Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Le patrimoine de l'image

Conclusion

Texte intégral

1Nous avons limité l'étude du patrimoine de l'image à l'Aquitaine sans épuiser un sujet aux multiples facettes qui mériterait des monographies propres aux villes et aux pays la composant.

2Présente-t-il une originalité par rapport aux autres régions ? Il faudrait mener des études comparatives pour se prononcer.

3Les peintres jadis et plus récemment photographes puis cinéastes, ont fixé sites, paysages et personnages de leur région en assurant une communion entre les générations vivant successivement sur un même lieu.

4Mais les habitants de l'Aquitaine regardent — nous allions écrire consomment — aujourd'hui des images du monde entier.

5Or l'image tire sa signification d'une confrontation avec le code iconographique permettant une sémiologie des images, différente selon les époques et les types de société. En devenant instrument de communication, elle s'inscrit dans un patrimoine que peuvent s'approprier les générations futures.

6Si l'image occupe beaucoup plus d'espace dans la société contemporaine, sa multiplication, en la banalisant, la dévalorise. En même temps, c'est l'objet représenté par l'image, fixe ou mobile, que les médias prennent en considération. Avec la télévision, nous sommes entrés dans la société du spectacle ; or la télévision assure aussi une promotion sélective des images passées. Elle enrichit le patrimoine de l'image de chacun, elle l'obscurcit aussi avec l'invasion d'images éphémères, de tout genre, qui illustrent l'actualité.

7Les chaînes de télévision se préoccupent toutefois d'établir une distinction dans les images qu'elles diffusent et illustrent, à l'occasion, le patrimoine par des séquences ; celles-ci peuvent porter sur des monuments mais aussi sur des sites retenus non pour un caractère esthétique, mais parce qu'ils évoquent un vécu collectif passé. Ainsi le ministre de l'Environnement en mars 1993 signa une procédure de classement "Monument historique" pour 8 kilomètres de "pavés du Nord", sur la route de la course du Paris-Roubaix, devenus "patrimoine national", ce qui donna une séquence sur les trois chaînes de télévision. L'image télévisée fixe aussi le patrimoine immatériel que représente un dialecte local ; une séquence de TF1 le 26 janvier 1993 était aussi consacrée au dialecte local parlé à Bitche en Lorraine, illustré par un chanteur local : "ce patois est à nous".

8Si le patrimoine de l'image se diffuse plus largement peut-être, bien que noyé dans un amoncellement d'images de tous les genres, c'est parce que l'image mentale et pas seulement iconographique du patrimoine local subsiste et résiste aux tendances mondialistes de la société contemporaine.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search