Version classiqueVersion mobile

Villes en projet(s)

 | 
Jean-Paul Charrié

Les leçons d'un colloque

Jean-Paul Charrié

Texte intégral

  • 1 Communication de F. Guichard.

1"Ce qui a été, c'est ce qui sera, ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera : rien de nouveau sous le soleil". En plaçant cet extrait de l'Ecclesiaste dans la première communication1 de ce colloque organisé par le cesurb, il a été bien mis en évidence les racines profondes de cette approche de la ville en projet et la richesse d'un thème extrêmement porteur qui, en cette fin de xxe siècle, puise dans l'histoire une partie de ses fondements et de sa construction. La ville existe parce qu'elle est projet, parce qu'une collectivité a besoin de se créer des fictions, de les entretenir et de s'y attacher. Depuis la tour de Babel, les hommes aspirent à inventer de nouvelles dynamiques, cherchent à concevoir une ville harmonieuse ou fonctionnelle et, pour y parvenir, remettent sans cesse sur le métier leur ouvrage.

2Le projet est à la mode, pas seulement dans le domaine des études urbaines. Dans la recherche d'un nouvel emploi un individu doit posséder un projet personnel. Dans le domaine de l'Éducation on doit proposer un projet pédagogique dans le cadre d'une démarche collective des enseignants d'un établissement. Et on pourrait ainsi trouver d'autres approches qui placent ainsi le projet au cœur de leur réflexion. Dans ces conditions il n'est guère étonnant que ce dernier prenne une place dans les recherches des urbanistes et de tous ceux qui s'expriment sur les problèmes que rencontrent aujourd'hui les villes. Cela présente au moins l'avantage de pouvoir donner un sens à toute construction théorique.

3En proposant ce colloque le cesurb a souhaité élargir une approche limitée trop souvent au projet urbain, celui des urbanistes, et offrir ainsi à la communauté des chercheurs en sciences humaines l'occasion d'exprimer sa propre perception du thème. Si on peut regretter la faible participation des sociologues et des historiens, hors ceux de l'équipe du cesurb, et surtout des architectes, les deux journées de Bordeaux ont permis de réaliser de réelles avancées sur un certain nombre de points grâce à des communications de grande qualité et à des débats très riches. Ces derniers ont bénéficié d'un public suffisamment diversifié en raison de la présence de représentants des agences d'urbanisme de plusieurs villes du sud de la France. Mais, du fait même de la composition de cette assemblée, peu de choses ont été développées sur la forme urbaine, alors que le rapport entre la ville et sa population a été largement fouillé. Comme l'écrit un des participants, le balancier penche aujourd'hui en faveur de la sociologie urbaine aux dépens de l'anatomie-physiologie de la ville.

4Quelques grandes questions étaient posées à travers la problématique suggérée aux intervenants dans un souci de cadrage. Dans nos villes volontiers dites "en crise", le projet est-il une réponse aux dysfonctionnements ? La ville s'inscrit de plus en plus dans un système économique dominant, en voie de mondialisation, et le projet apparaît comme un mode de régulation sociale et politique, un moyen d'adapter les territoires urbains à la compétitivité qui s'impose à tous. À ce titre, le projet permet-il de "recoller les morceaux" ou participe-t-il à la fragmentation de l'espace urbanisé ? S'agit-il seulement de modifier l'image de la ville en crise en se bornant à jouer de la forme en utilisant le dessin, ou bien se donne-t-on comme objectif principal de faire participer les habitants au projet en souhaitant parvenir à dégager un dessein voire un destin ? Le projet serait-il un moyen de masquer l'absence de projet de société ?

5Derrière ces interrogations s'ouvrent de nombreuses pistes de recherches que ce colloque ne prétend pas avoir épuisées, à commencer par la définition d'un certain nombre de concepts. De plus, ce thème exige qu'on s'interroge plus encore sur les idéologies qui commandent la configuration du projet, sur les acteurs qui le font surgir. Quel est le rôle des acteurs institutionnels, des professionnels dans sa construction et sa réalisation ? Quelles sont les cibles sociales et économiques visées ? Les effets liés à la médiatisation, au besoin de communication, ne prennent-ils pas le pas sur la réponse que l'on doit apporter à la crise de la société et à la crise de la ville ?

Sens et enjeux du projet

6Le lien entre le projet et la crise urbaine a été clairement établi, encore que pour plusieurs participants le diagnostic de cette crise est forcément partiel, fragmenté, à tel point que les élus n'ont jamais une vue globale de la crise urbaine. Aussi, dans la manière d'aborder la crise de la ville il y a manifestement une crise de la question plus que de la réponse. Dans ces conditions le projet est-il réellement une réponse à la crise si ceux qui le mettent en œuvre n'ont pas les moyens de faire un diagnostic complet et global ? Une chose est cependant certaine, on parle de projet depuis que les villes enregistrent une diminution de la population dans la partie centrale, depuis que la crise économique accélère les mutations, tant en ce qui concerne le tissu économique que l'espace urbanisé.

7Il y a deux volets à la crise et au moins deux types de réponse apportés par l'intermédiaire du projet. Le projet tente de corriger les imperfections du fonctionnalisme dès la fin des années 1970, alors que dans sa démarche actuelle il vise tout autant à assurer l'inscription des villes dans des processus d'internationalisation en pratiquant ce que certains considèrent comme un urbanisme de communication. On ne peut plus se contenter de gérer la ville comme on pouvait le faire en phase de croissance, car les mutations économiques exigent des recompositions rapides et souvent coûteuses. Il devient nécessaire d'anticiper les mutations pour mieux les accompagner.

  • 2 Communication de F. Tomas.

8Le terme de projet recouvre des concepts assez différents comme cela est démontré à partir du cas de Barcelone où "G. Henry qualifie de projet aussi bien l'aménagement d'un espace public dans un quartier que la planification de la ville olympique"2. Si cette utilisation abusive montre la force de la mode dans l'adoption d'une terminologie, cela est également source de confusion.

  • 3 Communication de J.-P. Augustin.

9Empruntées à l'Italie, appliquées à Grenoble, les nouvelles politiques de réhabilitation des quartiers ont affirmé la validité du concept de projet urbain. À Saint-Etienne comme à Barcelone, il s'agissait de traiter des quartiers ou des friches, en restant respectueux de l'histoire, du patrimoine, en prenant en compte les souhaits des habitants, en s'inscrivant pour y parvenir dans l'espace vécu. On a pu dire, dans le cas de Barcelone, qu'il fallait reconstruire la ville à partir des creux. Mais dès le début des années 1980 il y a un changement radical car on recherche de nouveau la centralité pour affirmer une image face aux autres villes dans le contexte de concurrence que provoque la mondialisation, et en Europe une intégration de plus en plus marquée. Se pose alors la question de choisir entre le quartier et l'image olympique, par exemple, qui, par essence, permet d'accéder à l'international3.

10Si le projet urbain est une réponse à la crise, n'est-ce pas une réponse au moindre coût ? Au lieu de donner lieu à des convergences de nature politique, opérationnelle et urbanistique, on se contente souvent de mettre en œuvre un seul de ces éléments. Parmi les dérives qui ont été évoquées on trouve les projets urbains qui permettent de faire l'économie d'un programme, tandis que d'autres visent moins à donner du liant aux morceaux issus de la fragmentation qu'à transformer un de ces fragments en se contentant de l'embellir.

  • 4 Communication de J. Marieu.
  • 5 Courson J. de. Le projet de ville : un essai pratique. Paris : Syros, 1993.

11Mais la difficulté de cerner la notion de projet tient également aux différentes échelles qui apparaissent quand on évoque la ville4. À l'origine, le projet urbain concerne le quartier, puis sont apparus par la suite le projet de ville et celui d'agglomération. Ce dernier est certainement le plus abouti dans sa construction car il peut s'appuyer, en France, sur les exemples de Lyon puis de Strasbourg. En revanche le projet de ville est plus ambigu dans la mesure où il est défini comme un projet d'agglomération mono-communale5 et qu'il peut également s'identifier avec le projet urbain qui vise plus à corriger les fragmentations urbaines qu'à donner un dessein à la ville.

  • 6 Communication de F. Luans.

12De plus, le projet de ville peut peser sur celui d'une agglomération comme le montre le cas de Toulouse6 et celui de Strasbourg à travers le schéma de transport élaboré autour du tramway. Dans ce cas, le projet de ville est établi à moyen ou à long terme afin d'indiquer aux autres communes de l'agglomération quel est l'objectif retenu par la ville-centre. À Toulouse, il est évident que les choix de la commune-centre influencent le projet de l'agglomération car elle dispose encore des terrains nécessaires et n'a pas perdu sa population et ces capacités au profit des communes de la périphérie comme on l'observe dans le cas de Bordeaux ou d'autres villes-centres qui ont un territoire saturé.

  • 7 Communication de J. Beauchard.
  • 8 Communication de M. Goze.

13Une seule communication s'interroge sur l'intérêt de rester dans les limites administratives au sein desquels émergent les projets7. En effet, le projet urbain comme le projet de ville concerne des communes, des regroupements de communes, et des acteurs aussi différents que les élus et les associations qui se mobilisent. Son émergence se heurte trop souvent au manque de coopération entre les communes, ce qui apparaît particulièrement vérifié dans le cas du projet d'agglomération. Rappelons que la majorité des communautés urbaines a été imposée par la puissance publique tandis que les modalités nouvelles n'ont pas encore permis la naissance de nombreuses communautés de villes. Il est bon de rappeler que la structure d'agglomération exige que soient surmontées quatre séries d'enjeux : un enjeu d'efficacité au plan économique, d'équité en terme d'accès aux équipements, de démocratie afin d'éviter les dérives démocratiques et un enjeu temporel pour intégrer les coûts de fonctionnement8.

  • 9 Communication de J. Beauchard.

14Faut-il continuer de penser les projets dans le cadre de territoires administratifs qui ne collent plus avec l'urbanisation et la mobilité pour tenir compte du fait que "l'urbain" étend ses modes d'habitat et d'habités dans les campagnes ? Faut-il inventer de nouveaux lieux, au sein de la Cité qui est un savoir de lieux multiples privés et publics, qui projette son unité dans des paysages et dont la centralité se manifeste en chacun des lieux qui la composent9 ? C'est une réponse parmi d'autres à la nécessité de parvenir à un projet global qui prenne en compte la ville dans toutes ses dimensions tout en intégrant la multiplicité des projets indispensables et en émergence alors que leur simple addition ne donne pas un résultat satisfaisant et assure rarement des dynamiques nouvelles.

  • 10 Communications de J. Pontet, M. Papy, I. Backouche, M. Lassère, J.-P. Jourdan, L. Coste notamment.
  • 11 On en trouvera un exemple dans la communication de C. Bernié-Boissard et J.-P. Volle.
  • 12 Communication de J. Dumas.

15Les différentes communications présentées par les historiens ont également permis de bien mesurer le poids de la temporalité, en ce sens qu'entre la présentation du projet, sa mise en application et sa réalisation définitive il faut des années, parfois près d'un siècle10. Mais l'histoire intervient aussi dans la construction présente du projet. Ce dernier est en effet de plus en plus amené à s'appuyer sur le passé pour tracer de nouvelles perspectives afin de préparer le futur. En ce sens le projet produit de la temporalité et des tensions plus ou moins fortes peuvent se manifester entre le passé et le futur, sans compter que cela remet en cause éventuellement le présent11. Les récits d'un autrefois urbain procurent une certaine intelligibilité qui améliore la compréhension du projet, de nouvelles mises en perspective. Écrire l'autrefois de la ville apporte un éclaircissement et favorise la représentation d'un lieu comme un objet possible d'action12. La lisibilité temporelle assure au projet urbain sa consistance et sa légitimité politique. Mais comme on peut faire dire à l'histoire ce que l'on veut, le projet ne dispose pas toujours de bases très solides.

16Au fond, le projet est peut-être une alternative actuelle entre la ville-outil et la ville-produit et il est d'autant plus ambitieux qu'il est peu précis sur ses réalisations économiques et son impact social. Par opposition au projet de société, le projet appliqué à la ville permet ainsi d'évacuer en partie les problèmes sociaux et il peut aussi s'affranchir des questions de territorialité qui sont devenues très prégnantes en raison des conflits au sein des agglomérations. Ceci en fixe les limites.

La médiatisation par le projet

17Le projet ne vaut que pour celui qui l'énonce ! Cette affirmation un peu abrupte d'un des participants, au cours du débat, met cependant bien en valeur la place prise par le recours à l'image, l'importance donnée à la communication. Le projet favorise la structure narrative, peut s'appuyer sur des images car rien ne paraît plus "vrai" qu'une image, et cet ensemble s'adresse aussi bien aux citadins de la ville concernée qu'aux autres villes qui ont à connaître ce qui se fait chez le concurrent ou le partenaire. Aussi, ce thème de l'image a été constamment présent, autant dans les communications que dans les discussions.

18Ne se manifeste t-il pas derrière le projet urbain un effet de mode ? La deuxième moitié des années 1980 a été marquée par le fait technopolitain. Face aux mutations industrielles en cours et pour user de leurs nouveaux pouvoirs sur le territoire urbain, les édiles ont tenté de valoriser le concept de technopôles en s'inspirant de ce qui s'était passé dans la "Silicon Valley" aux États-Unis. À travers cette volonté de recomposition sociale et fonctionnelle des espaces urbanisés, ils ont découvert la puissance du discours et l'effet porteur de l'image véhiculée par tout ce qui touche les hautes technologies. Les technopôles constituent un élément fort des projets de villes mais leur effet s'est estompé si bien que ce colloque n'en a pratiquement pas parlé.

19Mais, de la même manière qu'on pouvait s'interroger sur ce qui guidait le projet technopolitain, on peut aujourd'hui se demander ce qui se cache derrière le projet urbain ou le projet de ville. La réponse a été quasiment unanime au cours du débat : en développant le thème du projet on peut facilement médiatiser toute action et les acteurs y ont tout intérêt car ce sont eux qui en tirent le plus d'avantages. Médiatiquement, le projet est porteur pour la ville, pour ses élus et ses responsables, mais jusqu'à quand ?

  • 13 Voir en particulier la communication de M. Lussault, de F. Rollan et aussi celle de P. Sanson pour (...)
  • 14 À deux reprises au moins les participants se sont appuyés sur les travaux du philosophe Paul Ricœu (...)

20Le rôle de l'image dans le succès du projet, dans son impact auprès des personnes plus particulièrement concernées, a été évoqué dans de nombreuses communications et par plusieurs intervenants au cours des discussions13. Cette image repose sur l'écrit, la structure narrative d'un récit qui propose une intrigue14. Mais l'importance de l'iconographie n'est pas à démontrer. Contrairement au texte, l'image dit le vrai, elle permet de rendre présent, palpable un futur qui n'existe pas encore. On sait comment la municipalité de Montpellier a usé de cette possibilité afin de préparer les habitants à des réalisations commencées bien longtemps après qu'elles aient été annoncées tout en améliorant, également par anticipation, son image auprès des investisseurs nationaux et internationaux.

  • 15 Communication de M. Davie.

21Le projet répond-il à des nécessités techniques ou économiques ? S'agit-il avant tout d'attirer des capitaux ? Si la question a été clairement posée, il n'y a pas eu d'analyses approfondies et seules quelques pistes ont été proposées. Un certain nombre de projets apparaissent, en effet, destinés à capter l'intérêt des investisseurs internationaux et, de ce fait, n'ont pas grand chose à voir avec la population qui n'est pas consultée. C'est le cas à Mexico où les terrains libérés au centre, au cours du tremblement de terre, sont conquis par des bureaux. Beyrouth constitue peut-être le cas extrême puisque l'ambition est de construire, sur les ruines des bâtiments détruits au cours des combats, un centre international financier en forte rupture avec le tissu existant15. Mais plusieurs participants sont restés sceptiques, considérant que le projet, en général, n'est pas déterminé par la venue d'éventuels investisseurs, mais qu'il est conçu d'abord pour être (re)connu de l'extérieur.

  • 16 Communication de P. Guillaume.

22L'image est-elle porteuse de tromperie ? Un peu probablement, mais ce n'est pas suffisant pour enlever la très forte positivité qui accompagne l'image. En revanche, l'image peut-être négative comme cela a été le cas pour la ville tout au long du xixe siècle et même au début du xxe siècle16. Il a pu ainsi être rappelé que le discours anti-urbain est avant tout un discours sur l'image. Et cela perdure jusqu'à nos jours, dans une certaine mesure, quand on observe la place que continue d'occuper le rural dans la dernière loi sur l'aménagement du territoire. Cela prouve a contrario la fascination et la crainte que peut encore exercer la ville. En outre, une même image peut être exploitée de manière différente. À propos de l'installation du technopôle de Bordeaux sur le site Montesquieu l'image viticole des Graves a été utilisée différemment suivant qu'on était pour ou contre le technopôle.

  • 17 Communications de M. Papy, F. Hulbert, P. Petsimeris, P. Laborde, M. Davie, F. Tomas, Chevalier-Do (...)

23Si quelques villes ont œuvré dans la continuité, telle celle de Pau qui a mené une politique de projets urbains assurant la puissance de l'image touristique, pour le grand nombre de villes présentées au cours de ce colloque, l'objectif est de modifier l'image de la ville, surtout quand cette dernière est particulièrement négative comme c'est le cas dans celles qui ont des fonctions industrielles ou portuaires17. Pour Marseille il convient d'améliorer son image tout autant auprès de ses habitants que du reste du pays. À Bilbao, il faut surmonter une grave crise industrielle et transformer des friches. Dans ce dernier cas comment changer de fonctionnalité sans changer de site quand celui-ci induit des contraintes extrêmement fortes ?

  • 18 Notamment les communications de M. Papy et A. Fernandez.
  • 19 Communication de C. Bernié-Boissard et J.-P. Volle.
  • 20 Communication de A. MacLaran.

24La plupart des projets doivent donner l'image d'une ville moderne. Cela peut être réalisé par l'amélioration des équipements, en jouant sur le mobilier urbain ou sur quelques grands équipements18. À Nîmes un maire entrepreneur a voulu lancer une nouvelle dynamique économique avant de retrouver la ville comme une entité et non plus comme le support d'expériences architecturales19. Ceci peut aller jusqu'à la destruction du patrimoine historique quand rien ne vient limiter l'appétit des promoteurs comme à Dublin20. Dans ce cas, et c'est le seul exemple qui a été présenté, on relève l'absence de projet, dans le sens d'une volonté de planification urbaine. Pourtant, du point de vue de plusieurs participants, avec le projet on assiste au retour de la planification urbaine sans vouloir vraiment l'afficher.

  • 21 Communication de J.-P. Charrié.
  • 22 Communication de M. Genty.

25Face aux difficultés, le projet culturel est une réponse commune à la plupart des villes étudiées au cours de ce colloque. Dans le passé, la richesse d'une ville permettait d'accéder à la culture et il a été montré que Saint-Etienne n'avait pas attendu la crise pour créer un musée des arts et de l'industrie. Mais aujourd'hui la culture peut porter une ville, permettre qu'on parle d'elle, modifier la manière de la percevoir et donner du liant aux fragments de son tissu urbain21. Quand les villes disposent d'un patrimoine de qualité, celui-ci est valorisé afin de donner une autre image et de diversifier les ressources en accueillant des touristes. Ainsi s'explique certainement le succès des secteurs sauvegardés présents dans les métropoles comme dans les villes moyennes22.

  • 23 Communication de F. Taliano.

26L'art est également appelé à la rescousse pour jouer le rôle d'un unificateur invisible. Pour certains la ville devient le lieu d'une mise en scène qui peut permettre de masquer les problèmes sociaux et les dysfonctionnements internes. Mais la culture peut aussi servir de levier pour un renouvellement, pour apporter de nouvelles dynamiques. Il est évident que le projet culturel de Bilbao emprunte beaucoup aux expériences menées à Glasgow au cours des quinze dernières années. Si toutes les villes ne prennent pas conscience en même temps du rôle que peut jouer la culture dans le renouveau et le changement d'image, elles pratiquent un certain mimétisme comme le montrent les comparaisons de Bordeaux, Toulouse et Marseille23.

27En conclusion de ces débats sur la médiatisation des villes, sur le recours au texte narratif et à l'image, il apparaît que cette dernière a deux vocations assez différentes. L'image est utilisée comme un outil de la politique urbaine menée par des élus qui doivent se faire comprendre et qui attendent aussi qu'on parle d'eux. Mais l'image est aussi le produit de cette politique, à ce moment-là il s'agit d'une représentation mentale. Peu de choses ont été dites sur la manière d'aller de l'une à l'autre de ces deux approches.

Démocratie et projet

28Qu'il soit de quartier, de ville ou d'agglomération, le projet marque un retour vers le local et donne à la population la possibilité de s'exprimer par rapport aux décisions qui jusqu'alors avaient été plus ou moins imposées. Les historiens ont justement fait remarquer que, jusqu'à une date récente, les maires et les communes ont été soumis dans leur gestion à une très forte tutelle de l'État. Ce recul de l'État permet-il plus de démocratie ? Quand plus de 800 communes de la région parisienne doivent se prononcer sur un schéma d'aménagement, où est la démocratie ? Comment la démocratie peut-elle aussi s'exprimer à l'échelon local tant est grand le déficit d'information.

  • 24 Communication de A. Levy.

29Pendant les années de développement économique, durant les "Trente glorieuses", le grand problème a été celui de la croissance urbaine et la plupart des instruments ont été conçus dans cette perspective. Les grands ensembles sont la marque de cet urbanisme statistique. Mais qu'en est-il du lien social ? Sommes-nous aujourd'hui dans l'ère de la ville démocratique fondée sur des objectifs radicalement différents qui doivent apporter des réponses à un besoin d'émancipation, d'égalité et de liberté pour chacun24 ? Bien évidemment la ville n'est pas démocratique comme l'enseigne l'histoire et comme le montrent les fonctionnements actuels. Certains intervenants estiment que cette démocratie reste purement utopique tant les déficits de communication sont grands, tant les moyens d'information manquent ou sont partiels, tant les individus bâtissent avant tout des projets individuels. Il y a même une crise de l'espace public, qui n'est plus celui de la place publique où on peut revendiquer, dialoguer, mais un espace symbolique reposant sur la publicité et la médiatisation, de telle manière que nous sommes face à un déficit de débat public.

  • 25 Communication de B. Pagan.

30Certes il est possible d'y parvenir comme le montre l'exemple de l'ensemble de logements des Béalières dans la commune de Meylan, elle-même inscrite dans l'agglomération grenobloise25. Ce n'est pas par hasard qu'une démarche de ce type a été conduite dans la banlieue de Grenoble qui joue un rôle pilote depuis plusieurs années en matière de politique urbaine fondée sur la participation des habitants. La réussite dans ce cas repose sur le dialogue constant des trois parties en présence : élus, experts et mouvements associatifs. Cela indique la voie à suivre dans une démarche de ville plus démocratique. Il faut confronter sans cesse les points de vue des parties en présence et favoriser la création d'une véritable culture urbaine qui permette à chacun de comprendre ce qu'avance l'autre tout en améliorant, collectivement, le projet.

31Dans la phase de médiatisation du projet les élus tentent de convaincre un citoyen mythique. La production d'image est faite sans se préoccuper véritablement de savoir qui la consulte et peu d'enquêtes ont été faites sur ce point. Mais là n'est pas l'intérêt pour les acteurs en quête de légitimation. Ils avancent toujours comme argument décisif la justification d'une plus grande démocratie locale par le biais de l'information qui est faite en direction du plus grand nombre. Il n'y a pas d'audimat pour les élus mais ceux-ci s'expriment toujours au nom de leurs concitoyens. Ce n'est pas le maire de Toulouse qui déclare, mais les Toulousains qui pensent ou qui décident que telle chose est bonne à faire.

  • 26 Communication de G. Burgel.

32Les enquêtes publiques sont-elles l'expression d'une nouvelle forme de démocratie ? Certains le pensent en observant que la participation des habitants se révèle toujours plus forte quand il y a de grandes options à déterminer. Ils n'attendent pas seulement le verdict de six années de mandat et utilisent les moyens juridiques qui leur sont offerts. N'y a t-il pas là, cependant, une sorte de dérive qui fait que le droit prime le vote ? Plusieurs exemples montrent que les projets capotent à la suite de l'opposition d'une commune, d'une association de citoyens experts dans l'utilisation des réglementations, comme dans le cas de l'A-86 qui doit boucler la région parisienne26. N'est-il pas nécessaire que l'autorité de l'État se manifeste dans ce cas ?

  • 27 Communication de M. Favory.

33Au fond, la démocratie locale ne doit pas conduire à écarter la prise de décision à un échelon plus global, celui où se déterminent des choix qui devraient satisfaire le plus grand nombre. À partir de l'exemple de la rive droite à Bordeaux, il a pu être montré que la démocratie locale ne permettait pas de combler les déficits d'identité de cette partie de l'agglomération dominée par les grands ensembles construits dans les années 1960-197027. Malgré les efforts de coopération des trois communes engagées dans des plans de réhabilitation et de développement, il y a un déficit d'intercommunalité qui freine l'obtention de résultats. Car, l'évolution de cette rive droite dépend beaucoup des politiques menées par l'agglomération. Le déficit identitaire relève donc des représentations de l'espace public et d'un trop faible volontarisme pour rompre les discontinuités provoquées par le fonctionnement de l'agglomération tout entière.

  • 28 Communication de G. Burgel.

34Le projet est-il en mesure d'apporter des remèdes à la crise de la ville à ces dysfonctionnements ? Qu'est-ce que le local, alors que dominent les morcellement et les discontinuités territoriales ? C'est la commune contre le reste de l'unité urbaine, la ville contre la région, la région contre la nation. Le projet ne peut pas s'inscrire dans cette parcellisation et on est en droit de se demander quelles sont les bonnes délimitations géographiques des pouvoirs et des devoirs du citoyen28. L'emboîtement des différents projets, de celui du quartier à celui de l'agglomération, semble s'imposer et bon nombre de participants n'était pas hostile au retour de l'État afin que soient assurées les articulations.

  • 29 La ville, le Courrier du CNRS, no 81, 1994.

35Ce colloque a permis de vérifier que nous sommes dans le temps des incertitudes. C'est la grande parenthèse dans la croissance démographique et le développement économique des villes. Peut-être pour cette raison, les images prennent le pas sur le réel et la politique sur l'économie. Les chercheurs sont placés devant une crise aux facettes multiples. C'est l'affaiblissement des centralités, la crise du savoir et plus généralement une crise de la pensée urbaine dont se fait l'écho la synthèse réalisée sous l'égide du PIR-Villes29. Derrière l'apparente richesse des analyses conduites sur la ville, apparaît la multitude des champs de recherches à l'intérieur duquel chacun tente de montrer que sa discipline est meilleure que les autres pour comprendre le fonctionnement des villes et apporter des solutions aux problèmes majeurs qui se posent en cette fin de xxe siècle. C'est en ce sens que la ville nous échappe.

36Dans cet environnement mouvant, face aux doutes, on comprend mieux que soit apparue, au cours de ce colloque, la volonté d'ingérence des scientifiques dans le débat sur la ville. Non plus dans le sens d'une géographie appliquée comme on pouvait le faire durant la phase de croissance triomphante des années 1960, mais en terme d'éthique : voilà ce que nous pensons de tel ou tel projet, mais nous ne sommes sûrs de rien. Les chercheurs ont un rôle à jouer dans la construction des projets, mais ils doivent aussi en poser clairement les limites.

37Ce colloque permet de vérifier la richesse des approches géographiques sur la ville. Non content de s'intéresser aux espaces urbanisés et à leur transformation, au cadre social dans lequel agissent les individus, les communications qui traitent du thème de "villes en projet(s)" tentent de cerner la manière dont les hommes conçoivent l'évolution des villes dans un environnement difficile. Le milieu urbain connaît-il une aussi grave crise que l'on ait besoin de projeter une image dont on ne sait pas encore si elle débouchera sur un réel meilleur ? La boucle est ainsi fermée, les rêves peuvent prendre le pas sur le fonctionnalisme. L'Éternel avait raison, rien de nouveau sous le soleil. Mais la géographie a encore progressé, grâce à ce colloque, et peut ainsi mieux s'affirmer face aux autres disciplines qui s'intéressent à l'urbain.

Notes

1 Communication de F. Guichard.

2 Communication de F. Tomas.

3 Communication de J.-P. Augustin.

4 Communication de J. Marieu.

5 Courson J. de. Le projet de ville : un essai pratique. Paris : Syros, 1993.

6 Communication de F. Luans.

7 Communication de J. Beauchard.

8 Communication de M. Goze.

9 Communication de J. Beauchard.

10 Communications de J. Pontet, M. Papy, I. Backouche, M. Lassère, J.-P. Jourdan, L. Coste notamment.

11 On en trouvera un exemple dans la communication de C. Bernié-Boissard et J.-P. Volle.

12 Communication de J. Dumas.

13 Voir en particulier la communication de M. Lussault, de F. Rollan et aussi celle de P. Sanson pour sa méthodologie.

14 À deux reprises au moins les participants se sont appuyés sur les travaux du philosophe Paul Ricœur dans Temps et récit. I. L'intrigue et le récit historique, réédition dans la collection Points, 1991.

15 Communication de M. Davie.

16 Communication de P. Guillaume.

17 Communications de M. Papy, F. Hulbert, P. Petsimeris, P. Laborde, M. Davie, F. Tomas, Chevalier-Doumenc, par exemple.

18 Notamment les communications de M. Papy et A. Fernandez.

19 Communication de C. Bernié-Boissard et J.-P. Volle.

20 Communication de A. MacLaran.

21 Communication de J.-P. Charrié.

22 Communication de M. Genty.

23 Communication de F. Taliano.

24 Communication de A. Levy.

25 Communication de B. Pagan.

26 Communication de G. Burgel.

27 Communication de M. Favory.

28 Communication de G. Burgel.

29 La ville, le Courrier du CNRS, no 81, 1994.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search