Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. Les images du patrimoine, la représentation et l'exploitation du patrimoine

Chapitre 1. Les politiques patrimoniales des municipalités d'aquitaine

Anne Delarbre

Texte intégral

introduction

1Par l'effet de la décentralisation, les collectivités locales sont conduites vers de nouvelles pratiques, particulièrement celle de concevoir une politique publique locale. C'est un apprentissage. Il faut élaborer par soi-même et porter un nouveau regard sur ce qui existe. D'où la nécessité d'avoir une perspective d'ensemble du développement économique et culturel local.

2Ces politiques publiques induisent également une nouvelle façon de faire la politique : le partenariat. Ce partenariat s'exerce au niveau du département et de la région et au niveau de l'État, et il s'ouvre également au secteur privé, qu'il s'agisse des associations ou des forces vives de la société, telles que les entreprises.

3Depuis l'"Année européenne du patrimoine" en 1975, suivie en 1980 de l'"Année nationale du patrimoine" et de la création cette même année d'une Direction du Patrimoine au ministère de la Culture, on assiste aux prémices d'une prise de conscience publique concernant la sauvegarde du patrimoine bâti ou culturel. À la période d'expansion économique au cours de laquelle le bâti ancien et les objets culturels ont été souvent détruits pour laisser place au rentable, a succédé une période de crise pour laquelle, à défaut d'autres moyens, le patrimoine est devenu un bien à exploiter, donc un bien producteur de richesses.

4Si la municipalité de Bordeaux, vue l'exceptionnelle qualité architecturale de la ville, s'est préoccupée depuis longtemps de la sauvegarde de son patrimoine et en a fait un élément de sa politique promotionnelle, il faut saisir l'émergence et la réalisation des politiques patrimoniales dans les villes moyennes et les petites villes qui constituent l'essentiel du tissu communal aquitain.

5Nous avons fait choix de seize villes dans les cinq départements : 5 villes moyennes de plus de 10 000 habitants, 3 petites villes de plus de 2 500 habitants et 8 villages dont la population est inférieure à 2 500 habitants.

Panel des communes d'Aquitaine

DEPARTEMENT

VILLE MOYENNE

PETITE VILLE

VILLAGE

Dordogne

Bergerac (27 886)

Couze (785)

Gironde

Blanquefort (13 697)
Gradignan (22 115)
Mérignac (58 685)

La Réole (4 360)
Lesparre (4 730)

Saint-Macaire (1 549)

Landes

Amou (1 492)
Brassempouy (279)
Montfort-en-Chalosse (1 126)

Lot-et-Garonne

Monflanquin (2 461)

Pyrénées-Atlantiques

Saint-Jean-de-Luz (13 181)

Mauléon (3 793)

Lourdios (176)
Navarrenx (1 110)

Entre parenthèses, le nombre d'habitants au recensement de 1990

6Nous nous sommes attachés plus précisément aux petites, voire très petites communes, car, le monde rural subissant avec plus de rigueur la crise économique, il importe d'appréhender les stratégies adoptées pour lutter contre une mort annoncée et pour préserver une identité et une image dévalorisées.

7Ce souci identitaire nous a conduits à nous intéresser de façon plus précise aux trois communautés qui revendiquent avec plus ou moins de force la conservation de leur identité : les Basques (Saint-Jean-de-Luz et Mauléon), les Béarnais (Navarrenx et Lourdios) et les Chalossais (Montfort-en-Chalosse, Amou, Brassempouy).

8Puisque le Conseil Régional a entrepris la mise en valeur des bastides d'Aquitaine, nous avons aussi voulu voir comment les municipalités concernées ont entrepris la mise en pratique de ce programme (Monflanquin, Navarrenx).

9Les régions touristiques de la Dordogne et les régions viticoles du Bordelais n'échappent pas pour autant à la crise. Les municipalités de Bergerac, Couze, La Réole, Lesparre et Saint-Macaire donneront leur mode d'utilisation de leur patrimoine en réponse à une situation difficile.

10Enfin, les communes de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB), considérées le plus souvent comme étant dans l'orbite de Bordeaux, récusent cette mainmise et prétendent développer des politiques autonomes. Nous avons enquêté à Blanquefort, Gradignan et Mérignac, qui se targue en particulier d'être la deuxième ville de la Gironde et qui, à ce titre, refuse d'autant plus toute assimilation.

11Les entretiens ont été réalisés en 1992 auprès de huit maires (Couze, La Réole, Lourdios, Mauléon, Monflanquin, Navarrenx, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Macaire) assistés pour quatre d'entre eux (La Réole, Lourdios, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Macaire) d'un ou plusieurs adjoints chargés des questions culturelles, de trois adjoints au maire (Lesparre, Mérignac, Montfort-en-Chalosse) chargés de la culture ou à l'origine de la politique patrimoniale (Montfort-en-Chalosse), de trois responsables d'associations ayant un rôle moteur (Amou, Blanquefort, Brassempouy), d'un responsable de services techniques (Bergerac) et d'un responsable administratif (Gradignan).

12Afin de connaître la façon dont les maires utilisent le patrimoine pour conforter l'image de leur commune et leur propre image, nous évaluerons la conception et la mise en œuvre des politiques locales patrimoniales. Mais auparavant, nous étudierons la genèse de ces politiques et la forme que prend dans chaque commune le paysage patrimonial.

A. Genese de la politique locale patrimoniale

1. Naissance de l'intérêt

13Rares sont les maires qui ne datent pas de leur élection ou du cours de leur propre mandat la prise en compte du patrimoine de leur localité.

14C'est ainsi que sont citées les années 1971 (Blanquefort), 1977 (Gradignan), 1983 (Couze, Monflanquin). Les maires implantés depuis longtemps font une évaluation approximative de l'origine de cet intérêt en fonction de leur longévité d'élu : depuis dix ans (Navarrenx, Mauléon), depuis vingt ans (Bergerac, Mérignac, Montfort-en-Chalosse).

15À Saint-Jean-de-Luz, on présente comme une évidence le fait que tous les maires ont eu cette préoccupation, étant donné la richesse du patrimoine bâti de la ville, mais on insiste sur l'émergence récente d'une sensibilisation accrue.

16La municipalité de La Réole fait exception, qui déclare continuer une entreprise de longue date.

17Si le maire de Saint-Macaire, élu en 1983, fait remonter à 1965 l'intérêt de sa ville pour le patrimoine, c'est-à-dire l'année où elle a été protégée par les Monuments historiques, il précise aussi qu'il a été le président de l'Association de sauvegarde du patrimoine créée à ce moment là.

18Les communes pour lesquelles la naissance de l'intérêt pour le patrimoine est indépendante d'une échéance électorale sont de petites communes pour lesquelles le rôle déterminant d'une ou plusieurs personnes ou d'un événement, n'est pas gommé au bénéfice de l'élu. C'est ainsi qu'à Amou, l'association "Les amis d'Amou" a fait ses preuves avant de devenir l'association culturelle de la mairie, qu'à Brassempouy, l'émission en 1976 d'un timbre sur la figure préhistorique "La dame à la capuche" a été à l'origine d'un mécénat externe à la commune, et qu'à Lourdios, la réouverture en 1980 des sentiers de grande randonnée a déclenché une initiative qui a présidé à la naissance de l'écomusée.

2. L'initiateur

a. Le maire et les sollicitations externes

19Il ne faut pas s'étonner qu'hormis ces trois communes, il y ait peu de municipalités pour lesquelles le maire n'est pas présenté comme le promoteur de la politique patrimoniale, aidé ou non par son conseil municipal. L'influence de personnages dynamiques ou d'associations peut être reconnue avec plus ou moins d'insistance, mais le rôle du maire est mis en valeur.

20Son intérêt pour la promotion du patrimoine de sa ville au profit de ses administrés est attribué à son propre goût et à sa personnalité, ou à son aptitude à saisir des occasions et à profiter des événements.

21Le maire de Bergerac mène une politique très personnelle. C'est un homme d'action, issu professionnellement des Travaux Publics. Cette conjugaison fait de lui un bâtisseur, qui s'est attaché, dès son élection, à la rénovation des vieux quartiers.

22L'origine professionnelle du maire n'est pas sans importance si l'on en juge d'après l'intérêt que porte le maire — architecte — de Saint-Macaire à la rénovation de sa ville. Mais contrairement à son homologue bergeracois, il n'agit pas seul, puisqu'il a été à l'origine d'une association de sauvegarde du patrimoine. Il n'est pas indifférent non plus de savoir qu'il a répondu à notre enquête entouré d'une partie de son conseil municipal.

23Le conseil municipal est également associé aux décisions du maire, à Blanquefort et à Gradignan.

24Quant au maire de Monflanquin, s'il déclare avoir décidé la mise en valeur de la bastide après avoir sollicité des conseils divers et avoir réalisé un certain nombre de visites, il précise qu'il est ingénieur en agriculture et qu'il s'est occupé à ce titre de développement rural. C'est dans cette optique qu'il en est venu à la prise en compte du patrimoine de sa commune.

25Si l'initiative du maire de Monflanquin est antérieure au projet du Conseil Régional concernant la mise en valeur des bastides d'Aquitaine, d'autres maires ont su profiter de l'occasion qui leur était offerte d'obtenir un financement. C'est le cas de Navarrenx, qui avait entrepris depuis une dizaine d'années la rénovation des remparts, et qui a été une des deux bastides des Pyrénées-Atlantiques sélectionnés par le Conseil Régional, pour son programme de restauration du bâtiment de l'Arsenal.

26C'est aussi à l'occasion des contrats de pays que certaines communes ont mené une réflexion les conduisant à considérer leur patrimoine comme objet de développement.

27A Couze, par exemple, on a pris conscience du délabrement du patrimoine immobilier et on a décidé la rénovation des moulins papetiers.

28Mauléon, qui avait été choisie pour être le lieu d'une expérimentation concernant les bourgs centres d'un petit pays pour dégager des axes d'intervention pour le tourisme, le logement et le fonctionnement urbain, a mené une réflexion à l'origine de plusieurs initiatives, telles que la création d'un musée, d'une maison du patrimoine et la rénovation de l'habitat. Elle s'est également insérée dans un programme européen finançant des projets innovants, culturels et économiques, dans le canton, en présentant entre autres un projet pour la maison du patrimoine.

29Il faut enfin noter que les sollicitations externes ne sont pas seulement d'ordre économique, dans la mesure où l'État, la Région et le Département interviennent lorsque certains bâtiments sont inscrits à l'Inventaire des Monuments Historiques.

b. Initiatives communales

30Bien que les maires, dans leur grande majorité, mettent en avant la prééminence de leur initiative personnelle, ils font cependant valoir le rôle moteur de certaines personnes ou de certaines associations dans la prise de conscience de l'utilité du patrimoine. Il en est peu qui, comme le maire de Bergerac, ne considèrent les associations culturelles que comme une force de critique, ou qui ne leur concèdent qu'un rôle d'appoint, dans le tourisme par exemple, comme à Saint-Jean-de-Luz.

Initiatives individuelles

31La plupart des personnes qui sont à l'origine de la politique patrimoniale d'une municipalité ont été des précurseurs et se sont préoccupées depuis longtemps de la sauvegarde d'un patrimoine, soit qu'elles aient eu conscience avant tout le monde de son importance en tant que tel, soit qu'elles aient été mues par un intérêt personnel. Ces personnes renforcent leur action en créant des associations, ou bien, associées directement au maire mènent à bien leur projet, comme à Montfort-en-Chalosse.

32À Mérignac, un enseignant, qualifié de "pionnier", a attiré l'attention sur l'état de délabrement de la Maison Carrée d'Arlac. Pendant dix ans, il a effectué avec des bénévoles des fouilles dans la vieille église, qui ont permis de mettre à jour de nombreux objets datant des époques gallo-romaine et médiévale. Des établissements scolaires ont participé aussi à ces fouilles. Dix ans après sa première intervention, il a créé l'"Association mérignacaise pour la conservation du patrimoine". La municipalité agit comme un relais dans les diverses initiatives de cette personne.

33Un ancien professeur prospecte la région de Mauléon depuis soixante ans et possède une collection de vestiges préhistoriques de grande valeur qu'il a léguée à quatre organismes locaux, parmi lesquels la commune de Mauléon. Comme la municipalité souhaite garder cette collection en Soule, une place lui a été réservée dans la Maison du Patrimoine.

34Si le maire de Couze s'est impliqué en personne dans la sauvegarde des moulins papetiers et a créé une association pour leur conservation, c'est qu'il a été convaincu de leur intérêt par une personne n'habitant pas la commune, dont les parents étaient ouvriers papetiers à l'époque où les moulins étaient en activité.

35Ce sont deux Landais, n'habitant pas non plus la commune, venus à Brassempouy pour l'émission d'un timbre représentant "la dame à la capuche" (première représentation humaine préhistorique trouvée dans le site archéologique de Brassempouy) qui sont à l'origine du projet archéologique actuel. Ils ont acheté et donné à la commune un château destiné à recevoir les objets trouvés lors des fouilles et ont intéressé le Conservateur en chef du musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain en Laye, également Inspecteur général des Monuments historiques, qui a installé sur le site une école nationale de fouilles. L'association "Les amis de Brassempouy", créée sur la lancée, se propose de défendre le patrimoine préhistorique et historique de la commune et de promouvoir sa mise en valeur.

36En Chalosse également, à Montfort, c'est un ancien instituteur agricole, maintenant adjoint au maire, qui est à l'origine du Musée de la Chalosse. Dès 1963, il a constitué une petite collection d'outils en voie de disparition, et il a intéressé à cette quête les instituteurs de la région. Après avoir réuni un millier d'éléments (outils, livres) il a pensé constituer un musée, initiative soutenue dès le départ par le maire, instituteur lui-même.

Initiatives associatives

37Le rôle initiateur n'est pas toujours dévolu à un seul individu. Une association peut également déclencher un intérêt pour le patrimoine, qui n'aurait pas été perçu, ou qui n'aurait pas donné lieu à une réalisation d'envergure.

38"Les amis d'Amou", association créée en 1978 et ne comptant qu'une dizaine d'adhérents mus par le désir de conserver un sens à la mémoire locale, s'est imposée par son dynamisme et son aptitude à fédérer les bonnes volontés.

39Elle s'est progressivement insérée dans les activités municipales et, soutenue par le maire, elle est devenue l'association culturelle de la mairie.

40Le petit village de Lourdios n'aurait pas eu d'écomusée si une association, qui s'occupe également d'insertion sociale et dont la présidente est également adjointe au maire, n'avait pas ouvert des sentiers de grande randonnée. Contactés, le président du sivom (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) et les maires du canton se sont joints à la visite de divers écomusées. Après qu'une ethnologue de Pau ait fait l'inventaire du patrimoine de la commune, l'écomusée a trouvé un début de réalisation à Lourdios, le maire soutenant activement le projet.

41Toutes les associations s'intéressant au patrimoine ne sont cependant pas à l'origine de la politique patrimoniale des municipalités. Elles n'ont pourtant pas un rôle négligeable, elles sont souvent reconnues, encouragées et aidées financièrement. C'est le cas à Blanquefort, où le "Groupe d'archéologie et d'histoire" étudie le patrimoine historique de la commune, à La Réole, où la fédération des associations organise des manifestations soutenues par la municipalité, et à Navarrenx, où le "Cercle historique des amis des remparts" réfléchit à l'aménagement du musée, se charge de la collecte des objets anciens et donne des avis au conseil municipal.

42La bienveillance des maires envers les associations se traduit le plus souvent par la présence au sein du conseil municipal d'adhérents ou même du président de ces associations, l'antériorité de la présence dans l'une ou l'autre de ces instances étant variable. L'influence des associations est à son comble lorsque le maire lui-même est ou a été créateur d'une association de sauvegarde du patrimoine, comme nous l'avons déjà noté pour Saint-Macaire, et comme il faut le signaler pour Couze, même si le maire prend soin de préciser que l'association n'est pas une association municipale.

43Que la politique patrimoniale ait pour origine une décision du maire, une initiative communale ou une sollicitation externe n'est sans doute pas sans influence sur la forme que revêt le paysage patrimonial d'une commune, mais d'autres facteurs entrent en jeu, notamment dans la façon dont est mis en valeur l'élément choisi.

B. Forme du paysage patrimonial

1. Éléments mis en valeur

44Il est des patrimoines architecturaux qui s'imposent comme une évidence, même s'ils n'ont pas reçu la reconnaissance des Monuments historiques, en raison de leur masse, de leur unité et de leur ancienneté. C'est le cas du cœur des cités, dénommé généralement "vieille ville", ou même de villes tout entières comme les bastides.

45Le temps n'est plus où la vétusté et l'insalubrité des bâtiments conduisait à la démolition. Les bâtiments anciens ne sont mis à bas qu'en état de délabrement avancé, et ils sont reconstruits, sinon à l'identique, du moins en harmonie avec les bâtiments voisins, comme à Bergerac, pour préserver l'unité du quartier ancien.

46Tant à Bergerac qu'à Saint-Macaire, la municipalité achète les maisons abandonnées, les réhabilite et les dote de tout le confort moderne afin qu'elles présentent un attrait pour la population.

47Le classement de La Réole "Village ancien", obtenu grâce aux efforts de la mairie, par les possibilités de financement induites a permis aux propriétaires privés de restaurer les maisons anciennes leur appartenant. Des ensembles cohérents sont ainsi mis en valeur, et certains bâtiments de grande envergure sont réhabilités par les municipalités, à l'usage de leurs administrés ou pour une mise en valeur touristique.

48À Saint-Macaire, par exemple, le Prieuré est devenu un petit centre culturel, et à Bergerac, le musée du tabac a été installé dans une superbe maison du xviie siècle.

49Parfois, la ville dans son ensemble présente un caractère historique. C'est le cas des bastides, auxquelles les municipalités tentent de redonner un caractère originel estompé par des destructions ou des adjonctions malheureuses.

50À Monflanquin, la mairie a acheté une trentaine de maisons, les a réhabilitées en les dotant de confort, a détruit des constructions disgracieuses et a réouvert des petites rues moyenâgeuses ; un des tronçons était fermé depuis trois cents ans.

51À Navarrenx, la municipalité rénove les remparts ainsi que le bâtiment de l'Arsenal, qui servira de musée, de lieu d'exposition et d'animation.

52Il ne faut souvent pas beaucoup d'imagination pour décider des éléments à sauvegarder, dès lors qu'on a la volonté de mener une politique patrimoniale. L'inventaire des châteaux, églises et monuments anciens de la commune fournit une base amplement suffisante. Mais il est intéressant de s'attacher à la destination que les municipalités réservent à ces bâtiments restaurés. Le but n'est pas de se substituer aux Monuments Historiques et de sauvegarder le bien pour son seul intérêt historique ou architectural, mais de faire profiter la population d'une rénovation à laquelle elle participe de toute façon. L'éventail des bénéficiaires est large.

53À Blanquefort, la forteresse médiévale, monument historique, sert de lieu d'animation pédagogique pour enseignants, et de lieu de spectacles. Deux églises accueillent des groupes vocaux et des orchestres.

54Un château, siège de diverses associations, est pourvu d'un parc servant de complexe sportif et de centre de loisir à l'usage des promeneurs, des écologistes, des pêcheurs et des coureurs à pied. Le domaine d'un château est exploité par un lycée agricole et viticole, les bâtiments étant remis en état en partie par la municipalité. Un autre château enfin abrite un institut médico-pédagogique.

55Mérignac possède deux monuments historiques, la Tour de Veyrines et la Maison Carrée d'Arlac, mais la deuxième seulement est la propriété de la commune. Elle est en cours de restauration, mais aucune décision n'a encore été prise quant à son utilisation future. Le devenir de la Tour, site archéologique, est plus aléatoire, son achat n'ayant pas encore été décidé par la municipalité. La vieille église a été transformée en centre culturel, un château abrite maintenant la mairie, un autre château, un collège et un iufm (Institut Universitaire de Formation des Maîtres), et une chartreuse a été transformée en bibliothèque pour enfants.

56Dans le Prieuré de Cayac, ancien hôpital de Saint-Jacques de Compostelle, monument historique de Gradignan, a été ouvert un centre d'hébergement et de restauration pour les pèlerins, un musée et une bibliothèque réunissant de la documentation sur le pèlerinage ; là se trouve aussi le siège d'une association d'échange avec le Portugal. L'église adjointe sert de lieu d'exposition. Les nombreux châteaux de la commune, outre la mairie, abritent une école de musique, un centre aéré, un club du 3ème âge, une maison des jeunes et de la culture, un foyer-restaurant pour personnes âgées et des locaux commerciaux-relais.

57La ville de Lesparre possède aussi son monument historique, le Donjon, dont un spectacle "son et lumière" fait revivre l'histoire ; il sert également de musée archéologique et ethnologique.

58La commune restaure également deux bâtiments du xixe siècle : les plus anciens abattoirs municipaux du Médoc, qui serviront de salle des fêtes, dont la cour intérieure a révélé une acoustique de grande qualité qui la rend apte aux représentations musicales ; le Palais de justice, dont une des ailes servira de salle d'activités pour les personnes âgées.

59Le château fort de Mauléon est en cours de restauration et n'a pas encore reçu d'affectation particulière, mais la Maison du patrimoine, en revanche, est à usages multiples : office de tourisme, évocation historique de la pastorale souletine, lieu d'exposition, siège d'associations, dépôt de collection archéologique, archivage. Située dans les locaux de l'ancienne mairie, elle a été rénovée, de même que sont rénovées les façades voisines de sorte qu'elles présentent une unité architecturale.

60Autant la conservation des monuments et de l'habitat est devenue une pratique courante, sinon aisée, autant il est plus rare de se préoccuper du patrimoine industriel, surtout dans une région de tradition industrielle peu marquée. Pourtant, parmi les communes auprès desquelles nous avons enquêté, deux ont cette préoccupation, contingente pour la première et essentielle pour la seconde : Mauléon réserve un local industriel désaffecté pour l'exposition de machines résumant l'évolution de la fabrication de l'espadrille, et Couze a remis en état de fonctionnement un moulin papetier, avec fabrication de papier tous les après-midi, devant des visiteurs sur demande.

61Dans le domaine artisanal, il faut signaler la réactivation de la poterie de Gradignan, datant du ixie siècle, qui avait abandonné toute activité depuis une quarantaine d'années.

62Aux soucis nouveaux concernant l'écologie et la protection de l'environnement correspond le désir de conservation du patrimoine naturel.

63C'est ainsi qu'à Gradignan on aménage les berges d'une rivière, avec ses moulins et lavoirs, et qu'à Bergerac on se propose de poursuivre l'aménagement des berges de la Dordogne.

64Encore que la dénomination de patrimoine rural soit peut-être plus adéquate, il convient de signaler la conservation d'un vignoble de vin de Graves à Gradignan.

65L'Écomusée de la vallée d'Aspe dont la première partie est entrée en fonctionnement à Lourdios, conjugue conservation du patrimoine bâti et du patrimoine naturel. Malgré la présence d'un musée et l'évocation de la vie pastorale passée, l'accent est mis sur le présent, avec la découverte du village et des fermes le long d'un sentier balisé.

66La conservation du patrimoine immatériel que constitue la mémoire n'en donne pas moins lieu à réalisations.

67Au Musée de la Chalosse, à Montfort, on ne se contente pas de montrer des bâtiments, un jardin, un mobilier, des outils, mais on conserve également le souvenir des métiers, des savoir-faire et de la langue par l'intermédiaire d'une médiathèque, de conférences, de démonstrations de travaux d'artisans et d'expositions comportant des diaporamas de scènes reconstituées. Des spectacles, musique et théâtre, sans rapport avec la mémoire chalossaise, ancrent le présent au passé par leur déroulement dans ce site.

68Avec plus de modestie, la commune d'Amou conserve sa mémoire et celle du canton en effectuant des recherches historiques et en publiant les résultats dans le Bulletin de la Société de Borda, en faisant des conférences, des expositions et en mettant à la disposition de tous, notamment des écoles, une documentation conservée dans les locaux de la mairie.

69À Brassempouy aussi on s'attache à conserver la mémoire de la commune. Un stock d'archives est en cours de constitution, et un double sera envoyé aux archives départementales. Mais si l'église, classée monument historique, attire un grand nombre de visiteurs, c'est le patrimoine archéologique de la commune qui fait l'objet d'un projet de grande ampleur. Il s'agit de recréer une ambiance préhistorique au moyen d'un circuit englobant le musée déjà existant et la grotte du Pape où travaillent les chercheurs.

70La mémoire enfin est mise en image de façon variée. Nous avons déjà fait état de certaines pratiques documentaires, auxquelles il faut ajouter l'archivage de Saint-Macaire, constitué d'articles de presse sur la ville, de photos parues dans Sud-Ouest et dans le Bulletin municipal et de vidéos sur des personnalités locales.

71À Blanquefort, ce n'est pas la municipalité, mais une association qui lui est très fortement liée, qui conserve d'anciennes photos de classe et de famille, des cartes postales anciennes de la commune, et des vidéos amateurs sur la vie de la commune, et qui édite des publications de recherches historiques.

72Le patrimoine médiatique de La Réole mérite une mention spéciale. Un journal politique, commercial et judiciaire de l'arrondissement de Langon, Le Réolais rend compte depuis le xixe siècle de la vie locale. Des événements réolais ou régionaux tels que processions, défilés, retour des prisonniers de guerre, ont été filmés par un cinéaste amateur depuis les années trente et les films sont conservés par sa famille. La municipalité s'efforce de préserver une salle de cinéma menacé de reconversion.

73On constate qu'en général, les municipalités s'en tiennent à la conservation d'un type de patrimoine, imposé la plupart du temps par ce dont ils disposent et qui a nécessité peu ou beaucoup de recherche, et qu'elles se dispersent peu. Seule la municipalité de Saint-Jean-de-Luz ne privilégie aucun type de patrimoine et dit conserver : la vieille ville, le port, l'activité maritime, la baie et les traditions culturelles. Cette protection tous azimuts a une cohérence dont nous rendrons compte.

2. Créations suscitées

74Le paysage patrimonial serait incomplet si l'on n'évoquait pas l'ensemble des créations suscitées par la volonté de mener une politique patrimoniale qui aille au-delà de la simple restauration de bâtiments. Nous avons déjà cité des musées et des espaces culturels, auxquels il faut ajouter quelques réalisations originales et l'organisation de fêtes ou de spectacles spécifiques.

75La municipalité de Monflanquin a eu l'idée d'installer deux appartements et deux ateliers pour accueillir tout au long de l'année des artistes français ou étrangers, "la villa Médicis d'une autre manière", plaisante le maire. En fin de séjour, les œuvres créées donnent lieu à une exposition.

76La Maison des arts et des vins de La Réole, bien que gérée actuellement par le syndicat d'initiative, était à l'origine une initiative municipale. Elle présente et vend des produits typiques du terroir et elle participe aux circuits proposés par le syndicat d'initiative en étant une étape de dégustation du patrimoine gastronomique. Ses caves sont louées à des viticulteurs et ses salles servent de lieu d'exposition.

77Le site archéologique de Brassempouy a été jugé suffisamment prometteur pour qu'y soit installée une école nationale de fouilles. Elle accueille environ cent cinquante personnes par an, dont les trois quarts sont étrangères. Pendant les fouilles, les visiteurs sont admis parcimonieusement. Il est prévu que tout objet de valeur découvert reviendra au musée, dès qu'il pourra assurer une surveillance suffisante.

78Bien que l'on ne puisse pas toujours parler de création, l'organisation des fêtes ne constitue pas moins un volet non négligeable des politiques patrimoniales. Elles servent à mettre en valeur le patrimoine de la ville, ou bien elles exaltent son histoire ou enfin elles renforcent ses traditions.

79Créée d'après une idée émise par une association bordelaise, la "Nuit du patrimoine" connaît un succès inégal. À Saint-Macaire est organisée une promenade aux flambeaux destinée à faire découvrir les parties non connues de la ville et à mettre en évidence les sites de réhabilitation privés. Elle se double d'évocations historiques, de saynètes, etc. Le succès de cette fête ayant attiré beaucoup de visiteurs à La Réole, les communes du canton se sont entendues pour l'organiser à tour de rôle. L'année dernière, la nuit était consacrée au bicentenaire de la mort d'un célèbre artisan ferronnier réolais et le thème prochain est déjà choisi : les fortifications.

80Dans le même esprit, la municipalité de Saint-Macaire fait une "Nuit du cinéma", avec la projection en plein air d'un film, organisée par le cinéma bordelais Jean Vigo. Cette manifestation n'est pas propre à Saint-Macaire, qui n'est qu'un des sites choisis pour les projections de films s'accordant à des lieux historiques, réalisées dans le cadre du festival d'été girondin.

81Dans ce même cadre, une pièce de théâtre sera représentée à La Réole dans un site historique, à la suite d'une "visite guidée" de la ville, avec saynète en différentes étapes. De plus, la municipalité organise une fête qui lui est propre : une journée "les peintres dans la rue", permet de découvrir des tableaux ayant pour modèle le patrimoine réolais.

82D'autres municipalités organisent des fêtes traditionnelles : à Blanquefort, la fête du cochon restitue un cérémonial immuable, et à Lesparre, la fête de la Rosière et la fête de l'agneau perpétuent des traditions qui remontent au Moyen Âge, même si la commune ne se les ait appropriées que depuis le début du siècle.

83Les fêtes d'envergure nationale peuvent aussi être utilisées pour attirer l'attention sur le patrimoine de la ville. Ainsi à Couze, où la "Fête de la musique" se déroule dans le site industriel papetier et met en valeur la restauration de l'ensemble des bâtiments, industriels et d'habitation.

84La fanfare de Gradignan n'a qu'une notoriété locale, mais son ancienneté, depuis 1877, la rend chère au cœur des administrés, et elle accompagne les différentes manifestations communales. Aussi est-elle sérieusement subventionnée par la municipalité.

85Si les fêtes basques à l'usage des estivants sont considérées comme du mauvais folklore par la municipalité de Saint-Jean-de-Luz, elles sont tolérées par nécessité touristique. Par contre, les associations culturelles organisant des spectacles reçoivent des subventions annuelles et ponctuelles, dans la mesure où elles donnent une véritable image de la culture basque.

86Les traditions basques sont également défendues avec vigueur à Mauléon, qui attire un nombre considérable de visiteurs pour les pastorales et les mascarades, évocations historiques en langue basque.

87Le paysage patrimonial est parlant. Les choix effectués donnent quelques indications sur les interlocuteurs privilégiés des municipalités et sur les buts poursuivis. Nous allons étudier en détail, ce qui sous-tend les politiques locales patrimoniales.

C. conception de la politique locale patrimoniale

1. Axes de cette politique

88Toute action municipale visant à satisfaire les administrés, les maires utilisent le patrimoine comme un des moyens à leur disposition. Il pourra être à usage interne pour assurer la cohésion des administrés, procurer un cadre de vie agréable ou raffermir une identité. Il pourra aussi être dirigé vers l'extérieur, dans un souci de développement économique bien nécessaire en ces temps de crise, et, étant donnée sa nature, il trouvera son application de façon quasi-générale dans le tourisme.

89Ces deux axes ne sont d'ailleurs pas exclusifs l'un de l'autre. Nous verrons que les deux soucis coexistent bien souvent, soit qu'une action à usage communal ait en même temps une incidence touristique, soit qu'une opération touristique soit un moyen d'exalter une spécificité présentée comme essentielle.

a. Quête identitaire

90Deux des trois communes de la CUB auprès desquelles nous avons enquêté se préoccupent d'unifier les habitants à travers le rappel et l'élaboration d'une histoire commune, et mettent avant tout l'accent sur leur volonté de créer un cadre de vie agréable pour la population.

91À Blanquefort en particulier, on essaie de marier l'industrialisation de la ville et une vie semi-rurale, ce qui suppose d'homogénéiser une population autochtone et des gens venus d'ailleurs, et d'établir un équilibre entre l'urbanisation nécessaire et la maîtrise, de l'environnement. À cet effet, la municipalité a créé une commission chargée des problèmes d'équipement, d'urbanisation et de patrimoine, qui s'occupe aussi des difficultés rencontrées dans les domaines de la voirie et de l'assainissement. Elle collabore avec des partenaires extérieurs tels que l'architecte communal, le responsable des Bâtiments de France et les membres de la commission diocésaine départementale. En essayant de concilier urbanisation, patrimoine et traditions et en mettant le patrimoine au service de la population, comme nous l'avons vu plus haut, la municipalité espère non seulement recevoir l'accord des administrés, mais aussi resserrer ses liens et faire aimer la ville.

92Dans un des bulletins municipaux de Gradignan, le maire affirme que depuis seize ans, la commune a essayé de faire en sorte que "toutes les racines de Gradignan soient sauvegardées, protégées, restaurées et réhabilitées". Pour mener à bien ce programme, la mairie possède un service "Environnement et patrimoine". Les nombreuses opérations que nous avons déjà citées, la mise à la disposition des administrés des bâtiments restaurés et la conservation d'espaces verts importants doivent concourir à offrir le "cadre de vie privilégié" dont il est fait mention.

93Avoir pour souci un cadre de vie agréable peut être un luxe. Il est des villes pour lesquelles la préoccupation première est simplement de maintenir la vie, et que cet objectif soit atteint par un embellissement est seulement heureux. Il est d'ailleurs symptomatique de voir formulé dans plus de la moitié des discours recueillis un désir essentiel de vivre, sous une forme atténuée ou une forme revendicatrice.

94À La Réole, la politique patrimoniale tend à "revivifier l'économie locale", et à Navarrenx, les réhabilitations entreprises permettront de "revitaliser le centre ville", en redonnant du tonus à l'activité économique et touristique.

95Pour "survivre", la commune de Mauléon a compris qu'il fallait améliorer le cadre de vie, conserver des équipements culturels en particulier, tels que cinéma et bibliothèque, afin de "maintenir un tissu vivant". Cela, pour fixer la population et être prêt à accueillir les gens qui voudraient éventuellement revenir au pays.

96Les maires de Saint-Macaire et de Monflanquin ont des points de vue semblables sur la restauration de leur ville. Le premier veut faire du patrimoine un objet quotidien, à l'usage de la population. L'achat par la municipalité de maisons abandonnées, leur réhabilitation et leur occupation par les résidents, présente le double avantage de rendre le patrimoine vivant et rentable, sans compter le sentiment de fierté qu'il engendre au sein de la population. L'objectif touristique est mineur, car un grand afflux de touristes n'aurait d'intérêt économique qu'avec une grande capacité d'hébergement dont la municipalité n'a pas les moyens.

97Pour le maire de Monflanquin, il s'agit de redonner aux gens le goût de vivre dans leur ville, d'y ramener la vie. Pour l'animer, la municipalité aide fortement la vie associative. Les maisons réhabilitées sont attribuées aux gens qui veulent s'établir, et non aux touristes, afin d'éviter d'avoir des maisons aux volets fermés dix mois sur douze. Ici également on joue sur deux tableaux : on incite la population à vivre dans une ville devenue agréable et on améliore l'intérêt touristique : "on veut que les gens de l'extérieur voient un vrai village vivre, on ne veut pas qu'ils viennent voir un musée mort". Toute activité touristique a un ancrage avec la vie villageoise. Par exemple, les ateliers d'artistes ont donné lieu à une démarche pédagogique auprès des enfants.

98L'essentiel est la revitalisation du village, le tourisme n'est qu'un moyen.

99Certaines communes cependant expriment avec plus de vigueur une quête identitaire.

100Face aux deux villes de la CUB dont nous avons parlé, préoccupées surtout de cadre de vie et d'ancrage historique, la ville de Mérignac a d'autres ambitions. La cohésion de ses administrés, elle la recherche pour assurer une identité mérignacaise vis-à-vis de Bordeaux : Mérignac n'est pas une banlieue, une ville-dortoir, c'est une ville qui vit, évolue et qui peut s'affranchir de l'influence de sa puissante voisine. Son statut de deuxième ville du département et son poids économique l'y autorisent. Il semble que le patrimoine soit plus un témoin de l'ancienneté de la ville qu'un élément recherché de dynamisme.

101S'il est des identités qui s'efforcent de s'imposer, il en est d'autres qui sont reconnues depuis longtemps, mais qui cherchent à se raffermir, voire à se proclamer, et ce, d'autant plus qu'elles se sentent menacées par l'uniformisation de la vie moderne. Cela concerne en Aquitaine les Chalossais, les Béarnais et surtout les Basques.

102Lorsque le Musée de la Chalosse a été conçu à Montfort, c'était dans l'intention d'en faire un musée vivant, qui soit un lien entre le passé et le présent. Il est chargé de conserver la mémoire à l'usage des enfants, de rendre la fierté de leur travail passé aux vieillards, et de resserrer le lien identitaire, car le passé proche qui est montré fait partie de l'histoire des Montfortois. Toutes les ressources locales sont mobilisées, des vieillards qui servent de guides bénévoles aux paysans et aux artisans faisant la démonstration de savoir-faire anciens, jusqu'à l'harmonie municipale et les chorales chalossaises animant le lieu.

103Bien sûr, le musée est à l'usage des touristes. Mais si on leur montre le passé, on n'oublie pas de promouvoir les produits agricoles chalossais éternels qui sont les confits et les vins, en vente dans le lieu d'accueil, à côté de la médiathèque, avec ses documents bilingues français-gascon.

104Les recherches concernant l'histoire locale permettant de mobiliser des énergies, de réunir des classes, de susciter des regroupements, sont génératrices de dynamique sociale. C'est ainsi que l'association culturelle d'Amou comporte peu de membres inscrits, mais beaucoup de personnes non affiliées participent aux travaux de recherche et fournissent souvent spontanément leurs documents personnels. Des recherches ayant été l'occasion pour beaucoup de retrouver leurs ancêtres ont eu pour effet une participation accrue aux recherches suivantes. L'association, qui ne comportait à l'origine que des notables, compte maintenant des agriculteurs, des ouvriers, des retraités de communes voisines et des retraités non originaires de la commune. Les jeunes ne souhaitent pas s'intégrer à l'association, mais ils participent de bon gré à des travaux ponctuels.

105L'affirmation identitaire des Chalossais est à leur image, mesurée, mais celle des Béarnais est plus véhémente, en un lieu où la crise économique sévit avec plus de dureté, menaçant de disparition tout un mode de vie.

106"On est Béarnais, ce n'est pas rien"1 déclare le maire de Lourdios. C'est pourquoi la création de l'écomusée a correspondu à un besoin touristique, mais surtout identitaire. À la volonté de conserver et de valoriser un patrimoine légué par les ancêtres, volonté présentée comme inhérente aux mentalités rurales, s'est adjointe une prise de conscience de la fierté de l'appartenance à un monde rural dont on ne doit plus avoir honte.

107Le maintien de la vie, actuellement et dans le futur, est tributaire de la conscience d'une identité constituée au cours du temps : "Il ne peut pas y avoir de vie quelque part, d'implication très forte des jeunes, s'il n'y a pas un sentiment culturel, identitaire, basé sur l'histoire, sur la fierté, sur l'appartenance, qui soit très fort". Mais la proclamation de l'identité est inopérante sans un programme d'accompagnement économique. Cependant, "l'économie n'est rien si la mentalité, la volonté des hommes, le rêve des hommes ne sous-tend pas un grand dessein." Au rôle social, "nourrir les hommes de notre pays", qui leur a été ôté, doit se substituer "une vision essentielle qui redonnera une chance à notre pays : permettre à l'homme des villes de rencontrer l'homme des champs".

108Mais le sentiment identitaire n'est pas toujours source d'ouverture humaniste et vécu comme une occasion d'échange. Parfois, la conscience d'une identité forte tend à resserrer les liens d'une communauté, sinon jusqu'au désir d'isolement, du moins jusqu'à la tenue à distance, même non dite et courtoise, de ceux qui y sont étrangers. La culture identitaire est promue à usage interne, son incidence externe est contingente et utilitaire.

109C'est ainsi qu'à Saint-Jean-de-Luz, on parle de "défense de l'identité basque", à travers la préservation du site, de l'ambiance et de la langue. Le logement des jeunes dans les maisons réhabilitées de la ville procède d'un souci économique, mais surtout permet d'éviter que la ville soit investie par des retraités venus d'ailleurs, qui lui feraient perdre son caractère. On retrouve également l'obsession de la ville aux volets fermés la plupart de l'année, rencontrée déjà à Monflanquin, en cas d'achat de maisons par des touristes. C'est la ville même qui, à l'instar de ses habitants, est investie "d'une forte identité, d'une forte culture ; elle a une personnalité basque très marquée".

110Elle est même plus qu'une entité vivante : "Saint-Jean est un trésor, il est sacré. C'est un héritage culturel sacré". Le devoir de le conserver est d'autant plus impératif. De même qu'apparaît comme essentielle à la défense de l'identité basque, le soutien à la langue basque, pratiquée par une grande partie de la population. La municipalité apporte son aide aux classes bilingues de l'enseignement public et catholique, aux écoles privées laïques en langue basque, particulièrement aidées en raison de leur pauvreté, et à l'enseignement du basque pour adultes. On explique l'engouement pour le bilinguisme par le bien qu'en retire l'enfant. La municipalité n'est pas avare non plus de subventions aux nombreuses associations culturelles ("c'est une coutume basque de se réunir") à condition qu'elles donnent une véritable image de la culture basque.

111À Mauléon aussi on sacralise la culture basque : "Mauléon est un peu le temple de la culture basque", pour les Basques espagnols qui viennent en visite. Mais le paysage de Lourdios n'est-il pas selon son maire "une véritable cathédrale de verdure" ? À vrai dire, c'est plus exactement la culture souletine qui est considérée comme inexploitée et qui mérite d'être connue. C'est pourquoi la Maison du patrimoine est destinée à être "la clé culturelle de la vallée de la Soule". Et comme les pastorales et les mascarades, évocations historiques en langue basque, attirent des Basques, on leur suggérera des activités qui leur feront mieux connaître le patrimoine spécifique souletin.

b. Développement économique, tourisme

112Bien que le discours identitaire soit dominant, y aurait-il eu de telles préoccupations patrimoniales sans nécessité économique ?

113À l'exception des trois communes de la CUB, Blanquefort, Gradignan et Mérignac, qui possèdent d'autres moyens de développement économique et qui n'utilisent leur patrimoine qu'à des fins strictement internes, les autres communes utilisent peu ou pas leur patrimoine pour tirer des subsides du tourisme.

114Pourtant, les touristes sont quelquefois vus comme des envahisseurs : on ne veut de "hordes touristiques" ni à Saint-Macaire, ni à Monflanquin, ni à Mauléon ; à Saint-Jean-de-Luz on les supporte.

115Les efforts de la municipalité de Saint-Macaire en stricte direction des touristes sont peu visibles, mais à Monflanquin on sait qu'il est nécessaire d'implanter des cafés-restaurants et des ateliers d'artisanat pour le bien-être minimum des visiteurs.

116À Mauléon, seul le tourisme culturel est souhaité. Et l'on présente comme repoussoir le déferlement touristique de Saint-Jean-Pied-de-Port. La Maison du patrimoine qui se veut une invitation au voyage, la plaque tournante de la vallée, abrite dans ses murs l'office de tourisme et présente une partie scénographique donnant un aperçu de la Soule à travers des thèmes définis.

117Quant à Saint-Jean-de-Luz, les bénéfices que la municipalité retire du tourisme sont tels qu'elle ne peut pas se permettre de le décourager. C'est l'office de tourisme et certaines associations qui assurent l'animation de la ville avec bandas, batailles de confettis, toros de fuego, etc. Les fêtes se succèdent tout l'été, mais les Basques considèrent comme du mauvais folklore les spectacles offerts aux estivants et souhaitent un renouveau de la culture basque, ce qui expliquerait, par réaction, la création d'un institut culturel basque à Ustaritz.

118Que le tourisme ne soit pas souhaité parce qu'il est d'un faible apport économique, ou qu'il soit perçu comme menaçant pour l'identité n'empêche pas beaucoup de municipalités d'essayer de retenir davantage leurs visiteurs ou simplement de les attirer.

119Bergerac est une ville touristique. Son économie, basée sur la fabrication de trois produits actuellement dénigrés, le tabac, le vin et les produits militaires (poudrerie), est assez ébranlée pour que son maire essaie de promouvoir des opérations qui favorisent le tourisme. Pour essayer de retenir les visiteurs au-delà des trois jours habituels pour une visite de la ville et de ses environs, il avait fait le projet d'une base de loisirs pourvue de structures d'hébergement, qui a dû être abandonné par manque de financement. Comme projet de substitution il envisage maintenant de revaloriser les berges de la Dordogne, mais l'impact sur la retenue des touristes risque d'être faible.

120La mise en valeur du patrimoine réolais a favorisé la promotion de la ville à l'extérieur, d'autant plus qu'elle tente de coordonner ses efforts avec les bastides voisines. Pour retenir des visiteurs qu'éloigne le manque de structures d'accueil, elle crée des pôles de séjour tels gîtes ruraux et chambres d'hôtes.

121Même préoccupation à Navarrenx où l'on espère qu'un camping de classe trois étoiles saura retenir des touristes intéressés par les expositions et les animations préparées à leur intention.

122Quant à la municipalité de Lesparre, si elle n'a pas l'ambition de fixer les visiteurs de la région médocaine, du moins espère-t-elle que la restauration de l'ensemble architectural de la ville lui permettra de devenir une étape du parcours touristique.

123Les plus petites communes rurales, même lorsqu'elles sont situées dans de belles régions, ont tout à faire pour attirer jusque chez elles des touristes qu'intéressent dans leur majorité le littoral ou des sites d'intérêt reconnu. Elles font alors preuve de beaucoup d'imagination et conçoivent des projets souvent ambitieux.

124Confronté à l'enclavement de sa commune, à l'absence de toute activité rentable et au vieillissement de la population, le maire de Couze a entrepris la restauration de l'ensemble du site industriel papetier et surtout la mise en état de fonctionnement d'un moulin, ouvert aux visiteurs. Il escompte un développement des activités commerciales locales et s'efforce de créer des structures d'hébergement indispensables pour que l'impact économique ait une importance notable. Il s'attache également à la rentabilité de la fabrication du papier choisi. Une étude commerciale est en cours, qui permettra d'optimiser la production et de déterminer le nombre de salariés qu'il est possible d'embaucher. Pour une petite commune et dans le contexte économique actuel, la création de quelques emplois ne semble pas négligeable. Le développement économique induit par le tourisme et par une activité industrielle rentable se double, pour le maire, d'un autre avantage : la prise de conscience par la population de sa mémoire ouvrière.

125C'est sa mémoire que la municipalité de Montfort-en-Chalosse souhaite conserver en priorité, mais l'intérêt économique du musée n'est pourtant pas considéré comme mineur. Il est contrôlé par la Direction des Musées de France et pourvu depuis trois ans d'un conservateur et d'un bibliothécaire. Ce statut est une caution et attire des touristes auprès desquels on assure en outre la promotion des produits agricoles chalossais, en vente au musée.

126La Chalosse cependant n'est pas encore confrontée à des problèmes économiques aigus, et les agriculteurs ne ressentent pas le besoin de diversifier leur activité. Mais à Brassempouy, quelques personnes prévoyant à long terme un avenir difficile souhaitent développer le tourisme. Elles ont mis au point un projet qui ferait du village et du site archéologique un ensemble retenant les visiteurs pendant une journée. Il pourrait intéresser les touristes séjournant dans les Landes, la clientèle locale et régionale, et les amateurs et les scientifiques de la préhistoire.

127Même s'il ne prétend pas toucher un public aussi diversifié, l'écomusée de la vallée d'Aspe, à Lourdios, a été conçu dans une intention ambitieuse, dont nous avons rendu compte, qui exige une réussite touristique. Tout le village s'y emploie, il y va de sa survie, et créer quelques emplois peut être vu comme un signe de renaissance. La conception même de l'écomusée de Lourdios suppose un aménagement de la commune bénéfique à tous les habitants dans leur vie courante, ce qui explique sans doute, outre le souci identitaire, l'accord quasi unanime de la population.

128Mais les bénéfices qu'est supposée apporter une politique patrimoniale n'ont pas toujours un caractère d'évidence. Beaucoup de maires se sentent tenus de légitimer leur politique, soit en expliquant ses avantages, soit en en faisant l'objet d'un débat.

c. Légitimation de la politique patrimoniale

129C'est encore le bulletin municipal, lorsqu'il existe, qui reste le vecteur de communication privilégié.

130De façon classique, le maire y explique sa politique et expose ses projets, comme à Mauléon, Saint-Macaire et Bergerac. Dans cette dernière ville, la rénovation du vieux quartier a pu être suivie mois par mois grâce à l'édition d'un petit feuillet, et tous les trois mois d'une publication dans laquelle on sollicitait l'avis de la population.

131En outre, les revues municipales de Mérignac publient les résultats des recherches de l'Association mérignacaise pour la Conservation du Patrimoine et se font l'écho des manifestations telles que l'exposition de cartes postales représentant les quartiers de Mérignac, autrefois et maintenant.

132À Gradignan, le bulletin municipal comporte une rubrique "Mémoire locale", dont les articles, reconstituant la vie gradignanaise d'autrefois, sont rédigés par une historienne, employée à quart de temps par la municipalité. De plus, les administrés sont informés régulièrement des travaux entrepris par la mairie, en ce qui concerne le patrimoine historique et naturel, par les services "Environnement et patrimoine" et "Information et communication".

133Les très petites communes n'ont pas les moyens d'éditer un bulletin municipal, mais elles ont la possibilité de réunir les administrés intéressés par les questions patrimoniales. C'est le cas à Brassempouy, qui organise des réunions deux fois par an.

134L'avis de la population n'est quelquefois pas demandé, car il n'est pas estimé nécessaire. À Saint-Jean-de-Luz par exemple, la municipalité est assurée de l'accord de la population sur ses objectifs, à savoir, essentiellement, la préservation de l'identité basque.

135Certaines municipalités, enfin, comptent sur une approbation a posteriori, les résultats bénéfiques justifiant le projet. Mais comme il s'agit de petites et même très petites communes, peut-être est-il plus facile de connaître les réactions de la population.

136À Montfort-en-Chalosse et à Lourdios, après quelques réticences, la population a vu l'intérêt du projet, a participé à la constitution du musée et collabore à son animation. Le sentiment d'hostilité initial qu'a manifesté la population de Couze, la population âgée surtout, a été gommé dès qu'elle a compris que la rénovation du site papetier était un vecteur de développement ; elle a de plus été sensible à la réhabilitation du village ancien. De même à Navarrenx, la restauration de l'Arsenal revitalisera le centre ville, ce qui a entraîné l'adhésion de la population ; diverses associations, le syndicat d'initiative et le comité des fêtes ont cependant été informés du projet dès l'origine et une réunion publique est prévue à la fin des travaux, ainsi qu'une opération portes ouvertes.

137Le consensus n'est cependant pas toujours assuré, et la contestation a d'autant plus de poids qu'elle s'exprime par la voix d'une association.

138Avec la société "Les amis du vieux Bergerac", la municipalité entretient des relations de simple courtoisie. Le maire est sensible à ce qu'ils écrivent dans leur revue et les considère comme une force de critique, mais il tient leur opposition à ses projets comme plus politique que fondée sur des arguments. Il n'entretient pas de relations avec les autres associations culturelles et abandonne à ses élus le soin de s'occuper des traditions.

139À Saint-Jean-de-Luz également, certaines associations sont en désaccord avec la municipalité, à propos, par exemple, de la destination du Couvent des Récollets après rénovation. La municipalité s'efforce d'éviter que les relations deviennent conflictuelles avec les associations contestataires. Elle attribue à leur méfiance la difficulté de collaboration.

140Les critiques portant sur la politique patrimoniale gradignanaise sont de deux sortes : les uns reprochent trop d'action, les autres une action insuffisante. Certains remettent en cause la préservation de l'exploitation viticole, estimant que le contribuable n'a pas à entretenir un vignoble dont il ne perçoit aucun bénéfice ni avantage. L'endettement de la commune inquiète les administrés. D'autre part, une association "Gradignan autrement", s'est créée pour "assurer la protection de l'environnement communal dans son patrimoine immobilier et culturel", afin d'empêcher la démolition du presbytère, décidée par la mairie.

141En dépit de leur poids de contestation, les municipalités sont très souvent portées à encourager la vie associative. Les associations sont des alliées, des collaboratrices, on leur délègue une partie du travail, ou bien même elles ont été l'élément moteur de la politique patrimoniale.

142L'apport des associations et des administrés est essentiel, estime-ton à La Réole, qu'il s'agisse d'animer la ville ou d'engager les particuliers à prendre une part active dans la restauration de la ville. Les initiatives viennent de la mairie, les associations sont poussées à agir. Aussi sont-elles très attachées à la municipalité, de laquelle elles reçoivent des subventions. Elles essaient pourtant le plus souvent de s'auto-financer, grâce aux manifestations de prestige qu'elles organisent.

143Même pratique à Monflanquin. Dans un souci d'animation de la ville, la municipalité octroie quelques crédits à des associations, en particulier à des associations s'occupant de développement socioculturel. Des conseillers municipaux, présents dans ces associations, essaient de créer une dynamique.

144Bien que n'ayant pas été suscitées par la mairie, les associations de Navarrenx et de Mauléon n'en collaborent pas moins avec elle. Le "Cercle historique des amis des remparts" s'intéresse à tout le patrimoine navarrais, réfléchit sur l'aménagement du musée, collecte à son usage des objets anciens auprès des habitants et donne des conseils à la municipalité. À Mauléon, quoique très ouvertes, les associations restent confidentielles. Elles n'en sont pas moins très actives et en harmonie avec la municipalité. Le compromis a été facile entre les différents projets de la commune, de l'office de tourisme et des associations.

145Le rôle initiateur de certaines associations a déjà été exposé. Qu'elles continuent à exercer une influence prépondérante ou qu'elles ne soient devenues qu'un élément de la politique patrimoniale pratiquée, leur activité continue à asseoir l'autorité de la mairie en ce domaine.

146À Mérignac, la municipalité agit comme un relais dans les diverses initiatives du président-fondateur de l'"Association mérignacaise pour la conservation du patrimoine". L'association est un des rouages de la politique patrimoniale mérignacaise, mais son apport est reconnu et on ne ménage pas les encouragements à son égard, notamment par la publication des résultats de ses recherches dans les revues municipales.

147"Les amis d'Amou" gèrent leur activité en toute indépendance, mais le maire, qui en fait partie, lui procure de l'aide et la cautionne dans ses entreprises.

148Elle assure la renommée culturelle de la commune par ses publications dans Sud Ouest, Le Courrier français et le Bulletin de la Société de Borda à laquelle elle est affiliée.

149Lorsque les maires sont eux-mêmes créateurs d'associations de conservation du patrimoine de leur ville, l'harmonie est totale. Mais le maire de Couze tient à préciser que l'association est indépendante de la municipalité, afin qu'il n'y ait pas d'équivoque sur son financement ; la commune se borne à apporter des aides pour son fonctionnement. Quant au maire de Saint-Macaire, président d'une association de sauvegarde du patrimoine vingt ans avant qu'il ne devienne maire lui-même, il possède une expérience de restauration de bâtiments et d'organisation de spectacles et de veillées entre autres, qu'il a mise à profit dès son élection. L'association qui se trouvait alors en sommeil a été réactivée et elle s'occupe maintenant de l'accueil touristique.

150D'une manière générale, les politiques patrimoniales sont consensuelles. À côté des personnes rétives à tout projet novateur — on cite communément les vieillards — une opposition structurée est vue comme politique. Il serait cependant bien difficile d'associer sensibilité politique et conception de la politique locale patrimoniale, tant au niveau des intentions que des réalisations. Il suffit de constater les analogies entre Monflanquin et Saint-Macaire, Montfort-en-Chalosse, Lourdios et Mauléon.

D. Mise en œuvre de la politique locale patrimoniale

1. Financement

151Si la conception de la politique locale patrimoniale est sans correspondance avec la sensibilité politique de la municipalité, sa mise en œuvre, par contre, dépend en grande partie de ses affinités avec les différentes instances bailleurs de fonds et de son réseau relationnel. C'est ainsi par exemple que la ville de Bergerac a dû abandonner son projet de base de loisirs par suite du changement de majorité du Conseil Général de la Dordogne, qui avait jusqu'alors financé partiellement toutes les opérations de rénovation de la ville.

152Avec plus ou moins de chances de réussite, tous les types de financement sont cependant sollicités, "au gré des besoins" dit le maire de Saint-Macaire. En général, les maires n'hésitent pas à demander des subventions, un refus total est rarement opposé, mais ils essaient bien sûr de cibler au mieux leur demande.

153Des crédits européens sont alloués aux zones fragiles, dans les domaines industriel et touristique. C'est ainsi que le feder (Fonds d'Étude et de Développement d'Équipements Ruraux) finance à 30 % la rénovation de l'Arsenal de Navarrenx, car la ville est située dans la zone de reconversion du bassin de Lacq. Le feder apporte également son aide à Monflanquin, qui avait déjà profité des crédits pim (Programme Intégré Méditerranéen) attribués pour limiter les conséquences négatives sur certaines zones rurales de l'élargissement de la Communauté Européenne. Mauléon enfin restaure en partie la Maison du patrimoine grâce à un financement pour projets innovants, le programme "Leader", obtenu dans le cadre intercommunal, qui comprend une trentaine d'actions subventionnées à 50 %.

154Chaque commune possédant un ou plusieurs monuments historiques reçoit pour leur entretien des subsides de l'État, par l'intermédiaire du ministère de la Culture. La Caisse des Monuments historiques est citée par la plupart des communes : Blanquefort, Mérignac, La Réole, Lesparre, Saint-Macaire, Bergerac. Mais un financement peut aussi être obtenu de la Direction des Musées de France, comme à Montfort-en-Chalosse, ou bien de la Direction Régionale de l'Action Culturelle, comme à Blanquefort, Gradignan et Brassempouy. Mais les fonds étatiques peuvent aussi provenir d'autres ministères. Le ministère du Logement par exemple accorde des aides pour l'habitat à usage locatif, dans des zones sélectionnées par la Préfecture ; c'est ainsi que les communes de Monflanquin et de Navarrenx ont profité des opam (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat). De même, le ministère de l'Environnement, par l'intermédiaire du Fonds d'Intervention de la Qualité de la Vie, subventionne partiellement l'écomusée de Lourdios. Enfin, pour l'aménagement des berges de sa rivière, Gradignan reçoit des subventions de l'Agence du Bassin Adour-Garonne.

155Conséquence de la décentralisation, les demandes affluent auprès du Conseil Régional. Beaucoup de communes disent en avoir obtenu un financement (Blanquefort, Gradignan, Saint-Macaire, Lourdios, Montfort-en-Chalosse), mais ne précisent pas son importance, d'autres avouent être déçues de la subvention accordée (Couze, Brassempouy). Quant au maire de Monflanquin, il déclare avoir utilisé "toutes les procédures de contrat de pays possibles et imaginables" et avoir également obtenu des fonds de l'orac (Opération de Restructuration de l'Artisanat et du Commerce).

156Mais ce sont cependant les conseils généraux qui sont le plus généralement sollicités.

157Toutes les communes disent y avoir eu recours, mais restent en général discrètes sur le succès de leur démarche. Néanmoins, il apparaît que les sympathies politiques ont encore plus d'importance à ce niveau. L'investissement pour le Musée de la Chalosse de Montfort a été financé à 90 % par le Conseil général des Landes. Quant au maire de Bergerac, il ne peut plus compter maintenant sur l'aide massive du Conseil Général de la Dordogne.

158S'il arrive que des communes comme Mauléon partagent avec d'autres communes de leur canton ou du canton voisin un financement dans le cadre européen par exemple, il est rare qu'une commune reçoive un financement des autres communes du canton. Pourtant, à Montfort, le sivom (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) a fourni 10 % de l'investissement pour le Musée de la Chalosse, mais cette opération lui a été profitable puisque, par le biais d'un don, il est devenu propriétaire du musée.

159Les communes, en effet, s'avouent incapables de faire face financièrement à leurs projets. Elles mettent en parallèle le nombre des habitants et les sommes considérables nécessaires à leur réalisation. Cette disproportion ne les engage pas à consacrer une partie fixe du budget communal à la politique patrimoniale. Seule la ville de Saint-Jean-de-Luz déclare affecter un budget en faveur de la culture basque : il est important, environ 1 % du budget de fonctionnement de la commune. À Bergerac, le budget municipal pour le patrimoine est inclus dans le budget d'investissement de la commune et il est prévu un volant pour les achats. Il n'y a pas de budget consacré à Blanquefort, mais les sommes sont débloquées au fur et à mesure des besoins et la "Commission du patrimoine" est celle qui dépense le plus. Le maire de Monflanquin parle de budget culturel, il n'en connaît pas le montant, mais il l'estime assez élevé.

160Hors des circuits habituels de financement, le mécénat fait figure d'heureuse surprise. Le mécène est un véritable acteur patrimonial. Soucieux de l'intérêt public, il établit avec le village une forme de complicité, dans un projet d'identité collective. Il est le plus souvent d'origine industrielle, mais il peut aussi être privé. À Couze, les entreprises de la région ont apporté leur contribution à la remise en service du moulin papetier, et les transports de l'artiste japonais hébergé cette année dans l'un des ateliers de Monflanquin ont été payés par la Société Mercedes. Quant à la commune de Brassempouy, si elle possède un musée et une école nationale de fouilles et si elle peut envisager un essor plus important de ses activités, c'est grâce aux dons et au réseau relationnel de deux Landais passionnés d'archéologie.

161Certains financements exigent peu de contreparties, mais il en est d'autres, importants, qui entraînent l'abandon d'une part au moins de souveraineté sur le projet. Depuis que le Musée de la Chalosse est musée national, qu'il est dirigé par un conservateur, la municipalité n'a plus droit de regard sur les décisions concernant le musée lui-même, situation qui engendre un peu de nostalgie. À l'inverse, la municipalité de Couze peut agir en toute indépendance pour la sauvegarde du site papetier, mais elle doit composer avec la réalité : des subventions aléatoires, une course au financement et une impuissance partielle.

2. Émergence de nouvelles relations

162La mise en œuvre d'une politique locale patrimoniale rend l'isolement de la commune impossible et les actions entreprises s'accompagnent de modifications relationnelles.

163Elles engendrent un dynamisme à divers échelons, en créant de nouvelles pratiques, en faisant émerger de nouveaux acteurs locaux, en développant par fait ou par nécessité de nouvelles relations.

164Nous avons traité longuement de la vigueur des associations, de leur force de proposition et d'action, ou de l'utilisation qu'en font les municipalités, qui va du simple faire-valoir à la délégation partielle de pouvoir et au véritable partenariat.

165Le développement du milieu associatif n'est pas sans incidence sur le comportement d'individus, entraînés dans une activité, promus quelquefois, après avoir révélé des talents ignorés de leurs concitoyens. Une population repliée sur elle-même peut être conduite à participer à l'action commune en fournissant objet, anecdote, savoir-faire, sur demande et parfois par la suite spontanément.

166Mais ces modifications relationnelles internes à la ville se doublent d'échanges avec l'extérieur, induits ou nécessaires à la réalisation du projet.

167Ce sont les liens intercommunaux qui se renforcent en priorité, que la relation soit presque inhérente à l'objet poursuivi, que l'intérêt économique recommande la mise en commun des moyens, ou bien que la coopération soit imposée au préalable.

168De par son souhait de sauvegarder l'identité basque, la commune de Mauléon estime que les initiatives parcellaires auront d'autant plus d'impact qu'elles ne seront pas isolées. D'où son souhait de mettre en réseau la Maison du patrimoine avec d'autres centres du Pays basque. Le conservateur du Musée basque de Bayonne s'est déclaré séduit par cette idée de partenariat.

169À Amou, c'est la mémoire du canton que l'on souhaite conserver. Il était donc inéluctable que des contacts soient établis avec les autres communes. Leur participation active aux recherches initiées à Amou ont pour conséquence, outre la création de relations interpersonnelles, un resserrement des liens entre les maires des différentes communes.

170Le Musée de la Chalosse concerne tout le canton de Montfort d'un point de vue culturel et économique. Le sivom n'a financé que 10 % de l'achat, mais c'est lui qui se trouve propriétaire. La nature et l'importance du projet ont déterminé l'association des différentes communes.

171Il en est de même à Lourdios, puisque l'écomusée doit s'étendre à toute la vallée d'Aspe, et concerne par conséquent l'ensemble du canton. Comme il est de plus d'une conception originale, les maires de certaines communes de France et d'Espagne sont entrés en relation, à la recherche d'idées.

172Mais l'insuffisance des moyens de chacun peut être cause d'association, pour l'intérêt de tous. La commune de Saint-Macaire ne pouvant pas assurer seule la promotion de sa ville profite de la communication établie à l'échelon intercommunal. D'une manière plus volontariste, la ville de La Réole essaie de coordonner ses efforts avec les bastides voisines, et a créé à cet effet une association cantonale du Haut Entre-deux-Mers, à vocation touristique et économique. Dans le même esprit, la Maison des Arts et des Vins, en permettant un regroupement des viticulteurs, assure une meilleure connaissance du patrimoine viticole de la région.

173Il est en revanche des coopérations qui ne sont pas issues d'une volonté communale. Par exemple, le financement européen dont profite Mauléon est attribué à l'ensemble de deux cantons, ce qui suppose une unité d'action pour les parties communes du programme. Cette coopération intercantonale est d'ailleurs source d'innovation et de contacts plus lointains. Il est en effet question de créer un centre de ressources multimedia, qui serait plus qu'une mise en commun d'appareils informatiques et audiovisuels. Ce serait une véritable entreprise à fonctions variées, qui allierait la réservation hôtelière, la présentation de la région, etc.

174Contact a été pris avec un chef d'entreprise originaire d'un canton voisin, qui possède à Paris une entreprise de logiciels multimedia. La Maison du patrimoine servirait de lieu d'expérimentation.

175Les contacts avec les entreprises sont cependant rares. Seule la commune de Couze a établi des relations avec les entreprises mécènes de la région. Ces relations n'ont pas été sans incidence sur l'embauche des jeunes de Couze dans ces entreprises.

176La nature de la politique patrimoniale pratiquée peut aussi être à l'origine de relations trans-frontières. Il peut s'agir de relations conjoncturelles, comme à Gradignan, où le Prieuré de Cayac accueille l'Association Relais-Aquitaine-Portugal, qui favorise les échanges culturels, économiques, sportifs et touristiques entre l'Aquitaine et le Portugal. Mais il peut s'agir aussi de relations qui sont partie intégrante de la politique patrimoniale menée. C'est ainsi que la municipalité de Saint-Jean-de-Luz multiplie les échanges culturels et sportifs avec les Basques espagnols, en vue d'une meilleure connaissance. On avance une analogie avec la réunification de l'Allemagne : "a frontière est un véritable mur. Il faut rattraper le temps perdu, réunir un même peuple, séparé en deux, avec deux mentalités".

Auteur

CNRS, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, Centre d'étude des médias.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search