Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. Les images du patrimoine, la représentation et l'exploitation du patrimoine

Chapitre 4. L'étude du patrimoine à l'école

Lionel Chollon

Texte intégral

1"Alors autrefois les hommes vivaient sous terre !...", telle fut la remarque étonnée d'un collégien découvrant avec sa classe le chantier des fouilles de la place Camille-Jullian de Bordeaux en 1990. Elle m'a été rapportée par le Conservateur des fouilles archéologiques du Service Régional de l'Archéologie dépendant de la Direction Régionale de l'Action Culturelle, qui encadrait et animait cette visite.

2On se rend compte tout de suite du long chemin qu'il va falloir parcourir avec cet élève pour que sa réaction première, née de la rencontre avec l'aspect le plus spectaculaire de l'archéologie, ne se transforme pas en image définitive, pour qu'il s'interroge sur ce qu'il voit, pour qu'il échafaude des hypothèses et cherche à les vérifier, pour qu'il devienne réceptif, en fait aux messages que peuvent porter aujourd'hui les traces de notre passé. Alors il comprendra que l'église, la mairie, la gare, l'école, la fontaine, la place, les arcades... qu'il croise du regard quotidiennement sont autant de signes plus ou moins visibles et lisibles d'une vie, d'une société passée qu'il ne s'agit pas d'effacer.

3Pour Gabriel Mutte, Inspecteur général d'histoire et de géographie, "L'étude du patrimoine dans l'enseignement ne doit être ni une étude d'entomologiste de vestiges morts, ni un tourisme culturel dans l'espace, ni un vagabondage historique dans le temps, mais une prise de conscience par le regard, le cœur, l'esprit et l'âme de ce qui est notre patrimoine, afin d'en tirer, non pas une nostalgie stérile mais des forces nouvelles, vivifiantes, créatrices, adaptées au monde moderne". (Historiens et Géographes, no 317-janvier 1988).

4Depuis 1981, pour faciliter et développer l'étude du patrimoine à l'école, le ministère de l'Éducation nationale, en partenariat avec le ministère de la Culture, a pris de nombreuses mesures :

  • 1982, création des classes patrimoines à l'école primaire. Elles permettent aux élèves et aux enseignants de séjourner une semaine sur un site présentant un intérêt historique, architectural, archéologique en contact avec des professionnels du patrimoine.
  • 1985, parution des nouveaux programmes et instructions. Il est proposé aux enseignants de l'école primaire d'utiliser le patrimoine comme sujet d'étude afin d'"aider l'élève à découvrir et à approfondir des questions d'histoire et de géographie figurant au programme des cours élémentaires et moyens". Au niveau du collège, le patrimoine est inscrit au programme d'éducation civique des classes de sixième — dans le chapitre consacré à la vie démocratique dans la commune — et de cinquième — dans le chapitre intitulé "le département et la région".
  • 1987, naissance du projet d'action éducative (p.a.e.) sur le patrimoine pour le secondaire1. Les enseignants peuvent suivre un stage patrimoine dans le cadre d'un plan académique de formation.
  • 1988, les classes patrimoines sont également proposées aux enseignants du second degré.
  • 1989, création des ateliers de pratiques artistiques et culturelles à l'école primaire pour que les enfants puissent "découvrir progressivement et concrètement un secteur culturel patrimonial".
  • 1990, le patrimoine devient un des onze domaines pouvant faire l'objet d'un atelier de pratique artistique dans les collèges et lycées.
  • 1992, création des "Jumelages" et des "Clubs Europe" dans le secondaire. Ces deux outils d'ouverture culturelle possèdent un volet patrimoine.

5L'éventail des moyens offerts aux enseignants pour mener à bien un travail sur le patrimoine est assez large. La responsable de l'action culturelle au rectorat de Bordeaux a entrepris depuis quelques années un recensement et un classement des p.a.e. présentés par les collèges et les lycées d'Aquitaine.

6Pour l'année scolaire 1991/1992, 60,26 % des 151 établissements de Gironde en ont proposé. Le patrimoine n'a fait l'objet que de cinq p.a.e. sur 168. "L'Europe" en a suscité 19, le "Théâtre" 13, les "Sciences" 10. Ils ont concerné 1 262 élèves, soit 3,34 % des collégiens et lycéens girondins.

7A titre de comparaison, le département de la Dordogne a vu naître six p. a. e. patrimoine qui ont mobilisé 4,69 % des élèves. Pour l'école primaire aucun recensement n'est effectué à l'Inspection académique. La conseillère pédagogique départementale en arts plastiques qui aide à la constitution des dossiers signale que le thème du patrimoine commence à apparaître dans les projets d'école mais que pendant longtemps il a pu exister, caché sous un intitulé plus large lié notamment au domaine de l'environnement.

8Les quatre expériences présentées ci-après ont été menées récemment dans des établissements scolaires de la Gironde. Elles permettent de dessiner à grands traits l'image du patrimoine véhiculée par l'école et de réfléchir sur la qualité de la représentation enfantine.

Ecoles primaires

École Jean de la Fontaine, Haureuils, Le Barp : "Une tuile sur un mur"

9Le vendredi 13 décembre 1991 a été pour les 28 CM1-CM2 de l'école d'Haureuils le signal de départ d'un long travail sur le patrimoine. Ce jour-là, les enfants visitent l'exposition "Toits et tuiles de la Gironde" réalisée par le Service départemental de l'Architecture de la Gironde. Ils découvrent que les tuiles peuvent différer d'un village à l'autre, d'une période à l'autre, qu'elles ne sont pas toujours disposées de la même manière et surtout qu'elles peuvent porter la trace des artisans qui les ont fabriquées sous la forme d'un dessin ou d'un poème. C'est une première sensibilisation à l'observation architecturale et à la connaissance des matériaux utilisés pour la construction qui se poursuit par une classe de neige effectuée dans les Pyrénées-Atlantiques. Les enfants ont l'occasion de comparer le milieu montagnard et le milieu de plaine, de porter leur attention sur l'ardoise, le marbre et l'adaptation de l'architecture aux exigences climatiques et géographiques.

10À partir du mois de mai 1992, c'est sous le label "Atelier de création artistique" que le travail continue.

11Cette fois-ci, le Conservateur chargé du patrimoine au sein du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne (pnrlg), à l'origine du projet, intervient personnellement. Cet atelier hebdomadaire compte dix séances. Lors de la première, le conservateur pose la question aux élèves : "Qu'est-ce que le patrimoine ?" Pour lui il s'agit avant tout de l'environnement quotidien des enfants. Il faut donc les amener à rencontrer les éléments constitutifs du milieu dans lequel ils vivent et à les comprendre afin qu'ils se les approprient et qu'ils les protègent.

12Voilà pourquoi la deuxième séance est entièrement consacrée à la visite de leur village. Les observations faites au cours de cette sortie alimentent la discussion avec un architecte des Bâtiments de France qui vient les rencontrer la semaine suivante. Les mots "toiture", "façade ", "enduit", "ouverture" sont expliqués.

13Trois séances du mois de juin ont pour sujet l'argile. Étudiée de manière théorique en classe, observée à l'état naturel sous la forme d'une veine d'argile au milieu d'une carrière puis transformée dans la tuilerie Les grès de Gascogne du Barp.

14Pendant toutes ces séances les enfants ont été des observateurs attentifs. Avec l'aide de leur maîtresse, ils ont préparé des questionnaires, pris des notes, ils ont photographié, dessiné. Il est temps qu'ils deviennent acteurs. À eux de fabriquer des tuiles à l'aide de moules conçus et réalisés par les services du pnrlg. Des petites qu'ils décorent à leur goût — dessin, poème et qu'ils gardent — des grandes qui auront un rôle social, architectural et environnemental à jouer. Elles devront recouvrir sur quelques mètres un mur du cimetière de l'église du Vieux-Richet classé Monument historique.

15Cette fabrication accapare trois séances groupées en une seule semaine. Puis c'est la cuisson et enfin le 3 juillet, les enfants posent leurs 84 tuiles sur le mur du cimetière préalablement nettoyé de leurs mains. Ces tuiles y sont toujours. Elles en attendent d'autres.

16Pour témoigner du travail mené au cours de cet atelier, les enfants ont complété à chaque séance un cahier personnel avec les renseignements obtenus, une vidéo projetée aux parents ainsi qu'une exposition présentée à la bibliothèque municipale ont été réalisées.

École publique de Cadillac : "Oh mon beau château !"

17Il y a quatre ans, le service départemental de la Caisse nationale des Monuments Historiques et des sites (c.n.m.h.s.) et le Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement de la Gironde (c.a.u.e.) décident d'implanter un atelier d'initiation à l'architecture au château de Cadillac. Ce château classé depuis 1954 est toujours en restauration. Il date du début du xviie siècle et a appartenu pendant longtemps aux ducs d'Epernon.

18Le ministère de l'Éducation nationale par l'intermédiaire du Rectorat de Bordeaux a contribué à cette implantation en détachant un professeur, un après-midi par semaine afin qu'il puisse préparer et animer les visites.

19Dès qu'ils ont été informés de cette initiative, des enseignants de l'école primaire de Cadillac ont mis en place un atelier "patrimoine" afin de pouvoir utiliser cette mémoire intacte si proche de leur classe. L'expérience a débuté il y a trois ans. Cette année, quatre classes sont impliquées. Un CE2 - un CM1 - un CM2 et une classe de perfectionnement qui s'occupe des élèves en grosses difficultés scolaires. En tout, 95 enfants de 8 à 12 ans.

20Selon le niveau des classes, les objectifs de l'atelier diffèrent. La répartition des activités est envisagée sur trois ans.

21- Les CE2 et la classe de perfectionnement s'arrêtent sur le plan architectural à l'extérieur du château (façade - porte, fenêtre). Ils étudient les éléments de décoration (volets - monogrammes, plafonds) et surtout ils réaniment ce lieu en se documentant sur la vie quotidienne au xviie siècle.

22Les recherches sur les costumes, sur les menus de l'époque, sur la vie du premier duc d'Epernon sont poussées très loin.

23- Les CM1 s'attaquent au plan du château, à l'escalier, au balcon surplombant la porte d'entrée et aux jardins.

24- Les CM2 enfin réalisent une maquette du château en carton.

25L'atelier débute en octobre pour une visite guidée du château pendant laquelle les enfants prennent des notes, font des croquis, photographient et questionnent l'animateur.

26L'exploitation pédagogique des informations relevées se fait à l'école pendant le créneau horaire réservé à l'enseignement de l'histoire ou de l'éducation civique. Chaque élève possède un cahier qu'il complète tout au long de ces trois années si il a la possibilité de suivre le cycle dans sa totalité.

27D'autres visites sont organisées, deux par trimestre en moyenne. L'aller-retour école-château dure toute l'année. "Cela permet de garder le contact, de relancer l'intérêt des enfants après un travail de recherches trop abstrait" précise une institutrice. En mai 1993, l'atelier a débouché sur une exposition dans l'école et à la mairie. Un inspecteur chargé de superviser l'atelier au nom de l'Inspection académique, a aidé à sa mise en forme. Il est aussi à l'origine d'un film vidéo qui présente le déroulement de l'atelier et ses réalisations.

28Les circonstances ont voulu que le château de Cadillac soit choisi comme lieu d'exposition momentané de travaux réalisés par des élèves de la région participant au premier Concours National de Maquettes, "Maquette-moi ta région", proposé par la c.n.m.h.s. et la chaîne de télévision France 3. Les organisateurs ont proposé que la maquette du château soit présentée même si elle ne participait pas au concours. Cette invitation a bien sûr été acceptée et pendant quinze jours le château de Cadillac a côtoyé le pont d'Aquitaine, la maison landaise de Marquèze, l'église romane d'Arancou... Belle consécration.

Enseignement secondaire

Collège Max Linder de Saint-Loubès : "Savons-nous conter chez nous ?"

29Mercredi 19 mai, salle no 20 du collège de Saint-Loubès, 11 heures. Une trentaine d'enfants assis sur des tables repoussées contre les murs écoutent avec attention de drôles d'histoires. Des histoires de loups à la queue bouclée, de rossignol ne possédant qu'un œil ou de soupe aux trois cailloux, magistralement racontées par un jeune conteur, debout, face à eux, costume et béret noir bien vissé sur la tête. Mais aussi des histoires de "galochey" ne sachant pas se servir de sirop, de loups à qui on apprenait à boire ou d'habitants de Vayres, un village proche de Saint-Loubès, emportés jadis par les eaux d'une Dordogne sauvage. Des histoires entendues, écrites et maintenant lues par un viticulteur à la retraite. Ces deux hommes, ne sont pas là par hasard. Le professeur de lettres les invite régulièrement au "club conte" du collège, afin que la magie des mots fasse revivre l'espace d'un instant une vie paysanne, avec ses métiers, ses traditions, son vocabulaire, aujourd'hui disparue. Des cartes de la région de l'Entre-deux-Mers, des photos de la ville de Cadillac — son château, son église... — des panneaux présentant la Gironde "Pays du bien-manger" ou sur "La Voie des Migrations" illustrent parfois le propos. Ils renforcent en tout cas la vocation de cette salle chaleureuse : être un lieu de mémoire réservé à la culture gasconne.

30La plupart de ces panneaux sont le fruit de travaux antérieurs effectués de 1989 à 1992 par des élèves du collège au cours de différents pae. Car depuis quatre ans le professeur de lettres essaie de mettre en évidence les éléments constitutifs du patrimoine culturel local.

31Des enquêtes menées par des élèves volontaires auprès d'habitants de la commune, complétées par des recherches documentaires diverses ainsi que des collectages d'outils, ont permis de retracer l'histoire économique locale. En juin 1992, une exposition centrée sur les métiers de la vigne au xixe a été présentée au collège. Elle a plu à la municipalité qui l'a empruntée et l'a incorporée à une grande exposition sur le patrimoine de l'Entre-deux-Mers réalisée par l'Association Historique des Pays de Branne.

32Le travail mené au sein du club conte est basé sur la lecture et l'écriture. Il permet d'expliquer des mots du vocabulaire local et met en lumière des traditions orales possédant une même origine gasconne.

33Pour l'année scolaire 1992-1993, le pae est devenu un atelier patrimoine que le même professeur anime chaque mardi de 12 h à 14 h. Cet atelier compte une cinquantaine d'élèves, essentiellement des sixièmes et des cinquièmes, tous volontaires. À travers l'analyse de monuments encore visibles aujourd'hui — vestiges gallo-romains, bastides, églises, ponts — de la toponymie ou des patronymes, il cherche à développer la culture historique des enfants. Le club conte dont j'ai décrit le fonctionnement précédemment, a une activité complémentaire. Un élève qui a de la chance de pouvoir participer aux deux se rend vite compte qu'il n'y a pas de barrières entre ces deux aspects patrimoniaux et que la communication de l'un à l'autre est possible. Les enfants du "club conte" qui ont visité récemment le château de Cadillac avec l'atelier patrimoine, qui ont effectué des recherches sur son histoire, qui se sont intéressé aux lieux et aux personnages, écouteront et écriront certainement avec plus de plaisir de belles histoires.

Lycée agricole de Montagne : "Une mémoire retrouvée"

34En 1980, la France célèbre son patrimoine. Le professeur d'éducation socioculturelle au lycée agricole de Montagne, saisit l'opportunité et lance ses élèves dans une vaste enquête visant à retrouver la "mémoire" d'une petite région constituée par les neuf cantons de l'arrondissement de Libourne. Il s'agit des cantons de Castillon, Coutras, Branne, Fronsac, Guîtres, Libourne, Lussac, Pujol et Sainte-Foy-la-Grande. En tout 125 000 habitants pour 124 000 km2. Une petite région traversée par deux rivières, l'Isle et la Dordogne à l'origine de deux belles vallées, avec comme points communs la présence de la vigne et une modification très rapide des modes de vie.

35Le projet va dépasser toutes les espérances car il va bénéficier de trois atouts :

  1. Le rôle réservé au professeur d'éducation socioculturelle au sein d'un lycée agricole : ouvrir le lycée sur l'extérieur en amenant les élèves, pendant leur temps scolaire, à prendre en compte leur environnement social et culturel.
  2. Le recrutement des lycéens à 90 % issus du Libournais, à 70 % d'origine rurale.
  3. Un goût particulier et une formation personnelle du professeur d'éducation physique dans le domaine des arts et traditions populaires.

36Un après-midi par semaine, les lycéens concernés par le projet, partent questionner les habitants, enregistrer leurs réponses, photographier des objets, des gestes ou des fermes, collecter des outils... Cette première enquête débouche sur une exposition au sein du lycée en 1981.

37Les familles interrogées viennent la visiter et prendre conscience de la richesse de leur vie, de leur patrimoine et des risques de le voir disparaître. Les lycéens ont découvert un passé qu'ils n'imaginaient pas. Ils sont nombreux à enquêter dans leur propre famille. Les informations, les documents affluent. Parallèlement, au cours de l'année scolaire 1981-1982, les recherches se poursuivent. Certains thèmes — l'habitat par exemple — sont approfondis. Le collectage final est très riche tant en quantité qu'en qualité et très diversifié. Il concerne aussi bien la vie privée que la vie sociale, la viticulture que la polyculture, l'architecture que la gastronomie. Une deuxième exposition a lieu. Elle fait apparaître la nécessité d'un lieu où l'on pourrait garder cette mémoire collective. En 1982-1983, l'Association des Arts et Traditions Populaires du Libournais (aatpl) voit le jour. Elle comprend des lycéens et des professeurs, des habitants de la région ou de la commune et réfléchit sur le type de lieu à construire. Après réflexion, c'est l'écomusée qui s'impose car par définition c'est une institution visant à l'étude, à la conservation et à la mise en valeur d'un ensemble de témoignages relatifs à la vie d'un lieu, d'une région. En 1983-1984, les élèves réfléchissent sur son aménagement, son fonctionnement afin qu'il reste le plus vivant possible. Ils sont aidés par un muséographe rémunéré par la mission patrimoine du Conseil général.

38Aujourd'hui l'écomusée du Libournais comprend le musée du vigneron qui a pour volonté de mieux faire connaître la vigne et le vin dans leur environnement naturel, technique et humain. Avec son musée du temps, il cherche à traduire en un lieu la photographie de la mémoire collective d'un territoire façonné par les hommes. L'association continue, le professeur d'éducation socioculturelle en est le président. Les nouveaux élèves du lycée en sont membres de droit. Leur présence est indispensable pour en rappeler aujourd'hui l'origine.

39Un animateur à l'écomusée garde des contacts avec le lycée même s'ils sont plus difficiles. Le recrutement est moins local, plus ouvert sociologiquement, la disponibilité des élèves est moins grande, les programmes ont évolué. Le nouveau défi serait de réussir à analyser la transformation de la société rurale traditionnelle en société rurale actuelle. En attendant, l'écomusée propose des expositions temporaires — sur la lamproie par exemple — et développe avec des enfants de l'école primaire un jardin botanique qui présentera bientôt quelques unes des relations qui peuvent s'établir entre l'homme et les plantes.

Le patrimoine dessiné par l'école

40Que sa fonction soit architecturale comme à Cadillac et Haureuils ou conservatoire à Montagne et Saint-Loubès, le patrimoine étudié dans ces quatre lieux présente le même visage.

41C'est un patrimoine volontairement local, situé dans leur commune ou à sa périphérie mais dont ils ne soupçonnaient pas toujours l'existence, que les enfants découvrent. S'il est aisé d'imaginer les liens qui unissent les larges façades du château de Cadillac aux siècles passés, il est plus difficile de les trouver quand ils se cachent derrière des formes inattendues : une tuile, un conte, un lieu-dit, des outils de vigneron. C'est un patrimoine vivant, porteur de mémoire qu'il faut savoir interroger et écouter. Les enseignants, aidés des intervenants qu'ils ont choisis, donnent aux enfants les outils permettant de réaliser cette communication.

42Les élèves sont poussés à jouer le rôle actif d'enquêteur à la recherche du moindre indice pouvant les amener à reconstruire le passé. "Où est implanté le château dans le site de Cadillac ? Pourquoi ce lieu ? Y a-t-il des guérites suspendues aux douves ? Pourquoi la canonnière est-elle placée sous le chemin de ronde ?" Tel est le type de questions que leur pose le caue afin de les rendre "participants". Leur enquête avance donc au gré de leurs réflexions sur ce qu'ils voient, ce qu'ils entendent et ce qu'ils trouvent. Elle débouche sur diverses réalisations concrètes — expositions, maquettes, spectacle, musée qui témoignent des activités menées, qui leur donnent un sens et qui établissent parfois une relation affective très forte entre l'enfant et l'objet. Le château, anonyme au départ, se peuple peu à peu d'une histoire de personnages. Le sort de ces vieilles pierres ne lui est plus indifférent, les problèmes soulevés par l'idée de restauration commencent à le concerner. À Saint-Loubès ou Montagne, l'enquête a été à l'origine d'une communication entre les générations. À travers les questions de leurs enfants, les parents et grands-parents ont pu découvrir qu'ils étaient détenteurs d'un pouvoir décisionnel sur les conditions d'existence du patrimoine actuel.

43Ces recherches ont enfin pour volonté de combattre le patrimoine marchand rencontré souvent en sortie de fin d'année qui transforme les élèves en consommateurs passifs d'un patrimoine plus ou moins riche et qui veut faire croire qu'une courte visite guidée suffit à en saisir tous les enjeux.

44C'est un patrimoine en danger qu'il faut protéger. Les lycéens de Montagne ont fait face à cette menace. Il leur fallait collecter tous leurs renseignements avant que les derniers témoins de cette vie antérieure disparaissent à leur tour.

45Le mur du cimetière s'effaçait sous les ronces, les origines gasconnes de certains lieux-dits, de certains mots du vocabulaire, de certaines traditions, doivent être sans cesse rappelées au risque d'être oubliées. Les enfants ont l'occasion de mesurer toute la place occupée par leur patrimoine dans leur commune tant sur le plan esthétique que symbolique et le manque qui suivrait sa disparition. Pour le conservateur chargé du patrimoine au pnrlg, la pose des tuiles sur le mur du cimetière est la manifestation concrète du pouvoir de l'homme à agir sur son environnement. Les enfants peuvent alors se rendre compte que la restauration ou non d'un mur ne tient qu'à une volonté humaine et qu'il en est de même pour tout le petit patrimoine bâti du village. L'écomusée de Montagne cherche de même à montrer que le paysage, l'environnement d'une région évoluent selon l'activité économique développée par l'homme et qu'il faut être vigilant afin de pouvoir la contrôler.

46Son temps d'étude devient un espace de liberté où les mots "contrôle ", "note", "leçon" sont bannis, où tous les élèves peuvent s'exprimer, où la production finale présentée et jugée sera collective. Pour le professeur de lettres de Saint-Loubès, c'est aussi un espace d'évasion où l'enfant quitte un instant son statut d'écolier, où il peut se laisser aller à rêver lors de rencontres avec des porteurs de savoir, des lieux qui sortent du monde scolaire habituel.

47Le plaisir de la découverte est renforcé par des enquêtes et des réalisations ludiques. Les rires envahissent souvent la salle du "club conte" du collège de Saint-Loubès.

48Le caue propose une série de jeux au sein du château de Cadillac pour apprendre la définition de certains éléments architecturaux (devinettes, jeu de piste) et noter les informations, il est fait appel à des techniques peu habituelles (dessins, croquis, schémas, photographies, enregistrements audio et vidéo) qui enchantent les élèves. L'intérêt qu'ils peuvent porter sur le monde du passé n'en est que redoublé.

49Chaque projet est une aventure qui n'est jamais sûre d'aboutir. C'est à l'enseignant qui y a engagé sa classe d'y veiller.

l'étude du patrimoine, espace de liberté

50Permettre aux enfants de saisir "les démarches patrimoniales par leur imaginaire, leur sensibilité, leur intelligence pratique", et "de n'être plus les spectateurs passifs d'activités inaccessibles", tels sont deux des objectifs assignés à l'étude du patrimoine par le ministère de l'Éducation nationale dans une publication intitulée Classes culturelles à l'école parue en novembre 1990. Les exemples girondins y répondent.

51Troisième objectif. "Le contact vivant avec la culture et l'art, la rencontre avec ceux qui les font vivre ou les pratiquent, bouleversent les représentations mentales des enfants. Le patrimoine n'est plus perçu comme un domaine désuet ou abstrait sans relation avec le monde d'aujourd'hui". On sait que toute représentation se nourrit d'un ensemble de signes et de questions produits par la rencontre avec l'objet à représenter.

52Selon les formes prises par la rencontre, sa qualité, sa durée les représentations seront différentes. L'âge, l'origine sociale et le lieu de résidence des enfants ajouteront à la diversité des regards et pèseront sur leur impact réel.

53À l'école, le patrimoine possède une chance inouïe. Il n'est pas considéré comme outil de sélection. Il échappe donc à toute tentative d'évaluation traditionnelle de trouver les moyens de parvenir à son but dans un domaine dans lequel il n'a pas vraiment connu de formation particulière. Les inspecteurs des circonscriptions de la Réole et de Libourne, conscients de cette lacune, ont proposé des stages d'une semaine centrés sur le patrimoine. L'un a eu lieu en décembre 1991, l'autre en février 1993. Une vingtaine d'enseignants ont répondu à l'appel chaque fois.

54L'administration de l'Éducation nationale ne facilite pas toujours la tâche. Les aides financières ne sont pas toujours à la hauteur des espérances. Les emplois du temps ne sont pas toujours adaptés. L'atelier patrimoine du collège de Saint-Loubès se déroule entre 12 h et 14 h ce qui signifie pour l'élève désirant y participer qu'il devra manger très vite et supporter une journée continue. La passion est contagieuse, heureusement. Elle permet de faire oublier des conditions d'étude parfois difficiles.

Un message reçu par des enfants

55Au terme de chaque projet, le patrimoine est-il perçu comme un domaine actuel ou concret en relation avec le monde d'aujourd'hui comme le souhaite le ministère ?

56Tenter de répondre à cette question, c'est admettre que des enfants de 8 ans peuvent avoir une vague idée de ce que peut signifier la notion de patrimoine, ce dont on peut douter. La première conséquence de son étude à l'école et de provoquer une rencontre. De cette rencontre naît une image qui sera partielle et plus ou moins juste. Il est primordial pour l'enseignant de la préparer avec l'aide d'un professionnel du patrimoine afin de l'encadrer par un travail en amont et en pensant aux séances suivantes. Le discours doit enrichir la rencontre avec l'objet qui enrichira à son tour le discours. C'est cette image, la moins éloignée possible de celle qu'on veut lui transmettre qui sera modifiée, complétée, améliorée par l'ensemble des activités menées au sein du projet jusqu'à la réalisation finale.

57Le degré d'évolution du concept de patrimoine au cours de l'étude est difficilement quantifiable. Pour le connaître, il faudrait réaliser une enquête avant et après chaque étude auprès des élèves pendant plusieurs années. Or, peu de classes travaillent sur le patrimoine et les expériences sont parfois prévues pour une seule année scolaire. Enfin, les enfants étant âgés de 8 à 12 ans pour la plupart, il faudra attendre une décennie avant de pouvoir constater l'effet de cette sensibilisation sur leur comportement adulte.

58Des détails suffisent cependant à entrevoir les effets possibles de ces ateliers. Ce sont d'abord des remarques faites par les enseignants. Ils ont tous noté le plaisir et le sérieux avec lesquels les élèves s'investissaient dans leurs recherches. Le collège de Saint-Loubès ne peut accueillir tous les volontaires dans son atelier patrimoine. Au cours de l'année il ne connaît aucun abandon parmi les inscrits.

59Des élèves de sixième qui ont la possibilité de rentrer chez eux préfèrent rester une heure de plus au club conte. Les enseignants de Cadillac remarquent que certains élèves réinvestissent le vocabulaire architectural appris au château lors de visites à Bordeaux par exemple. D'autres parlent des monuments visités avec leurs parents, apportent des photos. L'évolution des dessins de la façade du château au cours des différentes séances, permet de vérifier que leur regard devient plus juste, plus critique. Tous les espoirs sont permis.

60Les témoignages les plus encourageants viennent de Montagne. Voilà presque dix ans que les lycéens ayant participé à la naissance de l'écomusée ont obtenu leur diplôme et sont rentrés dans la vie active. Chez certains le souci de sauvegarde du patrimoine de leur région est bien vivant. Il les pousse à téléphoner à l'écomusée dès qu'ils découvrent de vieux outils. Il les amène à exposer dans la salle de dégustation et de vente de leur ferme viticole les vieux objets ayant appartenu aux générations précédentes. Enfin, il y a les réactions d'anciens élèves du lycée que l'on peut lire sur le livre d'or de l'écomusée et qui font dire au professeur d'éducation socioculturelle du lycée agricole de Montagne que "le message est passé".

11.10.92

Musée intéressant même pour les anciens abap.

11.10.92

Une bonne évolution. Quels changements depuis cette année 1985.

16.08.92

À chaque visite, de nouvelles découvertes. Un art intéressant et toujours amélioré. Quand on a participé à cet ouvrage fabuleux qu'est l'écomusée de Montagne... c'est un réel plaisir que d'y retourner.

61b.t.a.p . Promo 89-90.

un pari sur l'avenir

62Pour tous les professionnels du patrimoine, pour tous les enseignants sensibilisés aux questions soulevées par ce domaine culturel particulier ainsi que pour l'administration de l'Éducation nationale, l'école a un rôle très important à jouer pour la sauvegarde du patrimoine de notre pays en permettant à un vaste public jeune de découvrir et de comprendre les richesses héritées du passé afin de mieux les préserver quand il sera devenu adulte.

63Ce pari sur l'avenir repose sur les premières expériences menées dans les classes qui montrent que le message peut être reçu. Mais sa réussite nécessitera un engagement financier et humain très important aussi bien de la part de l'état que des collectivités locales. L'écomusée représente un coût élevé pour la commune de Montagne.

64Des projets d'implantation de classe du patrimoine en Gironde existent, mais il faut trouver une commune acceptant de supporter une partie de ses frais de fonctionnement.

65Les enseignants, mieux informés, séduits par les nombreuses activités pédagogiques offertes par l'étude du patrimoine, domaine interdisciplinaire par excellence, semblent prêts à multiplier les expériences. Ils auront peut-être alors la joie d'entendre comme un instituteur à Cadillac, un élève dire "Mais la vie était aussi en couleurs au temps du château".

Annexes

GLOSSAIRE

L'étude du patrimoine à l'école se fait au sein du programme académique d'action culturelle dont l'objectif central est "de jeter des ponts entre l'école et son environnement".

le p.a.e. projet d'action éducative

Il s'établit autour d'un thème fédérateur avec une équipe pluridisciplinaire et un nombre significatif d'élèves (plusieurs classes, une école).

C'est une démarche de projet qui présuppose une analyse de situation, une prise en compte des données et des contraintes, une analyse des besoins des élèves, la définition d'objectifs généraux et opérationnels, la mise en place d'une stratégie pour des actions concrètes.

C'est une démarche d'ouverture. La présence d'intervenants extérieurs est obligatoire.

C'est une mise en situation active de recherche, de création, de communication par la ou les productions finales.

Il permet d'obtenir des aides financières et horaires en chiffrant les besoins. Il est valable pour une année scolaire.

La classe patrimoine

C'est une classe transplantée sur un lieu présentant un intérêt historique, architectural, archéologique, littéraire, artistique...

Elle dure une semaine. L'activité des classes se définit en référence à un projet éducatif associant l'équipe pédagogique et l'organisme culturel responsable de la conservation et de l'animation du site patrimonial choisi. Les organismes partenaires peuvent être des centres permanents d'initiation à l'environnement, des associations de chantier bénévoles, des monuments historiques, des centres culturels de rencontre.

Elle est financée par le ministère de l'Éducation nationale (Inspection académique, Rectorat) et celui de la Culture (Direction Régionale de l'Action Culturelle). Le total ne peut dépasser 12 000 F.

Les ateliers de pratique artistique

Ils peuvent concerner une ou plusieurs classes mobilisées sur un même thème comme celui du patrimoine. L'activité des ateliers se définit en référence à un projet éducatif associant l'équipe pédagogique et le ou les intervenants qui y sont accueillis.

Leur durée est variable. Ils se décomposent souvent en séance hebdomadaire pendant un ou deux trimestres. Le Rectorat ou l'Inspection académique apportent leur aide financière.

Les clubs Europe

Ils doivent favoriser la naissance d'un esprit européen par une meilleure information sur les institutions, les objectifs, le patrimoine, la citoyenneté de l'Europe communautaire et susciter des activités concernant ces domaines.

L'existence d'un "Club Europe" nécessite la création d'un point "Club Europe" au Centre de Documentation et d'Information de l'établissement avec une documentation fournie par le c.i.c.e. : publications du Conseil de l'Europe et du Bureau de Presse et d'Information de la Commission, la participation aux activités inter-clubs Europe de la région et l'extension du réseau avec d'autres clubs de la Communauté.

Le caue (conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement)

Le caue est un organisme départemental qui a pour mission de sensibiliser le public à l'architecture. Cela l'amène à travailler avec des écoles, des collèges, des lycées ou à participer à des actions de formation d'enseignants. Ces services sont gratuits. Les objectifs de ces interventions sont d'abord de répondre à une demande formulée par les enseignants qui souhaitent aborder avec les élèves les domaines de l'architecture et de l'urbanisme, d'aider ensuite les enfants à mieux maîtriser leurs rapports avec leur environnement et d'acquérir des outils de lecture du cadre bâti.

Notes

1 Voir glossaire à la fin de cet article.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search