Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Le patrimoine de l'image

Chapitre 1. La vidéothèque régionale

Sophie Bordier

Texte intégral

INTRODUCTION

1La Vidéothèque Bordeaux-Aquitaine est issue de deux volontés au niveau étatique : celle de promouvoir de façon concomitante culture et économie, associée au mouvement de décentralisation.

2L'effort particulier en faveur de la culture depuis une douzaine d'années est lié dès le début à un souhait de rentabilité. C'est ainsi que s'est développée la notion d'entreprise culturelle, censée donner accès à la culture au plus grand nombre. La culture se veut démocratique, accessible à tous et englobe de plus en plus le terme communication. Une vidéothèque est un projet qui vient s'insérer dans une politique culturelle d'ouverture au grand public.

3Elle s'inscrit de plus dans un plan de développement du secteur audiovisuel, dans une perspective de valorisation du patrimoine audiovisuel public et privé.

4C'est ainsi que la stratégie globale de développement industriel de programmes a conduit l'ensemble des partenaires impliqués (État, collectivités territoriales, Institut National de l'Audiovisuel...) à implanter progressivement sur l'ensemble du territoire des vidéothèques susceptibles d'assurer, site et spécificités étant bien définis, une activité de conservation, de diffusion, voire de programmation et d'aide à la production.

5Une telle création s'est faite sous l'impulsion d'une politique nationale de mise en valeur des cultures régionales. Dans une ère de communication quasi universelle, le public ne connaît pas forcément ce qui lui est le plus proche. Or, dans un souci de confortation de l'identité régionale, on s'aperçoit que les individus sont à la recherche de repères et d'une histoire qui leur est propre.

6La volonté de décentralisation de la culture a permis d'élaborer une structure qui réponde à cette demande.

I. La conception et l'implantation

Historique

7La Vidéothèque Bordeaux-Aquitaine a été créée en 1988 dans le cadre d'un contrat de plan État-Région, à l'initiative du Conseil régional et de la Ville de Bordeaux ; en 1989 ce contrat de plan n'a pas été reconduit. Elle a été ouverte au printemps 1991.

8C'est une Association Loi 1901 qui réunit la majorité des partenaires régionaux qui œuvrent dans le domaine de la communication (FR3 Aquitaine, Bordeaux Télé Câble, France Télécom, groupe Sud-Ouest, Mémoire de Bordeaux, Centre Entreprise et Communication avancée, Centre régional de documentation pédagogique, Centre Jean Vigo, etc.).

9Son financement est assuré par le Conseil régional, deux Conseils généraux (Gironde et Dordogne) et les communes d'Aquitaine intéressées directement par les prestations de la vidéothèque.

10La participation de la Ville de Bordeaux est importante, puisqu'outre l'investissement de départ, elle fournit notamment les locaux.

La conception

11La vidéothèque a été installée dans la bibliothèque municipale de Bordeaux, à Mériadeck. Ce projet d'implantation a été étudié dès la mise en activité de la vidéothèque, en juillet 1988. Il a été mené de concert avec le Conservateur en Chef de la bibliothèque, l'Architecte et la Ville de Bordeaux.

12Si le projet de la Vidéothèque Bordeaux-Aquitaine n'a pas fait l'objet d'une étude de marché, il s'est appuyé sur l'énorme succès de la vidéothèque de Paris. Ce succès est fondé sur la performance technologique et sur l'attrait que présente une grande convivialité de fonctionnement.

13Les cabines de consultation, au nombre de sept actuellement, ont été installées en libre accès au premier étage de la bibliothèque. Le logiciel informatique est commun à la vidéothèque et à la bibliothèque, ce qui a nécessité de nombreux aménagements, du fait des objectifs propres à chacune des deux parties.

14Le principe de libre circulation entre les services de la bibliothèque ayant été adopté, il a fallu doter la vidéothèque d'une bonne identification.

15L'intégration de la vidéothèque à la bibliothèque est un atout au niveau du public, mais elle rend nécessaires certaines concessions, ce qui réduit son indépendance.

Les antennes, départ de consultation

16En dehors de ce point de consultation principal, des antennes sont prévues dans chaque département aquitain. L'antenne départementale, pourvue de l'équipement nécessaire à la consultation des documents de la vidéothèque, gère les points de consultation secondaires du département.

17Des conventions lient la vidéothèque et les Conseils généraux. Pour l'instant, ceux de la Dordogne et de la Gironde se sont engagés.

18Aux termes, par exemple, de la convention établie avec le département de la Dordogne :

  • la Bibliothèque départementale de prêt de Périgueux a en charge la gestion de l'antenne départementale et des points de consultation et l'Atelier départemental d'audiovisuel assure l'assistance technique ;
  • le Conseil général, par l'intermédiaire de la bibliothèque, accueille les usagers, fournit l'équipement nécessaire au service, se charge de la publicité et de l'entretien du matériel ;
  • la vidéothèque permet l'accès à la fiche documentaire dans son ensemble, envoie les copies des documents audiovisuels nécessaires et négocie pour le compte du Conseil Général l'achat des droits de diffusion ;
  • le Conseil général et la Vidéothèque cherchent à favoriser l'implantation de points de consultation dans l'ensemble du département, favorisent la diffusion en distribuant un document d'information et établissent un calendrier semestriel des manifestations publiques.

19En Dordogne, des points de consultation existent à Ribérac, les Eyzies, Saint-Alvère et Montignac.

20Les autres départements aquitains manifestent moins d'empressement vis-à-vis de la vidéothèque. Le Conseil général du Lotet-Garonne s'est pourtant déclaré intéressé depuis longtemps, mais Villeneuve-sur-Lot ne possède toujours pas la logistique nécessaire. Pour les départements des Landes et des Pyrénées-Atlantiques la pénétration au niveau institutionnel est difficile, aussi des contacts sont pris et des actions entreprises hors de ce cadre. C'est ainsi qu'il existe une convention avec le Centre de Documentation des Jeunes d'Orthez, de même qu'avec le lycée René Cassin de Bayonne qui prépare à un B.T.S. d'audiovisuel.

21Une évolution se dessine d'ailleurs en faveur de partenaires communaux, liés directement par convention à la Vidéothèque, tels par exemple en Gironde à Saint-Laurent du Médoc, le Bouscat, Canéjan, Ambès et Arcachon. La Vidéothèque fait des efforts de communication, mais les municipalités sont également demandeuses. En général, les points de consultation sont installés dans la bibliothèque de la ville.

II. Le fonds de la vidéotheque

22La Vidéothèque Bordeaux-Aquitaine est une vitrine culturelle et économique de la région. Elle se veut à la fois mémoire vivante de l'Aquitaine et outil de promotion pour les acteurs économiques et culturels régionaux.

23À ce titre, elle rassemble et conserve l'ensemble des documents audiovisuels liés à l'Aquitaine, quelle que soit leur provenance : longs et courts métrages de cinéma, films d'entreprise, films publicitaires, actualités et journaux télévisés, documentaires.

24Des conventions ont été signées avec d'importants fournisseurs d'archives : l'I.N.A., Pathé cinéma, Gaumont et les établissements cinématographiques et photographiques des armées. Les documents produits par les différentes sociétés de production aquitaines sont recueillis et les entreprises aquitaines proposent leurs films. Quelques documents d'amateurs sont acceptés, soit en raison de leur qualité, ou bien parce qu'ils apportent une note différente. De leur côté, les antennes départementales peuvent être bien placées pour recueillir des documents inédits ; c'est le cas notamment de la Dordogne en ce qui concerne la préhistoire.

25Le service de documentation se tient également au courant de l'existence de films susceptibles d'intéresser la vidéothèque et entretient un contact avec les professionnels de l'audiovisuel, à la faveur par exemple du festival de films d'entreprises de Biarritz. Ce type de rencontres est également l'occasion de découvrir des aspects ignorés de l'Aquitaine.

26Lorsque des besoins ponctuels se présentent, la vidéothèque s'adresse aux grands détenteurs d'images. Par exemple, pour la série de 18 épisodes des bloc-notes de François Mauriac réalisés à l'intention du Centre François Mauriac de Malagar, elle a consulté les archives de l'audiovisuel public traitant de l'écrivain.

27Le catalogue 1994 édité à l'occasion de l'Université de la communication de Hourtin en septembre 1993, voit son contenu largement développé tant sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif, le nombre de documents répertoriés apparaissant en augmentation plus que sensible par rapport au catalogue précédent, qui comportait lui-même plus de 600 titres. Ce catalogue est également consultable sur minitel et sa mise à jour est permanente.

28Il s'agit d'un fonds patrimonial représentatif de tout ce qui touche à l'Aquitaine, des activités portuaires au tourisme, en passant par des thèmes plus spécifiques à la région, qui sont de plus en plus développés : vin, bois et forêt, préhistoire, espace et aérospatiale. L'histoire et la culture régionales prennent également de l'expansion.

29Pour chacun des documents sont distingués : le titre, un résumé signalétique de trois à six lignes, le réalisateur, le producteur, le type de document, l'année de la réalisation, la couleur du document et sa durée.

30D'une manière générale, dans l'ensemble du fichier les documents sont récents, peu sont antérieurs à 1980, et ils sont d'autant plus récents qu'ils présentent un caractère publicitaire marqué. À l'exception des ouvrages de fiction ils sont également courts, de quelques minutes à une demi-heure.

31Si nous regardons la rubrique " vin" qui donne à l'Aquitaine une bonne partie de son poids économique et à Bordeaux sa renommée mondiale, nous constatons que sur les 53 documents conservés à la vidéothèque, 23 sont des films publicitaires commandés par des châteaux viticoles, des maisons de négoce, le Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux, le Syndicat viticole de Saint-Emilion, le Syndicat des Producteurs des Vins de Graves, la Maison de la qualité de Beychac et Caillaux, la mairie de Gradignan qui fait la promotion du vignoble qu'elle exploite et les Assises Départementales de Développement Culturel qui vante les effets de la production viticole du bergeracois.

32En revanche, la préhistoire se prête peu à l'émergence d'entreprises, aussi ne faut-il pas s'étonner que ce thème ne comporte aucun film publicitaire, et que 21 des 23 documents audiovisuels soient constitués de documentaires, produits pour l'essentiel par le Service du Film de Recherche Scientifique de l'Institut National de l'Audiovisuel.

33Quant à la rubrique "bois" (18 documents), qui traite pour la plus grande part de la forêt landaise et de son exploitation, elle comporte autant de films publicitaires créés pour les besoins des groupes industriels ou des entreprises exploitantes, que des documentaires qui traitent aussi bien de la mise en valeur de la forêt que de l'écologie forestière.

34Le dernier des thèmes préférentiels de l'Aquitaine, "l'aérospatiale et l'espace", compte 31 documents audiovisuels. Si moins d'un tiers sont des films publicitaires, la quasi-totalité des documentaires, reportages et magazines, produits par les Établissements Cinématographiques et Photographiques des Armées et l'Institut National de l'Audiovisuel, assurent la promotion de l'industrie aérospatiale française et par là même celle de l'activité aquitaine qui lui est reliée.

III. Les activités de la vidéotheque et son public

35Le choix des thèmes représentatifs de l'Aquitaine ainsi que le type de documents audiovisuels retenus par la vidéothèque, illustrent son désir très fort de promouvoir les acteurs économiques et culturels aquitains et de mettre en valeur l'infrastructure de la région.

36C'est à ce titre qu'elle participe à des manifestations extérieures, soit en profitant des documents du fonds, soit en présentant la vidéothèque elle-même et ses activités. Ainsi, en 1993, elle a figuré au festival "Image/Imatge" d'Orthez, au Congrès des Hospitaliers d'Arcachon, au festival du film industriel de Biarritz, au dixième anniversaire de "Lascaux II" à Montignac, à l'Université de la communication à Hourtin, à la 8ème Foire Internationale aux vins de Langon, à la Foire d'Orthez, à Conforexpo à Bordeaux Lac et au Festival audiovisuel de Sarlat.

37Hors région, elle a participé à "l'Aquitaine à Paris", au Théâtre de la Cité à Paris et au Colloque de la Société Internationale des Études Mauriaciennes à l'Université d'Exeter, en Angleterre.

38Mettre le patrimoine audiovisuel de la région au service de l'Aquitaine est l'un des trois grands axes que s'est fixés la vidéothèque, mais elle se doit tout autant d'offrir un aspect ludique et éducatif. Aussi a-t-elle retenu deux autres objectifs : l'animation culturelle et l'accompagnement pédagogique.

39Des tables rondes et des soirées-débats associant projections et débats, peuvent être organisées de façon quasi régulière, comme les soirées de la vidéothèque à Saint-Laurent du Médoc, ou bien ponctuellement, tel que l'hommage à Couzinet au château Tauzin à Bordeaux, ou la projection au Cap Ferret d'un film sur le bassin d'Arcachon. À ces occasions, la vidéothèque fournit le matériel, et deux personnes se déplacent : un technicien et un animateur.

40Quant aux "Samedis de la vidéothèque", ils sont maintenant bien implantés. Ces rencontres mensuelles, à l'exception des deux mois de vacances d'été, se déroulent dans la salle des conférences de la bibliothèque de Bordeaux. Un ou plusieurs invités, concernés par le sujet abordé, animent la discussion. Ces rencontres attirent un public plus âgé (une majorité de plus de 50 ans), contrairement aux autres activités de la vidéothèque (Cf. annexe : enquête auprès du public).

  • 1 Voir en annexe du volume, les enquêtes effectuées auprès du public par Sophie Bordier.

41La vidéothèque a en effet été conçue pour un public jeune, à l'instar de celle de Paris, dont 55 % du public a moins de 30 ans. À Bordeaux, la proportion de jeunes est encore plus élevée, puisqu'elle est supérieure à 75 %, si l'on en croit les deux enquêtes réalisées en juin 1992 et avril 1993 auprès des personnes fréquentant la vidéothèque.1

42Ces jeunes viennent individuellement, mais aussi en groupes accompagnés de professeurs ou d'éducateurs.

43Beaucoup de classes d'écoles primaires et de collèges assistent à des projections organisées entre enseignants et personnel de la vidéothèque à l'appui des programmes pédagogiques en vigueur.

44Mais cette vocation éducative ne prive pas pour autant les jeunes de divertissement.

45Pour satisfaire leurs souhaits en ce domaine, la vidéothèque a établi une relation de partenariat avec Canal J, qui s'adresse à un public de 8 à 12 ans. Une cabine de consultation supplémentaire a été ouverte, qui diffuse Canal J aux horaires d'ouverture de la bibliothèque. De plus, tous les mercredis, un cycle de programmes pour enfants et adolescents, issus des émissions de Canal J, est projeté dans la salle des conférences. Ces programmes sont en général composés de dessins animés et d'un film. Des jeunes y assistent individuellement, mais aussi des groupes accompagnés.

46Le succès de la vidéothèque, immédiat dès l'ouverture, ne fait que s'accentuer. En 1993, on a constaté une augmentation de 20 % de la fréquentation par rapport à l'année précédente, et en 1994 on a encore noté une progression. Des cabines de consultation supplémentaires seraient nécessaires à un public réclamant plus de films et de documentaires à caractère régional, consacrés aux activités artistiques et sportives.

conclusion

47La Vidéothèque Bordeaux-Aquitaine possède une identité aquitaine fortement marquée, ce qui était le souhait de ses concepteurs et ce qui reste celui de ses dirigeants actuels. Cette volonté est apparemment en phase avec la demande d'un public à la recherche de ses racines ou simplement curieux de son environnement, de son passé, de sa vie culturelle et économique, de tout ce qui constitue la spécificité aquitaine.

48Le caractère patrimonial de la vidéothèque, explicite dans son fonds de par l'accent mis sur les thèmes représentatifs de l'Aquitaine, s'affiche également par le choix de l'implantation des points de consultation : au cœur culturel des villes, dans l'enceinte de leur bibliothèque, que ce soit à Bordeaux ou dans les villes de la région de moindre importance.

49La promotion économique de la région constitue également une préoccupation majeure, mais souci identitaire et développement économique, loin d'être antinomiques, se confortent mutuellement dans une période que caractérise l'incertitude dans tous les domaines. Le succès de la vidéothèque est l'amorce d'une réponse.

Notes

1 Voir en annexe du volume, les enquêtes effectuées auprès du public par Sophie Bordier.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search