Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. Les images du patrimoine, la représentation et l'exploitation du patrimoine

Chapitre 2. La politique du patrimoine du Conseil général de la Dordogne de 1982 à 1994

François Dubasque

Texte intégral

INTRODUCTION

1Il faut attendre l'année 1923 pour trouver à la "Une" de la presse locale un événement touchant l'actualité départementale dans le domaine de la préhistoire. Le glaneur du dimanche, journal de l'arrondissement de Sarlat, daté du 7 octobre 1923 relatait alors dans "la journée des Eyzies" les dernières découvertes de gisements et sites préhistoriques dans la région. La commémoration du cinquantenaire de la découverte de Lascaux en septembre 1990, retransmise par antenne 2 et couronnée par la présence du chef de l'État, a mis en relief l'importance acquise par le patrimoine, en un peu plus d'un demi-siècle, dans les préoccupations du département de la Dordogne.

2D'autant qu'à la différence de la plupart des départements français qui comptent en moyenne 100 à 300 monuments historiques protégés, la Dordogne en regroupe environ 840. Si l'on exclut Paris, elle est le premier département en France par la concentration de monuments historiques.

  • 1 QUERRIEN Max. Rapport pour une politique d'ensemble du patrimoine. Paris : Ministère de la Culture (...)

3La richesse du patrimoine périgourdin a incité le Conseil général à mettre en place une politique d'intervention destinée à "réarticuler avec cohérence le message transmis par les générations précédentes" comme le souligne Yvon Lamy, enseignant-chercheur à l'université de Bordeaux II. En effet, le patrimoine est "cet ensemble de traces codées en expressions architecturales, en fabrications utilitaires, en actes solennels ou en langage courant laissé par les générations antérieures"1. Il nécessite donc des opérations d'inventaire, de protection, de restauration et de valorisation pour être bien géré.

4La volonté du Conseil général ne s'est-elle pas heurtée à une centralisation excessive de l'État dans ce domaine ? Les dispositions législatives relatives à la décentralisation ont, en théorie, attribué au département les prérogatives nécessaires à l'application de politiques départementales. Néanmoins, les transferts de compétence en matière de patrimoine ont été faibles : le département n'a reçu qu'une responsabilité partielle en ce qui concerne la mise en valeur de ses archives et des musées relevant de son initiative. Le patrimoine est donc resté un secteur de gestion étatique qui a rendu difficile toute tentative d'élaboration d'une politique publique de la part du Conseil général.

5Il importe, dans cette optique, de mesurer l'ampleur des moyens mobilisés par la collectivité dans l'élaboration de son programme d'intervention, en matière de patrimoine. Si la marge de manœuvre dont dispose le Conseil général l'autorise à mener une véritable politique départementale, cette dernière a-t-elle été spécifiquement culturelle ou a-t-elle été intégrée dans une stratégie plus globale ?

6La présentation des critères déterminants quant à la mise en place d'une politique du patrimoine, l'étude des moyens d'élaboration de cette dernière et de son application effective par la collectivité, sont indispensables si l'on veut pouvoir estimer la portée réelle des actions engagées, et répondre ainsi aux interrogations formulées précédemment.

I. LES CRITERES DETERMINANTS DANS LA MISE EN ŒUVRE D'UNE POLITIQUE DU PATRIMOINE

7"Je crois nécessaire le maintien du patrimoine architectural... Vivre dans un cadre, un milieu, un paysage harmonieux, intéressant et riche, c'est s'enrichir soi-même" affirmait Gérard Fayolle (rpr), à la suite de son élection à la présidence du Conseil général, en mars 1992. En effet, la richesse du patrimoine périgourdin a déterminé les élus de droite comme de gauche à mener une politique active dans ce domaine.

A. La richesse du patrimoine périgourdin

1. Le patrimoine monumental

8Les paramètres scientifiques de tayacien (les Eyzies-de-Tayac) de micoquien (la Micoque), de moustérien (le Moustier) ou encore de magdalénien (la Madeleine) témoignent de l'importance des sites préhistoriques de la Dordogne.

9Ainsi, la vallée de la Vézère, où l'on recense et 147 gisements et 25 grottes ornées, a été inscrite au patrimoine mondial par l'unesco. De cette terre a été exhumée la plus importante collection préhistorique du monde, composée de plus de 500 000 silex et 844 œuvres d'art et objets mobiliers. Le vaste patrimoine préhistorique de la Dordogne a été, par ailleurs, l'objet d'une protection de la part de l'État qui a assuré le classement de 70 grottes et gisements,

10Le Périgord est également riche en châteaux. En effet, les premières mottes castrales ont été érigées sur des éperons rocheux lors des incursions de Sarrasins et de Normands. Les places-fortes se sont ensuite multipliées dès le xiie siècle, à cause des conflits entre les rois de France et d'Angleterre qui ont abouti, durant la guerre de cent Ans, à faire du Périgord une région de front où les deux armées rivales s'affrontaient et se retranchaient, tour à tour, au sein de multiples bastides. Une grande vague de reconstruction de châteaux a modelé le paysage de la fin du xve siècle jusqu'au xixe siècle.

11Il serait fastidieux d'évoquer les autres facettes constitutives du patrimoine monumental de la Dordogne ; cependant, précisons que le département comptait, en 1992, 846 monuments historiques et sites protégés. Depuis 1930, 36 sites ont été classés et 139 inscrits à l'inventaire supplémentaire des sites. Trois secteurs sauvegardés bénéficient des dispositions de la loi Malraux du 4 août 1962 : Périgueux depuis 1980, Sarlat depuis 1989, enfin la bastide de Monpazier depuis 1990. Trois sites urbains on été inscrits au titre des zones de protection du patrimoine architectural et urbain (zppau) : Bergerac, Brantôme et Nontron.

  • 2 Annuaire des musées et collections muséographiques de la Dordogne. Dossiers no 11 du CIDDCA. Borde (...)

12288 monuments sont classés dans le département, ce qui représente 40 % des monuments classés en Aquitaine. De plus, 580 édifices ont été inscrits a l'inventaire supplémentaire des monuments historiques dont 200 églises2. Enfin, la Dordogne possédait, en 1992, un peu plus de 400 édifices non protégés possédant un intérêt architectural. Ainsi, les cabanes en pierre sèche, construites au xixème siècle, et implantées sur des terroirs calcaires dans les anciennes régions viticoles du département, tout comme les églises, mairies, moulins et autres pigeonniers des communes rurales, composent ce patrimoine à caractère agricole et ethnologique.

2. Le patrimoine non monumental

  • 3 Voir rapport d'activité de la drac en Dordogne, 1993.

13Grâce à l'importante concentration de monuments historiques dans le département, de véritables collections muséographiques, regroupant œuvres d'arts et objets mobiliers, ont pu être constitués. Sur les 41 musées recensés par le ciddca en 1986, 15 étaient consacrés à l'archéologie et à la préhistoire dont le musée national de la préhistoire aux Eyzies, tandis que 15 autres présentaient les arts et traditions du Périgord3.

14Outre son patrimoine historique, la Dordogne possède une importante tradition littéraire. Elle est l'un des premiers et des plus brillants foyers de la civilisation occitane et de la poésie des troubadours tels Bertrand de Born et Arnaut de Mareuilh. Mais des auteurs tels que Montaigne, La Boétie, Fénelon ou Eugène Leroy, père de "Jacquou le croquant", ont aussi fait du Périgord une terre d'où la littérature rayonna sur toute l'Europe. Enfin, n'omettons pas le patrimoine gastronomique qui, appuyé sur des produits du terroir comme la truffe, le foie gras et le vin, a créé une véritable tradition culinaire dans le département.

15C'est cette richesse du patrimoine qui a fait dire à Bernard Bioulac (PS), président du Conseil général entre 1982 et 1992, que "le Périgord, si riche en histoire et préhistoire, est tout à fait capable d'être un lieu où s'exerce la décentralisation en matière culturelle".

16En effet, un tel environnement historique donne au Conseil général une légitimité pour intervenir, en premier plan, dans la conduite d'actions concernant le patrimoine départemental.

B. Une volonté politique de la part des élus départementaux

1. Le consensus politique autour du patrimoine

17Avant 1982, le patrimoine était un secteur primordial dans les interventions du Conseil général qui favorisait la tenue de congrès dans le département ; le congrès de la société française d'archéologie à Sarlat en 1978, ou encore le congrès annuel de la société d'études et de recherches préhistoriques aux Eyzies en 1979.

18Avec la décentralisation, l'intérêt de la collectivité s'est amplifié. La richesse du patrimoine périgourdin a obligé le département à l'enrichir et à le protéger. Ainsi, Jean Loubière (mrg) mettait en garde, lors de la séance du Conseil général du 26 avril 1983, contre tout bétonnage excessif susceptible de dénaturer les paysages naturels du Périgord. Il s'assurait alors le soutien d'une grande majorité d'élus départementaux, de gauche comme de droite, pour qui la protection des sites était un impératif. Bernard Bioulac n'affirmait-il pas " que la Dordogne [devait] vivre sa culture à travers son patrimoine", tandis que Gérard Fayolle estimait que la Dordogne était une terre d'histoire, et qu'il était de la responsabilité de la collectivité qui a fait cette histoire de la transmettre.

19Si un consensus politique s'est dégagé autour de la volonté de mener une politique en faveur du patrimoine, il n'en reste pas moins que les différentes majorités qui se sont succédé à la tête du Conseil général ne sont pas intervenues avec la même intensité dans ce domaine.

20À partir de 1982, des projets ambitieux ont été mis en œuvre par la majorité socialiste : l'ouverture du fac-similé de Lascaux, la restauration du château de Biron dont le financement total s'est élevé à 35 millions de francs entre 1982 et 1992, la construction d'un musée de site sur l'abri Pataud, ou encore le musée de la poupée à Nontron. Cependant, durant la première moitié de " la décennie Bioulac", les instances dirigeantes du Conseil général ont privilégié les interventions socio-culturelles au détriment du patrimoine. Ainsi, le chapitre " culture traditionnelle et mémoire du département " n'intervient qu'en sixième position de la première convention de développement culturel signée entre l'État et le département en 1983. Il ne correspond qu'au cinquième montant d'investissement (166 000 francs) derrière la musique, le théâtre, l'audiovisuel et la lecture.

21Sous l'impulsion du ministre de la Culture, Jack Lang, qui a fait du patrimoine la pierre angulaire de sa politique culturelle à partir de 1988 le Conseil général de la Dordogne a réintégré ce domaine au sein des priorités départementales. Le programme " Vézère", signé en 1987 entre l'État, la région et le département, est la première illustration de l'intérêt renouvelé de la collectivité. Il a, en effet, participé à la mise en valeur du patrimoine dans le sud du département. Outre les applications sur l'environnement qui consistaient à dépolluer la Vézère et à aménager ses berges, il comprenait un volet culturel, à hauteur de 16 millions de francs, dont les missions étaient, entre autres, d'inventorier les gisements préhistoriques et les sites éponymes de la vallée.

22Mais c'est surtout la convention de mise en valeur du patrimoine ethnologique, signée également en 1987 entre l'État et le département, qui a marqué le retour du patrimoine au premier plan de la politique culturelle départementale. Le Conseil général a préféré, dès lors, à un soutien au cas par cas, l'émergence d'un thème plus ciblé.

  • 4 La mission identitaire de G. Fayolle. Sud Ouest, 12.09.94.

23Le basculement à droite de la collectivité, à la suite des élections cantonales de mars 1992, n'a pas fondamentalement bouleversé les orientations prises précédemment. La nouvelle majorité a cependant réduit la culture à une conception plus étroite, centrée sur le patrimoine, " héritage sacré". Le rapport sur la valorisation du patrimoine culturel de la Dordogne, confié à Gérard Fayolle par Jacques Toubon en 1992, atteste de cette volonté4.

24En définitive, la volonté commune dont ont fait preuve les différentes majorités du Conseil général de mettre en œuvre une politique du patrimoine est issue de leur intention d'utiliser ce domaine comme outil d'identification spatiale. Cette quête d'identité passe par le souci de valoriser l'histoire locale, de rechercher ses racines à travers notamment l'archéologie. La nécessité de mettre en valeur des points de repère auxquels les citoyens peuvent se rattacher a légitimé, dans le discours des élus, le poids des interventions financières du Conseil général.

2. Les incidences financières

25Les dépenses du Conseil général consacrées au patrimoine ont quintuplé entre 1982 et 1992 passant de 1 400 000 francs à 7 100 000 francs, en 1981, elles représentaient 83,1 % du budget culturel total, les crédits consacrés, par la suite, au patrimoine ont progressé de façon continue durant les années quatre-vingt, bien que reculant en part relative par rapport aux autres domaines culturels.

  • 5 Cf. Annexe II : Le patrimoine dans les dépenses culturelles du Conseil général de la Dordogne (198 (...)

26En ce qui concerne la structure économique des dépenses patrimoniales, la part de l'investissement a été prépondérante par rapport au fonctionnement. Elle s'élevait, ainsi, à 65,1 % du budget culturel en capital pour le seul poste des Archives départementales, en 1990, suite au lancement des travaux d'un nouvel immeuble destiné à accueillir ce service5.

27D'autre part, la gestion financière directe s'est imposée face au soutien du secteur indépendant, surtout depuis le passage effectif des Archives dans les compétences du Conseil général, en 1986. Les transferts ont été essentiellement destinés aux collectivités locales. La collectivité proposait ainsi, dans le guide des aides financières de la Dordogne de 1993, des subventions en capital, à hauteur de 40 % du montant des travaux, pour toute restauration de monuments historiques inscrits à l'inventaire. Elle attribuait également une subvention en capital, sur les mêmes bases, pour la restauration ou l'entretien par une collectivité locale de sites protégés. Le taux était réduit à 25 % si les travaux étaient engagés par un particulier. Enfin, des subventions couvrant 30 % du montant des travaux étaient destinées à la sauvegarde du patrimoine non protégé.

28Le patrimoine est donc très présent dans les préoccupations culturelles du Conseil général, qui a mis en place un processus d'élaboration destiné à optimiser ses interventions.

II. LE PROCESSUS D'ÉLABORATION DE LA POLITIQUE DU PATRIMOINE

29Le processus d'élaboration mis en place depuis la décentralisation s'est situé à plusieurs niveaux. Le département a élaboré un système complexe où interviennent dans les décisions concernant le patrimoine les instances issues du Conseil général tant administratives que politiques, gérées soit directement, soit indirectement. Cependant, la liberté de décision des élus départementaux est entravée par l'action concomitante des autres acteurs culturels qui ont amené le Conseil général à intervenir par le biais du partenariat.

A. Les instances issues du conseil général

1. Le mode de gestion direct

30L'intervention directe du Conseil général en matière de patrimoine reposait, dès 1982, sur une double structure : une structure administrative et technique qui donne un premier avis, une structure politique qui décide en dernier ressort.

31La structure administrative s'est constituée progressivement au sein du service "éducation et culture", divisé en trois bureaux, jusqu'à devenir une véritable technocratie départementale.

32Le domaine patrimonial est échu au bureau de la culture. Mais il s'est limité aux monuments historiques et aux sites appartenant aux collectivités locales, aux associations et à des particuliers ainsi qu'aux immeubles communaux non protégés.

33Le patrimoine départemental, notamment les Archives, les châteaux de Bourdeilles et Biron ou la forge de Savignac, a été confié, au bureau du patrimoine inclus dans les services techniques.

34Les missions dévolues au bureau de la culture ont été d'instruire les demandes de subvention et de donner un avis financier servant de base de réflexion pour les élus départementaux. 112 projets concernant la restauration de monuments et de sites ont ainsi été déposés en 1991.

35À ce bureau est venu s'ajouter le bureau de l'archéologue départemental. L'ouverture de ce poste est issue d'une volonté commune du département et de l'État inscrite dans l'avenant à la convention de développement culturel, signé en 1984. Le but était de créer un outil technique faisant de l'archéologue départemental le trait d'union entre les organismes de recherche préoccupés par l'aspect scientifique du patrimoine archéologique périgourdin, et les élus locaux pour qui bonne gestion et mise en valeur étaient prioritaires. Est donc revenue à l'archéologue départemental la charge de mener des actions de recherche mais aussi de valorisation du patrimoine par l'animation et la sensibilisation du milieu scolaire, en particulier. C'est dans cette optique qu'un module de fouille expérimentale se déplace dans les différents centres culturels du département.

36Un troisième bureau est venu compléter le service en 1987 : celui du conservateur départemental des musées, créé à la suite de la convention de mise en valeur du patrimoine ethnologique signée entre le département et l'État. Ce poste a été ouvert dans le but de valoriser les collections et musées départementaux, mais aussi d'assurer un rôle de conseil envers les musées communaux où privés.

37Enfin, citons le service de l'environnement, créé en juin 1992, dont la mission est de préserver le patrimoine paysager.

38La structure administrative joue un rôle de filtre dans le processus d'élaboration dans la mesure où elle instruit les dossiers relatifs au patrimoine qui sont ensuite examinés par la structure politique. Il arrive parfois que ce processus soit court-circuité par le jeu du système clientéliste, certains dossiers passant directement devant les élus.

39L'examen des projets budgétaires et des dossiers concernant le patrimoine établis par les services administratifs et techniques s'effectue en commission.

40Lors de la première session ordinaire de 1982, le 8 avril, le Conseil général a mis sur pied la commission "aux affaires culturelles, à l'éducation et à la recherche", dont les membres sont désignés à la représentation proportionnelle de chaque groupe politique. Cependant, cette commission a dû partager la gestion du patrimoine avec la commission "à l'économie, à l'environnement, au tourisme et à la promotion du Périgord". Par ailleurs, le travail des commissions est relayé par l'action des vice-présidents.

41Cependant, le Conseil général ne s'est pas cantonné dans une intervention directe. Pour optimiser la mise en œuvre d'une politique publique en matière de patrimoine, tout en évitant une technocratie départementale abusive, il a fait le choix d'une "gestion déléguée" par le biais d'outils culturels plus ou moins autonomes.

2. La gestion déléguée

42Avec la décentralisation, le Conseil général a mis en place des outils nouveaux pour relayer l'action des élus départementaux dans le domaine du patrimoine. Il s'est assuré la maîtrise de ces outils en introduisant une majorité de conseillers généraux dans leur conseil d'administration.

43Ainsi, parmi d'autres missions, la charge de sensibiliser les citoyens au patrimoine par l'animation et l'information a été dévolue à l'Association départementale de développement culturel (aiddc), créée en 1986. Cet organisme a été rattaché à l'institution départementale par la présence de sept conseillers généraux au sein de son conseil d'administration : le président du Conseil général, les vice-présidents chargés de la culture, de la communication et du tourisme, le président ainsi que deux membres de la commission culturelle.

44D'autre part, le service des Archives départementales, organisme hérité de l'État par transfert de compétence lors de la décentralisation, a rejoint le groupe des services culturels auxquels le Conseil général a délégué une part spécifique de son action vis-à-vis du patrimoine. Il a, en effet, bénéficié de nouveaux locaux : le département a voté, en 1987, les crédits nécessaires à la construction d'un bâtiment intégré dans la zac de la Visitation à Périgueux. L'effort financier, de l'ordre de 48 millions de francs, devait faire des nouvelles Archives la vitrine de la mémoire du département.

45Dans les anciens locaux de ce service, a été relogé le Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement de la Dordogne (caue). Cet organisme participe à la politique du Conseil général dans le domaine du patrimoine architectural et naturel. Les missions qui lui ont été confiées lors de sa création, en 1978 sont de veiller au respect du paysage naturel et urbain. Ainsi, il conseille les élus locaux, les associations et les particuliers notamment dans la mise en valeur de l'architecture rurale, dont les vestiges donnent leur identité aux petites régions qui constituent le Périgord.

46C'est pourquoi le Conseil général s'est assuré la maîtrise du caue en plaçant six conseillers généraux au sein de son conseil d'administration, et en lui attribuant, outre le produit des taxes sur les vignettes automobiles, une subvention annuelle qui s'élevait à 1,9 million de francs en 1993.

47Enfin, en dehors de la sphère culturelle, le Conseil général s'est appuyé sur d'autres formes d'intervention destinées à appliquer une politique en matière de patrimoine. En premier lieu, le service départemental du tourisme a joué un rôle essentiel dans la promotion et la gestion du patrimoine. En second lieu, la société d'économie mixte du Périgord (semiper), même si sa vocation première est d'intervenir sur le plan économique, a participé à la construction et à la restauration de nombreux édifices. Cet organisme, dont 51 % du capital sont aux mains du Conseil général, a ainsi assuré la maîtrise d'ouvrage déléguée lors de la restauration du château de Biron, de la construction du musée de site de l'abri Pataud, et de la rénovation des secteurs sauvegardés en milieu urbain au titre de la loi Malraux de 1962.

48En définitive, les modes d'intervention du Conseil général, calqués sur ceux de l'État qui avait déjà adopté la distinction "gestion directe déléguée" dans la conduite de sa politique du patrimoine, s'avèrent peu originaux. L'addc, association de type 1901, et la sem sont toutefois deux outils spécifiques à l'institution départementale. D'autre part, il existe de nombreux autres intervenants dans le domaine du patrimoine, qui ont obligé le Conseil général à compter sur le partenariat dans l'application de sa politique, quitte à sacrifier une part de son autonomie.

B. Les différents partenaires du conseil général

1. La tutelle du Conseil général sur les acteurs culturels de base

49On appelle acteurs culturels de base les collectivités locales rurales ainsi que les associations qui ne participent pas officiellement à la définition de la politique du patrimoine du Conseil général, comme le font des établissements tels que le service départemental du tourisme ou le caue.

50Ces acteurs culturels sont, cependant, demandeurs d'aides financières. Ainsi, par le biais d'instruments comme l'agence technique départementale ou le guide des aides financières qui précise les conditions d'attribution de subventions et les procédures correspondantes, le département a octroyé, chaque année depuis 1982, des subventions aux communes dans le but de favoriser la restauration de monuments historiques et de sites protégés. De plus, il a créé, en 1986, un fonds pour la mise en valeur du patrimoine architectural communal non protégé. Celui-ci bénéficiait d'une enveloppe budgétaire d'un montant de 0,5 million de francs, qui fut doublé en 1989.

51D'autre part, afin de ne pas disperser ses ressources devant la prolifération des associations s'intéressant au patrimoine — elles étaient 56 en 1986 d'après le ciddca — le Conseil général a choisi, dès 1982, de ne soutenir que les associations à vocation départementale. Parmi celles-ci, l'on trouve la fédération Léo Lagrange (fll) apparue en Dordogne en 1981.

52Ses missions ont consisté à mettre en valeur les arts et traditions populaires du Périgord, et à diffuser la culture occitane. Ses moyens d'action on été, d'une part le bibliobus occitan, véritable centre culturel mobile desservant une vingtaine de communes, d'autre part le château de Varaignes transformé en musée d'arts et traditions populaires. Le Conseil général a accordé une subvention annuelle à la fll, à hauteur de 684 000 francs en 1991.

53Lors des assises départementales de la culture, organisées à Périgueux en juin 1983, d'autres conditions nécessaires à l'octroi d'une subvention par la collectivité ont été édictées. Les sociétés savantes, associations d'archéologie et du patrimoine n'ont pu réclamer une participation financière du département qu'à condition de publier le résultat de leurs recherches historiques, d'organiser des conférences, et de mettre à disposition du public leur collection. Seules la société historique et archéologique du Périgord, la société d'études et de recherches préhistoriques des Eyzies et le spéléo-club de la Dordogne répondaient, à l'époque, à ces critères.

54Enfin, toujours dans l'optique d'éviter la dispersion de ses crédits, le Conseil général a incité les associations de mise en valeur du patrimoine à se regrouper. L'association des "mille-et-un châteaux" et le centre ethnologique du patrimoine industriel, agricole et artisanal de la Dordogne ont ainsi reçu de sa part une enveloppe budgétaire globale, à charge pour elles de la répartir sur les différents sites.

55Le partenariat entre le Conseil général et les acteurs culturels de base a donc plus tenu à une relation de tutelle financière qu'à une réelle collaboration. Les liens tissés avec les autres collectivités territoriales ont été autrement plus complexes.

2. La complexité des liens avec les autres collectivités territoriales

56Dans la définition de sa politique du patrimoine, le Conseil général a du tenir compte de deux acteurs influents : Périgueux, chef-lieu du département et le Conseil régional.

57En fait de partenariat, les relations du département et son chef-lieu se sont établies sur des bases concurrentielles voire conflictuelles jusqu'en 1992. Périgueux s'est, en effet, manifestée comme le siège d'un contre-pouvoir vis-à-vis d'un Conseil général à majorité socialiste, d'autant plus qu'il s'agissait jusqu'en 1989, de la seule ville-pôle du département dont la municipalité appartenait à l'opposition. Yves Guéna, maire de Périgueux, insistait, dès le mois d'octobre 1982, devant l'assemblée départementale afin "qu'on ne vienne pas dicter aux maires leur conduite". Ainsi, sous l'impulsion de l'adjoint au maire chargé de la culture, la ville a mené sa propre politique en matière de patrimoine, comme en atteste la campagne d'affichage lancée en 1989 : "Périgueux, l'émotion à fleur de pierre".

58Les relations entre les deux collectivités ont connu un tournant à la suite des élections cantonales de mars 1992, qui ont vu Gérard Fayolle, un proche d'Yves Guéna, prendre la tête du Conseil général. Ainsi, en 1993, le département a décidé de participer financièrement, à hauteur de 20 % du montant des travaux s'élevant à 32 millions de francs, à la construction d'un musée archéologique sur le site de la domus des Bouquets, à l'abandon depuis 1977. Par ailleurs, le Conseil général envisageait d'installer un centre de culture scientifique et technique à Périgueux. Il modifiait, de ce fait, le projet établi par l'ancienne majorité qui avait choisi les Eyzies, "fief" de Pierre Merlhiot, ancien vice-président délégué à la culture, comme siège du nouvel organisme.

59Les relations entretenues entre le Conseil général et l'établissement public régional ont répondu à un schéma différent. En effet, désireuse d'affirmer sa propre identité, la région s'est dotée de moyens d'intervention en matière de patrimoine. Ainsi, le fonds d'intervention architectural (fia) a permis l'afflux des crédits de l'État en ce qui concerne la restauration des monuments inscrits à l'inventaire, tandis que le fonds d'identité régionale (fir) a assuré la diffusion de la culture occitane. Les deux collectivités ont donc limité leurs relations à des rapports strictement financiers, menant une politique du patrimoine distincte. Cependant, le président Fayolle, également conseiller régional responsable de la culture, a tenté, en 1993, de lancer des projets de réalisations communes sur le patrimoine avec la région, afin d'assurer une meilleure concertation.

3. Le contrôle de l'État sur les orientations départementales en matière de patrimoine

60Avec la décentralisation, l'État a noué deux types de relation avec le département.

61Par la réglementation, il a d'abord, conservé sa suprématie sur la définition des critères concernant le patrimoine. Il a maintenu ses prérogatives sur les monuments historiques, conformément à la loi du 31 décembre 1913 qui lui a confié le monopole du classement et de l'inscription sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, ainsi que la maîtrise d'ouvrage pour la restauration des dits monuments classés.

62Cette restauration est programmée par la conservation régionale des monuments historiques, dont l'un des laboratoires de recherche, situé à Périgueux, représente, avec le Centre national de recherche préhistorique, l'unique exemple d'un service extérieur de l'État dans ce domaine, installé en Dordogne.

63L'État s'est également assuré la mainmise sur l'archéologie : en effet, la loi du 27 mars 1941 stipule qu'il revient à l'État d'autoriser, d'exécuter et de surveiller les chantiers de fouille. Quant aux musées départementaux, même si depuis 1990 la possibilité est ouverte de choisir entre un conservateur d'État et un conservateur territorial, ils sont restés sous la tutelle de la direction des musées de France qui dépêche, de temps en temps, des inspecteurs chargés de contrôler leur bon fonctionnement.

64Enfin, la loi du 3 janvier 1979, rectifiée par la loi de 1986, a confié le contrôle scientifique des Archives départementales à l'État, par l'intermédiaire de la direction des Archives nationales.

65On est donc amené à constater la permanence de l'État, appuyé sur la réglementation, dans le patrimoine. Cependant, l'État a développé une autre forme de partenariat avec le département.

66Il s'est engagé dans de nombreux montages financiers destinés à mettre en valeur le patrimoine, même si sa participation a souvent paru insuffisante au Conseil général. Ce dernier reprochait, par exemple, à l'État que le taux de ses subventions consacrées à la restauration du château de Biron ait diminué de 60 % à 30 % du montant des travaux entre 1983 et 1987.

67Cependant, la majeure partie des opérations financières engageant l'État a été intégrée dans un régime contractuel organisé : la politique de conventionnement.

68Cette politique, basée sur des conventions de développement culturel, a été mise en place dans le but d'amener les élus départementaux à envisager l'action culturelle dans sa globalité, par une série de mesures pluridisciplinaires.

69Les bases de cette relation contractuelle ont été jetées à l'occasion de la convention de développement culturel signée le 28 juillet 1983, qui consacrait, sur un budget total de deux millions de francs, 8 % du financement au patrimoine. Le 28 juin 1984, un avenant à cette convention était signé. Une plus vive attention a été portée au patrimoine, dans la mesure où cet avenant a davantage pris en considération les spécificité locales axées sur la culture scientifique. Ainsi, des innovations telles que la création d'un poste d'archéologue départemental, ou le principe d'un financement paritaire État/département sur les principaux chantiers de fouille effectués en Dordogne, ont marqué le début d'une active collaboration entre les deux institutions dans le domaine de l'archéologie. L'acquisition commune d'un dépôt de fouille, pour un montant de 400 000 francs en 1989, résulte de cette volonté.

70Dans la deuxième moitié de la décennie, les deux partenaires ont cherché à rationaliser les acquis par le biais de conventions plus spécifiques : la convention, signée en 1987, pour la mise en valeur du patrimoine ethnologique et son avenant, l'année suivante. L'État a incité le Conseil général de la Dordogne a intervenir financièrement, à hauteur de 400 000 francs en 1987 et 656 000 francs en 1988, dans une série de mesures destinées à mettre en valeur son patrimoine industriel et agricole. Il a favorisé la création d'un poste de conservateur départemental, chargé d'assurer la gestion de cette opération.

71La Dordogne a profité largement de la politique conventionnelle menée par l'État.

  • 6 REGOURD Serge. Décentralisation, culture et communication, in : Décentralisation, bilan et perspec (...)

72Cette forme contractuelle a fait appel à une conception de la décentralisation où l'État s'est octroyé une mission d'impulsion faisant de lui le "co-pilote" ou le "capitaine de route" des politiques locales6. Cette co-responsabilité a certes limité la départementalisation de la politique du patrimoine, mais l'État n'a fait que renforcer une volonté départementale déjà existante sans laquelle aucun partenariat n'aurait été envisageable. C'est, en effet, sur la base d'une volonté commune que Jacques Toubon a commandé à Gérard Fayolle un rapport sur la mise en valeur du patrimoine périgourdin en 1993.

73En conclusion, le processus d'élaboration de la politique du patrimoine menée par le Conseil général l'a obligé à tenir compte des autres acteurs engagés dans ce domaine. Or, ces relations l'ont souvent contraint à des négociations dans le cadre de conflits. Ce processus est donc le résultat d'"une alchimie subtile" où le patrimoine apparaît comme la terre d'élection des financements croisés. Ce schéma a évidemment eu une grande influence sur le contenu même de la politique du patrimoine du département.

III. LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE DU PATRIMOINE PAR LE CONSEIL GÉNÉRAL : NATURE ET CONSÉQUENCES

74A partir de la réflexion menée lors des assises départementales de la culture en 1983 et l989, et des grandes orientations fixées par les conventions de développement culturel, le Conseil général est intervenu dans le domaine du patrimoine.

75Tant par une série d'actions traditionnelles que par des innovations, il a initié des politiques de conservation mais aussi de mise en valeur liée à la diffusion par la recherche, l'animation et la promotion. La mise en œuvre de cette politique a, par ailleurs, amené les élus à réviser la portée du patrimoine, considéré, de plus en plus, comme un véritable enjeu économique.

A. Le contenu de la politique du patrimoine

1. Une série d'interventions traditionnelles

76La politique du Conseil général a été conduite dans plusieurs secteurs d'activité : les Archives, en premier lieu. L'ouverture des nouveaux locaux, en 1992, a été l'occasion de redéfinir la vocation de ce service. En effet, la présence de salles d'exposition et de conférence lui a permis d'élargir son champ de compétence jusque-là restreint à la conservation des documents écrits. Par le biais d'expositions ou de revues comme Mémoire de la Dordogne, l'appareil départemental a manifesté une volonté d'ouverture vers l'animation culturelle.

77Autre secteur d'intervention primordial, l'aide financière accordée à la restauration des monuments historiques, en priorité de ceux acquis par le département. Ainsi, le château de Biron, un moment pressenti pour recevoir le siège du fonds régional d'art contemporain (fpac), est finalement devenu, après restauration, un lieu de rencontre international de l'art moderne et contemporain.

78L'Assemblée départementale a subventionné, d'autre part, la restauration des monuments historiques protégés publics ou privés, à hauteur de 6,5 millions de francs, le patrimoine communal non protégé et le mobilier historique comme les orgues.

79Le département s'est aussi préoccupé de la mise en valeur des sites. Les projets élaborés autour de la vallée de la Vézère témoignent de cet intérêt. En 1983 déjà, le projet "falaise" préconisait le réaménagement du musée national de la préhistoire et la création d'une maison de la nature à partir du laboratoire de biologie des Eyzies, de même que l'aménagement de Lascaux II et du centre d'initiation à la préhistoire du Thot. Puis, le programme "Vézère" signé en l987, a participé à la mise en valeur du patrimoine historique dans le sud de la Dordogne. Ainsi, un musée de site situé aux Eyzies : l'abri Pataud, conçu par le laboratoire de préhistoire du musée de l'Homme, a été réalisé par la semiper et financé par le département au 2/3 d'un investissement s'élevant à six millions de francs.

80Ces actions somme toute assez traditionnelles ont connu une évolution novatrice dès la signature de la convention pour la mise en valeur du patrimoine ethnologique en 1987.

2. Un tournant novateur à partir de 1987

81Le tournant pris dans la politique départementale relative au patrimoine est dû à l'élargissement de la notion de patrimoine à des édifices récemment protégés, à caractère rural et ethnologique.

82En effet, le département, par financement avec l'aide de l'État de dix millions de francs sur cinq ans, a pu entamer la restauration de la forge de Savignac-Lédrier, dernier témoin français de la sidérurgie indirecte au charbon de bois. Il a aussi pu aménager la papeterie de Couze, le musée d'arts et traditions populaires de Varaignes, le musée du verre et de l'outil de Terrasson ainsi que le musée du matériel mécanique de Mussidan.

83L'ouverture à Savignac du premier écomusée de ce type en France, consacré à l'histoire des paysans ouvriers qui, au xixe siècle, travaillaient une partie de l'année aux champs et l'autre dans les forges en tant qu'ouvriers métallurgistes, a donné une impulsion culturelle à cette région du nord-est du département peu concerné jusqu'alors.

84La mise en valeur de cet équipement muséographique d'archéologie industrielle a été confiée au conservateur départemental des musées. Celui-ci a également obtenu la responsabilité scientifique et administrative du musée départemental de la poupée et du jouet ancien, ouvert à Nontron en 1987. Quant à la collection muséographique du château de Bourdeilles, au musée du pèlerinage de l'abbaye de Cadouin et au fac-similé de Lascaux, propriétés du département, leur gérance étant confiée à la régie du tourisme, ils ont échappé au contrôle du conservateur départemental.

85Dans la deuxième moitié de la décennie quatre-vingt, le Conseil général, sous la présidence de B. Bioulac, a fait le choix d'un thème privilégié guidant ses interventions en matière de patrimoine : l'émergence du phénomène industriel dans la société rurale depuis le xixe siècle. G. Fayolle a modifié ce choix, entre 1992 et 1994, au profit d'un soutien à plusieurs projets destinés à créer un réseau polyscénique du patrimoine périgourdin.

86Pour cela, il a lancé d'autres actions novatrices : les journées "jardins en Périgord", en collaboration avec le caue, tandis qu'il menait une politique interdépartementale avec le Lot-et-Garonne de restauration de bastides, pour un montant de 1,8 million de francs.

87En conclusion, force est de constater que le patrimoine, qu'il soit traité au sein du service culturel du Conseil général ou inclus dans des conventions de développement culturel, a été partie prenante d'une politique culturelle plus globale. Le département a, d'autre part, mené une série d'actions dans les différents secteurs du patrimoine, sans pour autant choisir une ligne d'intervention définitive. Cependant, depuis 1982, le rôle du patrimoine a évolué de manière sensible. D'un simple volet de la politique culturelle, il a, petit à petit, été perçu par l'ensemble des élus départementaux comme un véritable enjeu économique.

B. Le patrimoine : un enjeu économique à travers le tourisme culturel

88Le patrimoine a été considéré comme un enjeu économique dans la mesure où il est resté, jusqu'à présent, le pilier d'une activité touristique basée sur la qualité et jouant la carte de l'identité départementale. Le service départemental du tourisme a tenté d'attirer les touristes en axant ses campagnes de promotion du Périgord sur le patrimoine.

89Ce choix a fait du tourisme un secteur économique primordial dans le département. Son bilan de l'année 1993 faisait état de la présence d'1,5 million de touristes, d'un chiffre d'affaire s'élevant à 2,3 milliards de francs et représentant 20 % du chiffre d'affaire de l'ensemble des activités économiques départementales.

1. Le rôle du comité départemental du tourisme

90Le comité départemental du tourisme, contrôlé par le Conseil général par l'intermédiaire des 12 conseillers généraux présents au sein de son comité directeur, a pour mission d'attirer les touristes, créateurs d'une véritable dynamique économique, par l'information et la promotion du patrimoine périgourdin.

91Déjà lors de la première convention de développement culturel signée en 1983, le département lui confiait la réalisation de circuits touristiques à support patrimonial :

  • le circuit des châteaux Renaissance dans le Périgord vert ;
  • le circuit des églises romanes à coupoles dans le Ribéracois ;
  • le circuit des bastides dans le Périgord pourpre ;
  • le circuit préhistorique dans le Périgord noir.

92Ces circuits sont axés sur une division touristique du département correspondant à des réalités géographiques et historiques : au nord, le Périgord vert et sa couverture forestière, au centre, le Perigord blanc et ses plateaux calcaires, au sud-est, le Périgord noir et au sud-ouest, le Périgord pourpre, pays des vignes et du tabac.

93Pour assurer une bonne circulation touristique vers ces sites et monuments, le Conseil général a mis en place, en 1985, une nouvelle signalisation routière du patrimoine départemental. Elle est reconnaissable à ses panneaux de couleur marron portant le nom du monument ou du site en caractères majuscules italiques et un idéogramme dans le talon de la flèche directionnelle. Elle a été effectuée, en collaboration avec la Direction départementale de l'équipement, sur la base de pôles culturels classés en fonction de leur intérêt touristique. De cette manière, Lascaux II et les Eyzies ont bénéficié d'une zone de jalonnement du site dans un rayon de 70 kilomètres, alors que les châteaux de Biron, Bourdeilles et Hautefort l'ont été dans un rayon de 15 kilomètres.

94D'autre part, le comité a édité de nombreux dépliants sur le patrimoine. Il s'est appuyé sur la diffusion d'affiches à thème patrimonial, comme celle tirée à 5 000 exemplaires, en l984, sur Lascaux II, puis rééditée régulièrement par la suite, pour assurer la promotion touristique du Périgord.

2. Le rôle de la régie départementale du tourisme

95La gestion des monuments historiques et des sites dont le département est propriétaire (l'abbaye de Cadouin qui reçoit en moyenne 30 000 visiteurs par an, les châteaux de Biron et de Bourdeilles, respectivement 45 000 et 50 000 visiteurs par an), le fac-similé de Lascaux, a été dévolue à la régie du tourisme, établissement public à caractère industriel et commercial.

96Lascaux II, dont le département propriétaire depuis 1978 avait confié la maîtrise d'ouvrage déléguée et l'exploitation à la régie par convention du 3 mars 1980, est incontestablement le fleuron du service touristique. Le fac-similé a ouvert ses portes en juillet 1983, vingt ans après la fermeture de la grotte ornée décidée par André Malraux. Relevant d'une double gageure artistique et gestionnaire, il a rencontré un formidable succès. En effet, il a accueilli depuis plus de trois millions de visiteurs, avec une moyenne de 350 000 personnes par an, ce qui en fait l'un des lieux les plus visités de France, en dehors des monuments de la région parisienne.

  • 7 RICHARD D. Lascaux et son double, Sud Ouest, 11 septembre 1990.

97Par ailleurs, Lascaux II a eu de multiples incidences économiques sur le département. Si le chiffre d'affaire du fac-similé s'élève à 8 millions de francs, celui-ci a dégagé, de plus, 100 millions d'équivalents-publicité depuis 1983, de telle sorte que l'on peut parler d'un véritable "big-bang" médiatique orchestré autour du site. De par son image spécifique "Périgord", il joue un rôle de locomotive. Le département a ainsi reproduit au-dessus de la légende "Dordogne-Périgord, le pays de l'Homme" le grand taureau de Lascaux pour constituer le logo symbole de son identité, durant les années quatre-vingt. Enfin, le fac-similé est à l'origine de la création et de l'extension d'une douzaine d'hôtels, d'une demi-douzaine de campings alors que trois villages de vacance et une quarantaine de gîtes ruraux sont nés dans son sillage7.

98Encouragé par la formidable réussite de Lascaux II, le président Bioulac a, d'autre part, lancé en 1989 un nouveau projet alliant patrimoine et tourisme, soutenu en cela par Olivier Stirn, ministre du Tourisme. Il s'agissait de créer un vaste parc de loisirs, le "préhistoland" sur le thème de la préhistoire, résultant d'une volonté rigueur scientifique et de contenu culturel accompagné d'une dimension ludique.

99Mais devant l'ampleur du coût financier, la nouvelle majorité de droite a décidé d'enterrer le projet, à partir de 1992.

100Le riche patrimoine historique de la Dordogne a donc été à bien des égards, mis au service de l'industrie touristique. Lorsqu'il s'est agi d'animer les monuments et les sites du département, la mission a été à nouveau dévolue à la régie du tourisme. Celle-ci a ainsi organisé l'exposition sur "le cubisme à Prague" au château Biron, en 1991, de même que l'exposition sur "Talleyrand-Périgord" au château de Bourdeilles, en 1989. Mais d'autres animations telles que le spectacle pyrotechnique " évolution-Révolution" projeté sur la falaise des Eyzies, en 1989, ou bien la célébration annuelle de la félibrée qui mêle identité occitane et folklore, n'ont été financées par le Conseil général que dans le souci d'assurer des divertissements de qualité aux touristes. L'opération "ciné-sites" qui propose, chaque année, la projection de films dans des cadres architecturaux ou naturels exceptionnels est également issue de cette optique, de même que certains festivals de musique dont les représentations ont lieu dans les châteaux et abbayes du département.

101La vocation touristique de l'animation des monuments historiques est mise en relief par son caractère saisonnier, la majorité de ces animations se déroulant durant la période estivale.

102Le patrimoine a donc été détourné de son objectif initial de telle sorte que sa mise en valeur n'est plus apparue comme une fin en soi mais bien comme un élément d'une stratégie économique. C'est pourquoi la gestion et l'animation du patrimoine sont assurées, non pas par les services culturels du Conseil général, mais par le service départemental du tourisme.

CONCLUSION

103Parmi les acteurs de la vie économique périgourdine, le Conseil général a émergé en tant que gestionnaire public qui, grâce à la mise en place d'une technostructure, s'est transformé en lieu décisionnel permettant l'application d'une série de mesures en matière de patrimoine. On serait donc tenté d'affirmer que le Conseil général a défini, depuis 1982, un véritable axe du patrimoine au sein d'une politique culturelle plus globale. Cependant, comme le souligne Yvon Lamy, "la sphère culturelle tend à rejoindre la sphère de l'économie au sein d'une visée commune". En effet, le patrimoine est le moyen d'affirmer une identité conforme à la réalité socio-économique environnante et de créer une dynamique économique. C'est pourquoi les services départementaux du tourisme se sont substitués à ceux de la culture pour façonner l'image identitaire du département. Seul le projet concernant le patrimoine ethnologique, confié au conservateur et à l'archéologue départemental, a ébranlé le monopole qu'exerce la régie du tourisme sur le patrimoine périgourdin. Il est donc nécessaire de définir une ligne de partage entre les deux structures pour la valorisation et l'exploitation du patrimoine.

104Une solution est peut-être sur le point de se dessiner compte tenu des dernières évolutions. En effet, la régie départementale du tourisme a accepté d'ouvrir les sites et monuments en période hivernale, de manière à assurer une gestion non plus destinée au seul tourisme d'été. Les services culturels, conservateur départemental en tête, ont, de leur côté, l'intention de se préoccuper davantage de l'aspect pédagogique du patrimoine. La réception de classes du patrimoine de plus en plus nombreuses et le projet de création d'un atelier de restauration du mobilier historique découlent de cette volonté.

105Cette répartition des tâches, si elle se précise, éviterait certainement la dérive qu'a connu la politique du patrimoine ces dernières années, dans la mesure où le Conseil général s'est servi de ce domaine plutôt qu'il ne s'est mis à son service. La Dordogne, département à vocation touristique, tirant de cette activité des recettes importantes, a transformé les "lieux de mémoire" en "lieux de visite". Les monuments historiques et les sites du département ont été progressivement perçus comme de vastes parcs de loisirs.

106Cette constatation tendrait à expliquer pourquoi, malgré la décentralisation, le département ne possède qu'une faible autonomie vis-à-vis de l'État. Même si l'on énumère les carences de la décentralisation qui n'a pas résolu l'absence de relais départemental de la direction nationale du patrimoine, la multiplication des intermédiaires dans ce domaine ou au contraire la trop grande centralisation de l'archéologie, l'État reste, cependant, le garant indispensable de la qualité et l'impulseur de nouvelles initiatives.

LE PATRIMOINE DANS LES DÉPENSES CULTURELLES DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LA DORDOGNE

1981

% budget culturel total

% budget culturel en capital

% budget culturel courant

1. Monuments historiques

73,5

87,4

57,3

2. Archives

9,0

2,4

17,0

3. Fouilles

0,2

---

0,3

4. Architecture

0,1

0,2

---

5. Musées

0,1

---

0,2

TOTAL

83,1

90,0

74,8

1984

1. Monuments historiques

46,0

57,2

36,1

2. Archives

8,1

3,6

12,0

3. Sciences, technique, ethnologie

1,9

2,7

1,3

4. Architecture

1,9

0,1

3,4

5. Fouilles

0,6

---

1,2

TOTAL

58,5

63,6

54,0

1987

1. Monuments historiques

32,8

65,0

1,0

2. Fouilles

5,6

7,1

4,2

3. Architecture

9,2

9,7

0,8

4. Archives

6,0

3,2

---

5. Sciences

3,6

2,3

---

TOTAL

57,2

87,3

5,1

1990

1. Monuments historiques

12,8

21,0

1,0

2. Fouilles

2,5

3,0

1,5

3. Architecture

2,8

---

---

4. Archives

41,6

65,1

6,1

5. Sciences

2,1

---

---

TOTAL

61,8

89,1

8,6

Source : monographies des dépenses culturelles du département de la Dordogne (documents de référence : comptes administratifs), département des études et de la prospective du ministère de la Culture.

Notes

1 QUERRIEN Max. Rapport pour une politique d'ensemble du patrimoine. Paris : Ministère de la Culture, 1982.

2 Annuaire des musées et collections muséographiques de la Dordogne. Dossiers no 11 du CIDDCA. Bordeaux, 1986.

3 Voir rapport d'activité de la drac en Dordogne, 1993.

4 La mission identitaire de G. Fayolle. Sud Ouest, 12.09.94.

5 Cf. Annexe II : Le patrimoine dans les dépenses culturelles du Conseil général de la Dordogne (1981-1990).

6 REGOURD Serge. Décentralisation, culture et communication, in : Décentralisation, bilan et perspectives, A.J.D.A. no spécial, 1992.

7 RICHARD D. Lascaux et son double, Sud Ouest, 11 septembre 1990.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search