Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. Les images du patrimoine, la représentation et l'exploitation du patrimoine

Chapitre 3. Tourisme et patrimoine

Pierre Frustier

Texte intégral

1Depuis quelques décennies, les collectivités se préoccupent de leur patrimoine. Cet intérêt est généralement stimulé par deux "publics" : les associations de défense (de sites ou de cultures) et les touristes. Ce sont les touristes qui ont donné une valeur au patrimoine en apportant, ici ou là, leur regard et leur argent. Cette double valorisation, culturelle et financière, a engendré l'extension du champ patrimonial. Objets ou sites attirent des foules dont la seule présence est prédatrice, ainsi à la reconnaissance du statut patrimonial, succèdent généralement des actions de restauration, de préservation, de défense et de promotion.

  • 1 Les territoires ruraux au cœur du débat sur l'aménagement du territoire, comptes rendus de la renc (...)

2En matière touristique, la valorisation du patrimoine, sa "mise en scène", implique un acte de communication. De ce point de vue, toute politique patrimoniale passe d'abord par la recherche et l'affirmation d'une identité, comme le décrit André Guerraz, de l'association de préfiguration du Parc Régional des Mauges : "Notre territoire, c'est notre patrimoine. (...) Il s'agit d'un territoire riche, pour peu qu'on sache se retrouver autour de valeurs communes, communiquer autour d'elles"1. Cette image se concrétise par la mise en avant d'un site, d'une culture, d'un particularisme, qui doit être "vécu" par la collectivité. Ensuite, la définition de cette identité, sa défense ou son aménagement conduisent à des "mises en images" puis des "mises en scènes" à destination du public, il s'agit alors d'images "voulues".

3Enfin, dans cette recherche de clientèle, la communication médiatique est un outil privilégié puisqu'elle concourt à la promotion touristique du site mais en renvoie également une image, l'image "perçue".

4Cet échange culturel qu'est le tourisme, a donc une grande influence sur la notion de patrimoine, son développement et sa préservation, voire sa consommation (ou devrions nous dire son exploitation ?). À chaque image que nous venons de définir correspondent des types de communication qui ont, eux-même, un effet multiplicateur sur l'espace patrimonial.

A. patrimoine et identité

5Lorsqu'il devient outil de rencontre et d'échange entre gens de cultures différentes, le patrimoine atteint une dimension économique. Cette forme d'activité sociale prend, pour une part, le nom de tourisme. D'un côté, il s'agit d'attiser la curiosité des visiteurs par la culture locale. De l'autre, l'intérêt porté par les touristes donne une valeur nouvelle à des choses qui n'étaient jusque-là que des outils quotidiens ou un cadre de vie souvent ignorés, voire méprisés.

  • 2 LANQUAR Robert et HOLLIER, Robert. Le marketing touristique, Paris : PUF, 127 p., 2ème édition 198 (...)

6En bref, il s'agit de créer, ou de restaurer, une "identité". "Le département, district ou county ne semblent certes pas les entités touristiques les plus adéquates à cette fin" notent Lanquar et Hollier2. "À moins de coïncider avec une zone géographique possédant une nette unité traditionnelle, que ce soit par l'histoire ou par la géographie, ils ne constituent pas la zone effective à l'intérieur de laquelle se meut un vacancier". Le marketing touristique s'adapte à la géographie en créant de nouvelles entités : sites, stations, pays, syndicats intercommunaux. Il faut alors construire une identité à ces "réalités" locales.

7C'est souvent autour d'un patrimoine que va s'ébaucher ce processus d'identification. Néanmoins, les réponses sont nombreuses qui essaient de donner un juste équilibre au couple "Patrimoine-Tourisme". Il y a d'abord l'identification d'un site, puis la conjugaison patrimoniale de cette identité et, enfin, l'adéquation de ce patrimoine avec le vécu des autochtones.

B. un probleme d'identité, les landes de gascogne

  • 3 CAPES David. Identité territoriale et communication promotionnelle des ressources touristiques, l' (...)
  • 4 Ibid., p. 42.

8David Capes, dans son travail sur les Landes de Gascogne2 souligne la difficulté de cerner géographiquement ce terroir. Ni l'histoire, ni la langue, ni même l'administration ne permettent une délimitation précise et les cartes qui sont diffusées proposent des limites et des appellations variables. Selon l'auteur, qui a longuement enquêté en Aquitaine, "il n'y a pas de logique explicite de développement d'une certaine représentation de l'espace Landes de Gascogne à partir d'un lieu d'énonciation, ou encore d'un lieu d'origine d'un locuteur"3. Nous sommes ici devant une entité qui n'est donc pas plus connue par le public extérieur que par les acteurs locaux. Interrogeant une cinquantaine d'employés de lieux d'information touristique à propos des activités à pratiquer dans les Landes de Gascogne, D. Capes obtient près la moitié de réponses sans lien avec le lieu : 10 ne citent rien, 8 renvoient vers mer et plage, 3 vers le Pays Basque !4.

9La valorisation d'un patrimoine peut-elle apporter à un site ce supplément d'âme qui semble lui faire défaut ? Dans cette perspective, il importe à la fois de savoir quelle démarche patrimoniale adopter mais aussi qui va l'impulser.

  • 5 Ibid., p. 67.

10Sur le territoire des Landes de Gascogne, on trouve deux organismes pour relayer cette dynamique : le Parc Naturel, dont la vocation est de préserver et de valoriser le patrimoine naturel et culturel, et l'Airial, dont la mission est d'accroître la commercialisation de produits touristiques. Ainsi donc, selon Capes, "deux logiques s'expriment (...). L'une s'inscrivant dans la lignée des procédés du marketing, se donne pour objectif d'agir sur le marché des consommateurs de produits touristiques ; l'autre, plus influencée par les pratiques de l'action culturelle, envisage la communication promotionnelle comme procédant de l'expression d'une identité"5.

  • 6 Ibid., p. 59.

11La situation illustre bien la problématique du couple "Patrimoine-Tourisme" : le patrimoine est-il un "produit" touristique ou un concept identitaire pour une population ? Une autre version de la difficile cohabitation "Culture-Commerce" ? Capes rappelle que, "dans une démarche marketing, l'enjeu de la communication n'est pas l'expression d'une réciprocité entre un pays et celui qui l'habite. Il s'agit avant tout d'appeler un consommateur potentiel à prendre connaissance des ressources de plaisir touristique disponibles en certains lieux"6. Nous soulignerons ici que la consommation de plaisir dont parle l'auteur devient difficile lorsque les habitants du pays sont incapables de se faire relais d'information. L'enquête qu'il a effectuée le montre clairement.

  • 7 Ibid., p. 84.

12Ce n'est donc qu'en puisant dans le patrimoine collectif qu'un objet pourra devenir "identitaire". "Aucune amélioration à la réalité très décevante de l'information touristique valorisant l'identité territoriale ne peut être pensée sans une réflexion (...) des acteurs de la promotion et de l'information touristique concernant les enjeux sociaux et symboliques de cette notion d'identité territoriale", conclut-il7.

13Il souligne alors les deux écueils sur lesquels le "tout-tourisme" risque d'échouer à force d'abuser de la "patrimonalisation" : d'une part, les groupes sociaux concernés peuvent exprimer un sentiment de non-appartenance à l'identité collective qui leur est prêtée par l'action de communication ; d'autre part, les destinataires visés peuvent réagir négativement en estimant qu'on cherche à les duper en leur présentant une identité faussement authentique.

14En matière d'exploitation (nous employons ce mot à dessein) touristique du patrimoine, nous préconiserons donc de privilégier l'authentique, le "vécu" local, car nous sommes dans un domaine où la communication inter-personnelle est au moins aussi importante que la communication promotionnelle. En effet, et l'enquête de Capes ne laisse planer aucun doute là-dessus, les relais locaux d'information sont primordiaux dans la création d'une identité touristique. Le visiteur s'adresse non seulement aux services touristiques mais il s'informe aussi auprès du garagiste, du marchand de journaux ou de l'épicier. Si ces derniers ne se sentent pas concernés par le patrimoine, il y aura décalage entre l'image "voulue" par la promotion et l'image "vécue" des habitants avec des répercussions néfastes auprès du touriste. Enfin, si la population locale n'adhère pas à la démarche, où la collectivité trouvera-t-elle les moyens d'aménager, restaurer, préserver et promouvoir ?

15Le processus d'identification, en ce domaine, n'est pas simple. Il nécessite d'abord un "potentiel patrimonial" à la fois historique et vécu, sinon "vivant". Il faut ensuite lui adjoindre une capacité de la population locale à épouser la dynamique insufflée par ce patrimoine. On a trop souvent, en matière de tourisme, l'exemple de sociétés ou de spectacles recomposés pour capter l'attention d'un public crédule, qu'il faut se garder d'abuser du terme de patrimoine.

16Que reste-t-il de certains rites lorsqu'ils ne sont plus représentés pour des motifs religieux précis mais au seul bénéfice de villages de vacances et autres clubs, hors de tout cadre sacré ?

Biscarosse, identification d'un patrimoine vécu

17Conjuguer le passé, le présent et l'avenir nous semble la base minimale à l'exploitation touristique d'un patrimoine. Dans cette optique, nous n'excluons nullement la dimension muséographique de la préservation, mais nous souhaitons qu'elle ne limite pas ses ambitions à comptabiliser un nombre de visiteurs. Le cas de Biscarosse (Landes), illustre notre propos.

18Grâce à sa situation géographique en bord de lac, la cité du nord des Landes a été marquée, dans son passé récent, par le phénomène de l'hydraviation. À partir de 1925, l'ingénieur Latécoère y développe ce mode de transport. Aujourd'hui, un Musée mondial de l'hydraviation commémore le souvenir des pionniers. Ce patrimoine scientifique et technique accueille environ 10 000 visiteurs par an. Le couple "phénomène historique + Musée" assure cette base patrimoniale à laquelle les sites se limitent trop souvent. Le risque est alors d'instaurer une barrière muséologique entre le patrimoine et le vécu local. C'est ce que Biscarosse a su éviter.

19Autour du musée, on trouve aujourd'hui un événement, le Rassemblement International des Hydravions, qui permet d'attirer à Biscarosse un public de plus de 15 000 personnes. C'est un spectacle pour certains, une démonstration technique pour d'autres.

  • 8 BORDES Delphine, et BRAUD Olivier. Quête d'identité entre océan, lacs et forêt (le cas de Biscaros (...)

20En tous cas, l'image de Biscarosse n'est pas figée dans un musée. Cette vitrine vivante du patrimoine est complétée par un vécu quotidien au travers d'une école de pilotage qui s'ouvre vers l'avenir puisqu'elle s'élargit maintenant aux hydravions u.l.m8.

21L'ensemble ainsi proposé sur la côte landaise correspond à ce que nous voulons retenir en tant qu'identité patrimoniale. Il n'y est plus seulement question d'un passé poussiéreux pieusement conservé derrière des vitrines, il s'agit d'une réalité vivante qui évolue. Elle vit, et fait vivre le pays dans lequel elle est ancrée. C'est ainsi, pensons-nous, que le patrimoine doit se montrer aux touristes : image du passé mais aussi reflet d'une actualité dont les retombées économique ne se limitent pas aux tickets d'entrée du musée.

22Cette identité entre l'offre touristique et le vécu local ne peut pas se limiter à l'objet patrimonial lui même. Comme nous l'avons dit, le patrimoine ne perdurera, dans son attractivité touristique, que s'il est partagé, reconnu, comme un bien collectif. Et cela ne peut se concevoir que lorsque ce patrimoine est vécu.

Pays de Soule, l'adéquation du vécu

23En matière touristique, la communication devrait donc tenter de concilier une offre locale et une demande extérieure. Ce marché s'analyse au travers d'images qui sont les supports de la communication touristique. Il importe alors que la vue de l'extérieur (l'image "perçue") coïncide avec le vécu de la population locale qui va diffuser pour cela une image "voulue", celle de sa promotion touristique.

24Sans cette adéquation, la demande risque d'être déçue car le produit ne correspondra pas à l'emballage.

  • 9 MORETTE-BOURNY Joël, TARDY Agnès et FRUSTIER Pierre. Programme de communication touristique (analy (...)

25Une étude effectuée dans le Pays de Soule, province basque française, permet d'appréhender les différents aspects de la constitution de ces images9. On y découvre la vision de la clientèle, le vécu des Souletins et l'inadéquation manifeste des images qu'ils choisissent dans les dépliants pour se représenter eux-mêmes et pour attirer les touristes.

26Le Pays de Soule s'avère très peu connu. Les auteurs relèvent même son oubli sur les cartes de certains guides du Pays Basque ou l'absence d'un document touristique global pour le représenter, jusqu'en 1993. Malgré cela, l'analyse de la presse internationale et nationale donne du Pays de Soule une image en cinq dimensions : gastronomie, culture, spectacles, nature et loisirs. On voit là une forte valorisation du patrimoine culturel basque au sens large avec le triptyque gastronomie, culture et spectacles, générateur d'images fortes et typées. Le tout dans un cadre naturel où se pratiquent les loisirs sportifs, voilà l'image "perçue". De leur côté, les Souletins se décrivent avec une identité forte fondée sur leur particularisme culturel et sur leur patrimoine naturel. Il semble donc y avoir adéquation potentielle entre l'offre et la demande.

27Dans la réalité, les choses ne sont pas si évidentes, le patrimoine ne suffit pas, il faut encore une volonté de le communiquer. Pour répondre à la demande, les Souletins disposent de dépliants collectifs qui survalorisent les loisirs (23 photos sur 43) et la nature9.

  • 10 CALMETTES Claude. Patrimoine, protection, mise en valeur et développement, in Transferts, no 16, 1 (...)

28Les autres thèmes, et la culture en particulier10, sont pratiquement absents bien qu'on en retrouve trace dans le loisir-pelote basque, de même que la gastronomie qui apparaît en sous-entendu des associations loisirs-pêche et nature-moutons. Beaucoup de loisirs s'inscrivent également dans un cadre naturel : randonnée, montagne, spéléologie, raft. Par rapport aux images attendues par les touristes et à celle vécue par les Souletins, il y a un décalage sensible de la communication collective qui oblitère la culture.

29Lorsque les prestataires de service conçoivent leurs dépliants, ils transmettent encore une autre image "voulue". Les caractéristiques principales qui ont été relevées ici sont l'absence de personnages et l'abondance d'objets inanimés. Il faut souligner l'emploi quasi général de photos de salles de restaurant vides avec des assiettes, vides également, qui ne peuvent guère faire rêver de gastronomie. Rien, ici, ne correspond aux images de culture, de loisirs et de nature qui paraissent attendues par tous, résidents comme visiteurs.

30Si le patrimoine peut être un vecteur d'identité, il nécessite en priorité un travail de prise de conscience collective, de communication. Nous avons vu que cette tâche n'est pas simple et que l'utilisation ultérieure du patrimoine dans une perspective touristique ne peut faire l'impasse sur cette dimension collective. "Qu'importe qu'à l'extérieur on s'extasie sur les subtilités de l'histoire de l'art si les habitants des lieux architecturés ne sont pas conscients de leur intérêt, de leur valeur et de leur sauvegarde !", affirme Claude Calmettes10. Lorsque cette dimension sera acquise, l'exploitation touristique du patrimoine nécessitera une "mise en image", et une "mise en scène" dont nous allons examiner maintenant quelques exemples.

Mises en images et mises en scène

31La mise en valeur touristique du patrimoine exige une "mise en images" et une "mise en scène" qui passent par plusieurs étapes. Il y a d'abord l'aspect identitaire, que nous venons d'aborder et qui vise à identifier un site et sa population à un objet patrimonial. Il y a ensuite la mise en place d'une "consommation touristique ", au travers d'aménagements. Chaque étape peut connaître de multiples déclinaisons qui sont autant de mises en forme, en images, en scène.

L'image identitaire

32La dimension collective du patrimoine nécessite l'adhésion des autochtones d'abord, des touristes ensuite, à un certain nombre de valeurs collectives. Pour véhiculer ce message, qui doit rassembler plusieurs éléments, les hommes ont recours aux symboles. Lorsqu'il s'est agi d'identifier une personne, un site, une région en résumant son patrimoine, la tradition médiévale a inventé l'héraldique.

33Les blasons des familles ou des villes sont bien une synthèse des qualités morales ou des richesses matérielles. On y voit apparaître aussi bien des éléments d'architecture (châteaux, tours...) que des objets (outils représentant un savoir-faire, bateaux...) ou des métaphores morales (courage, fidélité...) concrétisées par des animaux, des formes et des couleurs. Déjà, on le voit, la notion patrimoniale couverte par l'héraldique dépassait le simple domaine matériel. Le blason était donc un langage et, comme tel, demandait à être décrypté. Hélas, tout langage ne peut rester valable que tant que ses codes sont connus, et celui-ci n'a perduré que quelques siècles. Aujourd'hui, peu de gens sont capables de déchiffrer un blason, il faut à la population du xxe siècle des codes qui lui parlent. Ainsi est né le logogramme.

34Au cours des dix dernières années, villes et régions sont reparties à la conquête de leur identité. Est-ce un effet des lois de décentralisation ? En tous cas, les Français ayant oublié la signification des anciens blasons, il a fallu aux services de communication sublimer de nouvelles identités. Le principe du logo est le même que celui du blason : résumer un patrimoine en quelques traits de couleur. En termes de communication, l'identité ne se limite d'ailleurs pas au logo. "L'image", se décline sur plusieurs modes, s'étendant jusqu'à la typographie et la mise en page des outils de diffusion. On parle alors de "charte graphique" et de "charte rédactionnelle" qui se doivent d'apparaître sur tous les documents, collectifs ou individuels. Le but final est de dessiner une silhouette collective qui viennent souligner l'identité, renforcer la personnalité d'un lieu.

35Reprenons, pour illustrer notre propos, le cas du Pays de Soule puisque nous avons déjà évoqué son "vécu" et son "perçu" dans les lignes précédentes. Afin de synthétiser l'identité souletine, les enquêtes de terrain et un groupe de créativité composé d'autochtones de différents horizons ont permis de dégager :

  • les mots de l'identité : pays (territoire), Basque (culture, homme, pelote) ;
  • les mots du cadre de vie : culture, nature, vallée ;
  • les mots du particularisme : sanctuaire, vert, vrai.

36Au terme de l'étude, le logo finalement retenu comporte deux couleurs, le rouge et le vert, couleurs traditionnelles basques. La figurine centrale, posée comme une balle au creux d'une chistera, confirme l'appartenance au monde basque et, en même temps, rime avec jeu, animation, vie. Au centre de la balle, une silhouette s'appuie manifestement sur deux lignes en pentes douce, comme les flancs d'une vallée.

37La place de l'objet patrimonial ajoute la notion géographique d'intérieur des terres, par rapport à la Côte Basque, idée renforcée par le slogan "le cœur basque" qui joue à la fois sur le registre spatial et le registre culturel. Les références géo-culturelles fixent donc le cadre dans lequel s'épanouit l'identité particulière à la Soule : la verdoyante moyenne montagne pyrénéenne.

38L'objet choisi pour concrétiser physiquement le particularisme local est un élément architectural, le clocher triple, l'église, symbole universel de village et de vie rurale. Sa forme, unique au monde, concrétise le patrimoine commun aux gens de la vallée. En même temps, le logo reste parfaitement lisible pour le regard extérieur. Les couleurs et les objets périphériques (chistera) ancrent l'ensemble dans la réalité basque. La silhouette particulière du clocher sera parfaitement reconnaissable sur le terrain mais, comme elle n'est pas encore assez connue, le logo reste, pour l'instant, titré au nom de la vallée. Lorsque l'identification sera plus répandue, on pourra songer à épurer encore cette image symbolique en supprimant le mot "Soule".

39La mise en valeur du patrimoine pour créer l'identité d'un site est une démarche englobante dont le but est l'appropriation collective d'une identité. La démarche commence, bien sur, par l'énonciation première du "je suis", puis elle se développe au travers des mises en scène du patrimoine lui même.

Scènes patrimoniales

40Identifier un patrimoine est un préalable à son exploitation touristique mais beaucoup de choses restent ensuite à entreprendre.

41On s'en doute, il faut d'abord aménager pour recevoir les touristes et, très vite, il faut alors protéger contre les excès des visites. Enfin, l'offre se multipliant, la concurrence s'étoffe et le patrimoine ne se suffit plus à lui-même, il faut l'animer.

42Le château de Duras (Lot-et-Garonne) est une excellente illustration de ces différentes étapes. En piteux état, cette construction a d'abord été identifiée comme patrimoine architectural : une forteresse du xiie siècle. En 1971, la commune le rachetait (50 000 F), puis le restaurait pour l'ouvrir aux visites (10 MF). Peine perdue, isolé aux confins de la Dordogne et de la Gironde, hors des grands flux touristiques, le site végétait. En 1987, une convention avec le ministère de la Culture (20 MF sur 5 ans) a permis d'animer le site et d'augmenter son attractivité. Ainsi, selon le lieu, selon l'objet patrimonial, un certain nombre de mesures doivent être prises pour que le patrimoine soit reconnu en tant que tel, puis connu du public.

43La reconnaissance du statut patrimonial s'obtient d'abord officiellement, par divers types de classements effectués, en France, au titre des Monuments historiques (18 000) ou de l'inscription à l'inventaire (22 000), sans compter les vingt-deux sites de l'hexagone qui ont l'honneur de figurer au patrimoine mondial de l'Unesco. Mais l'État ne peut pas tout et les collectivités, voire les initiatives privées, s'intéressent localement à d'autres bâtiments ou objets et, ni pour les ministères, ni pour les autres, la défense du patrimoine n'est gratuite. L'exploitation touristique, si elle a un aspect culturel, a donc également un aspect économique.

  • 11 LANNE Louis. Tourisme, l'Aquitaine lance ses bastides, in Aquitaine Eco, 1991.

44Lorsque le Conseil Régional d'Aquitaine décide d'investir 100 MF dans un programme de revitalisation des bastides, il fixe également la contrepartie touristique : 50 000 visiteurs par an11.

  • 12 VILLEGUERIN Ghislaine. Le patrimoine, un bon placement, in Tourismes et Communication, no 12, sept (...)

45Pour atteindre ces objectifs, les sites ou les vieilles pierres, à eux seuls, ne suffisent pas : "Aujourd'hui, la mise en valeur des monuments passe en grande partie par leur animation. Un peu partout, on voit fleurir fêtes et festivals qui attirent les mélomanes et amateurs de théâtre, contribuant à instaurer un tourisme à image culturelle"12. Du festival de théâtre d'Avignon au Mai Musical de Bordeaux, un certain nombre de ces événements sont devenus l'image de marque du lieu où ils se déroulent, écartant parfois le patrimoine originel pour construire une nouvelle identité.

46L'animation peut être sans lien aucun avec le site et ses caractéristiques propres, comme les rencontres théâtrales de Gavarnie ou l'université d'été de la communication de Carcans ; à l'inverse, elle peut représenter une revitalisation du patrimoine local, telle la cinéscénie du Puy du Fou, Castillon-la-Bataille ou le Festival de Bayreuth. Lorsque l'événement rejoint le profil patrimonial, on peut parler de "thématique" où le "vécu", le "voulu" de la population locale convergent vers le "perçu" des touristes. Les exemples de ce type de développement sont nombreux. Nous avons déjà évoqué le cas de Biscarosse et de sa culture entre ciel et eau. Nous pouvons nous arrêter quelques instants sur la Dordogne et son image préhistorique car on y exploite ce patrimoine de diverses manières :

  • la multiplication des visites a conduit à des mesures draconiennes de protection, telle la fermeture de la grotte de Lascaux au public ;
  • la pression culturelle (demande touristique) et la pression économique (offre touristique) ont conduit à une mise en scène de ce patrimoine, la construction de fac-similés des grottes (Lascaux II) ;
  • Il y a, aujourd'hui, "dédoublement" patrimonial avec, d'un côté, la réalité historique (qui ne se visite plus) et, de l'autre côté, une prouesse technologique, la reconstitution, qui est, à la fois, témoignage du passé et modèle de patrimoine scientifique et technique pour les générations futures.

47Lorsque l'adéquation est aussi étroite entre un site et son patrimoine, lorsque la thématique est aussi affirmée, nous sommes devant une mise en scène globale qui culmine dans un phénomène touristique nouveau : les parcs à thème. Cette formule est le dernier avatar de la mise en scène du patrimoine. Il s'agit de regrouper en un seul lieu une somme d'informations patrimoniales de façon à ce que le site en question puisse devenir une "destination-phare" et non plus une simple étape de visite.

48Cela peut s'organiser autour d'un site historique existant, comme on vient de le voir pour Lascaux. En Ariège, où les grottes ornées sont elles aussi fermées, on souhaite aller beaucoup plus loin avec la construction d'un "Préhistoland". Dans ce "parc à remonter le temps" de 20 ha, on retrouvera le monde souterrain mais aussi des ateliers d'initiation aux techniques artisanales des hommes de la préhistoire. Au Puy du Fou (Vendée), le succès de l'animation des ruines du château a permis la (re)construction d'un village médiéval avec diverses activités. Le Bournat, sur la commune du Bugue (Dordogne) reconstitue un hameau du xixe siècle. Partout, il s'agit de figer le temps pour montrer le patrimoine d'hier avec parfois des techniques de demain. Un "arrêt sur images", en quelque sorte.

Arrêt sur images

49On voit aussi fleurir des parcs à thème qui construisent un patrimoine contemporain tout à fait original, peu en rapport avec une culture ancienne. Faut-il intégrer dans cette dimension les Eurodisney, Parc Astérix ou Schtroumpf ? Ils ne peuvent guère justifier de racines dans l'histoire nationale et représentent, aujourd'hui, une dérive ludico-mercantile de la notion de patrimoine. Mais en sera-t-il toujours ainsi ? Ce qui n'est qu'une occupation du temps libre en cette fin de millénaire sera peut-être considérée comme un patrimoine représentatif de notre société des loisirs dans les siècles à venir.

  • 13 Op. cit.

50Par contre, un autre parc contemporain fait déjà partie de notre patrimoine, c'est le Futuroscope. "La force du Futuroscope, écrit Ghislaine Villeguérin13, est de se différencier des autres parcs en étant à la fois centre de loisirs et de formation ainsi qu'une zone de développement pour les entreprises orientées vers la communication". Cette vitrine du patrimoine scientifique et technique propose des loisirs éducatifs à côté d'un centre scolaire axé sur les nouvelles technologies et la population est invitée à vivre ce nouveau patrimoine par le biais d'entreprises innovantes.

51Avec le Futuroscope, on assiste à la création d'un patrimoine à travers toutes les phases que nous avons énoncées : identification de Poitiers et de la Vienne aux images du futur, vécu de ce patrimoine au travers de la formation et de l'économie, diffusion "voulue" de cette image qui semble, à l'heure actuelle, parfaitement "perçue" par le public.

52Le Futuroscope cristallise l'intérêt des visiteurs sur une région encore peu fréquentée par les touristes et, dans la dynamique d'une visite du site, se développe une (re)découverte d'autres patrimoines locaux : architecture romane de Saintonge, nature du Marais Poitevin, histoire des guerres de Vendée.

53L'exploitation touristique du patrimoine est une activité extrêmement complexe. Elle a des aspects conservatoires et rénovateurs du patrimoine ancien mais elle peut aussi présenter des dérives prédatrices (la surfréquentation touristique) qui nécessitent alors des politiques de gestion des flux et d'aménagement des sites. Enfin, on l'a vu avec le Futuroscope, cette activité est aussi créatrice de patrimoine. Mais tous ces aspects nécessitent de gros investissements, tant du point de vue matériel que financier. Le Futuroscope, par exemple, a demandé une mise de fonds initiale de 700 MF mais son fonctionnement réclame un réaménagement régulier si le parc veut rester à la pointe de l'innovation technologique. Toute exploitation de patrimoine doit donc fortement s'appuyer sur la communication, tant pour diffuser son image que pour essayer de rentabiliser ses investissements.

Patrimoine, vecteur de communication touristique

54La communication est une forme particulière de la mise en scène du patrimoine. Nous avons ébauché cette dimension au travers de la création des images identitaires et du contenu des dépliants.

55La diffusion du patrimoine emprunte toutes les formes de supports mais, selon les cas, l'image est voulue par les autochtones (logos, dépliants...) ou perçue par des visiteurs potentiels (articles de presse). Nous nous intéresserons plus particulièrement, dans les lignes qui viennent, à une image voulue, celle qui est donnée par un site, et à un aspect de l'image perçue, celle diffusée par la presse internationale.

Les images conjuguent le passé au futur

56Le Conseil Régional d'Aquitaine poursuit, depuis près de dix ans, une politique volontariste en matière de nouvelles technologies de l'information et de la communication. En la matière, il importe de rester "branché" sur le monde entier ; aussi l'Aquitaine a développé un réseau régional, Aquarel, qui, depuis octobre 1993, est connecté à un circuit national, Rénater, lui même relié au réseau mondial de recherche Internet. Cet outil d'échange d'informations sans frontières, s'avère de plus en plus indispensable aux chercheurs mais aussi aux entreprises. Outre des services tels que le courrier électronique ou les forums d'échanges, il ouvre l'accès aux bases de données multimédias, sources d'informations pour des publics qui s'élargissent sans cesse.

57L'Aquitaine, réputée pour son patrimoine préhistorique dispose, à Périgueux, d'un Centre national de la préhistoire qui est le rendez-vous des autorités scientifiques en la matière. Or, pour la diffusion de la connaissance de ce patrimoine, les liaisons informatiques peuvent offrir une alternative aux trop nombreuses visites de sites.

58L'arrivée du système Aquarel en Périgord ouvre à la communauté mondiale l'intégralité des données archéologiques régionales et un projet, Organon, vise à mettre à la disposition du public toutes les ressources du Centre. Soutenu financièrement par la Région, cette base de données proposera en consultation plus de 10 000 images de sites quasiment interdits au public et d'objets rares. Dans la foulée de cette opération-pilote, la Région souhaite développer l'édition multimédias (papier, vidéos, cd-rom) de l'intégralité du patrimoine aquitain. Une entreprise de longue haleine mais, avec le développement d'Internet, ce ne sera plus simplement la communauté scientifique qui pourra se connecter sur le service.

59Au travers d'Organon, il y a la volonté de toute une région de valoriser son patrimoine en le rendant accessible au monde entier. On joue ici d'une image déjà bien "vécue" par certains sites et que les responsables politiques ont voulu mettre en avant. La diffusion de l'image du patrimoine préhistorique assoit la réputation de l'Aquitaine en la matière. Le choix de technologies d'avant-garde auréole l'ensemble d'une touche de modernité qui doit améliorer la façon dont la région est perçue dans le monde entier. On voit bien, encore une fois, comment la mise en valeur d'un patrimoine peut avoir un effet d'entraînement non seulement pour le tourisme lui-même mais pour l'économie générale.

60Lorsque l'outil sera accessible au grand public, on assistera peut-être à une grande mutation du tourisme. Avec les autoroutes informatiques, il suffira de pianoter sur son ordinateur pour visiter en détail les grottes de Lascaux. Il deviendra alors inutile de se déplacer sur le site, au milieu de la foule, au risque d'ailleurs de ne pouvoir visiter qu'un fac-similé.

61Alors, ersatz pour ersatz, vive le tourisme virtuel ? La question mérite d'être posée même si les autoroutes informatiques ne sont pas encore aussi fréquentées que le réseau routier un week-end de juillet. Pour l'instant, ce sont encore les médias traditionnels, la presse entre autres, qui assurent la diffusion du patrimoine.

La presse, reflet d'un patrimoine "perçu"

  • 14 Op. cit., p. 4.

62"Les médias font exister des territoires. Mais qu'en est-t-il de cette existence et surtout quel lien faut-il envisager entre ces territoires et ceux qui les habitent, ceux qui les visitent et ceux qui communiquent des informations sur eux ?", s'interroge David Capes14. Les médias, bien sûr, participent à l'identification d'un patrimoine. En matière touristique, ce sont des relais importants d'information : ils donnent un regard extérieur sur l'offre touristique et sont, par là même, un indicateur de la demande. Peuvent-ils, pour autant, être un moyen d'évaluation du patrimoine ?

  • 15 FRUSTIER Pierre, Patrimoine, vecteur de communication touristique (région Aquitaine, octobre 1990 (...)

63Nous avons essayé de créer un outil d'analyse du phénomène patrimonial dans une perspective touristique15. Au terme de l'étude, nous constatons que notre grille permet des approches diversifiées selon les supports et les sites. Cette souplesse de l'outil est-elle pour autant un gage de pertinence ? Il faudrait sans doute élargir le corpus et renouveler l'étude sur d'autres supports pour le vérifier, cela pourrait être d'autant plus intéressant que les mesures effectuées laissent envisager une exploitation possible dans l'aide à la décision en matière touristique.

À l'écoute du patrimoine

64Le patrimoine demeure un vaste champ opératoire.

  • 16 Empreinte Communication. La valorisation du patrimoine touristique et culturel, Paris : 1989.
  • 17 BERGER Merchid. Thésaurus du Tourisme et des Loisirs, Paris, Ministère du Tourisme, 1992, 240 p.

65Pour analyser la presse, nous avions besoin d'un outil qui puisse faire apparaître cette diversité. Parmi les rares tentatives de segmentation du phénomène patrimonial, nous disposions de celle du cabinet d'études Empreinte Communication16 et celle du ministère du Tourisme17. Elles nous ont paru trop limitées, aussi avons-nous forgé notre propre outil.

66Empreinte Communication résume ainsi l'impact patrimonial dans le public : châteaux (23 %), villages anciens (14 %), sites préhistoriques (9 %), abbayes (9 %), musées (9 %), cathédrales (7 %), églises (6 %)... Il s'agit là d'une vision très architecturale et conservatoire du patrimoine qui laisse peu de place au patrimoine vivant. Le Thésaurus du Tourisme et des Loisirs fait apparaître neuf "termes spécifiques" du patrimoine touristique : intérêt touristique, région touristique, route touristique, site touristique, commune touristique, patrimoine culturel, patrimoine urbain, ressources naturelles et gastronomie. La vision est essentiellement géographique, elle ne nous convient pas entièrement.

67Nous avons voulu intégrer ces notions d'image et de mise en scène que nous avons largement développées auparavant. Sur ces bases, nous avons retenu huit "champs patrimoniaux" : histoire, architecture, culture (muséifiée), spectacles (culture "vivante"), gastronomie, nature, sciences et techniques, sports et loisirs. Certains champs s'imposent sans discussion, les trois derniers méritent peut-être plus d'explications.

68La gastronomie est un a priori de notre part. Selon nous, elle fait partie du patrimoine et, en matière touristique, elle semble incontournable. Les résultats montrent qu'elle s'impose, ce qui confirme le choix du thésaurus.

69Les sciences et techniques représentent une forme touristique en plein essor (tourisme industriel, écomusées...) et nous avons montré que le patrimoine vivant s'appuie souvent sur elles. L'intégration des sports et loisirs dans le domaine patrimonial peut surprendre. À vrai dire, cette catégorie a été ajoutée aux champs initiaux à l'issue de l'étude devant le nombre de références rencontrées. Qu'il s'agisse de voile, de surf ou de golf, ces activités se pratiquent dans un cadre "naturel" et auraient pu être rattachées à ce thème. Toutefois l'environnement ici est un cadre très souvent aménagé. Il nous a donc semblé pertinent de séparer "nature brute" et "nature aménagée" car il y a là un avant-goût des implications économiques et politiques que peut engendrer l'exploitation d'un tel patrimoine.

Images du patrimoine aquitain

70L'outil ainsi forgé a été utilisé pour analyser la revue de presse internationale du Comité Régional de Tourisme pendant la période préparatoire à la saison estivale 1992. Les types de patrimoines ainsi mis en valeur ne sont pas les mêmes dans chaque département, ni en fonction des différentes nationalités qui sont autant de clientèles potentielles. C'est peu de dire que Gironde, Dordogne, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques n'ont pas les mêmes richesses, ou que les Anglais n'ont pas les mêmes centres d'intérêt que les Italiens, c'est mieux si l'outil le confirme.

71Globalement, c'est la gastronomie qui semble le point fort de l'Aquitaine (31,7 % des mentions), devant l'architecture (24 %) et la nature (10 %). La surprise vient sans doute des spectacles qui arrivent en dernier avec moins de 2 % des citations.

72Mais ces résultats sont à nuancer selon les départements puisque la Dordogne est d'abord perçue comme un pays d'architecture (32 %) de même que les Pyrénées-Atlantiques (22 %) alors que ce sont les sports et loisirs qui dominent l'image des Landes (24 %).

73L'approche par segment national de clientèle donne, elle aussi, des résultats différenciés. Les Britanniques retiennent à égalité l'architecture (28 %) et la gastronomie (26 %). Les Américains (38 %) et les Allemands (42 %) privilégient les arts de la table alors que les pays méditerranéens renvoient d'abord une image architecturale (30 %). Chaque clientèle a ainsi un profil particulier, du Belge qui n'accorde que 2,5 % à la culture au Canadien qui la privilégie à 27 %, en passant par les 8 % de Portugais qui s'intéressent aux sciences et techniques, record de la catégorie.

74La presse renvoie de l'Aquitaine certaines images qui sont autant de mises en scène de son patrimoine. Ces visions donnent une identité à certaines communes qui, sans cela, passeraient à côté de la renommée. Ainsi, la Gironde se résume pour moitié à sa gastronomie (47,7 %), autour des axes de la vigne et de la cuisine. Saint-Emilion et Pauillac arrivent largement en tête, confirmant une image internationale que l'on pouvait subodorer ; mais Barsac, Saint-Christophe-des-Bardes et Saint-Genès-de-Castillon acquièrent également une dimension internationale grâce à leurs vignobles. Bouliac assoit la sienne à la table de Jean-Marie Amat, célèbre cuisinier.

75Ces images perçues par la presse étrangère sont-elles le fruit du hasard ou sont-elles vécues et voulues ainsi par les populations locales ? Le fait que l'on puisse appréhender la demande touristique au travers de champs patrimoniaux relativement précis devient un atout important dans la décision en matière touristique. Lorsque l'on a bien mesuré les enjeux économiques de la gestion touristique du patrimoine, la nécessité d'une bonne image et de sa médiatisation deviennent impératifs. La presse, reflet d'un patrimoine voulu.

76L'analyse de presse peut-elle devenir un outil d'aide à la décision en matière touristique ? Des éléments de réponse peuvent être dégagés, tant à propos de la clientèle que de ses centres d'intérêt. Comment l'Aquitaine est-elle perçue au niveau international ? Quel patrimoine sert de support pour capter l'intérêt des futurs touristes ? L'éventail des pays qui parlent de l'Aquitaine est-il représentatif de sa clientèle actuelle ? Quels thèmes patrimoniaux se dégagent ? Cette image est-elle la même pour tous les départements ? Toutes ces données sont susceptibles de peser dans la mise en place d'une politique régionale de promotion touristique. L'analyse de presse n'est pas, à elle seule, un élément déterminant mais un indicateur.

77Dans la réalité, c'est la clientèle germanique qui est la plus nombreuse en Aquitaine. Le corpus de presse analysé est nettement en faveur des Anglais. Parallèlement, les statistiques de fréquentation font apparaître une clientèle absente de la revue de presse : les Hollandais. Cette absence est d'autant plus remarquable que ce petit pays est l'un des principaux fournisseurs de touristes de l'Aquitaine et qu'il privilégie l'hébergement en camping, type réceptif majeur de la région. On peut certes s'interroger sur les raisons de l'absence d'articles de presse dans un pays comme la Hollande, fournisseur d'un gros contingent de touristes.

78Compte tenu des enjeux économiques, cela souligne surtout la nécessité d'optimiser la communication du patrimoine.

79Les huit catégories patrimoniales retenues offrent de larges possibilités de répartition des goûts de la clientèle. Ces résultats peuvent-ils nous permettre d'inférer des tendances certaines ?

80Il apparaît bien que la presse étrangère renvoie des images différentes de l'Aquitaine. Y a-t-il pour autant des prédispositions de la clientèle pour telle ou telle activité, pour tel ou tel département ? Il y a ici matière à réflexion sur la manière de "vendre" région, départements ou sites en fonction d'images précises... et sur le rôle des médias dans la diffusion des images "voulues".

81Dans le cas du département des Landes, la gastronomie (23 %) obtient un résultat peu surprenant, de même que les 16 % de la nature. La place de l’architecture (17 %) est plus étonnante mais c’est surtout la première place des sports et loisirs (24 %), qui est tout à fait atypique. Cette vue des Landes en quatre images dominantes de valeurs sensiblement égales est-elle pour autant erronée ? Le Magazine des Vacances édité par le Comité Départemental de Tourisme, propose de découvrir le département à travers quatre thèmes : "L’espace, une nature conservée ”, "Découverte, les Landes à la carte ”, "Tradition, fêtes et gastronomie”, " Plein air, des vacances actives”. Dans ce dernier chapitre, surf et golf occupent une place privilégiée. Mimizan et Hossegor, pour le surf ; Biscarosse, Dax, Hossegor, Moliets, Mont-de-Marsan, Seignosse et Soustons, pour le golf, pas un des sites n’est oublié par la presse. Le particularisme local et les axes de développement touristique choisis par le département (nature, gastronomie, loisirs) sont donc assez bien retranscrits par les médias.

82Si l’on retrouve des indices dans les thèmes patrimoniaux de la presse, ne peut-elle permettre d’orienter ou de soutenir les politiques de promotion touristique, gourmandes d'aménagement et de subventions ? Un autre exemple s'impose ici : la politique régionale des bastides lancée par la Région Aquitaine.

83Il existe plus de deux cent cinquante bastides et, depuis 1991, dix d'entre elles, deux par département, font l'objet d'une opération spéciale de promotion : Eymet et Monpazier (Dordogne), Monségur et Sauveterre-de-Guyenne (Gironde), Geaune et Labastide d'Armagnac/Saint-Justin (Landes), Monflanquin et Vianne (Lot-et-Garonne), Labastide-Clairence et Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques).

84Combien de ces sites retrouvons-nous dans notre revue de presse ? Monségur, Sauveterre, Geaune, Vianne, Labastide-Clairence et Navarrenx n'y apparaissent pas, Eymet a droit à une citation, à titre gastronomique. Monpazier, Labastide-Saint Justin et Monflanquin recueillent six citations architecturales contre trois en gastronomie et une historique (ne faisant donc pas référence à l'architecture), ce qui montre bien que leur réputation est loin d'être établie dans ce domaine patrimonial. La Grande Bretagne, avec quatre des six citations, confirme son intérêt particulier pour l'architecture. Certes, l'opération "Bastides" débutait à peine lors de l'étude mais, à l'évidence, elle a besoin d'un bel effort de promotion du côté des médias, d'une part pour essayer de sortir de l'anonymat bon nombre de ces villes, d'autre part pour imposer l'aspect architectural comme image patrimoniale. Comment, autrement, atteindre l'objectif de 50 000 nuitées par station-bastide fixé par le Conseil Régional ?

85Le Lot-et-Garonne est le plus mal médiatisé des cinq départements d’Aquitaine. En tout et pour tout, onze communes seulement ont droit à une citation. Nérac, avec quatre références obtient le meilleur résultat grâce surtout à son passé historique et architectural. Par contre, quarante et une communes sont inscrites sur la liste des "Dotations particulières et supplémentaires aux communes à forte fréquentation touristique" de 1989.

86Monflanquin, Barbaste, Castillonnès, Aiguillon et Villeréal sont les plus importants bénéficiaires de ces subsides. Seules la première et la dernière nommée se retrouvent dans la revue de presse. Manifestement un certain nombre de ces lieux n'ont pas consacré beaucoup d'efforts aux relations de presse pour faire fructifier leur attractivité touristique. Par quel canal sont donc communiquées les images patrimoniales et touristiques qu'ils souhaitent valoriser ? Et vers quelles clientèles ? Alors que nous avons souligné l’absence de presse néerlandaise dans les articles recensés, le Lot-et-Garonne a signé des contrats de commercialisation de locations saisonnières avec plusieurs agences étrangères : neuf anglaises, deux allemandes, une suédoise et six hollandaises.

87La réflexion est identique pour la Culture et les Spectacles. Ces deux derniers domaines, fortement consommateurs de subventions à divers échelons, ne paraissent pas assurer de médiatisation internationale susceptible de rentabiliser l'aide publique. Est-ce une réalité ? Pour asseoir le jugement, il faudrait étudier le problème sur le long terme, mais nous avons ici l'illustration de l'utilité de l'analyse de presse dans l'évaluation d'une politique de diffusion patrimoniale.

88Le premier résultat de notre étude est bien la vérification d'identités départementales individualisées. Dans certains cas, on peut aller jusqu'à la segmentation géographique autour de sites et de thèmes précis : Bordeaux et la vigne ; Sarlat, Montignac, Les Eyzies et l'histoire ; le Pays Basque et sa culture... L'image qui est retransmise ne met pas en valeur les mêmes thèmes patrimoniaux selon les pays. La presse est donc bel et bien un miroir assez précis pour une telle étude puisqu'elle donne des résultats modulés selon les destinations et selon les thématiques.

89Le second résultat obtenu est la confrontation des politiques de communication avec les politiques d'aménagement, d'investissement ou de subvention du patrimoine. Demeure la question de la précision du miroir, c'est-à-dire de la qualité de la revue de presse.

conclusion

  • 18 MAC CANNEL Dean. Tourisme et identité culturelle, in Communications, no 43, 1986, Paris : Seuil, p (...)

90L'utilisation du patrimoine dans le contexte touristique est le fruit d'une évolution récente des pratiques sociales. Là le champ patrimonial a été soumis à des poussées expansionnistes qui ont eu tendance à pervertir son originalité : "Les groupes utilisent alors leurs caractéristiques comme autant de marchandises que l'on peut acheter et vendre, et comme une arme rhétorique dans leurs tractations avec d'autres groupes. Il ne s'agit donc plus d'authenticité mais d'une expression symbolique orientée vers un but et une valeur d'usage dans un système englobant"18.

  • 19 Les territoires ruraux au cœur du débat sur l'aménagement du territoire, op. cit., 1994, 12 p.

91Nous voulons ici nous attacher à une approche du "bon patrimoine", si tant est que l'expression soit justifiable. Ce dernier nous apparaît essentiellement comme une démarche identitaire où "La connaissance d'un territoire, et du patrimoine qui le distingue des autres, est un préalable à l'élaboration d'un projet de développement : cette démarche permet, dans un premier temps d'identifier les particularités de chaque partie du territoire. Elle débouche dans un second temps sur une appropriation collective du patrimoine (naturel, historique, culturel, économique) et permet aux habitants d'imaginer comment le valoriser, de prendre des initiatives dans ce sens et d'innover en matière de développement économique"19.

92Ces propositions résument, selon nous, les trois images que le patrimoine doit développer pour sauvegarder son authenticité.

93En premier lieu, le patrimoine doit être "vécu" collectivement par ceux dont il est censé représenter l'héritage. C'est dire que la dimension historique doit être intégrée, mais aussi qu'il y a obligation d'une actualité, sinon d'une modernité de ce thème. Seul ce dernier facteur peut assurer la pérennité de l'exploitation patrimoniale, surtout dans le domaine touristique où le patrimoine "folklorisé" est condamné à moyen terme. Cette première étape est donc une identification du patrimoine et de ses adeptes. Sans elle, on ne peut passer à la deuxième phase, celle d'une volonté de promotion de ce même patrimoine.

94Enfin, l'exploitation touristique du patrimoine se mesure en termes économiques : les investissements d'un côté, la fréquentation de l'autre. Il convient alors d'ajuster l'image "voulue" par les "propriétaires" du patrimoine et l'image "perçue" par les consommateurs que sont les touristes. Pour l'une et l'autre image, la presse semble offrir un support intéressant d'évaluation. À l’époque du "village global" cher à Mc Luhan, les journaux permettent d'identifier des entités repérables, par leur image patrimoniale d'abord, par les goûts des clientèles ensuite.

95Le regard de la clientèle étrangère sur un site, un département ou une région devient essentiel dans l'optique d'une décision promotionnelle ciblée. L'approche d'une image locale à travers la presse révèle une certaine pertinence. Même à une échelle internationale, des entités aussi petites que des départements français parviennent à conserver une personnalité. Ce regard de l'étranger reflète celui d'un futur client. En ce sens, il ne faut pas le négliger car, d'évidence, le patrimoine est bien un vecteur de la communication touristique.

Notes

1 Les territoires ruraux au cœur du débat sur l'aménagement du territoire, comptes rendus de la rencontre des élus de groupements de communes rurales, 9 et 10 décembre 1993. Edition Mairies-Conseil et Caisse des dépôts et consignations, 1994, 12 p.

2 LANQUAR Robert et HOLLIER, Robert. Le marketing touristique, Paris : PUF, 127 p., 2ème édition 1986, p. 67.

3 CAPES David. Identité territoriale et communication promotionnelle des ressources touristiques, l'exemple des Landes de Gascogne en août 1990, mémoire de Diplôme Universitaire, 91 f. dactyl., Université de Bordeaux III, Sciences de l'Information et de la Communication, 1990, p. 52.

4 Ibid., p. 42.

5 Ibid., p. 67.

6 Ibid., p. 59.

7 Ibid., p. 84.

8 BORDES Delphine, et BRAUD Olivier. Quête d'identité entre océan, lacs et forêt (le cas de Biscarosse et de Côte Landes Nature), mémoire D.U.T, 83 feuillets dactyl., IUT "B", Université de Bordeaux III, 1994.

9 MORETTE-BOURNY Joël, TARDY Agnès et FRUSTIER Pierre. Programme de communication touristique (analyses et propositions, plan de communication, charte graphique et rédactionnelle), rapport d'étude pour le Syndicat Intercantonal du Pays de Soule, 98 feuillets dactyl., 1993.

10 CALMETTES Claude. Patrimoine, protection, mise en valeur et développement, in Transferts, no 16, 1er trimestre 1992, p. 19.

11 LANNE Louis. Tourisme, l'Aquitaine lance ses bastides, in Aquitaine Eco, 1991.

12 VILLEGUERIN Ghislaine. Le patrimoine, un bon placement, in Tourismes et Communication, no 12, septembre 1989, p. 32 et suiv.

13 Op. cit.

14 Op. cit., p. 4.

15 FRUSTIER Pierre, Patrimoine, vecteur de communication touristique (région Aquitaine, octobre 1990 - juin 1991), étude pour la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, Université de Bordeaux III, 1992. 69 feuil. dactyl.

16 Empreinte Communication. La valorisation du patrimoine touristique et culturel, Paris : 1989.

17 BERGER Merchid. Thésaurus du Tourisme et des Loisirs, Paris, Ministère du Tourisme, 1992, 240 p.

18 MAC CANNEL Dean. Tourisme et identité culturelle, in Communications, no 43, 1986, Paris : Seuil, p. 181.

19 Les territoires ruraux au cœur du débat sur l'aménagement du territoire, op. cit., 1994, 12 p.

Auteur

Université de Nantes et Centre d'étude des médias.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search