministère de l'Urbanisme s'était rallié à un urbanisme de participation moins attaché à une planification que la crise économique rendait de toute façon plus inopérante que jamais, il n'en allait pas de même au niveau des communes périphériques. Certes, dans celles qui étaient les moins attractives pour les classes aisées fonctionnait un processus particulier de production de l'habitat populaire incluant des groupes d'envahisseurs avec leurs caciques, des propriétaires le plus souvent consentants, surtout lorsqu'il s'agissait d'ejidatarios20, de politiciens locaux et de fonctionnaires de diverses administrations y compris ceux de la corett21 chargés de régulariser l'occupation et l'urbanisation illégales22. Mais lorsque la convoitise sur un terrain faisait monter sa valeur, je ne connais pas de cas où le pouvoir politique se soit opposé à un changement d'usage du sol, que ce soit en périphérie, par exemple à Ixtapaluca aux abords du golf, ou dans le District Fédéral. Dans ce dernier cas l'administration du Régent maintenait même son projet de "refonctionnalisation"23 du centre historique alors qu'une institution créée après le séisme de 1985 par le Président de la République, Renovación Habitacional Popular, y construisait et réhabilitait des vecindades pour les familles pauvres.

27Avec l'arrivée à la présidence de la République de Carlos Salinas de Gortari, le Ministre de l'Urbanisme devint Régent de Mexico mais, si Alejandra Moreno Toscano le rejoignit, ce ne fut pas pour se voir confier l'aménagement urbain mais les affaires sociales. De toute façon, après avoir dissous Renovación Habitacional Popular et refusé d'en prolonger l'expérience sous une autre forme, le gouvernement avait clairement fait connaître une position qui n'admettait un urbanisme participatif que dans des circonstances bien circonscrites.

  • 24 De 1980 à 1994 le nombre des emplois industriels de la Zona Metropolitana de la Ciudad de México ( (...)

28À l'échelle globale de la ville, le maître mot resta celui de modernisation, en considérant l'ensemble des services (adduction d'eau, assainissement, voirie et transports, marché de gros et distribution) comme un système qu'il faut optimiser à son prix réel, et l'équilibre écologique comme un idéal à retrouver. Tous les grands travaux, drainage profond, reconquête des canaux de Xochimilco, voies périphériques et axes routiers, métro, relèvent d'ailleurs du pouvoir central qui assure un minimum de coordination avec le Département du District Fédéral et les Etats de Mexico, de Morelos et d'Hidalgo, puisqu'il n'existe pas de structure opérationnelle à l'échelle de l'agglomération. Quant aux fonctions urbaines, après une velléité de décentralisation des grands équipements tertiaires supérieurs, le pouvoir central y renonça pour reporter l'effort sur la désindustrialisation24. Les associations écologiques, essentiellement animées par des intellectuels, eurent ainsi la surprise de voir les pouvoirs publics auxquels ils pensaient devoir se confronter, multiplier les contrôles de pollution et fermer de nombreux établissements industriels, à commencer par la raffinerie de pétrole d'Azcapotzalco.

  • 25 Cristina Laurell. "pronasol o la pobreza de los programas contra la pobreza", in Nueva Sociedad, B (...)

29Pour ce qui concerne les espaces urbains, le Salinisme se caractérise par une adaptation à la dualité de leur occupation, ce qu'il justifie par une volonté de réalisme alors que ses opposants lui reprochent son cynisme25. La ville moderne, fondamentalement le District Fédéral et ses premières marges du nord-ouest, est désormais du ressort conjoint non plus du Ministère de l'Urbanisme mais de la Présidence de la République et des services du Régent ou du Gouverneur de l'État de Mexico. Une récente Asamblea de Représentantes del Distrito Federal (ardf), dans laquelle l'opposition voudrait voir les prémices d'une véritable municipalité élue, a certes reçu le droit de donner des avis mais le rôle actif a surtout été tenu au cours de ces dernières années par le directeur du service de Reordenación Urbana del Departamento del Distrito Federal, Jorge Gamboa de Buen.

  • 26 Le terme "ambulante" désigne un marchand forain qui occupe sans droit une portion de l'espace publ (...)
  • 27 La société à capitaux canadiens et nord-américains Reichmann International, qui pilote le groupe d (...)

30Or ce dernier semble avoir d'abord été soucieux de réactiver le projet de "refonctionnalisation" du centre historique avec la réhabilitation pour un usage tertiaire des palais dégradés et le regroupement dans des marchés couverts des ambulantes26 qui occupaient les rues. Prolongeant ce "nettoyage", achevé en 1994, le grand projet de Mexico en cette fin du sexennat de Carlos Salinas de Gortari est constitué par l'affirmation de l'axe tertiaire occidental jusqu'à Santa Fe, venant compléter le "corredor urbano" d'Insurgentes vers le sud jusqu'au pied d'El Ajusco, qui avait attiré à partir des années soixante la majeure partie des immeubles de bureaux. Ce nouveau "corredor", très attractif pour le commerce de luxe à hauteur de Polanco, doit être complété par trois projets : la restructuration des îlots ravagés par le séisme de 1985 au sud du parc de La Alameda, l'installation dans les carrières de sable de Santa Fé d'un énorme complexe de commerces intégrés et de bureaux à côté de l'Université Ibéro-Américaine (jésuite) avec, entre les deux, sur le Paseo de la Reforma, à hauteur de Chapultepec, une tour de bureaux de 150 mètres qui constituera un nouveau signal de la ville. Contribuent à cette réalisation, déjà très avancée à Santa Fé alors qu'à La Alameda on en est encore aux démolitions, outre le Département du District Fédéral, des promoteurs mexicains et internationaux qui ont fait appel à de grands noms de l'architecture mexicaine, nord-américaine, européenne et japonaise27.

  • 28 Les emplois formels, c'est-à-dire déclarés par un employeur, seraient passés dans la zone métropol (...)
  • 29 Pour la Banque Mondiale le seuil de pauvreté est atteint quand les revenus par personne sont infér (...)

31Quant à la ville informelle et irrégulière, où se retrouvent la plupart de ceux dont l'économie moderne n'a plus besoin28, surtout depuis qu'a été engagé un processus de désindustrialisation de la capitale, elle continuera à évoluer de ses propres forces mais sous la tutelle d'un Ministère de l'Urbanisme et de l'Ecologie qui a symptomatiquement été transformé en Ministère du Développement Social : Secretaría del Desarrollo Social ou sedeso. C'est lui, en particulier, qui est chargé d'assurer la coordination entre le Programme National de Solidarité (pronasol) et la régularisation de l'habitat informel. C'est ainsi que la corett peut désormais mettre en place, en association avec le pronasol, des Comités locaux de Solidarité qui fonctionnent comme de nouveaux acteurs de l'aménagement urbain : pour la création ou l'amélioration d'équipements scolaires, sportifs, de loisirs ou de santé..., pour la construction de trottoirs, voire l'électrification et l'aménagement d'espaces publics, places, jardins, etc... Ainsi les informels, qui sont loin d'être les plus pauvres29 et auxquels se mêlent ouvriers et employés, sont ils conviés à produire eux-mêmes avec l'appui matériel du pronasol — la corett se chargeant de la régularisation juridique et urbanistique — un habitat qui puisse un jour devenir un quartier. L'exemple de Mexico nous apporte, en définitive, un éclairage cru sur l'institutionnalisation d'un aménagement de la ville à deux vitesses avec des projets urbains réservés aux quartiers populaires.

Conclusion

  • 30 G. Henry. Barcelone, ville et architecture, Barcelone : G. Gili Ed., 1991.

32À une certaine échelle et pour la ville intégrée dans le monde moderne, celui de la mondialisation des échanges et d'un néo-libéralisme en plein essor, la planification est donc de retour, sans pour autant exclure, bien au contraire, les "gestes" de quelques grandes agences d'architecture. Après une période de reflux qui a vu le rangement des Schémas Directeurs d'Aménagements et d'Urbanisme (sdau) dans les placards, alors qu'ils devaient définir la forme des villes françaises jusqu'en l'an 2000, le début des années quatre-vingt-dix voit partout en France repartir l'élaboration de Schémas Directeurs. Quant à Barcelone on y planifie de plus belle, comme au temps de l'urbanisme fonctionnalisme, et Joan Busquets lui-même a dû céder la place à un gestionnaire qui ne doit désormais sa notoriété qu'au poste qu'il occupe. Le fait que dans son ouvrage sur Barcelone30 Georges Henry qualifie de projet urbain aussi bien l'aménagement d'un espace public dans un quartier que la planification de la ville olympique révèle d'abord la force que la mode peut donner à une terminologie. Et il en est de même à Saint-Étienne où le même terme de projet urbain a pu être attribué en 1981 à la restructuration d'une partie de la zup de Montreynaud (quartier Saint-Saëns) et en 1992 à la proposition de Ricardo Bofill pour renforcer l'identité de la ville.

33Le problème c'est que la terminologie devient en l'occurrence source de confusion. D'abord parce que la différence n'est pas que d'échelle entre les projets urbains tels qu'ils se sont développés à partir de la fin des années soixante-dix et les projets de ville qui, depuis une dizaine d'années, réactivent une planification qui semblait avoir sombré avec la crise économique et sociale. Comme l'avait fortement proclamé Oriol Bohigas après bien d'autres, le projet urbain est inhérent à une conception de la ville par fragments et ne peut donc se concilier avec une conception globalisante et uniformisatrice. Recouvrir du même terme des concepts aussi différents c'est donc prendre le risque ou avoir l'intention de cacher la nature de certains projets de ville et éviter d'avoir à poursuivre un urbanisme de participation dans les quartiers.

34Il est vrai que, si la pratique du projet urbain était devenue prioritaire à partir de la fin des années soixante-dix pour corriger les excès de l'urbanisme fonctionnaliste, elle avait également pu profiter du désarroi provoqué par la crise économique, qui avait dévalorisé tous les modèles antérieurs de planification spatiale. Cela ne signifiait pas pour autant que cette dernière n'ait plus été nécessaire, que ce soit au niveau du pays, de la région ou de l'agglomération. Encore eût-il fallu que l'on ne reproduisît pas, après une brève éclipse, un urbanisme de planification qui, pour s'abriter derrière le qualificatif de projet urbain, n'en est pas moins l'équivalent de celui de naguère.

35Or, dans une ville rendue de plus en plus duale par une crise sociale qui se prolonge il reste à inventer un projet global qui la prenne en compte dans toutes ses dimensions et qui puisse enfin intégrer dans leur diversité une multiplicité de projets urbains plus que jamais indispensables. C'est d'ailleurs, me semble-t-il, la recherche de cette cohérence entre projet de ville et projets urbains qui constitue l'un des défis essentiels de la ville contemporaine.

Notes

1 Saint-Etienne qui fut la première grande ville industrielle de France est entrée dans un processus de reconversion permanente depuis plus d'un siècle. C'est aujourd'hui une ville de 200 000 habitants au centre d'une agglomération qui en rassemble le double. Malgré des activités diversifiées elle a perdu une bonne partie de son autonomie économique mais joue le rôle d'un relais tertiaire à l'ouest de Lyon dont elle n'est éloignée que de 55 kilomètres.
Barcelone (1,7 million d'habitants dans une agglomération qui dépasse les 3,1 millions) s'est longtemps appuyée sur son dynamisme industriel et commercial pour concurrencer Madrid. C'est surtout aujourd'hui la capitale culturelle, politique et économique d'une Catalogne qui joue la carte de l'ouverture sur l'Europe et le monde.
Mexico est devenue, grâce à son rôle de capitale et à un essor exceptionnel de son industrie, l'une des plus importantes mégapoles mondiales. Elle n'est cependant pas, comme on l'a cru avant le recencement de 1990 qui n'y a trouvé que 15 millions d'habitants, la plus grande ville du monde et elle ne le sera vraisemblablement jamais car depuis dix ans elle perd autant d'habitants qu'elle en attire.

2 Cf. Tomas François. "Le projet urbain et la forme urbaine", in Cahiers du Laboratoire de Géographie Rhodanienne (cnrs/ura 260), Lyon, 1994.

3 Ajuntament de Barcelona. Urbanisme a Barcelona. Plans cap al 92, Barcelona : Area d'Urbanisme i Obres Públiques, 1987, etc...

4 María Emilia Herrasti. Organización popular y cooperativa de vivienda en un barrio deteriorado de la ciudad de México, unam/ents, tesis de licenciatura, 1984.

5 Dans la diffusion de cette prise de conscience sont intervenus des Universitaires imprégnés des thèses de l'Ecole de Sociologie Urbaine de Paris, mais aussi des Jésuites adeptes de la Théologie de la Libération, ce qui explique la terminologie utilisée.

6 Je crois y avoir contribué par la série de conférences et de séminaires que j'ai prononcés, animés, voire organisés à partir de 1986 sur le projet urbain et les stratégies socio-spatiales. Cf. Rafael Lopez Rangel et François Tomas (coord.). El diseño urbano, Mexico : uam-a/ifal, 1993.

7 Ministère de l'Urbanisme et de l'Ecologie.

8 Les deux participations étrangères vinrent de Barcelone (Jordi Borja. Políticas en la ciudad : urbanismo, desarrollo económico local, desigualdad social y participación popular) et de Saint-Etienne (François Tomas. Del urbanismo funcionalista a los proyectos urbanos en Francia). Cf. Manuel Perló Cohen (compilador). La modernización de las ciudades en México, Mexico : unam, 1990, p. 49-60 et 397-408.

9 Bien que terrible ce séisme n'ait ravagé que le centre de Mexico : environ 40 km2 sur un espace urbanisé qui dépassait alors les 1 000 km2.

10 René Coulomb, Priscilla Connoly, Emilio Duhau. Cambiar de casa pero no de barrio, Mexico, cenvi/uam, 1991.

11 Si les habitants du District Fédéral, les deefeños, n'élisent pas encore leurs conseillers municipaux ils participent aux élections législatives et sénatoriales.

12 Cf. à titre d'exemple l'ouvrage publié par le Centre Georges Pompidou : Banlieues fragiles, Paris : c.c.i. Ed., 1987.

13 François Tomas "Quartiers anciens et stratégies urbaines d'une crise à l'autre" in Revue Géographique de Lyon, Lyon, 1985.

14 Ricardo Bofill, Taller de Arquitectura. Saint-Etienne - Horizon 2020, Mairie de Saint-Etienne, Saint-Etienne - Promotion, 1993.

15 L'actuelle commune de Saint-Etienne provient de l'absorption depuis 1855 de sept autres communes : Montaud, Valbenoite, Outre-Furan, Beaubrun, Terrenoire, Rochetaillée et Saint-Victor sur Loire.

16 Ajuntament de Barcelona. Arees de nova centralitat, Barcelone : Area d'Urbanisme i Obres Publiques, Barcelone, 1987.

17 Jacques Bonnet, François Tomas. "Centre et périphérie : éléments d'une problématique urbaine", in Revue de Géographie de Lyon, 1989, no 1, p. 1-12.

18 La commune de Barcelone ne représente qu'un peu plus d'un cinquième de l'espace de l'agglomération (100 km2 sur 478).

19 Dans ses articles publiés par El País. On lui doit aussi une suggestive présentation de cette ville qui a si souvent servi de cadre et de matériau pour ses romans dans Barcelonas, Barcelone : Editorial Empúries, 1987.

20 L'éjido recouvre à la fois une communauté agraire et les terres qu'elle exploite. Terres qui peuvent être travaillées collectivement mais dont l'usage est le plus souvent privé. L'ejidatario est donc une sorte d'usufruitier.

21 Comisión para la Regularización de la Tenencia de la Tierra. Placée sous la tutelle du Ministère de l'Agriculture, elle est chargée de la régularisation des terres ejidales occupées illégalement, le plus souvent par un habitat populaire. Pour ce qui concerne la régularisation des terres privées, elle dépend d'autres organismes, créés dans chaque Etat, District Fédéral compris.

22 François Tomas. "L'habitat populaire irrégulier dans les périphéries urbaines", in "La ville et l'Amérique Latine", Problèmes d'Amérique Latine, no 14, 1994, p. 249-268. Antonio Azuela, François Tomas (coord.). El acceso de los pobres al suelo urbano en América Latina, Mexico : cemca/unam, 1995.

23 Le terme recouvre un projet de transformation du centre historique qui donne la priorité aux activités tertiaires, en particulier touristiques, au détriment de la fonction résidentielle pour familles pauvres.

24 De 1980 à 1994 le nombre des emplois industriels de la Zona Metropolitana de la Ciudad de México (dans ses limites de 1980 la zmcm comprenait le District Fédéral et 17 communes suburbaines) serait passé de 949 000 à 578 000, soit - 39 %. Le chiffre de 1980 est celui des emplois formels donné par le recensement. Par la suite on dispose, toujours pour les emplois formels, des chiffres fournis par les recensements économiques : 838 000 en 1985, 727 000 en 1988 et 578 000 en 1994.

25 Cristina Laurell. "pronasol o la pobreza de los programas contra la pobreza", in Nueva Sociedad, Buenos Aires, no 131, 1994, p. 156-170.

26 Le terme "ambulante" désigne un marchand forain qui occupe sans droit une portion de l'espace public. Entre 10 et 12 000 fortement organisés et encadrés par des caciques occupaient les rues du centre historique.

27 La société à capitaux canadiens et nord-américains Reichmann International, qui pilote le groupe des financiers intéressés par ces opérations, vient de faire savoir qu'à la suite de la crise financière de décembre 1994 elle différait son engagement (El Financiero du 6 avril 1995).

28 Les emplois formels, c'est-à-dire déclarés par un employeur, seraient passés dans la zone métropolitaine (zmcm) de 70,1 % en 1980 à 47,5 % en 1988 et ce pourcentage a peut-être encore baissé depuis lors.

29 Pour la Banque Mondiale le seuil de pauvreté est atteint quand les revenus par personne sont inférieurs à 60 US dollars/mois. Même dans les lotissements irréguliers les plus récents, à Chalco au sud-est de Mexico, ce ne semble être le cas que d'une minorité. Daniel Hiernaux et Alicia Lindon. "Producción del espacio y regularización de la tenencia de la tierra en el valle de Chalco", in Antonio Azuela et François Tomas (coord.). Op. cit.

30 G. Henry. Barcelone, ville et architecture, Barcelone : G. Gili Ed., 1991.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search