Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Images et usage du passé dans les médias

Chapitre 1. L'appropriation patrimoniale du passé par les médias

Par l'équipe du Centre d'étude des médias

Texte intégral

1Les médias mettent en récit et en image l'actualité ; mais ils l'intègrent dans une réalité qui ne peut se limiter au présent, insaisissable comme le temps.

2D'une part ils fixent l'image ou les images de ce qui devient le passé. D'autre part, ils intègrent la réalité présente dans la continuité temporelle et ils la présentent ou utilisent des références au passé pour situer, commenter ou expliquer les événements de l'actualité.

3C'est ce deuxième aspect, l'image du passé dans les médias que nous étudions. Cette recherche semble nécessaire au moment où l'internationalisation de la culture et de l'information s'accroît avec le développement conjugué des satellites, de la télévision et de l'informatique ; il en résulte une réflexion plus aiguë sur les identités nationales. Il n'est pas fortuit que la notion de patrimoine, minorée il y a vingt ou trente ans, se trouve valorisée au moment où l'identité culturelle est de plus en plus invoquée à la fois comme :

4- résistance à des mutations en cours (intégration européenne, évolution de la société française sous l'influence d'une forte immigration extra-européenne, internationalisation des moyens de communication et de leurs contenus à dominante anglophone),

5- génératrice d'une continuité entre les générations qui se succèdent au sein d'une même communauté nationale.

6L'élargissement de l'espace des médias se traduit-il par une réduction de leur enracinement dans le temps ?

7La diminution de la crédibilité des médias ne tient-elle pas, pour une part, à leur décrochage de la mémoire collective d'une fraction importante de leurs publics ?

8Il se manifeste un retour de la place de l'histoire dans l'enseignement primaire et secondaire et sa valorisation dans les activités culturelles de l'État et des collectivités locales. Mais l'image du passé n'est-elle pas principalement donnée aujourd'hui par les médias et en premier par celui qui occupe la plus large place dans le temps quotidien, la télévision ?

9Les médias, par leur fonction d'information et par leur fonction de divertissement, contribuent à fixer les images du passé, mais aussi entretiennent et alimentent la mémoire collective.

10Celle-ci représente un patrimoine pour une société, tantôt pour l’ensemble, tantôt pour une fraction. Même lorsqu’il y a un apparent consensus (c'est le cas dans la commémoration du cinquantenaire de la Libération), des divergences d’interprétation ne manquent pas de se manifester. À plus forte raison est-ce le cas dans la commémoration de la Révolution Française intégrée dans la mémoire collective des Français sous des couleurs différentes.

11La référence au passé est surtout conditionnée par l'actualité présente, surtout au niveau de l'information. C'est principalement dans les émissions de divertissements, films, téléfilms, mais aussi émissions de variétés et de jeux que les médias véhiculent des stéréotypes d'autant plus influents dans le façonnement de la mémoire collective que ces émissions touchent les publics les plus larges.

12L'exposé de la méthodologie de la recherche fournit en même temps les limites de l'étude et les dimensions qu'elle pourrait prendre.

13La première partie relève la présence ou l'absence du passé dans les émissions et articles d'information, de divertissement et de culture de la presse écrite et parlée.

14La seconde partie montre que les médias peuvent utiliser le passé d'une façon plus ou moins brève pour expliquer un événement, lui donner une dimension temporelle ou une identité historique. Ils peuvent au contraire utiliser l'histoire comme thème d'article ou d'émission. Leur approche du passé peut être politique ou au contraire gratuite, culturelle, divertissante. Le passé auquel ils se réfèrent s'inscrit dans un patrimoine culturel international, national ou local, c'est-à-dire dans un territoire.

15La troisième partie explore l'usage médiatique du passé à travers trois attitudes culturelles envers le présent. Le passé sert à expliquer, interpréter l'actualité, à prévoir le futur, à commémorer un événement, mais aussi à faire preuve d'érudition et de connaissance. Le passé s'inscrit alors dans un jeu culturel de séduction du lecteur ou de l'auditeur et spectateur.

I. MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE

16La période d'étude comprend deux semaines complètes, du lundi 22 janvier au dimanche 4 février 1990.

17Au cours de cette quinzaine, trois événements ont donné lieu à d'abondants commentaires : la libération de Nelson Mandela (avec historique de l'A.N.C. et de l'apartheid), la mort d'Ava Gardner (biographies, hommages…) et l'assassinat du Docteur Peschard (affaire des cliniques de Marseille).

18D'autres sujets ont été traités de façon plus réduite, soit en raison de la moindre importance que les médias leur ont attribuée, soit parce qu'ils faisaient référence à des événements majeurs évoqués au cours des semaines précédentes, ne produisant pendant cette période aucune crise aiguë :

  • l'unification allemande ;

  • l'URSS et ses problèmes, notamment avec l'Arménie ;

  • les pays de l'Est en particulier la Roumanie (procès des anciens dignitaires du régime de Ceaucescu) ; existence souterraine du Parti Unifié Polonais ;

  • la visite du Pape au Sahel.

19On trouve des références au passé dans les thèmes suivants :

  • procès du terroriste Fouad Ali Saleh ;

  • réforme de la grille des fonctionnaires ;

  • crise aux éditions Gallimard ;

  • mode (attribution du dé d'or à Paco Rabanne) ;

  • suppression éventuelle des 24 h du Mans.

  • activités du mercenaire Bob Denard.

A. CORPUS D'ÉTUDE

  • 1 Nous avons dépouillé un corpus de base assez large puis opéré un deuxième choix afin de travailler (...)

20Les moyens dont nous disposions ne nous ont pas permis de dépouiller l'ensemble de la presse nationale, régionale et hebdomadaire, ni de visionner ou d'écouter la totalité des chaînes de télévision et de radio. Si notre choix1 ne constitue pas un échantillon représentatif, il assure la couverture la plus large possible : diversité des opinions, caractère généraliste ou spécialisé, audiovisuel public et privé.

21Le dépouillement de la presse écrite a été assuré de façon exhaustive ; pour la radio et la télévision nous avons sélectionné un large éventail d'émissions et nous avons choisi des tranches horaires correspondant à des publics a priori différents :

Presse écrite

  • Trois quotidiens nationaux : Le Monde, Le Figaro, Libération

  • Deux quotidiens régionaux : Sud Ouest, Ouest France

  • Onze hebdomadaires : Le Figaro magazine, Le Nouvel Observateur, Paris-Match, L'Express, L'Humanité Dimanche, Témoignage chrétien, Femme actuelle, L'Equipe magazine, Valeurs actuelles, Télérama, Télé 7 jours.

Télévision

22• A2

  • journaux de 13 h, 20 h, 23 h (du lundi au vendredi, 2 semaines) ;

  • 6 h 30 à 11 h : Télématin, Matin Bonheur (1ère semaine) ;

  • soirée : films et téléfilms ; magazines d'information et culturels :

23Envoyé spécial, Carnet de route, L'Heure de vérité, Apostrophes, My Télé is rich, Du Côté de chez Fred, Étoiles et toiles.

24• TF1

  • Journal de 7 h (du lundi au vendredi, 2 semaines) ;

  • Journaux de 13 h, 20 h, 23 h 35 (jeudi et vendredi, 1ère semaine) ;

  • émission de variétés : Avis de recherche (1ère semaine) ;

  • magazine : Et si on se disait tout ?

Radio

25- France-Culture

26. 7 h à 9 h : Culture matin, Informations, Enjeux internationaux, Les chemins de la connaissance (du lundi au vendredi, 2 semaines), Fréquence buissonnière, Informations, Littérature pour tous, Contes (le samedi).

27- Europe 1

  • 7 h à 9 h : émissions de J. F. Rabilloud et Julie et de J. Amadou et Maryse (du lundi au vendredi, 2ème semaine).

  • 22 h 30 à 24 h : émissions de B. Lenoir et C. Barbier (du lundi au vendredi, 1ère semaine)

28- RTL

  • 6 h 30 à 9 h : Plus tôt, plus d'infos, Les ambassadeurs (du lundi au vendredi, 2 semaines) ;

  • 18 h à 19 h : journal-controverse (du lundi au vendredi, 2e semaine) ;

  • 22 h à 23 h 30 : émissions de F. Zégut (du lundi au vendredi, 1ère semaine) ;

  • dimanche, 1ère semaine : journaux (8 h 30-9 h 15 et 18 h-18 h 30), RTL Country (22 h-23 h).

B. Définition du passé et des unités de référence

29Bien que tout (y compris le présent) se situe dans l'histoire, il est difficile et cependant nécessaire de différencier ce qui peut être considéré comme une référence au passé de ce qui tient à l'actualité, l'évolution des événements ne se déroulant pas au même rythme selon les types d'activité. Malgré le caractère arbitraire de toute délimitation, nous avons considéré comme référence au passé toutes les périodes antérieures aux années quatre-vingt.

30Pour rendre compte des références au passé citées par les médias, nous avons utilisé quatre unités, qui sont par ordre croissant d'intensité historique :

- la référence allusive

31Il s'agit d'un rappel du passé très ponctuel, qui ne donne lieu ni à commentaire, ni à développement de la part du journaliste (ex. : Lyon, capitale des Gaules).

- La référence explicative

32Elle renvoie de manière brève à un passé qui entretient avec le présent un lien de causalité. Elle précise et relate l'incidence du passé sur le présent. Elle se sert du passé sans en faire le récit (ex : à propos de la réunification allemande : "unification, car elle ne se fera pas dans les mêmes termes que celle de 1937").

- Le passé rétrospectif

33Cette référence se présente sous la forme d'un paragraphe retraçant l'historique d'une situation aboutissant à l'événement dont on parle (ex : à propos de la libération de Nelson Mandela, un paragraphe consacré à l'historique de l'anc).

- Le passé historique

34Cette référence évacue toute évocation du présent. Il s'agit d'un article entier ou d'une émission complète ancrés dans un passé révolu (ex. : article historique sur Soliman le Magnifique ou téléfilm sur Jeanne d'Arc).

C. Recueil et traitement des données

  • 2 Ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs en histoire et en communication, étudiants de 3e cy (...)

35Le dépouillement de la presse écrite, l'écoute et le visionnage des émissions de radio et de télévision ont été assurés par du personnel CNRS et universitaire.2

36Le nombre global de références au passé (2 093) imposait un traitement informatique, d'après une fiche de dépouillement permettant le codage de chaque référence.

37Le traitement informatique a été effectué sur un ordinateur type pc, à l'aide du logiciel Statistic-GRESIC-CEM-Université de Bordeaux III-1990, mis au point au Centre d'étude des médias.

38Pour chacune des sources étudiées (Le Monde,…, Paris-Match,…, A2,…, RTL,…), cinq tris à plat ont été effectués :

  • nombre et pourcentage d'articles ou d'émissions d'information, de divertissement, de culture, donnant lieu à références au passé ;

  • nombre et pourcentage de références allusives, de références explicatives, de passé rétrospectif et de passé historique ;

  • pourcentage de références selon les périodes historiques ;

  • nombre et pourcentage de références citées selon un mode politique ou un mode culturel ;

  • nombre et pourcentage de références au passé selon le territoire (international, étranger, France, local).

Gille d'analyse no 1

Gille d'analyse no 1

Gille d'analyse no 2

Gille d'analyse no 2

Grille d'analyse no 3

Grille d'analyse no 3

39Ces cinq tris ont permis d'établir les tableaux comparatifs que l'on trouvera dans l'analyse des résultats.

D. But de la méthode et hypotheses de recherche

40Il s'agissait de :

    • dresser un bilan, car peu de données ont été systématiquement recueillies sur l'image du passé dans les médias. Les historiens français ont longtemps ignoré ou sous-estimé les sources non écrites de l'histoire du siècle, sauf le cinéma ;

    • susciter un regard explicatif sur la façon dont les médias enracinent l'événement d'actualité dans le passé. La précision d'une date ou d'une période passée fournit implicitement une conjoncture ou un contexte constitutionnel, législatif, administratif, culturel, technique ou autre.

41Les hypothèses suivantes présidaient à notre recherche :

  • L'image du passé transmise par les médias provient des articles et émissions d'information sur l'actualité plutôt que des émissions et articles de divertissement ou de culture.

42Les médias présentent l'information actuelle et passée en fonction de dynamiques différentes selon le support.

43Ainsi le plan d'exposition de l'information est beaucoup plus structuré dans la presse écrite qu'à la radio ou à la télévision. La presse écrite distingue clairement les articles d'information des articles culturels ou de divertissement : des pages thématiques (économie, vie culturelle, etc.) voire des suppléments encartés répartissent les informations. Au contraire, la radio et la télévision séparent l'information donnée par les journaux parlés sur l'actualité des autres programmes ; la non-information au sens strict n'est pas structurée ni vraiment organisée ; le culturel et le divertissement s'y côtoient et s'imbriquent.

  • Des différences relatives à l'utilisation du passé s'établissent selon l'idéologie de chaque quotidien ou hebdomadaire, de chaque chaîne de télévision et de chaque station de radio.

44L'idéologie inscrit ou évite l'interprétation de l'actualité par la référence au passé.

45Par exemple, Le Monde, La Croix ou L'Humanité interprètent le passé chacun à leur manière et les présentateurs de la télévision l'utilisent encore autrement. La référence ou l'adéquation à une idéologie (présupposée ou affichée) guide le public dans ses choix de supports médiatiques qui l'informeront, le distrairont, aiguiseront sa curiosité. Chaque idéologie se construit sur du passé, puis se réfère à une attitude distincte et originale vis-à-vis du passé. Pourtant, le consensus entre diverses idéologies peut exister sur certaines réalités passées et non sur d'autres.

Première partie. PRÉSENCE ET ABSENCE DU PASSE DANS LES ÉMISSIONS ET LES ARTICLES D'INFORMATION, DE DIVERTISSEMENT ET DE CULTURE

46Quelles sont les relations qu'entretiennent avec le passé, tel que nous l'avons défini, les divers médias et les entreprises qui les animent ? Enoncer une information, produire une émission ou un article de divertissement ou de culture peuvent générer une relation au passé, c'est-à-dire enraciner l'événement ou la réflexion à propos d'un thème dans un continuum, dans une filiation temporelle.

47L'historique, la métaphore historique de l'événement énoncé peut relever d'une attitude idéologique, d'un mode de fonctionnement de la pensée partagé à la fois par l'émetteur-énonciateur et par le public auquel il s'adresse et dont il possède une représentation. Le journaliste du Monde ne s'adresse pas au même public que celui de Ouest France ou de R. T. L. et il en a conscience (conscience étayée par des enquêtes). La fréquence de la relation au passé dépend probablement de la capacité présumée du public à percevoir et à suivre un mode de raisonnement à causalité historique et à assumer une reconnaissance de références historiques, donc à les posséder à l'avance pour pouvoir les accepter au moment de leur énonciation. Il n'est pas certain que la promenade dans la culture historique soit du goût ou de l'aspiration référentielle de tous les publics.

48Inversement, connaître la fréquence de la référence d'un média (ou d'une émission), c'est déjà dessiner les contours culturels du public auquel il s'adresse.

49Mais la façon dont on traite l'histoire n'est pas indifférente. Ce n'est pas un hasard si le film historique à grand spectacle, costumes et personnages-acteurs célèbres, passe à une heure de grande écoute et si le film documentaire sans panache et éloigné de l'histoire telle que l'école la transmet, se trouve relégué à une heure d'écoute tardive et non commerciale.

50Les tableaux suivants fournissent le décompte des références au passé d'abord dans la presse écrite, ensuite à la télévision et à la radio.

51Nos commentaires des tableaux suivent les types d'émissions ou articles selon chacun des organes d'information regroupés par grands types de médias.

A. Dans les émissions et articles d'information à travers les médias

52Outre les informations au sens strict, ont été considérées comme information, les annonces informatives, qu'il s'agisse d'informations culturelles (émissions de TV, spectacles, expositions, publications), touristiques, publicitaires, ainsi que les illustrations.

Tableau 1 - Les références au passé selon la catégorie d'article dans la presse écrite

Tableau 1 - Les références au passé selon la catégorie d'article dans la presse écrite

Tableau 2 - Les références au passé selon la catégorie d'émission à la télévision et à la radio

Tableau 2 - Les références au passé selon la catégorie d'émission à la télévision et à la radio

1. Dans la presse écrite

  • 3 pqn : Presse quotidienne nationale ; pqr : Presse quotidienne régionale ; Hebdo : Presse hebdomadai (...)

53C'est dans les articles d'information que la presse écrite se réfère le plus souvent au passé. Les pourcentages de recours au passé sont très élevés lorsqu'il s'agit des articles d'information ; autrement dit, sur l'ensemble des évocations du passé, les deux tiers ou plus peuvent être trouvés dans les articles d'information. Cependant le tableau montre une forte inégalité selon les types de presse (pqn, pqr, Hebdo3) et au sein de chaque organe d'information.

a) Dans la presse quotidienne nationale

54Représentée par Le Monde, Le Figaro, Libération, c'est elle qui ancre le plus fortement l'information dans l'histoire.

55Le Monde évoque le passé trois fois plus souvent que Le Figaro et cinq fois plus souvent que Libération. L'importance des articles d'information sur les pays étrangers dans Le Monde, est renforcée par la période d'étude au moment du réveil des nationalités dans les pays de l'Est. Ces deux faits impliquent un recours plus fréquent à l'explication par des événements passés comme causes ou précurseurs des événements de l'actualité.

56L'explication par l'histoire est moins utilisée par Le Figaro et Libération n'en éprouve que faiblement le besoin.

57Si l'on prend le même événement, il n'est pas expliqué de la même façon par les trois quotidiens nationaux. Des signes précurseurs ne sont pas reconnus et n'ont pas la même valeur d'explication dans les trois quotidiens nationaux.

b) Dans la presse quotidienne régionale

58Les deux quotidiens de province Ouest France et Sud Ouest se retrouvent ici à égalité. Leur faible recours à l'analyse des événements précurseurs de l'actualité, leur goût pour l'information, non pas brute mais expliquée à l'aide d'informations plus proches de l'événement d'actualité ne les incitent guère à rechercher des facteurs précis et datés dont l'évocation ne correspondrait pas à des traces dans la mémoire de leurs publics respectifs.

c) Dans la presse hebdomadaire

59Dans les onze hebdomadaires choisis sur deux semaines (donc 2 numéros de chaque titre), le volume des références au passé ne peut être comparable à celui des titres de la presse quotidienne.

60Dans les hebdomadaires d'informations générales, on n'est pas surpris de trouver Le Figaro magazine en tête avec 39 références, le double de Paris-Match ; le faible nombre contenu dans L'Express reste étonnant.

61Les hebdomadaires spécialisés comme L'Equipe Magazine ou Femme actuelle évoquent peu le passé, ils sont au même niveau que Paris Match ou L'Express. Télérama dont le lectorat présente des opinions différenciées, utilise autant le passé que Le Figaro, quotidien au lectorat plus homogène. Valeurs actuelles se trouve à mi-chemin entre Télé 7 Jours et Télérama, au niveau du Figaro Magazine.

2. Dans la presse parlée

62On ne peut la comparer qu'avec elle-même. Le faible nombre d'émissions dépouillées pour le moment ne permet pas d'établir des comparaisons avec la presse écrite.

a) À la radio

63Les émissions d'information sur l'actualité sont peu nombreuses sur France-Culture. Cependant elles concentrent 1/4 des références au passé de cette station dans la tranche horaire écoutée qui comprend un "journal", une revue de presse et une émission" les enjeux internationaux", traitant de politique et d'économie. En revanche, rtl dont la vocation est plus informative sur l'actualité présente un pourcentage deux fois plus élevé de références au passé dans les émissions d'information des tranches horaires écoutées. Celles-ci mêlent, dans des proportions représentatives de la station, émissions d'information, chroniques politiques, émissions de divertissement et musique.

64Quant à Europe 1, écoutée dans les mêmes tranches horaires que rtl, mais deux fois moins souvent, elle se distingue par un pourcentage très élevé (86 %) de références au passé dans les émissions d'information. La part importante dévolue au journal et aux chroniques politiques du matin l'explique en partie.

b) À la télévision

65Environ deux fois plus de journaux ont été regardés sur A2 que sur TF1. Il est donc remarquable de constater que le nombre de références au passé sur A2 soit également le double de celui de TF1. Du point de vue quantitatif, les présentateurs des deux chaînes font autant usage du passé. Il est insuffisant de constater l'identité des sujets traités, la proximité des modes de présentation du "journal" et de souligner que les différences portent sur le traitement de sujets annexes (faits-divers mineurs, informations culturelles…). Les deux chaînes s'adressent à un public "moyen", censé représenter le plus grand nombre.

B. Dans les émissions et articles de divertissement

1. Dans la presse écrite

66Le petit nombre d'articles de divertissement (jeux, mots-croisés, bridge, échecs, philatélie…) explique l'absence presque unanime de référence au passé que ce soit dans la presse quotidienne nationale ou régionale ou dans la presse hebdomadaire.

2. Dans la presse parlée

a) À la radio

67La radio présente davantage d'émissions de divertissement, notamment de jeux, constitués de questions dont la plupart sont d'ordre historique.

68C'est le cas en particulier de l'émission de Patrick Sabatier "Les ambassadeurs", qui fournit sur RTL l'essentiel du contingent des références au passé. Elle est presque entièrement constituée de questions historiques portant sur un thème choisi (l'école d'autrefois, les croisades, le théâtre en rapport avec l'invité François Périer, etc.) ou l'origine de mots aussi divers que "pinard" et "corbillard". C'est cette émission qui donne aux divertissements de RTL un tel apport historique.

69En revanche, la quasi-absence de jeux sur Europe 1 pendant les tranches horaires écoutées explique le faible nombre de références au passé des émissions de divertissement. On trouve le plus souvent des rappels de dates anniversaires et de mort de personnalités ou d'artistes, aussi bien dans l'émission de Jean Amadou et Maryse (matinée) que pendant le club Kriter (soirée).

70Sur France Culture, la seule émission de divertissement écoutée, "Fréquence Buissonnière", le samedi, comporte 4 références au passé, 3 d'entre elles étant constituées par de la musique classique, ce qui constitue une attache au passé assez ténue.

b) À la télévision

71Bien que les émissions de divertissement sur TF1 soient en nombre pléthorique, nous n'en avons sélectionné que deux, "Avis de recherche" et "Et si on se disait tout ?", de Patrick Sabatier.

72Pour la première, consacrée à Adamo, n'ont pas été considérées individuellement la multitude de références au passé de l'acteur, ce qui aurait conféré à l'émission un poids historique quantitatif immérité. Cette émission a été traitée de façon analogue aux films ou téléfilms historiques, que nous avons considérés comme une seule référence, d'un poids historique qualitatif plus élevé (unité de référence : passé rétrospectif pour Adamo, passé historique pour Jeanne d'Arc par exemple).

73La deuxième émission visualisée "Et si on se disait tout ?" ayant pour invité Jacques Vergès, il ne faut pas s'étonner du nombre important de références au passé qu'elle comporte. La nature de l'invité est ici un élément déterminant.

74La chaîne A2 a moins de prédilection pour les émissions de divertissement, en soirée notamment. Dans les émissions de la matinée "Télématin" et "Matin-Bonheur" (avec la rubrique "Souvenirs-souvenirs") on trouve un grand nombre de références au passé ; il est en effet bien rare qu'une rubrique traitée ne fasse pas allusion à un "autrefois" plus ou moins historique. L'ancrage dans le passé de ces émissions de divertissement est particulièrement fort.

C. Dans les émissions et articles de culture

1. Dans la presse écrite

a) Dans la presse quotidienne nationale

75Si les trois grands quotidiens nationaux utilisent le passé dans leurs articles de culture, les références au passé y sont deux fois moins nombreuses que dans les articles d'information, mais leurs articles culturels sont aussi moins nombreux que leurs articles d'information malgré la présence d'importantes pages culturelles concernant les loisirs et spectacles, la mode, les sciences humaines ou exactes.

b) Dans la presse quotidienne régionale

76Sud Ouest et Ouest France se comportent de façon identique dans le domaine culturel comme dans celui de l'information. Environ un tiers des références au passé de ces quotidiens se trouve dans les articles de culture.

c) Dans la presse hebdomadaire

77À quelques nuances près, les articles de culture des hebdomadaires comportent un tiers des références totales au passé, ce qui s'explique en partie par l'importance accordée à la culture dans les hebdomadaires. Femme actuelle et L'Equipe magazine font exception, les thèmes traités étant en quasi-totalité dévolus à de l'information de natures diverses ; la culture n'a que peu de place.

2. Dans la presse parlée

a) À la radio

78La culture est la grande absente des émissions des radios commerciales, du moins pendant les tranches horaires écoutées. Tout au plus sur Europe 1 repère-t-on des présentations de livres, entre deux chroniques.

79Les 69 % des références au passé dans les émissions de culture de France Culture n'étonneront guère pour une chaîne consacrée à la culture.

b) À la télévision

80Nous n'avons regardé aucune émission de culture de TF1, qui n'en comprend que fort peu.

81A2 est beaucoup plus riche en ce domaine, et toutes les émissions culturelles ont été visualisées. Près de 30 % des références au passé de la chaîne se rencontrent dans les émissions de culture. Il faut noter que la présence d'Antoine Pinay à "Apostrophes" a sans doute accentué l'ancrage historique de l'émission. Une fois de plus, l'invité des émissions tout autant que le sujet traité sont des éléments déterminants.

82La mort d'Ava Gardner a également accru l'importance des références au passé dans le domaine culturel, que ce soit par l'intermédiaire des hommages rendus par Frédéric Mitterrand et Bernard Rapp dans leurs émissions "Du côté de chez Fred" ou "My télé is rich", ou par la rediffusion de l'émission "Étoiles et toiles" qui avait été consacrée à l'artiste disparue.

Première conclusion

83Les articles et émissions d'information sur l'actualité fournissent la plus grande partie des références au passé. Les articles et émissions de divertissement ou de culture s'appuient beaucoup moins sur le passé, aussi paradoxal que cela puisse paraître, notamment dans le cas des articles et émissions de culture.

84L'évocation du passé dans l'actualité se trouve inégalement répartie selon les entreprises d'information. Elle pèse d'un poids plus lourd dans la presse écrite quotidienne nationale (Le Monde et Le Figaro). En revanche l'hétérogénéité culturelle des publics de la presse quotidienne régionale leur impose un style culturel beaucoup plus modéré que celui des représentants de la pqn qui figurent dans notre corpus. Qu'elle soit ou non spécialisée, la presse hebdomadaire semble attacher beaucoup moins d'importance au passé. L'intérêt de la presse parlée, radiodiffusée ou télévisuelle pour le passé est proportionnel au temps qu'elle consacre aux émissions d'information dans l'ensemble de chaque grille de programme.

Deuxième partie. DE QUEL PASSE S'AGIT-IL ? IDENTITE ET LIMITES DU PASSE

85On sait que l'école primaire a "ses auteurs" (La Fontaine, Hugo, Pagnol, Prévert) et qu'à travers eux elle affirme sa prédilection pour certaines époques de la littérature française. La connaissance des auteurs du xviie et xviiie siècles sont le signe d'une instruction secondaire longue.

86Nous avons cherché à savoir à quelles périodes du passé se réfèrent les médias et à quels usages leur sert le passé dans l'exposition du temps présent. Le passé comme point d'appui ou comme racines de l'actualité peut être approché sous ses aspects politiques ou culturels. Enfin, le passé lui-même peut se présenter comme une lunette pour observer le présent.

87Le passé comme l'histoire se déroule sur des territoires géopolitiques, tels qu'ils sont répertoriés dans les médias : l'international, les pays étrangers, la nation, le local.

A. Les périodes historiques de référence et leur traitement

88Notre périodisation de l'histoire demeure fort classique. Ses intervalles correspondent à des périodes reconnues de bouleversement des institutions. Les neuf périodes délimitées (cf. le tableau 3) peuvent être évoquées de quatre façons différentes selon leur degré croissant d'intensité historique et d'explication, tel qu'il a été défini plus haut (cf. la définition du passé et des unités de références).

1. Les périodes historiques

89En remontant le cours du temps, les neuf périodes délimitées sont :

    • la Ve République avant les années 1980 ;

    • la IVe République ;

    • la Deuxième Guerre mondiale ;

    • l'entre-deux-guerres ;

    • la Première Guerre mondiale ;

    • le xixe siècle : 1815 à 1914 ;

    • la Révolution et l'Empire ;

    • l'Époque moderne ;

    • le Moyen Âge et l'Antiquité ;

90Cette vision cocardière des périodes historiques a l'avantage de correspondre aux cadres de références mémorisés chez les lecteurs et spectateurs des médias français. Elle conjugue des critères juridiques (changements de constitution) et/ou des périodes de bouleversements socio-culturels. Elle se situe sous l'angle de la réception médiatique par les Français. Remarquons que les intervalles de temps s'allongent au fur et à mesure que le passé s'éloigne.

a) Les périodes historiques dans la presse écrite

91Rappelons qu'un même article, qu'il soit d'information, de divertissement ou de culture peut faire référence ou traiter de plusieurs périodes historiques. Les pourcentages des tableaux 3 et 4 excèdent donc les 100/100. Le tableau doit être d'abord lu en ligne. Par exemple, sur l'ensemble des évocations de l'histoire dans Le Monde, 56 % parlent de la Ve République et 7 % du Moyen Âge et de l'Antiquité.

• Dans la presse quotidienne nationale

92On remarque une grande similitude entre Le Monde et Le Figaro. Tous deux enracinent l'actualité dans un passé très proche de la Ve République antérieure aux années quatre-vingt. Leurs "mémoires historiques" sont identiques. Pour toutes les périodes autres que la Ve République, les pourcentages d'évocation se ressemblent. Après les fastes récents du bicentenaire, la Révolution et l'Empire ne font pas plus recette que l'Époque moderne ou l'Antiquité jointe au Moyen Âge.

93Libération utilise moins le passé que Le Monde ou Le Figaro, il recherche moins l'explication par les antécédents.

• Dans la presse quotidienne régionale

94Elle se démarque nettement de la PQN. Son intérêt manifeste pour l'Antiquité et le Moyen Âge provient d'articles sur les découvertes archéologiques locales. Des fouilles archéologiques à l'occasion du creusement d'un parking souterrain permettent à Sud Ouest de titrer : "L'Antiquité sort de terre". Ouest France annonce la découverte d'un village de l'âge du fer en Mayenne. L'histoire de la région est également promue, que Ouest France traite de la chouannerie en Bretagne, comparée à la Résistance, ou que Sud Ouest évoque les vieilles maisons flamandes de Bordeaux, témoins des liens économiques tissés au xviie siècle avec l'Europe du Nord.

• Dans la presse hebdomadaire

95Outre l'actualité politique, les hebdomadaires s'intéressent beaucoup à la culture et à la vie culturelle. Leurs choix culturels dépendent de l'actualité de la vie culturelle, c'est-à-dire des expositions, films, pièces de théâtre, concerts, livres… offerts sur le marché de la culture. Ainsi la publication d'Astérix en allemand donne l'occasion de parler des Gaulois, l'illustration d'une édition de Jules Verne par Bernard Buffet celle de parler du xixe siècle et Bob Dylan "risque de décevoir les fans des sixties". Une enquête culturelle sur les États-Unis traite à la fois du mobilier des xvie et xviie siècles et des années cinquante, de l'histoire du blue-jean de 1848 à 1936, de la demeure de George Vanderbilt qui "tient à la fois des châteaux de Windsor et de Blois" et de l'épopée de Buffalo Bill.

Tableau 3 - Les périodes historiques dans la presse écrite. Pourcentage de références au passé

Tableau 3 - Les périodes historiques dans la presse écrite. Pourcentage de références au passé

96Les amalgames historiques sont fréquents. La dernière version cinématographique de Cyrano de Bergerac dont parlent la télévision, la radio et toute la presse écrite, donne lieu à de multiples rétrospectives, ne serait-ce que par l'évocation des acteurs qui l'ont incarné, de Coquelin en 1897 à Jean Marais en 1971. Un article sur l'identité culturelle de l'Europe fait référence aux Habsbourg et au Concile de Trente.

97Les sujets traités par les hebdomadaires de télévision (Télé 7 Jours et Télérama) dépendent de la programmation télévisuelle. Beaucoup de films anciens sont présentés et bien des films récents et des téléfilms se passent dans un passé historique proche. Ainsi dans le catalogue des films présentés par Télérama, on constate une variété d'époques mentionnées à propos de la date de tournage ou de l'époque dans laquelle se situe l'œuvre :

981968, Milou en mai accompagné de multiples évocations sur la période de 1968 et sur le tournage : critiques, interviews ; L'incinérateur de cadavres, réalisé au crépuscule du printemps de Prague, fait l'objet d'une critique.

99La IVe République avec Eric le révolté, dans le Manitoba des années cinquante et "Salvatore Giuliano" dans l'Italie de 1950.

100La Deuxième Guerre mondiale avec Le Bal des maudits, les téléfilms "Les mercenaires de l'Apocalypse", "Ed Murraw" qui couvre le blitz sur Londres en 1940, "Le grenier" dans Amsterdam en mai 1940, les films Duel dans le Pacifique en 1945 et Rue sans issue, qui relaie le discours moral de Roosevelt et contribue ainsi au New Deal.

101L'entre-deux-guerres sert de cadre à deux téléfilms "Les années infernales" de 1934 et "La cloche tibétaine" en 1931, tandis que le film Bonnie and Clyde fait revivre l'Amérique des années trente.

102La Première Guerre mondiale avec les téléfilms "Mourir pour Barossa" sur la guerre de 1914 et "La conquête du ciel" en 1919.

103Le xixe siècle (1815-1914) apparaît avec le téléfilm "Les brigades du Tigre" dont l'action se situe en 1913, les films Le festin de Babette, histoire d'une Française qui fuit Paris après la Commune, Davey des grands chemins dans l'Écosse de 1821 et La rivière de nos amours en 1870, la Révolution avec le téléfilm "Les Chouans" d'après le roman de Balzac.

104L'Époque moderne est absente dans l’échantillon choisi.

105Le Moyen Âge apparaît avec "Jeanne d'Arc", téléfilm et l'Antiquité avec la critique du film Le Mahabharata, épopée du 6ème siècle avant Jésus-Christ.

b) Les périodes historiques dans la presse parlée

106Pour les émissions d'information, on peut rapprocher le comportement de la radio de celui de la presse écrite qui promeut davantage les périodes récentes en ménageant une place aux périodes avant 1980. En revanche, la télévision se cantonne presque exclusivement dans une histoire très récente. Ses émissions d'information suivent de très près l'actualité. Ainsi, les biographies de Nelson Mandela, d'Ava Gardner et du Docteur Peschard, donnent lieu à des rétrospectives sur l'anc et le banditisme marseillais. Mais la grille des fonctionnaires mise au point en 1947, la suppression de la "journée du maire" octroyée aux écoliers depuis 1974, les 24 heures du Mans, "élément du patrimoine national", le succès du couturier Paco Rabanne dans les années soixante, tous ces événements français donnent matière à l'énoncé de dates précises.

Tableau 4 - Les périodes historiques à la télévision et à la radio

Tableau 4 - Les périodes historiques à la télévision et à la radio

Pourcentage de références au passé

107Les périodes historiques, citées dans les émissions autres que les émissions d'information, dépendent des sujets traités. Lorsque "Du côté de chez Fred" est consacré aux concierges, un extrait du film L'incroyable Monsieur Pipelet (1955) d'André Hunebelle est projeté. Lorsque Jean-Claude Carrière vient parler du scénario du film Le Mahabharata, poème épique de la Haute Antiquité, on assiste à une discussion sur les épopées fondatrices (l'Illiade, l'Odyssée, les poèmes épiques dérivant des mythes) et on élabore une lecture du Mahabharata en référence à Freud, à Marx et à la pensée archaïque. Les émissions de variétés à la radio promeuvent le passé en relation avec le thème choisi. Par exemple, l'émission "Les ambassadeurs" pose des questions de concours autour d'un thème, qu'il s'agisse des Croisades ou de l'école autrefois.

c) Application à trois thèmes de référence

108L'importance de l'histoire récente dans tous les médias permet de dégager trois thèmes qui reviennent très fréquemment et agissent comme des "modèles" ou des référents. Ce sont le nazisme, le gaullisme et le stalinisme. Tandis qu'un silence épais entoure encore Lénine et Marx.

109La radio, la presse quotidienne nationale et régionale utilisent de la même façon et aussi fréquemment ces trois sujets à travers des chroniques et interviews de personnalités. En revanche, la télévision et les hebdomadaires les utilisent moins, sauf en ce qui concerne le nazisme pour A2 et à l'exception du Figaro Magazine, de l'Humanité Dimanche et de Valeurs actuelles. Selon les personnalités invitées, les références à l'un de ces trois thèmes sont prévisibles. Ainsi Charles Pasqua et le gaullisme. Au cours de la deuxième semaine étudiée, les rétrospectives (sur Mandela, Ava Gardner et l'assassinat du Dr. Peschard) dominent l'information et relèguent au second plan les trois idéologies, particulièrement à la radio.

110Suivons le nazisme, le stalinisme et le gaullisme dans les médias.

Le nazisme

111Cinquante ans après la défaite de 1940, le nazisme est évoqué en tant qu'époque, en tant qu'idéologie et comme exemple et souvenir du génocide et des crimes perpétrés par des personnalités. Le nazisme sert de comparaison au moment où s'effondre le régime de Ceaucescu.

112L'actualité culturelle, avec la publication d'ouvrages et de films sur le nazisme ou sur la période, renforce cette prégnance.

113Dans la presse écrite : Nazisme et antisémitisme vont de pair. Le procès des dignitaires du régime de Ceaucescu est qualifié de "Nuremberg roumain" aussi bien dans Le Monde que dans Sud Ouest. Le Figaro amalgame l'holocauste hitlérien, les massacres d'Arménie, les crimes de Pol Pot. À propos des droits de l'enfant, Le Monde rapproche les nouveaux amis des enfants de Pol Pot, d'Hitler, Khomeyni, Staline. À propos de l'émission littéraire "Apostrophes" intitulée pour la soirée "Au nom du père", Le Monde remarque que l'image historique majeure est celle des crimes nazis. Le Monde rappelle cinquante ans après, des hommes du nazisme : Himmler (à propos d'une pièce de théâtre), Gœbbels (à propos de son journal intime), les officiers SS (dans un article consacré au dirigeant du Front National Carl Lang). Le thème du doute sur les chambres à gaz est fustigé dans Le Monde, Sud Ouest. Le Monde, Télérama fournissent des critiques sur les livres qui traitent du nazisme, de l'antisémitisme.

114Dans la presse parlée : À la radio. Dans le journal d'Europe 1, Catherine Nay reçoit Alfred Grosser qui évoque Hitler et le nazisme. rtl dans ses "journaux" comme dans l'émission de variétés "Les Ambassadeurs" reprend le nazisme en tant qu'idéologie destructrice en vue d'une finalité : ainsi un cinéaste parle de critiques "ce ne sont pas des gens qui cherchent à construire, ils cherchent la solution finale, comme les nazis."

115France-Culture évoque l'holocauste et les parcs zoologiques nazis dans l'émission "Les chemins de la connaissance".

116À la télévision, A2 fait référence au nazisme, dans l'émission "Apostrophes", à propos du Chancelier autrichien Kreisky emprisonné par les nazis, à travers une chanson d'Alain Souchon, invité de l'émission "Du côté de chez Fred", dans son "Journal" à propos d'Honecker, emprisonné également sous le nazisme à propos de la réunification allemande ou de l'extradition des USA d'un ancien gardien de camp nazi.

Le stalinisme

117Il est évoqué en tant que période historique, date de référence, ou en tant que synonyme de totalitarisme ou de brutalité.

118Dans la presse écrite : À propos des mouvements dans les pays de l'Est : pour Le Monde : la déstalinisation de la Bulgarie, les crimes staliniens en Pologne, les anciens staliniens de Roumanie, Staline en rda dans les années cinquante, Cuba où le socialisme est synonyme de stalinisme, la Yougoslavie premier pays à rompre avec le stalinisme en 1948. Libération parle de l'Albanie, dernier fidèle de Staline. Ouest France évoque en Mongolie "un peuple brutalement sédentarisé par Staline", la neutralisation de l'Allemagne, vieux rêve stalinien de 1952.

119Dans L'Humanité Dimanche, le stalinisme est une période. Valeurs actuelles rappelle Staline et Karabakh à propos de la Transcaucasie. Staline fait l'objet de dessins humoristiques : dans Le Monde il plane dans les nuages au-dessus de Gorbatchev, dans Le Figaro, Gorbatchev hérite de la situation laissée par Staline, dans un autre dessin, Staline se plaint au diable : Mussolini et Hitler ne lui disent pas bonjour !

120Dans la presse parlée : Staline est évoqué une à deux fois par TF1, A2 ainsi que par RTL et Europe 1 à propos de Ceaucescu, de Krouchtchev. France-Culture dans son émission "Enjeux internationaux" parle de projet de type stalinien.

Le gaullisme

121La prégnance du sujet est renforcée par le centenaire de la naissance de Charles De Gaulle et le cinquantenaire de l'Appel du 18 juin 1940.

122La personnalité du Général est évoquée à l'aide de formules : la flamme gaulliste, De Gaulle patrimoine national, comme Voltaire (Le Monde). Les anniversaires sont salués dans la presse écrite (Le Monde, Le Figaro, Sud Ouest, Ouest France). L'éditorial de Jean d'Ormesson dans Le Figaro Magazine est consacré à De Gaulle tandis que Paris-Match traite "De Gaulle, écrivain français". Chirac propose le 18 juin comme jour férié.

123La presse parlée organise des entretiens avec ses anciens ministres (Pasqua, à TF1, à RTL, Seguin à RTL). Des historiques sont dressés, à propos de la publication d'ouvrages sur De Gaulle et des anniversaires. La campagne d'affichage à la mémoire du Général est annoncée.

124La crise du RPR est considérée comme la crise du gaullisme lorsque Le Figaro interviewe un membre du Front National. Sud Ouest relate les propos d'Olivier Guichard, ancien ministre du Général De Gaulle sur "le RPR qui ne doit pas devenir le conservatoire nostalgique d'une grande aventure." Le Monde titre directement "la crise dans le mouvement gaulliste." Le RPR vient de tenir ses assises et les comptes rendus évoquent le Général. Dans Valeurs actuelles, un entretien avec Philippe Seguin fait le point sur le jacobinisme, le bonapartisme, la période vichyssoise, le gaullisme et le RPR.

125TF1 et France-Culture y font allusion, RTL insiste sur "le cercle des gaullistes disparus" et invite Charles Pasqua à plusieurs reprises. Pour les deux semaines étudiées, le Général n'apparaît pas dans Libération.

2. Le traitement des périodes historiques selon le type de référence

126L'utilisation de l'histoire, l'appel à la mémoire historique du lecteur ou de l'auditeur, la captation du lecteur auditeur sur un thème historique prennent diverses intensités et différentes formes. Les degrés d'historicité (définis supra) se retrouvent différemment utilisés avec des fréquences variables selon les organes de presse, radio, télévision.

127Les résultats en termes de fréquence sont à manier avec précaution car ils dépendent de la constitution du corpus (cf. supra). En revanche, l'analyse de contenu effectuée dans le cadre de chaque type de référence (de la référence allusive à l'article d'histoire) permet de dégager des modes d'utilisation propres à chaque type de référence.

a) La simple référence allusive

128Selon qu'elle se présente comme une formule incise dans la phrase ou comme une date insérée dans le texte, elle ne joue pas le même rôle.

129• Comme formule, elle est le nœud d'un pacte culturel ou d'une connivence entre le journaliste et son lecteur. Clause de style, fioriture culturelle, agrément social, la référence allusive est aussi un élément de reconnaissance culturelle, gage de sociabilité. Symbole d'appartenance à une classe sociale, son maniement et sa fréquence montrent son rôle social d'auto-satisfaction culturelle et de renforcement de l'appartenance de classe.

130• Elle satisfait un souci de précision qui s'exprime sous forme de dates. Dater c'est souvent prouver, c'est être exact, conforme à l'histoire. Dater, c'est situer dans une période historique, c'est faire appel à des réminiscences culturelles et historiques de tous ordres : personnel, scolaire, institutionnel, de civilisation. Dater c'est exprimer une durée, c'est borner le temps historique.

Tableau 5 - Traitement des références au passé

Tableau 5 - Traitement des références au passé

Dans la presse écrite

131On trouve :

132• des placages de personnages historiques ou d'époques sur les personnalités actuelles :

Gorbatchev, le croisé de l'Occident ;

Oskar Lafontaine, le Napoléon de la Sarre ;

"Ceaucescu, le Néron des temps modernes".

133• des citations d'hommes politiques

"Je ne serai jamais un Président Coty", mot de Chirac repris dans tous les médias.

"Depuis De Gaulle, je n'ai pas eu de chef" de Charles Pasqua.

Tableau 6 - Traitement des références au passé

Tableau 6 - Traitement des références au passé

À la télévision et à la radio

134• des transpositions

"Le Nuremberg roumain" ;

"Est-ce un retour au xixe siècle ? La France est-elle devenue un pays de rentiers ?"

"Mourir à Madrid", expression de Philippe Seguin répondant à Alain Juppé à propos de la constitution d'un deuxième Front national.

135• des caractéristiques ou des périodes révolues

"Bruges, capitale de l'Europe marchande au Moyen Âge" ;

"L'alliance de Sihanouk avec Pol Pot de 1975 à 1979".

136• des événements-charnières dont l'évocation signifie un point de départ :

Yalta ;

Le pacte de Varsovie ;

Le Congrès de Metz ;

Le mouvement le plus important depuis la Libération ;

Les États généraux, etc.

137• des allusions doubles

"Fabius, ton cœur ne fait pas Blum ", allusion à la chanson de Charles Trénet.

138• des dates

"Croix de guerre 39-45" ;

"La sécheresse de 1967", à propos du voyage de Jean-Paul II en Afrique.

139Le Monde semble multiplier les références allusives. Elles représentent la moitié de ses appels à l'histoire. Le Figaro n'en use que de 38 % et Libération seulement de 30 %. Si Sud Ouest avec 37 % se rapproche de la pratique du Figaro, Ouest France n'utilise que modérément la tactique de la référence allusive (33 %).

140La presse parlée dans son ensemble utilise fréquemment la référence allusive. Elle la privilégie (surtout Europe 1) par rapport aux autres types de référence au passé.

b) La référence explicative

141Elle exprime une relation causale, elle précise une date, une époque. L'analogie avec une situation historique éclaire l'actualité.

142• L'explication par la causalité permet de considérer le présent comme le résultat d'un processus historique.

"Les églises non chalcédonniennes, parce qu'ayant rompu dès le ve siècle au moment du Concile de Chalcédoine".

"L'image de la France est permanente chez nous : on nous a dit qu'on était des Gaulois", interview d'un Sénégalais.

"Nous n'avons pas de mœurs décadentes, nous ne sommes pas au Bas-Empire", Jean-Pierre Chevènement à propos des différends qui agitent le Parti Socialiste.

143• la précision qui localise dans le temps historique "la dynastie des Pahlavi… installés sur le trône depuis 1925."

"Mode : fête du cinquantenaire des slips." Retour du "Marcel", maillot de corps blanc immortalisé par Marlon Brando au cinéma"…

144• L'analogie permet d'expliquer

"Roumanie : la renaissance d'une société qui rappelle la Libération, mai 1958 à Alger, mai 1968 à Paris".

"La situation en Azerbaïdjan est comparée à celle de l'Algérie française."

145Dans la pqn, on remarque le faible nombre de références explicatives dans Le Monde, au regard du nombre de références allusives. Les lecteurs du Monde comprennent sans explications, il y a homogénéité de culture entre eux et les journalistes.

146En revanche, c'est le type de référence le plus utilisé par Libération. La pqr utilise l'histoire comme explication une fois sur quatre. Parmi les hebdomadaires, la presse de télévision n'utilise pas la référence explicative, ce n'est pas son rôle.

147Dans la presse parlée : France Culture, RTL et TF1 l'utilisent plus d'une fois sur quatre, Europe 1 et A2, environ une fois sur cinq.

c) Le passé rétrospectif plongeant dans l'actualité

148Tous les médias produisent articles ou émissions de ce type. Les sujets concernent les biographies de personnalités vivantes, l'historique d'événements, de lieux, d'institutions, de peuples, de rétrospectives culturelles à propos d'expositions, de musées, de littérature, de mode, d'architecture, d'archéologie…

149• des biographies de personnalités vivantes

  • d'artistes : Térésa Berganza (artiste lyrique) Bob Dylan (chanteur), Arthur Penn (cinéaste), Rudolf Serkin (pianiste), Mario Luzi (poète) ;

  • de personnalités politiques : Nelson Mandela, Ion Ilescu, Eric Honecker, le roi d'Albanie, Antoine Pinay…

  • des personnalités à titre divers : Jacques Vergès (avocat), la seconde femme du Comte de Clermont…

150• des historiques sur :

la Russie tsariste jusqu'à l'urss de Gorbatchev et Sakharov, les juifs d'urss ;

l'anc ;

les Éditions Gallimard ;

la passion pour les animaux domestiques de l'Antiquité à nos jours ;

les crises pétrolières ;

la ville de Clermont-Ferrand, le vieux Bordeaux, Jérusalem depuis 1949 ;

les idéologies nées avant 1940 ;

les Azeris depuis Gengis Khan ;

les Caisses d'Epargne, Eurobank…

151• des rétrospectives culturelles : expositions, festivals

la bande dessinée Snoopy au Musée des Arts décoratifs ;

le cinéma d'horreur et fantastique depuis 1918 ;

l'art soviétique de la Révolution à la Pérestroïka ;

l'histoire de la gendarmerie ;

Pierre Cardin, 30 ans de mode masculine.

152Le Monde affectionne ces articles rétrospectifs qui représentent 21 % de ses appels à l'histoire. Le Figaro s'en sert très peu et la pqr pas davantage. Dans la presse hebdomadaire, le Figaro-magazine, Le Nouvel Observateur, l'Equipe magazine présentent vedettes et champions et retracent leurs vies. Dans la presse parlée, A2 présente plus d'émissions de passé rétrospectif que les autres médias audiovisuels.

d) Le passé historique

153Les émissions et articles historiques sont produits à l'occasion de décès, de manifestions culturelles, mais également comme rappels historiques liés à l'actualité politique ou, plus rarement, comme sujets choisis indépendamment de l'actualité (c'est le cas de l'émission "Du côté de chez Fred "consacrée à la Nouvelle Vague, cinéma des années soixante-soixante-dix, de la rétrospective des supplices depuis l'époque des Croisades jusqu'à la Révolution, effectuée dans l'émission "Les ambassadeurs" ou de l'historique de l'abbaye de la Sauve-Majeure exposé dans Sud Ouest).

154Un même événement peut être couvert par tous les médias. C'est ainsi que la mort d'Ava Gardner donne lieu à évocations multiples dans les journaux, à la radio et surtout à la télévision, que ce soit dans des journaux d'information ou dans des émissions telles que "Du côté de chez Fred", "My télé is rich" ainsi que par la retransmission de l'émission "Étoiles et toiles" qui lui avait été consacrée.

155• dans les biographies, on note parmi d'autres :

des artistes : Jean Gabin et Juliet Berto (artistes de cinéma), Max Linder (cinéaste), David (peintre, à propos d'une exposition) ;

des écrivains : Drieu La Rochelle (à propos de l'émission "Ex-Libris") ou Laurence Sterne (écrivain du xviiie siècle à propos d'un feuilleton de France Culture), André Breton, Zola, Knut Hamsun, André Suarès ;

des personnalités : Coco Chanel, Brillat-Savarin, Soliman le Magnifique (à propos d'une exposition) ;

des personnalités mythiques : Cyrano de Bergerac (à propos de la sortie du film), la Reine de Saba.

156Dans les thèmes traités, on rencontre :

157• des thèmes culturels

histoire de l'affiche cinématographique ;

histoire de la photo, des origines à 1970 ;

les futuristes italiens et russes ;

les timbres perforés entre 1873 et 1954 ;

158• des thèmes politiques ;

dossier sur l'avant-communisme en Europe centrale et danubienne ;

histoire de la Pologne ;

l'Allemagne dans la première moitié du siècle ;

le Parti Communiste français, à travers la vie d'un couple communiste exclu du Parti depuis trente ans

le retour d'anciens G. I. au Viêt-nam.

159Le Monde présente des articles historiques deux fois plus souvent que Le Figaro qui en founit le double de Libération. Pour la pqr, Sud Ouest-France, il s'agit de compte rendus sur des fouilles archéologiques locales.

160Pour la presse hebdomadaire : c'est l'uniformité entre les divers hebdomadaires de notre corpus.

161Les chaînes et stations étudiées utilisent presque également (10 à 13 %) le passé historique, à l'exception de Europe 1 qui ne l'utilise pratiquement pas.

B. Les modes d'approche du passé

162Deux approches sont distinguées : le mode politique et le mode culturel.

Tableau 7 - Les références du passé selon le mode d'approche dans la presse écrite

Tableau 7 - Les références du passé selon le mode d'approche dans la presse écrite

Tableau 8 - Les références au passé selon le mode d'approche à la télévision et à la radio

Tableau 8 - Les références au passé selon le mode d'approche à la télévision et à la radio

1. Répartition des modes d'approche

163Dans la pqn, le mode d'approche politique est prépondérant dans Le Figaro et Libération, alors que Le Monde privilégie légèrement le mode d'approche culturel. Pour la pqr, l'équilibre entre les deux modes est observé pour Sud Ouest, alors que Ouest France donne une légère préférence au mode politique.

164Pour les hebdomadaires spécialisés (Femme actuelle, l'Equipe magazine, Valeurs actuelles, Télérama, Télé 7 jours) le mode d'approche culturel est largement prépondérant et atteint 100 % pour les deux derniers.

165Les autres hebdomadaires présentent des modes d'approche à peu près également répartis, les hebdomadaires les plus engagés politiquement (L'Humanité Dimanche, Témoignage chrétien, Le Nouvel Observateur) accordant une préférence au mode d'approche politique. Le Figaro magazine privilégie nettement le mode d'approche culturel.

166Pour la presse parlée on observe une prépondérance du mode d'approche culturel, sauf sur Europe 1, ce qui s'explique par la surreprésentation des journaux dans les émissions écoutées.

2. Le mode politique

167Il est bien rare qu'une information non politique soit traitée selon un mode politique. De rares informations de société ou économico-sociales peuvent l'être, comme par exemple la décision de réforme de la grille des fonctionnaires mise au point en 1947, ou la citation par Jacques Delors à "L'Heure de vérité", de la phrase de Viansson-Ponté disant en 1968 que la France s'ennuyait.

3. Le mode culturel

168En revanche, toutes les informations, y compris les informations politiques, peuvent être traitées selon un mode culturel.

169Dans le cas d'informations politiques, il s'agit essentiellement de productions culturelles traitant de sujets politiques ou de publicités.

170Par exemple : téléfilms sur Jeanne d'Arc et sur les Chouans ; chanson d'Alain Souchon faisant référence à la guerre d'Algérie, Pearl Harbour, Hanoï, Santiago, Karl Marx, les nazis ; pièce de théâtre Le bal du N'Dingo sur l'indépendance de l'Afrique ; publicité pour "La marche verte" de Hassan II ou pour Le Journal du Dimanche, traitant à la fois des événements de l'Est et de la libération de Mandela.

171En outre, un même événement peut être traité selon les deux modes, comme en témoignent les nombreux articles et émissions traitant du film Milou en mai, qui s'intéressent, soit au film, soit à la période historique du déroulement de l'action (1968).

172On n'observe pas de spécificité politique ou culturelle selon le type de référence utilisé.

C. Les territoires du passé

173L'implantation géographique du passé peut concerner plusieurs pays étrangers, la France, une région française. En termes journalistiques, cela se traduit par des pages ou des rubriques à vocation géographique.

Tableau 9 - Les références au passé selon le territoire dans la presse écrite

Tableau 9 - Les références au passé selon le territoire dans la presse écrite

Tableau 10 - Les références au passé selon le territoire à la télévision et à la radio

Tableau 10 - Les références au passé selon le territoire à la télévision et à la radio

174• le "territoire international "

175Les articles ou émissions mettant en jeu plus d'un pays sont classés comme relevant de la vie internationale. Il ne s'agit pas d'internationalité au sens strict de relation entre plusieurs pays ni de thèmes concernant plusieurs pays. Par exemple, une référence sur l'histoire des automobiles Lancia et Peugeot, engageant l'Italie et la France, est classée comme internationale.

176• le pays étranger

177Les rubriques de politique étrangère concernant chacune un pays étranger semblent mieux fournies puisque toute la presse écrite et parlée s'y intéresse.

178• la France et son passé fournissent autant d'occasions que l'étranger de parler d'histoire.

179• le passé local

180Bien que Le Monde du samedi consacre une rubrique aux "heures locales", il est remarquablement absent de la pqn, de la presse hebdomadaire et de la presse parlée. Seule la pqr s'intéresse au passé local.

181En conclusion, les ordres décroissants d'intérêt pour les territoires géographiques se situent pour :

Le Monde : la France, l'étranger, l'international. Le passé local ne présente pas d'intérêt malgré 5 références.

Le Figaro présente le même schéma que Le Monde.

Libération : l'étranger, la France et faiblement l'international.

Sud Ouest : l'étranger, la France, l'international et le local.

Ouest France : l'étranger, la France, l'international.

Témoignage chrétien : la France, l'étranger, l'international.

Le Figaro-magazine : la France, l'étranger, l'international (très peu).

Le Nouvel Observateur, Paris-Match, l'Express, l'Humanité Dimanche : l'étranger, la France et l'international.

Les hebdomadaires spécialisés : la France, l'étranger, l'international (à l'exception de l'Equipe magazine : l'étranger, la France, l'international).

TF1 : la France, l'étranger, l'international.

A2 : l'étranger, la France, l'international.

France Culture : l'international et l'étranger, la France.

Europe 1 : l'étranger et la France, l'international.

RTL : la France, l'étranger, l'international.

182Nous avons tenté l'exploitation statistique des territoires par média et par type de référence ; les résultats sont inexploitables, vu la faiblesse des chiffres.

Seconde conclusion

183La prépondérance est accordée à la période récente, à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à 1980 (date butoir de l'histoire pour notre étude). L'histoire reste une histoire très contemporaine et les médias n'ont pas conscience de faire appel à l'Histoire (avec une majuscule) en l'évoquant. Seul Le Monde semble sciemment faire appel à l'Histoire. Les trois thèmes-modèles, servant constamment d'appui ou de référents à l'exposé de l'actualité politique ou même culturelle, sont datés autour de la Seconde Guerre mondiale qui les a noués : le nazisme, le stalinisme et le gaullisme, trois thèmes rivés aux personnalités politiques qui les ont incarnés et se sont opposées.

184Les institutions médiatiques, principalement celles de la presse écrite, sont généralement considérées comme relevant d'une idéologie politique. Si l'idéologie est présente dans les médias, dans notre étude, à aucune idéologie de gauche ou de droite ne correspond une mobilisation pour le passé. L'idéologie, pas même dans la pqn, n'appelle pas un certain type de référence à l'histoire. Par rapport à l'histoire et au passé, on constate une perte des idéologies.

185L'usage de la référence au passé semble lié à la fois à un style journalistique et à un public acteur-spectateur-auditeur dont la majorité des agents a atteint ou largement dépassé le niveau d'instruction secondaire. La référence au passé paraît suivre un public élitiste sur le plan économique et culturel. Lorsque le niveau de culture et d'instruction du public est très hétérogène ou n'atteint pas celui du baccalauréat, la référence au passé — quand elle existe — joue un rôle explicatif pour rendre compte de l'actualité ou un rôle documentaire en liaison plus ou moins lâche avec l'actualité.

186Les hiérarchies des usages du passé, notamment à partir de l'emploi des références allusives et des articles historiques semblent suivre les adéquations/inadéquations entre les niveaux culturels des journalistes et ceux du public. C'est net pour la presse écrite mais beaucoup moins dessiné pour la presse parlée dont les publics sont très hétérogènes.

Troisième partie. LES USAGES MÉDIATIQUES DU PASSÉ

187L'utilisation du passé apparaît plus liée à l'information dans la presse écrite quotidienne et plus liée à la culture dans les émissions de radio et de télévision ; non que la séparation des genres y soit plus accusée, bien au contraire, mais les contraintes de temps limitent le plus souvent à l'allusion le recours au passé dans un journal parlé ou télévisé. La télévision, qui est surtout image et spectacle, privilégie inévitablement les périodes les plus récentes, celles pour lesquelles subsiste un enregistrement visuel du passé.

188Le recours au passé remplit trois fonctions dans les médias.

A. Explication de l'actualité

189Il n'est pas étonnant que les médias préoccupés surtout de donner des "nouvelles ", n'accordent au passé qu'une importance médiocre, principalement pour situer et expliquer les faits nouveaux dont ils rendent compte.

190Il faudrait pouvoir comparer avec des journaux d'époque antérieure, mais l'utilisation de l'Histoire en 1990 est trop allusive pour donner lieu à une manipulation.

191La référence au passé tient principalement à deux causes : à l'actualité et au journaliste.

192C'est l'actualité qui motive la lecture du journal ; la compréhension de l'actualité nécessite souvent un recours à l'histoire ; une histoire récente le plus souvent. Les événements de Yougoslavie, ceux d'URSS en cet été 1991 l'attestent. La faiblesse de l'insertion dans le temps des soubresauts de l'actualité affaiblit souvent l'explication qu'en donnent les médias. Ainsi dans la période témoin, la libération de Nelson Mandela est un des principaux événements annoncés ; les très nombreux articles qui lui sont consacrés ou qui sont consacrés à l'Afrique du Sud sont essentiellement biographiques ou liés au mouvement antiapartheid ; très peu font état, et des conflits entre noirs et des antagonismes au sein de la communauté blanche. L'actualité ne conditionne pas seule le recours ou non au passé.

  • 4 Interview accordée à Nathalie Lelong le 8 février 1990.

193Le journaliste cherche à faire passer au lecteur une connaissance de l'actualité qu'il comprenne et qui l'accroche ; l'ancrage dans le passé ne peut y contribuer que s'il évoque à la fois pour le journaliste et pour son lecteur un même souvenir, une même image ; même dans ce cas, selon la réflexion de Serge Lafaurie, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur "nos articles doivent être lus en vitesse, et nous sommes donc obligés de raconter l'histoire toujours d'une façon schématisée, simplifiée"4 et d'ajouter "le passé sert à faire comprendre".

194La référence allusive suppose une culture commune du journaliste et de son lecteur ; dans la référence explicative, au contraire, le journaliste apprend au lecteur ce qui lui permet de comprendre mieux un événement ou une situation.

195La relation entre passé et médias pose aussi la relation entre histoire et journaliste ; si le second se présente parfois comme l'historien du présent, si les journalistes écrivent souvent "l'histoire immédiate", nombreux aussi sont les historiens qui écrivent dans des journaux, dans des hebdomadaires (Jacques Julliard dans Le Nouvel Observateur), mais aussi dans des quotidiens (Pierre Chaunu dans Le Figaro), et pas seulement des articles historiques, mais aussi des commentaires de l'actualité.

196La différence est moins entre presse écrite et radio, qu'entre types de journaux ou types d'émissions. Il semble que les références explicatives sont les plus importantes proportionnellement dans les médias les plus ouvertement engagés ; elles représentent 44 % des références au passé de l'Humanité Dimanche et 57 % dans Hebdo TC. (Témoignage Chrétien) qui a en général peu de références au passé.

197La référence allusive suppose une culture commune entre le média et son public. Ainsi la référence allusive domine à la radio, souvent par un mot "Nous ne sommes pas au Bas Empire" (Europe 1, 31 janvier, à propos des différends au sein du p.s.) ; le journaliste suppose que l'expression "Bas Empire" a un sens pour le lecteur ou l'auditeur. Il n'est pas fortuit de la trouver dans un journal parlé qui se veut plutôt à l'adresse des cadres.

198De façon analogue Le Nouvel Observateur publie dans son numéro du 1-7 février 1990 un entretien avec le Suisse Jean Ziegler, auteur d'un livre La Suisse lave plus blanc sous le titre "La Suisse est pourrie par l'argent de la drogue", quand Ziegler déclare : "après la révocation de l'Edit de Nantes en 1685, la banque suisse protestante a commencé à travailler dans l'argent en fuite", il est implicitement admis que les lecteurs de l'hebdomadaire connaissent la situation historique à laquelle il est fait allusion.

199Quand L'Humanité Dimanche du 26 janvier écrit "la perestroïka prolonge Octobre", ses lecteurs habituels savent bien que l'allusion porte sur la Révolution d'Octobre 1917.

200Tous les journalistes sont loin de croire que l'histoire éclaire la connaissance de l'actualité ; Témoignage Chrétien du 19-25 mars publie la lettre d'un lecteur déclarant : "elle n'apprend rien à personne, puisque chaque peuple l'interprète à sa façon".

201Il faut — plus encore — tenir compte du journaliste. La formation et le recrutement actuels des journalistes plus professionnels, moins idéologiques les amènent à privilégier l'inédit, le "scoop", à multiplier les informations sur le plus grand nombre de lieux. Or le journaliste qui arrive tant bien que mal à connaître la situation présente des pays dont il parle, n'a pas la connaissance de l'évolution historique de tous les pays. Les formations de journalistes sont de plus en plus orientées à former des communicateurs, mettant l'accent sur la façon de faire le mieux passer l'information (problème de mise en page ou de mise en scène, d'expression, de titrage…).

202Quand on fait appel au passé "rétrospectif" comme élément introduisant l'actualité à la radio, c'est le plus souvent le fait de personnalités politiques interviewées, par exemple, dans notre échantillon, de Marie-France Garaud ou Jean-Pierre Chevènement, interviewés le matin par Catherine Nay sur Europe 1.

203Les articles portant sur l'actualité avec un exposé historique, ou les articles historiques liés à l'actualité sont surtout associés — dans notre panel — aux articles nécrologiques : qu'il s'agisse de Sandro Pertini, l'ancien président de la République italienne ou de Charles Hernu.

204Il faut se garder toutefois de généraliser ; les événements qui se sont déroulés en URSS en août 1991 ont entraîné, dans la presse écrite surtout, des articles historiques, souvent rédigés par des historiens.

205Cette utilisation du passé comme élément explicatif de l'actualité correspond à la fonction d'information des médias ; elle est surtout importante dans la presse écrite et porte principalement (mais non exclusivement) sur le xxe siècle.

B. Commémoration et mythe

206Les journalistes et les médias, bien plus que les historiens qui se méfient de ces expressions, parlent de "leçons de l'histoire" ou de "poids du passé".

207Ils diffusent — quand ils ne les créent pas — des stéréotypes. Pour toute une génération, les connaissances historiques proviennent plus des médias (et plus particulièrement de la télévision) que des souvenirs scolaires.

208L'humoriste américain Mark Twain ironisait, il y a un siècle, sur le goût des Français pour célébrer les anniversaires et le penchant des hommes politiques français pour truffer leurs discours de dates.

209On pourrait se demander s'il en est toujours ainsi et si c'est resté une spécificité française.

210La commémoration est toujours liée à l'actualité, au calendrier ou à des événements culturels comme une exposition de peinture (ainsi un long article dans Paris-Match 15-21 février sur "la revanche de Mignard") ; c'est aussi le cas de l'exposition sur Soliman Le Magnifique au Grand-Palais dans un article de Témoignage Chrétien du 5-11 mars qui la qualifie d'"occasion unique de s'offrir un rare plaisir des yeux et de prendre contact avec une des plus brillantes civilisations mondiales", ou du Nouvel Observateur du 15-21 février.

211Les commémorations liées aux calendriers ont plus ou moins de succès selon qu'elles s'intègrent dans l'actualité ou dans le débat politique. La commémoration de la Révolution française semble avoir épuisé en 1989 les médias sur ce thème ; les médias en 1990 et 1991 — accaparés certes par une actualité plus brûlante — n'ont guère célébré le bicentenaire de décisions pourtant importantes prises par les Constituants : au cours du mois de janvier et février 1990, Le Figaro, Libération, Ouest France et Sud Ouest ne donnent chacun que très peu de références à la période de la Révolution et de l'Empire (de 4 à 7 pour Ouest France).

212Les commémorations portent de plus en plus sur des périodes récentes ; 1990 a vu celle du Général de Gaulle pour le centenaire de sa naissance et celle, plus limitée, du centenaire de la mort de Van Gogh.

213La commémoration entretient les mythes reposant à la fois sur des réalités passées et sur des représentations simplifiées, voire déformées du passé. Or le déclin des idéologies mais aussi des religions (en Occident du moins) a entraîné l'ébranlement des mythes ; la chute du mur de Berlin, l'unification des deux Allemagnes en vue n'ont nullement ramené l'image du "boche", même dans les quelques articles (peu nombreux) s'inquiétant d'une trop grande puissance de l'Allemagne.

214S'il est moins présent dans l'information, le mythe ne se limite pas à la politique. La mort de l'actrice Ava Gardner suscita en janvier-février 1990 des articles avec photo retraçant la vie de la "Comtesse aux pieds nus" dans sa splendeur et sa célébrité, sans s'étendre sur son retrait ancien de la scène. Le sport est aujourd'hui créateur de vedettes et de mythes et les références à une histoire récente sont nombreuses dans Equipe magazine.

215Il semble que les mythes de la société d'aujourd'hui reposent moins sur le passé et l'histoire que sur des faits de société, le racisme, la communication, l'environnement.

C. Érudition et connaissance

216Il s'agit principalement d'articles, de chroniques culturelles, à l'occasion de livres, de films, voire d'émissions de télévision. Ainsi Paris-Match du 15-21 février dans un article sur l'acteur Robin Williams, en présentant le film Le cercle des poètes disparus présente les États-Unis de l'époque d'Eisenhower et de Kennedy.

217Télé-7-Jours du 20-26 janvier à l'occasion d'une diffusion de Jeanne d'Arc d'après un livre de Pierre Moinot donne un article historique sur la Guerre de Cent ans.

218La connaissance historique se présente sous deux aspects :

  • un aspect didactique, apprendre ce qui est méconnu ou ignoré ;

  • un aspect exotique, on plonge dans le passé comme dans un monde inconnu.

219Les deux vont parfois de pair, ainsi dans Paris-Match tout un dossier touristique, intitulé "Mexique, la zone du Pacifique" dans le numéro du 8-14 février 1990 et "Mexique la zone du Golfe Caraïbe" dans le numéro du 8-14 mars évoquent à la fois l'art précolombien, l'époque des Conquistadores et, plus rapidement, l'indépendance au xixe siècle.

220Les quotidiens régionaux — nous prenons les exemples d'Ouest France et de Sud Ouest étudiés sur une période plus longue — font davantage de l'histoire un élément d'identité. C'est plus sensible pour Ouest France, sans doute parce que la Bretagne suscite un sentiment d'appartenance plus fort que l'Aquitaine. Ouest France propose chaque semaine des articles historiques, remonte jusqu'à la préhistoire, le 23 janvier un article sur un village fortifié "de l'âge du fer ou du bronze", en Mayenne, s'étend sur le Moyen Âge.

221Le 24 février un article rappelle la légende d'une ville engloutie dans les marais de Murin et remémore le souvenir des pirates normands du ixe siècle, autant d'évocations en rapport avec le tourisme.

222Car ce retour aux sources, cette mobilisation du patrimoine historique s'adresse à la fois aux populations locales, mais aussi aux éventuels visiteurs de la région.

223Mais la fonction de connaissance attribuée à l'histoire n'est pas exempte d'option politique ou idéologique. Un article d'Ouest France du 30 janvier consacré à la chouannerie 1789-1815, la présente comme un tournant de l'histoire de la Bretagne, comparé à la Résistance.

224L'importance plus grande des références historiques dans le Courrier des lecteurs des quotidiens régionaux (surtout Sud Ouest) semble confirmer cet enracinement plus grand dans le passé en province. Il faudrait toutefois faire une étude comparée sur un plus grand nombre de quotidiens régionaux. D'autre part, la plupart des régions n'ayant qu'un quotidien régional, celui-ci évoque, de préférence, un passé sur lequel existe un consensus de ses lecteurs.

225L'internationalisation caractérise de plus en plus les médias d'aujourd'hui ; non seulement par les sujets abordés, mais aussi par les sources de leur production ou de leur diffusion. Cette extension géographique se traduit par exemple par un nombre important de pays cités dans un journal télévisé, dans un quotidien, dans un hebdomadaire. L'importance prise par la dimension spatiale semble avoir restreint la dimension temporelle.

226Sans doute la place du passé s'est-elle restreinte avec la réduction dans les médias à la fois de l'idéologie mais aussi du culturel. Même si on peut déceler un certain essoufflement des sociétés industrielles contemporaines, elles, et les médias qui sont leur miroir grossissant, sont toujours bien plus tournés vers l'avenir.

227Le sport a pris, dans les médias, une place bien plus importante que le culturel en général (et à plus forte raison que l'historique) ; son vocabulaire a même déteint sur le langage politique. Il s'exprime aujourd'hui dans les médias français plus de passion sur le sport que sur le souvenir d'événements passés.

Troisième conclusion

228Ne nous étonnons pas que l'usage de l'histoire par les médias aboutisse toujours au présent ; depuis que Benedetto Croce affirma que toute histoire était contemporaine, les historiens ont fait leur cette réflexion. C'est un historien du Moyen Âge, Jacques Le Goff qui écrivait récemment dans Histoire et mémoire : "Nous savons maintenant que le passé dépend partiellement du présent. Toute l'histoire est bien contemporaine dans la mesure où le passé est saisi dans le présent et répond donc à ses intérêts."

Bilan et perspectives

229Le rôle des médias dans la transmission de l'image du passé apparaît plus indicateur que manipulateur ; la présence ou l'absence de référence au passé est plus significative que l'utilisation même qui en est faite.

230Chacun des trois médias, presse, radio, télévision, remplit des fonctions très différentes selon les types de journaux, de chaînes ou d'émissions. Les différences au sein de chaque média sont aussi grandes qu'entre les médias. La faible intensité des références au passé dans la plupart des médias, les fait apparaître comme un reflet trop faible pour être performant.

231Il faudrait une étude comparative sur des médias d'il y a trente ans ou cinquante ans pour établir si l'enracinement des événements d'actualité dans le passé par les médias est plus faible aujourd'hui. Si cette hypothèse était confirmée, le décalage entre le discours sur l'identité culturelle préconisant une valorisation de tout ce qui peut nourrir la mémoire collective et la faiblesse de cette mémoire collective dans les médias amènerait à remettre en question la présentation des médias comme reflet de la société et contribuerait à expliquer la baisse de crédibilité qui les affecte.

232De quelques sondages dans la presse écrite d'il y a trente ans ou plus, il semble ressortir actuellement, sinon une moindre place accordée à l'histoire, un moindre antagonisme dans les images du passé. Même la célébration du bi-centenaire de la Révolution pendant l'année 1989 (qui n'entrait pas dans notre enquête), tout en présentant une image plurielle, n'a pas entraîné une exploitation conflictuelle des souvenirs de la Révolution, comme si la réflexion de Paul Valéry sur la dangereuse "alchimie" que représentait l'Histoire, n'avait plus aucun fondement. L'Histoire n'apparaît plus guère comme un arsenal d'arguments contradictoires dans lesquels puisaient les idéologies politiques.

233Un des éléments d'explication tient aux journalistes eux-mêmes ; le professionnalisme l'emporte de plus en plus, cherchant plus à communiquer qu'à diffuser une opinion.

234La formation des journalistes met l'accent sur les techniques, y compris les techniques d'expression, plus que sur ce qu'il était convenu d'appeler la culture générale qui reposait pour une bonne part sur des connaissances historiques et littéraires ; non que celles-ci ne soient pas encore exprimées dans certains journaux. Il en résulte que l'on commence à voir s'esquisser en France une distinction, encore bien plus faible qu'en Angleterre, entre une presse de qualité, exprimant des opinions politiques affirmées et utilisant davantage l'Histoire, et une presse quotidienne d'information générale.

235Les références au passé — surtout les allusions ou les éléments explicatifs — portent principalement sur la France au niveau national. Toutefois l'histoire locale occupe une place non négligeable, surtout pour des périodes anciennes dans les quotidiens régionaux ; c'est là qu'elle apparaît le mieux comme un élément d'identité régionale.

236On constate cependant que les références au passé portent surtout sur la vie politique française au xxe siècle ; il faudrait des études analogues sur les médias d'autres pays européens pour savoir si c'est ou non une caractéristique française. Il semble bien que la présentation des médias soit un trait spécifique de chaque pays même s'ils se nourrissent tous de plus en plus des mêmes dépêches ou des mêmes images des agences internationales en ce qui concerne l'étranger.

237Les références allusives sont les plus nombreuses ; elles correspondent à un fonds culturel et à un certain consensus du lecteur ou de l'auditeur, mais il n'est pas évident qu'elles évoquent chez eux une connaissance précise. Du moins ne les heurtent-elles pas.

238Les références au passé antérieur à la Première Guerre mondiale sont plus importantes dans les hebdomadaires que les quotidiens ; elles ne sont majoritaires que dans L'Humanité Dimanche (83 sur 134) alors que dans Le Nouvel Observateur elles sont 77 sur 225, dans Le Figaro Magazine 87 sur 215 et dans Le Monde 45 sur 196.

239À lire ou à entendre les médias, il semblerait que la société française n'ait pas ou plus d'attaches avec son passé, au sens que lui donne l'opinion la plus courante qui ne considère comme "historique" que ce qui est au moins antérieur à la Deuxième Guerre mondiale. La connaissance des événements antérieurs devient, pour le grand public, une prouesse, ainsi qu'en témoignent les questions posées dans les jeux radiophoniques ou télévisés.

240Un autre symptôme de cette rupture, c'est que l'approche économique et sociale — celle qui aurait le plus d'attaches avec les problèmes d'aujourd'hui — est pratiquement absente au profit des approches culturelles ou politiques.

241Les divergences sur le passé portent surtout le passé récent, le dernier demi-siècle et sont le résultat d'une approche politique, plus politicienne qu'idéologique le plus souvent.

242La priorité écrasante donnée au passé récent tient aussi à une autre cause ; la mémoire médiatique se nourrit d'enregistrements audiovisuels ; déjà la collection de ses anciens exemplaires représentait pour un journal des archives dans lesquelles il puisait une documentation ; avec l'enregistrement de l'image fixe, puis du son et de l'image animée, photothèque, sonothèque, cinémathèque, vidéothèque sont devenues des sources de documentation principalement sur l'époque la plus récente.

243La formation d'agences d'images du passé, de chaînes thématiques câblées comme Planète ou "C'était hier" montre que l'on est passé à l'ère de la commercialisation, même si celle-ci se justifie en se présentant comme une valorisation du patrimoine.

244Le passé correspond, dans les médias à des temporalités différentes selon les fonctions qu'on lui assigne ; qu'il s'agisse de faire comprendre l'actualité ou de commémorer, le passé est réintroduit dans la situation ou l'événement présent. Ce n'est que comme élément de connaissance, dans une approche culturelle, que le passé devient évasion du présent et se différencie de lui ; encore est-ce souvent, dans les médias, à l'occasion d'un événement bien présent comme la parution d'un livre ou la sortie d'un film.

245L'industrialisation des médias et de l'information entraîne une conservation systématique mais sélective de l'enregistrement de la réalité. Cette mémoire des médias ayant mis en scène, en récit, en images, événements, situations et personnages, nourrit la mémoire collective, la stéréotype aussi. Le recours ou non au passé dans la présentation de l'actualité donne une temporalité différente aux événements dont les médias rendent compte.

246Inscrit dans la mémoire collective, un événement devient historique dans les médias lorsqu'ils le réutilisent. Or les médias, qui se nourrissent d'eux-mêmes, privilégient, dans le passé, les événements qu'ils ont contribué à ériger en tant que tels et à enregistrer.

  • 5 Jacques Le Goff, Histoire et mémoire. Paris : 1990.

247En ce qui concerne l'époque contemporaine — la plus citée — on peut se demander s'il y a décalage ou superposition entre la mémoire médiatique et la mémoire historique ; le temps, la durée historique, différencient l'événement médiatique de l'événement historique ; à côté de l'événement qui s'impose aux médias, il y a des événements fabriqués par les médias et d'autres sous-estimés. Les médias privilégient les premiers qu'ils ont enregistrés, et qui ont joué, grâce à eux, sur les représentations et l'imaginaire du public5.

248Ainsi les médias tissent-ils un lien social entre les faits et événements et le public, non seulement dans la représentation de l'actualité, mais aussi dans celle du passé avec ses lignes de force et ses trous ou ses oublis.

249L'internationalisation des médias, qui correspond à la mondialisation croissante des problèmes et à l'interdépendance accentuée entre les pays, les amène à privilégier le contemporain, le passé le plus récent qui est le plus commun à tous, à la différence des périodes plus anciennes (dès le xixe siècle et en arrière) correspondant à des époques où les aires de civilisation, plus indépendantes les unes des autres se partageaient le monde où l'écrit était la seule technique d'enregistrement de la réalité avec le dessin.

250Les médias cherchent à produire du passé une image de consensus, or le consensus obscurcit et déforme la réalité ; contre lui et contre les médias dominants s'esquisse une recherche, des identités qui trouvent la source de leur différence et de leur existence dans une appropriation sociale et non médiatique de leur histoire.

Bibliographie

Bibliographie

Autrement, mars 1987, no sur "Passion du passé : les "fabricants d'histoire".

Dossiers de l'audiovisuel INA :

No 24 : L'histoire à la télévision, mars-avril 1989.

No 30 : La communication du patrimoine audiovisuel, mars-avril 1990.

BLESSIG Anne-Marie et BOURELLY, Robert. Les agences d'image du passé, Sonovision, avril 1900.

FARASSINO Alberto. Televisione e storia, Rome : Balzoni ed., 1981.

Image et histoire : Actes du colloque de Paris III. Paris : Publisud/Sources, 1987.

Images, Mémoire de l'Europe, Étude de radio télévision rtbf.

JEANNENEY Jean-Noël, SAUVAGE Monique (sous la dir. de), Télévision nouvelle mémoire : les magazines de grand reportage. 1959-1968, Paris : INA - Seuil, 1982.

JEUDY H. P. Mémoire du social, 1986.

LE GOFF Jacques. Histoire et mémoire. Paris, 1990.

LELONG Nathalie. L'étude du passé dans la presse hebdomadaire (1er trimestre 1990, Le Nouvel Observateur, Témoignage Chrétien, Paris-Match), TER d'histoire, Université de Bordeaux III. 1990.

NORA P. (Sous la dir. de). Les lieux de mémoire. Gallimard, 1986.

PETIT Jean-Pierre. L'image du passé dans la presse quotidienne. TER d'histoire, Université de Bordeaux III. 1990.

VEYRAT-MASSON Isabelle. L'Histoire à la télévision française. Thèse de sciences politiques, IEP de Paris.

WOLTON Dominique. Éloge du grand public : une théorie critique de la télévision. Paris : Flammarion, 1990.

Notes

1 Nous avons dépouillé un corpus de base assez large puis opéré un deuxième choix afin de travailler sur un corpus équilibré. Cette procédure en deux étapes nous offre des perspectives de travaux comparatifs ultérieurs, notamment pour la presse écrite.

2 Ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs en histoire et en communication, étudiants de 3e cycle vacataires de l'ufr d'Histoire ou des Sciences de l'Information.

3 pqn : Presse quotidienne nationale ; pqr : Presse quotidienne régionale ; Hebdo : Presse hebdomadaire.

4 Interview accordée à Nathalie Lelong le 8 février 1990.

5 Jacques Le Goff, Histoire et mémoire. Paris : 1990.

Table des illustrations

Titre Gille d'analyse no 1
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Gille d'analyse no 2
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Grille d'analyse no 3
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 1 - Les références au passé selon la catégorie d'article dans la presse écrite
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 2 - Les références au passé selon la catégorie d'émission à la télévision et à la radio
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 3 - Les périodes historiques dans la presse écrite. Pourcentage de références au passé
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 4 - Les périodes historiques à la télévision et à la radio
Légende Pourcentage de références au passé
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 5 - Traitement des références au passé
Légende Dans la presse écrite
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 6 - Traitement des références au passé
Légende À la télévision et à la radio
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 7 - Les références du passé selon le mode d'approche dans la presse écrite
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 8 - Les références au passé selon le mode d'approche à la télévision et à la radio
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 9 - Les références au passé selon le territoire dans la presse écrite
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 10 - Les références au passé selon le territoire à la télévision et à la radio
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9501/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search