Version classiqueVersion mobile

Patrimoine de l’image, images du patrimoine en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Introduction

André-Jean Tudesq

Texte intégral

1L'envahissement du champ culturel par la notion de patrimoine depuis une quinzaine d'années tient, à notre sens, à la mise en images des biens, des figures et symboles patrimoniaux et aussi à la politique de lutte contre la dépression économique. L'inquiétude de l'avenir amène à réévaluer le passé.

2La possibilité de représenter le patrimoine, quelle que soit sa forme, par des images (visuelles et/ou sonores) produites à des coûts de plus en plus modiques et par des moyens techniques très divers, contribue à sa diffusion donc à sa connaissance et à sa prise de conscience comme atout et richesse, aussi bien pour une collectivité que pour un particulier. Aux moyens traditionnels de production et de reproduction d'images du patrimoine (dessins, peintures, photographies, cinéma, bandes sonores, bandes télévisuelles) se sont ajoutées la vidéo, l'imagerie scientifique et industrielle, les nouvelles technologies de l'information.

3La dépression économique, l'effondrement des structures et systèmes de production de biens économiques ont renforcé la prise de conscience de la possession de biens fonciers et patrimoniaux. À défaut d'autres moyens, le patrimoine est devenu un bien à exploiter, donc un facteur de production de richesses. Au cours des Trente Glorieuses, lors de l'après-guerre, en période d'expansion économique, la force de travail, l'économique primaient.

4Et le patrimoine, restreint au bâti ancien et aux objets culturels, était souvent détruit pour laisser place au rentable. Actuellement, on ne détruit plus les biens patrimoniaux : changer leur destination permet leur réhabilitation ou rénovation. Le bâti d'habitation ou le bâti commercial (entrepôts) ou industriel (anciennes usines) est transformé en musée, en centre culturel, en lieu d'accueil collectif. Et l'image contribue à son rayonnement culturel. En période de récession, il y a repli sur le patrimoine et la notion de patrimoine s'enfle jusqu'à recouvrir les concepts de culture et de communication. Le tourisme devient une industrie aux multiples facettes et effets. Les pays pauvres n'en présentent pas d'autres. Ils offrent leur passé de richesse et leur misère actuelle aux regards des étrangers contre des devises sonnantes.

5L'image est alors investie d'une double fonction. En tant que support matériel, visuel ou sonore, elle sauve le passé de la dégradation du temps en le restituant, fixé et intègre, sous forme d'images. Elle permet la mesure des dégâts que le temps fait subir aux sites, aux biens immeubles, meubles ou symboliquement patrimoniaux (langues, langages, récits, arts de faire). L'image fixe indifféremment les biens durables et les biens fragiles, éphémères, elle est à la fois support de conservation et d'évocation. En tant que représentation mentale, l'image dynamise le passé et le projette dans l'avenir.

6Par ses deux aspects de support et de représentation mentale, l'image est un moyen de diffusion collective et d'appropriation personnelle, par un grand nombre d'individus, de l'héritage symbolique. Pensons par exemple à la représentation de l'arbre généalogique que, grâce à la photocopie, chaque membre de la famille peut posséder, même s'il n'en fait rien.

7Il y a seulement trente ans, elle devenait la propriété de l'aîné de la branche aînée de la famille. Grâce aux procédés faciles de reproduction de l'image, le bien d'héritage peut être encore possédé symboliquement, par ses héritiers qui l'ont vendu, par exemple la photographie de la ferme familiale ou d'un objet.

8La reproduction industrielle de l'image (dépliant touristique, livre d'art régional) permet de montrer et de pré-vendre les caractéristiques d'une ville, d'une région. L'image communique la spécificité ou l'originalité d'un site, d'une collection d'objets, de coutumes festives ou autres. Elle accompagne le faire savoir. Elle est l'indispensable complément d'une politique d'information, d'une politique économique, l'une et l'autre liées à une politique de promotion du patrimoine.

9La notion de patrimoine correspond à une construction sociale du passé. Si tous les biens réels ou symboliques peuvent devenir du patrimoine, tous ne le deviennent pas. L'image contribue à filtrer les éléments choisis pour être retenus dans la mémoire collective, pour concourir à la fabrication mentale du patrimoine et de l'identité afférente.

10L'image déplace le patrimoine dans le temps et dans l'espace. Le touriste prend des photos pour fixer son voyage dans sa mémoire et pour raconter son voyage. L'image produit du sens, elle devient un récit, elle devient un patrimoine symbolique. Produire, générer du patrimoine, le laisser aux générations futures est une façon de se survivre. L'image, la photo du passé porte en elle son présent. On ne photographie plus comme dans les années vingt : la façon de photographier, les angles de prises de vue ont autant changé que le matériel d'optique.

11Produire une image est une façon de s'approprier du patrimoine. L'image prouve la véracité de la parole. Le touriste se fait photographier devant la cathédrale : il y était.

12L'image n'est pas seulement un bien identitaire, elle conforte l'identité dont elle est le reflet. Par son étymologie, le terme patrimoine renferme une notion identitaire, donc une notion d'exclusion et de fermeture. Le patrimoine appartient à la gens et à elle seule. La possession réelle ou symbolique d'un patrimoine rassemble ses propriétaires et les enracine dans une identité commune. Le patrimoine produit du lien social, en faisant valoir une communauté d'intérêts. Selon ce que ses détenteurs veulent en faire, le patrimoine est prétexte au repliement d'une communauté sur elle-même ; orienté vers le partage, il est ouverture vers l'extérieur pour produire d'autres biens.

13Le concept de patrimoine audiovisuel est donc un concept récent provoqué par le développement des techniques d'enregistrement du son et de l'image. Il renouvelle ainsi des réalités parfois très anciennes. Image et patrimoine sont associés dans une double relation que nous avons voulu présenter dans cette étude. L'image en tant qu'icône se conserve et s'enregistre sous des formes multiples, la numérisation la décuple et la banalise. La notion de patrimoine audiovisuel est en relation avec d'autres approches nouvelles de la notion de patrimoine, comme celle de patrimoine naturel, dont les traits sont fixés par l'image fixe ou animée. La première partie est consacrée à cet aspect patrimoine de l'image visuelle iconique en Aquitaine. Nous ne citons que pour mémoire le cinéma, bien qu'il y eût une production de cinéma populaire dans le Sud-Ouest dans les années trente et quarante, principalement avec Emile Couzinet.

14Dans la consommation quotidienne de sons et d'images animées, aussi bien par le film que par la télévision ou la radio, le patrimoine audiovisuel régional n'occupe qu'une place secondaire, voire nulle actuellement dans le cinéma. Par contre l'accès au passé qui s'effectuait principalement par l'écrit, il y a encore un demi-siècle, s'opère de plus en plus par l'image ; ce qui donne toute son importance à une institution comme la vidéothèque régionale.

15Mais si le concept de patrimoine recouvre et déborde aujourd'hui une bonne partie du champ socioculturel, c'est aussi en raison de l'image, représentation du patrimoine ; souvent les deux aspects, image iconique et image représentation, sont mêlés. C'est ce que montrent les chapitres consacrés aux politiques patrimoniales de municipalités ou de conseils généraux, au tourisme et à l'école.

16Le vin de Bordeaux, le produit et son image représentent un élément fondamental du patrimoine de la région.

17Les deux aspects de la relation image et patrimoine apparaissent enfin dans les médias ; ceux-ci — principalement la presse écrite et la télévision — ont largement contribué au retournement opéré en faveur de la notion de patrimoine, entachée d'archaïsme il y a trente ans et bénéficiant aujourd'hui d'une large appréciation sociale. Les médias participent, de nos jours, à la construction du patrimoine et même établissent une articulation entre le patrimoine matériel et le patrimoine immatériel.

  • 1 Cf. L'Alchimie du patrimoine. Discours et politiques sous la dir. d'Yvon Lamy. Talence : Ed. Maiso (...)

18Nous avons, dans le volume publié1 sous la direction de Yvon Lamy, présenté la construction du patrimoine par les médias.

19Au niveau régional c'est la presse écrite qui participe le mieux à l'appropriation patrimoniale du passé, c'est ce que nous essayons de montrer dans la troisième partie de cette étude. La presse régionale joue sur un double registre puisqu'à travers elle apparaissent à la fois le passé national et le passé local. Parce qu'il est toujours reconstruit et sélectif, le passé vécu dans la mémoire collective devient un patrimoine qui peut être partagé par toute la population, mais qui risque aussi de n'être approprié que par les éléments les plus enracinés et être source d'exclusion.

Notes

1 Cf. L'Alchimie du patrimoine. Discours et politiques sous la dir. d'Yvon Lamy. Talence : Ed. Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1996.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search