Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Le patrimoine de l'image

Chapitre 2. Les images de Bordeaux

André-Jean Tudesq, Robert Coustet, Damien Plantey et Annick Schott

Texte intégral

1Par son importance démographique et historique, par la richesse de son passé et la diversité de ses fonctions, Bordeaux joue un rôle qui a été fixé et illustré depuis plusieurs générations. Les mutations du dernier demi-siècle en changeant sa physionomie dans bien des quartiers ont suscité un travail collectif de conservation et de fixation des traits présents.

I. la mémoire de bordeaux, de la communauté urbaine et de ses communes

2"La mémoire de Bordeaux" dont le nom est explicite, est une association fondée en 1986 qui a pour mission principale de sauvegarder tout ce qui concerne Bordeaux et son agglomération, surtout depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, pour le transmettre aux générations futures. Sa fonction patrimoniale est donc prioritaire ; M. Robert Manciet, qui fut longtemps secrétaire général de la ville de Bordeaux et de la C.U.B. est à l'origine de cette association, avec l'appui du maire de Bordeaux, M. Jacques Chaban-Delmas. L'action de l'association s'est rapidement orientée principalement dans deux directions, la recherche et le rassemblement de documents, écrits, statistiques, illustrés, sonores... et les témoignages. La majorité des documents concernent l'écrit, mais un effort particulier a porté sur la recherche de films de toute nature concernant Bordeaux, soit en obtenant des dépôts, soit en faisant effectuer des copies, qu'il s'agisse d'organismes (Mairie de Bordeaux, Port de Bordeaux, Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux) ou d'entreprises (Les Forges et Chantiers de la Gironde, l'Aérospatiale...).

3Le film d'événements marquant à des titres divers la vie de Bordeaux a été ainsi sauvegardé : le déblaiement du chenal de la Garonne après la Libération en 1945, le grand prix automobile de Bordeaux en 1953, le dernier tramway en 1958, l'inauguration du pont Saint-Jean en 1967, la construction du pont d'Aquitaine en 1968.

4L'enregistrement des interviews individuelles ou des tables rondes s'effectue par des vidéos (quelquefois seulement sur enregistrement sonore) qui enrichissent la mémoire visuelle en fixant les souvenirs mais aussi les visages de témoins et d'acteurs de la vie de l'agglomération. Les documents sauvegardés sont aussi mis en forme et présentés ; une vidéo sur Bordeaux depuis 1945 a été réalisée et diffusée.

5Les différentes commissions de travail se sont divisées en groupes et sous-groupes, certains plus spécialisés sur la documentation illustrée avec des groupes sur la radio-télévision ou la photographie. Ils alimentent la publication d'une revue Empreintes rendant compte de leurs travaux mais aussi publiant des articles et des dossiers s'appuyant largement sur des illustrations.

6Ses recherches portent surtout sur la période postérieure à la Deuxième Guerre mondiale mais englobent aussi parfois les périodes antérieures, c'est le cas des études concernant l'industrie pharmaceutique, l'hôpital Saint-André, ou encore la radio à Bordeaux.

7La fonction patrimoniale de la Mémoire de Bordeaux déborde très largement la seule documentation illustrée (sous toutes ses formes) ; elle s'efforce de sauvegarder une documentation touchant à toutes les formes et à tous les domaines de la vie et de l'activité d'une grande agglomération urbaine. Parmi les fonds remis par des donateurs, plusieurs sont très riches en documents illustrés ; c'est le cas du fonds Roger Galy concernant la vie culturelle bordelaise et du fonds photographique Vincent Olivar.

8La période de prospection a été limitée volontairement à l'après-guerre mais selon les sujets étudiés, elle a pu être élargie, par exemple, l'étude menée sous la direction du Professeur Coustou sur l'industrie pharmaceutique, porte sur tout le xxe siècle, de même celle portant sur la villa Primrose, ou bien encore celle s'intéressant à l'Hôpital Saint-André depuis sa création ou celle sur la radio à Bordeaux. Ce sont là, toutefois, des exceptions.

9Quatre périodes de recherche ont été définies :

  • Bordeaux à la fin de la Deuxième Guerre mondiale ;
  • 1947-1967 : la reconstruction et la renaissance de la ville ;
  • 1968-1988 : l'expansion de la Cité, la naissance de la Communauté Urbaine ;
  • Bordeaux tourné vers son avenir, les grands projets.

10L'analyse des premiers numéros de la revue Empreintes (8 numéros entre 1988 et 1991) montre l'importance et la diversité de l'illustration ainsi proposée, à travers l'action de différents groupes d'étude ou sections : à la fois recension de documents et publication de certaines illustrations.

11La section Urbanisme, architecture et équipements est particulièrement soucieuse de sauvegarder les plans de masse des quartiers ainsi que les archives des architectes, les archives de Paul Daurel et Claude Bouey notamment ont été remises à la Mémoire de Bordeaux. Le souci de l'illustration est surtout sensible dans les numéros consacrés à un thème, par exemple le numéro 8 de juin 1991 consacré au théâtre "Présence et mémoire de scène 1945-1990" présente de nombreuses troupes sur scène ou le numéro 5 de mars 1990 consacré partiellement aux tramways de Bordeaux.

12Les entretiens pris en vidéo enregistrent les souvenirs et témoignages aussi bien de personnalités du monde politique (Jacques Chaban-Delmas interviewé par Roland Especel) que du monde économique (Jean Touton), de la Haute administration (le préfet Gabriel Delaunay), des artistes.

13En mettant en place les moyens de sauvegarde des témoignages du passé et du présent, Bordeaux et les communes de l'agglomération accomplissent une action essentielle pour la défense de leur patrimoine et de leur histoire.

II. l'image de bordeaux vu par les peintres

14Les premières représentations de la ville de Bordeaux sont liées au développement des curiosités humanistes ainsi qu'à la nécessité de répondre aux besoins des voyageurs qui, à l'instar de Montaigne, partaient à la découverte de " ce grand monde,... mirouër où il nous faut regarder pour nous connoistre de bon biais". Ainsi, en 1563, dans un recueil de Plantz, pourtraictz et descriptions de plusieurs villes et forteresses tant de l'Europe, Asie et Afrique que des Indes et des terres neuves, Antoine du Pinet publie, à Lyon, une vue générale de Bordeaux. Elle sera reprise, enrichie de légendes, dans d'autres "cosmographies" (François de Belleforest, 1575) sous le titre de Vif pourtraict de la cité de Bourdeaux. Ces images fixent avec une relative précision la topographie de la cité. On y voit les trois enceintes hérissées de tours, les châteaux Trompette et du Hâ, la cathédrale Saint-André, les nombreuses églises paroissiales, les Piliers de Tutelle et, hors les murs, le faubourg de Saint-Seurin et les ruines du Palais Gallien ; enfin, les navires ancrés dans " le port en forme de croissant dit le port de la Lune" témoignent de l'activité commerciale. Bien entendu, ce premier "pourtraict" souffre des conventions simplificatrices du genre et de certaines maladresses du dessinateur. Il l'emporte cependant sur celui qui figure dans L'antiquité de Bourdeaux et de Bourg (1574) que le principal du collège de Guyenne, Elie Vinet, offrit en hommage à Charles IX lors de son passage en sa bonne ville. Manifestement, la maîtrise du graveur bordelais inconnu est inférieure à celle de son confrère lyonnais.

15Le même Elie Vinet, pour illustrer l'édition des œuvres d'Ausone (1580), fait graver des planches remarquables représentant les Piliers de Tutelle et le Palais Gallien.

16Cette fois, le dessinateur est capable d'allier la précision archéologique, le souci de la vérité humaine et une réelle sensibilité à la nature. Il sait différencier les appareils de pierre ou de brique des édifices, il attrape avec justesse la silhouette des promeneurs dans le jardin établi dans l'enceinte de la colonnade de Tutelle, celle des cavaliers et des charrois qui traversent les arènes cernées par les vignes ; enfin, en véritable poète, il note le vol des oiseaux, la végétation qui envahit les monuments et il anticipe sur la vision piranésienne et pré-romantique des ruines.

17Il faut attendre une soixantaine d'années avant de trouver de nouveaux documents figurés de qualité. Ils sont dûs au Hollandais Hermann Van der Hem. Né à Amsterdam en 1619, il eut l'heureuse idée de se fixer à Bordeaux en 1638 ; il s'y maria et y mourut en 1649. Nous ne connaissons aucune peinture de lui. En revanche, il a laissé un ensemble de dessins (partagés entre les bibliothèques nationales de Paris et de Vienne) qui gardent le souvenir des différents aspects de la ville aux alentours de 1640. Artiste professionnel, Van der Hem maîtrise parfaitement l'art du trait. Comme il est de tradition dans l'école hollandaise, il est attentif aux effets de l'atmosphère et au pittoresque de la vie quotidienne. Des vues générales montrent la ville au bord du fleuve enserrée dans ses murailles aux pieds desquelles viennent mouiller les flottes qui assurent le commerce du vin qui, à cette époque, est en grande partie accaparé par ses compatriotes. Surtout, il n'est guère de monument qui ait échappé à la curiosité du Hollandais. Nous disposons grâce à lui, d'une documentation exceptionnelle qui nous permet de connaître beaucoup d'édifices aujourd'hui détruits ou considérablement transformés par les restaurations.

18En 1661, une vue cavalière incluse dans la grande Topographie éditée par Mérian à Francfort, présente un nouvel état du développement urbain. La technique de la gravure sur cuivre au service d'une mise en scène habile produit un effet superbe, même si une observation attentive révèle une relative imprécision. L'œuvre confirme qu'avant les embellissements entrepris par les intendants du xviiie siècle, Bordeaux était restée une cité quasi médiévale.

19Curieusement, peu de documents peints témoignent des grands bouleversements de l'urbanisme bordelais à l'époque des Lumières. L'art de la veduta semble ignoré des Bordelais si l'on met à part une petite toile conservée au musée des Arts décoratifs. Attribuée au chevalier de Bazemont, professeur de dessin au collège de Guyenne, elle représente les nouvelles promenades imaginées pour contourner le château Trompette : plantations d'arbres sur le cours du Chapeau-Rouge fermé par de somptueuses grilles en fer forgé, et façades à programme en bordure des nouvelles allées de Tourny. Les gravures sont, en revanche, nombreuses, commandées par les intendants pour la publicité de leurs grands travaux et pour célébrer les heureux effets du gouvernement royal. Il est naturel, dans ces conditions, que les plus belles soient celles qui sont consacrées à la magnifique statue équestre du Bien-Aimé (N. Dupuis, 1743) ainsi qu'à l'ensemble architectural de la Place Royale (Pierre Patte : Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV, Paris, 1765).

20Bordeaux entre véritablement dans le champ de la peinture et de son histoire avec Joseph Vernet. Le grand peintre de marines vint en 1757, sur ordre du roi, tracer le portrait de la rade, de son activité et de sa splendeur monumentale.

21Les deux grandes toiles, maintenant conservées au musée de la Marine, au palais de Chaillot, exigèrent deux années de travail. Popularisées par les gravures de Cochin et de Le Bas, elles fixèrent en quelque sorte, l'image officielle du port et contribuèrent à sa célébrité. En 1804, le Bordelais Pierre Lacour reprit le flambeau. Dans un format plus important encore, il représenta le quai des Chartrons, mettant en scène les hôtels particuliers des grands négociants, réponse architecturale de la bourgeoisie libérale à l'ordonnance majestueuse des programmes imposés naguère par l'administration royale. À partir de ce moment, le port devint le motif privilégié des artistes, peintres, graveurs et lithographes. L'un des plus jolis exemples est celui de Sewrin qui, sous la monarchie de Juillet, utilisa le procédé alors en vogue de la lithographie pour dessiner une série de planches qui, mises bout à bout, forment un panorama complet des bords de Garonne depuis Paludate jusqu'à Bacalan. Cette suite animée et charmante montre l'état des constructions et représente des monuments importants maintenant démolis, comme l'hôpital des enfants trouvés qui datait du xviie siècle ou les curieux moulins de Teynac transformés en faïencerie par David Johnston ou encore les imposants magasins des vivres de la Marine, l'un des rares équipements du port construit à la fin de l'Ancien Régime par l'ingénieur Teulère. Peintre de la marine, Garneray consacra quatre planches au port de Bordeaux à l'époque de la Restauration, se plaisant à souligner les aménagements (débarcadère et appontements en charpente, entrepôt Lainé) qui facilitent le trafic. Louis Burgade a laissé, lui aussi, des vues qui en dépit de leur qualité pittoresque s'inscrivent dans des séries désormais répétitives.

22Plus original est le regard d'Adrien Dauzats. Ce fils d'un décorateur du Grand Théâtre, artiste reconnu, proche ami de Delacroix, revint dans sa ville natale en 1832. D'un trait de plume vif, souvent rehaussé de lavis, il nota dans un album le spectacle de ses flâneries. En bon romantique, il voit Bordeaux dans sa dualité, à la fois médiévale avec ses vieilles églises, ses vieilles tours, ses vieilles masures et classique avec la noble colonnade du théâtre de Victor Louis, les maisons bien alignées des allées de Tourny, les arches régulières du nouveau Pont de pierre enjambant la Garonne. On lui doit aussi une macabre représentation des célèbres momies de Saint-Michel qui furent, à l'époque romantique, l'une des attractions touristiques les plus prisées.

23Une pléiade de dessinateurs-archéologues (G. Labat, L. Drouyn, E. Bernède...) confirme que ce sont les grands chantiers de la seconde moitié du xixe siècle et non pas ceux du siècle d'or qui ont fait disparaître les derniers témoins de l'architecture civile du moyen âge. À la veille du dégagement de la cathédrale, du percement du cours d'Alsace-Lorraine, de la régularisation de la rue Sainte-Catherine et du cours Victor-Hugo, les dessins et les belles gouaches de ces érudits (celles de Bernède sont particulièrement remarquables), fixèrent l'aspect des rues médiévales adossées au rempart romain, des façades à pignons et à pans de bois, des cours intérieures avec leurs puits, leurs galeries et leurs appentis. Ces documents expliquent à merveille l'enchantement de Victor Hugo et justifient un constat qui aujourd'hui nous étonne : "Prenez Versailles et mêlez-y Anvers, vous aurez Bordeaux".

24Avec le succès du courant réaliste, les peintres détournent leur attention de l'architecture pour s'intéresser surtout au trafic portuaire. L'Américain Richard Faxon se plut à représenter le départ pour l'Amérique du Sud d'un gigantesque paquebot à vapeur dont les roues à aubes brassent les eaux d'une rivière encore tout encombrée de voiliers. L'enchevêtrement des mâts se découpant sur le ciel changeant et les reflets des eaux limoneuses retinrent le regard de Manet au cours de la semaine qu'il passa chez nous, en 1870. Eugène Boudin, "roi des ciels" trouva déplaisant le tohu-bohu des quais, mais il ne résista pas au plaisir d'en donner plusieurs représentations avec cette touche frémissante et libre qui devait séduire Monet.

25Parmi ceux qui prolongèrent de façon originale la leçon des impressionnistes, il convient de faire une place à Alfred Smith et à Joseph Lépine. Le premier qui, comme son nom ne l'indique pas, était un vrai Bordelais, nous a laissé de la vie des quais à la fin de la "Belle Époque" des tableaux de caractère naturaliste : ouvriers affairés et promeneurs bourgeois se côtoient, indifférents à la noblesse de l'architecture classique. Le second utilisa la touche papillotante et les harmonies acides des post-impressionnistes pour envelopper dans une même vibration le ciel, les pierres et l'eau.

26Dans les premières décennies du xxe siècle, les préoccupations plastiques l'emportent sur l'observation et pour la représentation du réel. En 1924, alors qu'il se rendait en villégiature à Arcachon, Albert Marquet retrouve sa ville natale dont il ne conservait que de mauvais souvenirs. Il ne résiste pas, cependant, au plaisir d'installer son chevalet à La Bastide et souligne le monotone développement des façades sous le ciel gris.

27L'année suivante, Kokoschka, au cours d'un bref séjour, se laisse séduire par le Grand-Théatre et par l'église Notre-Dame. Dans les deux cas, le regard de ces artistes célèbres est plus intéressant par l'originalité du style que par l'objectivité de l'observation. Charles Lacoste qui fut l'ami de Francis Jammes, emprunte aux Japonais le procédé des aplats colorés et les tons rompus des estampes pour proposer une transposition "voilée" et poétique du Pont de pierre et du fleuve qui semblent émerger des brumes symbolistes. À l'opposé, André Lothe, théoricien d'un cubisme synthétique, soumet le site portuaire et ses activités à la rigueur de sa grammaire plastique afin de recréer un spectacle total. Ainsi, la toile intitulée L'entrée du bassin à flot de 1912 (musée des Beaux-Arts) unit par des savants passages colorés, les appontements, les cheminées d'usines, les voiliers et les coteaux de Cenon dans une composition où transparaît la leçon de Cézanne. En 1956, lorsque Lothe recevra la commande d'un panneau mural pour l'amphithéâtre de l'Institut d'odonto-stomatologie, il décidera de le consacrer à la Gloire de Bordeaux. En adoptant ce thème, il y rejoignait et prolongeait la tendance néoclassique des maîtres de l'entre-deux-guerres qui, comme Jean Dupas et Camille de Buzon, avaient choisi les artifices de l'allégorie pour décorer les murs de la Bourse du Travail.

28À l'opposé de cette tendance classique, les peintres qui avaient choisi d'exposer au Salon des Indépendants bordelais fondé en 1928 prolongèrent une veine naturaliste plus proche du réel. Parmi eux, Georges de Sonneville fait figure de dernier chroniqueur de la vie des quais. Issu du fauvisme, il est un coloriste flamboyant en même temps qu'un témoin ironique et tendre de la vie turbulente des quais et des bars louches où se mêlaient gaiement matelots, dockers, mauvais garçons et filles.

29En dépit de sa truculence, son œuvre provoque la nostalgie d'un monde qui disparut au moment même où le succès de l'abstraction détourna les peintres bordelais d'un paysage qui depuis plus de deux siècles avait inspiré leurs plus belles toiles.

III. images du port de bordeaux

30L'image, qu'elle soit fixe ou animée, conservée, est un patrimoine vivant pour une entreprise ou pour une ville ; elle est à la fois source d'identité pour les générations ultérieures et instrument de promotion.

31Le port de Bordeaux s'est longtemps identifié à la ville, surtout au XVIIIe siècle, époque de la splendeur de l'un et de l'autre. Ses fonctions se sont ensuite diversifiées, approvisionnement en matières premières, développé avec l'ère coloniale, exportation de produits de valeur comme les vins, transit et entrepôt.

32L'administration du port (devenu établissement public autonome par décret du 14 novembre 1924) s'est souciée très tôt de sa mémoire visuelle. Quelques 60 000 clichés comprenant des dessins, des peintures, des photos (depuis 1902), des films sont conservés par le service photographique du Port autonome.

33D'une étude de ces sources iconographiques du port entre 1925 et 1939, ressortent trois images du port à la fois voulues par ceux qui avaient la charge de ses équipements et de leur entretien, par ceux qui exploitaient ces installations, et par ses usagers.

L'image technique

34Dans la période considérée, les photos sont en noir et blanc ; les photos prises d'avion donnent des vues aériennes en 1926 et en 1936. Des films muets en 35 mm ont été enregistrés en juillet 1935.

35Ainsi la constitution de ce patrimoine de l'image s'enrichit des nouvelles techniques qui apparaissent ; la photogravure puis l'héliogravure sont peu à peu utilisées.

36Ce sont surtout les images des installations portuaires qui sont fixées par la photo ou enregistrées par le film ; qu'il s'agisse des quais de la rive gauche où accostaient les paquebots, réaménagés pendant plus de quinze ans, durant l'entre-deux-guerres, ou des gares maritimes et des hangars. La photo enregistre surtout la modernité, le nouvel outillage utilisé, les grues hydrauliques et électriques.

37Mais les installations plus anciennes sont aussi mises en valeur, les formes de radoub des bassins à flot notamment. Et les équipements de l'avant-port, le dock flottant à Pauillac, les travaux échelonnés jusqu'à la Pointe de Grave furent l'objet de films dans les années trente, de même que les installations pétrolières du Bec d'Ambès, à Pauillac et à Blaye.

L'image économique

38La fixation et la conservation des images techniques sont liées à leur utilisation à des fins économiques et notamment publicitaires. Si les tirages photographiques étaient plus nombreux que les images produites par le cinéma, ces dernières représentaient 60 % des crédits affectés à la production d'images.

39Le port a aussi vendu des images dès les années trente car elles étaient très demandées, notamment pour la publicité des compagnies de navigation ou des exportateurs : elles donnaient lieu à des affiches ou à des panneaux dans des journaux.

40Les rapports du Conseil d'administration sont ainsi illustrés, la page de couverture à partir de 1928 ; à partir de 1931 des cartes postales illustrées du port sont éditées. Des affiches associent "Bordeaux ses monuments, son port, ses vins".

41Le film est utilisé comme "film documentaire de propagande" et aussi pour l'enseignement avec des films tournés par Pathé et Gaumont.

42Les bateaux et plus spécialement les paquebots sont évocateurs du port et les activités de Bordeaux vers l'Afrique et vers l'Indochine. Mais la mémoire navale a aussi enregistré l'image des gabares utilisées pour le trafic sur le fleuve et les morutiers à voile qui allaient pêcher sur les bancs de terre Terre-Neuve, activité complétée à Bordeaux et surtout à Bègles par les sécheries.

43Les images du port, ce sont aussi les images des marchandises déchargées ou embarquées sur les quais, poteaux de mines, rhum, arachide, sucres et bananes, bois coloniaux ou tonneaux de vin.

L'image sociale

44Elle porte d'abord sur les métiers du port, les ouvriers des chantiers de réaménagement, les ouvriers de la manutention, les dockers, les gabariers et les rouleurs de barriques ; ainsi l'iconographie du port conserve-t-elle l'image de ces petits métiers traditionnels, souvent disparus.

45Elle illustre aussi le rôle que jouait Bordeaux comme port de passagers ; colons ou touristes, tirailleurs venant d'Afrique, hommes d'affaires ou gros propriétaires argentins et brésiliens ont été fixés sur les pellicules du port.

46Les quais de Bordeaux étaient aussi un lieu de promenade pour les familles des citadins le dimanche, même après la mise en place des grilles, un espace libre de 600 mètres reste maintenu en face de la place des Quinconces.

47D'autres illustrations ont conservé une image, parfois quelque peu différente du Port ; ainsi les nombreuses photos publiées dans la presse locale, surtout dans la Petite Gironde, fixant par exemple dans le numéro du 3 novembre 1936 la grève des dockers à Bordeaux en octobre et novembre de cette année-là.

48La mémoire du Port, étroitement associé à la vie de la cité, fait partie du patrimoine de Bordeaux, par la peinture, par le dessin, par la photo et par le film ; une mémoire qui embellit le passé, en ayant fixé plutôt les aspects positifs, laissant dans l'oubli les aspects les plus sombres.

IV. les cartes postales

49Objet quotidien et banal, la carte postale peut apporter du rêve et de l'émotion tantôt comme reflet de notre société, tantôt comme vecteur d'histoires passées.

50La carte postale est avant tout un média, une forme particulière de support d'écriture et de communication qui transite par voie postale.

51Cependant, située au cœur de l'action ou d'événements, la carte postale prend une dimension historique, patrimoniale. Elle devient le constat du passé. Son grand âge, ses 126 années, lui confèrent ce regard percutant qu'elle pose depuis sa création. La société, les êtres, les événements, les témoignages qu'elle donne sur une actualité révolue ou présente, sont autant de signes qu'elle diffuse.

52Au xviie siècle, cette relation existait déjà sous forme de billet de visite, transformé plus tard en carte de visite.

53La guerre de 1870 vit apparaître cette nouvelle formule de correspondance. Deux raisons à cela : l'Allemagne et l'Autriche venant de l'adopter, sa lecture en était facile, la censure la toléra. Le siège de 1870 obligea le gouvernement français à autoriser le transport des cartes, soit la carte-poste, la carte-dépêche ou la carte-réponse.

54C'est à Sillé-le-Guillaume, petit village de la Sarthe, qu'un libraire, M. Bermardeau, conçut pour satisfaire les besoins de l'armée de Bretagne, les premières cartes postales illustrées. L'année 1880 vit apparaître les cartes postales photographiques et en 1881 la loi imposa le dépôt légal à la création. La première exposition de cartes postales date de 1894, elle eut lieu à Venise. L'exposition universelle de 1900 facilita de nombreux échanges. Entre 1914-1918, elle devient patriotique et organe de propagande. Les congés payés de 1936 lui donneront une extraordinaire diffusion. L'occupation allemande créa la carte interzones. Ainsi la carte postale devint témoin de son temps.

55Sa création officielle remonte à 1869 en Autriche-Hongrie et à 1873 en France. Banal carton plat au format standard destiné à l'envoi de messages à découvert par la poste, la carte postale traverse plusieurs espaces spatio-temporels.

56Éditée en de nombreux exemplaires, offerte à prix modique aux touristes, c'est l'image témoin d'instants, de lieux, d'actions.

57Avec le temps cette même carte postale devient le révélateur et le conservateur d'histoire.

58Ce sont ces chasseurs infatigables, ces collectionneurs dont elle sert la passion qui l'érigent au statut de témoin de multiples vécus. Ainsi, elle peut contribuer à établir des références culturelles et historiques, un aller simple vers hier.

59Les cartes postales sont aussi des archives précieuses et précises sur la vie quotidienne.

60Les vecteurs les plus fréquents et faciles d'utilisation, accessibles à tous dans n'importe quelle bibliothèque, se présentent sous forme d'ouvrages, aides-mémoire qui à partir de ce type d'illustration nous invitent à ouvrir les yeux sur ce qui n'est plus et ce qui demeure.

61Le chercheur dispose de témoignages déjà sélectionnés sur les scènes de vies ordinaires émaillées de quelques événements hors du commun. Qu'il soit sociologue ou archéologue, économiste ou historien, il peut y puiser une mine visuelle d'informations passées au crible des centres d'intérêt d'auteurs qui par la qualité et/ou la quantité de leur production sont devenus des références.

62Limitée à la région Aquitaine, la consultation de certains ouvrages, véritables répertoires ordonnés de cartes postales de la Belle Époque, nous conduira à restaurer le cadre (rues, monuments, transports) à illustrer les activités économiques et sociales (sécurité et santé publiques, écoles, information, sports et loisirs). Les événements et personnages (faits divers, fêtes profanes et religieuses, personnalités et figures) seront également présentés.

1. Le cadre

Rues et monuments

63La mise en scène des cartes postales qui composent la matière première des ouvrages qui ont servi de support à cette étude n'est donc pas neutre. Leur consultation nous donne l'identité des lieux qui avec le temps évolueront à des rythmes différents. Cette identité est soigneusement façonnée par le choix d'approches historiques, personnelles, émotionnelles, scientifiques des auteurs de ces ouvrages.

64Quel que soit le lieu, petite ou grande ville, ces contraintes sont similaires.

65Périgueux11 qui s'est offert en 1977 une exposition de cartes postales relatant sa "Belle Époque", s'est départi de son passé prestigieux pour devenir une ville aérée et un centre de passage obligé avec sa gare, sa grande place Francheville, ses allées de Tourny et son cours Montaigne.

66De Dax, les cartes postales de la Belle Époque qui ont été sélectionnées par Jean Verges18 nous montrent une ville qui vient de faire éclater le carcan gallo-romain pour s'ériger en ville phare du thermalisme. Il reste donc peu de monuments de son riche passé : l'hôtel Splendid a remplacé le château fort et le marché de la place Poyenne, puis s'est élargi en prenant la place du Casino incendié en 1926.

67L'hôtel des Thermes a lui aussi bouleversé le paysage et surtout un vieil usage dacquois. En effet, l'autorisation d'élever cet établissement et d'utiliser des eaux chaudes a été donnée par les autorités locales aux promoteurs à condition de créer un bain des pauvres et de supprimer le "trou des mêmes" dans lequel se baignaient hommes et femmes dans le plus simple appareil.

68D'un ouvrage à l'autre, de Jean-Paul Avisseau1 à Edmond Cardoze5, de Paul Perrein12 à Jean-François Ratonnat14/15, les images de Bordeaux les plus couramment reproduites s'articulent autour des grands axes :

  • Allées de Tourny ;
  • Cours de l'Intendance ;
  • Place de la Bourse ;
  • Place des Quinconces - Monument des Girondins ;
  • Rue Sainte Catherine ;

69des axes dont l'aménagement est l'œuvre de l'intendant Tourny.

70D'autres lieux ont été sélectionnés :

  • Église Saint-Michel, dont les abords montrent un habitat très urbanisé, fruit du développement de Bordeaux ;
  • Cathédrale Saint-André dont les aménagements semblent s'effectuer au début de ce siècle ;
  • Église Saint-Seurin, dont la crypte du ive siècle, témoignage culturel, rassemble le tombeau du Saint-Fort édifié au viie siècle et des sarcophages mérovingiens du vie siècle ;
  • La Grosse Cloche, qui atteste de la protection et l'indépendance de Bordeaux ;
  • Le Grand Théâtre, œuvre du xviiie siècle.

71Certains monuments disparus reçoivent un éclairage particulier. Leur reprise en cartes postales par les auteurs référencés ci-dessus les livre à la sagacité du lecteur.

72Les statues effacées pour fait de guerre :

  • la statue de la Liberté, réplique de celle réalisée par Bartholdi, trônait au centre de la place Picard et fut fondue en 1941 ;
  • la statue de Vercingétorix au centre des allées Damour, aujourd'hui place des Martyrs de la Résistance, fut, elle aussi, fondue en 1941.

73Victime du progrès, la statue de Gambetta, inaugurée le 25 avril 1905 par le Président Émile Loubet, fut remisée à l'occasion du creusement du parc souterrain pour automobiles, place Tourny.

74Parcs, jardins, portes, places, fontaines, cours, allées, avenues, quais, églises, temples, synagogue, cimetière, palais et palais de justice, hôtels, hôpitaux..., d'autres images illustrent de manière plus discrète le parcours des rues et monuments dessiné par les auteurs de ces ouvrages.

Transports

75Traction hippomobile, charrettes de livraison, automobiles, taxis-autos, ambulances figurent sur les cartes postales qui ont reçu la préférence des auteurs.

76À Bordeaux, de Jean-Paul Avisseau1 à Edmond Cardoze5, de Paul Perrein12 à Jean-François Ratonnat14/15 les retours du marché ou les promenades se font en tramway. Au début du siècle les tramways à chevaux se mêlaient aux voitures à chevaux et à impériale. Ils côtoyaient les tramways à prise souterraine et le trolley à fils aériens.

77À Périgueux11 ou à Dax18 les tramways qui remportent un vif succès depuis leur mise en service, entraînent les citadins dans les localités voisines. Lorsqu'il n'existait pas de tramway comme à Bergerac8, les trajets se faisaient en autocar. À la campagne, on circule en autocar de village en village.

78Quelle que soit la taille de la ville, l'automobile reste rare.

79Que ce soit à Dax, Périgueux, Bergerac, Lalinde, Thiviers, l'arrivée des trains draine une foule compacte.

80À Bordeaux le trafic est intense. Les cartes postales choisies par Paul Perrein12 en sont d'ailleurs une preuve vivante.

81La Compagnie du Midi, propriétaire de la gare du Midi ou gare Saint-Jean avait vu grand. Mais pas assez, puisque deux ans après sa mise en service qui date de 1902, la nouvelle gare connaît des embarras de circulation. Certains auteurs, Jean-Paul Avisseau1 et Jean-François 14/15 Ratonnat notamment, n'ont pas hésité à faire figurer dans leurs ouvrages deux à trois cartes postales montrant un agencement périlleux de tramways et de fiacres.

82La gare d'Orléans, la plus ancienne des gares bordelaises, mise en service en 1852 fut affectée à la ligne Bordeaux-Paris. Avant qu'elle ne soit destinée en 1938 au trafic de marchandises, puis, quelques décennie plus tard désaffectée, cette gare était très active et de nombreux fiacres l'abordaient, si l'on en croit le choix de certains auteurs (Edmond Cardoze5 et Paul Perrein12 par exemple).

83La gare d'État ou La Bastide, ouverte en 1896 desservait la ligne Bordeaux-Saintes avant de devenir en 1901 une gare terminus des trains de faibles parcours et de tramways. C'est là que deux cartes postales élues par certains auteurs — Jean-Paul Avisseau1 et Paul Perrein12 — semblent nous montrer que l'on prenait le tramway et qu'on l'attendait plus loin à des arrêts prévus sur les quais.

84La gare Saint-Louis ou gare du Médoc desservait Pauillac, Soulac et Lesparre.

2. L'activité économique et sociale

L'activité économique

Les ports

85Sur l'Isle, les quais, le port et le canal participent à la vie nautique de Périgueux11 comme en témoignent une trentaine de cartes postales datant de la Belle Époque. Port-Sainte-Marie (Lot-et-Garonne)8 dans ces mêmes années connaît un fort dynamisme, puisqu'il est considéré comme un important port de marchandises et de voyageurs de la Garonne.

86Le port, c'est bien entendu le grand port fluvial de Bordeaux, tel que Jean-Paul Avisseau1, Edmond Cardoze5, Paul Perrein12 ou Jean-François Ratonnat14/15 ont décidé de nous le présenter.

87Cœur économique et sentimental de la ville, c'est également le port du vin, un port à 50 km de la mer. Bordeaux s'étend sur la rive gauche d'un méandre de la Garonne d'où son nom de Port de la Lune.

Quelques bateaux

88Gabares et gondoles, cargos et paquebots, morutiers peuplent des images choisies pour illustrer les trois activités portuaires de la rade de Bordeaux à la Belle Époque, c'est-à-dire le cabotage, la pêche, la navigation transocéanique.

89Autre aspect, la flotte militaire, dont certains temps forts, tels les lancements de bâtiments militaires ont été soigneusement retenus.

90Le Kleber, croiseur-cuirassé attend son lancement qui aura lieu le 20 septembre 1902.

91Le Vérité, un cuirassé, semble figé sur ses cales avant son lancement le 24 mai 1907.

92Un autre lancement, celui du cuirassé Vergniaud le 2 avril 1910.

93Ce sont les Chantiers Maritimes de la Gironde, établis depuis 1881 à La Bastide, qui ont construit ces cuirassés. Ils sont également les fabricants du cargo mixte La France, le plus grand voilier du monde.

94Le paquebot Californie de la Compagnie Générale Transatlantique est mentionné à plusieurs reprises ainsi que le paquebot l'Atlantique de la Compagnie des Messageries Maritimes.

95Le bateau Ville de Royan au départ de Bordeaux, et le bateau Bordeaux au départ de Royan ont également été choisis, illustrant ainsi le "train du plaisir" des Bordelais.

Les quais et bâtiments

96Les illustrations les plus redondantes issues des différents 14/15 ouvrages retenus montrent les infrastructures principales du port de Bordeaux à la Belle Époque.

97L'Entrepôt, place Laîné, construit par la Chambre de Commerce sert au négoce de produits coloniaux, avant de devenir dans les années 1970 un lieu culturel.

98Le pont sur la Garonne, est un ouvrage de pierres et de briques, appelé Pont de Pierre ou Pont Napoléon. 17 arches, 501 m de long, le Pont de Pierre fut à péage de 1822 à 1881. Son élargissement en 1954 obligea la destruction des guérites d'octroi.

99À Bacalan, l'entrée du bassin à flot, l'entrée des docks et le Pont Tournant concentrent les quatre cinquièmes de la population laborieuse : débardeurs, manœuvres, dockers,...

100Une grue spéciale charge des poteaux de mines.

Activités

101Au regard des sélections opérées, par les auteurs déjà mentionnés, c'est autour du commerce du vin, de la morue et des poteaux de mines que se noue l'activité du port de Bordeaux.

102Quai des Chartrons, le vin est chargé dans les cales des navires.

103Au bassin à flot, s'effectue le chargement de poteaux de mines faits en pins des Landes.

104C'est au quai de Bourgogne que la morue est déchargée.

105À cette époque, chevaux de trait et chariots servent au chargement et au déchargement.

Des métiers

106Voici les métiers les plus représentés.

107Des pêcheurs de morues reviennent de Terre Neuve. C'est la fin de leur campagne. Les morues vont être séchées et salées à Paludate.

108Un groupe d'ouvriers s'affaire sur les quais.

109Une Bordelaise raccommode des filets.

110Sous la surveillance du service sanitaire, un navire est passé à la sulfuration.

111Un autre port fluvial : le port de Bourg-sur-Gironde fut en 1900 l'un des plus importants après celui de Bordeaux.

Sur le littoral 4/12/13/14/15/16

112Arcachon, ce hameau de pêcheurs devenu une ville forte de 8 000 habitants en 1900, est traité avant tout comme un port de pêche. Ce sont des images choisies de bateaux à voile partant pour la pêche au maquereau, de barques au retour de la pêche, de pêcheurs après un coup de filet et des Pêcheries nouvelles qui célèbrent Arcachon comme le premier port de pêche de la France du début du siècle.

113L'ostréiculture réglementée depuis 1848 est une richesse aussi importante pour Arcachon et le Bassin. C'est ce que révèle le nombre de cartes postales reproduites dans les ouvrages cités en référence. Leur nombre est équivalent à celui relatif à l'activité de la pêche.

114Les plaisirs des bains de mer et activités annexes ne sont pas oubliés, mais apparaissent relativement peu.

115Le collège Saint-Elme reproduit à plusieurs reprises signifie sans doute qu'Arcachon a acquis un certain renom.

116La Côte d'Argent, c'est aussi l'industrie résinière. Ainsi voit-on des résiniers pratiquer la saignée des pins.

Le commerce

117Le commerce limite son ambition à satisfaire les besoins immédiats de la population citadine mais aussi campagnarde.

118Bordeaux compte au vu des cartes postales, sélectionnées notamment par Jean-Paul Avisseau1, Paul Perrein12 et Jean-François Ratonnat14/15, onze marchés et foires. Les trois marchés les plus souvent reproduits sont le Marché des Capucins (couvert depuis 1880), le Marché des Grands Hommes, le Grand Marché (situé à l'emplacement du Palais des Sports) dit Marché des Fossés, cours Victor Hugo.

119Des illustrations pittoresques du marché Mériadeck, marché quotidien à la brocante (disparu avec l'opération de rénovation du quartier en 1975) sont également très présentes.

120D'autres marchés quotidiens ou hebdomadaires qui rythmaient la vie de Bordeaux sont aussi représentés :

  • le marché Neuf ;
  • le marché aux chiens, place Pey Berland (hebdomadaire) ;
  • le marché aux Pierres, quai de Paludate (quotidien) ;
  • le marché Royal, à la volaille, quai de Bourgogne (hebdomadaire) ;
  • le marché au vimes (osier), quai des Salinières (quotidien).

121Viennent ensuite :

  • la foire Saint-Fort, marché de bouquinistes, brocanteurs, fripiers, cours d'Albret ;
  • la foire aux fleurs aux allées Damour (actuellement place des Martyrs-de-la-Résistance) ;
  • le marché aux fleurs, place de la Victoire.

122Les temps forts de la foire, place des Quinconces, nous sont méticuleusement révélés par la sélection qui en est faite.

123À Périgueux11 comme à Dax18, dans le Lot-et-Garonne8 comme dans les Pyrénées-Atlantiques6, les foires et les marchés tournés quasi exclusivement vers l'agriculture restent prospères parce que fondés sur la tradition. Ils attirent une foule dense de paysans et de villageois. C'est ce que nous découvrons grâce aux choix de cartes postales remarquablement reproduites.

124Les grands magasins débitent leurs marchandises sans aucun objectif précis. C'est l'impression que nous laissent les sélections opérées par les différents auteurs déjà cités ci-dessus.

125Dans des villes comme Dax ou Périgueux, situées au cœur de départements "ruraux ", les Nouvelles Galeries, seul grand magasin, offrent quincaillerie, outillage agricole, grains, vêtements, chaussures en réponse à une grosse clientèle campagnarde.

126À Bordeaux, Les Galeries Bordelaises, Les Dames de France, Les Nouvelles Galeries, construites au cours de la deuxième moitié de xixe siècle s'adressent à un public urbanisé. Les cartes postales retenues sont aussi celles qui ont été éditées à l'occasion de travaux d'agrandissement ou d'embellissement.

127Une grande ville se caractérise également par ses cafés et salons de thé à la mode. C'est ce qui nous est montré grâce aux reproductions répétitives du Café de Bordeaux et du Café Cardinal, du Salon Five o'clock Tea (situé au 160-162 cours Victor Hugo).

La vigne et le vin

128La vigne est le moteur de l'économie locale. Elle est à l'origine du développement du port. Pour faire le commerce du vin, vers l'Angleterre notamment, des établissements et châteaux se sont affirmés comme des passages obligés. C'est l'un des enseignements que nous pouvons tirer des reproductions de cartes postales publicitaires pour négociants et propriétaires de grands crus1/12/14/15.

  • Vin de Bordeaux, Établissement Richard et Muller à capital de 600 000 francs, demandez le prix courant, le chai no 6, la mise en bouteille, la cour intérieure.
  • Ed. Kressmann et Cie, 10, rue de la Faïencerie Bordeaux, l'administration ; la mise en bouteilles.
  • Th. Bellemer, propriétaire du Château Pribau, Macau Médoc Gironde, caverie et chais de Terrefort-la-chanterie ; les caves de réserve de vin vieux.

129Graves, Médoc, Saint-Émilion, Sauternes, les grands vins de la Gironde illustrée12/14/15 semblent passer par :

  • Château Haut-Brion, 1er grand cru classé, Pessac - Graves ;
  • Château Pichon Longueville, 2ème grand cru classé, Pauillac - Médoc ;
  • Clos des Cordeliers, grand vin mousseux, 1er cru classé, Saint-Émilion ;
  • Château Yquem, Sauternes.

130De nombreuses sélections de cartes postales évoquent le métier de tonnelier, de maître de chai et celui de fabricant de bouchons de liège.

131Ainsi le cœur de la ville est notamment le siège des ateliers de tonnellerie, des grands chais de pierre.

132Des châteaux, tel celui de Pribau, se sont également organisés pour produire et conserver le vin : chais, cuviers, pressoirs, voire ateliers de tonnellerie regroupés dans un même ensemble.

133À Saint-Émilion, deux cartes postales montrent des canons contre la grêle. Installés au milieu des vignes, ils sont chargés d'envoyer une solution spéciale dans l'atmosphère.

134Les scènes de vendanges le plus souvent retenues sont l'arrivée à la vigne, la cueillette, le vidage des paniers dans la hotte, l'arrivée du raisin au pressoir et les distractions des vendangeurs (déjeuner et goûter).

L'activité industrielle

135Au cœur des départements limitrophes de la Gironde, l'industrie ne fait qu'une apparition limitée. La présence en nombre restreint de cartes postales sur ce thème dans les ouvrages cités en référence nous permet de tirer ce constat.

136À Périgueux11, les industries centenaires (filatures de laine, tanneries, liquoristes ou fabriques de conserves alimentaires) ont connu un nouvel élan avec la venue d'industries naissantes : manufactures de vêtements, fabriques de boîtes métalliques sans oublier les ateliers de la Compagnie des chemins de fer Paris-Orléans du quartier du Toulon, dont la concentration ouvrière est la plus importante de la région.

137À Tonneins8, la manufacture des tabacs draine une forte population ouvrière et agricole.

138Dax18 connaît une période faste grâce à la résine qui génère une industrie avec ses techniques comme l'ensoleillage des colophanes extra-pâles. La résine après filtration prend le nom de colophane. L'ensoleillage rend la colophane transparente.

139Dans les Landes comme en Dordogne, les barrages et usines électriques à peine sortis de terre apportent déjà l'électricité à un voire deux départements et aux grandes villes les plus proches.

140De même, comme en témoignent les recueils de cartes postales de différents auteurs (Jean-Paul Avisseau1, Paul Perrein12, Jean-François Ratonnat14/15) Bordeaux n'est pas une ville très industrielle (bien que le second centre industriel du Sud-Ouest après Toulouse).

141Ainsi, la répartition des activités industrielles montre la prépondérance de ce qu'il convient d'appeler aujourd'hui l'agroalimentaire représenté au début du siècle par :

  • la chocolaterie Louit ;
  • la biscuiterie Olibet ;

142et aussi :

  • les conserveries alimentaires de la Maison L. Weisz et Cie ;
  • les conserveries Dandicolle et Gaudin.

143Le secteur de l'automobile commence à se développer. Une série de sept cartes postales nous font découvrir les ateliers et bâtiments de l'usine automobile Motobloc, fondée en 1902 par M. Schaudel afin d'exploiter son brevet permettant de livrer en un seul bloc rigide le moteur, l'embrayage et la boîte de vitesse.

144Les ateliers Purrey, du nom de son fondateur Christian Purrey, inventeur de véhicules lourds à vapeur destinés au transport, camions, tramways, autobus sont également présentés.

145Les industries d'armement ont de même été un secteur pourvoyeur de main-d'œuvre, au vu d'une sortie du personnel de la Poudrerie Nationale de Saint-Médard-en-Jalles.

146Ainsi cette sélection de cartes postales sert de répertoire détaillé sur l'organisation matérielle et humaine de ces industries à l'allure moderne. Pour l'industrie chocolatière et la biscuiterie se succèdent des images de laboratoires, de salles de torréfaction, ateliers de pilage, de moulage, de salles des machines, de fabrication et d'emboîtage.

147Quant aux usines automobiles et de transport, il s'agit de vues d'ateliers d'alésage des cylindres, de rectification des arbres coudés, de montage et d'expédition des châssis, d'ateliers de peinture, de garniture.

Condition ouvrière

148Les ouvriers et/ou les ouvrières pétrifiés pour la prise de vue, semblent n'avoir à opérer qu'une ou deux tâches et donc à obéir à une organisation tayloriste. Tel est le sens des sélections opérées notamment par Paul Perrein12.

149Un seul mouvement social a retenu l'attention des différents auteurs cités ci-dessus : lors de la grève du 1er Mai 1906, des grévistes passent quai Louis XVIII.

150Ainsi, malgré des conditions de travail très dures (il n'est pas rare que les ouvriers travaillent plus de 10 heures par jour pendant six voir sept jours par semaine) les grèves restent donc peu nombreuses et le 1er Mai est peu célébré par la classe ouvrière.

151Ces constantes s'appliquent également à la capitale de la Dordogne et à Dax.

152À côté de ces industries gravitent des artisans : vidangeurs, chiffonniers, corroyeurs, cordiers, tanneurs, forgerons, maréchaux ferrants, selliers, bourreliers, tonneliers, marchands de grain,...

Métiers d'autrefois

153Pour mieux mesurer ce voyage dans le temps, voici quelques intitulés de cartes postales de 1905/1910 référencées à plusieurs reprises dans les ouvrages cités et mettant en scène les métiers d'autrefois de Bordeaux1/12/14/15.

154La marchande de journaux, la marchande de paniers, les marchands de beignets et de tortillons, les marchandes de marrons, le marchand de sucre d'orge, le marchand d'oublies, la marchande de pomme de terre frite, la marchande de pain de cire et de galette de miel, le marchand de caillé, la laitière et son fringant attelage, les marchandes d'oranges, d'oignons, de poulets, les sardinières avec leurs royans d'Arcachon, la raccommodeuse de filets, le porteur de viande, l'horloger bijoutier ambulant, le sonneur de cloches, l'allumeur de réverbères, les fabricants d'espadrilles et les sandaliers, le repasseur ou rémouleur, l'éboueur et son antique carriole, le muletier transporteur de barriques, le chevrier...

155Dans les départements plus ruraux d'Aquitaine6/8, ce sont surtout les métiers des champs qui sont évoqués. L'ampleur de la mécanisation a transformé les modes d'organisation agricole. Dans ce cadre, la mutation technologique n'a pas compromis l'existence même d'opérations nécessaires à la culture et à l'élevage. Bien entendu, il n'existe plus de presseurs de fourrage et de laboureurs utilisant une charrue et un attelage de bœufs ou même d'éléphant !

156Autour de cette agriculture gravitaient des petits métiers aujourd'hui disparus : la montagnarde filant la laine à la quenouille, le sandalier, le feuillardier et le charbonnier, la marchande de paradis (graines d'amome), le sabotier, le tisserand,...

L'activité sociale

Éducation et école

157Le leitmotiv de ce début de siècle est d'aider les enfants des villes et des campagnes à s'élever en esprit. Comme le révèlent la plupart des cartes postales contenues dans les ouvrages référencés, pour aller à l'école, les enfants étaient vêtus d'un tablier foncé. À la campagne, l'hiver, ils étaient chaussés de galoches, l'été, les plus pauvres marchaient pieds nus.

158C'est aussi le début de l'activité industrielle qualifiée. L'école sert alors de passage obligé pour fournir une main-d'œuvre spécialisée.

159C'est le cas à Agen8. Son École Pratique de Commerce et d'Industrie enrichit sa formation de forgerons pour les besoins des chemins de fer. C'est aussi le cas à Périgueux7. Le développement de son École Professionnelle coïncide avec l'implantation des ateliers de réparation ferroviaire.

160Les écoles communales se multiplient dans les petits bourgs ; images choisies du cours complémentaire de jeunes filles de Thiviers et de l'école Primaire Supérieure d'Excideuil.

161Dans la grande ville de Bordeaux se côtoient écoles, lycées, facultés.

162En 1910, Bordeaux compte 21 000 écoliers dont près de 9 000 filles.

163Les établissements fleurissent, comme l'indiquent les reproductions1/12/14/15 de groupes scolaires notamment celui de Saint-Bruno datant de cette année-là.

164Le lycée de garçons le plus représenté : le lycée de Bordeaux, cours Victor Hugo.

165Les lycées s'adressent également aux filles. Le premier lycée de jeunes filles est celui de la Croix Blanche, dont l'illustration a été répertoriée.

166La Faculté des Lettres et des Sciences, la plus ancienne des facultés (1803) et la Faculté de Droit (1873) qui accueillent l'étudiant bordelais avec sa faluche et sa canne, sont également présentées.

167L'école de Santé Navale qui date de 1890 et s'installa dans l'ancien hôpital Saint-Jean est souvent référencée.

168Bordeaux, c'est aussi l'institution des sourds et muets et jeunes aveugles ouverte en 1873.

169Les orphelinats14/15 sont également une réponse à la mission d'éducation, de secours et d'insertion.

170À titre d'exemple, apprendre notamment la culture de la terre est la mission de l'œuvre des enfants abandonnés de la Gironde, la colonie agricole de Saint-Louis à Villenave d'Ornon, œuvre représentée à deux reprises.

171Devant le développement de la misère, dans de nombreux bourgs ruraux se sont créées des Maisons de Charité et d'Orphelinat. À titre d'exemple l'Orphelinat de Cadillac-les-Vins situé non loin de Fleix en Dordogne7.

Traitement de la santé publique

172Les cartes postales recueillies et présentées sur le sujet sont nombreuses. À Bordeaux, la santé n'est pas qu'une simple affaire d'édiles, elle est aussi celle des industriels.

173Des documents iconographiques1/12/14/15 nous le rappellent. Ainsi les directeurs des grandes compagnies maritimes Worms, Vieljeux, Delmas s'unissent aux sucreries Frugès et Say pour bâtir un établissement de soins, la Maison de Santé Protestante qui est la première à délivrer le diplôme de garde-malades, en 1900, puis à créer un service de visiteuses, sortes d'infirmières à domicile en 1908. Des médecins bordelais ouvrent des bureaux d'hygiène et dispensaires dans lesquels les enfants et adultes sont l'objet de soins gratuits (l'association des dispensaires gratuits du soir affiliée à l'union des femmes de France ou encore le dispensaire Saint-Pierre).

174Dans son asile où elle loge et nourrit les plus pauvres, la Société d'Extinction de la Mendicité de Bordeaux leur procure aussi du travail dans ses propres ateliers.

175Les Sociétés de secours ou syndicats corporatistes proposent à leurs membres, moyennant une cotisation mensuelle, la gratuité des soins et médicaments et d'autres avantages sociaux. De telles sociétés de secours mutuelles existent dans le département à Carignan et à Langon.

176Bordeaux comptait au début du siècle trois hôpitaux, un sanatorium devenu public avec la Première Guerre mondiale, un asile d'aliénés.

177Un ouvrage de 250 cartes postales10 est consacré à ces hôpitaux et hospices de Bordeaux.

178Ce document iconographique, qui porte sur l'Hôpital Saint-André, le plus ancien (1829), les Hôpitaux et Hospices de Pellegrin-Tondu (1862,1881,1893), l'Hôpital des Enfants (1886), le Sanatorium de Feuillas-Xavier Arnozan (1900, 1914, 1925) présentent l'infrastructure, les équipements, les moyens en matériel et en personnel, à l'exception de ceux de la Maison de Santé du Château Picon (1890, 1895), la loi n'autorisant pas la représentation photographique des patients relevant de la pathologie psychiatrique, ni celle de la manière dont les malades étaient traités.

179Salles communes pour les hommes, salles communes pour les femmes, traitements spécifiques pour les enfants, salle d'opération, personnels de soins religieux et/ou civils, médecins, chirurgiens, intendance et logistique (du réfectoire à la chapelle, de la lingerie à la cuisine, des machines à coudre et à tricoter à la fenaison, de l'arsenal chirurgical à la pharmacie, du salon des élèves à l'exercice de la toilette d'un malade ou de la surveillance de nourrissons dans la couveuse à chauffage électrique), toutes les composantes de ces cinq grands lieux de soins ont été abondamment représentées.

180Cet ouvrage fait figurer en bonne place l'École hospitalière de gardes-malades du Tondu et l'École départementale d'accouchement du Tondu.

181Se faire opérer devait constituer un événement, puisque dans cet ouvrage à plusieurs reprises a été reproduite la correspondance illustrée de patients envoyant de leurs nouvelles à leurs proches grâce à une carte postale représentant le lieu de leur opération ou de leur séjour hospitalier.

Traitement de la sécurité publique

182L'activité militaire tient dans la vie de Périgueux11, comme dans celle de Bordeaux, une place de choix.

183Ce n'est pas qu'à l'occasion de défilés ou de manœuvres que les différents corps de troupes sont représentés dans les ouvrages référencés. Dans l'ouvrage de Paul Perrein12 l'image commentée de l'homme sous les drapeaux symbolise à trois reprises son engagement et son sacrifice envers la Nation.

184Les bâtiments militaires constituent aussi des sujets maintes fois reproduits, telles les casernes bordelaises : la Caserne Rochambeau, la Caserne Pelleport (rue de Cursol), la Caserne Faucher, la Caserne des hussards et des artilleurs, la Caserne Niel et également l'enseignement professionnel à la Caserne Xaintrailles.

Traitement de l'information

185Les cartes postales des journaux, sans doute les plus représentatifs, sont présentes dans les ouvrages référencés.

186Ainsi en l'hôtel bordelais12 des journaux La Gironde et La Petite Gironde (8, rue de Cheverus) nous sont montrés la salle du Conseil d'Administration, les bureaux de l'imprimerie, le grand hall des machines et de la composition, les rotatives, la salle d'expédition des publications illustrées.

187Outre la structure des lieux et l'implantation des machines, toute l'organisation du travail des hommes et des femmes nous est dévoilée, une ruche aux abeilles très bien organisées et cantonnées dans des tâches répétitives.

188Pour mémoire, il existait à Bordeaux d'autres journaux notamment : Le Nouvelliste, La France, et dans le département : L'Avenir de Castillon.

Sport et loisir

189Ce début de siècle semble bouleversé par l'apparition du vélocipède, de l'automobile, de l'aviation et également du cinématographe qui jette sa timide silhouette sur le théâtre comme le démontrent les quelques cartes postales reproduites dans différents ouvrages.

190Villes moyennes et grandes villes jouissent de un ou plusieurs théâtres. Aux théâtres de Pau6, de Périgueux11, de Dax18 et de Bordeaux1/12/14/15, les tournées de passage se succèdent. Des vedettes parisiennes font le succès des spectacles. Cependant à Bordeaux, la plupart des théâtres comme (l'Alhambra, Les Bouffes Bordelaises) possèdent leurs artistes locaux. Il y a aussi à cette époque le music-hall, que l'on appelle le café-concert (l'Alcazar de Bordeaux ou de Périgueux). S'y produit une troupe locale mêlée à des stars de Paris.

191À Bordeaux, certains théâtres sont polyvalents, les spectacles de café-concert alternent avec les comédies dramatiques. D'autres salles sont dédiées aux spectacles classiques, tel le Grand Théâtre.

192Les kiosques à musique attirent encore une foule d'amateurs.

193Le Bordelais semble avoir à sa disposition le Parc Bordelais pour y faire du patinage l'hiver venu, le caveau de l'Église Saint-Michel pour y admirer les momies, le pensionnat de J. B. de la Salle à Saint-Genès pour y faire œuvre de charité, les arènes de la Benatte pour assister à des courses de taureaux, l'hippodrome de Monadey de Talence pour y faire fortune,...

194Il peut aussi se transformer en gondolier du dimanche, sur les bords de la Garonne. Les "gondoles bordelaises" assuraient le trafic quotidien entre les deux rives, tandis que les "hirondelles" suivaient le fleuve vers Langoiran, Lormont et Bassens. Toute la flottille achèvera son service au lendemain la Seconde Guerre mondiale.

195Il peut aussi jouer au pêcheur d'aloses et de lamproies ou bien rejoindre les amateurs de chasse.

196Lorsque l'occasion s'est présentée, par exemple en 1907 grâce à l'Exposition Maritime de Bordeaux, notre Bordelais a pu découvrir quelques facettes des civilisations étrangères.

197Le sport, quant à lui, est pluriel : clubs de vélocipède et courses cyclistes sur route ou vélodrome, clubs automobiles et courses automobiles, équipes de rugby, de cricket, club de tennis, sociétés de gymnastique, concours hippiques, chasses à courre, autant de disciplines et de lieux de rencontre mis en lumière au vu des cartes postales sélectionnées par différents auteurs1/12/14/15.

198En 1902, la course automobile Paris-Madrid s'arrête à Bordeaux devant le nombre important des accidents. L'événement semble de taille puisque, à titre d'exemple, l'ouvrage de Paul Perrein12 a pu répertorier une douzaine de cartes postales se rapportant à ce sujet.

199Bordeaux, en matière de gymnastique12/14/15 a connu son heure de gloire avec l'organisation de la Fête des Gymnases de France. C'étaient les 22 au 26 avril 1905, fête à laquelle assistait le Président Émile Loubet, venu inaugurer la statue de Gambetta.

200L'aviation créa un engouement extraordinaire. Marmande8, Pau6, Bordeaux, notamment, avaient leur terrain d'aviation et se lancèrent dans des exhibitions aériennes.

201En septembre 1910, dix-sept cartes postales soigneusement sélectionnées évoquent le souvenir de la grande semaine de l'aviation de Bordeaux12/14/15.

202Pau devient la capitale du ski en Aquitaine organisant le concours international de ski les 15 et 16 février 1908.

203Dans les Landes18 comme dans les Pyrénées-Atlantiques6 ainsi qu'en Dordogne11 les traditions restent vivaces. Le jeu de quilles, ou son adaptation landaise, les quilles de neuf, fêtes ancestrales, comme les fêtes du Bournat réunissant des joueurs de vielles, constituent à travers les ouvrages cités une sélection aléatoire de cartes postales.

3. Événements et personnalités

Les faits divers

204Le fait divers à sensation trouve une place choix dans l'ouvrage de Paul Perrein12.

• L'accident du Chili :

205Le paquebot Le Chili s'échoue en rade de Bordeaux le 24 avril 1903. Un scaphandrier avec le concours de ses aides s'apprête à plonger pour explorer la coque.

• Le crime de Langon, le 6 février 1907

206Un agent d'assurances, M. Monget fait des encaissements à bicyclette. Il dépose celle-ci dans un café proche de la gare de Langon, La Taverne Rouge. Ce café est tenu par un ancien boucher, Eugène Branchery et son épouse Lucia, qui fait commerce de ses charmes. M. Monget tombe dans un guet-apens. Branchery aidé de Parrot étrangle M. Monget et le détroussent. Tous seront condamnés pour ce crime.

207Un reportage en cartes postales relate les étapes de l'enquête et les suites judiciaires, depuis la recherche du corps de M. Monget jusqu'au départ de La Rochelle des assassins Branchery et Parrot pour le bagne.

• Les accidents de chemins de fer

208Sur le viaduc de Langon à Saint-Macaire, c'est le déraillement du 24 septembre 1905 qui est imprimé sur cartes postales. À Coutras, la catastrophe du 24 août 1907 de l'Express Bordeaux-Paris est mise en cartes postales.

Fêtes profanes et fêtes religieuses

209Les fêtes religieuses semblent être l'apanage des zones rurales, comme nous l'indique la mise en cartes postales de la procession de la Fête-Dieu à Dax18 en 1907.

210Concerts, attractions, fêtes foraines, expositions, foires commerciales à dimension internationale, comme la foire commerciale, coloniale et maritime de Bordeaux en 1900 et aussi des lieux magiques devenus de véritables institutions bordelaises, tels le théâtre de Guignol et le théâtre Saint-Antoine animé de marionnettes à fils, de la famille Guérin.

211Une autre institution bordelaise, les cirques permanents. Le cirque de la Grave, notamment répertorié dans l'ouvrage de Paul Perrein12 en est l'illustration. Situé sur le quai de la Grave, près de la place des Salinières, ce cirque fut aménagé en 1890 à la demande de J. Bory, directeur des Folies Bordelaises. Il fut démoli en 1909.

212Une institution temporaire : l'American Park, essentiellement référencé dans ce même ouvrage.

213Les fêtes de Mai, fête de la Charité du xixe siècle, ont été relayées par celles célébrant notamment les vendanges.

214Il s'agit notamment des trois mémorables journées des 12, 13 et 14 septembre 190912. À l'occasion de la fête des vendanges, Fête-Dieu du vignoble, ces journées sont organisées autour d'un projet lancé par La Petite Gironde, désireuse de doter Bordeaux d'un équivalent de la Fête des vignerons de Vevey. Cette manifestation longuement préparée avait notamment mis à son programme :

  • des défilés de chars (la prune, le chasselas, les huîtres d'Arcachon) ;
  • la représentation de Bacchus triomphant, poème lyrique en trois actes. Pour ce faire, la place des Quinconces fut travestie en amphithéâtre grec, les remparts en carton-pâte de Burdigala plus hauts que nature furent reconstitués. 25 000 spectateurs occupèrent les gradins, 2 000 artistes envahirent la scène ;
  • de grands bals populaires et mondains clôturèrent ces trois jours fantastiques.

Personnalités et figures

215On peut imaginer que les quotidiens de la Belle Époque s'empressaient de relater les temps forts des visites officielles, la solennité des personnalités religieuses, les fastes ou les performances des artistes locaux ou nationaux.

216Les artistes locaux ont eu leurs heures de gloire immortalisées sur les cartes postales principalement répertoriées dans l'ouvrage de Paul Perrein12.

  • La Belle Otéro au Théâtre Français ;
  • Mademoiselle Aboukaia, célèbre championne cycliste exécutant le terrifiant exercice de la Flèche Humaine ;
  • Karling, jongleur au music-hall Gallici-Rancy ;
  • M. et Mme Galan du Casino des Lilas à Caudéran dans un de leurs nombreux rôles ;
  • Dubour, comique et typique ;
  • Madame Alice Gillet dans la Veuve Joyeuse au Théâtre Français.

217Les personnalités religieuses rythment également la vie des Bordelais et sont représentées pour l'essentiel dans ce même ouvrage :

  • le Cardinal Andrieu, archevêque de Bordeaux ;
  • sa Grandeur Monseigneur Métreau, évêque de Thermes, auxiliaire de Tours, sacré à Bordeaux le 19 mars 1912 ;
  • l'Abbé Bergey, député de la Gironde.

218Une autre figure religieuse, très célèbre au delà de son département d'origine, l'Abbé Noë Chabot de Périgueux11. Les cartes-postes assurent le succès du "bon curé rince-goulot". On le voit devant son magasin "Chez le Curé" où sont vendus vins fins et spiritueux. Suite à la séparation de l'Église et de l'État en 1905, l'Abbé Noë Chabot décida de se lancer dans le commerce.

219La séparation de l'Église et de l'État n'a pas été sans heurts. Jean-Paul Avisseau1, Paul Perrein12 14/15, Jean-François Ratonnat ont présenté des cartes postales évoquant le siège de l'église de Talence lors de l'inventaire de ses biens pour transfert à la communauté civile.

220Des événements se rapportant à la vie de la cité ont également été reproduits :

  • les funérailles du Cardinal Lécot en décembre 1908 ;
  • le décès de M. Gabriel Chaigne, député de la Gironde de 1902 à 1910, mort le 9 juin 1910, deux tragédies évoquées dans l'ouvrage de Paul Perrein12 ;
  • les obsèques de M. Théodore Denis, maire et député de Dax en juillet 1908 ;
  • le dynamisme de "Cadette", la centenaire dacquoise Catherine Billa, veuve Jean Simonet, née le 11 janvier 1813 qui vivait grâce à une pension de la ville (10 F/mois), sont reproduits dans l'ouvrage de Jean Verges18.

221Les visites de présidents ou de souverains sont également à l'honneur.

222À Bordeaux1, le 25 avril 1905, le président Loubet inaugure le monument à Gambetta, au centre des allées de Tourny.

223Durant l'été 1906, le président Armand Fallières est en promenade dans ses vignes à Lupillon en Lot-et-Garonne8.

224Au cours de l'Exposition Maritime Internationale, de mai à novembre 1907, le roi et la reine, souverains d'Espagne, sont de passage à Bordeaux12.

225Au travers de cette sélection documentaire de types humains, de coutumes, de métiers, de monuments, d'événements, des messages simples ou complexes d'un temps révolu se livrent sans fard à tous aujourd'hui comme demain.

226C'est peut-être pour les mêmes raisons qu'en 1995 la mairie de Bordeaux a choisi la carte postale pour promouvoir l'image culturelle de la ville et diffuser son double souci de tradition et de modernité.

Bibliographie

Notes bibliographiques

1. AVISSEAU Jean-Paul. Bordeaux à la Belle Époque. Bruxelles : Édition Libro-Sciences SPRL, 1974, 156 p.

2. AVISSEAU Jean-Paul. Le Cirque à Bordeaux : de la Révolution à la Belle Époque. Bordeaux : Archives municipales, 1976, 92 p.

3. AVISSEAU Jean-Paul, POUSSOU Jean-Pierre. Illustrations du vieux Bordeaux. Avignon : Aubanel, 1990, 166 réf.

4. BAUMANN Max. Arès, Lège Cap-Ferret : guide de visite. Marguerittes (30) : Édition Équinoxe, 1994, 47 p.

5. CARDOZE Edmond. Bordeaux Rétro, le patrimoine bordelais en 202 cartes postales. Bordeaux : Édition Librairie Pasteur, 1981, 111 p.

6. FABRE Michel. Les Pyrénées-Atlantiques autrefois. Le Coteau (42120) : Éditions Horvath, 1990, 143 p.

7. FELIX Annie-Paule, FELIX Christian. La Dordogne autrefois : image retrouvée de la vie quotidienne. Lyon : Éditions Horvath, 1993, 143 p.

8. MALVAL Jean-Paul, BAILHE Claude. Périgord - Quercy - Agenais au temps des marchands de paradis. Toulouse : Éditions Milan, 1987, 131 p.

9. MITCHELL-LACROIX Annick, LACROIX Éric. Parcs et jardins bordelais à la Belle Époque. Bordeaux : Édition Lacroix, 1994, 99 p.

10. NERIN Jean-Paul. Hôpitaux et hospices de Bordeaux au temps de la Belle Époque à travers la carte postale. Bordeaux : Dossier Aquitaine, 1993, 83 p.

11. Périgueux à la Belle Époque. Exposition et journées de Périgueux 1977 : Musée du Périgord du 27 août au 26 septembre 1977.

12. PERREIN Paul. Images d'autrefois de Bordeaux et de la Gironde. Périgueux : Éditions P. Fanlac, 1984, 308 p.

13. RAGOT Jacques avec la participation de BAUMANN Max. La Presqu'île de Lège Cap-Ferret, évocation historique. Marguerittes (30) : Édition Équinoxe, 1992, 87 p.

14. RATONNAT Jean-François. La Gironde d'autrefois. Lyon : Éditions Horvath, 1992, 143 p.

15. RATONNAT Jean-François. La Vie autrefois en Gironde. Bordeaux : Éditions Sud Ouest, 1994, 190 p.

16. Scènes du Bordeaux d'autrefois. Catalogue de l'exposition du Musée d'Aquitaine du 13 décembre 1993 au 6 mars 1994. Bordeaux : Musée d'Aquitaine, 1993, 162 p.

17. SIMMAT Gérard et BATISSE Jean-François. Andernos-Les-Bains, promenades dans la ville et sur le rivage à travers l'illustration cartographique de 1897-1937. Marguerittes (30) : Édition Équinoxe, 1992, 87 p.

18. VERGES Jean. Dax en cartes postales, documentation principale : collection Jean BOCQUET. Pays-Bas : Bibliothèque Européenne, Diffusion exclusive SFF/Paris, 1975, n.p., 76 illustrations.

Tous ces ouvrages en référence sont disponibles à la bibliothèque municipale de Bordeaux, à l'exception des écrits de CARDOZE Edmond, VERGES Jean et des extraits de l'exposition sur Périgueux à la Belle Époque numérotés respectivement 5, 18, 11 qui peuvent être consultés à la bibliothèque du musée d'Aquitaine.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search