Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

I. Le sens et les enjeux du projet

Villes en projet, projets de ville : Essai de stratification, ou les âges de Babel

François Guichard

Texte intégral

"Ce qui a été, c'est ce qui sera, ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera : Rien de nouveau sous le soleil".
Ecclésiaste I, 9.

1Voilà placée sous l'égide de deux références bibliques, que l'on ne peut guère qualifier d'exaltantes, l'intervention d'ouverture d'un colloque consacré à des projets, dont le but est précisément d'inventer du nouveau. Ce peut être ressenti comme de la provocation. Mais mon propos n'est pas aussi négatif. Il est plutôt de rappeler les racines extraordinairement profondes de l'idée de ville en projet, et d'essayer d'en mieux cerner quelques ambiguïtés.

L'âge théologique

2Il semblerait que le texte contant la légende, ou la parabole, de la tour de Babel, ait été fixé vers le viiie ou le ixe siècle avant l'ère chrétienne, par la jonction d'au moins deux récits différents qui reprendraient et interpréteraient eux-mêmes des traditions orales héritées. Il clôture la première partie du livre de la Genèse (XI, 1-10), puisqu'il précède immédiatement l'entrée en scène d'Abraham et donc l'épopée du peuple élu.

3Cela veut dire qu'après Babel, on entre dans l'interprétation religieuse de l'Histoire, si merveilleuse et incertaine soit-elle, et que l'on peut tenter des approximations chronologiques, fussent-elles hautement aléatoires. Jusqu'à Babel inclus, par contre, c'est autre chose, où la lecture théologique est tout aussi essentielle bien sûr, mais où l'Histoire n'a pas de part. Il s'agit d'interpréter non seulement des origines dont les repères sont perdus, mais aussi les constantes des mécanismes essentiels qui déterminent le destin de l'homme, individuel et collectif.

4Or, c'est le récit d'un échec total et définitif. Venant juste après celui de l'aventure de Noé, il lui fait en quelque sorte pendant et complément : que l'humanité survive malgré ses défauts rédhibitoires, d'accord, mais qu'elle soit capable de s'organiser par elle-même de façon cohérente et harmonieuse, sûrement pas.

5Autrement dit, la ville en projet est un rêve presque aussi vieux que l'homme, il est né avec la première tentative d'organisation sociale. Et il n'a pas d'avenir s'il entend apporter une réponse globale aux problèmes de l'humanité. C'est en tant que tel qu'il est un condensé du péché d'orgueil. Voilà qui n'est pas condamner l'idée de ville en projet, mais qui doit affiner l'esprit critique sur les fins qu'une telle ambition peut sous-tendre. C'est au moins ce que je comprends de l'un des textes fondateurs les plus vénérables de notre civilisation judéo-chrétienne.

6Plus récent, puisqu'il aurait sans doute été écrit vers le iie siècle avant notre ère, le constat de l'Ecclésiaste est certainement plus personnel, même s'il correspond probablement à un courant de pensée largement partagé dans une société juive alors bien incertaine de son devenir. Mais il est tout aussi déprimant, élargissant le pessimisme à l'ensemble des projets humains : à quoi bon persister à rêver de changements que la nature du monde rend impossibles ?

7Ce n'est pourtant pas tellement cela que je veux y lire aujourd'hui : c'est plutôt l'appel à la mémoire. La constatation de la résurgence constante, chez l'homme, de pulsions, d'idées et de projets, qu'il croit à chaque fois innovants, alors qu'ils ne sont guère que des témoignages sporadiques de continuité. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu'ils soient inutiles au moment où ils se manifestent : simplement, soyons attentifs à ce qu'ils ont déjà une longue histoire derrière eux, et à ce qu'elle peut être bien instructive sur leurs modes de fonctionnement.

La ville en projet comme thérapie sociale

8La ville est en crise, nous dit-on. Mais il me semble que ce n'est pas tout à fait cela que l'on veut nous dire en réalité. Ce qui est en crise, bien au-delà de la ville, c'est toute la société que cette ville reflète et concentre, de façon de plus en plus dominante, au point que les termes de société et de cité atteindraient désormais leur paroxysme de synonymie.

9Tenter une réponse à la crise de la ville, ce serait donc chercher la voie par où la société des hommes toute entière pourrait espérer trouver son équilibre. Comme on voit, l'histoire de Babel est d'une inquiétante modernité...

10Quand l'homme trouve que sa ville est en crise, c'est qu'il doute du modèle de société dans lequel il fonctionne, et que la ville résume. Ce n'est pas nouveau. Aujourd'hui, il doute surtout de la capacité de ce modèle à générer par lui-même la dynamique suffisante pour entretenir le minimum de cohésion nécessaire à l'équilibre de la vie en société. Hors temps de crise, ce minimum semble reposer, de nos jours du moins et sans doute depuis bien plus longtemps, sur la foi généralisée en une mobilité sociale ascendante, autre forme de la foi dans le progrès. Cette foi paraît alors se nourrir d'elle-même, par un processus pour l'essentiel spontané, qu'acteurs et responsables sociaux et politiques n'auraient, au fond, guère qu'à canaliser. Mais en temps de crise, quand ce sont au contraire les phénomènes d'exclusion qui paraissent l'emporter, le doute qui s'installe éteint cette dynamique et l'on dit que la société est malade. Par bien des aspects, elle l'est en effet.

11C'est pourquoi il est urgent, nous dit-on encore, de concentrer nos efforts de réflexion et d'imagination pour sortir la ville de cette impasse en la dotant de projets. Ce qui n'est possible qu'en la repensant, en lui redonnant un sens et une motivation positive. La structure publique cherche donc à mobiliser chercheurs, acteurs sociaux et politiques, afin qu'ils trouvent les ingrédients indispensables à la recette magique : celle qui permettrait de sublimer la cité subie en une cité voulue et assumée par ceux qui y vivent.

12Mais comment soigner le local, si c'est vraiment le corps social entier qui est malade, à l'échelle du village planétaire ?

13C'est bien là toute l'ambiguïté de la ville en crise : elle est le reflet immédiatement perceptible, parce qu'au plan local — parfois étroitement local, limité à un quartier, à un type de quartiers, ou à une catégorie de la population — d'une crise de société autrement plus générale. L'urgence du vécu quotidien appelle certes à un traitement de cet espace local, mais les résultats ne peuvent qu'en être limités et incertains, puisqu'aussi bien le local est désormais étroitement intégré dans un tissu d'interdépendances sur lesquelles les acteurs locaux n'ont prise que de façon dérisoire.

14Il faut donc naviguer au plus près entre les urgences parfois dramatiques de l'immédiat ; les illusions du cautère sur une jambe de bois ; les désenchantements laissés par des idéologies moribondes ; et les mirages encore mal définis — religieux, prédisait Malraux, et notre fin de siècle ne semble pas le démentir — par lesquels l'homme désorienté cherche à compenser le ressac des espérances perdues.

15Mais après tout, le médecin n'a jamais prétendu rendre l'homme immortel. Cela ne l'empêche heureusement pas de chercher à soigner, ou du moins à soulager.

16Dans la panoplie des thérapies possibles, que l'on tente en général de combiner, il y a le recours aux incantations : "le bout du tunnel est proche". Il y a l'homéopathie et les médecines douces, à dosage plus ou moins intensif : le traitement social, la politique des quartiers, l'aménagement de zones d'activité, le démarchage d'employeurs potentiels. Il y a la tentative plus radicale du "projet urbain" (métro, nouveau quartier...) qui, sans modifier l'essence de la ville, cherche à lui redonner du souffle.

17Il y a enfin, parfois simple amplification du cas précédent, parfois d'une toute autre dimension, l'idée d'un nouveau projet où convergeraient le local et le global, où la ville nouvelle pourrait symboliser une société nouvelle, où la réponse au doute collectif pourrait s'incarner en une construction collective suffisamment ambitieuse pour réinventer un avenir. C'est la ville en projet, dont la résurgence, de Babel jusqu'au-delà de Brasília, a rythmé les rêves de l'humanité incertaine d'elle-même.

18Ce n'est plus tant de médecine sociale dont il s'agit alors, que de psychiatrie collective.

Les ressorts de Babel, ou l'âge mécanique

19La longue et mirifique histoire des villes en projet nous montre à quel point est enracinée chez l'homme l'idée qu'il peut construire, matérialiser dans l'espace son rêve perpétuel d'une société plus harmonieuse. À moins que l'acte de construction ne soit par lui-même l'éternel prétexte que l'homme se donne pour masquer à ses propres yeux son incapacité fondamentale (ou sa paresse, ou son refus profond) à remédier à ses propres insuffisances : le faire servant d'alibi à la déficience rédhibitoire de l'être... En tout cas, c'est bien le sens de la première parabole urbaine, celle justement de Babel.

20Mais la construction n'est pas seulement un acte matériel. Elle est aussi un schéma mental, un mode de représentation abstrait. Les dysfonctionnements de l'organisation sociale ne sont pas nouveaux. Ce qui change constamment, c'est leur géométrie, c'est-à-dire la disposition respective de leurs paramètres les plus divers.

21C'est peut-être pourquoi l'espace y a une telle importance. Non pas, ou non pas seulement, parce que ce serait dans l'espace que s'inscriraient prioritairement l'organisation des sociétés et leurs défauts de fonctionnement, comme le géographe a naturellement tendance à le penser par déformation professionnelle. Mais parce que cette organisation sociale est d'abord une construction, au sens géométrique du terme. Une mécanique, avec des rouages interdépendants, dont les difficultés apparaissent au niveau des articulations. Une architecture, avec sa profondeur et son élévation, la complexité de son dessin en quatre dimensions, puisqu'il lui faut à la fois intégrer le nombre (beaucoup d'hommes), la diversité (beaucoup de types d'hommes), l'espace (puisque les hommes bougent) et le temps (puisqu'ils évoluent).

22La ville, pour être un concentré d'espace permettant une visibilité maximale du corps social — ou de sa partie centrale et de ses nœuds majeurs — est alors apparue très tôt comme son plus fort symbole condensateur. De sorte que, dès que les hommes ont commencé à s'organiser en sociétés spatialement fixées, ne serait-ce que pour une partie de leurs activités, ils semblent avoir commencé à cristalliser dans des projets de nature urbaine leurs espoirs de réponse aux problèmes posés par la vie collective. Chaque génération qui doit se colleter avec ces problèmes s'imagine, comme la nôtre, qu'elle en affronte d'inédits. Ou plutôt, il lui faut bien constater que les générations antérieures ne lui ont pas légué de solution adaptée à l'évolution de la géométrie sociale.

23Alors, puisqu'entre-temps la science et la technique ont progressé, pourquoi ne pas se servir au maximum de leurs possibilités, du passé faire table rase, relancer avec d'autres moyens le défi de Babel ?

24Le projet d'une ville nouvelle, raisonnée et moderne au point de friser l'idéal, peut alors sembler le plus efficace catalyseur d'espoirs et d'énergies pour devenir l'assise d'un projet de société, ou pour en tenir lieu, ou pour en dissimuler l'absence, y compris aux yeux de ses concepteurs eux-mêmes. Il est suffisamment ample pour fournir des années de travail et de rêve, ce qui est bien immédiatement utile en temps de crise économique et de frustration idéologique. D'ailleurs, qui sait si en fin de compte il ne provoquera pas la dynamique nouvelle espérée, comme par magie et par génération spontanée, ou du moins par l'élan mécanique qu'il pourrait impulser ? Cela donne au moins, à ceux qui ont lancé le projet, le temps de s'inscrire sur la face la plus exaltante des tablettes de l'Histoire. Ils peuvent alors transmettre les rênes à la génération suivante, en lui laissant opportunément la grisaille de la gestion du quotidien et de ses premières désillusions.

25Là encore, "rien de nouveau sous le soleil", comme dit l'Ecclésiaste...

Il y a bien longtemps que la ville est l'avenir de l'homme

26Nous avons l'impression que notre destin collectif n'a jamais été aussi exclusivement dépendant de la ville, puisque même ceux qui n'y vivent pas physiquement ont fini par en adopter les modes de vie, les rythmes, les outils de fonctionnement, et jusqu'aux références de toute nature.

27C'est certainement exact. Pourtant, on nous a aussi appris que cette assimilation société/cité était déjà une caractéristique majeure de l'Antiquité méditerranéenne à son zénith. Notre éducation nous a conduit à considérer Athènes et Rome comme les paradigmes de nos références fondamentales en matière d'organisation civilisée.

28Puis le fil le plus brillant de notre histoire sociale et culturelle serait passé par les villes flamandes du Moyen Age, les silhouettes urbaines des grandes cathédrales gothiques, les cités hanséatiques, celles de la Renaissance italienne... Et il nous a semblé, au fur et à mesure que notre horizon s'élargissait au reste de la planète, qu'il en allait de même dans les plus brillantes des civilisations que nous découvrions, de la Chine jusqu'aux Mayas.

29Partout, la ville serait le précipité le plus achevé de la vie collective. Comme elle le serait pour les espèces animales, abeilles ou fourmis, dont l'organisation sociale a toujours fasciné l'anthropomorphisme de l'observateur.

30Mais l'histoire nous apprend aussi que la ville a toujours été un concentré de tensions et de dangers. On pouvait essayer, avec plus ou moins de réussite, de la défendre contre l'agression externe. Mais elle pouvait aussi imploser — par l'épidémie, le feu, la révolte — et c'est bien face à de telles menaces que ses habitants se sont toujours sentis les plus désarmés. La crise de la ville a toujours fait peur au citadin.

31En fait, nous n'avons sans doute pas plus peur maintenant qu'hier. Mais nous avons l'impression que les recettes aux crises d'hier ont perdu leurs vertus éprouvées.

32La différence viendrait-elle de la dimension du phénomène urbain ? Ce n'est pas sûr. Certes, la cité d'autrefois, si grande fût-elle, gardait des dimensions "humaines", c'est-à-dire physiquement et mentalement perceptibles par ses habitants. Mais en contrepartie, ils n'avaient pas à leur disposition cette vitesse et cette commodité du déplacement qui nous permet de sortir de nos mégalopoles. Et ils n'avaient pas, hors les murs, cette nature balisée, cet espace normalisé dans ses moindres recoins, qui nous rendent aujourd'hui le voyage si dépourvu de mystère.

33N'est-ce pas plutôt la conséquence de l'urbanisation massive ? Au cours des deux derniers siècles écoulés, l'évolution de nos sociétés nationales vers la démocratie moderne a conduit à équilibrer le poids de la ville, lieu de pouvoir et de commandement, par une structuration égalitariste du territoire, plus représentative de populations majoritairement rurales. Hérités de ce passé, nos rouages de fonctionnement collectif se seraient ankylosés et seraient de plus en plus déphasés par rapport au basculement récent de l'homme vers la ville ; ils ne sauraient plus répondre correctement à ses besoins actuels. C'est sans doute en partie vrai, encore que le problème actuel ne corresponde peut-être qu'à un léger décalage de générations, appelé à s'amenuiser avec le temps : celui qui sépare des hommes politiques mûrs, formés pour l'essentiel à l'époque d'un équilibre urbain/rural aujourd'hui disparu, de ces adolescents des banlieues qui semblent si souvent cristalliser à eux seuls les formes les plus spectaculaires du malaise urbain.

34D'ailleurs la ville en crise n'est pas une spécialité des vieilles sociétés à urbanisation lente et progressive, comme la France. Elle semble universelle, touchant tout autant des pays à l'urbanisation plus fraîche encore, dans le tiers monde, que ceux qui nous ont précédé dans la concentration spatiale de leurs habitants, comme les États-Unis. En tout cas, notre image dominante, ou primaire, de la ville s'est sérieusement dégradée ces derniers temps. Hollywood s'efface sous les émeutes de Los Angeles, le paradis carnavalesque de Rio s'estompe sous les agressions et les favelas, la tour Eiffel est assiégée par les grands ensembles dégradés de périphérie.

35Notre angoisse actuelle tiendrait-elle alors au paradoxe qui fait qu'en même temps que nous retrouvons, avec cette urbanisation généralisée, l'antique assimilation société/cité, nous sommes entrés de plain-pied dans l'espace-monde ? Peut-être est-ce pour cela que nous nous sentons désarmés, dépourvus de réponses éprouvées : que faire si la crise urbaine est planétaire ?

36Pourtant, la civilisation des cités de l'Antiquité méditerranéenne (grecques, phéniciennes, puniques, latines...) ne couvrait-elle pas elle aussi, sinon tout le monde connu, du moins tout le monde qu'il paraissait nécessaire d'ordonner ?

Un mythe récurrent à géométrie variable

37Il n'y a donc pas plus ancien et plus profondément enraciné que le rêve de ville en projet, qu'il soit de racine religieuse ou civile, et en général associant les deux, fût-ce en les opposant : le contrepoint de Babel n'est-il pas la "Jérusalem céleste", la construction urbaine idéale dont Dieu seul pourrait être l'architecte ? Mais il y a eu aussi la Babylone aux jardins suspendus de Sémiramis, puis les multiples Alexandries qui entendaient fonder autant de mondes nouveaux. Ce Proche-Orient était pourtant surtout parcouru de tribus d'éleveurs nomades vivant sous la tente, et Alexandre lui-même n'a eu de cesse d'errer. Or les uns et les autres ont été fascinés par les cités, leurs murailles, leurs hauts lieux et symboles suprêmes qu'étaient palais et temples (Jéricho, Jérusalem ; Ninive, Persépolis ; Tyr, Sidon, Baalbek...). Ces villes, qui étaient pour l'essentiel étrangères à leur vie de tous les jours, rythment sans cesse leurs références fondatrices, qui s'ordonnent autour de leur prise, de leur destruction, de leur renaissance.

38Les légendes où s'enracinent les naissances d'Athènes, de Carthage, plus encore de Rome, confirment la sacralisation de l'acte créateur en matière d'urbanisme. Elles disent en même temps que cette transmutation, a posteriori, du geste concret de fondation en symbole de légitimité divine, est d'autant plus nécessaire que la ville en question est devenue le pôle central d'une puissance politique et d'une structure sociale cohérente. La ville mythifiée est d'abord garante de stabilité : c'est un outil politique aux mains de ses élites gouvernantes. La ville en projet n'est guère autre chose que la tentative de rendre ce mythe plus opérationnel, mieux adapté à une période de transition historique. C'est toujours un outil au service de celui qui le manie, de quelque nature que soit son pouvoir : politique, technocratique ou économique.

39Le mythe de Babel est donc une idée-force constante pour tenter de résoudre "par le haut", à tous les sens du terme, les dysfonctionnements de la vie quotidienne. Ou, plus exactement, pour les sublimer.

40L'échelle est variable, le ressort est le même. Inutile ici de parcourir toute l'Histoire et tout l'espace. Les exemples abondent, qui montrent la permanence du mythe et qui en prouvent la force toujours active. Les cas que l'on va évoquer privilégient l'aire lusophone, mais ils n'ont pour but que d'être témoins d'universalité et chacun peut aisément en trouver l'équivalent ailleurs. Il me semble qu'on peut les regrouper en deux catégories, selon leur échelle.

41Il y a d'abord les cas les plus spectaculaires : ceux où la ville en projet a pour objectif premier d'être le vecteur d'une refondation nationale. C'est Pombal, créateur d'un Portugal moderne qu'il conduisait d'une main de fer vers l'État de l'efficacité et de la Raison, décidant de créer une "Ville des Lumières" sur les ruines du tremblement de terre de Lisbonne, puis d'en faire reproduire le modèle en réduction à Vila Real de Santo António, à l'embouchure du Guadiana (mais l'on pourrait aussi bien penser à Ceausescu). C'est le président Kubitschek lançant l'idée de Brasília, à la fois pour renforcer l'identité du pouvoir politique en le dégageant du pouvoir économique et de la pression populaire, et pour donner au pays, avec une nouvelle centralité, une plus forte conscience de lui-même, une confiance renouvelée dans son avenir en tant que nation. Ou ce sont les colonisateurs portugais rêvant de même, après la Deuxième Guerre mondiale, de transférer la capitale de l'Angola du port tropical de Luanda à Nova Lisboa, aujourd'hui Huambo, sur les hauts plateaux quasi tempérés du centre de la colonie (mais il y avait eu plus tôt Washington, Ottawa ou Canberra, et plus tard Islamabad, puis Yamoussoukro ; la Lybie, le Nigéria ou l'Argentine...).

42Un second type de projet, moins ambitieux par ses dimensions, l'est tout autant par son objectif : il s'agit de cristalliser sur un symbole construit une volonté affichée de réaménagement régional ou local. C'est Caetano, successeur de Salazar, tentant de faire du projet de Sines, avec son port artificiel, ses industries lourdes et sa ville nouvelle, le symbole d'un Portugal réconcilié avec la modernité et plus harmonieusement développé, sur la côte alors quasi déserte de l'Alentejo (à l'époque où Britanniques et Français projetaient, avec leurs propres villes nouvelles, de créer une nouvelle façon de vivre la ville, et espéraient rééquilibrer leurs métropoles menacées d'asphyxie). Ce sont les aménageurs portugais qui, durant les années 1960-70, pendant comme après la chute de la dictature, butaient sur l'absence de support urbain conséquent dans le Nord-Est accidenté de leur pays et proposaient d'en créer un nouveau, pratiquement de toutes pièces, au croisement géométrique de cet espace en cours d'abandon, en lieu et place du modeste bourg endormi de Mirandela. Ils ont commencé par y ériger un complexe agro-industriel aux dimensions de leur rêve, bien plus qu'à celles de la médiocre réalité du moment. L'esprit d'un tel projet de reconquête, par la ville, d'un territoire saigné par l'émigration et l'exode rural, n'est pas sans rappeler celui, autrement réussi apparemment, qui avait présidé à la recolonisation du Sud-Ouest français après la saignée de la Guerre de Cent Ans, avec ses bastides et ses villeneuves.

43Mais c'est aussi l'architecte-urbaniste Tomás Taveira qui, dix ans plus tard, concevait à Lisbonne, avec l'ensemble monumental des Amoreiras, le projet d'une nouvelle ville dans la ville, capable de fonctionner en totale autonomie et d'être un nouveau modèle urbain, comme on avait pu croire que le serait la Défense à Paris, ou Mériadeck à Bordeaux.

44La ville en projet va donc bien au-delà de la création d'un organisme urbain nouveau. Celui-ci n'en est au fond que le prétexte, ou plutôt la matérialisation physique. Son but est d'essence d'abord symbolique, comme l'était le sillon fondateur de Romulus. La ville en projet a pour objet premier de donner ou redonner un sens à la collectivité sociale, quelle que soit son extension, qui manquait de cohésion.

45Sur le plan régional d'ailleurs, je ne vois pas de différence de nature entre diverses formes possibles de projet : celui de faire surgir une ville n'est alors qu'une option parmi d'autres, d'égale valeur médiatique. Dans la vallée du Douro, la même idée a pris la forme, durant les années 1960-70, de grands travaux pour en refaire une voix navigable à échelle moderne, comme on continue à projeter depuis des générations une liaison Rhin-Rhône. Puis, la voie liquide à peu près terminée mais toujours déserte, le rêve s'est transplanté en Alentejo, où l'on agite depuis vingt ans l'étendard des miracles potentiels que pourrait provoquer la construction du grand barrage d'Alqueva, sur le cours modeste d'un Guadiana exsangue. Au Brésil, la Transamazonienne relève de la même famille.

46La mythique ne se résume pas à la ville en projet. Le ressort politique et psychologique du projet à échelle régionale, d'autant plus fort qu'il se concentre sur un pôle ou sur un axe, est du même ordre et peut produire les mêmes effets. Il en a la même force d'impact immédiate, le même effet d'annonce, et la même fragilité dans la durée, celle qui résulte de la projection d'une image transcendée qui manque de bases suffisamment solides.

Le projet de ville ou l'âge du possible

47La ville en projet semble tout de même, au total, un concept dont l'efficacité apparaît surtout aux moments de rupture dynamique (ce n'est pas que manquent les forces de progrès, mais elles ont besoin d'être canalisées), et/ou dans le cas de nations relativement peu structurées, qui ont l'impression de vivre au large (ce n'est pas l'espace qui manque, sa conquête peut encore être motivante).

48Dans nos sociétés plus denses, plus rassises et plus enracinées, où le culte du patrimoine paraît être la valeur-refuge aujourd'hui la mieux partagée (question de raffinement, d'âge ou de frilosité ?), plus raisonnables aussi, c'est à l'évidence une notion moins spectaculaire, celle de projet de ville, qui paraît la mieux adaptée à la crise urbaine d'aujourd'hui. Il s'agit de garder la ville qui nous a élevé et où nous avons appris à vivre, mais de lui redonner un élan qui nous permette d'y vivre mieux. Plutôt que de projeter une improbable Babel, on tente d'en intérioriser les vertus potentielles. Au temps de l'exaltation a succédé la quête du possible.

49Mais si modeste qu'il semble être par rapport à la ville en projet, le projet de ville ressort du même objectif : il doit être suffisamment motivant pour entraîner l'adhésion, il doit projeter une image politiquement efficace. En redonnant une raison d'espérer, il doit créer une dynamique collective suffisante pour remettre en marche le moteur social grippé par la crise.

50Ceci étant, les projets de ce genre évoluent avec l'âge et la taille de la ville, et dans une moindre mesure avec ceux du pays ou de la région que cette ville doit symboliser. Bien entendu, ils peuvent se combiner entre eux ; seul change, en quelque sorte, l'accent tonique.

51Quand la ville est petite — ou se sent petite, et a encore envie de grandir — le projet revient à revendiquer pour elle les ambitions communément attribuées à la grande : c'est le projet de croissance. Il est le plus souvent associé à la recherche d'une promotion statutaire, et il s'incarne dans l'acharnement à décrocher un attribut jugé clairement représentatif : naguère une foire-exposition, une bretelle autoroutière, une zup, voire une grande tour de bureaux dans le centre ; aujourd'hui plutôt un symbole de nature qualitative, comme une université, un aéroport ou un palais des congrès. L'image d'elle-même que la ville entend projeter, à l'extérieur mais aussi à destination de ses propres habitants, par la politique de communication qui fait partie intégrante du même projet, est une image de dynamisme et d'efficace modernité, affirmée avec d'autant plus de vigueur qu'elle semble moins évidente.

52Quand la ville est grande — ou qu'elle se sent grande, et qu'elle commence à en ressentir les désagréments — le projet est de la rendre plus agréable à vivre : c'est le projet de vie. Ses meilleurs symboles peuvent alors devenir la mise en valeur de son patrimoine historique, l'aménagement de jardins publics, d'un centre piétonnier, associés à une rocade et à un métro capables de rendre la circulation plus facile et plus fluide. La stratégie de communication n'a plus besoin d'insister autant sur un dynamisme ou sur un niveau de services supposés connus, mais privilégie la qualité du cadre existentiel offert.

53Quand la ville est très grande, le projet est de l'empêcher d'étouffer : c'est le projet de survie (Paris, Londres, Hong-Kong, São Paulo, voire Lisbonne) qui cherche à la fois à démultiplier les nœuds de concentration et à rendre au centre majeur, le "cbd" ou la city, le minimum d'équilibre entre différents types d'activités qui en garantisse la primauté attractive. Il n'est plus besoin de communiquer, sinon pour garantir, mais cette fois à l'échelle mondiale, le soin apporté à assurer la pérennité justifiée d'une célébrité acquise de longue date.

54Projet de ville, projet de croissance, projet de vie, projet de survie : c'est donc peut-être une question d'échelle, et de degré de maturité urbaine. Il reste que la lucidité est aussi nécessaire face au projet de ville qu'à propos de la ville en projet. L'audace ne se résume pas à l'effet d'annonce, et la viabilité d'un projet tient autant à son ancrage dans le lieu et le moment concret qu'il entend modifier, qu'à sa réelle inventivité. Si tant de projets ne se sont pas avérés être à la hauteur des espérances que pouvait susciter leur spectaculaire médiatisation, c'est qu'ils péchaient paradoxalement par manque de créativité. En réalité, il est bien plus commode d'aller pêcher des modèles un peu éprouvés dans le passé d'autrui, quitte à les rhabiller sommairement, que d'en inventer de réellement innovants. Si relative que soit la réussite de Brasília, n'en répète pas qui veut, n'importe où et n'importe quand, le pari profondément audacieux !

55La tour de Babel, nous dit la Genèse, a été construite en argile, et l'on sait — mais veut-on s'en souvenir ? — ce qu'il advient aux colosses aux pieds d'argile...

Fig. 1 - La Tour de Babel - Pieter BRUEGEL 1563

Fig. 2 - La Tour de Babel - Pieter BRUEGEL 1563

Auteur

Directeur de recherches CNRS, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search