Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Le patrimoine de l'image

Chapitre 4. L'audiviosuel dans les musées d'Aquitaine

Nicole Robine

Texte intégral

1La connaissance technique des objets, des savoir-faire, des tours de main artisanaux s'acquiert de façon plus précise et plus rapide lorsqu'elle est l'objet d'une démonstration visuelle et orale. Dans les musées, l'avènement de l'audiovisuel correspond à la mode de l'animation socioculturelle dans les années soixante-dix. Il s'agit de rendre vivants des objets, de grande ou de faible valeur, qui semblent morts ou hors du temps, parce qu'ils sont conservés sans leur contexte d'usage pratique ou esthétique. Ces objets figurent comme témoins d'un passé (ou même du présent) afin d'être remarqués sinon admirés à ce titre. Mieux qu'un discours écrit, les techniques audiovisuelles fournissent des apprentissages, témoignent des usages des objets et des outils matériels et symboliques. Les montages audiovisuels permettent de transporter les images des objets dans l'espace et dans le temps afin de les comparer entre elles ou de les restituer dans leur environnement matériel et humain. Aux images fixes des portulans, cartes et plans, des dessins et peintures, des cartes postales, des photographies et diapositives, se sont ajoutés, sinon substitués dans les musées, les films de court métrage, puis le vidéogramme et les bornes audiovisuelles interactives. Ces dernières techniques allient le son et l'image. Le film, la vidéo, la photographie — comme le dessin ou la peinture au temps où ils étaient les seuls moyens de représentation visuelle — ne se substituent pas aux voyages de découverte, ils renseignent, expliquent, restituent l'environnement, témoignent de l'authenticité des objets et de l'interprétation qui en est donnée.

2L'audiovisuel n'est plus une technique supplémentaire, il fait partie de la muséographie, du matériel de présentation des objets au même titre que l'étiquette ou la vitrine, que le guide imprimé ou le conférencier.... L'audio-guide ne remplace pas le guide-conférencier, il le relaye.

  • 1 CABANNES Pierre. Guide des musées de France. 5ème éd. Paris : Bordas, 1990.
  • 2 LE LEYZOUR Philippe. Guide des musées d'Aquitaine. Périgueux : Pierre Fanlac, 1988.

3Le Guide des musées de France1, complété par le Guide des musées d'Aquitaine2, nous a permis de répertorier l'ensemble des musées aquitains, de les situer et de connaître les caractéristiques et l'originalité des collections qu'ils renferment, avant d'en visiter quelques-uns de chaque catégorie, du grand musée des Beaux-Arts de la métropole provinciale au musée de la vie rurale ou au service d'une technique. Dans ces guides, la présentation de chaque musée mentionne quelquefois l'emploi de l'audiovisuel comme une attraction supplémentaire. Les visites montrent que, passé dans les habitudes muséographiques, l'audiovisuel est beaucoup plus présent dans les musées aquitains que ne l'indiquent les guides imprimés.

4Dans les musées, l'audiovisuel nous semble assumer les trois fonctions d'introduction, d'explication et d'extrapolation des collections patrimoniales présentées. De cette façon, il contribue au patrimoine jusqu'à en faire partie.

La fonction d'introduction

5Le succès des présentations audiovisuelles à l'occasion des grandes expositions temporaires parisiennes, dès les années soixante, a prouvé aux responsables des musées les avantages qu'ils pouvaient tirer des présentations audiovisuelles des collections permanentes.

6En effet, lors des expositions temporaires du Louvre ou du Grand Palais, des visiteurs choisissent de regarder les films correspondants au thème de l'exposition ou même spécialement réalisés pour accompagner l'exposition, avant de voir l'exposition elle-même et une seconde fois après l'avoir parcourue.

7Il s'agit de signaler les plus beaux objets, photographiés sous leur meilleur angle de vue, afin que les visiteurs les reconnaissent dans les salles d'exposition et y prêtent davantage attention.

8La salle des pas perdus du musée d'Aquitaine de Bordeaux abrite une borne vidéo bilingue (anglais, français). Les visiteurs choisissent leur programme de visite, sont renseignés sur les parcours proposés grâce à la projection du plan des salles de musée. L'histoire du majestueux bâtiment qui abrita des générations d'étudiants en lettres et en sciences, puis les services de la communauté urbaine de Bordeaux, leur est contée. Une histoire du Burdigala antique leur fait prendre conscience du passé de la métropole gallo-romaine tout en présentant les ancêtres du musée et les récents chantiers de fouilles qui ont alimenté les collections actuelles, ainsi que la vie du musée. Une quatrième bande vidéo retrace le trajet d'un objet découvert à l'occasion des fouilles jusqu'à sa mise en place dans les vitrines. Une dernière bande vidéo vante les animations pour enfants et adultes dans les salles attenantes au musée. La vidéo propose aussi de revenir au service d'accueil emprunter gracieusement un guide imprimé de la visite du musée. Ces vidéos aux contenus succincts introduisent aussi à d'autres vidéos que le visiteur pourra regarder à proximité des objets dans les salles d'exposition.

9Le musée d'art religieux et du pèlerinage occupe la salle capitulaire et le cloître de l'abbaye cistercienne de Cadouin en Dordogne. Ancien lieu de pèlerinage très fréquenté du xiie siècle jusqu'aux années 1930, en raison d'une relique dite du Saint-Suaire, le musée attire encore des foules d'estivants.

10Dans la salle d'attente, des petits écrans vidéo font patienter les groupes de visiteurs en attirant leur attention sur les détails des chapiteaux les mieux ornés du cloître dans lequel ils vont entrer.

11À Montfort-en-Chalosse, la médiathèque joue en partie le rôle de salle d'attente du musée. On peut voir sur place ou emprunter livres et cassettes pour découvrir le patrimoine gastronomique et le bâti traditionnel landais, les règles de la course de vaches landaises, les bœufs à l'embouche ou la vie quotidienne des fermières landaises. Les vidéos ont été tournées à l'occasion d'expositions présentées les années précédentes.

La fonction d'explication

12C'est la plus fréquente lorsque les différents équipements audiovisuels sont placés dans les salles d'exposition.

13À côté de l'historique de la constitution des collections, on rencontre l'histoire des fouilles archéologiques, des inventions des sites, des objets découverts dans la région ou rapportés par des voyageurs, des collectionneurs, des savants.

14Dans la salle capitulaire de l'abbaye de Cadouin, une vidéo retrace l'histoire de la relique dite du Saint-Suaire et du pèlerinage afférent. La présentation est remarquable par son respect des croyances et l'absence de jugement de valeur ou d'ironie.

15Au musée d'Aquitaine, dans la salle de préhistoire François Bordes, près des vitrines de mobilier préhistorique et à côté de la reconstitution d'un chantier de fouilles, le visiteur met en marche une bande vidéo sur les abris sous roche.

16Dans la salle consacrée aux objets du culte de Mythra, une vidéo raconte l'incroyable découverte du mythreum. Le moyen âge à Bordeaux est illustré de gravures, de photographies des vestiges archéologiques et de mobiliers authentiques. Des plots lumineux animent une carte de l'expansion antique, puis médiévale de la ville ; ils situent les principaux édifices religieux du xiie au xve siècle.

17Le musée Goupil, conservatoire de l'image industrielle et annexe des musées de la ville de Bordeaux, présente ses collections de photographies et d'estampes pendant que des vidéos attirent l'attention des visiteurs sur leurs qualités artistiques et techniques. Le fonds provient de l'importante maison d'édition d'art, fondée en 1827 et implantée dans plusieurs capitales européennes jusqu'en 1922.

18Des cartes postales anciennes, des fonds photographiques (comme celui du poète Félix Arnaudin pour tout ce qui a trait à la Grande Lande) permettent de replacer les outils professionnels, domestiques ou culturels in situ. Les travaux des champs et de la viticulture, les festivités des vendanges, des dépiquages (moissons), de la gerbière sont illustrés de documents montrant les outils régionaux, les paysans au travail, les demeures paysannes et bourgeoises, les bâtiments d'exploitation agricole. Si les fonds les plus riches sont au musée d'Aquitaine, les musées ruraux d'arts et traditions populaires présentent les caractéristiques locales du pays basque (le musée basque à Bayonne actuellement en réfection), en passant par le Béarn (musée national du château et musée béarnais de Pau), jusqu'à Monflanquin en Lot-et-Garonne (Maison de la vie rurale de Marsal), pour limiter les exemples.

19Une foule de musées — petits par leur surface mais riches de leurs irremplaçables collections — reconstituent les usages, les savoir-faire des fabrications artisanales en voie d'extinction : la fabrication du fromage, du béret, le travail du sandalier au musée béarnais de Pau.

20À Arudy, dans les Pyrénées-atlantiques, la maison d'Ossau, proche du parc naturel des Pyrénées, illustre les activités pastorales, la transhumance, la fabrication du fromage d'Ossau et l'exploitation des carrières de marbre locales par des photos et des témoignages. À Carcans-Maubuisson en Gironde, la maison des arts et traditions populaires fait revivre, le temps d'un vidéogramme, l'une des activités traditionnelles les plus importantes de la lande médoquine et aujourd'hui disparue : le gemmage. Cette évocation du travail du résinier, avec la restitution des gestes du gemmeur au pied des pins maritimes, complète l'exposition des outils. Le public manipule lui-même le magnétoscope non-professionnel.

21Des témoignages enregistrés d'anciens ouvriers ou artisans viennent parfois s'ajouter à l'exposition des industries et des métiers régionaux.

22Le musée historique de l'hydraviation à Biscarosse, sur le lac landais du même nom, propose un audio-guide gratuit à ses visiteurs ou bien une fiche imprimée. Les souvenirs des pionniers de l'hydraviation comportent photos, plans, cartes postales et dessins techniques. Mais une véritable salle de diffusion est mise à la disposition des visiteurs. Une hôtesse projette d'excellents vidéogrammes bilingues, consacrés à l'activité industrielle de Biscarosse : l'implantation de l'usine de montage, les essais des hydravions Latécoère et leur exploitation aérienne, notamment la ligne Biscarosse-New York. Les vidéos n'oublient pas l'environnement concurrentiel : les exploits de Santos-Dumont, les débuts de Boeing, les hydravions britanniques et allemands..... Bibliothèque, photothèque et centre de documentation sont ouverts aux chercheurs.

23Le Centre d'art plastique contemporain adjoint au musée d'art contemporain de la ville de Bordeaux, met les projections de diapositives, de vidéogrammes et de cd-rom au cœur même des expositions temporaires dont ils font intimement partie.

24L'exposition des fonds permanents présente de très grandes photographies, prouesses d'art et de technique, en alternance avec d'autres œuvres d'art, mises en réserve. La médiathèque et la librairie diffusent des produits audiovisuels spécialement créés pour mettre en valeur les conceptions artistiques de la modernité contemporaine.

25Il n'existe pas de sujet qui ne puisse être traité par l'audiovisuel. Le musée-aquarium de Sarlat-la-Canéda en Dordogne présente en permanence des films et montages audiovisuels sur la vie sous-marine, la pêche.

La fonction d'extension du musée

26L'audiovisuel fait évader le musée hors de ses murs. Il assure une fonction culturelle en suscitant des intérêts et des curiosités nouvelles. Mieux que des maquettes, des cartes routières ou des guides touristiques, les images et les bandes sonores promeuvent le tourisme archéologique, le patrimoine naturel. L'audiovisuel a pour fonction secondaire la promotion des produits du terroir. Ainsi à l'écomusée de l'Abeille d'Auriac-du-Périgord, des planches techniques, un montage audiovisuel et un petit laboratoire font participer le visiteur à l'histoire de la ruche, mais aussi du miel et de ses dérivés depuis deux cents ans. À Castelnaud-la-Chapelle en Dordogne, le château féodal abrite depuis 1995 un écomusée de la noix. Une vidéo montre des vieux pressoirs, dresse l'historique de la noix.

27La cassette vidéo la plus présentée au musée de Monfort-en-Chalosse vante les produits landais : le foie gras, les palombes et les spectacles festifs des courses de vaches.

28Au muséum d'Histoire naturelle de Bordeaux, un film d'origine commerciale retrace le travail de l'ostréiculteur depuis le chaulage des tuiles jusqu'à la livraison des bourriches d'huîtres. Le muséum possède de nombreux films qu'il projette aux visiteurs de l'été tandis qu'il propose des représentations théâtrales pour enfants au cours de l'hiver.

29Grâce à la vidéo et aux magnétophones, tout un patrimoine symbolique peut survivre dans les musées tout en franchissant leurs frontières. Dans les salles dites coloniales du musée d'Aquitaine, de la musique africaine accompagne les instruments de musique africains. Suivre les pas de Stendhal, visiteur de Bordeaux en 1822, constitue un prétexte pour écouter son texte dit dans les trois langues d'Aquitaine : l'occitan gascon du Médoc, l'occitan gascon de l'Agenais et le Nord-occitan ou limousin du Périgord. En même temps, nous regardons des prises de vue différentes des mêmes monuments et des activités portuaires de Bordeaux, "sans contredit, la plus belle ville de France, d'après Stendhal," souligne la bande sonore.

30Rares sont les musées aquitains qui n'utilisent pas du tout l'audiovisuel, ne serait-ce que pour la surveillance des salles. Ce sont soit des musées qui attendent d'être rénovés comme l'antique et riche musée du Périgord à Périgueux, à la muséographie surannée, soit ceux dont la rénovation n'est pas terminée. Le musée des Beaux-Arts de Bordeaux pourra bientôt, grâce à l'audiovisuel, présenter une partie des nombreuses œuvres conservées en réserve parce que l'exiguïté de ses locaux ne lui permet pas de les exposer, malgré le doublement récent de la surface des bâtiments ouverts au public.

31Médiathèques et vidéothèques renforcent la puissance évocatrice des espaces de mémoire et de culture identitaires que sont les musées aquitains.

Notes

1 CABANNES Pierre. Guide des musées de France. 5ème éd. Paris : Bordas, 1990.

2 LE LEYZOUR Philippe. Guide des musées d'Aquitaine. Périgueux : Pierre Fanlac, 1988.

Auteur

Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, Centre d'étude des médias.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search