Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Le patrimoine de l'image

Le patrimoine de l'image

Texte intégral

1L'image animée présente une forme nouvelle du patrimoine car elle transmet l'apparence de la vie, il s'agit d'un présent enregistré, différé devenu un document du passé. C'était déjà le cas de l'image filmée, documentaire. Journal filmé ou film de fiction ont laissé des images de Bordeaux depuis près d'un siècle ; seuls toutefois documentaires ou actualités peuvent être considérés comme des éléments d'un patrimoine de l'image. Les films réalisés à Bordeaux (notamment ceux de Couzinet) étaient surtout tournés dans des studios à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. En revanche, les films d'amateurs, les films publicitaires parfois, représentent un aspect plus volumineux sans doute, mais très dispersé de ce patrimoine de l'image. Nous avons retenu principalement le patrimoine de l'image conservé par des institutions ; une analyse plus anthropologique rechercherait les images, fixes ou animées, conservées par les individus et les familles. Nous signalons seulement ici l'intérêt d'une telle étude ; les sociétés de télévision commencent à faire appel à ce type de document. Sud Ouest du 10 juillet 1995 consacra un article "Vieilles bobines et né de famille" à un festival de films familiaux à Saugnac et Muret, une petite commune landaise.

2La télévision et la vidéo représentent une inflation de l'image animée ; même si une faible partie représente la vie et les images locales, l'enregistrement en image de la vie quotidienne est devenu un usage courant.

3La télévision régionale mais aussi d'autres institutions comme la vidéothèque de Bordeaux produisent et conservent un patrimoine de l'image animée. La multiplication des images avec les moyens modernes développant l'image animée, n'a pas dévalorisé l'image fixe ; elle lui a même donné une importance nouvelle, attribuée à la fois à son histoire et à sa diversité. Ainsi la peinture — qui fut longtemps le seul moyen de fixer l'image d'une personne ou d'un lieu, avant que n'apparaisse la photographie, puis la photo sous ses différents aspects, la carte postale qui peut tenir à la fois de la photo et du dessin donnent une dimension historique plus large à ce patrimoine de l'image. La photographie représente, à elle seule, une productrice importante de patrimoine de l'image qui mériterait une étude spécifique à la fois de ses thèmes et de ses supports, de la photographie familiale à l'image de magazine. Que l'on songe par exemple à l'importance de l'œuvre photographique de Félix Arnaudin 1844-1921 pour la grande Lande. Des quelque 3 000 clichés d'images pris à partir de 1874, conservés par le Musée d'Aquitaine, une publication récente a retenu 75 photographies accompagnées d'écrits de poètes et d'historiens.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search