Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Images et usage du passé dans les médias

Chapitre 2. L'image du patrimoine régional la photographie dans la presse quotidienne régionale : la fête nationale du 14 juillet

Monique Roussel

Texte intégral

  • 1 Il s'agit des années : 1950, 1953, 1957, 1961, 1965, 1969, 1973, 1977, 1980, 1985, 1987 et 1988.

1L'étude sémiologique de l'information photographique dans la presse, permet de décrypter ce qui, derrière un fait d'actualité, appartient à la durée, c'est-à-dire à la culture partagée par le journal et ses lecteurs. L'analyse comparée de la représentation photographique de la Fête nationale du 14 juillet, sur une longue période (douze 14 Juillet répartis entre les années 1950 et 19881 et dans deux journaux situés dans des régions différentes, (en l'occurrence Sud Ouest et La Voix du Nord), montre comment deux quotidiens provinciaux symbolisent l'idée de nation à travers la représentation des fêtes locale et nationale. Elle permet, en outre, de déceler les valeurs d'une société à un moment donné, ses espoirs et ses angoisses face aux changements qu'elle connaît.

  • 2 Ces éléments, appelés effets de réel par Frédéric Lambert, ont pour visée première de rendre l'ima (...)

2L'étude sémiologique associant l'observation de la mise en page (produite par le secrétaire de rédaction qui, par le choix d'un emplacement, d'une dimension, d'une valeur..., crée une hiérarchie entre les différentes unités informationnelles présentes sur la feuille) et de la "mise en image" (produite par le photo journaliste qui, par le choix d'une lumière, d'une distance, d'une perspective, d'une composition...2, instaure une relation particulière entre les différents éléments présents dans le rectangle iconique), nous enseigne qu'une première différence s'instaure entre la représentation de la fête parisienne et celle de la fête locale, autour de la notion même de fête.

I. UNE FÊTE NATIONALE PLUS TRANSGRESSIVE AU NIVEAU LOCAL

  • 3 Éléments retenus dans l'image parce que jugés pertinents, par rapport aux contextes scripto-visuel (...)
  • 4 Premier niveau de signification de l'image chargé de manifester l'information principale transmise (...)

3Si les unités signifiantes3 connotant l'ordre (lignes droites, symétrie des figures), la rigueur (mines compassées et raideur des personnalités officielles et des militaires), la défense nationale (troupes armées), le patriotisme (drapeaux, décorations)... apparaissent dans les photos représentant les cérémonies parisienne et locales ; il se dégage malgré tout une certaine opposition entre les représentations du 14 juillet dans la capitale et en province. La fête, par son côté populaire, bruyant et féerique semble en effet plus vécue au niveau local que national dans la mesure où d'une part, des formes nouvelles surgissent dans l'organisation plastique des photos de la fête locale et, où d'autre part, les trois signifiés de dénotation4 : public, instruments de musique et feu d'artifice, ne sont jamais associés aux images de la fête parisienne dans aucun des deux journaux étudiés sur notre échantillon.

A. À la "une" dans sud ouest

  • 5 Si la part des articles illustrés dans la surface de la page varie peu d'une année sur l'autre (le (...)

4Sud Ouest affiche cette différence dès la première page à partir de la fin des années soixante-dix : c'est-à-dire à l'époque où le journal aquitain décide d'illustrer à la fois les festivités parisiennes et bordelaises à sa "une"5.

5En 1977, Sud Ouest illustre le défilé du 14 juillet par celui d'échassiers landais complètement dépenaillés et semblant surplomber la garden-party de l'Elysée d'où n'émerge que le front dégarni de Giscard (document no 2).

6Il attribue, par la suite, à la ville de Bordeaux un modèle de représentation primant l'exaltation (les formes arrondies, le mouvement, les gerbes de feu ont la primauté), tandis que la capitale reçoit plus volontiers, comme dans La Voix du Nord (qui demeure globalement plus fidèle à une première page plus nationale que régionale, sur toute la période étudiée), un modèle soulignant l'austérité et la discipline (symétrie des figures, abondance des lignes droites ou parallèles, fixité des personnages...). En 1985, il oppose au garde-à-vous des officiels parisiens, une démonstration de combat dans un nuage de poussière (document no 3) ; en 1987, la solennité de l'accueil de Hissène Habré par le président de la République est mise en sourdine par le joueur d'hélicon bordelais qui semble, au premier plan, vouloir nous assourdir (document no 4) ; tandis que le lendemain, la fixité des personnalités parisiennes s'oppose au tracé désordonné des gerbes du feu d'artifice bordelais (document no 5).

7À partir de la fin des années soixante-dix, le modèle de représentation traditionnel de la parade militaire parisienne fait donc face à des images dans lesquelles font irruption des formes et une gestuelle de nature différente. Les critères d'ordre, exprimés par les photographies de la fête parisienne derrière la rigidité des personnages (1985 et 1987), les lignes droites et la symétrie des figures (les traînées parallèles de la Patrouille de France en 1988 : document no 6), s'opposent à l'agitation du combat sur la Place des Quinconces (1985), aux stries anarchiques du feu d'artifice (1987 et 1988) ou à la forme arrondie de l'instrument de musique (1985). Ces nouveaux éléments connotant l'humour (1977), le jeu (1977 et 1985), le mouvement (1977 et 1985) et le bruit (1985, 1987, 1988), non seulement, conduisent plus facilement à la définition de la fête mais viennent également briser l'ennui de ceux que nous avions identifiés comme signifiant l'organisation rigoureuse et la raideur inflexible.

8Ces derniers étant davantage associés à la notion de célébration, voire de commémoration. En effet, par ses formes inébranlables, les images de la célébration parisienne du 14 juillet expriment le même discours conservateur que celui tenu par les fêtes de 1790, cherchant à déclarer comme irréversible l'ordre retrouvé. Cette fête, où dominent l'organisation et la réitération des formes, exprime un ordre que rien ne doit plus venir déranger. C'est l'ordre retrouvé après la tourmente (la symétrie des figures met en relief le réglage impeccable d'une cérémonie ne laissant place à aucune improvisation (document no 7)2. En page locale dans les deux quotidiens :

9Alors qu'à la "une", Sud Ouest affiche la différence locale face à la fête parisienne, dans le huis-clos de la page intérieure ne transparaît que l'apparence grave d'une commémoration. Cet aspect commémoratif, qui a pour finalité de perpétuer la clôture de la Révolution et le retour à l'ordre, est encore accentué dans la locale par les dépôts de gerbes et les remises de décorations attribuées à ceux qui ont aidé à finir la guerre. La figuration constante des porte-drapeaux et des récipiendaires signant de la sorte la participation locale à la paix nationale. Mais si la célébration de l'esprit national et homogénéisateur ne prête pas à sourire, une certaine lassitude commence toutefois à s'exprimer dans les années quatre-vingt quant à la représentation de la cérémonie officielle locale, qui se veut à la fois simultanée et similaire au modèle parisien.

10Un certain mépris s'exprime même en 1980 lorsque les très respectueux récipiendaires côtoient les viols, accidents, suicides et larcins décrits sur le tiers de la page (document no 8). L'indifférence atteint son paroxysme lorsqu'en 1985, le lecteur ne trouve plus trace du défilé ni d'une quelconque cérémonie officielle dans la page bordelaise.

  • 6 C'est ainsi que nous avons appelé la page bordelaise dans l'édition de la "22B".

11Le quotidien préfère octroyer à la locale principale6 une image du feu d'artifice (document no 9) tandis qu'il satisfait à la nostalgie en attribuant, à la page départementale, une photo de la dernière revue du général de la Motte. En 1987, le défilé et les médaillés réapparaissent dans la page bordelaise, mais ils se voient voler la vedette par le tournoi de tennis mieux situé dans la mise en page. En même temps, le titre, accumulant la répétition de la lettre "a" ("Macadam parade"), donne un petit air de rengaine et de refrain agaçant à la célébration officielle (document no 10). Enfin, si en 1988, la célébration réoccupe une place de choix sur la page, c'est le changement de parcours qui est à l'honneur (il est l'objet principal du titre et de la légende) et non le défilé (document no 11).

B. la voix du nord

12La Voix du Nord, de son côté, se moque, dès la fin des années soixante-dix, du système de valeurs de la cérémonie elle-même, en se détachant des conventions de représentation. Elle n'hésite pas à traquer les situations non-conformistes, à rechercher la faille qui humanise ce rituel par trop mécanique (en 1977, la technique du mouvement arrêté nous présente le général Drouin dans une posture rompant avec celle habituellement attachée au personnage (document no 12 en haut) ; en 1980, le journal lillois privilégie les instants précédant et suivant le défilé propices aux relâchements (documents no 13 et 14) ; enfin en 1985 et 1987, le quotidien offre une vision amusante du défilé en nous montrant le dos des militaires (document no 15) alors que les comportements déviants étaient considérés comme suspects dans les années cinquante. Lorsqu'au sortir de la guerre, un comportement inopiné apparaissait dans cette célébration peu propice à la fantaisie (comme en 1950, lorsque la jeune femme s'apprêtant à recevoir la médaille de son mari à titre posthume, pleure ou pouffe de rire aux côtés des récipiendaires au comportement impassible),

13Il était aussitôt désigné comme suspect et sujet à toutes les interrogations (le rédacteur de la légende souligne son questionnement en positionnant de façon peu orthodoxe son point d'interrogation, amenant du même coup le lecteur à s'interroger sur le sens de la phrase et sur celui du comportement marginal (document no 16).

  • 7 Ce que ne manque pas de critiquer un journaliste de La Voix du Nord regrettant que le défilé ait l (...)

14Ainsi, face à une cérémonie parisienne dominée par la répétition monotone des mêmes formes, les journaux offrent l'image d'une célébration provinciale plus originale. Ils tendent à substituer au modèle de représentation traditionnel des images moins conventionnelles ou à lui préférer peu à peu les photos de la fête nocturne ; ces dernières surpassant progressivement en nombre celle de la cérémonie officielle qui, depuis le milieu des années 80, a lieu la veille du 14 juillet dans les deux villes étudiées7.

II. LA FÊTE NATIONALE LOCALE DAVANTAGE ASSOCIÉE A LA FÊTE POPULAIRE NOCTURNE A PARTIR DES ANNÉES SOIXANTE

15Que ce soit à la "une" pour Sud Ouest ou dans les pages locales pour les deux quotidiens, la mise en page accentue la frontière déjà tracée par les unités signifiantes (les lignes droites et la symétrie des figures connotant la contrainte et l'organisation s'opposent aux arrondis et tracés désordonnés signifiant la liberté et l'improvisation) entre, d'un côté, la cérémonie officielle calquée sur le modèle parisien et, de l'autre, la fête populaire de la soirée.

  • 8 298 cm2 pour la photo relative à la fête bordelaise contre 71 cm2 pour l'image dédiée à la fête pa (...)
  • 9 Toutefois, les images de la fête populaire bordelaise apparaissent seules à la "une" dans les anné (...)

16Pendant qu'à la "une", Sud Ouest attribue à partir de la fin des années soixante-dix, une photographie en moyenne quatre fois plus grande à la fête locale qu'elle soit populaire ou officielle8 ; dans les pages intérieures, la disposition topographique des images souligne encore le caractère mixte et ambivalent de cette fête du 14 juillet. Non seulement les quotidiens lillois et bordelais attribuent une page séparée à chacune des deux fêtes depuis les années soixante pour La Voix du Nord et plus régulièrement dans les années quatre-vingt pour Sud Ouest9, mais aussi s'accordent-ils pour offrir une part de plus en plus large aux images de la fête populaire symbolisée par les photos du feu d'artifice et du public. Ainsi, les journaux s'affranchissent-ils sans scrupules de la représentation jusqu'alors prioritaire et quasi-exclusive de la célébration officielle locale.

A. Apparition des images du public dans les années soixante

  • 10 L'absence du public dans les images ayant pour principal référent la cérémonie officielle souligne (...)
  • 11 Ce rôle éducatif s'exprime notamment dans le choix du cadrage : les enfants et jeunes gens ne sont (...)

17La présence du public, en tant qu'objet principal de la photo à partir du milieu des années soixante participe de cette interrogation inquiète sur le sens de la fête. Elle traduit cette quête d'un célébrant qui soit participant, qui ait quelque chose à exprimer10. Mais si l'observation des unités signifiantes attachées aux représentations du public amène effectivement à distinguer un public "contraint" d'un public "libre", force est de constater qu'il est toujours spectateur. D'un côté, serré derrière des barrières et surveillé par les représentants de l'ordre, il illustre la volonté pédagogique des organisateurs de la fête qui considèrent le citoyen comme un élève auquel il faut inculquer l'esprit républicain11. De l'autre, s'appropriant l'espace, il est chargé d'évoquer la participation corrélative à l'esprit festif. Mais sa contribution au grand défouloir qu'est la vraie fête s'avère toujours guidée par le spectacle.

18Elle n'est jamais spontanée et souvent solitaire.

B. Quelles images de l'unanimité ?

  • 12 Cette phrase constitue l'une des conclusions du livre de BLUCHE Frédéric, RIALS Stéphane, TULARD J (...)
  • 13 L'histoire de "l'âge d'or" de la célébration et la mise à jour des archives et de l'iconographie d (...)
  • 14 Sur la page consacrée aux pompes officielles, La Voix du Nord cherche à démentir la perte de l'esp (...)
  • 15 Selon les termes utilisés par Daniel Mandon pour qualifier ce dont a besoin le groupe social pour (...)

19En 1977, La Voix du Nord symbolise cette utopie "d'une unité qui fût unanimité"12 derrière la photo d'un individu vu de dos et esseulé. "L'homme au parapluie", présenté comme un déviant dont le comportement n'est pas compatible avec l'esprit de la fête, et désigné dans un premier temps à la moquerie, est également l'occasion, par la connexion que le quotidien lillois établit entre le personnage et les films de Tati, d'inciter le lecteur à réfléchir sur le sens de la fête (document no 12 en bas). Par ses interrogations sur le devenir de la fête dès les années soixante (derrière une enquête nostalgique sur la disparition des drapeaux aux fenêtres privées (document no 28), ses rappels historiques dans les années quatre-vingt13 ainsi que la focalisation du cadrage sur quelques individus présentant une certaine collaboration au spectacle à partir de la fin des années soixante-dix14 ; La Voix du Nord traduit une réelle angoisse face à la perte de l'esprit festif chargé de rassembler les citoyens dans une même ferveur communionnelle15.

20De son côté, Sud Ouest n'enregistre aucune subversion mais un rassemblement compact. Le public de la fête populaire est symbolisé dans la majorité des cas par une foule dense prise en plongée. Aucune scène paroxystique, mais plutôt les images très sages d'individus massés qui peuvent à peine bouger. Ces photos cherchent davantage à prouver l'affluence qu'à traquer les comportements provocateurs. Pas de chaos ni de désordre général, mais une fois encore des individus réunis pour voir ou entendre quelque chose.

21Dans cette fête nocturne pourtant propice aux défoulements collectifs, l'abandon est toujours minimal et le spectacle finit toujours par l'emporter (en 1985, la photo de la foule compacte, qui devait exprimer l'effervescence de la danse, rate son objectif lorsque le texte nous apprend que "l'ambiance était plus celle d'un concert que d'un bal" (texte du document no 32 : 5ème paragraphe). En 1987 et 1988, le public prend sans ambages le rôle définitif de spectateur, lorsque Sud Ouest nous le montre de dos pendant le feu d'artifice (en page locale en 1988 et à la "une" en 1987 et 1988 : documents no 21, 5 et 6). Vu de la sorte, il perd définitivement son statut de peuple, rassemblé spontanément pour une exaltation festive, autorisant tous les dépassements.

III. LA DIFFICILE QUÊTE DE L'UNITÉ

A. Les figures emblématiques associées à la fête du 14 juillet dans la capitale

  • 16 MANDON Daniel. Culture et changement social : Approche anthropologique. Op. cit., p. 162.

22Face à un public résolument spectateur et à l'échec de la fête unanimiste, l'unité trouve alors sa représentation symbolique derrière les figures emblématiques attachées à la fête du 14 juillet. La violence est détournée au profit d'un spectacle utilisant le sens du sacré comme "fondement de la communion festive"16. L'unanimité passe par une reconnaissance spontanée de la signification de signes considérés comme représentatifs des valeurs de la célébration collective.

23Le lecteur n'a alors même plus besoin de l'aide du titre pour reconnaître la fête du 14 juillet : l'Arc de Triomphe et les couleurs de la France suffisent, par exemple, à la lui signifier à la "une" de Sud Ouest en 1988 (document no 6).

  • 17 OZOUF Mona. La fête révolutionnaire 1789-1799. Paris : Gallimard, 1976.

24Ces motifs, régulièrement associés à la représentation de l'événement, ont pour ambition de symboliser un certain modèle de vie, de diffuser un sentiment d'appartenance à un même groupe, de rappeler les valeurs qu'il faut préserver, ce qui peut être menacé. Leur vision répond, en quelque sorte, à un souci de moralisation et d'imprégnation de tous les citoyens par l'esprit de la République17.

  • 18 Op. cit., p. 340.

25Les lieux où se déroulent la fête et le "paysage" que nous montre l'image de presse sont donc autre chose qu'un simple décor. Ceux-ci doivent être compris comme attachés à la fête du 14 juillet. Le parcours de la cérémonie est, en effet, semé d'ouvrages dont la République fait la propriété de chacun. Ces monuments sont lourds d'un héritage : la patrie, la République, les droits, la liberté... considérés comme "un patrimoine désormais intouchable"18. C'est donc moins le monument que nous voyons que ce qu'il symbolise : l'ordre nouveau face à l'ordre ancien représenté par l'église et le château.

  • 19 Tandis qu'à Paris la tribune fait traditionnellement face, sur les Champs-élysées, à la statue de (...)

26Si la présence des figures emblématiques dans l'image est pour une large part guidée par les organisateurs de la fête qui ont défini le parcours du cortège19, elle est aussi la façon pour le photographe de consacrer l'événement. Ainsi, outre la représentation d'éléments diffusant l'idée d'un véritable "culte civique" (les processions militaires, les personnalités investies du pouvoir, le dais de la tribune qui divinise...), le besoin de sacraliser l'événement est encore accentué par le choix de photographies portant des motifs capables de répondre à cette forme de religiosité qu'est la recherche de l'unité.

27Plutôt que de soulever la polémique en érigeant en héros quelques personnages, point de statue de Clémenceau sur nos images par exemple, bien que la tribune parisienne lui fasse traditionnellement face sur les Champs-élysées, les photos de la fête nationale parisienne sont davantage en quête du gigantisme et de la magnificence de monuments colossaux qui ont, à la fois, plus de chance d'être vus de tous et de créer l'unanimité. À l'Arc de Triomphe, figure emblématique privilégiée pour la représentation du défilé parisien dans les deux journaux, s'adjoignent l'Obélisque et la Tour Eiffel en 1965 dans La Voix du Nord (document no 22) ou se substitue l'imposante façade de l'école militaire en 1977 (document no 23).

B. Les figures emblématiques associées à la fête du 14 juillet en province

28En province, les figures emblématiques offrent une vision plus duale de la nation : les monuments régionaux rappellent davantage la participation de la province à la construction républicaine et fixent le sacré moins sur la chose que sur l'individualité associée à cette chose.

  • 20 La nouvelle logique d'organisation de la page consécutive à la réforme rédactionnelle de 1984, imp (...)

29La colonne des Girondins est le motif qui revient invariablement dans les photos de la manifestation bordelaise. Elle devient même figure centrale des images relatives au feu d'artifice pour les trois années étudiées dans la décennie quatre-vingt. Les documents no 9 et 21 montrent combien le spectacle des explosions pyrotechniques ne fait qu'accentuer l'aspect transcendantal de la colonne des Girondins même si celle-ci n'est plus qu'une ombre. Dans les années quatre-vingt, époque où, par le changement de mise en page20, le choix de la photo devient primordial, tous les regards convergent que ce soit à la "une" ou en page locale vers cette colonne surmontée d'un génie ailé (documents no 24, 21, 9, 6, 5).

  • 21 Albert RECHE écrit qu'à la fin du xixe siècle l'érection de la colonne des Girondins a donné lieu (...)

30Dans une même ferveur, l'esprit républicain ne semble plus faire qu'un, derrière sa figure emblématique. Sud Ouest utilise le caractère ambivalent de la colonne pour célébrer à la fois les Girondins (qui, s'ils n'y sont pas représentés, ont donné leur nom au monument) et les principes appartenant au domaine national. En même temps que la colonne de la place des Quinconces répond à cette nécessité de convergence et d'unanimité des regards vers une figure censée glorifier la République21, elle assure la nécessaire coexistence de deux systèmes contradictoires, que sont la différence et l'unité, derrière la valeur "liberté".

  • 22 Statue édifiée sur la place de la République et représentant le mannequin d'osier promené à Lille (...)

31La Voix du Nord donne son poids sacral à la solennité en faisant figurer dans ses pages locales jusqu'au début des années soixante-dix, des signes portant les valeurs patriotiques nationales : tandis qu'un Arc de Triomphe en carton pâte apparaît en 1969 (document no 25), la statue de Faidherbe (dont le quotidien nous montre sur une photo ancienne qu'elle était déjà la figure emblématique privilégiée "au temps des canotiers", (document no 26) est régulièrement visible (documents no 27, 28, 29). Mais ces motifs traditionnels cèdent bientôt la place à des symboles renforçant le sentiment d'appartenance à une communauté plus restreinte. Le général français, bien que né à Lille, tombe peu à peu en disgrâce, caché par le dais de la tribune (document no 30), tandis que dès 1969, l'Arc de Triomphe d'opérette concurrence difficilement le beffroi de la mairie de Lille magnifié par une contre-plongée et des jeux de lumière (document no 31). Dans les années quatre-vingt, cet édifice, qui apparaît encore par deux fois sous le même angle (en 1985 et 1987) est à chaque fois accompagné de l'image de la statue du "Géant" Phinaert22 (documents no 32, 33 et 34).

  • 23 En 1988, le texte sur le feu d'artifice nous apprend encore que les mannequins de Lydéric et de Ph (...)

32La présence répétée du Géant mythique sur fond de lumière, à la fois en pages régionale (1985 : document no 35) et locale (1985 et 1987), tend à donner une certaine importance au Géant de carnaval et à asseoir l'intrusion de la fête folklorique dans la célébration nationale23. Tout comme le beffroi, le personnage de légende répond à une thématique de l'unité plus rattachée à un passé collectif régional.

IV. LA FÊTE NATIONALE NE PEUT OCCULTER LA CULTURE PROVINCIALE

A. Régionalisation de la fête dans les années quatre-vingt ou résurgence de l'histoire provinciale

  • 24 En conclusion de son article retraçant l'histoire de la fête nationale, Victoire écrit : "Mais dan (...)

33En faisant surgir le folklore au sein de la fête révolutionnaire, La Voix du Nord accuse dans les années quatre-vingt une tendance "tribaliste" ou un retour aux petits groupes notamment diagnostiqué par les sociologues, et souligne une fois de plus son interrogation sur le sens de la fête. Elle oppose l'ombre d'une fête folklorique qu'elle dit bien vivante24 au déclin d'une fête qui se veut unitaire et rationnelle.

34Sud Ouest, de son côté, marque plutôt un certain équilibre entre les valeurs régionales et nationales. Les deux fêtes sont à la fois différentes (Sud Ouest nous montre la démarcation des deux fêtes par les formes distinctes qu'elles présentent simultanément à la "une") et identiques (Sud Ouest nous montre également l'identité des formes de la fête parisienne à la "une" avec celles de la fête locale en page intérieure) mais nécessairement coexistantes.

  • 25 Selon la distinction déjà effectuée par Morvan Lebesque dans son livre Comment peut-on être breton (...)

35La fête nationale et la fête locale se rejoignent finalement derrière le symbole de la colonne des Girondins. Face aux images de la fête parisienne qui sont en général le fait des agences de presse où la "liberté" se confond avec la libération du territoire (nous y voyons le chef des armées, les troupes militaires...) et la démocratie avec la République ; le quotidien bordelais semble signifier, grâce à la figure emblématique chargée de marquer l'aspect cultuel de la cérémonie, que la différence n'est pas synonyme d'antagonisme et que l'unité n'est pas le nivellement25.

B. L'histoire étatique à la "une"

  • 26 L'image du président est par ailleurs sujette à interprétation à partir du moment où nous l'opposo (...)
  • 27 Le titre est considéré dans La Voix du Nord comme celui ayant les plus gros caractères.
  • 28 Voir note 4.

36Dans les deux journaux, la fête nationale parisienne se résume, depuis la fin des années soixante-dix, à un acteur : le président de la République26. Même lorsqu'il est absent de la photographie, comme en 1988 pour Sud Ouest (document no 6) et 1987 pour La Voix du Nord (document no 36), le titre ne fait état que de lui27, tandis que la photo se charge, par sa puissance symbolique, de rappeler qu'il s'agit d'un article sur la fête nationale (elle concentre des signes familiers que nous associons à la fête du 14 juillet sans le recours du texte). Progressivement, de ces fêtes parisiennes parfaitement semblables, Sud Ouest et La Voix du Nord ne retiennent plus, dans la fin des années quatre-vingt, que l'information politique produite par l'interview télévisée du chef de l'État. La similitude des fêtes parisiennes est notamment accentuée par le nombre restreint des sujets photographiques utilisés pour les représenter sur les douze années étudiées. Ces derniers se répartissent en deux "grands" signifiés de dénotation28 dans La Voix du Nord (le défilé et la revue des troupes), tandis que Sud Ouest leur accorde un concept supplémentaire (les personnalités officielles).

  • 29 Les deux journaux en partagent 9 dont les 4 plus représentés sont identiques : le défilé (26 photo (...)

37En revanche, dans les pages locales, les quotidiens lillois et bordelais distribuent respectivement leurs photos (au nombre de 109 pour La Voix du Nord et de 94 pour Sud Ouest) en 12 et 10 grands concepts29. La régularité des sujets photographiques relatifs à la cérémonie parisienne ne fait qu'accuser, malgré des projets politiques variés, une réelle identité des fêtes entre elles au cours des ans, et donc une certaine immuabilité de l'"establishment" étatique.

  • 30 L'unanimité tant espérée par la fête nationale n'est en effet que fort peu représentée dans Sud Ou (...)
  • 31 Commentaire tenu par M. Levesque à propos de la télévision. Op. cit., p. 96 et 142.

38Alors qu'à la "une", cette fête est surtout devenue l'occasion pour les médias de faire le point sur la politique de la France ; au niveau local, nous assistons à une sorte de "retour aux sources ". Face à la fête officielle qui n'attire plus les foules30 et qui voit son nombre d'images réduire comme peau de chagrin, les journaux opposent les photos de la fête populaire et celles remémorant un passé provincial plus convivial. Les articles locaux fonctionnent un peu comme une soupape de sécurité offrant au lecteur une échappée vers ses origines ; la "une" se chargeant de le récupérer en lui entonnant "la parole d'État"31.

Conclusion

  • 32 En outre, bien que les ombres chinoises du Géant Phinaert fassent ressurgir les traditions folklor (...)
  • 33 "La mythographie" constitue "autant de traces nécessaires pour que ses lecteurs se souviennent d'u (...)
  • 34 Ibid., p. 179.
  • 35 Cette citation de Jean Jaurès, et retranscrite par Morvan Lebesque, constitue la préface aux poème (...)

39Cette étude de la fête du 14 juillet met en exergue la confrontation et l'imbrication des valeurs nationales et régionales. Ces dernières se côtoient, dans les deux journaux, derrière des figures emblématiques privilégiées. Les images de la fête nationale ne peuvent étouffer l'histoire de la province. S'il n'est pas question de revenir à l'ordre antérieur à la Révolution (en 1977, la photo présentant la silhouette de l'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Lille sous le feu d'artifice semble en effet signifier le caractère dérisoire et le combat perdu de ces valeurs traditionnelles face à la force révolutionnaire, tandis que la légende souligne sans ambages la menace du feu qui donne à l'église la couleur infernale du soufre (document no 37)32, il n'est pas question non plus pour la presse d'occulter le passé du lecteur provincial, parce que "détruire dans un grand élan iconoclaste toutes les mythographies33, ce serait à coup sûr pour son consommateur, se détruire lui-même !"34. L'homme nouveau de la Révolution ne peut donc être un homme sans passé, parce qu'il ne saurait concevoir son avenir sans lui. Ainsi voyons-nous progressivement surgir dans les photos du 14 juillet une réappropriation régionale du passé national. Finalement, c'est bien la Révolution française qui "Par l'universel ébranlement communiqué aux esprits [...] a accru chez les hommes le sens du passé comme celui de l'avenir"35.

40Dans notre échantillon, le tournant des années soixante-dix est particulièrement remarquable. Il constitue en quelque sorte le prélude au développement de la personnalité provinciale. L'individualité s'exprime essentiellement par l'opposition des images représentatives des fêtes nationale et locales.

  • 36 Nous retrouvons ici cette recherche désespérée de l'esprit festif dans une société apparemment san (...)

41Ces photos "insolites", intolérables au sortir de la guerre, en même temps qu'elles expriment un désir de rupture et de transgression avec une réalité qui se déshumanise36, constituent une façon d'échapper à la massification engendrée par le centralisme parisien. Puisque la fête populaire est incapable d'apporter son lot d'inversions compensatrices, les journaux apportent d'autres renversements à cette société apparemment sans fête. En écho à la Révolution de Mai 1968, les photographies des années soixante-dix tournent en dérision le modèle parisien et vont conduire à transformer progressivement l'originalité régionale en réalité culturelle.

42La deuxième étape décisive est sans conteste le passage aux années quatre-vingt qui complète le phénomène précédent en donnant une primauté accrue à l'identité régionale : des figures jusqu'alors inexistantes (le Géant Phinaert) ou reléguées au second plan (la colonne des Girondins (documents no 38 et no 1) apparaissent désormais seules dans le rectangle iconique. Certes, les photographies anecdotiques, qui selon Jean-Marie Charon correspondent aussi à "une contamination de la presse écrite par le style télé" et répondent au besoin de spectaculaire réclamé par le nouveau lecteur-télespectateur, se maintiennent dans les années quatre-vingt. Mais à ces images non conventionnelles s'adjoignent désormais des clichés autrement subversifs car porteurs de symboles de l'histoire régionale que la Révolution avait tenté d'étouffer (la Convention du 16 prairial an II ne dit-elle pas que les langues régionales sont des "jargons... lambeaux de la féodalité" ?).

43Il est enfin intéressant de remarquer que ces observations, visibles sur la représentation d'un fait particulier (la Fête du 14 juillet), corroborent parfaitement l'évolution photographique globale du journal, étudiée sur l'ensemble des pages des deux quotidiens régionaux sur douze semaines comprises entre 1950 et 1988.

Références des documents photographiés cités

No 1

14 Juillet traditionnel, Sud Ouest, samedi 15 juillet 1950, p. une ; photo Sud Ouest.

No 2

La prise de l'Elysée et le défilé des échassiers, Sud Ouest, vendredi 15 juillet 1977, p. une ; photos A.F.P. et Jean-François Grousset.

No 3

Mitterrand joue gagnant et Manœuvres en Quinconces, Sud Ouest, lundi 15 juillet 1985, p. une ; photos A.F.P. et Michel Lacroix.

No 4

Hissène Habré à la parade et Que la fête commence, Sud Ouest, mardi 14 juillet 1987, p. une ; photos A.F.P. et Michel Lacroix.

No 5

Président jusqu'au bout et Noces de feu et d'eau, Sud Ouest, mercredi 15 juillet 1987, p. une ; photos Reuter et Christophe Blanquart.

No 6

François Mitterrand plus président que jamais et Le ciel en feu, Sud Ouest, vendredi 15 juillet 1988, p. une ; photos Reuter et Jean-Louis Duzert.

No 7

Le défilé, La Voix du Nord.

No 8

Le centième 14 Juillet, Sud Ouest, mardi 15 juillet 1980, p. A ; photos Guy Théry.

No 9

Feux ! Sud Ouest, lundi 15 juillet 1985, p. C ; photo Michel Lacroix.

No 10

Macadam parade, Sud Ouest, mardi 14 juillet 1987, p. C ; photos Michel Lacroix.

No 11

Nouveau décor pour le défilé des troupes, Sud Ouest, jeudi 14 juillet 1988, p. D ; photo Caroline Marmorat.

No 12

Images insolites d'un 14 juillet, La Voix du Nord, vendredi 15 juillet 1977, p. 6 ; photos Luc Moleux.

No 13

Bravant le mauvais temps, les Lillois ont applaudi la revue, La Voix du Nord, mardi 15 juillet 1980, p. 7. photos sans mention de l'auteur.

No 14

Après la fête, La Voix du Nord, mardi 15 juillet 1980, p. 7 ; photos sans mention de l'auteur.

No 15

Fête Nationale : des milliers de Lillois ont applaudi les troupes à pied, La Voix du Nord, dimanche 14 et lundi 15 juillet 1985, p. 7 ; photo Jean Chaumont.
En avant-première de la fête nationale, un millier d'hommes, 200 véhicules dont 60 blindés : le défilé militaire a enthousiasmé les Lillois, La Voix du Nord, mardi 14 juillet 1987, p. 5 ; photos Jean-Luc Piteux, Luc Moleux.

No 16

Malgré un temps maussade, prise d'armes, remise de décoration et défilé des troupes, place de la République, ont été suivis par une foule chaleureuse, La Voix du Nord, samedi 15 juillet 1950, p. 4 ; photo La Voix du Nord.

No 17

Lille fut de la revue : le soleil s'était défilé !, La Voix du Nord, vendredi 15 juillet 1977, p. 5 ; photo La Voix du Nord.

No 18

En avant-première de la fête nationale, La Voix du Nord, mardi 14 juillet 1987, p. 5 ; photo Jean-Luc Piteux, Luc Moleux.

No 19

La Fête Nationale, en dépit des difficultés locales un défilé digne de ses aînés, La Voix du Nord, jeudi 14 juillet 1988, p. 5 ; photo Jean Chaumont.

No 20

Oh ! les belles "blues" sur le Champ de Mars, La Voix du Nord, mercredi 15 juillet 1987, p. 7 ; photo J.-P. Filatriau.

No 21

Un peu de nostalgie dans la nuit tiède, Sud Ouest, vendredi 15 juillet 1988, p. 8 ; photo Jean-Louis Duzert.

No 22

14 juillet 1965, Paris a vu défiler hier l'armée française de l'âge atomique, La Voix du Nord, jeudi 15 juillet 1965, p. une ; photos AGIP et téléphoto AP.

No 23

Les cérémonies du 14 juillet, La Voix du Nord, vendredi 15 juillet 1977, p. une ; photo A. P.

No 24

Gloire de lumière et ronds dans l'eau, Sud Ouest, mercredi 15 juillet 1987, p. F ; photo Christophe Blanquart.

No 25

1789-1969. De la retraite aux flambeaux au feu d'artifice. Programme traditionnel de la Fête Nationale. 500 soldats, 50 véhicules et un soleil enfin retrouvé ont assuré le succès du défilé, La Voix du Nord, mardi 15 juillet 1969, p. 4 ; photo Roger Leclercq.

No 26

À Lille, jours de fête en bonnet phrygien, La Voix du Nord, dimanche 14 et lundi 15 juillet 1985 ; photo sans mention de l'auteur ni de date.

No 27

Du feu des flambeaux à celui des fusées : le 14 Juillet des Lillois, La Voix du Nord, mardi 16 juillet 1957, p. 5 ; photo La Voix du Nord.

No 28

Lille aux couleurs du 14 Juillet : les bâtiments officiels pavoisent, les particuliers boudent l'oriflamme et le bleu du drapeau français s'éclaircit !, La Voix du Nord, vendredi 14 juillet 1961 ; photo sans mention de l'auteur.

No 29

Aux yeux de Lille éblouie, le songe de feux d'une nuit d'été, La Voix du Nord, dimanche 15 et lundi 16 juillet 1973, p. 7 ; photo Roger Leclercq.

No 30

14 Juillet : tradition et modernité, La Voix du Nord, mardi 14 juillet 1987, p. une ; photo J.-Ph. Rousseille.

No 31

1789-1969. De la retraite aux flambeaux au feu d'artifice, le joueur d'hélicon sous le beffroi illuminé, La Voix du Nord, mardi 15 juillet 1969, p. 4 ; photo La Voix du Nord.

No 32

14 juillet, les feux du ciel et les feux de la rampe et la République les appelle, La Voix du Nord, mardi 16 juillet 1985, p. 7 ; photos La Voix du Nord.

No 33

Après le défilé militaire, la traditionnelle retraite aux flambeaux des soldats devant la mairie de Lille, La Voix du Nord, mardi 14 juillet 1987, p. 5 ; photos Jean-Luc Piteux, Luc Moleux.

No 34

Oh ! les belles "blues" sur le Champ de Mars, La Voix du Nord, mercredi 15 juillet 1987, p. 7 ; photo J.-L. Filatriau.

No 35

Que le ciel lui tombe sur la tête, La Voix du Nord, mardi 16 juillet 1985, p. 3 (page Région) ; photo J.-L. Piteux.

No 36

F. Mitterrand : "J'assurerai toutes mes fonctions jusqu'à la dernière minute", La Voix du Nord, mercredi 15 juillet 1987, p. une ; photo A.F.P.

No 37

Lille, de nouveau, lance un défi aux étoiles, La Voix du Nord, vendredi 15 juillet 1977, p. 7 ; photo La Voix du Nord.

No 38

Bordeaux 14 Juillet, défilés sur terre et dans les airs, Sud-Ouest, mardi 15 juillet 1969, p. 4 ; photo Sud Ouest.

Notes

1 Il s'agit des années : 1950, 1953, 1957, 1961, 1965, 1969, 1973, 1977, 1980, 1985, 1987 et 1988.

2 Ces éléments, appelés effets de réel par Frédéric Lambert, ont pour visée première de rendre l'image "lisible", de désigner le référent. (LAMBERT Frédéric, Mythographies. Paris : Edilig, 1986).

3 Éléments retenus dans l'image parce que jugés pertinents, par rapport aux contextes scripto-visuel de l'article et socio-culturel du lecteur, pour décoder le système de valeurs partagé par les producteurs et les récepteurs. Lorsque nous les interprétons, nous essayons de reconnaître les règles du groupe dans lequel sont "lues" ces images : LAMBERT Frédéric. Op. cit. p. 178.

4 Premier niveau de signification de l'image chargé de manifester l'information principale transmise par la photo. La "mise en image" a pour fonction de nous renseigner, au premier abord, sur le référent. Ce dernier, appelé signifié de dénotation, est désigné à la fois par les "effets de réel" (voir note 2) et la légende.

5 Si la part des articles illustrés dans la surface de la page varie peu d'une année sur l'autre (les articles illustrant la fête nationale occupent en moyenne 26 % de la surface de la "une") des différences apparaissent quant au nombre d'articles consacrés au sujet. Tandis que la fête nationale compte un article illustré par an, entre 1950 et 1969, elle en totalise deux après 1973. En outre, alors qu'entre 1950 et 1969, chacun des articles présents à la "une" comporte indifféremment une à deux photos (les proportions sont de 50-50), ils n'en ont invariablement plus qu'une dès 1977.
L'unique article des années cinquante et soixante s'est en fait scindé en deux parties d'inégales grandeurs ayant chacune une photo.
Cette scission met fin à la situation paradoxale des années cinquante qui offrait, sous un titre ou un article décrivant la fête parisienne, une à deux photos des réjouissances bordelaises, ceci soulignant le fait que le défilé bordelais est à la fois simultané et similaire au modèle parisien (document no 1).
Voir la description et la référence de tous les documents de presse cités. Nous distinguons trois étapes : la première proposant, dans les années cinquante, un article relatif aux cérémonies parisiennes illustré par une ou deux photos à caractère régional ; la seconde offrant, dans les années soixante, à la fois un article et une à deux photos sur les événements bordelais ; et la troisième présentant à partir de 1977, deux articles se partageant les situations nationales et régionales : l'article ayant la plus petite taille ainsi que la photo la moins grande étant généralement consacrés aux solennités parisiennes. Les articles illustrant la fête bordelaise occupent en moyenne 517 cm2 dont 298 pour la photo, tandis que les chiffres relatifs aux articles sur les événements parisiens sont respectivement 231 et 71 cm2, exception faite de l'année 1980 qui n'a qu'un article à caractère parisien à la "une".

6 C'est ainsi que nous avons appelé la page bordelaise dans l'édition de la "22B".

7 Ce que ne manque pas de critiquer un journaliste de La Voix du Nord regrettant que le défilé ait lieu la veille au matin (le samedi 13/07/1988) pendant que les habitants sont au travail (G. L. "Troupes à pied et mécanisées ont défilé hier matin à Lille". La Voix du Nord, 14 juillet 1988, p. 3). Les cérémonies du 14 juillet ont ainsi lieu avant la veillée qui était censée les annoncer (les photos de la retraite aux flambeaux apparaissant de la sorte aux côtés de celles des réjouissances de la fête nationale).

8 298 cm2 pour la photo relative à la fête bordelaise contre 71 cm2 pour l'image dédiée à la fête parisienne. En outre, tandis que la photo parisienne est positionnée sur une à deux colonnes à gauche, la photographie à caractère local occupe les 4 à 5 colonnes de la partie centrale de la page. De sorte que par son colonnage plus important, la photographie régionale acquiert une valeur égale, sinon supérieure, à la photographie nationale positionnée en ouverture et perçue plus immédiatement par l'œil.

9 Toutefois, les images de la fête populaire bordelaise apparaissent seules à la "une" dans les années soixante.

10 L'absence du public dans les images ayant pour principal référent la cérémonie officielle souligne l'importance du spectacle dans cette fête où le célébrant n'est plus qu'un spectateur. En même temps, l'absence de ce dernier marque l'inutilité pour le lecteur de la médiation d'un autre regard chargé de lui prouver l'authenticité de la scène, depuis qu'un pouvoir de "re-présentation" a été conféré à la photographie. Tétu et Mouillaud remarquent que dans les gravures qui précèdent l'introduction de la photographie dans la presse quotidienne, la scène représente toujours un spectacle qui comporte des spectateurs. Ces derniers sont des représentants du lecteur qui offrent comme une caution de réalité (MOUILLAUD M., TETU J.-F. Le journal quotidien. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1989, p. 85-86).
En ce qui nous concerne, si dans les années cinquante, le public est visible de chaque côté du trottoir et en majeure partie de dos, c'est la scène observée par celui-ci qui va primer pour tout le reste de la période. Dans le même temps le public oublié va devenir l'objet même d'une photo.

11 Ce rôle éducatif s'exprime notamment dans le choix du cadrage : les enfants et jeunes gens ne sont jamais absents des photos. Un article de La Voix du Nord en 1957 leur destine même la fête qui, selon le journaliste, choisit des horaires permettant aux parents qui se sont couchés tard "de se lever pour conduire leurs enfants au défilé" : "Le 14 juillet lillois". La Voix du Nord, 16 juillet 1957, p. 5 premier paragraphe.

12 Cette phrase constitue l'une des conclusions du livre de BLUCHE Frédéric, RIALS Stéphane, TULARD Jean. La Révolution française. Paris : PUF, 1989, p. 119. Que Sais-Je ?

13 L'histoire de "l'âge d'or" de la célébration et la mise à jour des archives et de l'iconographie de l'époque révolutionnaire, en 1985, ou la description du 14 juillet 1880 à Lille, dans le numéro de 1980.

14 Sur la page consacrée aux pompes officielles, La Voix du Nord cherche à démentir la perte de l'esprit festif en focalisant le cadrage, dès la fin des années soixante-dix, sur quelques individus présentant une certaine collaboration au spectacle. En 1977, le personnage, dont la veste repliée de façon inhabituelle laisse apparaître une collection de médailles, passe de façon imaginaire de l'autre côté de la barrière en étant, selon la légende "de tout cœur avec les autres" (document no 17). En 1987, la jeune fille, par l'intermédiaire de son appareil photo, franchit les frontières en s'appropriant une part du spectacle (document no 18). En 1988, enfin, une partie du public semble vouloir s'évader ensemble, en accompagnant fictivement les engins volants (document no 19).
Au niveau de la fête populaire, faute de pouvoir enregistrer une gigantesque et collective orgie cathartique, La Voix du Nord traque, en 1987, ce qui dans le comportement individuel pourrait s'apparenter à un excès libérateur.
Les trois photos de la page locale du 15 juillet 1987 sont des anthologies de la fête, ramassées dans cette "fête popu" qui, selon le journaliste, n'en a pas l'air, ("Oh ! les belles 'blues' sur le Champ de Mars", La Voix du Nord, 15 juillet 1987, p. 7). L'indécence de la grosse dame, le baiser et la langue tirée des deux autres femmes répondent à cette quête anthropologique de l'esprit de fête qui est appelé à disparaître (document no 20).

15 Selon les termes utilisés par Daniel Mandon pour qualifier ce dont a besoin le groupe social pour vivre. MANDON Daniel. Culture et changement social : Approche anthropologique. Lyon : Chronique sociale, 1990, p. 162.

16 MANDON Daniel. Culture et changement social : Approche anthropologique. Op. cit., p. 162.

17 OZOUF Mona. La fête révolutionnaire 1789-1799. Paris : Gallimard, 1976.

18 Op. cit., p. 340.

19 Tandis qu'à Paris la tribune fait traditionnellement face, sur les Champs-élysées, à la statue de Clémenceau (à moins qu'elle ne soit installée, comme en 1987, aux pieds de l'Obélisque de la place de la Concorde), le défilé se dirige de l'Arc de Triomphe vers la Concorde de sorte que les regards sont automatiquement tournés vers l'imposant bâtiment. En 1977, Valéry Giscard d'Estaing crée un nouveau repérage symbolique en choisissant d'installer la tribune et de faire passer le défilé devant l'Ecole militaire du Champ de Mars que regarde également la statue du Maréchal Joffre. À Lille, le parterre officiel, qui regarde passer le défilé sur le boulevard de la Liberté, est installé aux pieds de la statue de Faidherbe qui fait face à la place de la République bordée des bâtiments de la Préfecture et du Palais des Beaux-Arts. Enfin, à Bordeaux, la tribune est généralement installée sur les quais, à proximité de l'esplanade où fut démoli le château Trompette et qui prit son nom définitif de Place des Quinconces "après la Révolution de 1848 et la plantation d'un arbre de la Liberté par le maire Billaudel" (RECHE Albert. Connaître Bordeaux. Bordeaux : Sud Ouest, 1992, p. 14).

20 La nouvelle logique d'organisation de la page consécutive à la réforme rédactionnelle de 1984, impose un schéma réclamant, en moyenne, une photo par article et deux grandes images par page. La rupture enregistrée après 1980, qui réduit considérablement le nombre de photographies sur la fête nationale en page locale, traduit la volonté du secrétaire de rédaction de ne pas s'éloigner du gabarit pré-défini.

21 Albert RECHE écrit qu'à la fin du xixe siècle l'érection de la colonne des Girondins a donné lieu à d'interminables débats. Après le choix du sujet, glorifier la République, ce fut celui du lieu. Finalement s'élèvera, en 1902, sur la Place des Quinconces, le monument aux Girondins d'où les Girondins seront exclus ! (RECHE Albert. Op. cit., 1992, p. 14 et 31).

22 Statue édifiée sur la place de la République et représentant le mannequin d'osier promené à Lille pendant les fêtes de la Pentecôte.

23 En 1988, le texte sur le feu d'artifice nous apprend encore que les mannequins de Lydéric et de Phinaert, sortis pour l'occasion, montent la garde de chaque côté de l'installation pyroscénique. "Un 14 juillet cinématographique". La Voix du Nord, 15 juillet 1988.

24 En conclusion de son article retraçant l'histoire de la fête nationale, Victoire écrit : "Mais dans une région restée fidèle à son folklore comme la nôtre, la fête n'est pas morte et elle y demeure le symbole de la France républicaine" : VICTOIRE, "Il était une fois le 14 juillet !", La Voix du Nord, dimanche 14 et lundi 15 juillet 1985.

25 Selon la distinction déjà effectuée par Morvan Lebesque dans son livre Comment peut-on être breton ? Essai sur la démocratie française. Paris : Le Seuil, 1970, p. 135.

26 L'image du président est par ailleurs sujette à interprétation à partir du moment où nous l'opposons à toutes les représentations parues antérieurement. Voir thèse p. 256-258 et 261-264 (ROUSSEL Monique. La photographie dans la presse quotidienne régionale : Sud Ouest, La Voix du Nord et Ouest France de 1950 à 1988. Bordeaux : 1993).

27 Le titre est considéré dans La Voix du Nord comme celui ayant les plus gros caractères.

28 Voir note 4.

29 Les deux journaux en partagent 9 dont les 4 plus représentés sont identiques : le défilé (26 photos chacun), le public (23 photos pour La Voix du Nord et 13 pour Sud Ouest), les décorations (20 et 27 photos) et le feu d'artifice (13 et 11 photos). Les 5 autres concepts communs étant : les personnalités officielles (6 et 5 photos), les dépôts de gerbes (5 et 3 photos), la revue des troupes (2 photos chacun), les spectacles musicaux (7 et 2 photos) et les porte drapeaux (1 photo chacun).

30 L'unanimité tant espérée par la fête nationale n'est en effet que fort peu représentée dans Sud Ouest qui ne nous offre que 4 images des représentants du peuple à cette fête-spectacle dont il déclare, en 1977, que ce "serait une contrevérité" de dire qu'elle attire la foule (M. F. "Une belle parade... mais où sont les 14 Juillet d'antan" ? Sud Ouest, 15 juillet 1977, p. A, 1er paragraphe).
Le problème de la fréquentation est aussi soulevé par La Voix du Nord qui lie la réussite de la fête à son taux d'assiduité. Après avoir soupçonné la pluie, elle accuse le soleil, dans la fin des années soixante, d'inciter les Lillois à pratiquer, ce que nous pourrions appeler, la fête-buissonnière (chapeau de l'article du 15 juillet 1969 : document no 24). Ainsi qu'il fasse beau ou qu'il fasse mauvais, force est de constater que la fête nationale ne répond pas à un certain besoin d'évasion des Français.
La voiture est notamment mise en cause en 1969 dans un article qui regrette "le temps... d'avant les automobiles". Le public devient finalement l'événement lui-même, lorsqu'il se présente, en 1980 et 1985, comme sujet du verbe dans les titres sur la fête (LEMPEREUR Gérard. "Bravant le mauvais temps. Les Lillois ont applaudi la revue". La Voix du Nord, 15 juillet 1980 et G.L. "Des milliers de Lillois ont applaudi les troupes à pied". La Voix du Nord, 14 et 15 juillet 1985).

31 Commentaire tenu par M. Levesque à propos de la télévision. Op. cit., p. 96 et 142.

32 En outre, bien que les ombres chinoises du Géant Phinaert fassent ressurgir les traditions folkloriques locales issues du calendrier liturgique au sein de la fête révolutionnaire, il ne faut pas négliger les textes qui les accompagnent. En 1985, la légende parue en page locale ("Un cimier de lumière pour le géant Phynaert. Il devient enfin beau !") souligne la victoire des flammes sur la laideur du personnage (document no 32), tandis que le titre imprimé en page régionale ("Que le ciel lui tombe sur la tête") semble indiquer le danger que représente pour Phinaert le courant rationaliste engendré par la Révolution (document no 35).

33 "La mythographie" constitue "autant de traces nécessaires pour que ses lecteurs se souviennent d'un récit ou d'une histoire commune, sacrée". La photographie de presse est mythographique dans le sens où elle contient "l'essence des règles morales, esthétiques et culturelles qui maintiennent une société dans les structures définies par ses membres" : LAMBERT Frédéric. Mythographies. Paris : Edilig, 1986, p. 8 et p. 174-175.

34 Ibid., p. 179.

35 Cette citation de Jean Jaurès, et retranscrite par Morvan Lebesque, constitue la préface aux poèmes occitans de Justin Bessou.
L'auteur breton souligne également le fait que la Révolution française "a fait lever un immense désir d'affranchissement ; et tout naturellement, l'esprit en a rejeté l'élément étranger, le centralisme niveleur. L'homme ne saurait se sauver seul, dans l'abstrait : il sauve avec lui sa langue, ses composantes" : LEVESQUE Morvan. Op. cit., p. 101.

36 Nous retrouvons ici cette recherche désespérée de l'esprit festif dans une société apparemment sans fête.

Auteur

Université Charles de Gaulle-Lille III.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search