Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Le patrimoine de l'image

Chapitre 3. La télévision régionale créatrice de patrimoine iconique

Chrystelle Bobois et Eric Chartier

Texte intégral

I. la restauration et l'utilisation des archives audiovisuelles de france 3 aquitaine

1Depuis août 1989, la station régionale de France 3 Aquitaine a entrepris la restauration des archives audiovisuelles régionales. L'opération concerne toutes les diffusions depuis la première diffusion de la station, le 21 janvier 1962 jusqu'en 1985, année où entre en vigueur le format beta, lié à l'apparition des camescopes professionnels dits betacam.

2Les différents partenaires de l'opération de restauration sont :

  • la d.a.t.a.r. (Délégation à l'Aménagement du Territoire et à l'Action Régionale) ;
  • le Conseil Régional ;
  • le Rectorat de l'Académie de Bordeaux ;
  • france 3 Aquitaine.
  • L'i.n.a. (Institut National de l'Audiovisuel), propriétaire légal du fonds, a donné son accord pour que France 3 Aquitaine procède à la restauration et à l'exploitation des images.

3Il s'agit de nettoyer, coller, réajuster et recopier sur des cassettes de format beta, les pellicules de films et les bandes-son utilisées de 1962 à 1969, ainsi que les enregistrements effectués en format b.v.u. de 1969 à 1985. Les premiers signes de détérioration apparaissent déjà sur les cassettes b.v.u. : couleurs pâlies, voire jaunies, "souffles" sur la bandeson ; détériorations dues au temps et à l'utilisation répétée des cassettes dont certaines n'ont pas plus de 10 ans. En janvier 1994, la restauration de la première période (1962-1969) était terminée.

4Les images, restaurées et mises en gestion informatisée, sont utilisées par la rédaction de France 3 Aquitaine, mais aussi et surtout pour l'émission "Retroscope" et pour l'opération "Classe-Info".

5Émission hebdomadaire de 15 minutes diffusée le jeudi à 12 h 15 au cours du décrochage régional, "Retroscope" présente des sujets d'actualité sélectionnés dans des documents restaurés. Le présentateur, Michel Cassany, choisit les sujets dans des thèmes diversifiés d'époques différentes.

6L'opération "classe-info" consiste à présenter le patrimoine audiovisuel régional aux jeunes générations dans un cadre pédagogique. Dès la rentrée de 1990, 379 établissements scolaires de la région aquitaine ont été équipés pour recevoir directement les images. Ce sont 58 lycées, 67 lycées professionnels et 244 collèges.

7Les enseignants choisissent les sujets dans un catalogue au classement thématique. Près de la cote catalographique, la date de la première diffusion et la durée du sujet sont indiqués.

8France 3 envoie les reportages demandés directement à l'établissement, par réseau hertzien, entre 5 h 30 et 6 h 30 du matin, c'est-à-dire en dehors des heures de diffusion de la station. La conception de "classe-info" s'apparente à celle mise en place par le centre national de documentation pédagogique, mais la liberté de choix et d'utilisation des images représente l'atout majeur de "classe-info". Selon leur emploi du temps et l'évolution de leur programme scolaire, les enseignants utilisent ensuite à leur guise les "trains d'images" mis gratuitement à leur disposition.

9Sur le plan éducatif, l'intérêt de "classe-info" est double. Il s'agit d'exploiter un patrimoine régional en sommeil et d'apprendre à lire des images.

10- L'utilisation de sujets d'actualité (de 2 à 3 minutes en moyenne) permet aux enseignants et aux élèves d'analyser le traitement d'une information par les médias. Les élèves perçoivent l'évolution entre le passé (des années soixante) et le présent de leur environnement régional familier.

11- Le document audiovisuel est un outil de travail au même titre que le document écrit. Les élèves apprennent nombre de techniques utilisées par les médias (cadrage, commentaires, interviews) pour mettre un sujet en valeur. Ils réalisent comment se construit l'image dans une relation "espace-temps-contexte".

12Dans le cadre d'une étude précise, les élèves peuvent utiliser l'image, comme un moyen de recherche supplémentaire. Le rôle de l'enseignant consiste à montrer les avantages et les défauts de l'image.

13Devant le défilé des images, le spectateur doit maîtriser l'aspect fragmentaire et opposer une perception intellectuelle rapide et globalisante. Il doit relativiser l'objectivité du journaliste. Les images et les paroles du film résultent d'une sélection opérée par le journaliste. Ces images induisent un travail des élèves sur le fond, le contenu et la forme.

14Malheureusement, l'opération "classe-info" a cessé au début de 1993. En juin 1993, l'enquête réalisée auprès des enseignants indique que 40 % seulement des répondants au questionnaire avaient utilisé les services de "classe-info". Ce désintérêt provient d'un manque d'information et de formation pour un usage potentiel du service. Le procédé audiovisuel, largement reconnu par le milieu éducatif, ne constitue pas un obstacle.

15Traces de notre mémoire, les patrimoines régionaux que constituent les fonds audiovisuels de France 3, doivent être sauvegardés au même titre que les écrits ou les monuments. Reflets de l'histoire régionale, les images recèlent une culture, des coutumes et des usages d'une entité familière par sa proximité géographique et affective.

16La restauration, la conservation et la gestion des kilomètres d'images qui reposent dans les vidéothèques régionales ne présentent pas seulement un intérêt pour les sociétés de programmes concernées, avec le concours de l'ina. Les pouvoirs locaux et régionaux savent que l'histoire de leur région est inscrite dans les pellicules autant que dans les écrits.

II. France 3 : la télévision au service du patrimoine culturel régional ?

17La télévision régionale n'est pas née de la volonté du législateur de doter chaque région d'un nouveau média. La création dans les années cinquante des premières stations décentralisées de la rtf (Lille, Lyon, Marseille et Bordeaux) était la seule solution pour offrir les premiers programmes de télévision aux téléspectateurs de province. Il était alors uniquement question de fabriquer quelques émissions pour alimenter les premiers émetteurs construits à proximité des grandes métropoles régionales françaises. Il était en effet techniquement impossible d'offrir, aux rares possesseurs de téléviseurs répartis en province, les programmes réalisés par les pionniers de la télévision, rue Cognac-Jay à Paris.

18Lorsqu'en 1954, Lille fut en mesure de diffuser en léger différé les programmes parisiens, les téléspectateurs découvraient la télévision de la Capitale. Si la retransmission des programmes parisiens comblait les téléspectateurs et le Gouvernement, elle ne satisfaisait guère les premiers techniciens et journalistes répartis dans les stations décentralisées de la rtf. En effet, si l'ensemble des pionniers de la télévision œuvrait pour son essor, les responsables nationaux et régionaux s'opposaient sur la forme que devait prendre le développement des télévisions régionales. Les uns avaient pour objectif de couvrir l'ensemble du territoire en émetteurs pour assurer une bonne diffusion des messages gouvernementaux, les autres rêvaient d'une télévision autonome et indépendante parfaitement intégrée à la vie locale.

19Dès 1963, Alain Peyrefitte, ministre de l'Information du Général De Gaulle, imposait aux premières stations régionales la réalisation d'un journal télévisé quotidien de vingt minutes. Cette décision gouvernementale était motivée par la volonté des élites gaullistes de mettre un terme au monopole des grands quotidiens régionaux, majoritairement hostiles à la politique du président de la République. Depuis cette date, les stations régionales ne sont jamais vraiment parvenues à s'affranchir des différentes tutelles politiques dont elles dépendent. Si l'échec de la régionalisation engagée par Serge Moati, en 1983, semble encore aujourd'hui enfermer la télévision régionale dans un rôle de média à vocation journalistique, on ne peut omettre de prendre en considération son rôle dans la constitution d'un patrimoine régional. Mais en quoi cette télévision régionale est-elle créatrice d'un patrimoine régional ? L'est-elle vraiment d'ailleurs ?

20La télévision régionale s'est développée en France sur le modèle du découpage administratif. Parler d'un patrimoine régional pour une région donnée demeure, dans bien des cas, une ineptie. Si la Corse et l'Alsace sont des entités bien distinctes en matière de télévision régionale, que dire des régions Paris-Ile-de-France-Centre ou Limousin-Poitou-Charentes. À l'image du découpage administratif, les douze régions de France 3 restent des agrégats de provinces, parfois heureux, souvent peu harmonieux. Poser ce problème au singulier n'est certainement pas le meilleur moyen pour évoquer le rôle de la télévision régionale dans la constitution d'une histoire collective. À la question "en quoi la télévision régionale est-elle créatrice d'un patrimoine régional ?" Il est préférable de s'interroger sur sa fonction dans la création de patrimoines régionaux.

21Evoquer la télévision du Sud-Ouest, par exemple, c'est aussitôt se demander si le Sud-Ouest existe. Quel est ce territoire ? Quelle est sa frontière ? Quelle est son identité ? En a-t-il une ? Depuis Paris, l'Aquitaine est une et indivisible, mais chacun sait que ce n'est pas si simple. L'eau, l'océan, la lumière, nous tenons là quelques éléments géographiques. Ils sont le Sud-Ouest, mais le Sud-Ouest, au niveau des pensées, des façons de voir, des façons de vivre n'est pas tout à fait le même selon qu'on le considère depuis Bayonne ou bien depuis Agen. Quand on est né au Pays Basque, le Sud-Ouest est tout naturellement bordé en haut par la Garonne. Le Périgord ? Ah oui, c'est vrai le Périgord ! En fait on n'y pense guère. À Bordeaux, le Sud-Ouest ce sont les Charentes, les Landes. Le Pays Basque ? Ah oui peut-être mais c'est loin ! Bref les territoires glissent selon les mentalités et selon les cultures locales. Comme l'avait si magnifiquement dépeint en son temps, Jean-Claude Bringuier, l'Aquitaine est un archipel. Un archipel où se mêlent une multitude de communautés très différentes les unes des autres avec comme unique lien, le Sud-Ouest.

22Installée à Bordeaux, dans cette capitale fière de son passé, si souvent dédaigneuse et ingrate envers le reste de la région, la télévision régionale se doit d'être le témoin de cette mosaïque culturelle. Pour les responsables de France 3 Aquitaine, fédérer tous les Aquitains autour d'un même programme est une chimère. En 1986, après avoir vainement cherché à rassembler les téléspectateurs autour d'une grande émission, les responsables de la télévision régionale ont amorcé un changement radical en fractionnant l'auditoire. Il ne s'agissait plus à cette époque d'offrir un même programme pour tous, mais de cibler chaque émission.

23Le "12/13" laissait alors la place à "2 villes sur la 3", Finki, Toromania, Aquitaine 2001, etc...". Le succès de cette formule démontrait à tous, la nécessité de cibler les programmes régionaux pour satisfaire un maximum de téléspectateurs. Ce faisant, la télévision régionale n'était plus créatrice d'un, mais de plusieurs patrimoines. Cette formule, si elle apparaissait comme la meilleure pour l'audience, ne parvenait toutefois pas à créer une unité régionale. Reste à savoir si la télévision régionale a pour vocation de créer un patrimoine régional commun ou d'être le reflet de toutes les cultures. Malheureusement, les structures régionales ont concentré leurs moyens créateurs sur la production d'un journal télévisé solide et se sont désintéressées, dans leur grande majorité des autres formes d'émission. Aujourd'hui, l'action de France 3 repose sur un double objectif : promouvoir les régions, en particulier sur le plan économique social et culturel et mettre en valeur le visage réel des régions françaises à travers l'environnement, la qualité de la vie ou bien encore l'accueil.

24La télévision régionale n'a donc plus pour unique objectif de réaliser des programmes pour une seule diffusion régionale. Si cette politique ravit les personnels répartis en province, au nom d'une louable et légitime ambition, elle engage les promoteurs d'une telle télévision à rechercher une plus large ouverture afin de satisfaire un public plus important. L'exemple de "La cuisine des mousquetaires" est symptomatique de cette dérive néfaste au développement d'une télévision réellement régionale. En 1983, la Direction de fr3 Aquitaine décidait de produire quinze émissions culinaires. Cette décision faisait suite à une directive nationale qui invitait les douze stations régionales à réaliser ce genre de programme. Chacune des douze régions de la troisième chaîne s'exécuta et offrit aux téléspectateurs des émissions régionales dignes de ce nom.

25Mais bien vite, seule "La cuisine des mousquetaires" s'avéra être un excellent programme, appréciée par un large public. Aujourd'hui, afin de répondre à l'accroissement de l'audience et aux exigences d'une programmation nationale, Maïté et Micheline ont abandonné les recettes d'Alexandre Dumas pour cuisiner et offrir aux téléspectateurs de la France entière, des recettes de toutes les régions. C'est ainsi que Maïté a troqué ses foies gras pour des mets plus classiques. Cette évolution de l'émission phare de France 3 Aquitaine serait anecdotique si elle n'était pas symptomatique de la dérive de la télévision régionale en général. D'une émission régionale, "La cuisine des mousquetaires" est devenue une émission nationale produite en région, oubliant les particularismes du Sud-Ouest. Le même débat oppose aujourd'hui les syndicats à la Direction de France 3 Paris-Ile-de-France-Centre à propos de l'excellente émission de Christian Dauriac : "Décryptage". Chaque mercredi soir, dans le cadre des programmes régionaux, ce magazine propose aux téléspectateurs Franciliens l'actualité des médias et de la communication en général. Malgré une qualité certaine et une audience tout à fait satisfaisante, les syndicats de la station régionale dénigrent ce programme, au nom d'une absence d'inspiration régionale dans la production de cette émission. Comme pour "La cuisine des mousquetaires", "Décryptage" est devenue une émission à caractère national, oubliant sa mission première. Certes, l'émission de Christian Dauriac s'est imposée comme un passage obligé pour les décideurs de la communication, mais est-ce là l'objectif d'un programme régional même en région parisienne ?

26Cette mutation de la télévision régionale est caractéristique de ses difficultés. D'une part, malgré quelques exceptions notoires, les régions n'ont ni les moyens ni la vocation de produire des émissions destinées à une programmation nationale.

27D'autre part, son personnel a tendance à manquer d'enthousiasme pour produire des programmes destinés aux téléspectateurs spécifiques de chaque région. L'échec de la régionalisation des programmes, en 1986, a marqué le début d'une mutation de la télévision régionale. La troisième chaîne était et devait demeurer une chaîne à vocation régionale dans le domaine de l'information, mais pour le reste... Faute de réussir à imposer une programmation régionale fondée sur une identification de plus en plus fine des auditoires, France 3 se constitue un réseau d'information. Avec six cent cinquante journalistes, vingt-cinq Bureaux Régionaux d'Information (Bri) et quarante studios décentralisés équipés de liaisons hertziennes, la troisième chaîne affiche pour seule ambition de développer la quantité et la qualité des informations télévisées régionales.

28Depuis trois ans, les décrochages locaux dans les grandes villes françaises se multiplient et démontrent à tous l'intérêt grandissant des téléspectateurs pour l'information de proximité. Le niveau régional, même si les Bureaux Régionaux d'Information profitent, en terme d'audience, de ces décrochages locaux, ne semble plus répondre aux besoins des téléspectateurs. À l'instar de la presse écrite, ils souhaitent une information télévisée pour l'actualité nationale et internationale et une pour l'actualité locale. La création de France 3 Euskall Herri, dans le Pays Basque répond parfaitement à cette demande. Les téléspectateurs d'Hendaye ou de Biarritz n'ont qu'un intérêt limité pour l'actualité de Périgueux ou de Bordeaux. À contrario, le décrochage local dont ils profitent depuis une année répond parfaitement à leur besoin d'une information de proximité. L'évolution des programmations régionales ne permet plus d'affirmer aujourd'hui que la télévision régionale est créatrice d'un patrimoine régional.

29Les responsables des Directions régionales demeurent, soit les initiateurs de productions télévisuelles à vocation nationale, soit les gestionnaires de programmes locaux très ciblés. Dans ce cadre là, il n'y a plus guère de place pour la constitution d'un patrimoine télévisuel commun et véritablement régional.

30Cependant toutes les images produites et diffusées en région, à quelque public que ce soit, demeurent tout de même les témoins d'un savoir-vivre et d'un savoir-faire. L'expérimentation du projet "Classe infos" est là pour nous le démontrer. Cette expérience était la première manifestation de l'existence d'un patrimoine régional en matière de télévision. Si l'écrit reste le support privilégié pour constituer un patrimoine, la télévision régionale offre aujourd'hui l'occasion de voir et non plus seulement d'imaginer ce que pouvait être la vie économique, politique, sportive ou culturelle d'une région. Le projet "Classe infos" était devenu un instrument au service des enseignants destiné à leur faciliter la transmission du savoir. Malgré le semi-échec de l'expérience, cet instrument demeure le résultat d'une accumulation de témoignages filmiques que seule la télévision régionale est en mesure de constituer. Si les journaux télévisés régionaux contribuent de façon substantielle au développement du patrimoine régional, les différentes émissions produites sont elles aussi autant de témoignages fort évocateurs des activités de la région Aquitaine. En 1985, Jean-Claude Bringuier proposait à Jean Suhas la réalisation d'une série sur l'Aquitaine. Documentaire en trois épisodes "Archipel Aquitaine" enthousiasmait la critique parisienne. Une fois n'était pas coutume, un programme régional rivalisait par sa beauté avec les émissions produites à Paris. Parvenir à faire parler ce pays, à le laisser s'exprimer n'était pas chose aisée. Non seulement Jean-Claude Bringuier avait su trouver les personnages mais il avait, surtout su ne pas les enfermer dans un rôle qu'il leur assignerait.

31Cette liberté de ton offrait aux téléspectateurs Aquitains l'occasion de se reconnaître et à tous les autres de découvrir cette magnifique région. Ode à l'Aquitaine, ce document est encore aujourd'hui un témoignage des grandeurs de cette région et constitue à lui seul un patrimoine culturel éminemment riche d'informations. Malheureusement et malgré l'accueil chaleureux des téléspectateurs, "Archipel Aquitaine" n'était pas le signe annonciateur d'un renouvellement des programmes régionaux. Bien vite, l'échec de la régionalisation dans laquelle s'inscrivait "Archipel Aquitaine" incitait les responsables de fr3 à recentrer leur programmation. Si l'on doit retenir les quelques émissions dignes du label "régional" créatrices d'un patrimoine aquitain, on ne peut éluder "Toromania", "Finki" et "Troisième mi-temps".

32Ces trois programmes diffusés sur la seule région du Sud-Ouest évoquent les particularismes locaux et participent grandement à la constitution d'une mémoire collective. "Troisième mi-temps" se propose comme un magazine qui porte sur les fondements de la civilisation du rugby en Aquitaine. L'objectif des producteurs est d'honorer un sport qui reste l'une des véritables valeurs de cette région. "Troisième mi-temps" invite chaque téléspectateur à voyager en terre de rugby pour découvrir cette mosaïque de clubs, grands et petits, d'équipes, connues ou inconnues, d'hommes stars ou simples joueurs, tous animés d'une même passion : l'amour du ballon ovale. Dans cet esprit, fr3 entrepris également de produire un magazine thématique entièrement consacré à l'art de la tauromachie. "Toromania" se donne pour objectif de voir ou revoir les grands événements de la scène tauromachique. La présence de caméras de télévision autour des spectacles de corrida profite grandement à cette culture du Sud-Ouest.

33Enfin ce chapelet d'émissions régionales auxquelles il est nécessaire d'adjoindre "Leçons de chasse" et dans une certaine mesure "La cuisine des mousquetaires" ne serait pas complet si l'on omettait de présenter "Finki". Ce magazine consacré à la pelote basque est le reflet d'un sport qui connaît de plus en plus d'adeptes. Peu de pays ont leur nom attaché à un sport et la télévision régionale ne peut ignorer ce phénomène local. Actuellement la pelote basque connaît un essor prodigieux sur l'espace régional. La pelote demeure un véritable moyen d'expression pour les méridionaux d'Aquitaine. Aucune autre discipline de ce genre ne colle autant à l'identité culturelle d'un pays. Or si les Basques n'ont pas véritablement inventé la pelote, ils l'ont cependant développée, renforcée et ancrée. Face à un tel enthousiasme, fr3 Aquitaine ne pouvait se désintéresser de ce sport traditionnel. La télévision régionale participe au plein rayonnement de cette discipline et contribue à l'expansion inéluctable de ce sport en étant son relais médiatique et le garant de sa pérennité par l'image. Si nous avons pu regretter l'abandon d'un programme régional unificateur des différentes cultures qui coexistent dans le Sud-Ouest, cette forme de télévision permet de ne pas annihiler totalement l'esprit de la télévision régionale et de répondre aux besoins des téléspectateurs. Reste à savoir si ce genre de programme rassemble vraiment les profanes et les initiés ou si au contraire il favorise la parcellisation d'un auditoire déjà fractionné en se donnant pour seul objectif de satisfaire les minorités.

34Offrir à chaque communauté sportive ou culturelle un temps d'antenne est louable mais n'est-ce pas là, le ferment d'une dislocation d'une unité régionale très fragilisée aux cours des dernières décennies. Le grand débat de cette fin de siècle dans le domaine de la communication est de s'imaginer l'évolution des médias de masse et plus particulièrement de la télévision.

35Certains, que nous qualifierons de régionalistes, avancent l'hypothèse d'une complémentarité entre les futures télévisions supranationales et l'ensemble des télévisions régionales européennes. Ce courant de pensée ne croit plus aux chaînes nationales et s'interroge sur l'avenir des télévisions locales. Dans cet esprit, le développement des télévisions régionales est une priorité. Ainsi, de nombreux responsables régionaux ont lancé l'idée d'une collaboration active entre les télévisions régionales d'Europe. C'est tout naturellement vers l'Espagne et le Portugal que se sont tournés les responsables de fr3 Aquitaine, pour créer un programme régional européen. "Eurosud" est né de cette idée au début des années quatre-vingt-dix. L'objectif des créateurs de ce magazine était double : faire prendre conscience de l'existence d'une Europe du grand sud en abolissant les frontières territoriales et en incitant les mentalités régionales à s'ouvrir vers l'extérieur, le tout devant faire naître un sentiment d'appartenance et d'identité dans le cadre du développement de l'Europe des régions. Ce magazine coproduit par tve Bilbao, rtp Porto et fr3 Aquitaine propose de débattre des préoccupations communes à des entités culturelles voisines. Le principe de cette émission consiste à définir un thème commun et de réaliser des reportages sur un même sujet dans chacune des régions. Cette ouverture sur les autres régions, cette volonté de créer une véritable confédération des télévisions régionales permet probablement de servir et de redynamiser une télévision à bout de souffle, mais ne nous éloigne-t-elle pas d'une télévision régionale au service des populations locales. Le développement actuel de la télévision régionale se fonde sur l'idée d'apporter aux téléspectateurs des régions, un regard différent sur les événements nationaux et internationaux. Si l'on excepte les rendez-vous d'information, il n'existe plus guère d'émissions réalisées par et pour une région.

36Si comme pour fr3 Aquitaine, il subsiste encore quelques magazines qui peuvent arborer une "appellation d'origine contrôlée télévisuelle", ils sont relégués dans une programmation peu confortable pour les téléspectateurs.

37Aujourd'hui le prisme régional n'a d'intérêt que s'il permet une analyse complémentaire des événements qui bouleversent le monde. Alors que devient le rôle de partenaire culturel assigné à la télévision régionale dans la constitution d'un patrimoine ? Beaucoup affirment aujourd'hui, non sans arguments, que la télévision régionale n'a d'autre objectif que d'être le reflet du présent. Media de l'instantanéité, la télévision laisserait à d'autres la gestion et la constitution d'un patrimoine. Le souci actuel des responsables et peut-être même des téléspectateurs, n'est pas de savoir si la télévision régionale est créatrice d'un patrimoine, mais si elle satisfaisante pour tous. Si par la force des choses, les programmes diffusés en région offrent l'occasion d'alimenter la mémoire collective, les dirigeants de la télévision en refusent la gestion et ne se reconnaissent aucune responsabilité dans ce domaine. Il nous est impossible aujourd'hui de contester le rôle de la télévision dans la constitution de patrimoines régionaux. Cependant, il est nécessaire de tempérer cette certitude. En effet, toute création alimente la mémoire collective et l'ensemble des documents produits par la télévision régionale n'échappe pas à la règle. Mais dans le cas de la télévision, cette participation à l'enrichissement du patrimoine régional n'est pas toujours le fruit d'une volonté des acteurs. Indéniablement, la télévision est un média de l'instant et un extraordinaire vivier de connaissances accumulées à travers le passé. Néanmoins, si l'intégration régionale d'un point de vue politique, économique et social se développe, il n'y a pas d'unité dans le domaine culturel.

38La communauté régionale n'existe pas en France et il est difficile à une télévision d'en être le témoin et le reflet. Au-delà de la question posée en préambule, il est bon de s'interroger sur le devenir de la télévision régionale en France. Sera-t-elle le vecteur dynamique d'une nouvelle forme de communication de masse ? Ou disparaîtra-t-elle au profit d'une télévision universelle doublée de programmes locaux spécifiques ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search