Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

I. Le sens et les enjeux du projet

L'histoire en otage : la référence au passé dans la construction des politiques urbaines

Jean Dumas

Texte intégral

"La révolution copernicienne dans la vision de l'histoire consiste en ceci : on considérait l'Autrefois" comme le point fixe et l'on pensait que le présent s'efforçait en tâtonnant de rapprocher la connaissance de cet élément fixe. Désormais, ce rapport doit se renverser et l'Autrefois devenir renversement dialectique et irruption de la conscience éveillée. La politique prime désormais l'histoire".
Walter Benjamin,
Paris capitale du xixème siècle. Le Livre des Passages.
Trad. franç., Ed. du Cerf, 1989, p. 405.

1Écrit dans les années 1930, le propos prémonitoire de Walter Benjamin propose une vision acérée à qui veut s'interroger sur la nature de la construction rhétorique des politiques urbaines. En soulignant le rapport de la "conscience éveillée" — tournée vers l'action — avec l'Autrefois", en tant que référence construite au passé, il amène une réflexion sur la nature pratique des discours sur la Ville.

  • 1 Leur état le plus achevé se trouve dans les Schémas métropolitains produits, au début des années so (...)

2Si le fonctionnalisme hygiéniste dominant des Trente Glorieuses a produit toute une génération de plans directeurs fondés sur des abstractions socio-spatiales (produire, habiter, circuler)1, les choses se sont modifiées sous la double action de la crise générale de l'économie et de la remise en cause du zonage rigidement systématique. La première introduit la pénurie dans les anticipations publiques et incite à la prudence au regard des prévisions des s.d.a.u., à l'évidence surdimensionnées. La seconde montre l'absurdité d'une ville ouverte sans contrôle à l'automobile alors que le mirage américain se délite dans la violence urbaine à Los Angeles, et dans le pourrissement des zones anciennement occupées à New York, Chicago ou même Washington.

  • 2 Dumas Jean. "La région entre l'État et la commune : les nouvelles politiques urbaines dans la plani (...)

3Les documents se modifient, reflets de politiques plus prudentes. Déjà, la politique des Villes moyennes ouvrait la voie car, fondée sur le volontariat local des communes centrales, elle échappait aux rigidités organisatrices des agglomérations2. Par cette ouverture, marquée par l'attention portée à la rénovation des centres, s'engouffrent toute les nouvelles manières de parler de la ville, sinon de la faire. La fin des années soixante-dix connaît la ré-appropriation du bâti ancien en même temps que la modification des aides au logement et la perplexité devant l'engorgement automobile qui relance la réflexion sur les transports en commun. Dans la décennie qui suit, la question des banlieues et des quartiers amène à s'interroger sur la nature du lien urbain tandis que l'ouverture européenne place l'émulation spatiale dans une perspective à la fois économique et culturaliste. Désormais tout projet est d'autant plus ambitieux dans ses considérations sur l'essence du lieu urbain qu'il est généralement vague sur les actions économiques prévues, et très général quant aux implications sociales des actions envisagées.

4C'est la construction identitaire dans ces propos urbains qui conduit à s'interroger sur les usages fondateurs de l'Autrefois. Ces écrits mobilisent et justifient, mais ils impriment un canevas à la mise en perspective des actions proposées, ils recherchent une intelligibilité qui paraît aller d'évidence, d'autant que son emphase, assez générale, met sur le mode de l'épopée les introductions à bien des travaux à la recherche d'ambitions politiques. Prenons ainsi le parti analytique de saisir ce retour au discours historique sur la ville, à cette rhétorique du sens qui fixe des valeurs sur les projets, et sur les besoins de l'action publique.

Le récit

  • 3 Ricœur Paul. Temps et récit, rééd. Coll. Points-Seuil, 1991, 3 vol.

5En suivant les travaux du philosophe Paul Ricœur3 la narration assemble le temps écoulé dans l'expérience ; autrement dit, écrire l'Autrefois de la Ville va constituer un éclaircissement sur le fait de présenter ce lieu comme objet possible d'une action.

6En ce premier sens, il ne s'agit pas d'un quelconque recours aux origines mais d'une utilisation de textes qui disent les références en les inscrivant dans une intelligibilité produite par le texte lui-même. Quand Bordeaux et Nantes font usage du xviiie siècle c'est une légende dorée qui se trouve mise à jour sans qu'il soit nécessaire de s'appesantir sur sa zone d'ombre (la Traite des Noirs). Ecrire ce xviiie siècle, c'est inscrire l'action dans un usage révérencieux à la prospérité, c'est nommer un possible éclairé par le temps écoulé. Par l'espace également, puisque les politiques nantaises inscrivent l'Atlantique comme référence structurante qui se fixe comme nom de la Cité des Congrès.

  • 4 "Stratégies urbaines", Techniques et Architecture, no 395, avril 1991.

7Dans l'éclosion des projets urbains4, le récit se présente en tant qu'alternative à l'unidimensionnalité de l'automobile triomphante. Il inscrit une antériorité qui se propose d'élargir le projet en le dégageant d'une fonctionnalité récusée par ses excès. La ville a existé bien avant les aménagements techniques, pouvoir l'écrire fonde une volonté politique d'élargissement et de dépassement. Afin d'y parvenir on découvre des références-alliances qui mobilisent le passé dans de grandes structures réflexives. La principale est sans aucun doute l'eau qui définit la possibilité d'établir des permanences : à Lyon comme à Bordeaux et Nantes, à Valence ou à Angers, à Dunkerque comme Montpellier, la notion de berge et de rivage sont autant d'ancrages pour exprimer des événements urbains à évoquer. Et quand l'eau se dérobe, c'est une articulation spatiale ancienne qui vient en renfort, gare, place ou avenue comme à Lille, Nancy, Aix-en-Provence ou Nîmes.

8Dans le jeu des citations discontinues l'écriture qui prend consistance sur le passé n'est pas re-création historique. Inscrite dans la référence au temps ancien elle figure, elle multiplie les moyens d'aborder le projet en lui-même. Le récit historique ne s'inscrit pas dans l'action, il fixe l'existence urbaine en l'amenant sur des expressions figuratives qui donnent l'impression que les choix stratégiques qui vont être proposés se prennent dans une intelligibilité de l'histoire des lieux. Par exemple, quand on dit l'épanouissement de Bordeaux au xviiie siècle, ou l'opulence tourangelle au xvie siècle, on n'induit pas une continuité possible mais, plutôt, l'ouverture sur des attributs qui fixent l'éminente spécificité du sujet à traiter.

9Ainsi, le récit historique fait échapper la ville, en tant que lieu concret de prise de décision politique, à l'urbain, trop général et imprécis. C'est lui qui s'apprête à établir cette transcription des politiques publiques d'action en direction d'un site unique, précisé dans l'expression d'une volonté concrète.

La rétrodiction

  • 5 Veyne Paul. Comment on écrit l'histoire, rééd. Coll. Points-Seuil, 1979.

10La sélection des références au passé, qui font le récit historique, est construite selon les résultats obtenus, ou représentés ; c'est la rétrodiction de l'historien Paul Veyne5. En quelque sorte, l'énonciation du passé vient à l'appui, sinon au secours, de caractères présents, réels ou souhaités.

11Caractères réels d'abord lorsqu'il s'agit d'identifier tel ensemble monumental et de lui faire dire l'histoire du lieu : édifices municipaux, théâtres et ensembles disposés autour de places célébrées sont convoqués pour cela. On se trouve alors dans la continuité de l'histoire et de la géographie enseignées dans le secondaire, dans celle, aussi, des Guides verts : la ville est constituée d'un ensemble de traces spatiales qui expriment sa personnalité mieux que ses fonctions économiques qui entrent dans la banalité des énumérations. Inscrire un document d'aménagement dans ce mode d'expression de lieux banalisés c'est se mettre dans une continuité culturelle. Le Grand Théâtre et le Pavé des Chartrons bordelais expriment une existence enracinée dans le temps plus que dans l'espace.

12Mais, ce même Pavé des Chartrons, le Cours Xavier Arnozan actuel, traduit en même temps des caractères plus abstraits, une âme de la ville. Le travail de rétrodiction produit une histoire du caractère que d'aucuns appelleront une ambiance urbaine. Celle-ci se définit comme une correspondance entre des signes physiques et une manière d'être : le passé singulier de la ville précise les traits d'un caractère qui emprunte à l'énumération historique. Y faire référence ancre le discours volontariste du projet dans une sincérité avec l'esprit local ; en le respectant on inscrit l'affirmation politique dans un principe d'efficacité d'autant plus aisé qu'il est valorisant.

13En effet, les caractères retenus s'inscrivent dans le registre positif des qualités affirmées. Les faits historiques retenus dans les projets procèdent d'une thématique de "l'âge d'or" ; ils se référent à ces moments où l'espace urbain fixe des événements particulièrement significatifs, des "riches heures" qui mêlent la réussite économique, le dynamisme municipal et le rayonnement culturel. Selon les dossiers, chaque siècle peut se trouver mobilisé en remarquant, toutefois, une prédilection pour le xvie siècle puis pour le xviiie siècle qui figurent comme des moments heureux et denses dans l'historiographie locale. Vient aussi le xixe siècle avec ses valeur de travail et de réussite économique que l'on inscrit dans les perspectives ouvertes par les citations antérieures alors que l'âge classique" ne sert guère à constituer de grandes références, sauf dans quelques cas tels Lille, Bayonne ou Rochefort.

14Tout se trouve ainsi mis en œuvre pour étayer le volontarisme qui donne sens au projet urbain. Projections vers l'avenir, les choix qui s'y trouvent proposés se définissent non comme l'achèvement d'une évolution qui serait suspecte de conformisme voire de pusillanimité, mais comme une intelligence des faits, capable de reprendre cet esprit des lieux qui justifie l'originalité de la démarche en évitant tout contresens identitaire. Le discours sur l'action s'abrite derrière une connaissance qui se fonde sur des caractères globalement admis, parce qu'ils donnent référence à des sites urbains pratiqués quotidiennement et qu'ils fixent la qualité particulière de la ville.

La personnification

15Identitaire par essence, le projet urbain se construit sur une affirmation de la spécificité du lieu. Édifié dans le dialogue contingent entre élus et experts il se développe à partir de l'énumération des faits qui concourent à préciser le cadre des décisions.

16Dans ce qui est personnalisation structurelle de chaque dossier, le recours à la référence historique amène à la personnification comme forme majeure du récit. Le passage se fait, insidieusement d'abord, puis par procédé volontaire d'exposition, par l'utilisation systématique du nom de la ville, bientôt assimilé à ses caractères permanents ou présentés comme tels. La fusion s'opère rapidement entre l'éponyme et les caractères tirés de l'utilisation historique des faits et des sites.

  • 6 Que l'on a pu retrouver dans des sites aussi durement marqués par le déclin industriel que Montreui (...)

17Ce sens de l'unique dépasse celui de l'évocation du lieu particulier de la constitution des politiques. Ainsi, au fonctionnalisme analytique et glacé des documents d'aménagement des aires métropolitaines de la fin des années soixante succèdent les propos chaleureux contenus dans les contrats nationaux des Villes moyennes qui ouvrent eux-mêmes la voie aux multiples programmes localisés suscités par les politiques régionales. Chaque fois, la personnification est le procédé identitaire par excellence, le nom de la ville est le support de tous les attributs susceptibles de générer des opérations tendant à valoriser le cadre urbain en le justifiant dans sa fonction d'enveloppe permanente des activités économiques à promouvoir. La procédure contractuelle, en elle-même, parce qu'elle suscite la mise en scène, appelle ce procédé. En sortant de l'économisme fonctionnaliste, elle succombe bien souvent à l'esthétisme du passé identitaire6.

  • 7 Michelet Jules. Tableau de la France. Hachette, 1833, rééd. 1966, éd. Hermès.

18Ainsi la ville-projet s'anime en s'ancrant dans son histoire. L'écriture se fait répétitive en référence aux qualités que l'on souhaite maintenir et exalter dans les propositions qui vont être faites. À la fin des années quatre-vingt, l'émulation européenne accroît encore ce mouvement en l'inscrivant plus fortement encore dans une perspective d'affirmation systématique. L'animation devient anthropomorphisme à la manière de Michelet évoquant la France7 et ouvrant, jusqu'à A. Malraux et au Général de Gaulle, une belle tradition d'animation historique de l'espace et des lieux.

19La présentation de chaque ville, dans chaque document — au moins ceux qui, introductifs, ne sont pas trop strictement techniques — devient exercice d'animation car la succession des événements significatifs tend à promouvoir une sorte de vitalisme qui exprime la continuité des lieux significatifs sautant ainsi d'une période à une autre. L'adaptation se veut sens, la ville vit, non pas dans son passé, mais par le sens de la permanence qu'il lui attribue. La personnalisation identitaire se fait alors outil d'adhésion au projet, moyen de conquérir, et d'exprimer, le soutien local.

20Limite extrême dans la personnification structurant le récit, la ville devient l'acteur d'une histoire qui lui est propre. L'évocation historique se trouve captée par la narration qui glisse aisément dans un anthropomorphisme de présentation : l'objet futur de l'aménagement vit, se développe, se spécialise et s'affirme au rythme des grands événements caractéristiques. La spécificité ne s'établit plus sur le mode de la désignation mais sur celui de l'action historique qui introduit aux actions prévues dans le projet urbain.

La légitimation

"Au-delà de ses qualités naturelles et géographiques, ce site présente la particularité d'avoir été façonné par l'histoire".
...
"C'est ce mélange d'histoire et de géographie qui donne à ce site toute son importance, et que le projet se doit de prendre en compte et de mettre en valeur".
Aménagement du Site de Billancourt.
Rapport de la Mission d'Étude pour l'aménagement du site de Billancourt présenté par J.-P. Morelon, 1993, p. 6.

21Ces phrases articulent de manière exemplaire la construction du projet urbain dans son utilisation des données spatio-temporelles. Alors joue le "renversement dialectique" évoqué par Walter Benjamin : la politique de la cité est désormais connaissance donnée sur le passé, ou encore, sens de l'évolution.

22Faire le projet, le justifier, c'est donner de l'importance au choix initial dont il procède et aux choix ultérieurs qu'il se propose d'établir. Quoi de mieux, afin de le rendre judicieux et important, que de l'inscrire dans cette rhétorique du passé qui le met dans une correspondance écrite avec son objet. Rendu judicieux, il l'est, par le jeu de l'adéquation du discours volontariste avec une connaissance de l'évolution appropriée du site ; les propositions faites s'inscrivent dans une connaissance de l'épaisseur temporelle de la ville. Mais en même temps il est important, tant il donne de signification au volontarisme qu'il exprime : tout projet d'aménagement, surtout dans ses expressions initiales (déclaration d'intention, diagnostic,...) tend à fixer l'attention sur sa propre réalité, donc sur son insertion dans ce que les chercheurs soucieux d'authenticité appellent désespérément la "réalité urbaine".

  • 8 Sur ce travail de "gouvernement public" voir Charles O. Jones, An Introduction to the Study of Publ (...)

23C'est parce que la ville est donnée, comme ayant une lisibilité temporelle, que le projet urbain prend consistance et légitimité politiques. Il s'inscrit dans une chaîne décisionnelle qui part d'attentes locales qui peuvent être très diversifiées ; celles-ci parviennent à trouver une acceptation dès lors que l'enchaînement qui préside à la prise de décision les met dans une situation de compréhension : faire, décider, mais en justifiant la connaissance des héritages8.

24La légitimation par le passé est essentielle dans les deux phases amont de la construction d'un projet qui sont (successivement ou conjointement car il y a rétroaction) l'identification du problème et la formulation de solutions ; la prise de décision qui en découle est à la fois une conséquence de ces étapes et le produit de possibilités techniques de financement offertes, en partie, par l'État. L'identification (ou encore l'inscription sur l'agenda politique) se construit en terme de nécessité ; si la question se trouve posée, c'est qu'elle s'inscrit dans une urgence telle qu'elle ne saurait être que dans le prolongement d'un passé qui ne demande qu'à être prolongé par l'efficacité de ceux qui ont en charge les responsabilités actuelles.

25La légitimité se présente ainsi comme la détention d'un legs, un lieu précis constitué. Cette propriété, elle s'exprime dans le discours produit par les ouvrages, brochures, voire expositions de vulgarisation, est à la fois appropriation et caractérisation puisqu'elle définit le point de départ du projet en le situant dans une sorte d'obligation historique. Une relecture de bien des documents issus des diverses politiques de villes moyennes, nationales pour les plus anciennes puis régionales, apprend beaucoup sur ce système de la légitimation qui, de surcroît, se place dans le jeu de la concurrence et de l'émulation.

26Ainsi l'histoire vient-elle au secours du débat politique sur l'aménagement ; même si les opérations retenues s'inscrivent dans une très grande dispersion et une forte hétérogénéité fonctionnelle, la cohérence vient de la continuité inscrite dans les pages introductives, référence qui est une garantie d'enracinement et de connaissance pour les élus, de sérieux et de recherches préliminaires pour les experts qui rédigent et qui font les diagnostics.

"Il faut tout faire pour restaurer ce mélange subtil des hommes et des bâtiments, des lieux de vie et des lieux de travail, dont la réunion forme la ville que nous aimons, et qu'on appelle dans le langage des urbanistes la mixité urbaine. Mais un projet de ville ne s'improvise pas. Il implique un engagement dans la durée des élus, des professionnels, des architectes, des urbanistes, des ingénieurs et des habitants aussi, auxquels on doit permettre de vivre au quotidien l'espoir d'un véritable aménagement de leur cadre de vie".
Bernard Bosson, Ministre de l'Équipement, intervention à la 14ème Rencontre des Agences d'Urbanisme, Toulouse, mai 1993.

27"Tout faire pour restaurer ce mélange subtil des hommes et des bâtiments", discours de responsable politique au plus haut niveau de l'État en réponse à "La politique prime désormais l'histoire" du philosophe allemand réfléchissant sur Paris plus de soixante ans auparavant. L'usage de l'histoire est assurément défini par sa contribution à l'édification d'un discours de la justification qui appartient à l'univers de la décision publique.

  • 9 Ce mécanisme a été remarquablement étudié dans le travail novateur de Michel Lussault, Tours : imag (...)

28Il y a bien ce "renversement dialectique" cher à W. Benjamin dès lors que la construction du passé sert à établir ces références sur l'avenir qui fondent l'action. Ainsi fonctionnent les conjectures historicisantes, ce travail de construction d'une mémoire de la ville organisée par les résultats que l'on cherche à obtenir. Il n'est pas étonnant, ainsi, que dans une époque de déchirures sociales on attribue à la mixité urbaine, retrouvée et reconstituée, la valeur d'un mythe urbain qui procède par fusion entre des conséquences spatiales observables, mais dont l'accumulation suppose une réduction du temps, une pacification des discontinuités de la vie urbaine9.

29Il s'agit effectivement de procéder à une recomposition de la ville puisque l'harmonie urbaine, si vantée dans toutes les recherches sur la mixité, n'a jamais existé. La ville médiévale enserrée et corsetée de même que la ville classique à l'épanouissement surveillé n'ont jamais été des lieux d'équilibre, et toujours des champs de tensions. Cependant l'usage du passé dans cette conjecture qui porte au jugement sur l'action future s'inscrit bien dans une rhétorique de l'exposition et dans une logique de la compréhension.

30Ainsi la raison publique use-t-elle de la mémoire locale. Recherchant dans l'anticipation la raison de la décision, elle ne peut s'affranchir du jugement sur le passé. Et parce qu'elle est lieu de complexité, la Ville se présente comme le cœur de cette tension incessante entre le passé et l'avenir, pliant la connaissance historique à une référence organisatrice lourde de sens et de modestie, retrouvant en cela les réflexions de Camillo Sitte, il y a plus d'un siècle.

"Une chose est certaine : nous abordons aujourd'hui ces problèmes avec une responsabilité bien plus grande qu'il y a encore quelques décennies, et le poids de cette responsabilité croît avec l'ampleur de l'expérience dont nous disposons en ce domaine. Quiconque ruine aujourd'hui un plan de ville en dépit des nombreux exemples bons ou mauvais dont il dispose porte une responsabilité très lourde".
Camillo Sitte,
L'art de bâtir les villes, 1889, trad. franç., Livre et Communication, 1990, p. 179.

Notes

1 Leur état le plus achevé se trouve dans les Schémas métropolitains produits, au début des années soixante-dix, par les o.r.e.a.m. dans le cadre de leur mission d'aménagement prospectif. Plus nombreux encore, les s.d.a.u. participent de cette même démarche mettant en relation des perspectives démographiques avec des modalités quantitatives d'occupation de réserves foncières.

2 Dumas Jean. "La région entre l'État et la commune : les nouvelles politiques urbaines dans la planification française", Estudios sobre espacios urbanos, Madrid : Casa de Velasquez, 1986, p. 409-420.

3 Ricœur Paul. Temps et récit, rééd. Coll. Points-Seuil, 1991, 3 vol.

4 "Stratégies urbaines", Techniques et Architecture, no 395, avril 1991.

5 Veyne Paul. Comment on écrit l'histoire, rééd. Coll. Points-Seuil, 1979.

6 Que l'on a pu retrouver dans des sites aussi durement marqués par le déclin industriel que Montreuil dans la "banlieue rouge" parisienne ou Bègles au sud de Bordeaux. Dans le premier cas le passé restitué fait usage des antériorités royales et de la production des pêches antérieures à la marée industrielle du xixe siècle tandis que le second découvre les vertus des "bords d'eau" et de la civilisation de la "grande rivière de Garonne".

7 Michelet Jules. Tableau de la France. Hachette, 1833, rééd. 1966, éd. Hermès.

8 Sur ce travail de "gouvernement public" voir Charles O. Jones, An Introduction to the Study of Public Policy, Duxbury Press, 1970, repris et adapté dans Jean-Claude Thoenig, "L'analyse des politiques publiques", Traité de Science politique, t. 4, p.u.f., 1985.

9 Ce mécanisme a été remarquablement étudié dans le travail novateur de Michel Lussault, Tours : images de la ville et politique urbaine, Tours : Maison des Sciences de la Ville, 1993.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540